Navigation – Plan du site

Accueilnumeros65Sur le champL'impact social de l'avion (Manut...

Sur le champ

L'impact social de l'avion (Manutara) sur l'île de Rapa Nui

Roberto Rojas Pantoja
Cet article est une traduction de :
El impacto social del avión (Manutara) en la isla Rapa Nui [es]

Entrées d’index

Index par rubriques :

Sur le Champ
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L'objectif de ce texte est de réfléchir à l'impact social de l'avion sur l'île de Rapa Nui [ou Ile de Pâques]. Il s'agit d'un sujet neuf mais nécessaire pour comprendre la réalité de l'île, en particulier du point de vue de sa situation d'isolement et d'éloignement : un problème qui nous amène à nous demander qu’est-ce que la territorialité insulaire et quel est le rôle de l'avion dans sa construction. Selon Rolando Quinlan, le territoire renvoie à « l'ensemble de l'île, ainsi que son extension au-delà de l'horizon, soit l'étendue jusqu'à laquelle ils pouvaient naviguer en mer et revenir » (cité dans Fajreldin, 2017, p. 102). Rappelons que l'île est régulièrement présentée comme étant historiquement « l’île la plus isolée du monde ». Or l'avion va bouleverser cet isolement, non sans impact social et politique pour les insulaires, les Rapa Nui.

  • 1 À l'échelle des îles polynésiennes, le culte cargo est apparu pendant la Seconde Guerre mondiale, p (...)

2Par l’avion, l’île acquiert une nouvelle spatialité qui renforce et approfondit les processus de mobilité des Rapa Nui vers le continent. Ceux-ci ont commencé en mars 1955 avec « l'arrivée à Valparaíso, sur le transport Pinto, de dix-neuf jeunes, dont six femmes, pour être incorporés dans le système éducatif dépendant du ministère de l'Éducation (11), de la marine (5) et de l'église (3) » (Foerster et Montecino, 2021, p.57). Cette dimension de la mobilité permet de mieux comprendre comment l'avion, le Manutara, et l'aéroport (Mataveri) ont participé aux transformations sociales de cette île située au milieu du Pacifique Sud, connue mondialement comme « Te Pito o Te Henua », le Nombril du monde. Tous ces aspects s'organisent en une sorte de culte du cargo à l'égard du Manutara, entre syncrétisme et revendication politique, cristallisé autour des sens et pouvoir à donner à l'arrivée de marchandises extérieures [les cargo] dans une société jusqu'alors isolée1.

Illustration 1 - Le Manutara

Illustration 1 - Le Manutara

Source  avec l'aimable autorisation de Eduardo Ruiz Tagle/Rapa Nui Press.

3Nous proposons ainsi d'envisager l'avion comme un objet d'étude anthropologique qui nous invite à explorer la connectivité comme élément central de la relation de l'État chilien avec l'île de Rapa Nui encore aujourd'hui. La figure de l'avion nous permet en effet d'explorer, de caractériser et de mieux comprendre le rôle de l'île pour l'État, mais aussi la société locale elle-même, ses relations, l'évolution de son activité touristique et, surtout, la formation de la citoyenneté Rapa Nui contemporaine. En entrant en service régulier à la fin des années 1960, l'avion a eu au fil du temps un impact fondamental sur la vie de l'île et de ses habitants. Cependant, cette figure de l'avion recouvre un paradoxe : en rendant possible le lien vers le continent, elle génère dès lors une dépendance structurelle au fonctionnement de l'activité aérienne (Rojas, 2021, p. 18).

4L'avion acquiert une tridimensionnalité, étant à la fois un objet, une expérience et un symbole associé à la chance. Notre hypothèse est que cette machine a un rôle important dans la société et la culture locales, du fait de ses diverses implications dans la vie insulaire : elle permet l'approvisionnement des commerces et, en même temps, permet l'arrivée de visiteurs qui vont alimenter le fonctionnement de services touristiques, devenus la principale économie de l'île. De plus, elle est l'un des éléments constitutifs de l'expérience contemporaine de la citoyenneté pour les Rapa Nui

Le Manutara : l'oiseau porte-bonheur

5Le 20 janvier 1951, « le jour du roto chilien », Roberto Parragué, pilote, atterrit sur l'île lors du premier vol à bord du Manutara, un avion amphibie Catalina 405, après un voyage de 19h20. Cet épisode, considéré comme un exploit par les médias de l'époque, marque le début des communications aériennes entre le Chili et Rapa Nui et, plus largement, l'ouverture d'un espace aéronautique pour Rapa Nui. L'arrivée du Manutara a été un moment mythique érigé en symbole signifiant pour les insulaires ; ils l'associent aux émotions, à la famille et à la fin de la précarité : le Manutara est venu du ciel, s'est posé sur Rapa Nui et est venu résoudre les problèmes qui les affligeaient à l'époque.

