Navigation – Plan du site

Accueilnumeros65Sur le champUne moissonneuse-batteuse sur la ...

Sur le champ

Une moissonneuse-batteuse sur la plaine rizicole de Bama (Burkina Faso) : leçons et perspectives d’un service commun de mécanisation agricole

A combine Harvester on the Bama Rice Farming Plain (Burkina Faso): Lessons and prospects of a shared agricultural mechanization service
Tewendé Laurent Ouedraogo

Résumés

La mécanisation agricole est un aspect important des politiques publiques agricoles de l’État burkinabè au regard des défis multiples qui se posent à un secteur agricole prédominant dans l’économie en termes de nombre d’actifs (près de 80 %) et qui demeure très faiblement mécanisé. Sur la plaine rizicole de Bama, entre 2019 et 2022, un projet de développement d’un service de mécanisation agricole a été mis en œuvre avec l’introduction d’une moissonneuse-batteuse. Son objectif est d'améliorer la productivité agricole à travers la création d’un service de récolte du riz, désormais payant. Les expériences qui en sont faites, aux plans organisationnel et opérationnel, ouvrent la question des conditions de conduite d'une implémentation se prévalant des innovations agricoles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Définie comme l’apparition d’une nouveauté en un temps et lieu donnés ou une rupture dans l’ordre d (...)
  • 2 À ce sujet, voir la comparaison entre paysan et agriculteur de Mendras (1976) à partir d’idéaux-typ (...)

1La problématique de l’introduction et de la diffusion des innovations1 agricoles dans les espaces agraires africains relève d’une actualité historique. Celles-ci, en effet, furent et demeurent les arènes de rapports et d'enjeux complexes entre « innovateurs » – représentés par les acteurs d’encadrement (État, projets et programmes de développement, etc.) – et « innovés » – i.e. les exploitants agricoles, en l’occurrence les paysans. L’insertion et la vulgarisation, à diverses échelles, de techniques et matériels de production novateurs s’inscrivent dans des perspectives de modernisation de l’agriculture dont les temporalités sont plurielles et enchâssées. La nature exogène des nouveautés apportées dans des contextes socio-culturels dont les logiques paysannes sont mal comprises a structuré un « éternel malentendu » (Lassailly, 1979, p. 227) et donnant lieu à un face-à-face difficile entre paysan et technicien (Pelissier, 1979). Mais si la question de l’adaptation des outils et techniques aux réalités et priorités paysannes a traversé le temps, l'équation se présente sous une forme nouvelle, dont le fond est moins le rejet des techniques par les paysans, devenus agriculteurs2, que leur accessibilité et leur maîtrise par ceux-ci.

2Une des composantes des innovations agricoles à visée modernisatrice des agricultures africaines est évidemment le processus complexe de sa mécanisation. Considérée comme la substitution progressive de l’énergie humaine musculaire par d’autres sources d’énergies dans la mise en œuvre des tâches agricoles, « la mécanisation agricole recouvre l’emploi des outils et des machines pour la mise en valeur des terres, la production et les techniques post-récolte » (Side et Havard, 2014, p. 3) citant Pingali et al. (1987) et Holtkamp (1991). Sur cette base, le niveau de mécanisation agricole des sociétés agraires entretient un rapport dialectique avec l’infrastructure économique de celles-ci dans la mesure où les machines sont les produits contextualisés des évolutions scientifiques et techniques.

3Au Burkina Faso, le processus de mécanisation agricole a suivi principalement une logique volontariste étatique sur fond d’ambition de modernisation du secteur de l’agriculture, dont la principale composante est la réalisation d’aménagements hydro-agricoles pour la production du riz. En plus de l’objectif global de la satisfaction des besoins alimentaires d’une population en croissance démographique soutenue, de l’ordre de 3 % par an, les aménagements rizicoles obéissaient à un enjeu politique important : nourrir les citadins des villes voltaïques en pleine croissance et grandes consommatrices de riz. D’une manière générale, l’introduction et la vulgarisation du matériel agricole au Burkina Faso ont été rythmées par les formes successives d'objectifs et enjeux économiques et politiques assignés à l’agriculture. Les charrues à traction animale, première forme de mécanisation (toujours inachevée au Burkina Faso) introduite avant les années d’indépendance (1960) ont marqué, de manière inégale, certes, toutes les campagnes du pays mais ont permis l’extension des surfaces emblavées et le développement de certaines cultures de rente introduite depuis la période coloniale : coton, arachide. L’introduction des tracteurs, d’abord dans les plaines aménagées et ensuite dans le cadre de la relance de la production cotonnière au cours des décennies 1980 et 1990 (Terséguel, 1995), correspondait, elle, à des objectifs d’intensification de l’agriculture.

  • 3 Commune rurale de la province du Boulgou, à 230 km à l’est de Ouagadougou, la capitale du Burkina F (...)
  • 4 Commune rurale de la province du Houet et située à 25 km au nord-ouest de la ville de Bobo-Dioulass (...)
  • 5 Voir Mazoyer et Roudart (2002) qui expliquent en détails « les étapes de la motomécanisation » agri (...)

