Navigation – Plan du site

Accueilnumeros65Sur le champLes « tracteurs du président » au...

Sur le champ

Les « tracteurs du président » au Tchad : machines agricoles ou instrument politique ?

The President's tractors: The Politics of agricultural modernization in Chad
Ronan Mugelé

Résumés

À la fin des années 2000, l’État tchadien met en œuvre une ambitieuse politique de modernisation et de développement de l’agriculture. Il cherche notamment à encourager la mécanisation et la motorisation du travail paysan, via la diffusion de tracteurs agricoles. Un partenariat technique est officialisé avec l’Inde à travers le programme TEAM. Cet article s’attache à décrire et à analyser les conditions d’introduction et d’utilisation de ces tracteurs. Il montre en quoi la dimension matérielle et technique de la machine est indissociable de sa composante immatérielle et symbolique, et comment cette articulation en redéfinit les usages.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Deus ex machina tchadiana

Quoi de plus politique qu’une machine ?

1Si plusieurs traditions philosophiques se sont emparées de cette question pour mettre en exergue tantôt le pouvoir déshumanisant de la machine (Anders, 1956) tantôt sa dimension ontologique dans le développement de la vie technique (Simondon, 1958), les sciences sociales peuvent aussi rendre intelligible la place des machines dans les rapports sociaux à partir d’enquêtes localisées. Par-delà leur dimension technique, les machines sont alors appréhendées comme des « objets » (Winner, 1980 ; Akrich, 1987 ; Daston, 2004) pouvant être de nature politique et symbolique et contribuer à construire et légitimer des relations de pouvoir

  • 1 Techno Economic Approach for Africa-India Movement ; TEAM 9 est lancé dès 2004 dans huit pays d’Afr (...)

2Cette étude de cas porte sur le projet « TEAM », un projet de diffusion des machines agricoles et principalement des tracteurs dans un pays rural et agricole d’Afrique subsaharienne, le Tchad, confronté à une instabilité chronique, et appuyé de manière inédite à cette occasion par la puissance émergente qu’est l’Inde1. Il est lancé dans le contexte spécifique de la fin des années 2000 afin de contribuer à améliorer la production agricole dans ce vaste État sahélien régulièrement soumis à des phénomènes d’insécurité alimentaire.

3Le sujet est classique – l’échec d’un projet de développement agricole à teneur techniciste en Afrique subsaharienne – et pose des questions anciennes (motorisation de l’agriculture, fonctionnement de l’État, appropriation paysanne de l’innovation). Néanmoins, l’entrée par la machine et, en l’occurrence, le tracteur lui-même, permet de proposer une lecture originale et d’une portée politique allant au-delà de la simple chronique de l’échec d’un projet de développement.

4À rebours des regards qui se focaliseraient uniquement sur le rôle et l’utilité technique du tracteur – le tracteur comme facteur de transformation historique des paysages ruraux ou, du point de vue agronomique, comme facteur de production pouvant induire des gains de productivité – cet article se propose d’approfondir la réflexion sous l’angle politique. La machine est envisagée ici comme une ressource plurielle pour différents acteurs et en premier lieu pour le pouvoir politique, comme le suggère l’appellation locale de ces tracteurs fortement associés à la personne du chef de l’État : « les tracteurs du Président ». L’hypothèse défendue est la suivante : dans le cas du Tchad, le tracteur est valorisé par des acteurs non-agricoles pour sa dimension symbolique et politique bien plus que pour son utilité technique. Autrement dit, la diffusion des tracteurs dans les espaces ruraux (mais pas seulement) découle davantage d’une quête de visibilité de la part de l’État que d’une recherche d’efficacité productive dans le domaine agricole, si bien que ces tracteurs se muent en authentique instrument de gouvernement (Lascoumes et Le Galès, 2005). Les normes pratiques (Olivier de Sardan, 2010) qui président à leur usage effectif sont donc d’essence politique, même si d’autres détournements et/ou réappropriations peuvent survenir.

5Comme pour tant d’autres exemples, ce n’est pas tant le tracteur en lui-même qui importe, mais ce qu’il révèle : la machine est appréhendée ici comme un prisme fécond par lequel se donne à voir la diversité des relations et des perceptions qu’elle génère et qui, en cela, permet d’analyser les politiques publiques, le fonctionnement de l’État et de son mode de gouvernement (Cabral et al., 2022), mais aussi les effets de la globalisation, le rôle des bailleurs de fonds ou encore les pratiques paysannes.

6Cet article rassemble des observations menées au cours de plusieurs enquêtes de terrain en milieu rural au Tchad entre 2012 et 2021. Ces enquêtes portaient sur des objets différents (bois-énergie, gestion des périmètres hydro-agricoles ou conservation de la biodiversité) mais elles ont permis de collecter un matériau empirique original au sujet de ces tracteurs observés dans l’ensemble des zones étudiées. Des entretiens avec les acteurs locaux (producteurs, fonctionnaires des services déconcentrés de l’État, autorités locales) ont été complétés en 2019 et 2021 par des enquêtes menées auprès des principaux gestionnaires gouvernementaux et privés du projet TEAM dans la capitale N’Djaména.

7L'analyse qui suit vise à montrer comment s’articulent la dimension matérielle et immatérielle, technique et symbolique de la machine dans un contexte tchadien où à bien des égards la machine est absente ou, en tout cas, se singularise par sa rareté. Ce bilan critique du projet TEAM, plus de dix ans après son lancement, s’organise en trois temps. Le premier est une contextualisation de l’introduction des tracteurs au Tchad grâce au partenariat noué avec l’Inde ; le deuxième démontre l’inadaptation des tracteurs à travers l’étude des pratiques à l’échelle locale ; la troisième décrit les nombreuses instrumentalisations politiques dont ils font l’objet et qui contribuent à redéfinir radicalement la signification même de la machine dans le contexte tchadien.

