Navigation – Plan du site

Accueilnumeros66Sur le champLa valeur des territoires au Brés...

Sur le champ

La valeur des territoires au Brésil : le cas des favelas de Rio de Janeiro

The value of territories in Brazil: The case of Rio de Janeiro's favelas
Michael Chetry

Résumés

Les processus de financiarisation de l’espace urbain conduisent à un intérêt croissant pour les questionnements sur la valeur des territoires. La perspective économique privilégie la valeur monétaire de l'espace, autrement dit sa valeur d’échange. Cet article, au contraire, propose une approche sociale de la valeur de l'espace qui concentre l'attention sur sa valeur d’usage. Son analyse de la valeur de l'espace à partir de plusieurs de nos enquêtes dans les favelas de Rio de Janeiro, mobilise les apports de la notion de territoire. Il en ressort que les favelas sont des territoires revêtant de multiples valeurs qui diffèrent en fonction de leurs caractéristiques, des usages et des représentations que s’en font les acteurs en présence. Cette approche par la valeur des territoires se révèle particulièrement riche pour éclairer les dynamiques de marchandisation de l'espace qui sont à l'œuvre. Le cas des favelas, perçues dans le sens commun comme étant sans valeur, met en évidence les rapports de forces autour de l’appropriation des lieux et les freins opposés à la domination capitaliste de l'espace.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article propose une réflexion sur la valeur des territoires à partir du cas des favelas de Rio de Janeiro au Brésil. Il interroge la notion de valeur dans ses multiples formes (économiques, sociales, culturelles, etc.) en considérant les différents acteurs qui agissent sur et dans ces territoires (habitants, entreprises, gestionnaires urbains, politiques, groupes criminels, etc.). Les favelas ont toujours été perçues dans les discours et les représentations dominantes comme des lieux illégaux, précaires, désordonnés, dangereux, pauvres, etc., bref comme des territoires sans valeur. Cet article cherche à comprendre en quoi les favelas, tout du moins certaines, au-delà des représentations négatives persistantes revêtent une valeur ou plutôt des valeurs. Il s’agit aussi de mettre en lumière le processus de marchandisation des territoires, ses ressorts et ses limites, déjà dénoncé par Henri Lefebvre dans son ouvrage Le droit à la ville en 1968 et amplifié depuis, comme en témoigne les dynamiques actuelles de financiarisation de l’espace urbain.

2Ce texte combine une approche factuelle, fondée notamment sur nos enquêtes, et une interprétation théorique à partir des théories de la valeur. Dans un premier temps, il montre que la favela est un espace qui se constitue, avant toute chose, comme valeur d'usage. Il présente ensuite de brèves considérations théoriques sur une approche spatiale de la notion de valeur, notamment de la valeur des territoires. Nous verrons qu’au-delà de la dimension économique de la valeur d’échange, les territoires revêtent en effet différentes formes de valeurs, qui varient en fonction des acteurs et qui peuvent évoluer dans le temps. Enfin, et à partir de nos travaux de recherche, le texte analyse les multiples processus sous-jacents à la création de la valeur des favelas, tout comme les limites à leur valorisation.

La favela : par nature, un espace de valeur d'usage

3La favela répond d’abord à la nécessité d’une partie de la population de se loger et de se fixer dans la ville. Les favelas sont le résultat du processus d’urbanisation intense et inégalitaire qu’a connu le Brésil. En 40 ans, entre 1940 et 1980, la population urbaine est passée de 26 % à 68 %, concentrée notamment dans les grandes villes du Sudeste qui abritaient le développement économique et industriel du pays. À l’énorme demande de logements s’ajoutent les bas salaires inhérents au processus d’industrialisation périphérique et l’insuffisance de politiques publiques de l’habitat pour conduire les populations pauvres à occuper les espaces non bâtis, situés dans des zones à risques et dépourvus d’infrastructures, et y construire leurs logements, contribuant ainsi à l’expansion des favelas. Comme le rappelle Milton Santos (2008), les favelas s'implantent toujours sur des terrains impropres à la construction : les mornes, les terrains marécageux, les décharges. Historiquement, la favela est donc pour les populations pauvres un moyen de s’insérer dans la ville, d’intégrer le marché du travail et d’accéder aux ressources urbaines (Leeds et Leeds, 1978 ; Valladares, 1980), dans un contexte où elles n’ont pas accès au marché immobilier formel et où les rares politiques de logement public se déroulent à la périphérie des grandes villes, loin du centre-ville. Cela est manifeste à Rio de Janeiro où le centre concentre les emplois, les services, les commerces, les transports et les loisirs offerts.