4Le pari de la mécanisation agricole qui se déploie sur plus de six décennies (de 1960 à nos jours) reste encore à gagner. Près de 20 % des exploitations agricoles familiales ne disposent toujours pas de la traction animale selon les statistiques du ministère de l’Agriculture du Burkina Faso (2020). Seulement 0,4 % des exploitations utilisent les services d’un tracteur, en propriété ou à travers un service payant de labourage de sol (Yuan, 2016). En outre, en 2022, à l’échelle de tout le Burkina Faso, seulement deux moissonneuses-batteuses sont répertoriées respectivement dans les plaines rizicoles de Bagré3 et de Bama4. Les causes en sont multiples et structurelles. En effet, à l’instar de bien de pays d’Afrique subsaharienne, l’introduction des instruments agricoles (outils et machines) au Burkina Faso n’a pas correspondu à un essor industriel local comme ce fut le cas des pays anciennement industrialisés, dans lesquels l’industrialisation a mécanisé et motorisé5 l’agriculture, et des pays émergeants (Brésil, Turquie, Inde) à partir des décennies 1970 et 1980. Aussi, l’absence de compétences techniques nationales, de pièces de rechange, ainsi que les coûts de fonctionnement exorbitants (carburant, expertise extérieure d’entretien coûteuse) ont annihilé la rentabilité de certains équipements, notamment ceux à moteur. Certaines plaines aménagées, rizicoles en particulier, présentaient, au milieu des années 1980, un paysage de cimetière de machines agricoles. À cela s’ajoutent « les rendez-vous manqués » de la productivité attendue (Tcha-koura, 1995). La politique de modernisation agricole au travers des grands aménagements hydro-agricoles semble ainsi avoir globalement constitué un « gouffre financier » (Chalmin, 1980). De plus, les systèmes de production hors plaines aménagées, marqués par le morcellement des parcelles de culture, les faibles revenus des producteurs, l’abondance relative de la main-d’œuvre familiale rendaient inadaptées certaines machines agricoles comme les tracteurs qui perdaient de leur pouvoir novateur.

5Le système d’organisation coopératif imposé comme mode d’organisation susceptible d’atteindre l’objectif de « produire du riz à tout prix » s’est révélé, aux premiers moments, peu adapté à une meilleure appropriation (technique et managériale) des équipements agricoles modernes affectés par l’État et ses partenaires au développement des plaines rizicoles. En cause, le faible niveau d’instruction des paysans, le manque d’expérience organisationnelle commune en production et en gestion d’équipement, la constitution d’une élite paysanne « omnipotente » en alliance d’affaires avec les services d’encadrement, suscitant tensions et méfiance des paysans vis-à-vis de l’encadrement étatique (Ouédraogo, 1979). Le questionnement sur la forme d’organisation paysanne la plus adaptée à une appropriation judicieuse des techniques et technologies agricoles traverse le temps, ouvrant à celui des orientations (choisies ou imposées) en matière politique et économique à des moments donnés. La Haute-Volta, devenue Burkina Faso à partir de 1984, en a connues plusieurs, allant de formes d’organisations paysannes (groupements, coopératives) sous tutelle de l’État à celles dotées d’« autonomie » conformément au précepte de la décentralisation.

  • 6 Créée en 2001 et composée de neuf coopératives, dont une coopérative de femmes et de jeunes, et reg (...)

6Cet article traite de l’insertion d’une innovation agricole, en l’occurrence une moissonneuse-batteuse, dans la plaine rizicole de Bama, l’une des plus anciennement prises dans le mouvement de développement rizicole au Burkina Faso. Le cas étudié est celui d’une innovation introduite de l’extérieur dans le cadre d’un projet de développement classique. L’ambition de l’article est de contribuer à actualiser les questionnements sur les méthodes et moyens d’une appropriation adaptée des machines agricoles, à partir du contexte organisationnel coopératif de l’Union des coopératives rizicoles « Faso Djigui » de Bama6 (UCR-B).

  • 7 Académie de formation créée après la deuxième guerre mondiale par l’association des agriculteurs al (...)

7Le projet étudié est celui d’un service commun de mécanisation agricole, à travers la mise en place d’un service de récolte mécanisée du riz avec une moissonneuse-batteuse, moyennant paiement. Mis en œuvre entre 2019 et 2022, il était porté par la Coopération allemande pour le développement et la coopération (GIZ), via son projet Centre d’Innovation Verte dans le secteur agro-alimentaire (ProCIV), par l’Andreas Hermes Akademie7 (AHA) et par l’Union des Coopératives rizicoles Faso Djigui de Bama (UCR-B). Le cadre de l’intervention est l’initiative « Un seul Monde Sans Faim » du ministère fédéral allemand pour la coopération et le développement (BMZ). L’échelle géographique du projet était, certes, locale, en l’occurrence le village de Bama qui abrite la plaine rizicole, mais son caractère unique et sa nouveauté en faisaient une opération pilote à l’échelle du Burkina Faso. La mise en œuvre du projet a mobilisé deux principaux experts internationaux (une Allemande et un Burkinabé) qui ont conduit des ateliers de conception, d’opérationnalisation du service dans un cadre organisationnel propre à l’UCR-B. Des enquêtes annuelles (2020, 2021 et 2022) auprès des coopérateurs ont permis d’évaluer le projet.

8Dans un premier temps, l’article donne un aperçu de l’histoire de la mécanisation agricole sur cette plaine rizicole et de ses enjeux. Dans un deuxième temps, sera présenté le processus organisationnel d’adoption de la machine à travers les acteurs et leurs rôles. En troisième lieu, une esquisse des leçons conceptuelles de conduite d’un projet d’innovation agricole sera faite.

La plaine rizicole de Bama : aperçu d’une mécanisation agricole à plusieurs temporalités

9À l’instar d’autres plaines agricoles dont les aménagements ont été initiés au cours des décennies 1960-1970 par l’État de ce qui était alors la Haute-Volta dans le cadre de politiques agricoles volontaristes de développement agricole, la plaine de Bama se voyait assigner pour mission de devenir à la fois un des greniers à riz du pays et un foyer de diffusion de la modernité agricole, notamment par l'appropriation de nouveaux équipements.

