Navigation – Plan du site

Accueilnumeros62EditorialCe que le changement révèle

Editorial

Ce que le changement révèle

Serge Weber

Texte intégral

1Tout Varia est la promesse d’un petit tour du monde… Celui-ci relève le défi en proposant quelques haltes dans des espaces qu’a priori rien ne relie et qui, pourtant, sont articulés en filigrane les uns aux autres par un point commun. Les textes proposés dans ce numéro s’attachent chacun à une déclinaison du mot changement, qu’on entende par là transition politique, transition économique, transition alimentaire, innovation, dégradation, adaptation ou crise. Tous, ils dévoilent ce que l’étude du changement permet de comprendre des structures existantes, en particulier ce qu’on n’en voyait guère avant qu’elles ne soient bousculées.

2Suivons pour commencer Ronan Mugelé et Tob-Ro N’Dilbé qui nous embarquent pour une virée à bord d’un touk-touk customisé à Abéché. Ils s’interrogent sur la diffusion d’un mode de transport privé, le rickshaw, dans les villes du Tchad, d’abord clandestine, puis timidement encadrée et reconnue. Ils reviennent aux sources, là où le rickshaw a été adopté en premier, au début des années 2000, avant de se diffuser envers et contre tout comme alternative aux manquements des politiques de transports et aux difficultés de la circulation urbaine. Que la ville secondaire d’Abéché ait été un laboratoire de la diffusion de cette mode n’est pas si étonnant : traditionnellement nommée « porte de l’Orient », cette ville commerçante, située non loin du Soudan et en particulier du Darfour occidental, a importé cette innovation à la fois pragmatique et adaptée au contexte de pauvreté et de sous-encadrement étatique qui complique les effets quotidiens d’une croissance urbaine accélérée. Témoins d’une dynamique transfrontalière propre à la mondialisation par le bas, ces rickshaws ont été d’abord importés d’Inde en passant par le Soudan, avant d’être concurrencés par une importation des véhicules nigérians, connectant ainsi le Tchad tant au corridor ouest-africain en pleine émergence qu’aux influences croissantes de l’Inde en Afrique.

3Les effets de percolation transfrontalière sont également approfondis dans l’article de Kouamé Hyacinthe Konan, qui nous invite à visiter un territoire devenu très difficile d’accès en Côte d’Ivoire : les zones frontialières du nord où l’orpaillage artisanal s’est développé de façon spectaculaire. Davantage qu’une étude strictement consacrée à l’orpaillage artisanal, cet article révèle des éléments structurants. D’abord, l’étude des effets locaux de l’orpaillage est connectée aux héritages indirects de la rébellion des années 2000, qui a installé une insécurité durable dans ces régions. Ensuite, l’organisation des sites aurifères reproduit ce qui se fait dans les pays voisins : alors que l’État ivoirien tente de maintenir une répression de cette pratique jugée illégale, le Mali et le Burkina Faso ont depuis longtemps entériné la réalité de l’orpaillage artisanal comme ressource indispensable dans des régions appauvries. Les acteurs locaux de la filière, tant les opérateurs que la main-d’œuvre, en partie burkinabè, contribuent à importer un modèle transfrontalier d’exploitation qui est tant bien que mal régulé, entre corruption et absence d’alternative économique. Pour reprendre les termes de l’auteur, « ce chaos apparent cache une forme de rationalité ». Enfin, puisque l’exploitation de l’or touche à la question foncière, elle renseigne sur l’organisation sociale de ces espaces : sa généralisation a contribué à modifier la régulation juridique coutumière des transactions foncières. Elle a également bouleversé les hiérarchies sociales et les rapports entre générations.

4Même si le contexte est fort différent, c’est également une importation de modèle dans un espace frontalier marqué par le poids hérité d’une transition politique que nous invite à découvrir Amandine Dargaud. Le modèle est, dans ce cas-ci, celui du label « Capitale européenne de la culture », qui vient, à Timişoara, révéler deux choses. D’abord comment fonctionne, dans un domaine concret, le processus d’européanisation dans l’ancien « bloc de l’Est » au travers de la mise en patrimoine, en mémoire et de la promotion culturelle. Ensuite, comment, dans une ville qui se veut encore « la petite Vienne du Banat », les acteurs locaux se saisissent de cette importation pour affirmer un particularisme tourné vers l’extérieur du pays et une défiance vis-à-vis de tout ce qui peut rappeler le passé socialiste. Alors même qu’elle vient mettre au jour un certain nombre de tabous et de passés refoulés, ne serait-ce que dans la pensée de la planification urbaine, la préparation de l’événement « capitale européenne de la culture » suscite des tensions locales quant à la standardisation néolibérale qui fait ressembler la ville à de nombreuses autres des PECO. Les frictions entre mémoires conflictuelles et dénis confirment la force des « frontières fantômes » dans cet espace d’entre-deux.

