Navigation – Plan du site

Accueilnumeros65Sur le champDysfonctions mécaniques dans les ...

Sur le champ

Dysfonctions mécaniques dans les interstices de l’infrastructure

Ethnographie Mbya Guarani et Paĩ Tavyterã/Kaiowa entre Paraguay et Brésil
Mechanical dysfunctions in the interstices of infrastructure. Ethnography Mbya Guarani and Paĩ Tavyterã/Kaiowa between Paraguay and Brazil
Paul Fabié et Joaquin Ruiz Zubizarreta

Résumés

Ce travail ethnographique propose une réflexion sur les machines depuis des situations géographiques interstitielles, celles dans lesquelles sont réduits deux peuples Guarani de part et d’autre de la frontière entre Paraguay et Brésil. Dans ce territoire régi par l’infrastructure de l’agrobusiness, les machines marquent quotidiennement la réalité autochtone. Certaines, dysfonctionnelles, sont devenues paysage ; certaines, aujourd’hui, accélèrent la vie autochtone ; d'autres facilitent le travail ou brouillent les pistes entre des imaginaires de tradition et de modernité, de mécanique et d’animaux, de développement et de résistance. Se manifestent ainsi la fertilité et l’inventivité des conceptualisations et usages mécaniques.

Haut de page

Entrées d’index

Index par rubriques :

Sur le Champ
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le soja est la plantation largement majoritaire (Hetherington 2020), mais elle cohabite avec d’autr (...)
  • 2 Le droit environnemental au Brésil et au Paraguay exige que chaque propriétaire conserve sur sa pro (...)

1Dans le territoire frontalier entre l’orient paraguayen et l’Ouest brésilien, tout le long d’une ligne de frontière poreuse, une infrastructure agro-exportatrice prospère. Le territoire est presque entièrement déforesté et la plantation de soja1 façonne matériellement le paysage (Oliveira et Hecht 2016). À perte de vue s’étalent les champs de monoculture, épisodiquement interrompus par les petites réserves légales de forêts2, sortes d’îlots surnageant dans la marée uniforme de la plantation. La connectivité est établie depuis les petites pistes de terre des bords des champs aux routes asphaltées. Le réseau se densifie jusqu’aux silos, aux industries de trituration du grain avant de rejoindre les lieux d’exportation. Cet ensemble de flux, de nœuds de stockage, d’industrie, de machines, de camions, d’institutions et d’entreprises mondialisées compose l’infrastructure agro-exportatrice (Gordillo 2019). Celle-ci côtoie la réalité interstitielle des peuples autochtones de cette région, réduits à vivre dans les marges du territoire. Dans ce travail issu de deux ethnographies de part et d’autre de la frontière, auprès de deux peuples Guarani différents – Joaquin auprès des Mbya de la région de Curuguaty et Paul avec les Paĩ Tavyterã/Kaiowa de l’Amambay et du Mato Grosso du Sud – nous mènerons une réflexion à propos des machines. Sans entrer dans le détail des différences entre ces deux peuples Guarani (Bartolomé 2004 ; Boidin 2011), il s’agira de questionner la machine depuis ce qui fait commun entre ces deux groupes, c’est-à-dire la fréquentation de l’infrastructure agro-exportatrice, leur réduction aux marges et leur vulnérabilité. Depuis ces situations géographiques interstitielles, nous tâcherons d’aborder les machines à travers leurs dysfonctions. Sous toutes les formes, des machines sont venues façonner ce territoire et l’infrastructure de l’agrobusiness tout autant qu’elles marquent quotidiennement la réalité autochtone, lui imprimant rythme, mémoire et violence tout en générant d’autres voies et usages. Cet essai s’intéresse à ces machines qui, dysfonctionnelles, sont devenues paysage, à celles qui, aujourd’hui, accélèrent la vie autochtone, à celles qui facilitent le travail et à celles qui brouillent les pistes entre des imaginaires de tradition et de modernité, de mécanique et d’animaux, de développement et de résistance.

2Nous repérerons, tout d’abord, les machines devenues dysfonctionnelles, abandonnées par le front pionnier et la manière dont elles façonnent encore le rapport au territoire. Nous verrons ensuite comment ces machines composent le paysage et en marquent la toponymie, prenant parfois le relais d’autres formes toponymiques héritées du processus d’établissement de l’infrastructure agroexportatrice. Puis, nous observerons que l’infrastructure et sa fréquentation entraînent la multiplication de machines diverses. Enfin, en élaborant deux biographies mécaniques, nous questionnerons les usages actuels des machines pour mettre à jour leur détournement ou leur resignification et ce que leurs différentes dysfonctions recouvrent.

Des machines-allégories devenues paysage et toponymie

3En 1928, l’ingénieur civil, membre de l’institut brésilien de géographie, Armando Arruda Perreira, tient une conférence à propos de son expédition dans le sud du Mato Grosso, à la frontière avec le Paraguay. Envoyé dans cette région frontalière pour évaluer l’état et le fonctionnement de l’infrastructure exportatrice de yerba mate, l’ingénieur Armando est fasciné par une machine qu’il rend responsable de l’efficacité du processus d’ouverture de l’ouest brésilien : le camion Ford. S’il rend justice au télégraphe comme pourvoyeur de progrès dans les confins, le camion Ford est pour lui le « héros muet qui accompagne l’homme dans la civilisation » (Arruda Perreira, 1928, p. 7). Véritable personnage de sa conférence, le camion Ford assiste l’homme brésilien, armé de ses fusils, pour supplanter, sur les routes nouvellement ouvertes, la charrette à bœuf désormais désuète. Les machines, comme le camion Ford de Arruda, au service de l’infrastructure, en deviennent aussi la mémoire et l’allégorie. La machine, personnage de la civilisation et du Progrès, vectrice de l’infrastructure marque de son sceau les territoires de la frontière et, à l’image du Ford de l’ingénieur, elle se fait objet-mémoire du pionniérisme.

  • 3 Boisson à base de mate, bue froide.
  • 4 Sur la pénétration de colons dans la région orientale du Paraguay, voir Souchaud (2002) et Nickson (...)
  • 5 Sur la mémoire de la guerre de la Triple Alliance et l’héroïsation du Mariscal López voir Capdevila (...)

