Navigation – Plan du site

Accueilnumeros65Sur le métierLes migrations par l’enquête : ro...

Sur le métier

Les migrations par l’enquête : rouvrir ses vieux cahiers

Entretien avec Catherine Wihtol de Wenden, mené par Serge Weber à Paris, le 21 avril 2023
Migration through investigation: Reopening old notebooks. Interview with Catherine Wihtol de Wenden, conducted by Serge Weber in Paris, 21 April 2023
Catherine Wihtol de Wenden et Serge Weber
Référence(s) :

Wihtol de Wenden C.

Figures de l’autre. Perceptions du migrant en France, 1970-2022.

2022. Paris, CNRS Éditions.

Entrées d’index

Index par rubriques :

Sur le métier
Haut de page

Texte intégral

1Catherine Wihtol de Wenden est une des figures majeures de la recherche sur l’immigration. Politiste de formation, aujourd’hui directrice de recherche émérite au CNRS, au CERI (Centre d’études sur les relations internationales) et enseignante à l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po), elle a formé des générations de chercheurs dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. Elle a beaucoup apporté à la connaissance du fait migratoire en France mais l’ampleur de son activité prolifique de chercheuse, formatrice et experte l’a amenée à aiguiser son regard à toutes les échelles, du local au mondial, et à maîtriser la plupart des contextes régionaux à la surface du globe. Aux antipodes de toute posture surplombante, elle n’a cessé de se confronter au réel de la situation empirique, d’accueillir, écouter, encourager et accompagner des jeunes de tous horizons et de tous pays qui, pour beaucoup aujourd’hui en poste dans diverses universités, du Mexique à la Grande-Bretagne, des Etats-Unis à la France, ont retenu sa leçon silencieuse du prix de la modestie, de la rigueur éthique et de la ténacité à rappeler en toute simplicité certaines vérités dans des arènes politiques où elles sont régulièrement déconsidérées. On lui doit une multiplicité de publications incontournables qui témoignent de son incessant besoin de mise à jour et d’actualisation empirique. Les diverses éditions de ses Atlas des migrations internationales (Wihtol de Wenden, 2021 [2005]) et ses nombreux essais et synthèses, qu’on ne peut citer de façon exhaustive (2009 ; 2013 ; 2014), côtoient des publications de programmes de recherche collective de grande envergure. Son dernier ouvrage, paru en 2022, Figures de l’autre, assume la nécessité de tenir rétrospectivement compte des changements successifs qui ont modifié autant les postures scientifiques sur la question migratoire que les stéréotypes du débat public, qu’il a fallu sans cesse combattre, avec des outils toujours réactualisés. Et, partant, de faire un retour arrière pour comprendre comment a évolué son propre métier.

Serge Weber (SW). Vous écrivez que ce livre a été l’occasion de « sortir des cartons » vos travaux passés et d’en tenter une synthèse rétrospective. Je n’ai pu résister à la tentation de faire le parallèle avec cette œuvre que le compositeur Serge Prokofiev a écrite après son départ en exil, une sonate qu’il a choisi de nommer « D’après de vieux cahiers » et qu’il a construite à partir de notes prises pendant ses années de formation dans une Russie en ébullition à la veille de l’imminente Révolution. Certes, ce livre a été pour vous « une manière de [vous] regarder faisant [vos] enquêtes il y a trente, vingt ans », mais ce qu’il montre surtout, c’est que, même si les stéréotypes changent de forme et de vocabulaire et que les migrations changent de configurations et de dynamiques, depuis quarante ans que la recherche sur les migrations s’est affirmée, il y a une remarquable permanence des entraves à parler de ce thème sereinement et à faire entendre une voix objective et dépassionnée.

