Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursImaginaires du futur et planifica...

Imaginaires du futur et planification territoriale / Future Imaginaries and Territorial Planning

Date limite d’envoi des articles : 15 mai 2024. / Deadline to submit an article: 15 May 2024.

L’espace géographique est couramment appréhendé comme le résultat de processus historiques et sociaux cumulatifs, dont les réalités spatiales actuellement observables permettraient de retracer la stratification progressive. On part alors du présent pour en éclairer la genèse et pour en chercher les facteurs en remontant le fil de l’histoire. La perspective inverse, qui consiste à interroger les effets des imaginaires du futur sur la construction spatialisée des sociétés, est quant à elle plus rarement adoptée. Elle semble pourtant complémentaire à la première approche en ce qu’elle permet d’analyser la production de l’espace en prenant comme point de départ non pas les configurations spatiales actuelles, mais la manière dont les configurations spatiales à venir sont pensées, anticipées, promues ou combattues à un moment donné. Ce dossier thématique propose donc d’explorer les relations qu’entretiennent construction des territoires et imaginaires du futur en s’intéressant particulièrement aux situations de planification.

La notion d’imaginaire (géographique) désigne ici un « ensemble d’images mentales en relation qui confèrent, pour un individu ou un groupe, une signification et une cohérence à la localisation, à la distribution, à l’interaction de phénomènes dans l’espace » (Debarbieux, 2003, p. 489), autrement dit un ensemble de représentations partagées qui permettent l’appréhension collective d’un objet géographique en lui donnant du sens. Loin de s’opposer à la réalité, l’imaginaire en est un mode d’appréhension et d’intelligibilité. En cela, il détermine en partie les formes d’appropriation de l’espace déployées par différents acteurs et contribue à faire advenir des réalités spatiales d’ordre matériel et immatériel. L’étude des imaginaires participe donc pleinement de l’explication des phénomènes spatiaux (Debarbieux, 2015). Ce dossier propose de s’intéresser particulièrement aux imaginaires du futur, c’est-à-dire aux imaginaires à dimension prospective concernant l’évolution future d’un territoire.

La notion de planification est quant à elle entendue comme dispositif politique visant à organiser l’aménagement du territoire à une échéance déterminée, en en formulant les objectifs et en en déterminant les moyens et les étapes (Merlin, 2023). La planification repose sur des objectifs et des moyens (humains, financiers, réglementaires) variables ; elle implique par ailleurs l’intervention d’une multiplicité d’acteurs, tant sur le plan de sa définition politique que de sa mise en œuvre technique et réglementaire. Répondant à une volonté de maîtrise de l’évolution de l’espace géographique, elle traduit une approche normative qui consiste à définir une organisation jugée optimale de l’espace à un horizon donné. La planification est à cet égard indissociable d’imaginaires relatifs à la configuration future d’un territoire, et c’est cette articulation complexe entre imaginaires du futur et planification que ce numéro propose d’explorer.