4En tant qu’allégorie du progrès, c’est à la mémoire pionnière du Paraguay oriental que la machine devient monument. Sur la place centrale de Curuguaty, un vieux tracteur Fiat Pavesi des années 1930 tout rouillé suscite l’attention de Gregorio, un jeune chef autochtone d’une communauté Mbya Guarani, que Joaquin accompagne. Les sorties en ville sont rares pour Gregorio et celle-ci répond au lancement par des fonctionnaires paraguayens d’un nouveau projet de développement dont la communauté de Gregorio devrait bénéficier. L’attente des fonctionnaires et l’atmosphère préorageuse rendent l'occasion parfaite pour un terere3 frais sur la place, dominée par l’ombre de la machine-monument. Gregorio s’interroge sur l’ancien usage du tracteur que le vieux fer ne laisse deviner et la pause terere devient une enquête sur la vieille machine. Si pour les pionniers de la région – souvent des descendants de brésiliens, dit brasiguayos4 –, la machine est une claire évocation du progrès de l’infrastructure agro-exportatrice, les différentes populations locales ne semblent pas partager le même avis. Un premier passant, un paysan métis guaranophone, assure qu’il s’agit là du char de guerre du Mariscal Lopez, héros national paraguayen, défait pendant la guerre de la Triple Alliance en 1870. S’il est avéré que le Mariscal López est effectivement passé dans la région pour fuir l’avancée brésilienne, le fer rouillé se transforme, dans les propos du paysan, en monument politique nationaliste rappelant la tragédie héroïque du peuple paraguayen face à l'invasion brésilienne qui se perpétue depuis plus d’un siècle pour la défense de l’agro-industrie5. Une tout autre version est retenue par Gregorio, d’après qui la machine rouillée serait le tracteur d’un certain Julio T. Allica, ancien patron du temps des yerbales. Cette information interpelle Joaquín : la communauté Mbya Guarani de laquelle Gregorio est chef, porte le nom officiel de Alika-kue – ce qui peut vouloir dire « ce qui était à Allica », le suffixe kue marquant en guarani le passé. Or, Allica (ou Alika en guarani) est singulièrement connu pour son passé peu glorieux. Il aurait été, de l’avis général, un horrible patron yerbatero particulièrement cruel avec ses ouvriers, allant même jusqu’à les tuer pour ne pas les payer.

  • 6 Grande propriété.
  • 7 De l’autre côté du fleuve, à Puerto Adela au Paraguay, le nom d’Allica est toujours présent dans la (...)

5Il est tout à fait probable que Julio T. Allica n'ait jamais mis les pieds dans les forêts bordant les terres de la communauté qui a son nom pour toponyme. Néanmoins, il reste fort plausible qu’il y ait eu des intérêts :ces forêts riches en yerba étaient limitrophes du latifundio6 de La Industrial Paraguaya S.A. qui dominait alors l'extraction de la yerba au Paraguay. Pour un modeste exploitant comme Allica, s’installer dans les voisinages de ces latifundios, représentait l’opportunité de profiter des externalités. C’est donc sur les marges frontalières du Brésil, de l’Argentine et du Paraguay qu’il pousse l’érection de l’infrastructure à coups d'innovations mécaniques et d'opportunisme. Il s'établit au bord du fleuve Paraná, dans l’État brésilien du même nom et participe à l’ouverture d’une voie sur le fleuve entre Foz de Iguazú et les chutes du Guairá depuis sa propriété de Puerto Artaza7. Alors que la compagnie Mate Larangeira, qui domine les yerbales du Brésil, installe un train Delcavile contournant les chutes de Guairá pour acheminer la yerba vers l’Argentine (Queiroz 2022), Allica est là pour profiter de ce juteux commerce. Dès 1918, Allica exhibe son progrès mécanique dans ses exploitations :sa voiture de marque “Hispano-Suiza” ainsi que les barques à moteur assurant le service dans le port (Lutz, Araujo et Fonseca, 1918, p, 135). Malgré cela, son souvenir comme patron tyrannique précède celui d’homme du progrès (Lima Figueiredo 1937, p. 111). Ainsi, refusant ce funeste héritage pour nommer leur communauté, Gregorio et les siens s'efforcent de la faire nommer Mirī Poty en hommage à un illustre ancêtre Mbya Guarani.

6Nous n’avons pas d’indice clair qui pourrait confirmer que le tracteur qui trône à Curuguaty était bien un des joyaux de l’empire mécanique broyeur d’hommes de Julio Tomás Allica. Il reste néanmoins certain que cette machine-monument véhicule, encore aujourd’hui, de multiples imaginaires : celui des pionniers de la région qui y voient l’emblème du progrès, le nationalisme paraguayen qui y trouve une relique de son héros national, et celui des autochtones qui s’attachent à hériter d’un autre passé que celui-là. Le refus, par les Mbya Guarani du toponyme mécanique d’Allica permet de réfléchir à la dimension relationnelle de la toponymie. La dysfonction actuelle du tracteur Fiat Pavesi lui octroie sa performativité multiple et son inventivité et elle d’interroger les différentes strates matérielles sédimentées dans le paysage. Ainsi, répondant à une logique d’abandon, la machine façonne le territoire.

Dans les interstices de l'infrastructure, reprendre la terre et les machines.

7Les machines abandonnées, « auxiliaires » du processus colonial et de l’avancée du front pionnier, survivent dans le paysage, marquant celui-ci de leur empreinte mécanique. La toponymie autochtone, à l’image de la communauté de Gregorio, continue d’être affectée par la trace imaginaire et symbolique de la machine : au-delà de la matérialité de la ruine, demeure une lexicographie machinique qui fait trace, produisant en même temps séquelles, mémoires et sens des lieux (Basso, 2016).