6Si l'on se place au niveau des significations, pour les Rapa Nui, le Manutara est un concept intégré aux croyances des insulaires de toute la Polynésie se référant à l'origine à un oiseau, celui-ci ayant une valeur importante dans le système de croyance lié au ciel, aux espèces naturelles et surnaturelles. La frégate, qui fait l'objet d'un culte, est très présente dans les mers du Sud, mais comme elle ne niche pas sur Rapa Nui, les insulaires ont, par substitution, attribué ses significations à l'hirondelle, conservant les valeurs que l'oiseau représente dans la culture mère. Cette figure apparaît dans la culture Rapa Nui dans la célèbre légende de l'homme-oiseau, Tangata Manu, traduite en une compétition régulière entre clans dont l'enjeu est la possession du premier œuf pondu par une hirondelle de mer et par laquelle est plus largement arbitrée la régulation des rapports de pouvoir au sein de la communauté insulaire (Métraux, (1971 [1940]).

Illustration 2 - Adieu au Manutara depuis La Serena 19 janvier 1951

Illustration 2 - Adieu au Manutara depuis La Serena 19 janvier 1951

Source : Rojas 2021.

7Matériellement, l'ouverture de l'île par cette liaison conduira au déclin rapide de l'approvisionnement maritime, jusque-là dominant, au profit des voies aériennes, modifiant les relations entre l'État du Chili et Rapa Nui. Selon le document confidentiel n° 13 de 1951 du commandement en chef de l'armée de l'air, le voyage avait des objectifs singulièrement importants en terme de désenclavement :

« (i) Le vol couvrira une section de la route transcontinentale du Pacifique Sud (Amérique-Océanie), dont l'exploitation future, d'intérêt mondial apportera des avantages commerciaux de toutes sortes à notre pays ;
(ii) la route du Pacifique Sud devient chaque jour plus stratégique, car elle constitue un moyen de communication nouveau et rapide entre notre continent et l'Extrême-Orient ;
(iii) il est souhaitable que l'armée de l'air prouve sa capacité à contrôler efficacement l'air océanique au large de ses côtes et à coopérer avec la marine dans des activités qui matérialisent l'exercice de la souveraineté sur nos positions insulaires ;
(iv) il s'agit d'un entraînement complet pour les équipages de combat, dont l'utilisation pourrait être requise en cas d'urgence militaire » (Archives personnelles de Roberto Parragué).

8Les récits produits au sujet du premier vol en éclairent les ressentis et la signification donnés par les différents acteurs impliqués : la société civile, la communauté et les forces armées. Dans le monde civil, la Société des Amis de l'Île de Pâques (SADIP) a porté un intérêt particulier au vol inaugural du Manutara car ses membres y ont vu la possibilité d'apporter le progrès et la modernisation à Rapa Nui. Il est ainsi appelé à jouer un rôle déterminant, s'ajoutant aux réalisations développées dans de multiples secteurs et incarnés par la léproserie, les champs d'expérimentation agricole, l'instruction publique et la professionnalisation de l'enseignement supérieur, comme aussi l'intégration de Rapa Nui dans l'espace continental.

  • 2 Société de promotion de la production, organisme étatique chilien. [note de la rédaction pour la tr (...)
  • 3 Compagnie Exploitante De l’Île de Pâques, filiale de l’entreprise transnationale britannique Willia (...)

« Lorsque la SADIP de Santiago a appris, en janvier 1952, que Corfo[2] prendrait en charge l'exploitation de l'Île de Pâques, mettant ainsi fin au cycle du CEDIP[3], elle a célébré la nouvelle (...). Ainsi commence à se réaliser le message du président honoraire de notre Société, Son Excellence Gabriel Gonzales Videla, que le Manutara, dans son vol historique, amènera à Rapa Nui les jours meilleurs promis, et que l'Île de Pâques deviendra, et sera éternellement, chilienne » (Foerster et Montecino, 2018, p. 63).

  • 4 Nous savons aujourd'hui, grâce aux archives familiales, qu'il existait trois films contenant des im (...)

9Le retour de l'avion sur le continent a été largement médiatisé et le film sur le Manutara, réalisé par son pilote, Roberto Parragué4, a également été projeté, lors des réunions de cette même société, la SADIP, et lors des collectes organisées pour aider les habitants de l'île.

  • 5 Forces aériennes chiliennes. [note de la rédaction pour la traduction française du texte]

« Comme de coutume, les premiers jours de septembre (1951) ont vu la célébration de la « Semana Pascuense » (semaine de Pâques), à l'occasion du 63e anniversaire de la « prise » de possession de l'île par le capitaine de frégate Policarpo Toro. Une soirée d'honneur a eu lieu à l'Université du Chili, au cours de laquelle le président de l'association et commandant du groupe FACH[5], M. Diego Barros Ortiz, a prononcé un discours. La chorale de Mme Olga de L'Houmaud était également présente. Enfin, le film sur le vol du Manutara piloté par le commandant Parragué a été projeté » (Foerster et Montecino, 2018, p. 62).

