Navigation – Plan du site

Accueilnumeros64Sur le ChampLa mémoire du risque à Mayotte, u...

Sur le Champ

La mémoire du risque à Mayotte, un atout pour la prévention des risques naturels ?

Mayotte's risk memory: An asset for natural hazard prevention?
Mathilde Rullier et Gilles Hubert

Résumés

Dans un contexte global de dérèglement climatique, Mayotte, territoire insulaire de l’Océan Indien et récent département et région d’outre-mer (DROM), voit sa population fortement exposée aux multiples risques naturels. Mais, ce territoire doit faire face à de nombreux défis tout en répondant aux urgences. La politique gestion des risques naturels déployée sur le territoire hérite des cadres national et européen, mais la culture du risque se construit localement. Malgré des événements météorologiques marquants anciens, des flux migratoires élevés et un contexte radicalement différent de celui de la Métropole, la mémoire des habitants peut se révéler un atout à mobiliser pour ancrer une culture du risque territorialisée et adaptée aux enjeux actuels.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La mémoire des catastrophes est considérée comme un élément essentiel de la gestion des risques par de nombreux travaux scientifiques. Elle est une composante contemporaine de la notion de « culture du risque » qui apparaît dès les années 1980 aux côtés des termes d’« apprentissage » et de « pédagogie » ; faisant alors naître l’idée positive d’une réduction de la vulnérabilité pour ceux qui se l’approprient (Weiss et al., 2006 ; Blesius, 2013 ; Reghezza-Zitt et al., 2021). Ainsi, la culture du risque permettrait d'identifier le risque et d’y réagir de la manière attendue par l’administration, c'est-à-dire en acceptant les mesures de prévention et en adoptant un comportement spécifique pendant la crise (Revet et Langumier, 2013). Elle contribuerait à améliorer la prise de conscience des aléas auxquels un territoire est exposé et influencerait aussi bien les individus directement concernés, qu’indirectement leurs communautés. In fine, la mémoire permettrait de « vivre avec » le risque (D’Ercole et Dollfus, 1996). Elle peut cependant devenir défaillante en cas d’oubli des événements marquants, trop éloignés du présent (Weiss et al., 2011 ; Labeur, 2013), ou de confiance exagérée envers les ouvrages de protection (Julien et al., 2021).

2Cet article propose d’étudier cette composante clé de la stratégie de prévention dans le cas de Mayotte, île de l’océan Indien localisée entre Madagascar et les Comores et 101ème département français. L’île est exposée à de multiples risques naturels : inondations, mouvements de terrain, cyclones, feux de forêt, séismes, submersion marine. En 2018, un volcan sous-marin en formation rapide a été découvert à 60 km des côtes ; cela causant un affaissement de 10 à 19 cm, un déplacement de l’île vers l’est d’environ 21 à 25 cm, et plusieurs milliers de séismes, dont quelques dizaines de magnitude supérieure à 4 sur l’échelle de Richter, selon les bulletins de l’activité sismo-volcanique du réseau REVOSIMA (REVOSIMA, 2019 et 2022). Sur ce territoire multirisque, un cyclone peut provoquer des inondations, de fortes pluies engendrer des glissements de terrain, et un séisme sous-marin se traduire en un tsunami engageant tout l’archipel. Les risques sont systémiques et se combinent les uns avec les autres.

3Malgré leur importance, les aléas y sont peu étudiés. Météo-France s’appuie sur des équipements localisés à La Réunion pour la prévision des cyclones ; les principales rivières n’ont été équipées d’appareils de mesure des crues que récemment ; les archives ne sont analysées que depuis 2008. Il n’est pas rare de devoir recourir à des enquêtes ou entretiens qualitatifs, notamment auprès des anciens des villages, pour obtenir un récit des risques naturels passés. L’atlas des risques naturels et des vulnérabilités territoriales de Mayotte, publié en 2014, en est un exemple (Leone et Vinet, 2014). Sans parler de la difficulté des scientifiques à mesurer les effets du changement climatique sur l’île. La question qui se pose est la suivante : puisque le volet prévision fait défaut, ne faudrait-il pas privilégier d’autres stratégies opérationnelles, dont la prévention, en s’appuyant sur la culture orale de la population mahoraise ?

4En plus des risques naturels, l’île est confrontée à d’autres défis : une forte croissance démographique (+3,8 % entre 2012 et 2017 (Chaussy et al., 2019)), une croissance économique sous l’influence du secteur public (PIB +4,1 % en 2020 (Rageot et Planchat, 2022)), une population jeune (55 % de moins de 20 ans (INSEE, 2017)), des flux migratoires importants, un accès à l’emploi difficile (28 % de demandeurs d’emploi parmi la population active (Jonzo, 2021)), un taux de personnes qualifiées faible (68,5 % peu ou pas diplômés (INSEE, 2017)), une forte proportion de logements en tôle (38 % (INSEE, 2017)). L’ensemble de ces éléments constitue des facteurs aggravants de vulnérabilité. Parallèlement, l’action publique locale se (re)structure petit à petit (cinq intercommunalités ont été créées en 2015). Au regard de ces spécificités mais aussi du décalage avec la métropole, il apparait illusoire d’appliquer, de manière identique et sur tous les territoires, une politique publique définie à l’échelon national. La territorialisation de l’action publique apparaît d’autant plus nécessaire que les risques en tant que problème politique est sont un construit social (Muller, 2018). La culture du risque et sa composante la de mémoire collective entendent répondre à ce besoin. À Mayotte, impulsée par les pouvoirs publics, la réflexion est en cours d’élaboration et doit s’appuyer dans ce processus de construction sur la mémoire des évènements.

5Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les écosystèmes et systèmes humains des petites îles du globe sont fortement concernées par les inondations, qu’elles soient intérieures ou côtières (GIEC, 2022). La cartographie des aléas littoraux (submersion marine, recul du trait de côte, érosion) à Mayotte a montré qu’environ 37 % du linéaire côtier est d'ores et déjà caractérisé par une dynamique de recul (Jeanson et al., 2021). Associées à un fort marnage (~4 m), des inondations régulières, notamment lors des grandes marées, sont à anticiper, tout comme l’accélération de l’érosion du littoral et l’accroissement des vulnérabilités lors de cyclone. Mais, à l’inverse de ses homologues des Départements et Régions d’Outre-Mer, Mayotte n’a pas souffert de catastrophes ou d'événements marquants depuis les années 1980. L’île a depuis fortement changé et la mémoire du risque s’est sans doute estompée.

6Dans quelle mesure alors les souvenirs liés aux événements cycloniques marquants des années 1980 peuvent-ils jouer un rôle dans la construction d’une culture du risque territorialisée, « à la mahoraise » ? Comment celle-ci peut-elle être mobilisée pour consolider la politique de prévention des risques naturels sur l’île ?

  • 1 Cette thèse a bénéficié du soutien financier du bureau d'étude mahorais M'zé conseil et de l'ANRT ( (...)
  • 2 Le questionnaire comporte deux volets. Le premier concerne les caractéristiques sociales et économi (...)

7Cet article apportera des éléments de réponse par l’utilisation de données récoltées dans le cadre d’un travail de thèse (Rullier, 2022)1. Elles résultent d’enquêtes de terrain réalisées auprès des habitants entre les mois d’août et octobre 2020, dans les villages de Bambo Ouest, Pamandzi et Majicavo-Koropa, par une équipe de quatre enquêteurs-traducteurs et la doctorante. Les trois terrains d’étude couvrent le nord et le sud de Grande Terre, ainsi que Petite Terre. Ils sont tous situés sur le littoral, espace particulièrement ciblé pour son exposition aux risques naturels. Ils permettent également de représenter la diversité des situations urbaines et socio-économiques des populations mahoraises. Les sites en question sont soumis aux risques d’inondation par ruissellement urbain, submersion marine et par débordement de cours d’eau. Le sud de Grande Terre est rural et les habitations en parpaing prévalent. En revanche, le nord, pôle d’attraction économique, est une zone urbanisée, avec un habitat précaire où les locataires sont nombreux. Petite Terre est également prisée, mais le cadre de vie est meilleur, et les inondations plus fréquentes depuis la subsidence de l’île. Les résultats d’enquêtes sont alors utilisés globalement et non rapportés par site. Les questionnaires2 ont été administrés en face-à-face, en français ou en shimaoré (langue local), pour des entretiens de 30 à 60 minutes. 314 questionnaires, soit une centaine par site, ont pu être exploités pour le traitement statistique. Ainsi, cet article à partir de données qualitatives et quantitatives, se focalise sur la manifestation individuelle de la mémoire, ainsi que sur l’influence du passé sur l’actuelle perception collective des risques et leur gestion. La mémoire « relève avant tout du domaine de l’action et du vécu » (Labeur, 2013, p. 45).

Illustration 1 - Localisation des sites d'étude à Mayotte

Illustration 1 - Localisation des sites d'étude à Mayotte

8Source : BDORTHO 976 [Geoservice IGN], 2016. Réalisation : M. Rullier, 2022.

L’action publique de gestion des risques naturels à Mayotte

9Depuis la départementalisation de Mayotte, en 2011, un processus de rattrapage visant l’égalité réelle avec la métropole est à l’œuvre dans tous les domaines (infrastructures, santé, éducation, logement, droit social). Pour l’État central, il prendra au minimum 25 ans (Roinsard, 2012). Depuis les années 2000, l’État a commencé à rapprocher le droit traditionnel islamique et le droit commun : interdiction de la polygamie en 2005, révision des registres de l’état civil terminée fin 2011, création de la Sécurité Sociale en 2004. La « rupéisation », soit l’acquisition du statut de région ultramarine périphérique de l’Union européenne (RUP), a été actée en 2014. Ce bouleversement majeur a également apporté son lot de questions, qui impose à la France d’appliquer le droit communautaire dans le département. Par exemple, la politique européenne de gestion des risques d’inondation, retranscrite par la Directive Inondation de 2007, a été appliquée en 2014 à Mayotte. Sous l’influence européenne, l’action publique locale de gestion des risques d’inondation se transforme. Après 10 ans de départementalisation, la Cour des Comptes en dresse un bilan laborieux. Les obstacles sont manifestement bien plus difficiles à surmonter que prévu (Cour des comptes, 2016 et 2022) : dimensionnement des politiques publiques probablement faussé par la sous-estimation de la population, délinquance hors norme, faiblesse du niveau et des infrastructures d'éducation, manque d’expertise et d’ingénierie des collectivités territoriales, manque de vision stratégique et de programmation sur le long terme. La gestion des risques apparait alors comme un enjeu parmi d’autres.