5Le passage d’un régime communiste à une économie de marché peut avoir d’autres conséquences, comme le montre Jeanne Riaudel en Mongolie, où les effets d’une décollectivisation hâtive se font encore sentir : à défaut d’alternatives d’emplois et de régulation, l’effondrement du collectivisme s’est traduit dans cette partie du désert de Gobi par une tension sur l’activité pastorale. Les familles ne disposant guère d’autres ressources, elles ont augmenté leur cheptel, ce qui a des conséquences en chaîne. En parallèle, ces familles d’éleveurs sont confrontées aux évolutions climatiques, à la recrudescence des sécheresses et à l’appauvrissement de la biodiversité qui se traduit par une multiplication des prédateurs. La vulnérabilité accrue des éleveurs se conjugue avec un sentiment d’abandon de la part de l’État. Non seulement son désengagement depuis 1990 a négligé l’entretien des puits et entraîné une raréfaction des points d’eau, mais, en plus, l’État a délivré une concession pour une mine d’or qui aggrave la tension sur l’accès à l’eau. Tous ces facteurs, auxquels s’ajoute l’incertitude croissante des prévisions de variabilité saisonnière, contraignent les éleveurs à étendre et à complexifier leurs parcours, à s’adapter, à utiliser les pâturages de secours. Est-ce le signe d’un point de bascule climatique et social ? L’autrice reste prudente, mais son immersion ethnographique ouvre des réflexions essentielles sur les temporalités des effets du changement climatique.

6Transition urbaine et transition alimentaire se combinent pour révéler à quel point la régulation de l’approvisionnement des citadins est éminemment politique. En enquêtant sur le système alimentaire de São Paulo, Angèle Proust a cherché à comprendre pourquoi le maraîchage de proximité, impliquant les petits agriculteurs de la ceinture de l’agglomération, devient une question de plus en plus sensible. D’un côté, tout le système d’approvisionnement est dominé par des poids lourds, dont un acteur public en situation de quasi-monopole sur les marchés de gros. De l’autre, l’aggravation des inégalités sociales, doublée des effets de la pandémie de covid-19, a rendue criante l’insécurité alimentaire d’une part croissante des ménages, avec tous ses effets sur la morbidité et la vulnérabilité. Les petits exploitants des périphéries encore agricoles et le réseau de distributeurs de détail semblent donc une alternative à encourager. Et pourtant, en parallèle, la poursuite de la croissance urbaine et la multiplication des programmes de promotion immobilière en périphérie menacent cette ceinture agricole et poussent les exploitants à vendre leurs parcelles, cependant que la paupérisation de nombreux ménages les oriente vers les grands supermarchés qui s’approvisionnent beaucoup plus loin dans le reste du pays. C’est donc un jeu d’acteurs concurrents et de représentations contrastées qui font de cette question un enjeu crucial pour l’avenir.

7Riche de deux nouvelles contributions, la rubrique Sur le vif nous invite, avec l’article de François-Michel Le Tourneau, à rester dans un premier temps au Brésil.

8La déforestation en Amazonie est un sujet que les derniers chiffres publiés ont rendu plus urgent encore. Pour autant, la complexité de ce que cette notion recouvre est redoublée par la complexité des données disponibles, marquées par une profusion croissante rendant leur traitement délicat. C’est ce que propose François-Michel Le Tourneau, fin connaisseur de la question : faire le point sur la variété des données et sur la variété des contextes locaux. En effet, les milieux sont plus divers et polymorphes qu’on l’imagine, de même que les facteurs et les acteurs de la déforestation. Cette ambivalence peut à son tour être instrumentalisée dans certains discours politiques. C’est donc une mise au point salutaire et nécessaire que propose ce spécialiste reconnu de la question, pour mieux documenter et comprendre ce défi incommensurable.