10Pour la communauté Rapa Nui, le Manutara incarnait l'avion et le pilote en un seul et même concept. Par conséquent, R. Parragué a acquis une place importante au sein de la communauté. Ses liens avec les Rapa Nui étaient étroits ; en effet, il maintenait le contact avec la population lors de ses visites et, plus régulièrement, il maintenait le contact avec le FACH et les radioamateurs de la Compagnie. Dans le récit de Juan Edmunds Rapahango, on peut apprécier les liens de Parragué avec les autorités locales :

« Parragué était très jeune lorsqu'il a voyagé pour la première fois en tant qu'aspirant à bord du Baquedano en 1933. L'île lui est restée dans la tête. Il est entré dans l'armée de l'air comme cadet et quand il est parti, il s'en souvenait encore. À l'époque, la Williamson Balfour Company disposait d'un navire de transport pour acheminer la laine des fermes. Il a participé à l'un de ses voyages annuels avec un autre officier et a alors projeté l'arrivée de l'armée de l'air. Il a continué à venir et à communiquer par le biais de la radio de la marine ou avec les radioamateurs de la compagnie pour préparer la piste, car il avait déjà planifié son premier vol avec le Manutara pour 1951 » (cité par Stambuk, 2012).

11De même, dans l'émission télévisée Post-data des années 1980, un habitant interviewé, Alberto Hotus, souligne à propos du pilote Parragué :

« Il ne parlait pas à tous les gens, il n'était pas comme un général de l'armée de l'air, c'était un habitant de l'île de Pâques comme les autres qui arrivait sur l'île. Il arrivait chez tous ceux qui l'invitaient pour manger un curanto ou un tunuahi « parrillada » ; il n'y avait pas de différence très marquée à part, bien sûr, le respect qu'on lui portait ; on le préservait, on se souvenait de ses aventures, il chantait, et parfois il pleurait avec les gens qui le connaissaient" (Alberto Hotus, Programme Post Data cité dans Rojas, 2021).

12Les habitants disent avoir été en totale connivence avec R. Parragué, sa figure éclipsant parfois les institutions en tant que représentant du projet Manutara devant la communauté.

« Au Chili, ils ont dit à Parragué que c'était un fou, qu'il était fou, « comment il allait arriver à l'île? », et il a parlé à beaucoup de gens » (Papa Kiko, cité par Stambuk, 2012).

13Pour les Rapa Nui, l'arrivée du Manutara est un jour mythique et elle est commémorée comme un événement marquant. Une première trace de ce vol au sein de la communauté est incarnée par la chanson Iorana Manutara, chantée pour accueillir l'avion. Le fait de l'entonner confère une dimension mythique au Manutara permettant d'entrevoir la constitution d'un nouveau réseau de relations ouvrant à d'autres possibles. Pour les Rapa Nui, le Manutara inaugure un avenir qui comporte de nombreuses incertitudes, mais qui sera porteur de bonnes choses. C'est pourquoi l'avion est appelé « l'oiseau de la chance » ; manu signifie oiseau (toute sorte d'oiseaux), et tara est la corne de la vache, mais aussi de la fortune (Englert, 1948), donnant une ampleur toute particulière à ce nom tel qu'il circule encore actuellement parmi les Rapa Nui (Rojas, 2021).

14C'est ce que montrent les récits collectés dans la littérature et recueillis lors d'entretiens réalisés au Hare Koa Tiare (Foyer pour personnes âgées de la commune), entre 2018 et 2019 ; dans le cadre d'une activité participative, j'y ai présenté des images animées et invité les participants à discuter de leurs impressions.

« J'ai vu le Manutara quand il a cassé son aile. Pendant plus d'un an, il est resté à la maison de l'armée de l'air pour s'en occuper. Et puis le navire Pinto est venu le chercher. Nous avons commencé à l'emmener avec d'autres personnes à Hanga Piko pour qu'ils puissent l'emmener. Nous avons également utilisé leur seule jeep pour le tirer (...) Je n'arrivais pas à croire qu'un avion aussi lourd volait avec des gens à l'intérieur. Je me sentais fier « Koa au ara koa pa'i ». C'était la première fois que je voyais l'avion avec autant de personnes à l'intérieur et la deuxième fois qu'un cousin était à l'intérieur. Je me sentais bien parce qu'il y avait un Rapa Nui dans l'avion » (Simón Ika Nahoe, Rapa Nui, 2019).

15Dans cette interview, nous pouvons voir combien la figure du Manutara est liée aux expériences de vie de ces personnes ; bien que les souvenirs fassent tous partie de la même histoire, s'y mêlent différents moments, soulignant le fait que le Manutara clôt une époque révolue de l'île, renforçant le sentiment que l'avion appartient aux Rapa Nui.

« Le Manutara est une très bonne chose. J'étais enfant lorsque l'avion est arrivé. C'était le seul avion qui arrivait à l'époque. Les gens d'ici étaient très heureux de voir arriver le Manutara. J'étais dans la maison de mon père, j'habitais près de l'hôpital. Le terrain que mon père a donné pour construire l'hôpital là et aussi là où il y a l'école (...) C'est bien qu'il y ait des vols parce qu'ils acheminent des choses que les gens n'ont pas, c'est bien. J'ai 73 ans. J'étais content parce qu'on a vu l'avion arriver à Mataveri. Je suis allé à cheval avec mon père pour voir arriver l'avion de Manutara. Nous avons vu l'avion voler » (Margarita Pakarati Tepano, Rapa Nui, 2019).