10La politique de gestion des risques d’inondation repose sur les composantes suivantes : connaissance des aléas et des risques, prévision et surveillance, information du public, prise en compte du risque dans l’aménagement par l’intermédiaire des Plans de Prévention des Risques Naturels (PPRN), soutien aux travaux de réduction de la vulnérabilité, contrôle des ouvrages hydrauliques, préparation et gestion de crise, et retour d’expérience. L’objectif de la politique, tel que défini par l’État, est de réduire la vulnérabilité des personnes, des biens et de l’environnement aux risques naturels majeurs et hydrauliques. Au travers de l’action des services de l’État, à Mayotte comme dans les autres territoires métropolitains, c’est aussi un niveau supranational (européen et international) qui est amené à s’exprimer, notamment avec la Directive Inondation. Tous ces niveaux participent à la définition des risques jusqu’à l’explicitation des actions à mener (Jacob et Schiffino, 2007b).

11Aujourd’hui, l’action publique s’éloigne d’une vision aléa-centrée du risque, qui avait conduit à privilégier les mesures structurelles de protection au détriment des actions visant à diminuer la vulnérabilité des populations exposées (Hubert, 2001). Les stratégies de prévention (prise en compte du risque dans l’aménagement du territoire) et de préparation (actions de gestion de crise et de catastrophe) se développent à leur tour. L’application de la Directive Inondation a d’ailleurs pesé sur cette avancée, car sa compréhension du risque repose à la fois sur la probabilité de survenue de l’aléa et sur l’impact des inondations. La directive a aussi modifié l’approche de l’État français. Ce dernier, malgré son obligation de protéger la population, sous-estimait les risques d’inondation, et ne les instituait pas en une priorité politique centrale (Paul et al., 2016).

12À Mayotte, la coûteuse stratégie de protection a historiquement été laissée de côté par manque de savoir-faire technique local ou absence de moyens financiers. Le changement de paradigme implique une mise en œuvre complète de la politique sur le territoire. Des plans visant à anticiper et agir en amont de la crise (Plan de Prévention des Risques Naturels, Plan de Gestion des Risques d’Inondation, Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs) sont élaborés par les services de l’État et les collectivités locales.

13Toutefois, la stratégie de préparation se heurte à la réalité du terrain. Les outils qui la composent, tels que les Plans (Inter)Communaux de Sauvegarde, développés et éprouvés au niveau national, doivent être appropriés par les autorités locales (communes et intercommunalités). Pour les utiliser, ces dernières doivent adhérer à leur conception et comprendre les logiques sous-jacentes.

14Réclamant une attention particulière, la prévention est une option de choix dans laquelle la culture du risque, de son élaboration à son entretien, constitue une composante essentielle. « Une culture du risque, partagée par tous, semble donc la clé de la prévention dans un monde qui a atteint une telle complexité que la protection ne peut être assurée uniquement par l’État » (Vidal-Naquet et Ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement, 2001, p. 4). La politique de prévention s’appuie d’abord sur la population, qu’elle se doit de sensibiliser. Or, sur le territoire métropolitain, depuis des années, les initiatives se multiplient, sans qu’on puisse juger de leur réelle efficacité ; au point que l’on continue à recommander de développer la sensibilisation collective (Courant et al., 2021). C’est la mise en œuvre qui est à revoir, à adapter et à spécifier pour que les populations s’approprient les messages et comprennent de quelle manière les risques se traduisent dans leur territoire et leur quotidien (Julien et al., 2021). La mémoire du risque, parce qu’elle est par essence territorialisée et qu’elle révèle le vécu des personnes, l’expérience directe, mérite l’attention des gestionnaires.

Une mémoire du risque mahoraise à réactiver

15La mémoire des risques chez les insulaires est teintée de culture locale, sociale et sociétale, et s’inscrit dans la géographie de l’île. Elle se façonne en fonction de la perception par les populations des risques encourus, et au gré des événements subis. Mais elle ne suffit pas à induire des comportements appropriés et garantir la conscience du risque sur le territoire.