Illustration 1 - Vue de la plaine rizicole de Bama

Illustration 1 - Vue de la plaine rizicole de Bama

Auteur : Laurent T. Ouédraogo, 12 février 2021

La plaine rizicole de Bama : histoire et actualité de la mécanisation agricole

  • 8 Selon Ouédraogo (1979), à partir de 1957, l’Institut de Recherche Agricole Tropicale (IRAT) avait e (...)
  • 9 Cours d’eau principal organisant un bassin versant de 1 823 km² au sud-ouest du Burkina Faso.

10L’intérêt porté par l'État voltaïque à la production de riz date d’avant l’indépendance du pays intervenue en 19608. Dans la continuation de cette politique, les travaux d’aménagement de la plaine rizicole de Bama, située sur le cours d’eau Kou9, ont débuté en 1967 avec l’assistance technique et financière de la Chine de Formose (Taïwan). L’histoire de la plaine est également marquée par l’épisode de sécheresse du début de la décennie 1970 où des milliers de familles agricoles des régions septentrionales du Burkina Faso (nord, centre-nord principalement), éprouvées par les conséquences de la sécheresse, ont été installées là par l’État.

  • 10 Il est à noter que depuis près de deux décennies, seulement 400 ha sont mis en culture pendant la s (...)

11Cette plaine dispose d’un système d’irrigation gravitaire à partir d'un réseau de canalisation couvrant 1 300 hectares de terre permettant de produire, jusqu’au milieu de la décennie 90, deux campagnes par an, dont une en saison sèche10. Grâce aux différentes interventions étatiques liées aux projets et programmes de développement, les riziculteurs ont bénéficié d’appuis en matériels agricoles, principalement pour le travail du sol. En 1977, le matériel agricole sur la plaine comprenait 194 charrues, 25 herses, 408 batteuses, 486 pulvérisateurs, 227 charrettes (Ouédraogo, 1979, p. 483). Les premiers motoculteurs datent du début des années 1980 et les premiers tracteurs pour le labourage du sol datent précisément de 1984, selon les premiers responsables de l’Union des Coopératives Rizicoles (entretiens de février 2021).

12L’absence d’enregistrement continu des données sur l’équipement ne permet pas de suivre l’évolution de la motorisation, mais, de l’avis des coopérateurs riziculteurs, celle-ci a connu, depuis, une nette amélioration avec une relative expansion du nombre de machines à moteur. Ainsi, en 2022, onze tracteurs fonctionnels appartenant à des acteurs privés sont répertoriés sur la plaine selon un recensement réalisé par l’UCR-B. Ils appartiennent à de gros producteurs (migrants comme autochtones) qui, en plus de la culture du riz, détiennent des exploitations de maïs, mais aussi à des commerçants installés dans le centre urbanisé de Bama. Leurs usages sont multiples : labour du sol, transport du riz, des intrants (engrais, fumure organique) et d’autres produits agricoles (maïs, sorgho, produits maraîchers). Les batteuses à moteur fixes, pour le battage du riz exclusivement, qui constituaient déjà l’alternative à la récolte purement manuelle du riz sont de plus en plus répandues sur la plaine. Leur nombre est estimé à une trentaine. Elles sont la propriété de particuliers, c’est-à-dire de producteurs qui les utilisent dans le cadre de prestations privées de récolte du riz auprès des autres riziculteurs de la plaine.

13Au gré des orientations en matière de politiques publiques, l’équipement agricole de la plaine a correspondu à des modes de gestion différents qui permettent d’éclairer la complexité de la marche vers une mécanisation-motorisation agricole optimale sur la plaine.

Aperçu des modes de gestion de la mécanisation agricole sur la plaine rizicole de Bama

14Plusieurs modes de gestion ont été expérimentés sur la plaine rizicole de Bama, conformément, d’une part, aux variantes de la politique agricole de l’État voltaïque puis burkinabè et, d’autre part, aux réalités internes de l’organisation paysanne des riziculteurs. Trois séquences, selon les enquêtes auprès des responsables de l’UCR-B, peuvent être distinguées : gestion collective, puis prestations privées et, de nouveau, gestion collective.

15La première phase de gestion collective des équipements agricoles couvre la période allant de l’aménagement de la plaine en 1967 jusqu'au début de la décennie 1990. Pour donner plus de chance de succès aux actions étatiques et de ses partenaires techniques, notamment en matière d’équipement agricole, une seule coopérative, la coopérative de la vallée du Kou, avait été créée pour centraliser la gestion. Les dotations matérielles (motoculteurs, tracteurs et batteuses à moteur fixe) étaient destinées exclusivement à cette unique coopérative qui les mettait à la disposition de ses membres pour les différentes tâches de labour, de récolte et de transport.

  • 11 En plus des huit coopératives fondatrices, il existe une coopérative de femmes et de jeunes d’une s (...)