16Pour Margarita, le Manutara est lié à sa famille, à la figure de son père, mais surtout elle souligne que le Manutara apporte les choses que les gens n'ont pas, c'est pourquoi il est bon. De plus, il vient en volant, ce qui lui confère une caractéristique vraiment distinctive.

« L'avion a fait le tour de l'île, nous étions dans un figuier en train de manger des figues, le conférencier, Casimiro, mon frère Bartolomé et d'autres. Quand il est arrivé, nous avons couru jusqu'à la maison de ma grand-mère Amelia Riroroko Teao (...) Mon oncle Eugenio a grimpé à un arbre et il est tombé, il s'est cassé le bras. Ma grand-mère a pris mon oncle Eugenio et lui a montré l'avion, il a regardé l'avion malgré toutes ses douleurs, hahaha (...) Le Manutara a atterri et toute la population est venue à côté de l'avion. Pour voir l'avion, pour saluer les gens, le commandant Parragué et l'équipage. Tout le monde était là. Les gens chantaient la chanson de Iorana Manutara. Ils ont fait un curanto et les gens sont allés se reposer, ils sont restés environ une semaine » (Mario Tuki, Rapa Nui, 2019).

Infrastructures aéroportuaires : l'aérodrome et l'aéroport de Mataveri

Illustration 3 - Atterrissage d'un avion de la compagnie Latam

Illustration 3 - Atterrissage d'un avion de la compagnie Latam

Source: Fuente: Rojas, 2021.

17Au milieu du XXe siècle, Rapa Nui se trouvait dans une situation d'isolement extrême, étant la possession insulaire la plus éloignée du continent. Avec la modernisation qui avait commencé au milieu des années 1960, l'aéroport est apparu comme une réponse concrète aux problèmes d'approvisionnement, d'éloignement et de manque d'intégration à la modernité continentale (Arancibia, 2009).

18L'aéroport, dans ses différentes phases de construction, a produit une série d'opportunités économiques, sociales et culturelles qui ont réduit les écarts entre le Chili continental et des insulaires placés en situation extrême. Ce processus s'inscrit dans des relations parfois contradictoires avec l'État (Delsing 2017) à l'articulation des aspects sociaux et mécaniques : fondation d'un aérodrome de à Mataveri en 1954, inauguration d'un l'aéroport en 1967, extension de la piste en 1985, dont les enjeux trouvent des prolongements actuels (politisation de l'aéroport après les années 1990, ainsi que certains événements liés à la pandémie de Covid-19 récemment).

19L'aérodrome de Mataveri a été inauguré en 1954 lors d'un événement important pour l'aviation civile et l'armée de l'air. Plutôt symbolique en soi, cette inauguration a donné un coup d'accélérateur à une série d'avancées matérielles qui allaient advenir dans les décennies suivantes. Cet aérodrome a permis d'implanter l'aéronautique sur le territoire et de faciliter les vols suivants avant de formaliser un service aérien régulier. Cette étape marque le passage de l'ère maritime à l'ère aéronautique, où l'aéroport devient un dispositif clé dans la modernisation des communications (Valdés, 1988). Selon les mots de Roberto Parragué, le 19 janvier 1954, lors de la pose de la première pierre de l'aérodrome de l'Île de Pâques :

« Honorable sénateur, représentants des autorités exécutives, navales et militaires, mes amis du continent et de l'Île de Pâques, c'est avec une profonde émotion que nous nous retrouvons aujourd'hui à l'aérodrome de l'Île de Pâques. C'est avec une profonde émotion que nous posons aujourd'hui la première pierre de l'aérodrome de Mataveri. Par une heureuse coïncidence, cela fait aujourd'hui trois ans qu'un avion est arrivé pour la première fois sur cette île. Je vous remercie tous d'avoir eu la gentillesse de vous joindre à nous en ce moment historique qui marque sans aucun doute la ligne de démarcation entre deux époques pour Rapa Nui. Le Manutara guidera toujours les progrès de la route aérienne du Pacifique Sud, qui deviendra bientôt une réalité indestructible. Pâques accomplira ainsi le destin que lui réserve sa situation géographique en tant qu'escale de ravitaillement obligatoire pour la traversée du gigantesque océan Pacifique. Cette île, à l'écart des routes maritimes, était condamnée à rester l'île la plus isolée du monde. J'espère que tous nos projets se réaliseront et que Rapa Nui fera honneur à son ancien nom de Tepito Tehe Nua en tant que hub aérien » (Archives personnelles de Roberto Parragué).