8Le long de l’axe routier récemment asphalté, en direction de Bella Vista Norte dans le département d’Amambay, la communauté Ysyry Ka'a profite du progrès de l’infrastructure agro-exportatrice pour voir migrer ses habitant·e·s qui s’installent sur les bords de route et quittent petit à petit le fond de la communauté de 8 000 hectares récupérés sur les terres d’un riche propriétaire paraguayen. La route devient pôle attracteur pour les communautés, réduites à vivre dans une forme d’insularité interstitielle, entre voies de transport, clôtures de champs, silos à grains et entrepôts de machines agricoles. À une centaine de kilomètres de la frontière, au Brésil, la communauté Guyra Keha s’étend sur trois hectares récupérés en 2011, le long d’une piste de terre au milieu des plantations. La situation interstitielle est ici manifeste et les membres de la communauté installée entre le chemin et les champs, doivent faire face au ballet des camions et des moissonneuses qui prolifèrent une fois le temps des récoltes venu. Dans la région de Caarapo au Brésil, les retomadas (récupérations territoriales) de Kunumi Poty Vera et de Jerosy Guasu ont eu lieu depuis la réserve indigène Teyi Kue. Comme souvent, une route traverse la réserve, la coupant en deux.

Illustration 1 - Le silo, la plantation et la route devant Ysyry Ka’a

Illustration 1 - Le silo, la plantation et la route devant Ysyry Ka’a

Auteur : Paul Fabié, 2019.

9Dans ce contexte interstitiel où toutes les communautés sont traversées de flux et n’ont pas accès à un territoire vaste comme Ysyry Ka'a, les excursions de chasse ou de cueillette impliquent de partir loin des lieux de vie, de franchir les clôtures, et de traverser les propriétés agricoles plantées de soja, de maïs ou de canne à sucre et de se repérer dans le paysage souvent uniforme de la plantation. À Ysyry Ka'a il faut quitter le bord de route et s’aventurer dans le fond de la communauté. En tant que territoire récupéré des mains de l’agro-industrie, la communauté Ysyry Ka'a est composée de paysages divers, dont certains portent la marque de l’ancienne infrastructure qui existait. Le paysage garde en mémoire le cycle d’extraction de la yerba par la Industrial Paraguay SA qui s’étendait jusque-là, mais surtout, il porte la marque de la mémoire infrastructurelle de la ferme qui a précédé la récupération du territoire. Au cours d’une pose de piège, Hilario, le chaman de la communauté, indique à Paul une clairière portant le nom de corral kue. La toponymie, ici formée du mot corral (enclos) et de kue, le suffixe guarani du passé, indique l’ancien lieu où le bétail était rassemblé. Il n’est pas rare dans cette région de l’Amambay ou plus au sud du Paraguay (mais également au Brésil) d’avoir des toponymes faisant explicitement mention à un lieu de pâtures. Plusieurs termes renvoient à cette même idée comme Potrero – enclos – ou Pastoreo – prairie , identifiables dans les toponymes coloniaux et contemporains, mais aussi ñu du guarani indiquant des lieux où la végétation est rase. Il en va de même avec le portugais campo. Ces endroits sont la marque toponymique de la pénétration du front pionnier : ils indiquent les champs naturels et les clairières où les pionniers laissaient chevaux, bœufs et mules pendant qu’ils pénétraient les forêts. Ces potreros et pastoreos sont, avec les fleuves navigables, la première infrastructure servant la colonisation de la région. Il y a ainsi une continuité entre le champ naturel pour les pâtures et le corral des animaux, identifiables dans le paysage des territoires récupérés et exprimés dans la toponymie. Il existe donc une continuité entre ces références naturelles et animales du début de l’infrastructure et les machines abandonnées qui servent aujourd’hui de toponymes (Morando 2021).

  • 8 Sur le processus de lutte territoriale dans la région, les récupérations de terres et leur titulari (...)

10Cette marque de l’infrastructure sur le paysage s’observe aussi à travers une mémoire mécanique plus récente, datant de la récupération du territoire par la communauté. Il n’est pas rare d’avoir des noms de lieux faisant de la machine un marqueur topographique et temporel. À Guyra Keha, un endroit, aujourd’hui bosquet d'amba’y (Cecropia pachystachya), symptomatique présence végétale de la repousse forestière, porte le nom de colheitadora kue. Cet assemblage, composé du portugais pour moissonneuse et du même suffixe guarani kue marquant le passé, indique « ce qui était moissonneuse ». La machine abandonnée par le front pionnier, succédant à la marque animale, devient toponymie locale à laquelle les gens se réfèrent pour indiquer un lieu de présence de plantes médicinales recherchées, de gibier, ou le lieu où telle ou telle personne a posé un piège. À la « logique d’abandon » (Richard et al., 2021, p. 13) de la machine par le front pionnier s’ajoute la logique de récupération du territoire par les autochtones qui prélèvent au cours de la lutte territoriale8, au même titre que la terre, la machine, son infrastructure corollaire et sa lexicographie-toponymie. En effet, lorsque le territoire est récupéré par les communautés autochtones, la machine est souvent rendue dysfonctionnelle par la revente et/ou l’usage des pièces et du métal, au même titre que les poteaux des clôtures, les tôles des hangars agricoles ou les produits phytosanitaires. Les territoires récupérés et retirés de l’extraction agro-industrielle deviennent alors des territoires péricapitalistes (Tsing, 2017) et la machine dysfonctionnelle revendue par les autochtones devient une marchandise cannibalisée.

Prolifération des machines

11La progression de l'infrastructure implique l’abandon des machines comme nous venons d’en voir quelques exemples, mais elle produit simultanément la prolifération de machines nouvelles qui accélèrent travail et déplacements. Le travail à l’extérieur des communautés, dans les champs de monocultures implique souvent de la part des autochtones Guarani de savoir manier certaines machines ou de se former pour devenir chauffeur de moissonneuse ou de pelleteuse et vendre au mieux leur force de travail. À l’intérieur des communautés, les machines pénètrent aussi. Ainsi, aux haches et machettes succèdent d’autres outils comme les tronçonneuses, débroussailleuses ou tracteurs et tondeuses autoportées. Machines abandonnées, dysfonctionnelles ou en en état forment ensemble une stratification de couches mécaniques (Richard et Hernandez, 2021, p. 233), qui se superposent, se télescopent, s’annulent ou se chassent. La question du « soin » (Denis et Pontille, 2022) aux machines est alors fondamentale en ce qu’elle en conditionne l’usage et la responsabilité.