Si l’anticipation du futur joue un rôle majeur dans les choix individuels et collectifs à différentes échelles d’espace et de temps, elle est particulièrement centrale en matière de planification territoriale. On peut donc, dans un premier temps, s’intéresser aux modalités pratiques de cette anticipation, c’est-à-dire aux fondements, aux contenus et aux formes des imaginaires spatiaux du futur mobilisés en contexte de planification. Sur quels éléments ces projections se fondent-elles ? L’anticipation du futur peut reposer sur des arguments de nature variable : analyse prospective d’indicateurs statistiques, observations et hypothèses scientifiques, croyances, affects. À cet égard, les imaginaires du futur et leur évaluation sont indissociables des cadres (politiques, idéologiques, économiques, culturels) qui structurent les groupes qui les formulent. Se pose également la question des contenus de ces projections : à une époque marquée par l’articulation de crises multiples (climatique, sanitaire, (géo)politique, sociale), quels contenus les sociétés prêtent-elles aux futurs qu’elles envisagent, mais surtout qu’elles souhaitent ? Le spectre est vaste entre les deux extrêmes que représentent l’utopie et la dystopie, en témoigne par exemple la diversité des « mondes d’après » fantasmés ou redoutés au plus fort de la pandémie de Covid-19. Il est ici utile de distinguer la dimension prospective (anticipation de ce qui sera) de la dimension normative (prescription de ce qui devra être) : parmi des imaginaires qui prêtent aux territoires futurs des configurations multiples, plus ou moins probables et plus ou moins souhaitées, la planification territoriale opère une hiérarchisation et une sélection des futurs jugés désirables. Ces imaginaires sont par ailleurs spatialisés, ce qui invite notamment à s’interroger sur les espaces ou types d’espaces particulièrement mobilisés (ou au contraire marginalisés) en contexte de planification. Enfin, la question des formes que prennent les imaginaires du futur est également centrale. Ils s’incarnent dans des supports matériels mais aussi immatériels variés (discours, cartes et plans d’aménagement et d’urbanisme, corpus photographiques, réseaux virtuels, etc.) qui permettent la formalisation, la circulation, voire la reconfiguration de ces imaginaires au sein de communautés de natures et d’échelles variables.

Réfléchir aux relations entre imaginaire du futur, planification territoriale et production de l’espace implique par ailleurs d’envisager la relation entre ces trois termes dans un double sens : si les imaginaires peuvent produire des effets spatiaux par leur mobilisation en contexte de planification, ils sont d’abord eux-mêmes ancrés dans des configurations socio-spatiales situées. Ce caractère situé renvoie à la fois au sens strict de localisé dans l’espace physique et au sens large de rendu possible par des conditions sociales, économiques, politiques, culturelles données. Les caractéristiques des imaginaires du futur et les modalités de leur mobilisation par la planification doivent ainsi être mises en relation avec les configurations socio-spatiales à partir desquelles ils sont forgés. Les cadres d’élaboration, de formulation et de diffusion de ces imaginaires mais aussi des politiques de planification territoriale constituent ainsi un axe d’analyse important. Ces cadres peuvent être formels ou informels, institutionnels ou non, d’échelles très variables. L’identification des acteurs impliqués (et de ceux qui ne le sont pas) et des relations qu’ils entretiennent est ici essentielle pour saisir la dimension politique de projections spatiales souvent négociées, contestées, imposées. Adoptions, hybridations et résistances auxquelles donnent lieu les imaginaires du futur expriment les rapports de pouvoir à l’œuvre dans la production de l’espace.

S’ils sont spatialisés, les imaginaires du futur peuvent également être spatialisants. Se pose alors la question centrale de leurs effets performatifs sur les espaces et les sociétés (Fijalkow, 2017). On s’intéressera ici à l’articulation entre le registre de la connaissance (anticiper ce qui sera) et celui de l’action (agir pour orienter ou infléchir ce qui sera), étroitement liés dans le cadre de la planification territoriale. Il s’agit d’abord d’évaluer l’efficacité performative des imaginaires du futur mobilisés. Face à l’adéquation ou à l’écart entre une projection et ce qui advient réellement, on peut tenter de déterminer le rôle que jouent les imaginaires du futur dans l’évolution des espaces sur lesquels ils portent. Cela soulève d’ailleurs des questions d’ordre méthodologique relatives à l’évaluation de la part de causalité et celle de hasard. Cela incite ensuite à réfléchir aux conditions et aux moyens de leur performativité : pourquoi et comment, en contexte de planification, un imaginaire s’actualise-t-il ou non dans des réalités géographiques postérieures à sa formulation ? Les caractéristiques des espaces concernés, la nature des acteurs impliqués, les rapports de pouvoir qui s’exercent entre eux, les cadres politiques, économiques, idéologiques ou encore les ressources matérielles et symboliques mobilisées peuvent apporter des éléments de réponse. Certaines projections sont assorties d’un objectif explicite d’influence sur les évolutions spatiales, à l’image de celles qui sont produites dans le cadre de la prospective territoriale (Vidal, 2015). D’autres contribuent, par les comportements qu’elles induisent, à accélérer l’actualisation de recompositions socio-spatiales anticipées et fonctionnent ainsi comme des prophéties auto-réalisatrices (Staszak, 2000).