Catherine Wihtol de Wenden (CWW). J’ai repris toute une série d’enquêtes et de recherches que j’ai pu faire entre 1975 et aujourd’hui, avec cette interrogation : quel regard portait-on alors sur l’immigration et comment a-t-il évolué entre 1975 et aujourd’hui ? C’est l’aspect central de ma réflexion, en tenant compte des définitions, évolutives, que l’on a mis en avant au cours de ces décennies, du travailleur étranger, de l’immigré. On ne distinguait pas alors les migrants européens des non-européens. Pendant toute cette période, j’ai eu l’occasion de travailler régulièrement avec Georges Tapinos, qui était professeur d’économie à Sciences Po, et j’ai fait ma thèse avec Georges Lavau. En dehors de ces quelques personnes, les chercheurs étaient, alors, axés autour d’une analyse marxiste de l’immigration. Le premier laboratoire où j’étais accueillie était un laboratoire de sociologie, dirigé par Dominique Lahalle, qui était au comité central du PCF. La question qui prévalait alors était de savoir si les immigrés constituaient un fragment de la classe ouvrière. Ce qui découlait d’un regard centré sur la classe ouvrière. L’accent a été donc mis sur le travail et l’analyse du travail. C’est dans ce contexte que j’ai mené deux ans d’enquête chez Renault, dans les ateliers de peinture de l’île Seguin, à Boulogne-Billancourt. Auparavant, avec Georges Tapinos, j’avais analysé les transferts de fonds des travailleurs immigrés, ce qui était une interrogation du ministère des Finances. Mes hypothèses de recherche pour ma thèse posaient aussi la question de la politisation et de la dépolitisation de la question migratoire. Ces premières enquêtes ont révélé que l’analyse strictement marxiste a caché un certain nombre d’aspects que beaucoup n’avaient pas percu, comme la question du regroupement familial ou le début de la visibilité de l’islam dans l’espace public. Les grandes batailles ouvrières qui ont eu lieu entre 1984 et 1986 et la crise des foyers Sonacotra réveillaient des questions qui avaient surgi autour de 1976-1980 sur la question de l’islam dans les foyers, de la revendication de salles de prière et de la question néocoloniale. Les conflits au sein des grandes entreprises de l’automobile, que ce soit chez Renault, Citroën ou ailleurs, ont montré ce qui se passait parmi les OS ont aussi révélé des revendications autour de l’islam dans les entreprises (Wihtol de Wenden et al., 1986).

Durant ces années, ce qui prédominait, c’était le travail, le travailleur, l’homme seul, les foyers de travailleurs immigrés. On restait en dehors du champ des questions religieuses, alors que déjà dans un certain nombre de pays d’origine, elle émergeait.

Si on se penche sur la période précédente, que je n’ai pas étudiée par des enquêtes, entre 1945 et 1975, la vision était différente. Ces années ont été, contrairement à ce qu’on pourrait penser, une sorte de période bénie pour une perception positive de l’immigration : on manquait de main-d’œuvre, ce manque faisait la force des syndicats, il fallait faire tourner les grandes entreprises automobiles, reconstruire, assurer la croissance. Toutes les déclarations de Georges Pompidou ou de Jean-Marcel Jeanneney, son ministre des Affaires sociales entre 1966 et 1968, allaient dans ce sens : « l’immigration irrégulière n’était pas inutile ». On avait 400 000 entrées chaque année contre 250 000 à 300 000 aujourd’hui. Les immigrés étaient accueillis assez ouvertement. Par exemple, à fin de la guerre du Vietnam, l’acceptation du statut de réfugié a été accordée d’emblée ; ou encore en 1973, les Chiliens qui ont fui le coup d’Etat se sont tous vu accorder l’asile. Cette époque s’est accompagnée d’une dépolitisation de l’immigration. C’était une période assez généreuse, dont ont témoigné par exemple les journaux qui ont soutenu les mobilisations contre les circulaires Marcellin-Fontanet de 1972, qui mettaient fin à la régularisation systématique et limitaient l’octroi de titres de séjour pour les nouveaux arrivants. Ces mobilisations se voyaient notamment dans les milieux chrétiens engagés aux côtés des démunis. Les conflits autour du logement étaient une question centrale : la résorption des bidonvilles fédérait des solidarités variées dans un champ politique très large, des catholiques à l’extrême gauche. C’est dans les bidonvilles que s’étaient construites des solidarités, il fallait loger de manière confortable les mal logés.