20Le problème de l'installation d'un aéroport sur l'île fit l'objet, en décembre 1955, de la nomination d'une délégation officielle par le gouvernement chilien, ce qui inaugure un projet développé au cours de la décennie suivante en donnant naissance à l'aéroport international de Mataveri. Entre autres, la délégation a été chargée d'étudier tous les rapports antérieurs relatifs à l'Île de Pâques, d'inspecter soigneusement le terrain de l'île et de choisir un site définitif qui serait considéré comme le plus approprié pour la construction d'un aéroport de classe « A », d'y prélever des échantillons de terrain et de roche pour analyse en laboratoire, et, enfin, de faire des recommandations pertinentes sur la conception et la construction de cet aéroport tout en chiffrant le coût approximatif du projet (Rojas, 2021). C'est l'étude réalisée par cette commission qui projeta la modernisation de l'aérodrome de Mataveri, érigé en aéroport à caractère international. Comme l'indique l'introduction du rapport :

« [...] le gouvernement du Chili envisage depuis des années l'établissement d'une route aérienne internationale à travers le Pacifique Sud. Cette route relierait le continent sud-américain à l'Australie, à l'Extrême-Orient et aux Indes orientales. Une telle route nécessiterait la construction d'un aéroport international de première classe sur l'île de Pâques. Il serait en mesure d'accueillir les grands avions actuellement en usage, ainsi que les avions de transport lourd et les avions à rétro-impulsion, qui devraient être exploités dans un avenir proche » (Archives personnelles de Roberto Parragué).

21La délégation s'est rendue à l'île de Pâques et en est revenue à bord d'un transport de la marine, le Presidente Pinto, qui a quitté Valparaiso le 31 janvier 1956 et est revenu au même port le 28 février de la même année. Le séjour sur l'île a duré 12 jours. Ces études ont été fondamentales dans le projet d'installation d'une base américaine sur l'île. Les relations de coopération entre le FACH et l'USAF [US Air Force] ont été nécessaires à l'avancement technologique représenté par la construction de l'aéroport international de Mataveri. Au Chili, jusqu'au début des années 1960, toutes les questions relatives aux aéroports et aux aérodromes étaient gérées par le ministère de la Défense nationale, par l'intermédiaire de l'armée de l'air chilienne. Cette institution dictait les règles et les techniques appropriées pour la construction des bâtiments et celle des pistes et voies de circulation.

Parallèlement « au Ministère des Travaux Publics, par décret n° 836 du 10 août 1966, a été approuvée une convention ad referendum entre la Direction Générale des Aéroports et la société de construction Longhi S.A. pour l'exécution de la gestion déléguée de l'aménagement de l'aéroport de Mataveri et de divers ouvrages annexes sur l'Île de Pâques, avec un budget prévisionnel de 3.011.382,46 Escudos » [Accord n° 836, cité par Rojas 2021].

22L'installation de l'aéroport a constitué un grand chantier public qui a nécessité la collecte et le transfert de milliers de tonnes de matériaux de surface, y compris ceux d'innombrables sites et matériaux archéologiques. Et si ce travail monumental a eu un impact important sur le territoire, c'est non seulement en raison de l'ampleur des travaux, mais aussi parce qu'il a entraîné un important apport de travailleurs via l'entreprise Longhi, dont certains sont restés vivre au sein de la communauté.

23Cet aéroport constitue l'un des principaux projets de modernisation des années 1960 (Porteous, 1981), décennie qui été le théâtre d'un vaste processus de transformation de l'île et dans lequel il a joué un rôle fondamental. La connexion établie entre l'Île de Pâques, le continent, Tahiti et le monde s'est faite grâce à lui, facilitant les communications et la mobilité des personnes et des biens au cours des dernières décennies, et il demeure aujourd'hui le principal point de communication de l'Île de Pâques. Les principaux aéroports impliqués dans les trajets reliant les zones de cette route sont l'aéroport Arturo Merino Benítez, Santiago du Chili, et l'aéroport international de Tahiti Faa'a, qui a permis aux Rapa Nui de se connecter avec leurs proches et avec les terres de leurs ancêtres (Muñoz, 2017).

24Il acquit une nouvelle dimension lorsque, le 10 juin 1966, soit dix ans après l'étude de la commission, la FACH a communiqué à l'état-major général, dans un document de classification secrète, qu'elle allait créer et gérer, avec l'USAF, un centre de recherche ionosphérique [i.e. sur les couches de la haute atmosphère], service qui relèverait du commandant en chef de la FACH. Grâce au fonctionnement de ce centre, une piste d'atterrissage de 2 000 mètres sera construite à Mataveri, conformément aux spécifications du ministère des Travaux publics et avec le soutien financier de l'USAF.

L'évolution des infrastructures aéroportuaires au prisme de la course à l'espace

25Les développements aéroportuaires suivent ceux de l'avion. En 1980 un appareil de plus grande capacité a été adopté. Cela a coïncidé avec la croissance de la demande touristique et de la demande intérieure de l'île en marchandises pour alimenter le marché local. Un avion qui promettait, il y a plus de quarante ans, de transformer la façon dont les vols transatlantiques étaient effectués et qui a réussi à attirer l'attention de plusieurs opérateurs à l'époque. Il s'agit du McDonnell Douglas DC-10, qui a effectué son premier vol le 29 août 1970.

  • 6 Qui a ensuite rejoint la TAM pour devenir les actuelles LATAM Airlines [note de la rédaction pour l (...)

26En 1986, la compagnie exploitante, la LAN[6], a remplacé l'avion par un Boeing 767-300. Ce changement pour un avion plus moderne et plus grand répondait à l'augmentation permanente de la demande des touristes et de l'offre. Le Boeing 767 est un gros porteur commercial développé et construit par le constructeur aéronautique américain Boeing Commercial Airplanes, le premier bimoteur gros porteur développé par le constructeur américain. Le dernier changement a eu lieu en 2015 lorsque LATAM, après 30 ans, a de nouveau changé d'appareil, cette fois pour le Boeing 787, toujours dans un contexte de forte demande touristique.