16L’essor des prestations privées couvre la décennie 1990, marquée particulièrement au Burkina Faso, comme dans bien de pays d’Afrique de l’Ouest, par la mise en œuvre des programmes d’ajustement structurel, notamment dans le domaine agricole. Elle a été caractérisée par la réduction drastique, voire l’arrêt, des subventions étatiques. Au niveau de la plaine, cette période correspond à l’heure du bilan de la gestion de l’unique coopérative à laquelle les riziculteurs étaient obligés d’adhérer, qui a été jugé négatif. Les responsables de l’UCR-B (entretiens de 2021) pointent des difficultés et défaillances organisationnelles de plusieurs ordres à cette époque : manque de capacités locales d’entretien des machines, non recouvrement des prestations, mauvaise gestion des recettes, etc. Les problèmes de gouvernance au sein de la coopérative datent de bien longtemps. Ainsi, selon Ouédraogo (1979, p. 489), à partir d’enquêtes réalisées en 1977, « depuis 1970, le bureau de la coopérative [était] resté le même et ses membres [étaient] des omnipotents locaux puisque ce sont eux qui gèrent la vie sociale du périmètre ». La crise organisationnelle qui s’en suivi a conduit à l'éclatement de la « méga » coopérative en 1991. De cette date à 1995, aucune coopérative n’a existé sur la plaine. Ce fut l’unique séquence de « vide organisationnel » sur la plaine depuis 1967, date de début de son aménagement. À partir de 1995, grâce à des appuis de projets et programmes à des initiatives locales de reconstruction, huit nouvelles coopératives ont été créées. Celles-ci se sont regroupées en 2001 pour donner l’actuelle UCR-B11. Depuis lors, sans doute tirant leçon de la période précédente, le mode de gestion a donné la primauté aux prestations privées. Les équipements agricoles (motoculteurs, tracteurs, batteuses fixes), acquis auprès de partenaires techniques et financiers de l’État, étaient désormais mis en vente uniquement auprès des coopérateurs qui en avaient les moyens. C’est ainsi que se développèrent progressivement les prestations privées d’utilisation de machines agricoles pour le labour, le battage et le transport du riz et d’autres produits agricoles.

  • 12 Engrais chimique azoté, un des fertilisants utilisés dans la riziculture.
  • 13 En plus de la moissonneuse-batteuse introduite en 2019 auprès de l’UCR-B par la Coopération alleman (...)

17Le « retour » à la gestion collective du matériel agricole date de plus d’une décennie, avec, précisément à partir de 2010, l’acquisition d’une granuleuse pour urée12, et d’autres machines13 par l’UCR-B auprès de l’International Fertilizer Development Center (IFDC). La gestion collective est depuis en cours de réinvention, dans un contexte d’essor continu, malgré tout, des prestations privées de mécanisation des activités agricoles. Selon les premiers responsables de l’Union des coopératives rizicoles de Bama, la dynamique de cette « réinvention » puise dans les leçons du passé en matière de gestion collective du matériel agricole mais renvoie aussi aux exigences organisationnelles de gestion de certaines machines plus complexes. Sans que l’on puisse prédire avec exactitude les trajectoires d’évolution d'une telle coexistence de deux modes de gestion, il est à noter que les machines faisant l'objet d'une gestion collective sont, pour l’instant, hors des capacités des particuliers : prix d’achat très élevé, exigences techniques d’utilisation et d’entretien. À titre d’exemple, la moissonneuse-batteuse coûte une cinquantaine de millions de francs CFA (l’équivalent de 76 000 euros) et sa mise en marche a nécessité des dépenses en formation de conducteurs assurées par le projet : autant de charges financières et de ressources humaines difficiles à rassembler par un producteur privé dans le contexte géographique et social de la plaine de Bama.

18C’est justement dans ce contexte historique et actuel marqué, d’une part, par une faible mécanisation de la riziculture et, d’autre part, par une expérience compliquée en matière de gestion des équipements agricoles qu’est intervenu le projet de développement du service de mécanisation agricole étudié ici.

Développement du service commun de mécanisation agricole à Bama : les contours organisationnels et méthodologiques d’une expérimentation

19La mise en œuvre du projet de développement d’un service commun de mécanisation agricole était centrée sur la mise en marche d’une moissonneuse-batteuse et son appropriation par l'UCR-B dont l'avènement devait reposer sur une synergie d’actions entre les parties prenantes née d'une approche spécifique de « l’accompagnement ».

Illustration 2 - Séance de formation des conducteurs de la moissonneuse-batteuse

Illustration 2 - Séance de formation des conducteurs de la moissonneuse-batteuse

À gauche, l’unique expert Burkinabè sur ce type de moissonneuse-batteuse et son assistant, au milieu et à droite les deux conducteurs et le responsable du suivi de la récolte au sein de l’UCR-B.

Auteur : Laurent T. Ouédraogo, 27 mars 2021

Les acteurs du projet et leurs rôles respectifs

20La conduite de cette expérimentation a été assurée par des acteurs dont les rôles et responsabilités se voulaient complémentaires, chaque partenaire se voyant assigner un rôle à la mesure de ses compétences.

21En plus d’avoir mis à la disposition de l’UCR-B la moissonneuse batteuse, le projet ProCIV, devait accompagner l’union sur des questions techniques, notamment liées aux bonnes pratiques agricoles, et s'occuper également des aspects logiques et financiers tout au long du processus.

22L’Andreas Hermes Akademie (AHA) devait appuyer l’UCR-B dans le processus d’établissement d’un service payant de récolte du riz avec la moissonneuse-batteuse parmi ses membres, à la fois du point de vue organisationnel de ce développement et du point de vue de l'introduction de services payants aux membres. La cible de l’intervention était composée des élus de l’UCR-B, des membres des coopératives de base et des techniciens (chargés de la conduite de la moissonneuse batteuse) selon le modèle du renforcement des capacités (responsabilité, management et technique).

23L’UCR-B, bénéficiaire de l’appui, avait pour rôle de mobiliser ses élus et ses membres pour participer aux différents ateliers de conception du service, ainsi qu'à la formation technique en conduite et en entretien de la machine. Elle avait également la responsabilité de la gestion de la machine dans le cadre de la récolte mécanisée du riz.

Approche de mise en œuvre du service de mécanisation

24Le projet distinguait trois axes principaux : la modification de l’organigramme de l’UCR-B en vue de prendre en compte le dispositif organisationnel du service de mécanisation, la création de ce service lui-même et le renforcement des capacités techniques pour l’utilisation de la moissonneuse-batteuse. Leur description se conforme aux mots-clés du vocabulaire international du développement tel qu'il est en circulation lors de la mise en œuvre du projet.