On l’a oublié aujourd’hui, ces années constituent une période de dépolitisation de la question migratoire, qui a été vue sous un angle surtout économique et a favorisé un regard positif sur l’immigration. Ce qui a tout changé, c’est la fabrication du thème de l’immigration comme thème de campagne avec l’arrivée du Front national aux municipales en 1983. L’immigration pour le travail salarié a été suspendue, on n’y est jamais revenu et c’est devenu une sorte de tabou. Cela a conduit à un accroissement du regroupement familial. Le thème religieux, notamment l’islam, s’est installé dans l’espace public. Il n’y avait eu aucune loi sur l’immigration entre 1945 et 1980 : tout se faisait par coup de téléphone, telex, circulaires ou réunions avec la Direction de la population et des migrations (DPM), créée en 1966 et dont le premier directeur a été Michel Massenet. La question dépendait donc du ministère des Affaires sociales. À l’époque, j’ai effectué des enquêtes avec Georges Tapinos, nous travaillions sur l’analyse coût-avantage de l’immigration, c’était encore une question sociale, qui se traitait aux Affaires sociales.

SW. Pourriez-vous revenir sur la chronologie de vos principales enquêtes ?

CWW. Ma première enquête portait sur les ouvriers agricoles dans l’Aisne en 1974 et elle a montré une politisation par le social. Ce qui m’a frappée était que ces ouvriers n’osaient pas parler politique. En particulier ceux qui arrivaient du Portugal de la dictature de Salazar et préféraient se taire ou encore des Marocains qui n’osaient rien dire sur le roi Hassan II. À l’inverse, les républicains espagnols exilés étaient nombreux, notamment des anarchosyndicalistes, avec qui j’ai eu des échanges passionnants. À cette époque, les travailleurs algériens étaient vus comme une sorte de modèle, comme les vainqueurs dans la guerre d’Algérie, et souvent soutenus par le parti communiste et affiliés à la CGT. Les stéréotypes dévalorisants ne manquaient pas : les Marocains étaient vus avec condescendance, les Portugais étaient taxés d’être trop dociles – beaucoup d’entre eux étaient partis pour éviter le service militaire de trois ans en Angola. Ces jeunes prenaient la route des Pyrénées. Il faut rappeler qu’en 1982, les Portugais constituaient la première immigration en France avec pas moins de 700 000 ressortissants, alors même que cette migration était un peu invisible en réalité. C’est pourquoi il y a eu de nombreux Portugais dans mon enquête.

2Ma deuxième enquête s’intéressait aux transferts de fonds des migrants, entre 1975 et 1976. Elle s’est enrichie de 2 000 entretiens auprès de huit nationalités. Au départ, j’étais toute seule, avec un budget qui m’a permis recruter une équipe. À ce moment-là, Georges Tapinos venait de passer l’agrégation d’économie et était devenu professeur à Science Po, ce qui explique pourquoi je me suis retrouvée à piloter cette enquête seule. À l’époque, on procédait beaucoup par échantillon dans les études pour la Direction de la prévision. Déjà, on pouvait affirmer que la migration coûtait moins qu’elle ne rapportait.

Puis est venu le terrain de ma thèse (Wihtol de Wenden, 1986), avec Georges Lavau. Elle s’intéressait aux phénomènes de politisation et de dépolitisation du fait migratoire, avec l’émergence de nouveaux acteurs et du thème migratoire dans le débat politique. Le contexte était, en 1983-1985, celui des conflits dans l’entreprise Renault et l’émergence de l’islam dans ces conflits.

Ensuite, d’autres travaux d’enquête ont suivi : l’une sur le regroupement familial et la difficulté d’accès aux prestations et à l’état civil pour les réfugié·es et les conjoint·es, l’incertaine possibilité effective de regroupement familial dans certaines situations, par exemple pour les femmes qui avaient accouché dans un autre pays, quand les noms ont été mal orthographiés ou quand les requérants étaient illettrés. Ce travail a été l’occasion de ma première tentative de cartographier les parcours individuels des migrants à partir des 90 entretiens.

Puis, avec Rémy Leveau, grand spécialiste du monde arabe et du Maroc, major de l’agrégation de Science politique, professeur à Sciences Po, nous avons mis en place deux enquêtes successives sur les associations « beurs » (1989 et 1995). Notre travail a été qualitatif. Une première enquête a porté sur les associations elles-mêmes, puis une deuxième a resserré la focale sur les leaders associatifs. C’est ce qui a donné lieu au livre que nous avons intitulé « la beurgeoisie » (Wihtol de Wenden et Leveau, 2001), à partir de nos 90 entretiens qualitatifs approfondis. C’était vraiment un travail d’équipe, qui a été publié aussi dans plusieurs articles, dont l’un dans la Revue française de science politique (Wihtol de Wenden, 1987) pour l'enquête de Renault.