La diplomatie du tracteur de l’Inde en Afrique et au Tchad

8L’introduction des tracteurs au Tchad à la fin des années 2000 s’inscrit dans un contexte marqué par le renouveau des ambitions étatiques en matière de politiques publiques et notamment dans le secteur de l’agriculture. Elle résulte aussi bien de dynamiques exogènes (course aux matières premières et nouveaux acteurs de l’aide) que de facteurs internes (vicissitudes politico-militaires nationales).

  • 2 La promotion des « transferts de technologie » est une constante dans les priorités des bailleurs d (...)

9Avec l’entrée dans le nouveau millénaire se referme la parenthèse désespérée des deux « décennies perdues » de l’ajustement structurel. Le constat de l’inefficacité relative des politiques d’austérité et la réhabilitation du rôle de l’État en tant qu’acteur central du développement inaugurent une ère nouvelle (Magrin, 2013). À l’échelle continentale, les forts taux de croissance économique enregistrés dans de nombreux pays contribuent à restaurer en partie leurs capacités financières. L’insertion croissante des économies africaines dans le jeu global va de pair avec l’augmentation des investissements étrangers dans de nombreux secteurs (transports, énergie, agriculture). La diversification des partenariats commerciaux, notamment avec la Chine émergente, génère des flux financiers importants dans un contexte de hausse des cours des matières premières. Dans le sillage de l’Union africaine, les États affichent leurs ambitions retrouvées en mobilisant les thèmes fédérateurs de la renaissance et de l’émergence, tout en renouant avec les grands projets (ouvrages hydroélectriques, infrastructures lourdes, agrobusiness). Ce renouveau concerne tout particulièrement le secteur de l’agriculture et du développement rural (Pesche et al., 2016). L’explosion de la demande des pays émergents multiplie les projets d’investissements, alors que les débats autour de la transition énergétique donnent lieu à une véritable ruée sur certaines cultures de rente (boom des agrocarburants tels le Jatropha). Dans le même temps, avec une vigueur retrouvée, les grands bailleurs de fonds exhortent les États à accélérer la modernisation des agricultures, notamment par la mécanisation et la motorisation2, et ce d’autant mieux que les « émeutes de la faim » de 2008 amènent à reconsidérer les impératifs de sécurité alimentaire nationale.

10C’est dans ce contexte que le gouvernement indien décide d’accélérer la mise en œuvre de sa stratégie d’influence en Afrique, comme en témoigne la multiplication des sommets Inde-Afrique depuis la première édition à Delhi en 2008. Forte de sa croissance économique, de sa neutralité postcoloniale et des succès de sa « Révolution verte », il investit fortement dans le secteur de l’énergie et de l’agriculture, y compris dans des pays où jusque-là il n’était pas ou peu présent en Afrique francophone. Les pays africains se voient ainsi offrir de bénéficier de crédits concessionnels octroyés par l’Export-Import Bank of India pour des projets économiques, sociaux et d’infrastructures développés en liaison avec des entreprises indiennes et/ou en contrepartie de permis d’exploration de pétrole (Hugon, 2011). S’appuyant sur son savoir-faire en matière d’industrie agro-alimentaire et notamment la production de matériel agricole, le gouvernement indien lance, dès 2004, l’initiative TEAM pour monnayer sa technologie dans les pays où l’agriculture est la plus faiblement mécanisée : avec moins de 5 % du parc mondial, soit 80  000 unités environ de nos jours, l’Afrique est la partie du monde où les taux de pénétration des tracteurs sont les plus faibles, malgré de fortes disparités entre pays (FAO, 2019).

  • 3 Le Tchad entre en 2003 dans le cercle des producteurs de pétrole dans le cadre du projet Doba sous (...)

11De son côté, le Tchad connaît une période difficile. Dans ce pays historiquement frappé par des épisodes récurrents de violences politico-militaires (Debos, 2013), l’heure est (à nouveau) à la reconstruction, surtout après l’attaque rebelle du 2 février 2008 qui a gravement ébranlé le pouvoir du président Déby. Placé sous le slogan de la « renaissance », le retour à la paix est une occasion de regagner en légitimité, au plan national comme international. Outre le verdissement de son action en faveur de la protection de l’environnement (Mugelé, 2013), le pouvoir central inaugure, grâce aux pétrodollars3, des projets tous azimuts dans les transports, l’industrie et surtout l’agriculture, qui emploie l’essentiel de la population dans ce pays majoritairement rural et dont il est communément considéré que le potentiel productif serait largement sous-exploité. La création du Programme National de Sécurité Alimentaire (PNSA), placé sous l’autorité directe du chef de l’État, vise notamment à moderniser la production pour atteindre la sécurité alimentaire et la diversification de l’économie rurale, proclamée priorité du quinquennat suivant (2011-2016). Vue de New Delhi, cette politique volontariste et modernisatrice fait du Tchad un terreau favorable pour le rapprochement entre les deux pays, qui entretenaient jusque-là des rapports très limités. Plusieurs accords sont ainsi signés à partir de 2008 en faveur du développement de certains secteurs stratégiques (énergie, transports, TIC) et de la formation universitaire et technique (octroi de bourses aux étudiants tchadiens) tandis que se consolident les relations consulaires entre les deux pays.

  • 4 Ces tracteurs de marque Mahindra ou New Holland sont de puissance limitée (de 60 à 85 CV, à deux ou (...)