25Ainsi une notion de développement organisationnel est mise en œuvre auprès de l’UCR-B, reposant sur les principes d'engagement et de responsabilisation des organisations paysannes dans les dynamiques de changement. Pour le cas spécifique de l’UCR-B, sur la base d'un engagement collectif pour l'appropriation de la moissonneuse-batteuse, il s’agit d’assurer une cohérence organisationnelle d’ensemble en discutant de diverses perspectives d’évolution de son organigramme, étant entendu que le projet implique nécessairement des réajustements et de nouvelles répartitions des rôles et des responsabilités en interne.

26Concernant la mise en place du service de mécanisation agricole au sein de l’UCR-B, le projet a mobilisé un outil de Andreas-Hermes Akademie appelé The House of Service (illustration 3) Dérivé du monde de l'entreprise, il s'adresse aux organisations paysannes qui souhaitent offrir un service spécifique à leurs membres en analysant sous différents angles les facteurs conditionnant la dite prestation : marché, structure, finances, produit, objectifs, main-d’œuvre, processus, ressources et savoir-faire.

Illustration 3 - Adaptation de la maison de l’entreprise au service de mécanisation agricole

Illustration 3 - Adaptation de la maison de l’entreprise au service de mécanisation agricole

Cette photo provient des travaux d’ateliers de développement du service de mécanisation entre 2021 et 2022. Elle montre une représentation sur papier des neuf chambres de l’outil de AHA appelé « Maison de l’entreprise ». La méthode consiste à analyser, de manière dynamique et interrelationnelle les différentes composantes du service de mécanisation dans l’esprit d’un plan d’affaires : situation de départ, prospective, actions, conséquences, etc.

Auteur : Laurent T. Ouédraogo, 8 décembre 2021

27La collaboration a consisté en une planification d’ateliers périodiques, intercalés par des périodes d’exécution de tâches déclinées dans des plans d’action. L’élaboration, à la fin de chaque atelier, du plan d'action se voulait une des marques importantes de l’accompagnement, chacun d'eux constituant le trait d’union entre l’atelier dont il est la conséquence et le prochain qu’il annonce.

Illustration 4 - Cycle général de la conduite des actions de développement du service commun de mécanisation agricole

Illustration 4 - Cycle général de la conduite des actions de développement du service commun de mécanisation agricole

28Il faut noter qu’il était fréquent que plusieurs plans d’actions soient élaborés au cours d’un atelier selon l’importance des défis et surtout leur urgence pour la suite du processus en vue de l’atteinte des objectifs. Plusieurs équipes sont constituées pour la mise en œuvre de ces plans. Un comité, composé des premiers responsables des équipes, assure, jusqu’à l’atelier suivant, le suivi de leur mise en œuvre tandis que chaque participant au processus se voit attribuer une tâche à exécuter au cours de la période entre deux ateliers, chacun commençant par le bilan du précédent. L’enjeu de la démarche se veut être la responsabilisation des membres de l’UCR-B.

Esquisse de leçons d’une expérience collaborative de mécanisation agricole sur la plaine rizicole de Bama

29Quoique qu’il soit prématuré de gager sur les changements structurels qu’elle pourrait engendrer, l’introduction de la moissonneuse-batteuse a eu des effets sur le plan organisationnel au sein l’Union des coopératives et sur celui des techniques de récolte du riz, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de mécanisation-motorisation sur la plaine rizicole de Bama.

La moissonneuse-batteuse comme facteur de démocratisation au sein de l’UCR-B

30Un des enjeux des innovations agricoles dans les sociétés agraires africaines, notamment en matière de mécanisation, est l’appropriation organisationnelle de celles-ci par les communautés à travers leurs organisations (groupements de producteurs, coopératives, …). Dans la pratique, le processus d’introduction des innovations fait le plus souvent d'avantage de place aux aspects technicistes : formation de techniciens en mesure d’utiliser le matériel, d’assurer son entretien (mécaniciens-maintenanciers) ; mise en place d'une équipe de gestion chargée de réaliser des calculs économiques.

31Pour le cas de la moissonneuse-batteuse, le premier défi a été de résoudre la question de la capacité organisationnelle de l’UCR-B à s’approprier la machine. Cela revenait à revisiter son organisation interne, à travers la création d’une structure spécifique, en l’occurrence un département de mécanisation (illustration 5), et son insertion dans l’organigramme général de l’union. La seconde équation est celle de la définition des nouvelles responsabilités suivant un processus de concertation complexe et parfois délicat, au regard des compétitions (inéluctables) pour le contrôle de la machine qui revêt des enjeux économiques.

32Le processus devait trancher entre deux options : la mise en place d’un département chargé de la mécanisation, plus spécifiquement du service de récolte du riz avec la moissonneuse-batteuse, dont les responsabilités seraient assumées par des membres de l’union n’assumant pas encore de responsabilité dans l’organisation ; ou bien procéder à une accumulation de responsabilités parmi les responsables en place de l’organisation. La complexité des rapports de pouvoir au sujet du contrôle de la nouvelle ressource (la moissonneuse-batteuse) recommandait souplesse, délicatesse et méthode dans la conduite des échanges. À l’issue de débats parfois houleux au cours des ateliers, la gestion du département mécanisation a été confiée, finalement, à des membres issus des coopératives de base de l’union, n’assumant pas encore de responsabilité dans l’organe central qu’est le conseil d’administration, ceci selon des critères définis par les participants eux-mêmes.