16L’enquête de terrain permet d’évaluer l’état de la mémoire collective du risque, soit « l’opérationnalité des savoirs » (Labeur, 2013, p. 54). L’échantillon concerne une population de 18 à 94 ans (42 ans en moyenne), et 78 % de femmes. Dans la société mahoraise, les femmes sont plus souvent présentes à leur domicile que les hommes, ce qui constitue un biais incontestable de l’enquête. Les sections suivantes font apparaitre les analyses des résultats d’enquêtes.

Une mémoire vieillissante des événements marquants

  • 3 Les diagrammes à barres représentent les réponses collectées pour des questions à choix multiples ; (...)

17Selon les réponses collectées, 89 % des enquêtés ont fait l’expérience de risques naturels, mais peu ont connu des événements traumatisants. Les graphiques3 ci-dessous permettent d’identifier les réponses aux questions sur le type de risque vécu, son ancienneté et les dommages subis.

Illustration 2 - Type de risque vécu par les enquêtés

Illustration 2 - Type de risque vécu par les enquêtés

Source : données de l’enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.

Illustration 3 - Ancienneté de l'événement vécu par les enquêtés

Illustration 3 - Ancienneté de l'événement vécu par les enquêtés

Source : données de l’enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.

Illustration 4 - Dommages subis par les enquêtés

Illustration 4 - Dommages subis par les enquêtés

Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.

  • 4 Devant la menace du cyclone Belna, le préfet a déclenché l’alerte rouge, le 8 décembre 2019. Les ha (...)

18Les réponses pointent d’abord les récents événements sismiques et les événements cycloniques. Or les effets de l’essaim sismique se caractérisent par la fragilisation des bâtis (fissures) et un sentiment d’angoisse dans la population. La majorité des dommages vécus sont de l’ordre du stress (63 %), sans destruction concrète subie (46 %) ; très peu de sondés mentionnent des impacts traumatisants, tels que des dommages immobiliers (16 %) ou encore corporels (1 %). L’ancienneté des événements vécus est édifiante : dans 55 % des cas, les interrogés ne relatent que des événements de moins de cinq ans (55 %), tels que l’essaim sismique ou l’alerte rouge donnée lors du passage du cyclone Belna4, qui n’ont pas fait de dégâts notables. Ce ne sont finalement que 17 % des enquêtés qui évoquent des événements plus anciens, datant de plus de 10 ans. Dans ces cas, il est fait référence à deux événements majeurs, racontés lors des enquêtes au domicile : le cyclone intense Kamisy, qui a touché l’île du 10 au 11 avril 1984, et la forte tempête Feliksa, qui a affecté Mayotte du 15 au 16 février 1985. Les archives départementales fournissent la liste des dommages consécutifs au passage de Kamisy : 1 victime, plus de 20 000 sinistrés, la plupart des cases mahoraises détruites, des récoltes totalement perdues, des bâtiments publics détruits, le réseau d’électricité coupé durant 48 heures, le réseau téléphonique endommagé à 70 %. L’ensemble des dégâts a été estimé à environ 25 millions d’euros. Selon les données récoltées par l’observatoire du littoral de Mayotte, les communes du sud de Grande-Terre ont été les plus touchées. L’année suivante, la tempête Feliksa a eu les effets suivants : ruissellement, débordement de cours d'eau et submersion marine, endommagement des constructions, notamment les toitures, destruction de la plupart des cultures, réseau d’électricité et réseau routier fortement endommagés, notamment par la chute d’arbres, nombreuses inondations et glissements de terrain, crues sur la rivière Kwalé. Le total des dégâts a été estimé à 9 millions d’euros (dont 6 pour le réseau routier). Ainsi, les événements a priori les plus traumatisants sont anciens, que seul un sixième des enquêtés a vécus. Caractéristique d'autant plus prégnante que, comme le montre la pyramide des âges, la part des plus de 40 ans est faible (18 %) comparativement à celle des jeunes de moins de 20 ans (Chaussy et al., 2019).

Illustration 5 -  Pyramide des âges à Mayotte (2012 et 2017) et en France métropolitaine (2017)

Illustration 5 -  Pyramide des âges à Mayotte (2012 et 2017) et en France métropolitaine (2017)

Source : Insee, recensements de la population de Mayotte 2012 et 2017 et estimations de population au 1er janvier 2018 pour la France métropolitaine. Réalisation : Insee, 2018.

19Ainsi, l’on peut comprendre qu’en application de la Directive Inondation, le Plan de Gestion des Risques d’Inondation de 2022-2027, élaboré par l’État, via la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement et de la Mer (DEALM), recommande de cibler l’éducation des jeunes scolarisés, si l’on souhaite accentuer leur « culture du risque ». Celle-ci s’apprend par la diffusion de l'information sur les phénomènes scientifiques en partie à l’origine des événements météorologiques dangereux, et par l’apprentissage des bons comportements recommandés par les gestionnaires de l’urgence et de la crise. Le service interministériel de défense et de protection civiles de la préfecture de Mayotte valide et soutient les communes dans leur élaboration des Plans Communaux de Sauvegarde. La gendarmerie, le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) et le Service d’aide médicale d’urgence (SAMU) sont aussi partie prenante de la définition des procédures de la gestion de crise. La Plateforme d’intervention régionale de l’océan Indien (PIROI) et le réseau des bénévoles de la Croix-Rouge sont également sollicités pour leur expertise internationale et leurs ressources humaines et matérielles.