27Mais si l'aéroport a connu une expansion majeure en 1985, c'est dans le contexte de la course à l'espace. Ainsi, le projet d'allongement de la piste de Mataveri a été autorisé par un accord signé entre les États-Unis et le Chili le 2 août 1985 dont l'article 1 stipule que le gouvernement chilien autorise l'atterrissage d'urgence et la récupération de n'importe laquelle des navettes spatiales (Atlante, Challenger, Columbia et Discovery), tant qu'elles appartiennent au gouvernement américain et sont exploitées par la NASA, – et ce dans le cadre de missions conformes au « Traité de principes régissant l'exploration et l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes ».

28Dans le but de constituer ainsi une alternative d'urgence pour l'atterrissage de navettes, le principal travail a été l'extension de la piste de l'aéroport de Mataveri. Cependant, d'autres travaux ont été réalisés pour améliorer la qualité de l'aéroport, tels que la peinture du site, l'installation de l'éclairage et l'amélioration générale des installations. Les travaux se sont déroulés entre mai 1985 et février 1986. Ils ont été réalisés par une centaine de travailleurs chiliens et étrangers, dont certains étaient des résidents. Selon les termes du gouverneur provincial Sergio Rapu, cette réalisation

« [...] permettra une plus grande intégration des Chiliens de l'Isla au reste du pays, car il améliore considérablement leurs conditions de vie, ce dont il a exprimé la gratitude au nom des insulaires ».

29Cette année, les attentes ont été dépassées et la demande sur l'île a exigé deux vols quotidiens. Avec deux vols par jour, on peut estimer que 540 tonnes de marchandises sont transportées à Rapa Nui par mois, ceci uniquement par voie aérienne. Ce volume représente la consommation du marché local comme aussi celle générée par marché lié au tourisme, soit environ 150 000 touristes en 2019, selon les données de la communauté indigène Ma'u Henua, administrateur du parc national de Rapa Nui.

Le rôle de l’avion dans l’économie

30Le premier vol régulier vers l'île de Pâques a été effectué par un McDonald Douglas DC-6B entre Cerrillos et Rapa Nui le 3 avril 1967, un avion commercial et de transport à moteur à piston construit par la Douglas Aircraft Company entre 1946 et 1959 et exploité par la LAN, la compagnie aérienne nationale. Il a été conçu à la fin de la Seconde Guerre mondiale en tant qu'avion de transport militaire. Après la guerre, il a été redessiné pour concurrencer le Lockheed Constellation sur les itinéraires de transport à longue distance. Plus de 700 appareils ont été construits, dont certains assurent encore des services de fret, d'opérations militaires et de lutte contre les incendies.

Illustration 4 - Accueil des touristes sur un vol de la compagnie Lan [ligne aérienne nationale du Chili]

Illustration 4 - Accueil des touristes sur un vol de la compagnie Lan [ligne aérienne nationale du Chili]

Source : Rojas, 2021.

31Ainsi, en 1967, s'est ouverte la ligne aérienne commerciale Santiago-Rapa Nui-Tahiti et des vols LAN réguliers vers Rapa Nui ont été établis (Porteous, 1981) ; elle est dès lors devenue un agent dynamique dans les activités d'approvisionnement et de tourisme et dans les relations sociales : une grande transformation était sur le point de se produire sur l'île, modifiant peut-être de manière irréversible le flux de personnes et de biens. Cet événement a donné lieu au début du tourisme, une activité économique qui, au cours des décennies suivantes, est devenue la principale activité économique de l'île et de ses habitants. Dans ce contexte, la compagnie aérienne est apparue sur la scène locale comme un agent important dans le développement des activités économiques. Cette entreprise publique, puis privée, a joué un rôle majeur non seulement dans le développement de l'infrastructure et de l'exploitation de l'aéroport de Mataveri mais aussi, et surtout, dans la régulation des relations qu'elle articule au sein de l'île, ainsi que dans le déploiement de l'entreprise hôtelière nationale et des services d'hébergement familial.

32La zone des hôtels et des résidences constitue un enjeu majeur depuis les années 1970, au moment de la création du syndicat [gremio] des hommes d'affaires de Rapa Nui et de la construction de l'infrastructure touristique. Des espaces spécifiques se sont construits en lien avec les différents types d'hébergement apparus au fil du temps : hôtels, résidences, camping, maisons privées. Si ce dernier type d'activité a une part plus modeste dans l'offre de lits pour le tourisme, les établissements commerciaux ont, pour leur part, connu une croissance importante au cours des dernières décennies ; de même les tour-opérateurs et les guides touristiques ont pris une place conséquente dans les services touristiques locaux.