Illustration 5 - Organigramme du département de mécanisation

Illustration 5 - Organigramme du département de mécanisation

33La mise en place du département de mécanisation reposant sur des membres engagés, conscients de leurs responsabilités et qui les traduisent dans la pratique sur le terrain, a été un tournant important vers l’opérationnalisation du service de récolte mécanisée avec la moissonneuse-batteuse.

La moissonneuse-batteuse, du garage aux parcelles de riz : vers un renouvellement conceptuel des méthodes de conduite de projets de mécanisation agricole ?

34La mise en marche de la moissonneuse-batteuse a suivi un chemin sinueux entre 2019 et 2022. En 2019, des initiatives avaient été prises par le ProCIV pour former des conducteurs identifiés par l’UCR-B et qui conduisaient déjà des tracteurs à Bama. La formation a d’abord été assurée par un expert venu du Mali connaissant déjà la marque de la moissonneuse-batteuse. D’un point de vue organisationnel, un comité informel, composé principalement des premiers responsables de l’UCR-B, se chargeait de la gestion de la moissonneuse-batteuse. La première récolte de riz sur la plaine a eu lieu en novembre de la même année. Après la récolte de seulement un demi-hectare, une panne est survenue, immobilisant la machine au garage. En 2020, une autre formation sur l’utilisation de la machine a été assurée par un expert national au profit des mêmes conducteurs, en prélude à la campagne de récolte de la même année. Le dispositif organisationnel était toujours le même au sujet de la machine, à savoir sa gestion par le comité informel. La moisson n’a pas été meilleure, la superficie récoltée ayant été d’un hectare et demi.

35Face à ces différentes pannes, c'est bien sûr la question de la maitrise technique insuffisante de la conduite et de l’entretien de la moissonneuse-batteuse chez les conducteurs qui était factuellement en cause. Mais l'analyse des causes profondes des échecs successifs lors de la récolte a mis en évidence la question du dispositif organisationnel capable de prendre en charge les aspects techniques d’un service de récolte mécanisée. Dès lors, la question de la mise en place d’un département de mécanisation agricole est devenue l’axe central du projet (cf. supra). Le suivi de la conduite du service de récolte mécanisée par le département, à partir de son installation reposant sur des personnes n’assumant pas de responsabilités au niveau de la direction de l’UCR-B, a permis de dégager des facteurs pouvant être considérant comme conditions qui ont pu favoriser le début d’une appropriation optimale de la machine. En premier lieu figure la disponibilité des membres du département qui, à la différence des dirigeants de l’Union, ne sont pas accaparés par les multiples rencontres avec des partenaires techniques et financiers, les services techniques de l’Etat qui occupent bien souvent les premiers responsables des organisations paysannes. Cette disponibilité de leur part a permis la mise en œuvre ordonnées et à bonnes dates des activités spécifiques de formation à leur endroit (connaissance sur la moissonneuse-batteuse, son utilisation et son entretien, formation en communication et en marketing, etc.). Aussi ont-ils été assidus dans le suivi concret de l’utilisation de la machine sur le terrain de la récolte. En second lieu, ainsi que cela a été mentionné lors de l’atelier du 1er au 3 juin 2022, se trouvent l’engagement et la motivation des membres du département, qui tirent leur source, de l’avis des concernés, de la confiance du collectif, en l’occurrence de l’UCR-B, placée en eux pour la conduite du service. Bien que cela ne puisse être présenté comme une règle de succès généralisable, il est ressorti pour ce cas précis que la répartition des responsabilités a bien été un facteur d’une appropriation progressive de la moissonneuse-batteuse. En effet, à la campagne de récolte de novembre 2021, quarante-trois hectares ont été récoltés. En 2022, la superficie récoltée avec la machine est passée à cent-six hectares.

36Certes, le processus d’introduction de certaines innovations exigeantes en compétences techniques comprend un temps de tâtonnement, mais il apparait que l’inversion de la perspective conceptuelle (l’organisationnel avant le technique) a incontestablement accéléré l’histoire de succès de la moissonneuse-batteuse au sein de l’Union des coopératives rizicoles.

Conclusion

37Les enjeux de la mécanisation agricole, marquée ces dernières décennies par l’introduction de tracteurs, de motoculteurs, de batteuses à moteur fixes, puis, plus récemment, par l’arrivée d’une moissonneuse-batteuse, sont importants pour les riziculteurs au Burkina Faso en général et en particulier dans la plaine de Bama. Les mutations socio-économiques et culturelles que connaissent les sociétés rurales burkinabè, dont celle de Bama, imposent de nouvelles exigences aux systèmes de production agricole en général et rizicole en particulier. La captation de la main-d’œuvre par les activités non agricoles (l’orpaillage et les métiers d’artisanat et de commerce des villes), le maintien des dynamiques migratoires vers la Côte-d’Ivoire accentuées ces dernières années par la crise sécuritaire que traverse le pays depuis bientôt une décennie, la scolarisation prolongée des enfants, l’augmentation des besoins alimentaires de citadins de plus en plus nombreux, sont des facteurs qui questionnent, plus que par le passé, le rythme de la mécanisation agricole.

38Le projet de développement d’un service de récolte mécanisée du riz sur la plaine de Bama, mis en œuvre par ProCIV, AHA et UCR-B est une expérience porteuse de bien des leçons pour les acteurs du développement du monde rural et agricole au Burkina Faso. S’inscrivant dans la logique du renforcement des capacités des organisations paysannes, l’introduction de la moissonneuse-batteuse constitue une innovation majeure dans le système de production local et même national dans la mesure où elle reste une expérimentation singulière – exception faite de ce qui est mis en œuvre dans la plaine rizicole de Bagré, dans la région du centre-est.