Une mémoire diluée par la mobilité des populations

20Mayotte est une terre de migrations. L’enquête « Migrations, Famille et Vieillissement », menée par l’Ined et l’Insee en 2015-2016, concerne 3 200 personnes ayant entre 18 et 79 ans. Selon les résultats, seulement 45 % de la population résidant à Mayotte y seraient nés. Cette tendance se vérifie avec l’échantillon de notre enquête : 51 % sont natifs, tandis que 21 % sont arrivés depuis moins de dix ans. L’étude révèle également les trajectoires migratoires : seulement 21 % des natifs de Mayotte demeureraient sur l’île, tandis que 29 % des interrogés auraient effectué un séjour de plus de 6 mois en dehors (Marie et al., 2017).

Illustration 6 - Date d'arrivée des enquêtés à Mayotte

Illustration 6 - Date d'arrivée des enquêtés à Mayotte

Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.

21L’aspect composite de la population mahoraise favorise la dilution de la mémoire du risque (Duvat, 2008). La récente arrivée d’une partie de la population de Mayotte permet une faible conservation de la transmission de la mémoire, lorsqu’elle porte sur des dimensions localisées (par exemple, l’élévation du niveau de la mer et l’érosion littorale dans un quartier). Dès lors, l’élaboration d’une mémoire collective à Mayotte ne semble possible qu’à la condition que les natifs sédentaires transmettent leur ressenti des événements vécus aux primo-arrivants et migrants de retour.

22L’intensité des mouvements migratoires ne devrait pas être considérée comme un obstacle à l’élaboration d’une mémoire collective protectrice de la population mahoraise. En effet, les flux migratoires dans le canal du Mozambique et dans l’océan Indien peuvent constituer un moyen de diffuser les bonnes pratiques, d’échanger sur les expériences des uns et des autres, et d’adopter des comportements préventifs. La population récemment arrivée sur le territoire n’apparaît pas forcément plus vulnérable face aux risques mahorais. Madagascar et La Réunion sont impactés chaque année par les cyclones, et autres événements météorologiques. Les expériences au quotidien de ces territoires peuvent être bénéfiques pour l’élaboration de la culture du risque à la mahoraise.

23Les enquêtes ont confirmé l’attachement des Mahorais à leur village. Les habitants déménagent rarement ; lorsqu’ils y sont forcés (notamment les locataires expulsés par les propriétaires), ils ont tendance à demeurer au village (58 %) ou dans la commune (12 %).

Illustration 7 - Nombre d'années passées dans le logement

Illustration 7 - Nombre d'années passées dans le logement

Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.

Illustration 8 - Lieu de résidence précédent

Illustration 8 - Lieu de résidence précédent

Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.

24Dans le voisinage, les réseaux de soutien et d’entraide sont importants ; il existe une forme de confiance accordée aux cercles familiaux et familiers de proximité. Tout d’abord, les voisins des enquêtés sont pour moitié des membres de la famille ; 25 % sont des amis, rendant les échanges de services quotidiens courants. L’étude des processus de transmissions intergénérationnelles et intra-générationnelles au sein des familles gagnerait à être davantage développée.

Illustration 9 - Relations de voisinage

Illustration 9 - Relations de voisinage

Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.

Illustration 10 - Échange de services entre voisins

Illustration 10 - Échange de services entre voisins

Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.

Une mémoire inadaptée face aux évolutions récentes

25Depuis la fin des années 1980, Mayotte traverse une période d’évolutions majeures et profondes. La recherche d’amélioration de la qualité de vie, rendue possible par la croissance économique, demeure cependant soumise au surcroît démographique.

26Dans ce contexte, les savoir-faire vernaculaires en matière de construction ont été délaissés, comme l’utilisation du torchis qui nécessite une maintenance annuelle. L’usage du parpaing est désormais un signe de modernité et constitue l’habitat mahorais du XXIe siècle. La recherche de durabilité et de sécurité, pour se protéger des vols comme des intempéries, a probablement contribué à l’abandon du torchis. La maison en parpaing, considérée comme moins vulnérable, encourage les habitants à rester sur place en cas d’événement climatique ou sismique. Lors des enquêtes à domicile, elle est d’ailleurs désignée comme un lieu refuge à l’échelle du voisinage. Ce matériau a le double avantage d’être facile d’utilisation et accessible à une classe moyenne en pleine expansion.

27Pour le financement de la construction, la pratique traditionnelle de la shikoa perdure. C’est une forme de tontine locale, basée sur la confiance mutuelle d’un groupe familial ou familier. Grâce à cet investissement privé, les logements se construisent petit à petit, sans qu’il y ait besoin de recourir aux prêts. Le parc de logement mahorais s’érige en partie sans autorisation, faisant fi des normes de construction. Pour limiter les coûts, les propriétaires peuvent employer des artisans informels ou acheter des matériaux de moindre qualité. Il n’est pas rare de voir des chantiers abandonnés, lorsque les financements viennent à manquer.