12C’est surtout l’extension du programme TEAM, déjà amorcé il est vrai avant 2008, qui va consacrer ces relations naissantes. L’État tchadien se voit ainsi octroyer un prêt de 50 millions de dollars sur vingt ans pour être le propriétaire exclusif des différentes usines réalisées, le matériel et les intrants étant importés d’Inde. Outre les tracteurs il est aussi prévu de construire une filature de coton à Sarh, une unité de production de jus de fruits à Doba, une usine de fabrication de fers à béton et un atelier d’assemblage de bicyclettes. Mais priorité est accordée aux machines agricoles, d’où la création d’une Société Industrielle de Matériel Agricole et d’Assemblage de Tracteurs (Simatrac) à Ndjamena en avril 2010. Elle est en capacité de produire charrues et remorques mais surtout entre 9 et 12 tracteurs par jour4 qui, sortis de l’usine ornés d’une bannière « promesse présidentielle tenue », sont fièrement présentés à la presse avant d’être mis à disposition du PNSA (illustration 1). Soulignons que, mis à part quelques initiatives avortées par le passé (projets de ferme pilote, coton-culture), ils sont quasiment les premiers à être ainsi massivement diffusés dans ce pays où l’appui de l’État aux producteurs agricoles a longtemps été limité par les troubles politico-militaires (Mathieu, 2019). Les machines produites sont donc, à bien des égards, inédites, ce qui contribue largement à expliquer la tonalité triomphaliste du discours gouvernemental.

Illustration 1 – Le président Idriss Déby installé aux commandes d’un tracteur de la Simatrac, le 18 mai 2016

Illustration 1 – Le président Idriss Déby installé aux commandes d’un tracteur de la Simatrac, le 18 mai 2016

Située à proximité du Soudan et chef-lieu d’une région du Sila, en situation chronique d’insécurité alimentaire, Goz Beida accueille ce 18 mai 2016 le lancement de la campagne agricole nationale par le président Idriss Déby, installé aux commandes d’un tracteur de la Simatrac. La machine apparait ici comme la version mécanisée de la monture du prince, escorté par ses gardes armés tenant à distance la population visible à l’arrière-plan.

Source : site internet de la présidence de la République du Tchad, 2016. Reproduit sur le site du média multi-support d'information financière, Financial Afrik. URL: https://www.financialafrik.com/​2016/​05/​18/​tchad-lancement-de-la-campagne-agricole-20162017/​

13Relais de la stratégie d’influence indienne et symbole du volontarisme présidentiel au Tchad, cet arrivage massif de la machine semble d’emblée placée au cœur de rapports de forces politiques. Son utilisation se heurte néanmoins très vite aux réalités locales, dans un environnement sociotechnique peu familier de sa présence.

Les raisons d’un fiasco

14Une décennie après le lancement du projet TEAM au Tchad, force est de constater que les tracteurs sont largement introuvables sur le terrain. Les raisons de cet échec sont nombreuses et tiennent autant aux exigences techniques des machines qu’à leur gestion dans un environnement rural souvent sous-mécanisé. Elles amènent à questionner la pertinence même de cette politique de motorisation agricole.

  • 5 La location d’un tracteur pour le labour coûte en 2019 en moyenne 17 500 FCFA/ha (10 000 FCFA/ha in (...)

15La construction de l’usine d’assemblage de la Simatrac à N’Djamena avait pour but de vendre les tracteurs à prix subventionné. Faute d’acquéreurs, elle opte rapidement pour une logique de prestations de services payants5, un choix qui ne profite finalement qu’à une très faible part des producteurs et notamment aux plus aisés. C’est ainsi que ces tracteurs sont le plus sollicités dans les régions avoisinant la capitale, où ces dernières années l’essor des « jardins » particuliers (Mugelé, 2024) s’est accompagné d’un intérêt nouveau pour l’agriculture de la part de riches citadins (cadres politiques et militaires, fonctionnaires, commerçants). Ces derniers déplorent un grand nombre de disfonctionnements qui limitent l’accessibilité et l’efficacité des machines. Cette détérioration rapide du parc de tracteurs résulte de la conjonction de plusieurs facteurs d’ordre technique, financier et organisationnel, faisant écho aux défis fréquemment rencontrés par nombre de projets d’équipements en milieu rural au Sahel, par exemple au sujet de la « dégradation » des objets hydrauliques (Gagneron, 2017).

  • 6 Entretien à N’Djamena avec un cadre du ministère de l’Agriculture du Tchad, mars 2019.
  • 7 Favorisée par les projets intervenant en milieu rural, cette structuration des paysans en associati (...)

16La formation des agents tractoristes est très insuffisante, n'étant dès lors pas en capacité de pallier les nombreuses pannes et incidents, à l’intérieur comme à l’extérieur des parcelles. Surtout, le problème de l’approvisionnement et du coût en carburant pour des engins très énergivores est rédhibitoire pour les acteurs qui en ont la charge (illustration 2). Aggravé par l’absence d’ateliers de réparation dans les territoires et la faible disponibilité des pièces de rechange, il explique qu’en 2019 plus de la moitié des quelques milliers de tracteurs assemblés au Tchad ne sont pas en état de fonctionner6. Le choix du matériel associé à ces tracteurs est également problématique : les modèles de charrues et de pulvérisateurs produits par la Simatrac ne sont pas adaptés aux sols trop lourds ou au contraire trop fragiles selon les conditions locales, sans même évoquer la fréquence de l’ensablement et/ou enlisement des tracteurs eux-mêmes. Le témoignage récemment paru d’un agronome détaille ainsi dans la région de Doba les difficultés d’utilisation des tracteurs pour les paysans, contraints par exemple de labourer plusieurs fois une même parcelle tout en effectuant un désherbage manuel plus important (Mathieu, 2019). Enfin, la gestion centralisée et dirigiste qu’exerce le monopole du PNSA sur le parc de machines a entre autres conséquences de ne concéder qu'un rôle minimal aux organisations paysannes7 : outre la concentration des engins dans les mains de quelques notables, les machines sont peu accessibles pour l’essentiel des producteurs.