39Sur le plan collaboratif, la conduite du projet souligne la pertinence des initiatives synergétiques et multipartites en matière de renforcements des organisations paysannes. La clarification des rôles et des responsabilités, l’engagement des parties autours d'objectifs partagés et la concertation dans l’action sont des facteurs de succès. Pour les parties prenantes (AHA, ProCIV et UCR-B), les enrichissements conceptuels et méthodologiques sont également des acquis engrangés au travers de la mise à l’épreuve des outils de travail aux réalités concrètes de terrain. Aussi, adopter efficacement une moissonneuse-batteuse, à la lumière de l’expérience de l’UCR-B, revient d’abord et principalement à changer l’état d’esprit organisationnel, la répartition des responsabilités et des tâches entre les membres dans un esprit de production de compétences internes. Il s’agit d’une base pour l’émergence d’un nouveau type de leadership organisationnel indispensable pour la conduite d’un service commun et payant au profit des membres, dans un contexte potentiellement concurrentiel du fait de l’essor des prestations privées portées par des particuliers. Quoique le concept de service payant ne soit pas tant une nouveauté au sein des organisations paysannes burkinabè et notamment au sein de l’UCR-B, sa conceptualisation dans une philosophie d’autonomisation financière et managériale de celle-ci constitue une nouvelle vision.

40Certes, le temps d’implémentation de la moissonneuse-batteuse à Bama ne permet pas d’évoquer une histoire de succès durable, encore moins un achèvement de la mécanisation de tout le processus de production rizicole, l’expérience étant isolée et à ses débuts. Toutefois, la conduite du projet est porteuse de leçons pour la mise en place d'initiatives similaires à venir, inéluctables du fait du potentiel de développement que représente encore la mécanisation-motorisation au Burkina Faso.

Haut de page

Bibliographie

Andreas Hermes Akademie (AHA) - Projet Centre d’Innovation Verte dans le secteur agro-alimentaire (ProCIV) - l’Union des Coopératives rizicoles Faso Djigui de Bama (UCR-B), [2020]. Document de convention de partenariat, 7 p.

Andreas Hermes Akademie (AHA) - Projet Centre d’Innovation Verte dans le secteur agro-alimentaire (ProCIV) - l’Union des Coopératives rizicoles Faso Djigui de Bama (UCR-B), [2022]. Rapport de capitalisation du projet de développement d’un service commun de mécanisation agricole sur la plaine rizicole de Bama, 33 p.

Bélières J.-F., Bosc P.-M., Faure G., Fournier S., Losch B., 2002. Quel avenir pour les agricultures familiales d’Afrique de l’Ouest dans un contexte libéralisé? IIED, dossier n° 113, 46 p. [En ligne]. URL: https://www.iied.org/sites/default/files/pdfs/migrate/9277IIED.pdf

Brunet R., Feras R., Théry H.,1992. Les mots de la géographie, dictionnaire critique. Montpellier – Paris, GIP RECLUS – La Documentation française, 470 p.

Lassaily V., 1979. Une opération de développement intégré au Ghana : l’exemple de New Mpamu, nouveau village reconstruit en bordure du lac Volta. In Maitrise de l’espace agraire et développement en Afrique tropicale, actes du colloque de Ouagadougou, ORSTOM [En ligne], p. 223-227. URL: https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers07/03060.pdf

Mazoyer, M., Roudart L., 2002. Histoire des agricultures du monde : du néolithique à la crise contemporaine. Paris, Le Seuil, 732 p.

Ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques, de l’assainissement et de la sécurité alimentaire (Burkina Faso), 2020. Programme de renforcement de la mécanisation agricole, phase II 2016-2020. 76 p.

Ouedraogo D., 1979. La vallée du Kou (Haute Volta) : un sous-espace aliéné. In Maitrise de l’espace agraire et développement en Afrique tropicale, actes du colloque de Ouagadougou, ORSTOM [En ligne], p. 481-490. URL: https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers07/03060.pdf

Pelissier P., 1979. Le paysan et le technicien : quelques aspects d'un difficile face-à-face. In Maitrise de l’espace agraire et développement en Afrique tropicale, actes du colloque de Ouagadougou, ORSTOM [En ligne], p. 19-26. URL: https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers07/03060.pdf

Seck PA, Togola A, Touré A, Diagne A, 2013. Propositions pour une optimisation des performances de la riziculture en Afrique de l'Ouest. Cahiers Agricultures [accessible sur le site du CIRAD], vol. 22, n° 5, p. 361-368. URL: https://revues.cirad.fr/index.php/cahiers-agricultures/article/view/31042/30802 - DOI: https://doi.org/10.1684/agr.2013.0646

Side C.S., Havard M, 2014. Mécanisation en Afrique de l’ouest et du centre. Bilan des tentatives passées, état actuel et contraintes [accessible sur le site du CIRAD]. Le Coton Africain : Evolution des Principaux Facteurs de Production en zone Cotonnière, Séminaire 2014, 6ème session, 23 p. URL: https://agritrop.cirad.fr/574346/1/document_574346.pdf

Tcha-Koura S., 1995. La formation d’une élite paysanne au Burkina Faso. Paris, l’Harmatan, 204 p.

Tersiguel, P., 1995. Le pari du tracteur. La modernisation de l’agriculture cotonnière au Burkina Faso [En libre accès sur le site des éditions de l'IRD]. ORSTOM Ed., 286 p. URL: https://www.editions.ird.fr/produit/541/9782709924979/le-pari-du-tracteur - DOI https://doi.org/10.4000/books.irdeditions.15480

Yuan Z., 2016. La mécanisation de l’agriculture en Afrique de l’Ouest, 11 p.

Haut de page

Notes

1 Définie comme l’apparition d’une nouveauté en un temps et lieu donnés ou une rupture dans l’ordre des choses (Brunet, 1992, p. 256).