Les propositions pourront s’inscrire dans les axes de réflexion suivants, qui ne sont toutefois ni exhaustifs ni exclusifs. Toute proposition abordant les articulations entre imaginaires du futur et planification territoriale dans une perspective spatiale est bienvenue, quelle que soit la discipline. À cet égard, sera porté attention à la diversité et l’articulation des échelles spatiales et temporelles mises en jeu par les imaginaires du futur mobilisés par la planification territoriale.

Un premier axe invite à préciser les contours des imaginaires du futur mobilisés par la planification territoriale du double point de vue de leur genèse et de leurs contenus, en interrogeant de manière croisée les fondements de leur élaboration par différents acteurs et les caractéristiques prêtées aux territoires ainsi imaginés.
Dans quels contextes spatiaux, sociaux, politiques, économiques, culturels et par quels acteurs ces imaginaires sont-ils et ont-ils été élaborés ? En réaction à quelles transformations et/ou par anticipation de quelles transformations apparaissent-ils ? S’inscrivent-ils dans une perspective de continuité, d’adaptation, de rupture avec l’existant ? Sur quels attributs des territoires projetés ces imaginaires sont-ils fondés ? Comment ces caractéristiques imaginées s’articulent-elles avec celles des territoires tels qu’ils existent dans le présent ? Quelles innovations territoriales éventuelles manifestent-elles ?

Un deuxième axe porte sur les modalités de formalisation et de circulation de ces imaginaires du futur à différentes échelles spatiales et temporelles.
Sous quelles formes matérielles et immatérielles ces imaginaires du futur sont-ils et ont-ils été élaborés, exprimés et diffusés dans différents contextes géographiques et historiques ? Quels sont les objectifs et les conséquences spatiales de cette formalisation et de cette diffusion en contexte de planification territoriale ? Observe-t-on des circulations de ces imaginaires ? Selon quelles modalités, à quelles échelles, entre quels territoires, au sein de quels réseaux d’acteurs ?

Un troisième axe s’intéresse aux diverses formes d’appropriations, de détournements et de résistances que suscitent les imaginaires du futur (indépendamment de leur actualisation) mais également les espaces qu’ils contribuent à produire. Il s’agit ici d’explorer la dimension politique de ces imaginaires et de leur mobilisation par la planification territoriale.
Dans quelles arènes, selon quelles modalités et à quelles échelles ces imaginaires du futur sont-ils présentés, négociés, débattus, voire combattus ? Quels sont les acteurs impliqués dans l’élaboration et la discussion de ces imaginaires et, au contraire, ceux qui en sont écartés ? Quels rapports de pouvoir les débats autour de ces imaginaires expriment-ils, renforcent-ils ou reconfigurent-ils ? Au regard de quels critères et de quels systèmes de valeurs ces imaginaires du futur sont-ils évalués, légitimés, contestés ? Quelles correspondances et/ou quels écarts observe-t-on entre les espaces tels qu’ils ont été projetés et la réalité de leurs appropriations effectives ? À quelles reconfigurations éventuelles de ces imaginaires du futur et de leur actualisation dans l’espace cela aboutit-il ?