33Bien que l'approvisionnement de l'île demeure évidemment possible par voie maritime, le dynamisme qui caractérise l'avion en fait une option plus efficace d'approvisionnement, bien que ses coûts soient plus élevés. Ainsi, le commerce a pu se développer grâce aux possibilités créées par l'aéroport. L'offre a d'abord été couverte par la société de négoce agricole, ECA, qui a créé la première société de négoce alimentaire. Par la suite, les magasins ont connu une croissance importante, toujours en lien avec la manne du tourisme constituée par les hôtels et les restaurants. Aujourd'hui, l'avenue principale Atamu Tekena abrite différents établissements liés aux loisirs et au divertissement, tels que des restaurants, des discothèques et des buvettes mais aussi des supermarchés et des magasins.

34Il ne fait aucun doute que les communications aéroportuaires ont eu un impact sur la citoyenneté Rapa Nui, processus qui a pris forme tardivement. L'une des principales avancées a été l'accès des habitants à un système global de communication aérienne, qui leur a permis de se rendre en métropole et dans le Pacifique et, dans ce cadre, de resserrer les liens avec leurs proches en Polynésie, et à Tahiti en particulier. En effet, la possibilité d'établir une liaison fréquente a permis de renouer et de restaurer les relations avec la culture mère, en particulier avec ceux des Rapa Nui emmenés à Tahiti à la fin XIXe siècle et qui ont y formé une communauté, obtenant la propriété de certaines terres (Muñoz, 2019) :

« Une autre émotion de la famille était de rencontrer leurs parents, leur peuple, leurs frères qui sont à Tahiti. Tahiti est un endroit où nos ancêtres ont été emmenés, réduits en esclavage par Dutro-Bornier et John Brandier. Il y avait un lien de parenté très direct. L'ouverture de la route vers Tahiti a donc permis aux habitants de l'île de Pâques d'aller reconnaître leur famille, d'aller voir les terres que nos ancêtres avaient achetées, par exemple, mon arrière-arrière-grand-mère avait acheté des terres là-bas » (Alberto Hotus, programme Post Data).

35Ainsi, l'avion à Rapa Nui est étroitement lié au processus de transformation et de complexification de la société insulaire au cours du dernier demi-siècle. Dans ce processus, plusieurs étapes ont marqué le développement de l'aéronautique sur l'île. La liaison aérienne représente pour la communauté une intégration plus grande et « effective » avec le continent, une « plus grande proximité ». Du même coup, la dépendance à l'égard du transport aérien est de plus en plus forte. Progressivement aussi, l'ensemble de la population a connu une amélioration de ses revenus en lien avec les services touristiques et, au fil des décennies, de plus en plus de personnes ont eu accès aux avantages de la modernité. Néanmoins, un groupe important de Rapa Nui n'a jamais eu l'occasion de quitter l'île par voie aérienne.

Illustration 5 - Premier vol aéropostal entre l'Amérique du Sud et l'Océanie (carte postale)

Illustration 5 - Premier vol aéropostal entre l'Amérique du Sud et l'Océanie (carte postale)

Source : archives personnelles, Roberto Parragué.

« Lorsque l'avion de ligne commercial est arrivé, ce n'était pas ce que l'on pensait. Le billet est cher, le fret est très cher, les gens commencent donc à changer d'avis, mais c'est maintenant. L'important, c'est que l'avion arrive. Les touristes arrivent et les gens travaillent avec eux, parfois ils font payer beaucoup, mais ils ne voient pas les bénéfices, à la fin je pense que les choses sont compensées (...) Tous les gens à Pâques connaissent cette histoire et ils chantent, dans chaque fête qui est organisée, ils chantent l'arrivée du Manutara. Il y a une partie qui dit : « a te nehe o te Manutara i te taera mai o Rapa Nui nei », quel beau souvenir que celui du Chili qui a envoyé le Manutara pour ouvrir la route » (Alberto Hotus, Programme Post Data).

Conclusion

36Le sentiment à l'égard de l'avion n'a pas beaucoup changé au cours des cinq décennies suivantes, il a toujours été perçu de manière positive, étant une pièce maîtresse dans le processus de croissance de l'industrie du tourisme, de l'approvisionnement et du transport des personnes. Chaque 20 janvier, le Manutara fait l'objet d'une commémoration, rappelant l'importance de l'avion dans la vie sociale et culturelle de la commune et son évolution.

37L'aéronautique est ainsi une dimension fondamentale de la modernisation, de l'intégration, de l'approvisionnement et du tourisme de Rapa Nui. L'avion et l'aéroport sont liés à la subsistance, à l'économie et au territoire. Depuis son arrivée, il s'est imposé comme un élément positif, facilitant l'installation d'infrastructures aéroportuaires et une augmentation soutenue du fret, en relation directe avec le commerce généré par les établissements et passagers touristiques. À la fin des années 1990, il a commencé à être intégré aux dynamiques sociales, exprimant sa tridimensionnalité en tant qu'objet, expérience et symbole. L'impact social de l'avion peut être compris comme un élément central des relations entre l'État chilien et l'île de Rapa Nui, de la compréhension du territoire, des relations de mobilité, de l'approvisionnement et de l'économie touristique, ce qui en fait un objet conditionnant les relations sociales contemporaines de l'île de Rapa Nui. Cette dimension confère un rôle particulier au Manutara, le faisant apparaître comme une machine fondamentale de l'expérience sociale des habitants.