2 À ce sujet, voir la comparaison entre paysan et agriculteur de Mendras (1976) à partir d’idéaux-types, reprise par Bélières et al. (2002) dans « Quel avenir pour les agricultures familiales d’Afrique de l’Ouest dans un contexte libéralisé ? » (p. 3). À la différence du paysan, pour qui le groupe familial domestique est l’unique base de mise en œuvre des tâches culturales, l’agriculteur s'érige en acteur ouvert à la fois aux nouvelles techniques agricoles et au marché extérieur.

3 Commune rurale de la province du Boulgou, à 230 km à l’est de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

4 Commune rurale de la province du Houet et située à 25 km au nord-ouest de la ville de Bobo-Dioulasso, chef-lieu de ladite province.

5 Voir Mazoyer et Roudart (2002) qui expliquent en détails « les étapes de la motomécanisation » agricole aux États-Unis et en Europe (p. 502-506).

6 Créée en 2001 et composée de neuf coopératives, dont une coopérative de femmes et de jeunes, et regroupant 1385 membres en 2023.

7 Académie de formation créée après la deuxième guerre mondiale par l’association des agriculteurs allemands. Elle est spécialisée dans l’accompagnement et la formation des organisations agricoles dans des domaines divers tels que l’entrepreneuriat agricole, le développement organisationnel et des services et le leadership.

8 Selon Ouédraogo (1979), à partir de 1957, l’Institut de Recherche Agricole Tropicale (IRAT) avait entrepris la sélection, à la station de Kamboinsé située au nord de Ouagadougou, de variétés précoces de riz à grains blancs dans le cadre de la politique de riziculture sur plaines aménagées.

9 Cours d’eau principal organisant un bassin versant de 1 823 km² au sud-ouest du Burkina Faso.

10 Il est à noter que depuis près de deux décennies, seulement 400 ha sont mis en culture pendant la saison sèche du fait du manque d’eau. Les causes principales sont les prélèvements d’eau de plus en plus importants en amont de la plaine pour la mise en œuvre d’autres activités agricoles, l’ensablement du principal canal du Kou, mais également, sur la plaine, un usage de la ressource en eau par les riziculteurs eux-mêmes qualifié d’anarchique par les agents techniciens d’agriculture de l’Etat et les responsables de l’UCR-B.

11 En plus des huit coopératives fondatrices, il existe une coopérative de femmes et de jeunes d’une soixantaine de membres.

12 Engrais chimique azoté, un des fertilisants utilisés dans la riziculture.

13 En plus de la moissonneuse-batteuse introduite en 2019 auprès de l’UCR-B par la Coopération allemande au développement (GIZ), l’organisation a acquis, grâce à l’appui de Agriculteurs français pour le développement international (AFDI), une unité de décorticage de riz en 2022.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Vue de la plaine rizicole de Bama
Crédits Auteur : Laurent T. Ouédraogo, 12 février 2021
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Illustration 2 - Séance de formation des conducteurs de la moissonneuse-batteuse
Légende À gauche, l’unique expert Burkinabè sur ce type de moissonneuse-batteuse et son assistant, au milieu et à droite les deux conducteurs et le responsable du suivi de la récolte au sein de l’UCR-B.
Crédits Auteur : Laurent T. Ouédraogo, 27 mars 2021
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Illustration 3 - Adaptation de la maison de l’entreprise au service de mécanisation agricole
Légende Cette photo provient des travaux d’ateliers de développement du service de mécanisation entre 2021 et 2022. Elle montre une représentation sur papier des neuf chambres de l’outil de AHA appelé « Maison de l’entreprise ». La méthode consiste à analyser, de manière dynamique et interrelationnelle les différentes composantes du service de mécanisation dans l’esprit d’un plan d’affaires : situation de départ, prospective, actions, conséquences, etc.
Crédits Auteur : Laurent T. Ouédraogo, 8 décembre 2021
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Illustration 4 - Cycle général de la conduite des actions de développement du service commun de mécanisation agricole
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Illustration 5 - Organigramme du département de mécanisation
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tewendé Laurent Ouedraogo, « Une moissonneuse-batteuse sur la plaine rizicole de Bama (Burkina Faso) : leçons et perspectives d’un service commun de mécanisation agricole »EchoGéo [En ligne], 65 | 2023, mis en ligne le 30 octobre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/25641 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.25641

Haut de page

Auteur

Tewendé Laurent Ouedraogo

Tewendé Laurent Ouedraogo, tewoud@hotmail.fr, est maître-assistant de géographie à l’Université Joseph Ki-Zerbo (Burkina Faso) et membre du Laboratoire Groupe de Recherche sur les Initiatives Locales (GRIL). Il a récemment publié :
- Pémou B.C., Ouedraogo T.L., Raimond C., 2022. Politiques de sécurisation alimentaire au Burkina Faso et participation des femmes à la production du riz : le cas de la commune rurale de Douna. Droit et cultures [En ligne], n° 84. URL: http://journals.openedition.org/droitcultures/8523 - DOI: https://doi.org/10.4000/droitcultures.8523
- Sanogo F., Ouedraogo T.L., Sodore A.A., Adama K., 2023. Aménagements hydro-agricoles et conflits fonciers dans le sous bassin versant Plandi 2 du Mouhoun supérieur, Burkina Faso. Revue de Géographie de l’Université de Ouagadougou, vol. 1, p. 143-157.
- Zongo O.B., Ouedraogo T.L., 2022. Manifestations et conséquences des attaques terroristes sur le secteur agropastoral dans la région du centre nord du Burkina Faso. Revue de Géographie de l’Université de Ouagadougou, Num. spécial, p. 250-267.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search