La dernière des enquêtes que j’ai pu mener avec Rémy Leveau nous a amenés à travailler sur l’islam dans l’armée (2005-2006). Le titre était plus pudique, il s’agissait de l’insertion des jeunes de culture musulmane dans l’armée française (Bertossi et Wihtol de Wenden, 2007). Elle répondait à une commande du ministère de la Défense qui craignait une islamisation ou une dissidence au gré des opérations que l’armée pouvait mener dans des pays mulsulmans comme en Afghanistan. À travers les 85 entretiens que nous avons réussi à mener dans 25 sites de l’armée, nous avons mis au jour, certes, une tendance à la radicalisation religieuse, mais pas celle qui était attendue : non pas mulsumane mais catholique, concernant des cadres de l’armée face à de jeunes recrues. Ils étaient préoccupés par l’idée d’être le deuxième employeur de France, avec un grand nombre de jeunes gens peu diplômés parmi les recrues. Cette perception se retrouvait dans le regard des jeunes recrues françaises à l’égard des jeunes musulmans, avec des stéréotypes bien ancrés sur des banlieues violentes alliant rodéos et trafics de drogue. Alors que c’était tout le contraire : l’enquête a montré que c’était principalement la discrimination à l’embauche qui motivait les jeunes immigrés à entrer dans l’armée : ils avaient l’idée qu’après cinq ans d’armée, il leur serait moins difficile de trouver un emploi. Cette enquête a donné lieu à la publication du livre Les couleurs du drapeau, coécrit avec Christophe Bertossi (2007).

D’autres enquêtes ont suivi, plus petites, de dimensions plus locales. L’une à la demande de l’Éducation nationale, commandée par l’académie de Versailles. Elle portait sur les quartiers sensibles, notamment sur un quartier d’Évry, Les Tarterets, et un autre, où il y avait une confrontation entre des habitants venant d’Afrique subsaharienne et d’autres qui se considéraient comme arabes d’un côté et des Vietnamiens, de l’autre. Cela se traduisait par des clans que les jeunes ethnicisaient à l’excès. J’ai découvert au travers de cette enquête les conditions d’habitat, la densité d’occupation des logements. Je me souviens en particulier des éboueurs de la ville de Paris, qui devenaient, du fait de ce statut envié, polygames, sans pouvoir épouser leur deuxième épouse devant l’état civil, et ces très jeunes femmes qui élevaient les enfants de la première femme, l’homme voulant dormir dans une pièce, et les autres étant cantonnés dans le salon, avec la télévision ouverte toute la journée, et en même temps, il y avait un confort relativement moderne, mais c’étaient les conditions d’occupation qui étaient compliquées. De nombreux parents étaient illettrés, les enfants aînés assuraient la relation avec l’école.

SW. Vous avez été tout au long de ces enquêtes très engagée dans la participation à des commissions d’experts qui ont eu un rôle important dans l’évolution de la perception de l’immigration. Je pense notamment au Groupe d’études pour la lutte contre les discriminations (GELD).

CWW. En effet, j’ai participé principalement au GELD (2000-2001) et à la Comission nationale de déontologie de la sécurité (2003-2009). Les travaux que j’y ai menés ont servi pour un livre sur Police et discrimination avec Sophie Body-Gendrot (Body-Gendrot et Wihtol de Wenden, 2003) qui travaillait sur les États-Unis, et pour un autre ouvrage, toujours avec elle, intitulé Policing the inner cities (2014) qui portait sur l’analyse des discriminations policières et les mesures qui étaient prises à leur encontre, dans trois pays d’études, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France. Le contexte était marqué par les nombreuses affaires qui sont sorties à cette époque. Pour le GELD, en analysant les recours au service qui avait été mis en place en 2000, le 114, numéro vert antidiscrimination, nous avons analysé les signalements et requêtes dévoilant les discriminations. Parmi celles évoquées, beaucoup touchaient à l’emploi, mais les discriminations policières étaient nombreuses. Je n’oublierai pas les termes que ces récits rapportaient : le vocabulaire employé par les policiers était imprégné de la grande vulgarité de l’époque coloniale.

SW. Il me semble que ces travaux ont été pionniers de tout ce qui s’est mis en place par la suite dans les études documentant les discriminations et leur mise à l’agenda politique.