17Il est flagrant de remarquer que ce sont là des problèmes classiques, observés au même moment dans des contextes similaires en Afrique subsaharienne (Side et Havard, 2015) mais qui font aussi écho à des débats plus anciens : il y a cinquante ans déjà, au temps des grands projets postindépendance, René Dumont soulignait les inadaptations et les risques agronomiques (faibles gains de productivité), environnementaux (déboisement et érosion des sols) et socioéconomiques (pertes d’emplois et exode rural) induits par les politiques aveugles de motorisation conduites dans les agricultures du Tiers-monde (Dumont, 1962 ; Peltre-Wurtz et Seignobos, 1984).

Illustration 2 - « Cimetière de tracteurs » dans les locaux de la Sodelac, sur les rives nord du lac Tchad (archipel de Bol)

Illustration 2 - « Cimetière de tracteurs » dans les locaux de la Sodelac, sur les rives nord du lac Tchad (archipel de Bol)

Dès avant le projet indien, la SODELAC (Société de Développement du Lac Tchad) s’était dotée au milieu des années 2000 de tracteurs italiens (Mugelé, 2015). Rapidement hors d’usage faute d’entretien, ils attendent depuis d’être envoyés à Ndjamena (à 350 km) pour être réparés. Ils n’étaient de toutes façons que très peu utilisés pour appuyer les paysans, leur usage étant limité autant par le sable des versants dunaires que par le limon des fonds de cuvettes cultivées peu après leur inondation.

Auteur : R. Mugelé, 2012.

  • 8 Entretiens menés avec des producteurs agricoles et des techniciens des services déconcentrés de Min (...)

18Plus radicalement, ce n’est pas tant la détérioration des tracteurs ni même un quelconque « refus des tracteurs » qui est en cause, mais le bien-fondé même de la stratégie étatique en faveur de la motorisation agricole. En effet, la machine impose mais suppose une rationalité qui lui est propre. Or, celle-ci entre en contradiction avec une autre rationalité, celle qui transparait dans les logiques paysannes soit un ensemble de pratiques, de techniques et de savoirs individuellement ou collectivement mobilisés par les populations locales selon les spécificités de chaque territoire. Certes, l’inaccessibilité physique et monétaire au tracteur est une donnée centrale mais elle ne pèse que très peu face aux perceptions dubitatives des paysans devant cette machine encombrante et quelque peu inutile, n’offrant finalement que très peu d’avantages comparée à d’autres outils, moins clinquants mais plus efficaces8. C’est le cas emblématique de la traction attelée et de son succès inégalé en milieu rural : loin d’être rétifs aux innovations, les paysans au Tchad comme ailleurs au Sahel (Tersiguel, 1995) sont depuis plusieurs décennies engagés dans une modernisation et une mécanisation progressive rendue possible par la diffusion d’autres formes d’outillage et les innovations culturales, en se montrant souvent « plus professionnels que les développeurs » (Arditi, 2004) qu’ils soient étrangers ou gouvernementaux.

19Avec le recul, le projet TEAM révèle en dernier ressort l’impuissance de l’État tchadien à mener une véritable politique agricole nationale : la machine tient lieu de politique publique. Or, non seulement elle est peu efficace et engendre des coûts importants, mais, de surcroît, elle empêche de penser d’autres formes d’appui aux producteurs, qui se retrouvent démunis face à la non-satisfaction de leurs besoins réels (accès au marché, au crédit et aux semences, besoins de sécurités). La restructuration des différentes agences étatiques en charge du développement agricole avec la fusion en 2016 de PNSA, Sodelac et ONDR (Office national de développement rural) pour devenir l’Agence National d’Appui au Développement Rural (Anader), tandis que la Simatrac conserve un fonctionnement autonome n’y changera rien. Et le devenir concret des campagnes apparaîtra d'autant moins une priorité pour le gouvernement que celui-ci voit ses capacités financières fortement réduites comme c’est le cas à partir de 2016 avec la chute brutale et durable des cours du pétrole.

20L’image du « cimetière de tracteurs » est pertinente pour pointer les nombreuses défaillances et incohérences de la politique de modernisation agricole entamée au Tchad à la fin des années 2000. Le projet TEAM est confronté dans ce pays aux mêmes difficultés que dans les autres où il intervient (Daum et al., 2020). Il importe néanmoins de dépasser ce simple constat d’échec pour montrer que l’utilité des tracteurs ne se limite pas à un potentiel sous-exploité de puissance physique : même à l’arrêt, la machine n’est pas dénuée d’agentivité, surtout quand elle est surinvestie par des rapports de pouvoir à différentes échelles.

Mains basses sur les machines

21Outre les raisons sociotechniques précédemment évoquées, c’est surtout le facteur politique qui détermine les conditions d’utilisation des tracteurs. Il s’agit alors de réinterpréter la signification même de cette « utilisation », dans un contexte où la machine est fortement mobilisée par le pouvoir étatique et ses relais.