9Le deuxième article Sur le vif porte sur une autre crise, politique, économique et sociale, qui a touché le Sri Lanka en 2022. Antony Goreau-Ponceaud et Delon Madavan, spécialistes confirmés de l’île, analysent la convergence de multiples facteurs, profonds ou immédiats, qui ont rendu possible cette crise, la plus grave depuis son indépendance et qui a dévasté le pays. Parmi les causes profondes, on peut citer les héritages d’une longue et meurtrière guerre civile, l’émergence d’une classe moyenne urbaine, l’appauvrissement d’une classe de petits agriculteurs et la mise en œuvre de politiques de néolibéralisation à marches forcées. À quoi sont venus se surajouter les effets de la pandémie mondiale sur une économie dépendante du tourisme, la hausse des prix alimentaires et énergétiques en raison de la guerre en Ukraine, la crise financière et bien d’autres fragilisations encore. Tous ces faisceaux de causes ont été aggravés par la confiscation du pouvoir par un clan et le maintien d’un système militarisé et sclérosé. Les auteurs attirent notre attention sur ce que la mobilisation inédite de la société civile révèle des changements dans les équilibres et les contradictions sociales.

10Dans la rubrique Sur l’image, il est encore question de changement, mais à une tout autre échelle. Celle de la huerta provençale, dans la basse vallée du Rhône, où l’ordre social établi dans le monde des petits agriculteurs familiaux fragilisés par la crise d’un système productif est progressivement modifié par l’installation, en tant qu’exploitants à part entière, d’anciens travailleurs agricoles marocains qui contribuent, à la marge et de façon précaire, à maintenir en vie la huerta intensive. Anne Lascaux se saisit de la rubrique pour dévoiler un aspect crucial de son travail de terrain : le recours au dessin et au talent d’un dessinateur, Antoine Rigaud, plutôt qu’à la photographie, pour représenter ce qui est difficilement représentable, et pour respecter l’anonymat et la discrétion de ces acteurs contraints à une forte dose d’informalité.

11Les deux autres rubriques, Sur le métier et Sur l’écrit, proposent chacune une interview d’universitaires qui ont fait l’expérience du pas de côté pour apprécier l’épaisseur du temps.

12Dans Sur le métier, Hélène Blais revient sur une expérience bien particulière qui a en quelque sorte modifié son métier d’historienne. Elle revient sur la préparation et l’organisation d’une exposition qui a marqué l’année 2022 à Paris, celle proposée par la Bibliothèque nationale de France (BnF) sur les Visages de l’exploration au XIXe siècle. Reconnue pour son apport incontournable à l’histoire de la géographie, cette historienne du colonialisme, qu’elle appréhende plutôt dans sa dimension spatiale et cartographique, nous dévoile les imprévus très matériels et concrets de la présentation d’objets pour déconstruire le mythe de l’explorateur héroïsé et donner enfin une place en toute lumière aux autres : assistants, guides, interprètes, et surtout aux femmes, qui ont été longtemps effacé·es de cette histoire fortement mythifiée.

13Enfin, dans la rubrique Sur l’écrit, Jean-Marie Théodat met sa plume alerte au service d’une évocation très personnelle que nous propose Bertrand Badie. On connaissait bien sûr ce chercheur pour ses travaux fondateurs en science politique et en relations internationales, mais son dernier ouvrage décentre la focale et aborde sa propre vie. Son livre, paru en 2022 aux éditions Odile Jacob, est intitulé Vivre deux cultures. Comment peut-on naître franco-persan ? Il n’est pas si fréquent qu’une figure académique de cette envergure revienne sur sa trajectoire intime et familiale, ainsi que sur son expérience de l’altérité, et fasse ce détour par l’autobiographie pour éclairer la construction d’un regard et d’une épistémologie. Ce qu’il dit du mouvement social actuel en Iran et de sa répression aveugle fait écho à d’autres textes de ce numéro, mais surtout nous rappelle que la nuance et la poésie, l’affection et l’altruisme sont des armes irremplaçables pour défendre la liberté et encourager celles et ceux qui risquent leur vie pour elle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Weber, « Ce que le changement révèle »EchoGéo [En ligne], 62 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/24401 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.24401

Haut de page

Auteur

Serge Weber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search