Apprendre à domestiquer le développement et ses machines. Première biographie mécanique

12Il existe une relation entre le soin porté aux machines et la possibilité de leur usage. Une comparaison apparaît alors possible entre le soin donné aux animaux et celui porté aux machines que nous pouvons observer à travers le cas d'une charrette à bœufs offerte à la communauté de Gregorio par un projet de développement. Dans la communauté, tous savent qu’un bœuf doit boire de l’eau et manger de l'herbe et personne n’a de difficulté pour atteler la charrette et conduire les bœufs. L’usage communautaire de cette charrette est donc répandu et il répond aussi bien aux attentes du projet qu’à celles de la communauté pour effectuer les nombreux travaux de portage. Les personnes qui utilisent la charrette s’occupent d’abreuver les bœufs pendant la journée de travail et, une fois les travaux effectués, ils laissent paître les bœufs dans un lieu approprié. Néanmoins, même si tous savent s'occuper des bœufs, c'est principalement le chef et ses proches qui s'occupent quotidiennement de les abreuver, de les nourrir et de les déplacer vers les lieux où l'herbe est plus grasse. Ce parallèle avec les animaux domestiques qui doivent être soignés en permanence rappelle que les machines doivent également être soignées pour être toujours en état de bon fonctionnement. L’usage communautaire de la machine (tout comme celui des animaux) permet de mettre en évidence qu’il existera toujours une distance entre le savoir requis pour l’utiliser et le soin quotidien qu’elle nécessite pour la garder en état de marche. Ce parallèle avec la charrette donnée par le projet de développement comme propriété collective permet de penser la relation jamais linéaire entre l’adoption pratique de la machine – sa maintenance et réparation – et les épistémologies qu’elle génère. Les machines, lorsqu’elles sont introduites par les projets, produisent des transformations dans l’exercice du pouvoir. C’est ce genre de détournement et de transformation des modalités du projet qui permet à certains observateurs des résultats mitigés des projets de développement de parler de triunfo del fracasso, triomphe de l'échec (Georg et Münzel, 2021). Nous verrons qu’il y a, dans la distance entre les résultats attendus par les projets de développement et les réalités communautaires, ainsi que dans les courts-circuits, les tensions et les dilemmes que la machine génère de la place pour l’inventivité.

  • 9 Voir supra, début de l’article.
  • 10 Le travail en commun se fait, en effet, différemment de la manière dont le pense le projet. De mani (...)

13Le projet de développement qui convoquait Gregorio et Joaquín à Curuguaty9 est composé de trois volets : accompagner la communauté dans la préparation d’un champ communautaire de maïs destiné au deuxième volet qui est l’alimentation de poussins et porcelets répartis dans toutes les familles ; le troisième volet implique la distribution d’outils agricoles, comme des houes et machettes. L’idée implicite pour le projet était que la communauté allait réunir les familles de manière traditionnelle pour travailler ensemble en mingas ou séances de travail collectif. Gregorio avait ses réticences quant au projet. Les poussins, porcelets et n’importe quel type d’animal d’élevage sont souvent de races peu résistantes et, la plupart du temps, ils sont revendus à des agriculteurs de la région, parfois même en échange d’autres animaux plus rustiques. Mais la principale réticence de Gregorio portait sur le volet impliquant la parcelle collective de maïs. Prévoyant d’emblée que la plupart des gens allaient se défiler du travail collectif, la minga10, sans pour autant se désintéresser des fruits de la parcelle, Gregorio anticipait le fait que l’entretien du champ allait surtout peser sur lui et ses proches, comme c’est déjà le cas de la charrette à bœufs.

14Pour ces raisons, Gregorio n’était pas intéressé par les machettes et ne voulait pas entendre parler de travail en commun. Il préférait recevoir du projet une débroussailleuse qui allait lui permettre de faire tout seul le travail qui était censé se faire en commun. Un paysan du voisinage, propriétaire d’une débroussailleuse, lui avait expliqué comment s’en servir ainsi que le soin minimal à lui apporter : elle ne doit en aucun cas manquer de graisse pour ne pas abîmer le mécanisme. Cette consigne, loin d’être compliquée, permettrait à Gregorio de dire à tous les membres de la communauté que l’usage de la débroussailleuse était extrêmement délicat. La conséquence étant que personne, sauf lui, n’allait s’en servir. Voilà comment, la débroussailleuse négociée par Gregorio avec les gestionnaires du projet à la place de la quarantaine de machettes et autres outils agricoles, est devenue sa débroussailleuse. Il s’occupait tout seul de nettoyer les chemins de la communauté au lieu de devoir chercher des gens pour faire des mingas. Même sans être assidu du football, l’un des premiers travaux fut celui de couper l'herbe du terrain. La débroussailleuse transforme ici la manière dont Gregorio exerce son rôle de chef. Plutôt que de mobiliser des gens pour effectuer des travaux en commun, ce qui impliquerait l'exercice d’un pouvoir coercitif ainsi que la générosité de l’organisation d'une fête, elle lui permet de s’acquitter des travaux communautaires, seul. Voilà un chef qui, sans exercer un pouvoir de coercition, voit son autorité renforcée.

  • 11 Il ne s’agit pas d’un cas isolé, et les changements sociopolitiques générés par les projets de déve (...)

15Or, Gregorio n’a pas toujours exprimé sa pensée de cette manière. Quand Joaquin l’a rencontré, il cherchait à obtenir d’un autre projet de développement, une broyeuse à manioc. À l’époque il disait que cette machine lui permettrait d’extraire l'amidon du manioc afin de préparer des mbeju (galettes de manioc) pour convoquer la minga. Comme Gregorio cherchait à installer son autorité de chef, poste pour lequel il s'entraînait à l’ombre de l’autorité de son père, il pensait alors qu’avec cette broyeuse à manioc il allait pouvoir donner force à sa parole et à son autorité en organisant des travaux collectifs11. À travers ces projets et la fine connaissance qu’il commençait à avoir de leur fonctionnement, Gregorio tendait progressivement à passer d’une autorité de chef “traditionnel”, à celle d’un chef “transactionnel” capable de gérer les projets de développement (Villagra, 2008).

16Cependant, le destin et l’usage des outils offerts par le projet de développement n’est pas forcément celui imaginé au départ. Les fonctionnaires qui désignent ces types d'entreprises projettent parfois chez les Amérindiens deux types de préjugés l’un à l'extrême de l’autre. Le premier c’est une espèce de déclinaison du mythe du bon sauvage, selon lequel les Amérindiens mènent une vie collective, égalitaire et communautaire, partageant la propriété collective, non seulement de la terre, mais aussi d'autres biens de production. Le deuxième préjugé, à l'opposé, dit que les Amérindiens sont fainéants et rusés, préférant détourner l’usage des biens reçus sans travailler. Heureusement qu’il existe des fonctionnaires plus compréhensifs, à l’image de celui qui a compris le projet de Gregorio de se doter d’une débroussailleuse, au lieu de quelques dizaines de machettes alors que tous en disposent déjà.