22La primauté accordée par l’État tchadien à la motorisation agricole relève avant tout d’un imaginaire, celui d’une révolution agricole reposant sur le recours aux machines selon un certain « solutionnisme technologique » : c’est le « mythe du tracteur » (Mathieu, 2019). Pour les élites citadines qui n’ont de cesse de critiquer l’archaïsme des paysans, il est un symbole puissant de modernité technique importée (Pessis, 2014). En effet, par un effet de mimétisme – la tentative de reproduire des modèles de développement en vogue dans d’autres pays, au Nord comme au Sud – le tracteur se mue en véritable fétiche dans la vitrine que veut offrir l’État tchadien au reste du monde : le tracteur est à l’agriculture ce que l’échangeur est aux transports selon les canons en vogue du paradigme de l’émergence. C’est en ce sens qu’il convient d’interpréter la place centrale qu’il occupe dans les foires et salons agricoles organisés dans la capitale, comme c’est le cas, entre autres, au Salon africain de l’agriculture (Safagri) destiné à attirer les investisseurs au Tchad et sa sous-région. La place centrale réservée à la mise en scène des tracteurs par la Simatrac se fait aux dépens de ses autres produits, moins tape-à-l’œil mais à plus fort impacts sur les pratiques agricoles (motopompes, charrues, outils manuels). Mais si la machine constitue un mythe au sens des représentations (Mumford, 2019), elle peut aussi s’avérer une ressource fort utile en tant qu’outil de clientélisme.

  • 9 Les régions sahariennes (Borkou, Tibesti, Ennedi est et Ennedi ouest) ont ainsi été dotées de plusi (...)

23Au Tchad comme ailleurs en Afrique centrale, le tracteur n’est pas exclu des rouages de la « politique du ventre » (Bayart, 1989), bien au contraire. Les pratiques d’instrumentalisation politique s’observent principalement à trois niveaux. Tout d’abord, la machine médiatise les rapports entre État et populations, en étant présentée par le pouvoir comme un signe tangible de son efficacité et de son volontarisme, et donc comme un acquis qui devient aisément mobilisable en temps de campagne électorale. Ensuite, le tracteur constitue un outil d’influence comme un autre dans la « fabrique des allégeances » (Debos, 2013) entre le pouvoir central et ses alliés ; en témoignent aussi bien la gestion néo-patrimoniale de la Simatrac que la stratégie de répartition partisane des tracteurs dans les différentes régions9. Enfin, l’accaparement des tracteurs par les pouvoirs locaux déconcentrés et/ou coutumiers va de pair avec les pratiques de courtage mises en place par des organisations paysannes créées de toutes pièces pour attirer vers elles les précieuses machines (Mathieu, 2019). Dans ces conditions, pour l’observateur qui les rencontre sur le terrain, il n’est pas surprenant de constater que ces tracteurs, pourtant des engins roulants, sont le plus souvent à l’arrêt, immobilisés mais fortement visibilisés, comme mis sous cloche en bordure de route ou devant les lieux de pouvoir. L’effervescence du politique autour de la machine exerce sur elle un effet fixateur qu’il convient d’interpréter : elle est dans les mains de qui la possède un objet d’exhibition qui atteste son pouvoir, et sa « non-utilisation » apparente cache une fonction à part entière. Le cas d’Abourda, au sud du lac Fitri, témoigne, en ce sens, des ambiguïtés politiques de la machine (illustration 3). D’un côté, comme un tribut de prestige, le tracteur est à la fois le signe de reconnaissance du pouvoir cantonal par l’État central et la trace visible d’un projet, qui potentiellement pourra en drainer d’autres et, en cela, constitue une ressource à part entière. De l’autre, il est aussi un outil de contrôle : l’approche dirigiste du PNSA restreint toute initiative autonome qui voudrait valoriser l’utilité physique de la machine, une machine dès lors subitement devenue encombrante.

24Pouvoir de manipuler, pouvoir de contrôler, pouvoir d’exhiber : la machine semble parfaitement s’insérer dans les rapports de pouvoirs spécifiques qui, dans le bassin du lac Tchad, définissent l’État comme « entrepôt-garnison » (Roitman, 2003), soit comme un lieu d’accumulation et de redistribution dans lequel la violence joue un rôle central, mais pouvant aussi être appréhendé comme un espace de mise en scène et un réservoir de ressources stratégiques. C’est aussi bien dire que le « cimetière de tracteurs » ne va pas sans un « musée des tracteurs ».

Illustration 3 - Un tracteur de la Simatrac entreposé au sein de la concession d’un chef de canton

Illustration 3 - Un tracteur de la Simatrac entreposé au sein de la concession d’un chef de canton

Acheminé vers le lac Fitri en 2015 dans le cadre d’un projet d’aménagement de périmètres hydroagricoles par le PNSA, ce tracteur de la Simatrac est entreposé à Abourda au sein même de la concession du principal dépositaire du pouvoir politique dans ce modeste bourg rural (Mugelé, 2019).

Auteur : R. Mugelé, 2015.

  • 10 Cette décision a progressivement été officialisée dans la capitale N’Djamena ainsi que dans plusieu (...)

25La micro-politique du village n’est toutefois pas la seule à déterminer les conditions d’utilisation des tracteurs. Conscients de l’opportunité que représente cette puissance physique inexploitée dans un contexte de sous-équipement structurel, d’autres pouvoirs s’en emparent pour la mettre à profit à des fins extra-agricoles. C’est le cas des pouvoirs municipaux qui, comme dans d’autres pays africains (Burkina Faso, Bénin, Cameroun) arguent de la faible utilité des tracteurs dans les zones rurales pour en réquisitionner une partie d'entre eux en vue d’améliorer les services de ramassage des déchets urbains10. Selon les besoins, ils peuvent aussi ponctuellement être affectés au transport de marchandises voire de personnes (illustration 4). Rejoignant un questionnement désormais classique en socio-anthropologie au sujet des « normes pratiques » (Olivier de Sardan, 2010), on retrouve ici une donnée fondamentale de l’introduction d’innovations hors de leur contexte de conception et au-delà du cadre de leurs usages pressentis. Ce sont en définitive les usages non-agricoles des tracteurs qui déterminent leur utilité et leur appropriation, selon les spécificités locales des territoires dans lesquels évoluent les machines.