Un quatrième axe porte sur la question de la performativité des imaginaires du futur en contexte de planification territoriale. Il invite à réfléchir au rôle effectif que jouent les imaginaires du futur dans la production de l’espace à différentes échelles. À ce titre, des propositions assumant une approche historique seront particulièrement bienvenues.
Dans quelle mesure les imaginaires du futurs mobilisés par la planification territoriale s’actualisent-ils dans l’espace ? Quels sont les méthodes et outils mis en œuvre par la planification pour faire advenir ces projections ? Quelles sont les conditions (politiques, économiques, sociales, réglementaires) qui permettent leur performativité ou qui, au contraire, font obstacle à leur actualisation ? Quel rôle les appropriations, détournements et résistances déployés par différents acteurs jouent-elles dans la réalisation ou non des imaginaires dans l’espace ? Quelles méthodes utiliser pour évaluer la performativité de ces projections et en analyser les ressorts ?

Les articles de ce dossier Sur le Champs, rédigés en français, en anglais ou en espagnol, comporteront environ 35 000 à 40 000 signes (plus les illustrations). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).
Les articles peuvent aussi être soumis sur cette même thématique mais pour d’autres rubriques trimestrielles : Sur le Métier, Sur l’Image, Sur l’Ecrit. Ils doivent alors se conformer aux attentes de chacune d’elles, comme indiqué dans la ligne éditoriale : https://journals.openedition.org/echogeo/1927. Ainsi, les éditeurs de la rubrique Sur l’Image attendent des textes qui proposent une réflexion sur le statut de l’image dans la recherche et/ou sur l’écriture géographique.

Tous les textes proposés devront être envoyés avant le 15/05/2024 à Aude Le Gallou (Aude.Legallou@unige.ch), coordonnatrice du dossier, avec copie à Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le n° 69 d’EchoGéo (juillet-septembre 2024).

Coordinatrice du dossier thématique : Aude Le Gallou est maître-assistante à l’Université de Genève, département de Géographie et Environnement.

--------------------------------------------------------

Geographical space is commonly understood as the result of cumulative historical and social processes, whose progressive stratification can be retraced according to the spatial realities we can observe today. Starting from the present, one can shed light on its genesis and search for factors by working our way back through history. The reverse perspective, which involves examining the effects of future imaginaries on the spatial construction of societies, is less frequently adopted. However, this approach appears to complement the former: the production of space can be analyzed by taking as a starting point not current spatial configurations, but rather how future spatial configurations are thought, anticipated, promoted, or contested at a given moment. This issue therefore proposes to explore the relationships between the construction of territories and imaginaries of the future, with a particular focus on planning situations.

The concept of a (geographical) imaginary here refers to a "set of related mental images that provide, for an individual or a group, meaning and coherence to the location, distribution, and interaction of phenomena in space" (Debarbieux, 2003, p. 489). In other words, it is a set of shared representations that enable the collective apprehension of a geographical object by giving it meaning. Far from opposing reality, the imaginary is a mode of apprehension and intelligibility. In this way, it partly determines the forms of space appropriation deployed by different actors and contributes to the emergence of spatial realities, both material and immaterial. The study of imaginaries thus fully participates in explaining spatial phenomena (Debarbieux, 2015). This issue specifically focuses on future imaginaries, that is, prospective imaginaries concerning the future evolution of a territory.

The concept of planning, on the other hand, is understood as a political device aimed at organising the development of a territory within a specified timeframe by formulating its objectives and determining the means and stages for achieving them (Merlin, 2023). Planning relies on variable objectives and means (human, financial, regulatory) and involves the intervention of a multitude of actors, both in terms of its political definition and its technical and regulatory implementation. In response to a desire to control the evolution of geographical space, planning reflects a normative approach that seeks to define an optimally organised space within a given timeline. Planning is inseparable from imaginaries related to the future configuration of a territory, and it is this complex interplay between future imaginaries and planning that this issue aims to explore.