CWW. Oui, car en 2000 était adoptée au Parlement européen la directive Discriminations sous l’influence d’un collectif d’associations, avant d’être intégrée dans la loi française en 2001 et en 2002. Auparavant, le livre de Philippe Bataille sur le racisme au travail avait eu un retentissement certain (Bataille, 1997). Michel Wieviorka travaillait aussi sur les discriminations (Wieviorka, 1991). Tout cela plaçait très concrètement dans le contexte français la question des discriminations, surtout policières, alors qu’auparavant, c’était plutôt autour de l’antisémitisme qu'elles étaient abordées, dans le sillage de l’action du MRAP. Le racisme institutionnel commençait alors à s’ancrer dans le paysage comme objet, puis il s’est institutionnalisé avec la CNDS (Commission nationale de déontologie de la sécurité), dont j’ai fait partie de 2003 à 2009, qui a préfiguré l’actuel Défenseur des droits, il ne faut pas l’oublier. Aujourd’hui, la question des discriminations policières est toujours un aspect très important du travail du Défenseur des droits. On a l’impression de répéter toujours la même chose et il n’y a aucune action qui est vraiment mise en œuvre : les policiers sont considérés comme les béquilles du ministère de l’Intérieur. De même que pour ce qui concerne l’armée : le rapport que nous avions fourni avait été accueilli chaleureusement, mais le livre, moins, car il mettait en face du commanditaire certains aspects de l’armée et de l’inadéquation de ses cadres au regard des jeunes. Là, on était vraiment dans le contexte : les personnes concernées étaient françaises mais n’étaient pas considérés comme telles par les autres, dans le cas de l’armée et de la police, c’est ce qu’on peut appeler le « racisme différencialiste » pour reprendre les termes de Michel Wieworka, lorsqu’on n’a plus grand chose d’autre à défendre que le fait d’être « français de souche ».

SW. Il me semble que, dans votre livre, c’est le chapitre 8 qui reflète le mieux votre propre itinéraire et votre action pour tenter d’améliorer les choses.

CWW. La formation à la lutte contre les discriminations est essentielle. J’ai animé plusieurs formations de ce type. Or, les formateurs tournaient le plus souvent autour du pot : on parlait de « connaissance des populations musulmanes », « connaissance de la Méditerranée », etc. Je leur disais plutôt : « allez-y, abordez franchement la lutte contre les discriminations », mais jamais ils ne l’abordaient de front. D’autres personnes s’y sont attelées dans leur vie professionnelle, comme Fabien Jobard, directeur de recherches en sciences politiques au CNRS (Jobard, 2022). On ne peut être efficace si on n’aborde pas frontalement le sujet. Il faut que la France s’accepte comme pays d’immigration de peuplement. Or, elle ne le fait pas, et c’est pour cela qu’il y a ce problème de discrimination.

SW. Pour ouvrir ce débat, il faut aussi aborder la question de la mémoire, et vous n’avez pas été en reste.

CWW. La question des musées et des mémoires est importante aussi. La plupart des grands pays du monde ont leur musée de l’immigration : New York, São Paulo, Montevideo, Buenos Aires, Sidney, Melbourne, etc., et les publics sont fiers d’être issus de cette histoire migratoire. En France, il faudrait faire en sorte qu’il y ait davantage d’initiatives en ce sens

SW. Vous avez participé et continuez à participer aux travaux du Musée national de l’histoire de l’immigration à Paris.

CWW. Je m’y suis impliquée depuis le début, et même avant son ouverture, dans un groupe de travail qui s’était organisé autour de Philippe Dewitte, alors rédacteur en chef de la revue Hommes et migrations, à laquelle je suis depuis longtemps très attachée, et de Jacques Toubon. Nous étions assez nombreux au début. Certains en sont partis assez vite, d’autres quand Nicolas Sarkozy a créé un ministère de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité nationale. Les deux tiers ont quitté ce groupe. Je me suis dit à l’époque qu’il était compliqué de construire ce projet dans ce contexte. Si, en plus, les gens s’en allaient, ceux qui ne voyaient pas d’un bon œil le projet de musée auraient réussi leur coup. Rétrospectivement, je pense qu’on a bien fait de rester, on n’était pas la majorité, loin de là, c’était difficile et fragile. Il faut rappeler que le musée n’a été inauguré que longtemps après, sous François Hollande – Nicolas Sarkozy ne l’a jamais fait, peut-être pour ne pas affronter son électorat.