28Les figures ci-dessous montrent que les habitants ont conscience du risque. Sachant que l’événement climatique ou sismique peut survenir, ils se sentent en sécurité dans leur habitation en parpaing. Parmi les répondants résidant dans une telle construction, 28 % déclarent ne pas percevoir de risque, alors que parmi les répondants habitant dans une maison en tôle, seuls 6 % ne perçoivent aucun risque. Les enquêtes montrent ainsi que les Mahorais, en ayant renoncé aux habitations en torchis, se sentent plus en sécurité.

Illustration 11 - Perception d'un risque naturel dans l'habitation

Illustration 11 - Perception d'un risque naturel dans l'habitation

Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.

29Si l’habitat en dur est devenu la forme dominante (61 %), il coexiste avec d’autres types de logements : les cases en tôle (38 %) et les habitations traditionnelles (1 %) (INSEE, 2017). Alors que la population a fortement augmenté depuis près de quarante ans, passant de 65 000 habitants en 1984 à 270 000 en 2019 (INSEE, 2017), la production de logement abordable n’a pas suivi. Par contraste avec le parpaing, l’habitat en tôle semble fragile et, en cas de cyclones, peut se transformer en source de dangers multiples. Ces perceptions du risque sont apparues après le passage de Kamisy puis Feliksa. Depuis, la situation a empiré : 20 000 cases en tôle en plus, des logements construits en parpaings sans respect des normes et zonages règlementaires, imperméabilisation des sols accrue. Les effets de la survenue d’événements météorologiques, tel que prévus par les experts du GIEC, constituent aujourd’hui une inconnue majeure à Mayotte.

Tableau Perception du risque dans l’habitation en fonction du matériau principal de construction

Tableau Perception du risque dans l’habitation en fonction du matériau principal de construction

Lecture : Le nombre affiché correspond au nombre d’enquêté percevant, ou non, un risque dans leur habitation selon le matériau principal du logement.

Auteur: M. Rullier, 2022.

30L’expérience des événements récents semble relative. Les dégâts ont été minimes, de sorte que la prise de conscience des risques au quotidien reste marginale.

Conclusion : la mémoire du risque à Mayotte, un atout à mobiliser avec précaution

31Les analyses effectuées montrent l’existence d’une mémoire du risque à Mayotte. Confrontée aux transformations profondes causées, en partie, par la départementalisation, elle apparait vieillissante, diluée et finalement inadaptée. Elle devient insuffisante et ne peut jouer le rôle attendu : la vulnérabilité de la population mahoraise n’est pas diminuée par la simple existence de la mémoire des évènements.

32Les populations, si elles ont conscience du risque, n’ont pas nécessairement la perception aiguë de la vulnérabilité. L’habitation mahoraise moderne, désormais en dur, revêt dans l’imaginaire collectif le rôle d’une garantie indéfectible. Depuis les années 1980, la vulnérabilité du bâti a en effet diminué. Demeure toutefois l’incertitude à propos des conséquences d’un événement météorologique à Mayotte. La mémoire ancienne, qui s’est construite lors d’événements catastrophiques, n’a pas été récemment réactivée et ne permet pas d’anticiper les effets systémiques des risques. Les Mahorais ne paraissent pas en mesure de prendre conscience de leur vulnérabilité actuelle.

33La mémoire du risque a besoin d’être régénérée par de multiples expériences traumatiques, qui vont permettre de confronter passé et présent. La communication des gestionnaires du risque est en cela importante : elle doit apporter des solutions réalistes, sans apeurer (Jacob et Schiffino, 2007a ; Jacob et Schiffino, 2007b). À Mayotte, les flux migratoires diluent la mémoire locale, tout en apportant des savoirs de territoires plus expérimentés, où la mémoire du risque est plus actuelle. C’est alors une opportunité pour élaborer une stratégie de prévention territorialisée.

34S’appuyer sur la mémoire des habitants de Mayotte permettrait de construire une culture locale du risque, créolisée (c’est-à-dire à identité multiple) et territorialisée. Les modalités d’intégration de la mémoire des évènements à la politique de gestion des risques de Mayotte restent à déterminer. Il semble que le réseau d’acteurs en charge de la gestion des risques (national, régional et local), avec les intercommunalités et le soutien des structures associatives, ait la capacité d’engager cette dynamique.

Haut de page

Bibliographie

Blesius J.-C., 2013. Discours sur la culture du risque, entre approches négative et positive. Vers une éducation aux risques ? Géographie et cultures [En ligne], n° 88, p. 249–265. URL: http://journals.openedition.org/gc/3141 - DOI : https://doi.org/10.4000/gc.3141

Chaussy C., Merceron S., Genay V., 2019. À Mayotte, près d’un habitant sur deux est de nationalité étrangère. INSEE Première, n° 1737, p. 6.