17Parfois les projets de développement sont pensés et exécutés pour éviter coûte que coûte tout type de détournement. Dans une autre communauté, une machine sert de dortoir aux poules et aux chiens. Il s’agit d’un motoculteur donné par un énième projet de développement déjà colonisé par la végétation. En expliquant l’origine de la machine, le chef s’interrogeait sur la raison pour laquelle le projet n’avait pas fait don d’une moto au lieu de cet engin : « Avec ce motoculteur nous ne pouvons même pas aller à l’épicerie la plus proche, tellement il est lent et difficile à manœuvrer! ». Cette machine, parfaitement fonctionnelle du point de vue mécanique, était dotée d’une fonctionnalité sociale supplémentaire. Pour le projet, le motoculteur était une machine apte au travail tout en étant peu susceptible d’être détournée pour un autre usage. Sa lenteur diminuait drastiquement les probabilités d’accidents de la route. La machine s’est d’ailleurs avérée complètement dysfonctionnelle vis-à-vis des attentes des membres de la communauté. Cette machine, destinée à assurer un flux ou processus mécanique et servir à la mécanisation du travail, avait également vocation à assurer un flux ou processus social de développement économique tout en évitant les problèmes associés : accidents de la route et les allés et venus à l’épicerie où l'alcool est toujours disponible. C’est-à-dire que le motoculteur est aussi, pour le projet de développement, une machine servant à couper des processus socialement indésirables et un dispositif de contrôle des comportements. Or, c’est là que se produit la principale dysfonction entre le projet de développement et les attentes de la communauté. Le résultat est l’interruption totale du processus et l'abandon du motoculteur. Comme ce fut le cas ailleurs (Montani, 2021), la machine, lorsqu’elle n’a pas de propriétaire défini, est soumise à deux destinées. Soit elle est récupérée individuellement, soit abandonnée. La première destinée est celle de la débroussailleuse de Gregorio qui fait la demande explicite au projet d’une machine à usage restreint. La deuxième est celle du motoculteur, complètement vidé de son sens et donc abandonné. La différence avec l’abandon pur et simple est qu’ici il exprime le refus manifeste du dispositif de contrôle imaginé par le projet de développement à travers la machine.

Illustration 2 - Le motoculteur envahi de végétation

Illustration 2 - Le motoculteur envahi de végétation

Auteur : Luvier Casali, 2023.

Paradoxe d’une dysfonction. Deuxième biographie mécanique

18Nous avons pu voir que la spécificité du soin requis par certaines machines permettait d’en restreindre l’usage. C’est ce qu’a bien compris Gregorio lorsqu’il demande une débroussailleuse plutôt que tous les outils nécessitant l’organisation d’un travail collectif. La tronçonneuse semble pouvoir être soumise à la même règle et il est extrêmement rare de voir un propriétaire prêter la sienne. Au cours de son séjour à Ysyr Ka'a, Paul remarque qu’Hilario, le tekoaruvicha – chaman – de la communauté, est le seul à en posséder une. Cet outil, duquel il prend grand soin, lui permet de vendre sa force de travail dans les fermes alentours. À la différence des autres journaliers, essentiellement des brassiers employés pour leur force physique, Hilario est aussi sollicité pour son outillage : tantôt pour faire des poteaux pour les clôtures, tantôt pour l'abattage d'arbres le long des réserves légales pour y faire du charbon. Il tire de ce travail épisodique un petit revenu pour alimenter sa famille de six enfants, ayant, depuis moins d’un an, délaissé les zones de chasse du fond de la communauté pour s’installer en bord de route.

Illustration 3 - Dextérité d'Hilario à la tronçonneuse pour la famille de Darian

Illustration 3 - Dextérité d'Hilario à la tronçonneuse pour la famille de Darian

Auteur : Paul Fabié, 2019.

19Hilario est régulièrement sollicité par les membres de sa communauté pour aider à la fabrication de nouvelles maisons, à l'agrandissement des anciennes ou à la construction d’abris divers nécessitant le travail d’une tronçonneuse. S’il s’acquitte de ces tâches en échange de dons variés, il ne prête en revanche jamais son outil. Lorsque Darian, le jeune fils du chef, lui-même employé agricole et habitué de la tronçonneuse, en a besoin pour la fabrication de sa maison, Hilario ne lui propose jamais de l’utiliser. Ainsi, plutôt que de prêter son outil, Hilario travaille pour Darian, taillant les poutres avec dextérité. Il semble n’y avoir pas là de surprise quant à la préférence d’Hilario de ne pas partager la tronçonneuse : il est celui qui en prend soin, et donc celui qui l’utilise, et ce, lorsqu’il en a besoin. En revanche, au regard occidental de l'anthropologue une dysfonction apparaît flagrante : Hilario, malgré son outil, ne dispose pas d’une maison. Lui et sa famille nombreuse, vivent sous deux abris de bâches, tendues entre quatre poteaux et reposant sur une faîtière fragile en bambou. Il n'est pas exagéré de dire que la famille d’Hilario est, à Ysyry Ka'a, la moins bien lotie.

20Il semble impossible d’apporter une réponse univoque à ce paradoxe, mais il apparaît néanmoins envisageable d'avancer quelques hypothèses. Comment et pourquoi, la machine d’Hilario parfaitement fonctionnelle mécaniquement apparaît-elle socialement dysfonctionnelle du point de vue de Paul qui l’accompagne dans son quotidien ? S’il est évident et documenté que les ressources obtenues par les projets de développement aient considérablement transformé les pratiques de chefferies (Coulthard, 2018) et les relations des chamans au monde naturel (Santos Granero cité par Bonifacio, 2013), la relation d’Hilario à sa machine apparaît tout à fait paradoxale. La tronçonneuse lui appartient, il en est le maître, au sens de propriétaire et ne l’a pas obtenu d’un projet ni d’une mission. Par conséquent, rien chez Hilario ne relève de l'« anti-machine » (Montani, 2021) : il prend soin de la tronçonneuse en l’abritant des intempéries – et des regards – et il jouit économiquement des avantages qu’elle permet. Le paradigme de la maîtrise, qui expliquerait le non-abandon de la machine, trouve ici sa limite puisque Hilario, contrairement à ce qu’on pouvait attendre, ne se construit pas de maison. En un sens, il abandonne sa machine en cours de route et se contraint lui-même à un sommaire habitat de bâches, souvent trouées, qui ne protègent pas de la pluie son fils de 4 mois, provoquant les foudres de son épouse. D’une certaine manière, Hilario ne conduit pas jusqu’au bout l’usage attendu de sa machine.