SW. Ce musée est aujourd’hui vivant, il fonctionne et a même engagé un long travail pour repenser son parcours muséal.

CWW. Il est fréquenté, oui, mais il n’y a pas assez de visiteurs des quartiers aisés ou qui ne se sentent pas concernés. Je n’ai pas participé à l’élaboration du parcours historique, mais aux thèmes et aux groupes de travail, pas à la rédaction du projet, car les non-historiens n’en faisaient pas partie. Il y a eu tout un débat, sous l’influence de Gérard Noiriel, sur la question de la place à accorder aux ouvriers étrangers. On n’était pas très nombreux à dire que l’immigration n’est pas qu’une histoire ouvrière : c’est historiquement beaucoup plus large, avec de nombreux artisans, des classes moyennes, des élites, on ne pouvait pas en faire seulement un processus marxiste archétypique, c’était un débat très difficile. De même, beaucoup voulaient parler essentiellement des Magrébins alors que la moitié des immigrés sont européens, sans compter les autres régions du monde : cela ne pouvait se limiter ni aux ouvriers ni aux Maghrébins. Pascal Blanchard insistait pour qu’on parle de l’esclavage ; au début, c’était exclu du narratif et, finalement, ce thème a été intégré.

SW. Vous y avez personnellement organisé des expositions temporaires.

CWW. Plusieurs expositions : France-Allemagne et Frontières (2009 ; 2013) Au début, les expositions n’avaient pas tellement de visiteurs, puis le musée a gagné en visibilité avec les années et les initiatives. Il y avait un grand flottement, la presse disait qu’il y avait peu de visiteurs, il a réusssi à être sauvé.

Ces hésitations des débuts du musée témoignent donc de la difficulté à affirmer une mémoire positive de l’immigration en France. La présidente du Conseil d’administration de l’Établissement public du Palais de la Porte Dorée, Mercedes Erra, qui codirige une importante entreprise de communication et de publicité, a rendu un grand service au musée avec de magnifiques affiches et une meilleure communication. Mais la priorité donnée au mécénat nous a parfois amenés à avaler quelques couleuvres. Par exemple pour l’exposition Louboutin en 2020 : sous prétexte que, jeune, Louboutin fréquentait le Musée des arts africains et océaniens et qu’il était de père algérien, il a fallu présenter des chaussures de luxe alors même qu’on avait des morts en Méditerranée. Ce qui m’a frappée, c’est que certains interlocuteurs parmi les mécènes ne savaient rien de l’immigration, et pensaient déchoir d’être au Musée de l’histoire de l’immigration, on sentait l’illégitimité du musée. C’est bien qu’on fasse visiter les classes des écoles de Seine-Saint-Denis mais il faudrait attirer aussi les autres publics, les écoles des quartiers plus aisés, sinon on ne parviendra jamais à véritablement exposer le sujet. N’oublions pas que Lionel Jospin avait renoncé à ce projet, par crainte ; c’est Jacques Chirac qui a insisté et, aujourd’hui, c’est un pari réussi, même s’il y a encore beaucoup à faire pour qu’il soit vraiment légitime par rapport à la fierté que les gens ont à faire visiter leur musée dans d’autres pays, que ce soit en Argentine, au Brésil ou aux États-Unis.

SW. Ce qui m’a frappé à chaque fois que je vous ai lue, et plus encore dans cet ouvrage, c’est que vous n’isolez jamais un fait hors de son contexte, ni historique, ni géographique. Vous parvenez à tenir une impressionnante quantité de fils entretissés quelque soit l’exemple que vous évoquez, comme s’il était impossible pour vous de faire une déclaration hors-sol.

CWW. J’ai horreur des gens qui créent des concepts déconnectés des réalités et qui ne servent à rien. Ils veulent faire tourner un modèle et faire entrer la réalité dans leur modèle. Il y en a des quantités. Mes cinq années passés à la commission de science politique du CNRS ont été très instructives. Oui, bien évidemment, j’aime toujours contextualiser. Beaucoup de travaux sont a-historiques, notamment des modèles américains. Si on ne comprend dans quel contexte les réalités ont émergé, on ne peut pas les interpréter correctement.