Cour des comptes. Chambres régionales et territoriales des Comptes, 2022. Quel développement pour Mayotte ? Mieux répondre aux défis de la démographie, de la départementalisation et des attentes des Mahorais [Accessible sur le site de la Cour des Comptes]. Paris, Cour des comptes, 88 p. URL: https://www.ccomptes.fr/fr/publications/quel-developpement-pour-mayotte

Cour des comptes. Chambres régionales et territoriales des Comptes, 2016. La départementalisation de Mayotte : Une réforme mal préparée, des actions prioritaires à conduire [Accessible sur le site de la Cour des Comptes]. Paris, Cour des comptes, 164 p. URL: https://www.ccomptes.fr/fr/publications/la-departementalisation-de-mayotte

Courant F., Biscay J.-F., Boutillet D., Rizza C., Vinet F., Weiss K., 2021. Mission sur la transparence, l’information et la participation de tous à la gestion des risques majeurs, technologiques ou naturels [Accessible sur le site du ministère]. Paris, ministère de la Transition Écologique, 68 p. URL: https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/RAPPORT%20FINAL%20CULTURE%20DU%20RISQUE%20JUIN%202021-1.pdf

D’Ercole R., Dollfus O., 1996. Mémoire des catastrophes et prévention des risques. Natures Sciences Sociétés, vol. 4, n° 4, p. 381–391. DOI : https://doi.org/10.1051/nss/19960404381

Duvat V., 2008. Le système du risque à Saint-Martin (Petites Antilles françaises). Développement durable et territoires [En ligne], dossier 11. URL: http://journals.openedition.org/developpementdurable/7303 - DOI: https://doi.org/10.4000/developpementdurable.7303

GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), 2022. Changements climatiques 2022 : impacts, adaptation et vulnérabilité. Contribution du Groupe de travail II au sixième rapport d’évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Cambridge, Cambridge University Press.

Hubert G., 2001. Aménagement et gestion locale des bassins hydrographiques. Procédures de planification et processus de décision. Habilitation à diriger les recherches, Aménagement de l'espace et urbanisme, Université de Tours, 243 p.

INSEE, 2017. Recensement de la population.

Jacob S., Schiffino N., 2007a. Docteur Folamour apprivoisé ? Politique et sociétés [En ligne sur Erudit], vol. 26, n° 2-3, p. 45-–72. URL: https://id.erudit.org/iderudit/017663ar - DOI: https://doi.org/10.7202/017663ar

Jacob S., Schiffino N., 2007b. Les politiques publiques du risque. Politique et sociétés [En ligne sur Erudit],, vol. 26, n° 2-3, p. 19–26. URL: https://id.erudit.org/iderudit/017661ar - DOI: https://doi.org/10.7202/017661ar

Jeanson M., Anthony E., Charroux S., Aubry A., Dolique M., 2021. Detecting the effects of rapid tectonically induced subsidence on Mayotte Island since 2018 on beach and reef morphology, and implications for coastal vulnerability to marine flooding. Geo-Marine Letters, vol. 41, n°51.

Jonzo A., 2021. 3 000 emplois en moins pendant le premier confinement. INSEE Flash Mayotte, n° 117, 6 p.

Julien M.-P., Bédouret D., Chalmeau R., Mainar C.V., Léna J.-Y., Calvet A., 2021. Éduquer aux risques dès l’école primaire : de la représentation à la conscientisation. VertigO [En ligne], vol. 20, n° 3. URL: http://journals.openedition.org/vertigo/28806 - DOI: https://doi.org/10.4000/vertigo.28806

Labeur C., 2013. Raconter l’inondation : quand les récits de catastrophes se font mémoire du risque. Géocarrefour [En ligne], vol. 88, n° 1, p. 45-54. URL: http://journals.openedition.org/geocarrefour/8937 - DOI: https://doi.org/10.4000/geocarrefour.8937

Leone F., Vinet F., 2014. Atlas des risques naturels et des vulnérabilités territoriales de Mayotte. Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 170 p.

Marie C.-V., Breton D., Crouzet M., Fabre E., Merceron S., 2017. Migrations, natalité et solidarités familiales. INSEE Analyses Mayotte, n° 12, 6 p.

Muller P., 2018. Les politiques publiques. Paris, Presses Universitaires de France, 128 p.

Paul R., Bouder F., Wesseling M., 2016. Risk-based governance against national obstacles? Comparative dynamics of Europeanization in Dutch, French, and German flooding policies. Journal of Risk Research, vol. 19, n°8, p. 1043-1062.

Rageot F., Planchat C., 2022. Le PIB augmente malgré la crise sanitaire. INSEE Flash Mayotte, n° 147, 6 p.

Reghezza-Zitt M., Benitez F., Devès M.H., 2021. Vivre avec la mémoire de la catastrophe. VertigO [En ligne], vol. 20, n° 3. URL: http://journals.openedition.org/vertigo/28911 - DOI: https://doi.org/10.4000/vertigo.28911

Revet S., Langumier J., 2013. Le gouvernement des catastrophes. Clamecy, Karthala, 286 p.