If the anticipation of the future plays a major role in individual and collective choices at different scales of space and time, it is particularly central in territorial planning. To begin with, we can therefore focus on the practical modalities of this anticipation, that is, the foundations, contents, and forms of spatial imaginaries of the future envisaged in the context of planning. On what elements are these projections based? Anticipation of the future can rely on arguments of diverse nature: prospective analysis of statistical indicators, observations and scientific hypotheses, beliefs, emotions. In this regard, future imaginaries and their evaluation are inseparable from the (political, ideological, economic, cultural) frameworks that structure the groups that formulate them. The question of the contents of these projections also arises: in an era marked by the articulation of multiple (climatic, health, geopolitical, social) crises, what contents do societies attribute to the futures they envision, but especially those they desire? The spectrum is vast between the two extremes represented by utopia and dystopia, as evidenced, for example, by the diversity of the fantasised or feared "after worlds" during the height of the Covid-19 pandemic. It is useful here to distinguish between the prospective dimension (anticipation of what will be) and the normative dimension (prescription of what should be): among imaginaries that attribute multiple, more or less probable, and more or less desirable configurations to future territories, territorial planning hierarchies and selects futures deemed desirable. These imaginaries are also spatialised, which invites us amongst other things to question the spaces or types of spaces particularly envisaged (or, on the contrary, marginalised) in the context of planning. Finally, the question of the forms that future imaginaries take is also central. They manifest themselves in various material and immaterial supports (speeches, maps and development plans, photographic corpora, virtual networks, etc.) that allow the formalisation, circulation, and even the reconfiguration of these imaginaries within communities of various natures and scales.

Reflecting on the relationships between the future imaginary, territorial planning, and space production also implies considering the relationship between these three terms in a dual sense: if imaginaries can produce spatial effects through their use in the context of planning, they are first and foremost rooted in situated socio-spatial configurations. This situated character refers both to the strict sense of being located in physical space and to the broader sense of being made possible by given social, economic, political, and cultural conditions. The characteristics of future imaginaries and the ways in which they are used by planning must therefore be understood in connection with the socio-spatial configurations from which they are formed. The frameworks for the development, formulation, and dissemination of these imaginaries, as well as territorial planning policies, constitute an important axis of analysis. These frameworks can be formal or informal, institutional or non-institutional, and operate on various scales. Identifying the involved actors (and those who are not involved) and understanding the relationships they maintain is essential here to grasp the political dimension of spatial projections that are often negotiated, contested, or imposed. The adoptions, hybridisations, and resistances generated by future imaginaries express the power dynamics at play in the production of space.

If future imaginaries are spatialised, they can also be spatialising. This raises the central question of their performative effects on spaces and societies (Fijalkow, 2017). We will focus here on the articulation between the realm of knowledge (anticipating what will be) and the realm of action (acting to guide or influence what will be), closely linked in the context of territorial planning. First, it is necessary to assess the performative efficiency of such future imaginaries. Faced with the alignment or divergence between a projection and what actually happens, one can try to determine the role that future imaginaries play in the evolution of the spaces they envisage. This raises methodological questions regarding the evaluation of causality and chance. It then prompts reflection on the conditions and means of their performativity: why and how, in the context of planning, does an imaginary actualise or not in geographical realities subsequent to its formulation? The characteristics of the spaces involved, the nature of the actors involved, the power dynamics between them, political, economic, ideological frameworks, and the material and symbolic resources mobilised can provide elements of response. Some projections come with an explicit objective of influencing spatial developments, as seen in those produced in the context of territorial forward planning (Vidal, 2015). Others contribute, through the behaviours they induce, to accelerating the realisation of anticipated socio-spatial recompositions and therefore function as self-fulfilling prophecies (Staszak, 2000).

Proposals for contributions may fall under the following lines of thought, which are by no means exhaustive or exclusive. Any proposal addressing the connections between future imaginaries and territorial planning from a spatial perspective is welcome, regardless of the discipline. In this regard, attention will be given to the diversity and articulation of spatial and temporal scales involved in the future imaginaries mobilised by territorial planning.

- The first axis examines the outlines of the future imaginaries used in territorial planning from the dual perspective of their genesis and their contents, by cross-examining both the foundations of their development by various actors and the characteristics attributed to the territories thus envisioned.