Haut de page

Bibliographie

Arancibia V., 2009. Rapa Nui: Iorana Te Ma’ohi. Dilemas estratégicos. Santiago, Ediciones Universidad Católica de Chile.

Delsing R., 2017. Políticas culturales polinésicas frente al Estado chileno. Santiago, Lom.

Englert S., .2010 [1948]. La tierra de Hotu Matu’a: historia, etnología y lengua de la Isla de Pascua. Isla de Pascua, Rapanui Press.

Fajreldin V., 2017. Colección Cultura y Patrimonio Inmaterial de Rapa Nui. Editorial Ocho Libros.

Foerster R., Montecinos S., 2021. Migrantes Rapa Nui: Movilidad y Política. 1940-1970. Isla de Pascua, Rapa Nui Press.

Harris M., 1988. Vacas, cerdos, guerras y brujas. Madrid, Alianza.

Martínez R. (s.i.). Historia de la Fuerza Aérea de Chile (Tomo II). Santiago, Editorial Fuerza Aérea de Chile.

Métraux A., 1971 [1940]. Ethnology of Easter Island. Honolulu, Hawái, Bishop Museum Press.

Muñoz D., 2017. Diaspora rapanui (1871-2015) L’île de Pâques, le Chili continental et la Polynésie française. Une ethnographie historique de la mobilité dans une société transnationale. Doctorat, EHESS-Marseille.

Porteous J. D., 1981. The Modernization of Easter Island. Victoria, University of Victoria.

Rojas R., 2021. El Avión en Rapa Nui. Culto Cargo, integración y dependencia. Colección etnográfica. Subdirección de Investigación. Servicio del Patrimonio Cultural. MINCAP.

Stambuk P., 2012. Rongo. La historia oculta de Isla de Pascua. Santiago, Pehuén.

Valdés I., 1988. Inicio del Aeropuerto Mataveri. Revista de la Fuerza Aérea de Chile, vol. XLVII, n° 183.

Haut de page

Notes

1 À l'échelle des îles polynésiennes, le culte cargo est apparu pendant la Seconde Guerre mondiale, principalement parmi celles survolées par les avions de guerre et, après la guerre, par les avions américains : des relations et des croyances se sont construites en rapport avec les différents objets ou cadeaux tombés des avions (Harris, 1998).

2 Société de promotion de la production, organisme étatique chilien. [note de la rédaction pour la traduction française du texte]

3 Compagnie Exploitante De l’Île de Pâques, filiale de l’entreprise transnationale britannique Williamson, Balfour and Co, qui a centré l'économie de l'île sur l'exploitation de la laine des moutons – un élevage introduit à la fin du XIXe siècle par les Européens au détriment des populations locales, l'île étant devenu un immense ranch maintenant à distance les quelques insulaires qui y restaient. Cette compagnie a reçu en bail de l'État chilien la gestion et l'exploitation de l'île de 1903 à 1953, date à laquelle la Marine chilienne a pris le contrôle ce territoire désormais considéré comme de potentielles aire de colonisation agricole et base navale et commerciale. [note de la rédaction pour la traduction française du texte]

4 Nous savons aujourd'hui, grâce aux archives familiales, qu'il existait trois films contenant des images de tous les vols vers Rapa Nui qu'il avait effectués en tant que pilote et navigateur.

5 Forces aériennes chiliennes. [note de la rédaction pour la traduction française du texte]

6 Qui a ensuite rejoint la TAM pour devenir les actuelles LATAM Airlines [note de la rédaction pour la traduction française du texte]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Le Manutara
Crédits Source  avec l'aimable autorisation de Eduardo Ruiz Tagle/Rapa Nui Press.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/26064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Illustration 2 - Adieu au Manutara depuis La Serena 19 janvier 1951
Crédits Source : Rojas 2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/26064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Illustration 3 - Atterrissage d'un avion de la compagnie Latam
Crédits Source: Fuente: Rojas, 2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/26064/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Illustration 4 - Accueil des touristes sur un vol de la compagnie Lan [ligne aérienne nationale du Chili]
Crédits Source : Rojas, 2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/26064/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Illustration 5 - Premier vol aéropostal entre l'Amérique du Sud et l'Océanie (carte postale)
Crédits Source : archives personnelles, Roberto Parragué.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/26064/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberto Rojas Pantoja, « L'impact social de l'avion (Manutara) sur l'île de Rapa Nui »EchoGéo [En ligne], 65 | 2023, mis en ligne le 30 octobre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/26064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.26064

Haut de page

Auteur

Roberto Rojas Pantoja

Roberto Rojas Pantoja, roberto.rojas@uach.cl, est chargé de collections muséales, Université austale du Chili. Il a récemment publié:
- Gundermann H., Rojas R. 2021. Turismo e interetnicidad en Rapa Nui. Diálogo andino, n° 64.
- Rojas R., 2021. El avión en Rapa Nui. Culto cargo, integración y dependencia. Subdirección de Investigación del Ministerio de las Culturas, las Artes y el Patrimonio.
- Rojas R., Gundermann H., Quiroz N., 2021. El Manutara en Rapa Nui. Rapa Nui Press. Fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search