REVOSIMA, 2022. Bulletin de l’activité sismo-volcanique à Mayotte [En ligne], 35 p. URL: https://www.mayotte.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/revosima_bull_n38_20220204.pdf

REVOSIMA, 2019. Bulletin n°1 de l’activité sismo-volcanique à Mayotte [En ligne], 12 p. URL: https://www.mayotte.gouv.fr/contenu/telechargement/15287/116525/file/190823_1er_bulletin_info_sismo_volcanique_mayotte.pdf

Roinsard N., 2012. Le 101ème département. La vie des idées [En ligne]. URL : https://laviedesidees.fr/Le-101eme-departement.html

Rullier M., 2022. La politique de gestion des risques d’inondation face à l’îléité mahoraise [En ligne sur HAL]. Thèse de doctorat, Aménagement de l'espace et urbanisme, Université Paris-Est, 487 p. URL: https://theses.hal.science/tel-03958325 (consulté le 01/01/2023).

Vidal-Naquet P.-A., Ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement D.R.A.S.T., 2001. Inondations et culture du risque [Consultable sur le site du SIDE]. Lyon, CERPE, 63 p. URL: https://side.developpement-durable.gouv.fr/NVAQ/doc/SYRACUSE/343374

Weiss K., Colbeau-Justin L., Marchand D., 2006. Entre connaissance, mémoire et oublis : représentations de l’environnement et réactions face à une catastrophe naturelle. In Marchand D., Weiss K., Psychologie sociale de l’environnement. Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 145-156.

Weiss K., Girandola F., Colbeau-Justin L., 2011. Les comportements de protection face au risque naturel : de la résistance à l’engagement. Pratiques Psychologiques, vol. 17, n° 3, p. 251-262.

Haut de page

Notes

1 Cette thèse a bénéficié du soutien financier du bureau d'étude mahorais M'zé conseil et de l'ANRT (Association Nationale pour la Recherche Technologique), dans le cadre d'une convention CIFRE tripartite impliquant également le Lab’Urba à l'Université Paris-Est.

2 Le questionnaire comporte deux volets. Le premier concerne les caractéristiques sociales et économiques de l’enquêté, ainsi que son parcours résidentiel. Le second porte sur les situations de risque qu’il a rencontrées et telles qu’il les perçoit, son niveau de connaissance et d’information, les mesures qu’il a prises ou qu’il souhaiterait prendre pour protéger son logement.

3 Les diagrammes à barres représentent les réponses collectées pour des questions à choix multiples ; ainsi le total n’est pas égal à 100 %.

4 Devant la menace du cyclone Belna, le préfet a déclenché l’alerte rouge, le 8 décembre 2019. Les habitants des littoraux et des zones escarpées ont dû être évacués et placés à l’abri, dans des centres et équipements scolaires ouverts pour l’occasion. Finalement, le cyclone est passé à 100 km des côtes mahoraises et l’alerte a été levée en début de soirée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Localisation des sites d'étude à Mayotte
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 777k
Titre Illustration 2 - Type de risque vécu par les enquêtés
Crédits Source : données de l’enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Illustration 3 - Ancienneté de l'événement vécu par les enquêtés
Crédits Source : données de l’enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Illustration 4 - Dommages subis par les enquêtés
Crédits Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Illustration 5 -  Pyramide des âges à Mayotte (2012 et 2017) et en France métropolitaine (2017)
Crédits Source : Insee, recensements de la population de Mayotte 2012 et 2017 et estimations de population au 1er janvier 2018 pour la France métropolitaine. Réalisation : Insee, 2018.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Illustration 6 - Date d'arrivée des enquêtés à Mayotte
Crédits Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Illustration 7 - Nombre d'années passées dans le logement
Crédits Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Illustration 8 - Lieu de résidence précédent
Crédits Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Illustration 9 - Relations de voisinage
Crédits Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Illustration 10 - Échange de services entre voisins
Crédits Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Illustration 11 - Perception d'un risque naturel dans l'habitation
Crédits Source : données de l'enquête, 2020. Réalisation : M. Rullier, 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Tableau Perception du risque dans l’habitation en fonction du matériau principal de construction
Légende Lecture : Le nombre affiché correspond au nombre d’enquêté percevant, ou non, un risque dans leur habitation selon le matériau principal du logement.
Crédits Auteur: M. Rullier, 2022.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25398/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Rullier et Gilles Hubert, « La mémoire du risque à Mayotte, un atout pour la prévention des risques naturels ? »EchoGéo [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 30 septembre 2023, consulté le 03 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/25398 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.25398

Haut de page

Auteurs

Mathilde Rullier

Mathilde Rullier, mathilde.rullier@univ-eiffel.fr, est docteure en aménagement du territoire et urbanisme à l'Université Gustave Eiffel.

Gilles Hubert

Gilles Hubert, gilles.hubert@univ-eiffel.fr, est professeur émérite à l'Université Gustave Eiffel

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search