Illustration 4 - Une des filles d’Hilario devant leur abri précaire

Illustration 4 - Une des filles d’Hilario devant leur abri précaire

Auteur : Paul Fabié, 2019.

  • 12 « Au lieu de considérer l'environnement et la société comme deux domaines distincts, nous pourrions (...)

21Plusieurs logiques d’analyse s’offrent alors. Il est possible que la dysfonction apparente de la machine d’Hilario réponde à une logique d’attente. Ayant quitté le fond de la communauté depuis moins d’un an, il est probable qu’un retour y soit envisagé et que la vie au bord de la route soit vécue comme temporaire. Le jardin bien avancé, requérant l’investissement d’Hilario jouxtant son abri, tempère cette hypothèse. Celle-ci ne permet d’ailleurs pas d’expliquer de manière pleinement satisfaisante ces rigueurs de logement auxquelles Hilario se contraint, qui, ajoutées aux difficultés inhérentes du bord de route, rendent incompréhensible son absence de refuge « décent ». Le fait qu’Hilario soit le chaman de la communauté est une autre piste à explorer. En suivant la lecture latourienne que Bonifacio propose du rôle du chaman, on peut dire à sa suite, que instead of framing the environment and society as two separate domains, we could say that the role of shamans is to constantly reaffirm and re-establish, through their ritual practices, the limits of the socio-political realm where economic exchange takes placeˮ12 (Bonifacio, 2013, p. 512).

22Selon cette lecture, on pourrait dire qu’en n’allant pas jusqu’au bout de la fonction attendue (par l’anthropologue) de sa machine, Hilario réaffirme les limites des sphères politiques et économiques et que le domaine économique auquel il assigne sa tronçonneuse est incompatible avec l’érection de son espace domestique. Il maintient ce qui doit être maintenu et la suspension de l’usage de sa machine, qui apparaît à l’observateur comme une dysfonction sociale, ne serait que l’expression de son rôle chamanique. Il semble néanmoins que cette affirmation soit nuancée par les affirmations mêmes d’Hilario. Au cours d’une conversation portant sur les plantes médicinales de la forêt et sur les différents miels sauvages, il a ces quelques mots :

Yma oimehape rei oī la e'irete porque ka'agui oī mbaitéti.
La gobierno kuera ndome'eiti la brasilero pe.
Ndaiporiti uperõ lo aseradero, ndaiporiti uperõ la ombo'ia la yvyra.
La kuarepotyaña kuéra che ñe'ẽ.

Notre traduction :
Autrefois, il y avait du miel d’abeilles un peu partout parce qu’autrefois, il y avait encore de la forêt.
L’État ne l’avait pas encore distribué aux Brésiliens.
Il n’y avait pas encore les scieries, tout comme il n’y avait pas encore ceux qui abattent et découpent les arbres.
On dit kuarepotyaña dans ma langue, les « métaux maléfiques ».
On appelle la tronçonneuse « le métal maléfique ».

23L’expression kuarepotyaña, que Hilario choisit pour parler de la tronçonneuse, est composée du terme guarani aña, souvent traduit par diable, mais dont nous préférons conserver l’idée de maléfice. Avec ces mots, il devient évident que Hilario habite pleinement l’apparente contradiction que son usage de la tronçonneuse implique. Il peut poser à la fois sa pleine conscience de la responsabilité de la machine dans le ravage de sa forêt et son choix de l’utiliser pour abattre des arbres et en faire du charbon ou des poteaux de clôture. Les mots d’Hilario ne permettent pas mieux de comprendre pourquoi il ne construit pas sa maison. Il n’est peut-être pas possible de le comprendre tout comme il n'est pas certain que la question soit pertinente et que la dysfonction repérée par l'anthropologue en soit vraiment une. Les mots d’Hilario sont plutôt une invitation au ralentissement de la spéculation théorique, ils imposent la suspension du jugement et posent la nécessité pour l'anthropologue de rester en retrait. La dysfonction apparente de la machine suscite le silence de la théorie et la dysfonction analytique de l’anthropologie. Là où Hilario interpelle par l’incompréhension que son usage de la machine provoque, il répond par une désarçonnante lucidité. Il ne pose aucune dramaturgie téléologique de la machine ni de tradition à défendre que la machine viendrait entacher, il n’y a que l’effort permanent de tout faire tenir ensemble.

Conclusion

24Saisir la machine dans les mondes autochtones à travers la question de sa dysfonction est issue d’une provocation. Elle nous vient des travaux pionniers de Susan Leigh Star en anthropologie de l’infrastructure. Dans ses travaux, Star montre que le propre de l'infrastructure est d’être toujours en hors champs, derrière la scène, d'apparaître donc, toujours invisible et de ne se rendre visible qu’à travers la panne, la dysfonction, le breakdown (Star, 1999, p.382). C’est ce régime du visible et de l’invisible qu’on nomme, « inversion infrastructurelle ». La dysfonction permet de rendre visible l'infrastructure, elle donne accès à l'arrière- plan. Ainsi, en acceptant les termes de Star, se proposer de penser la machine dans les mondes autochtones invite à penser la communauté à partir de sa dysfonction. En effet, un préjugé largement répandu fait des termes « machine et autochtone » des antagonistes. La machine en contexte amérindien ne serait que le fruit de la dysfonction de la communauté qui n’a pas su maintenir vivace sa tradition. En témoignent les innombrables attaques disqualifiantes – dans le contexte brésilien duquel est en partie issu ce travail – contre les autochtones qui circulent à moto ou utilisent un téléphone portable. La machine serait, pour les tenants d’une amérindianité à intégrer et à domestiquer, l’avatar ultime de la fin de la pureté autochtone, la disparition de la tradition.