Illustration 4 – La situation à Haraze en mai 2001 : seuls restent fonctionnels deux tracteurs sur les cinq acheminés trois ans plus tôt

Illustration 4 – La situation à Haraze en mai 2001 : seuls restent fonctionnels deux tracteurs sur les cinq acheminés trois ans plus tôt

À Haraze, dans le sud de la province du Salamat, les deux tracteurs fonctionnels sur le cinq acheminés par le PNSA trois ans plus tôt sont principalement utilisés pour déplacer les marchandises et autres produits pondéreux vers le marché central en saison des pluies, quand les véhicules légers et les camions ne circulent plus. Les autres tracteurs ont été acheminés clandestinement au Soudan voisin, où ils ont été revendus frauduleusement pour être mis en service dans de grands périmètres agricoles en périphérie de Nyala.

Auteur : R. Mugelé, 2021.

Conclusion : des machines entre pouvoir technique et pouvoir politique

26Une machine n’est-elle qu’une machine ? Rien n’est moins sûr si l’on se fie aux réflexions tirées de cette étude de cas au Tchad, qui fait écho à des situations classiques observées dans d’autres États de la sous-région, mais qui s’en distingue par l’introduction relativement plus récente des tracteurs et plus encore par leur instrumentalisation politique dans un contexte d'autoritarisme et d’hyper-présidentialisation caractérisant le fonctionnement de l’État au Tchad. La stratégie gouvernementale de modernisation à marche forcée empêche de penser d’autres formes de développement agricole et d’intervenir plus efficacement pour les appuyer : la primauté accordée aux tracteurs supplante toute initiative et tient lieu de politique agricole nationale, ce qui est lourd de conséquences dans un pays structurellement confronté à l’insécurité alimentaire.

27Cimetière ou conservatoire de tracteurs ? L’opposition s’abolit en même temps que le questionnement sur leur utilisation ou non-utilisation, compte tenu de l’omniprésence de la dimension socio-politique de la machine : qu’il s’agisse d’importer et d’introduire le tracteur, de valoriser son image ou d’en exploiter la puissance physique, on voit que partout il est un prisme et enjeu des rapports de pouvoir et ce à tous les niveaux entre l’État, les bailleurs de fonds, les pouvoirs locaux et les populations rurales.

28Au final, certes, il existe classiquement des détournements extra-agricoles des usages du tracteur mais ici ce ne sont pas des détournements contingents ou survenus après-coup : le processus de détournement est opéré en amont par l’Etat, ce qui redéfinit radicalement la signification même de la machine. Au Tchad, le tracteur n’est pas un outil agricole qui peut éventuellement faire l’objet de rivalités politiques ; il est un instrument de gouvernement qui, potentiellement, peut servir à travailler la terre.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., 1987. Comment décrire les objets techniques ? Techniques et Culture [En ligne], n° 9, p. 49-64. URL: http://journals.openedition.org/tc/4999 - DOI: https://doi.org/10.4000/tc.4999

Anders G., 2002 [1ère édition 1956]. L’obsolescence de l’homme (t.1). Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle [trad. C. David]. Paris, Ivrea/l'Encyclopédie des Nuisances, 361 p.

Arditi C., 2004. Des paysans plus professionnels que les développeurs ? L'exemple du coton au Tchad (1930-2002). Revue Tiers-Monde, t. 45, n° 180, p. 841-865.

Bayart J.F., 1989 [2ème édition, 2006]. L’État en Afrique. La politique du ventre. Paris, Fayard, 439 p.

Cabral L., Amanor K. S., 2022. Tractors, states, markets and agrarian change in Africa. The Journal of Peasant Studies [En ligne], vol. 49, n° 1, p. 129-136. URL: https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/03066150.2021.1918115 - DOI: https://doi.org/10.1080/03066150.2021.1918115

Daston L. (ed.), 2004. Things That Talk: Object Lessons from Art and Science. New York, Zone Books, 447 p.

Daum, T., Adegbola Y.P., Kamau G., Kergna A. O., Daudu C., Zossou R. C., Crinot G. F., Houssou P., Mose L., Ndirpaya Y., Wahab A. A., Kirui O., Oluwole F. A., 2020. Perceived effects of farm tractors in four African countries, highlighted by participatory impact diagrams. Agronomy for Sustainable Development [En ligne], vol. 40, document 47. URL: https://research4agrinnovation.org/publication/effects-tractors-africa/ - DOI: https://doi.org/10.1007/s13593-020-00651-2

Debos M., 2013. Le métier des armes au Tchad, le gouvernement de l’entre-guerres. Paris, Karthala, 256 p.

Dumont R., 2012 [1ère édition en 1962]. L'Afrique noire est mal partie. Paris, Le Seuil, 320 p.

Food and Agriculture Organization (FAO), Commission de l’Union africaine (CUA), 2019. La mécanisation agricole durable. Cadre stratégique pour l’Afrique [En ligne]. Addis Abeba, 152 p. URL: http://www.fao.org/3/ca1136fr/CA1136FR.pdf

Gagneron, F., 2017. Politiques des objets et objets politiques. Les adductions d’eau villageoises en Afrique de l’Ouest. Anthropologie & développement [En ligne], n° 46-47, p. 129-152. URL: http://journals.openedition.org/anthropodev/600 - DOI: https://doi.org/10.4000/anthropodev.600

Hugon Ph., 2011. L’économie politique tricontinentale : le cas des relations de l’Afrique avec la Chine et l’Inde. Revue Tiers Monde, tome 208, n° 4, p. 45-63.