In what spatial, social, political, economic, and cultural contexts, and by what actors, have these imaginaries been formulated and are currently being developed? In response to which transformations or in anticipation of what changes do they emerge? Do they align with a perspective of continuity, adaptation, or a break from existing conditions? On what attributes of the projected territories are these imaginaries based? How do these imagined characteristics intersect with those of the territories as they exist in the present? What potential territorial innovations do they reveal?

The second axis focuses on the modalities of formalisation and circulation of these future imaginaries at different spatial and temporal scales.

In what material and immaterial forms have these future imaginaries been and are currently being developed, expressed, and disseminated in various geographical and historical contexts? What are the objectives and spatial consequences of this formalisation and dissemination in the context of territorial planning? Do these imaginaries circulate? In what ways, on what scales, between which territories, within which networks of actors?

The third axis explores the various forms of appropriation, distortion, and resistance that arise from future imaginaries (regardless of their fulfillment) as well as the spaces they contribute to producing. This involves exploring the political dimension of these imaginaries and their mobilisation by territorial planning.

In which arenas, through what modalities, and at what scales are these future imaginaries presented, negotiated, debated, or even contested? Who are the actors involved in the development and discussion of these imaginaries, and conversely, who is excluded from these processes? What power dynamics do the debates around these imaginaries express, reinforce, or reshape? Based on what criteria and value systems are these future imaginaries evaluated, legitimised, or contested? What correspondences and/or disparities are observed between the spaces as projected and the reality of their actual appropriations? What possible reconfigurations of these future imaginaries and their fulfillment in space does this lead to?

- The fourth axis revolves around the question of the performativity of future imaginaries in the context of territorial planning. It prompts reflection on the actual role that future imaginaries play in the production of space on various scales. In this regard, proposals taking on a historical approach will be particularly welcome.

To what extent are future imaginaries mobilised by territorial planning actualised in space? What methods and tools does planning use to bring about these projections? What are the conditions (political, economic, social, regulatory) that enable their performativity or, conversely, hinder their realisation? What role do appropriations, distortions, and resistances deployed by different actors play in the realisation or non-realisation of these imaginaries in space? What methods can be used to assess the performativity of these projections and analyse their underlying mechanisms?

Papers should be written in English or French, and should be approximately 35,000/40,000 characters (plus illustrations). Please refer to the recommendations to authors for the standards of presentation of the text, the bibliography (https://journals.openedition.org/echogeo/25004) and the illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/19401).

Papers may also be submitted on the same theme but for other quarterly sections: Sur le Métier, Sur l’Image, Sur l'Écrit. They must then conform to the expectations of each of these, as indicated in the editorial line: https://journals.openedition.org/echogeo/1927. For example, the editors of the Sur l'Image section expect texts that reflect on the status of the image in research and/or on geographical writing.

All texts must be sent before 15 April 2023 to Aude Le Gallou (Aude.Legallou@unige.ch), coordinator of the dossier, with a copy to Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), the editorial secretary, who will forward them to the evaluators.

Coordinator of the issue: Aude Le Gallou, Senior Lecturer at University of Genève.

Bibliographie

Debarbieux B., 2003. Imaginaire géographique. In Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris, Belin, 489 p.

Debarbieux B., 2015. L’espace de l’imaginaire : Essais et détours. Paris, CNRS Éditions, 307 p.

Fijalkow Y. (dir.), 2017. Dire la ville c’est faire la ville. La performativité des discours sur l’espace urbain. Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 194 p.

Merlin P., 2023. Planification. In Merlin P., Choay F. Dictionnaire de l’urbanisme, de l’aménagement, du logement et de l’environnement. Paris, Presses Universitaires de France, p. 568-570.

Staszak J.-F., 2000. Prophéties autoréalisatrices et géographie. Espace géographique, tome 29, n° 2, p. 105-119.

Vidal C., 2015. La prospective territoriale dans tous ses états. Rationalités, savoirs et pratiques de la prospective (1957-2014). Thèse de doctorat, Université de Lyon.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search