25Filer l’idée de l’inversion infrastructurelle dans l’analyse de la dysfonction des machines dans le contexte de deux peuples Guarani différents permet de faire apparaître une dimension palpable de la sociabilité amérindienne, en réinvention face aux artefacts de l’infrastructure. Cela donne à voir l’inventive prodigalité issue des interstices, leur fertilité, et la force des machines pour produire sens des lieux et se muer en toponyme. La machine, en sortant du silence et de l’invisible où bien souvent l'anthropologie la relègue, impose de penser la complexité. C’est cette complexité que les biographies mécaniques esquissées dans ce travail rendent visible. Elles nous renseignent, à rebours de l’idée dysfonctionnelle d’une amérindianité figée dans une tradition immuable, sur la riche inventivité conceptuelle et sur l’innovation permanente dont font preuve les communautés Guarani, tant Mbya que Paĩ Tavyterã/Kaiowa.

Haut de page

Bibliographie

Adolpho L., de Souza Araujo H. C., da Fonseca Filho O., 1918. Viagem scientifica no Rio Paraná e a Assuncion com volta por Buenos Aires, Montevideo e Rio Grande, pelos Drs. Adolpho Lutz, H.C. de Souza Araujo e O. da Fonseca, de janeiro até março de 1918. Manguinhos, Rio de Janeiro.

Arruda Pereira A., 1928. No sul de Mato Grosso: Conferência realizada em 21 de maio de 1928. 53 p. [PDF sur le site de la Biblioteca Digital Curt Nimuendaju]. URL: http://etnolinguistica.wdfiles.com/local--files/biblio%3Apereira-1928-sul/Pereira_1928_NoSulDeMattoGrosso.pdf

Basso K.H., 2016. L’eau se mêle à la boue dans un bassin à ciel ouvert : paysage et langage chez les Apaches occidentaux. Bruxelles, Zones sensibles. 196 p. [1re édition 1996. Wisdom Sits in Places. Landscape and Language Among the Western Apache. Albuquerque, The University of New Mexico Press].

Bartolomé M. A., 2004. Flechadores de jornales. Identidad guaraní en el Paraguay contemporáneo. Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En ligne]. URL: http://journals.openedition.org/alhim/120 - DOI: https://doi.org/10.4000/alhim.120

Benites E., 2020. Tekoha Ñeropu’ã: aldeia que se levanta. Revista Nera, n°52, p.19‑38. DOI: https://doi.org/10.47946/rnera.v0i52.7187

Benites T., 2012. Trajetória de luta árdua da articulação das lideranças Guarani e Kaiowá para recuperar os seus territórios tradicionais tekoha guasu. Revista de Antropologia da UFSCa [En ligne], vol 4, n°°2, p. 165‑74. URL: https://www.rau2.ufscar.br/index.php/rau/article/view/83/79 - DOI: https://doi.org/10.52426/rau.v4i2.83

Boidin C., 2011.Peuples indigènes au Paraguay et bicentenaire national : perspectives historiques et anthropologiques. Journal de la Société des américanistes [En ligne], vol. 97, n°°2, p. 137‑52. URL: http://journals.openedition.org/jsa/11903 - DOI: https://doi.org/10.4000/jsa.11903

Bonifacio V., 2013. Building up the Collective: A Critical Assessment of the Relationship between Indigenous Organisations and International Cooperation in the Paraguayan Chaco. Social Anthropology, vol. 21, n° 4, p. 510-522.

Capdevilla L., 2007. Une guerre totale. Paraguay (1864-1870). Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 510 p.

Coulthard G.S., 2018. Peau rouge, masques blancs. Contre la politique coloniale de la reconnaissance. Montréal, Lux Éditeurs, 363 p.

Denis J., Pontille D., 2022. Le soin des choses. Paris, La Découverte, 368 p.

Georg F., Münzel M., 2021. El triunfo del fracaso. De cómo algunos grupos indígenas amazónicos adaptan los proyectos para el progreso. In López García J., Muñoz Morán O., Utopismos circulares: contextos amerindios de la modernidad. Iberoamericana Vervuert, p. 221-250.

Gordillo G., 2019. The Metropolis: The Infrastructure of the Anthropocene. In Hetherington K. (dir.), Infrastructures, Environment and Life in the Anthropocene. Duke University Press, p. 66-94

Hetherington K., 2020. The Government of beans. Regulating life in the age of monocrops. Durham-London, Duke University Press, 286 p.

Lévi-Strauss, C., 1955. Tristes tropiques. Paris, Plon.

Lima Figueiredo J. de., 1937. Oeste paranaense [En ligne sur le site Memoria Randonense]. São Paulo, Editora Nacional -[Revista dos Tribunais]. URL: https://www.memoriarondonense.com.br/atualidades-single/oeste-paranaense/36/

Melia B., Temple D., 2004. El don, la venganza y otras formas de economía guaraní. CEPAG, Asunción.

Montani R., 2021. La gente del bosque en la era de la máquina: lo residual de una misión. In Richard N., Franceschi, Z., Córdoba, L., La misión de la máquina. Técnica, extractivismo y conversión en las tierras bajas sudamericanas. Bologna, Bonomia., p. 153-168

Morando M. A., 2021. Los nombres de la máquina: semántica de lo mecánico en el guaraní chaqueño. In Richard N., Franceschi, Z., Córdoba, L., La misión de la máquina. Técnica, extractivismo y conversión en las tierras bajas sudamericanas. Bologna, Bonomia., p. 185‑98

Nickson R. A., 2005. Colonización brasilera en la Región Oriental del Paraguay. Asunción, CERI.

Oliveira G., Hecht S., 2016. Sacred groves, sacrifice zones and soy production: globalization, intensification and neo-nature in South America. The Journal of Peasant Studies [En ligne], vol. 43, n° 2, p. 251‑85. DOI: https://doi.org/10.1080/03066150.2016.1146705

Queiroz, Paulo Roberto Cimó. 2022. Pequena Ferrovia, grandes problemas: A E. F. Mate Laranjeira (1911-1959). História (São Paulo) [En ligne], vol. 41. URL: https://www.redalyc.org/journal/2210/221070854045/221070854045.pdf - DOI: https://doi.org/10.1590/1980-4369e2022008

Richard N., Franceschi Z., Córdoba L., 2021. La misión de la máquina. Técnica, extractivismo y conversión en las tierras bajas sudamericanas. Bologna, Bononia University Press, 283 p.