Lascoumes P., Le Galès P. (ed.), 2005. Gouverner par les instruments. Presses de Sciences Po.

Magrin G., 2013. Voyage en Afrique rentière. Une lecture géographique des trajectoires du développement. Paris, Publications de la Sorbonne, 424 p.

Magrin G., van Vliet G., 2005. Greffe pétrolière et dynamiques territoriales : l'exemple de l'on-shore tchadien. Afrique contemporaine, n° 216, p. 87-105.

Magrin G., Djamil M. A., Réounodji F., 2011. Note prospective sur les enjeux du développement rural au Tchad. Paris, AFD, 48 p.

Mathieu C., 2019. Dans les savanes arborées du Tchad. Voyage en agriculture. Paris, L’Harmattan, 276 p.

Mugelé R., 2013. Enjeux et conséquences de la réglementation sur le bois-énergie au Tchad. EchoGéo [En ligne], n° 26. URL: http://journals.openedition.org/echogeo/13620 - DOI: https://doi.org/10.4000/echogeo.13620

Mugelé R., 2015. Les polders de la Sodelac. In Magrin G., Pourtier R., Lemoalle J., 2015. Atlas du lac Tchad [Accessible sur le site de l'IRD]. Paris, Passages, République du Tchad, AFD, IRD. URL: https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers21-02/010064578.pdf

Mugelé R., 2019. Le lac Fitri, un modèle de gestion en crise ? In Raimond C., Sylvestre F., Zakinet D., Moussa A. (dir.), 2019. Le Tchad des lacs. Les zones humides sahéliennes au défi du changement global [Accessible sur le site de l'IRD]. Marseille, IRD Éd, p. 331-344. URL: https://www.editions.ird.fr/produit/492/9782709927178/le-tchad-des-lacs

Mugelé R. [à paraître]. Les jardins des élites citadines à N’Djaména (Tchad), entre accaparement foncier, investissement productif et loisirs périurbains. Norois, n° 267. URL de la revue: https://journals.openedition.org/norois/

Mumford L., 2019 [1ère édition 1966]. Le mythe de la machine : technique et développement humain [trad. Gouilleux A., Cingal G.]. Paris, l’Encyclopédie des Nuisances, 420 p.

Olivier de Sardan J.-P., 2010. Développement, modes de gouvernance et normes pratiques (une approche socio-anthropologique). Canadian Journal of Development Studies/Revue canadienne d’études du développement, vol. 31, n° 1-2, p. 5-20.

Peltre-Wurtz D., Seignobos C. (dir.) 1984. Les instruments aratoires en Afrique tropicale : la fonction et le signe [Accessible sur le site de l'IRD]. Cahiers Orstom, Série Sciences Humaines, vol. 20, n° 3-4. URL: https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_4/sci_hum/19364.pdf

Pesche D., Losch B., Imbernon J., 2016 [2ème éd.]. Une nouvelle ruralité émergente. Regards croisés sur les transformations rurales africaines. Montpellier, Cirad-Nepad, 76 p.

Pessis C., 2014. The tractor as a tool of development? The mythologies and legacies of mechanized tropical agriculture in French Africa, 1944-1956. In Hodge J.M., Hödl G., Kopf M. (ed.), Developing Africa. Concepts and practices in twentieth-century colonialism. Manchester University Press.

PNSA (Programme National de Sécurité Alimentaire), 2010. Document de travail. N’Djamena, Tchad, 171 p.

Roitman J., 2003. La garnison-entrepôt : une manière de gouverner dans le bassin du lac Tchad. Critique internationale, n° 19, p. 93-115.

Side C. S., Havard M., 2015. Développer durablement la mécanisation pour améliorer la productivité de l’agriculture familiale en Afrique subsaharienne [Accessible sur le site du CIRAD]. International Journal of Advanced Studies and Research in Africa, vol. 6, n° 1-2, p. 34-43. URL: https://agritrop.cirad.fr/577133/1/Side%20Havard%20int%20J.%20Advance%20Studies%202015%20mecanisation%20agricole.pdf

Simondon G., 2012 [1ère édition en 1958]. Du mode d'existence des objets techniques. Paris, Aubier, 367 p.

Tersiguel P., 1995. Le pari du tracteur : la modernisation de l'agriculture cotonnière au Burkina Faso [Accessible sur le site de l'IRD]. Paris, ORSTOM, 280 p. URL: https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers11-10/42760.pdf

Winner L., 1980. Do Artifacts Have Politics? Dædalus, vol. 109, n° 1, p. 121-136.

Haut de page

Notes

1 Techno Economic Approach for Africa-India Movement ; TEAM 9 est lancé dès 2004 dans huit pays d’Afrique de l’Ouest, dont six francophones, et sera étendu à trois autres dont le Tchad à partir de 2008.

2 La promotion des « transferts de technologie » est une constante dans les priorités des bailleurs de fonds de l’agriculture en Afrique : les recommandations du PNUD en 1977 dans un rapport significativement intitulé La fin des outils sont quasiment inchangées quatre décennies plus tard (voir FAO/CUE, 2019).

3 Le Tchad entre en 2003 dans le cercle des producteurs de pétrole dans le cadre du projet Doba sous l’égide de la Banque mondiale (Magrin et van Vliet, 2005).