SW. À ce titre, vous insistez dans l’ouvrage sur « le glissement des figures du migrant » avec le temps, « la plasticité des figures sociales du migrant », en parallèle de la « mobilité des catégories » juridiques, administratives et statistiques, qui rendent impossible de déconnecter un discours sur l’immigration du contexte donné de construction de l’objet.

CWW. En effet, si une personne n’a pas de permis travail ou attend sa demande d’asile mais a un bagage professionnel, elle peut faire un parcours complet pour obtenir la nationalité. Il y a une quantité de points d’ancrage qui ne la réduisent pas à sa condition de sans papier. C’est vrai aussi pour les femmes qui ont obtenu leurs papiers au titre du regroupement familial et qui s’insèrent sur marché du travail alors qu’on les met dans une case. Aujourd’hui, les profils sociologiques des migrants sont de plus en plus riches, ils ne peuvent pas rentrer dans ces cases.

SW. De même, vous trouvez les mots et le ton justes pour évoquer les identités multiples et les identités en réduction.

CWW. Dans plusieurs de mes enquêtes, j’ai été frappée par les premières réactions d’enquêtés : les gens semblaient avoir une identité préconstruite, croyant que cela faisait plaisir aux enquêteurs de raconter leur histoire d’ouvrier syndiqué chez Renault ou de raconter comment ils avaient quitté leur village. Ils se réduisaient à cela car c’était une image positive en Algérie et ils pensaient que les chercheurs français s’intéressaient à la classe ouvrière d’État. De même pour certains réfugiés espagnols, qui n’arrivaient pas à se sortir de cette identité : ils jouaient leur rôle, leur histoire de réfugiés. Aujourd’hui, les gens ont beaucoup plus de cartes en mains, ils ne vont pas nécessairement se tenir à cela. C’est lié à la diversification sociologique des migrants.

Mouriaux R., Wihtol de Wenden C, 1987. Syndicalisme français et islam. Revue française de sciences politiques, vol. 37, n° 6.

Haut de page

Bibliographie

Bataille P., 1997. Le racisme au travail. Paris, La Découverte.

Bertossi C., Wihtol de Wenden C., 2007. Les couleurs du drapeau. L’armée française face aux discriminations. Paris, Robert Laffont.

Jobard F., 2022. Bavures policières ? La force publique et ses usagers. Paris, La Découverte.

Wieviorka M., 1991. L’espace du racisme. Paris, Seuil.

Wihtol de Wenden C., 1986. Les immigrés et la politique. 150 ans d’évolution. Thèse d’État, Paris, Institut d’études politiques.

Wihtol de Wenden C., 2009. France-Allemagne : politiques d’immigration et identités nationales. Dossier thématique. Hommes et migrations, n° 1277.

Wihtol de Wenden C., 2009. La globalisation humaine. Paris, PUF.

Wihtol de Wenden C., 2013. Le droit d’émigrer. Paris, CNRS Éditions.

Wihtol de Wenden, C., 2021 [2005]. Atlas des migrations. De nouvelles solidarités à construire. Paris, Autrement, 6ème édition.

Wihtol de Wenden C., Barou J., Diop M., Kerschen N., de Saint-Blanquat E., Subhi T., 1986. Analyse des conflits récents survenus aux usines Renault de Billancourt depuis 1981 au sein de la population immigrée, Contrat de connaissance CNRS/RNUR, janvier 1986, 300 p.

Wihtol de Wenden C., Body-Gendrot S., 2003. Police et discriminations. Le tabou français. Paris, L’Atelier.

Wihtol de Wenden C., Body-Gendrot S., 2014. Policing migrations in Inner cities in France, Britain, and the US. Londres, Palgrave.

Wihtol de Wenden C., Gastaut Yvan, 2013. Frontières. Dossier thématique. Hommes et migrations [En ligne], n° 1304. DOI: https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.2624

Wihtol de Wenden C., Leveau R., 2001. La beurgeoisie. Les trois âges de la vie associative en migration. Paris, CNRS Éditions (réédition « Poche » en 2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Wihtol de Wenden et Serge Weber, « Les migrations par l’enquête : rouvrir ses vieux cahiers »EchoGéo [En ligne], 65 | 2023, mis en ligne le 31 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/26068 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.26068

Haut de page

Auteurs

Catherine Wihtol de Wenden

Serge Weber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search