Richard N., Franceschi Z., Córdoba L., 2021. Introducción, Máquinas y misiones en las tierras bajas sudamericanas. In Richard N., Franceschi, Z., Córdoba, L., La misión de la máquina. Técnica, extractivismo y conversión en las tierras bajas sudamericanas. Bologna, Bonomia University Press, p. 1-8.

Richard N., Hernandez C., 2021. Las máquinas vienen y se van. La mecánica en una comunidad Nivaclé del Chaco Boreal. In Richard N., Franceschi, Z., Córdoba, L., La misión de la máquina. Técnica, extractivismo y conversión en las tierras bajas sudamericanas. Bologna, Bonomia University Press, p.233-252.

Star Leigh S., 1999. The Ethnography of Infrastructure. American Behavioral Scientist, vol. 43, n° 3, p. 377‑91.

Souchaud S., 2002. Pionnier brésiliens au Paraguay. Paris, Karthala, 406 p.

Tsing Lowenhaupt A., 2017. Le champignon de la fin du monde: sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme. Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 416 p.

Tusing C., 2021. The new Guarani reductions: aftermaths of collective titling in Northern Paraguay. The Journal of Peasant Studies, vol. 50, n° 1, p. 1‑20.

Villagra, R., 2008. Los Liderazgos Enhlet-Enenhlet. Los Cambios, las Continuidades, las Paradojas. In Braunstein J., Meichtry N. (dir.), Liderazgo, Representatividad y Control Social en el Gran Chaco. Resistencia: Editoria Universitaria de la Universidad Nacional del Nordeste, p. 115-130.

Haut de page

Notes

1 Le soja est la plantation largement majoritaire (Hetherington 2020), mais elle cohabite avec d’autres monocultures comme le maïs avec lequel elle est souvent alterné, mais également la canne à sucre ou l’eucalyptus.

2 Le droit environnemental au Brésil et au Paraguay exige que chaque propriétaire conserve sur sa propriété au moins 20 % de forêts dites « natives », auxquelles s’ajoutent les forêts riveraines des cours d’eau.

3 Boisson à base de mate, bue froide.

4 Sur la pénétration de colons dans la région orientale du Paraguay, voir Souchaud (2002) et Nickson (2005).

5 Sur la mémoire de la guerre de la Triple Alliance et l’héroïsation du Mariscal López voir Capdevila (2007)

6 Grande propriété.

7 De l’autre côté du fleuve, à Puerto Adela au Paraguay, le nom d’Allica est toujours présent dans la toponymie. Il existe un débarcadère connu comme Puerto Alika’i.

8 Sur le processus de lutte territoriale dans la région, les récupérations de terres et leur titularisation, voir Benites T. (2012) et Benites E. (2020) en ce qui concerne le Brésil ; Tusing (2021) pour le Paraguay.

9 Voir supra, début de l’article.

10 Le travail en commun se fait, en effet, différemment de la manière dont le pense le projet. De manière générale, si le travail est collectif, le produit est toujours individuel, à la différence de la perspective du projet pour qui le fruit du travail collectif doit être collectif. Généralement, le travail s’organise de la manière suivante : un groupe de personnes travaillent ensemble sur leurs parcelles respectives à tour de rôle. Le travail est ainsi plus satisfaisant et avance plus vite, et se fait en socialisant. La personne hôte du travail et qui fait appel aux travailleurs doit donner à manger et organiser une sorte de fête (Melià et Temple, 2004), ce que tout le monde est loin de pouvoir se permettre.

11 Il ne s’agit pas d’un cas isolé, et les changements sociopolitiques générés par les projets de développement au Paraguay sont nombreux (Bonifacio, 2013).

12 « Au lieu de considérer l'environnement et la société comme deux domaines distincts, nous pourrions dire que le rôle des chamans est de réaffirmer et de renforcer constamment, par leurs pratiques rituelles, les limites du domaine sociopolitique où se déroulent les échanges économiques » (notre traduction).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Le silo, la plantation et la route devant Ysyry Ka’a
Crédits Auteur : Paul Fabié, 2019.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Illustration 2 - Le motoculteur envahi de végétation
Crédits Auteur : Luvier Casali, 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25616/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Illustration 3 - Dextérité d'Hilario à la tronçonneuse pour la famille de Darian
Crédits Auteur : Paul Fabié, 2019.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25616/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 4 - Une des filles d’Hilario devant leur abri précaire
Crédits Auteur : Paul Fabié, 2019.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25616/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Fabié et Joaquin Ruiz Zubizarreta, « Dysfonctions mécaniques dans les interstices de l’infrastructure »EchoGéo [En ligne], 65 | 2023, mis en ligne le 30 octobre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/25616 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.25616

Haut de page

Auteurs

Paul Fabié

Paul Fabié, paul.fabie@ehess.fr, est doctorant à l'EHESS, rattaché au Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain de Mondes Américains (CRBC/EHESS). Il a récemment traduit:
- Chao S., 2023. La plantation comme monde : l’ère des monocultures. Terrestres [En ligne]. URL: https://www.terrestres.org/2023/11/03/plantation/

Joaquin Ruiz Zubizarreta

Joaquin Ruiz Zubizarreta, joaquin.ruizzubizarreta@ehess.fr, est doctorant à l'EHESS, rattaché au Laboratoire d'anthropologie sociale. Il a récemment publié :
- Ruiz Zubizarreta J., 2022. Appropriations ou (re)traductions de l’oeuvre de León Cadogan : 'Ayvu Rapyta'. Conceφtos, n° 6.
- Ruiz Zubizarreta J., Orantin M., 2021. « Poraka ? C’est comme nourrir celui qui a tué notre mère… » Parenté, pouvoir et partage dans les missions guaranis du Paraguay (XVIIIe siècle) à l’aune de l’ethnologie et de la lexicographie diachronique. Journal de la Société des américanistes [En ligne], 107-2, p. 115-139. URL: http://journals.openedition.org/jsa/20163 - DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.20163Fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search