4 Ces tracteurs de marque Mahindra ou New Holland sont de puissance limitée (de 60 à 85 CV, à deux ou quatre roues motrices). Les enquêtes ne permettent pas de savoir combien de tracteurs ont été effectivement assemblés entre 2010 et 2013, au plus fort de l’activité de la Simatrac.

5 La location d’un tracteur pour le labour coûte en 2019 en moyenne 17 500 FCFA/ha (10 000 FCFA/ha initialement) auxquels peuvent s’ajouter des coûts supplémentaires liés au recours à un tractoriste ou au prix du carburant.

6 Entretien à N’Djamena avec un cadre du ministère de l’Agriculture du Tchad, mars 2019.

7 Favorisée par les projets intervenant en milieu rural, cette structuration des paysans en associations, en groupements voire en CUMA selon le modèle français ne joue souvent qu’un rôle marginal sur le terrain.

8 Entretiens menés avec des producteurs agricoles et des techniciens des services déconcentrés de Ministère de l’Agriculture au lac Fitri (2015 et 2016) et dans le sud du Salamat (2021).

9 Les régions sahariennes (Borkou, Tibesti, Ennedi est et Ennedi ouest) ont ainsi été dotées de plusieurs dizaines de tracteurs, malgré la faiblesse de leur population et, surtout, de leur surface agricole utile.

10 Cette décision a progressivement été officialisée dans la capitale N’Djamena ainsi que dans plusieurs des principaux centres urbains du pays (Moundou, Abéché, Sarh).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 – Le président Idriss Déby installé aux commandes d’un tracteur de la Simatrac, le 18 mai 2016
Légende Située à proximité du Soudan et chef-lieu d’une région du Sila, en situation chronique d’insécurité alimentaire, Goz Beida accueille ce 18 mai 2016 le lancement de la campagne agricole nationale par le président Idriss Déby, installé aux commandes d’un tracteur de la Simatrac. La machine apparait ici comme la version mécanisée de la monture du prince, escorté par ses gardes armés tenant à distance la population visible à l’arrière-plan.
Crédits Source : site internet de la présidence de la République du Tchad, 2016. Reproduit sur le site du média multi-support d'information financière, Financial Afrik. URL: https://www.financialafrik.com/​2016/​05/​18/​tchad-lancement-de-la-campagne-agricole-20162017/​
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre Illustration 2 - « Cimetière de tracteurs » dans les locaux de la Sodelac, sur les rives nord du lac Tchad (archipel de Bol)
Légende Dès avant le projet indien, la SODELAC (Société de Développement du Lac Tchad) s’était dotée au milieu des années 2000 de tracteurs italiens (Mugelé, 2015). Rapidement hors d’usage faute d’entretien, ils attendent depuis d’être envoyés à Ndjamena (à 350 km) pour être réparés. Ils n’étaient de toutes façons que très peu utilisés pour appuyer les paysans, leur usage étant limité autant par le sable des versants dunaires que par le limon des fonds de cuvettes cultivées peu après leur inondation.
Crédits Auteur : R. Mugelé, 2012.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Illustration 3 - Un tracteur de la Simatrac entreposé au sein de la concession d’un chef de canton
Légende Acheminé vers le lac Fitri en 2015 dans le cadre d’un projet d’aménagement de périmètres hydroagricoles par le PNSA, ce tracteur de la Simatrac est entreposé à Abourda au sein même de la concession du principal dépositaire du pouvoir politique dans ce modeste bourg rural (Mugelé, 2019).
Crédits Auteur : R. Mugelé, 2015.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Illustration 4 – La situation à Haraze en mai 2001 : seuls restent fonctionnels deux tracteurs sur les cinq acheminés trois ans plus tôt
Légende À Haraze, dans le sud de la province du Salamat, les deux tracteurs fonctionnels sur le cinq acheminés par le PNSA trois ans plus tôt sont principalement utilisés pour déplacer les marchandises et autres produits pondéreux vers le marché central en saison des pluies, quand les véhicules légers et les camions ne circulent plus. Les autres tracteurs ont été acheminés clandestinement au Soudan voisin, où ils ont été revendus frauduleusement pour être mis en service dans de grands périmètres agricoles en périphérie de Nyala.
Crédits Auteur : R. Mugelé, 2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/25708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronan Mugelé, « Les « tracteurs du président » au Tchad : machines agricoles ou instrument politique ? »EchoGéo [En ligne], 65 | 2023, mis en ligne le 30 octobre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/25708 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.25708

Haut de page

Auteur

Ronan Mugelé

Ronan Mugelé, ronan.mugele@cirad.fr, est chercheur au CIRAD, UMR Tetis, et associé à l’UMR Prodig. Il a récemment publié :
- Magrin G., Mugelé R., 2020. La boucle de l’anthropocène au Sahel : nature et sociétés face aux grands projets environnementaux (Grande muraille verte, Sauvegarde du lac Tchad). Belgeo [En ligne], 3 | 2020. URL: http://journals.openedition.org/belgeo/42872 - DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.42872
- Mugelé R., 2020. Le culte du reboisement au Sahel : techniques, enjeux, impasses. Cahiers de géographie du Québec [En ligne], vol. 65, n° 83, p. 245-256. URL: https://www.erudit.org/fr/revues/cgq/2020-v65-n183-cgq07452/1093667ar/ - DOI: https://doi.org/10.7202/1093667ar
- Mugelé R., [à paraître en 2024]. Les jardins des élites citadines à N’Djaména (Tchad), entre accaparement foncier, investissement productif et loisirs périurbains. Norois [En ligne], n° 267. URL de la revue: https://journals.openedition.org/norois/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search