4Il existe ainsi un lien direct entre la croissance des favelas et la localisation des emplois. L’installation dans la favela vise la proximité du marché du travail dans un contexte où les déplacements peuvent être longs et onéreux. Ainsi, les favelas situées dans les parties centrales et valorisées de la ville, comme par exemple Pavão-Pavãozinho ou Coroado où nous avons enquêté, sont nées en même temps que les quartiers résidentiels dans lesquels elles se trouvent, bon nombre des habitants de ces favelas ayant travaillé à la construction de ces quartiers. L’environnement de ces favelas offre également un marché du travail particulièrement adapté pour les habitants, avec de nombreuses activités dans les commerces et les services : vendeurs, livreurs ou serveurs, employées domestiques, gardiens d'immeuble, et beaucoup d'autres emplois peu qualifiés du secteur tertiaire. Ainsi, les habitants de Coroado, travaillent principalement dans les quartiers aisés alentours de la Zone Sud, à l’instar de ces habitants qui vivent du commerce ambulant. Mauricio Abreu a aussi montré qu’au cours de la phase d’industrialisation intensive de Rio de Janeiro (1930-1960), l’expansion des favelas coïncide avec les lieux d’implantation des usines dans les faubourgs et près des grands axes de transport comme l’Avenida Brasil, faisant de « l’association occupation industrielle/apparition de favelas, une des caractéristiques les plus marquantes de cette période » (Abreu, 2013, p. 107). Au total, les habitants travaillent pour beaucoup dans leur propre zone de résidence, indépendamment de la localisation de la favela dans l’espace social de la ville (Abramo et Faria, 1998 ; Parisse apud Abreu, 2013). L'emploi demeure un motif important d'installation dans bon nombre de favelas, comme à Coroado où plusieurs habitants qui vivaient auparavant dans quartiers ou des favelas distants du centre s'y sont installés pour se rapprocher de leur travail (Chétry, 2010).

5Résider dans une favela assure donc son ancrage dans la ville, mais aussi celui des générations futures. La « propriété » apporte en effet une relative sécurité en constituant un patrimoine qui peut être transmis à la famille. La flexibilité de l’auto-construction permet l'agrandissement de la maison via la construction d’étages supplémentaires, en fonction de l’évolution de la famille et des différentes phases du cycle de vie familial, même si les possibilités sont aujourd’hui plus limitées à mesure de la consolidation et la verticalisation des favelas. Ainsi, la laje, c’est-à-dire la dalle qui sert de toit, ouvre de grandes possibilités en termes d’héritage familial, mais aussi de réserve économique et d’espace de loisir et de réunion (Barbosa et Souza e Silva, 2003). Être propriétaire dans la favela permet aussi de faire des économies (loyers, impôts et charges éventuels, coûts et temps de transport, etc.) et rend possible la dépense dans d’autres domaines : l’éducation et la santé, y compris en recourant à des services privés, les vêtements, l’alimentation, mais aussi les biens de consommations (télévision, voiture), les loisirs, ou encore la réalisation d’un projet résidentiel. C’est le cas d’une habitante de Nova Holanda qui peut ainsi payer l´école et l'assurance santé de ses deux filles, ou de cet autre habitant qui peut économiser de l'argent afin de pouvoir acheter sa maison dans un quartier voisin. L’accès à la propriété est d’ailleurs une des principales raisons avancées par les habitants pour venir s’installer dans la favela.

Illustration 1 - Verticalisation des constructions à Coroado

Illustration 1 - Verticalisation des constructions à Coroado

Auteur : M. Chétry, 2006.

6Dans bon nombre de favelas, il existe, certes, des situations de fortes vulnérabilités sociales, urbaines et environnementales, et l’expérience de la vie quotidienne se fait au prix de nombreuses difficultés. Mais, en tout état de cause, comme l’affirment Barbosa et Souza e Silva (2003, p. 124), « les favelas représentent la maximisation des possibilités économiques, culturelles et sociales, réalisée par les pauvres pour habiter la ville ».

7De fait, les favelas s'expliquent avant tout par leur valeur d'usage pour leurs habitants. Mais ce constat parait insuffisant pour comprendre leur évolution et leur place dans l'espace urbain. Il apparaît donc nécessaire de recourir à une approche théorique de la valeur de l'espace.

Valeur de l'espace, valeur des territoires

L’espace : de la valeur d’usage à la valeur d’échange

8Selon l’analyse économique, à la suite des travaux de Smith, de Ricardo et surtout de Marx, il est admis que le terme valeur a deux significations distinctes : la valeur d'usage, qui renvoie à l’utilité d’un objet et qui se réalise dans sa consommation, et la valeur d'échange qui renvoie à la possibilité que la possession de cet objet ouvre d’acheter un autre objet. Cette différenciation traduit une distinction entre une conception subjective, qualitative, de la valeur d’usage qui renvoie aux besoins et désirs humains et une conception objective, quantitative, de la valeur d’échange qui « s’apparente à une transaction visant à acquérir une certaine quantité de valeurs d’usage contre une certaine somme d’argent » (Harvey, 2020, p. 53).

9Appliquée à l’espace, cette conception prend une signification particulière. Antérieurement à la société capitaliste, l’espace (le sol) n’est pas encore perçu comme une marchandise : il n’avait, pour ainsi dire, pas de valeur d’échange mais seulement une valeur d’usage. Avec l’expansion du capitalisme et la généralisation des échanges, l’espace se transforme en marchandise et se dote d’une valeur d’échange. Dans cette optique, R. Brunet parle de mise en valeur de l’espace au sens de « porter un espace non marchand au rang d'une valeur, négociable, qui entre enfin dans l'économie marchande, et peut devenir marchandise » (Brunet et al., 1993, p. 332).

10Pour Henri Lefebvre (2000), la production de l’espace dans la société capitaliste est marquée par la contradiction entre valeur d’usage et valeur d’échange, ce qui renvoie à deux dimensions de l’espace opposées et articulées l’une à l’autre : l’espace social (concret), celui de la valeur d’usage, produit de la vie quotidienne et marqué par le vécu, se confronte à l’espace abstrait, lié à la valeur d’échange, qui correspond à l’intégration de l’espace aux pratiques économiques et politiques capitalistes. La production de l’espace génère des conflits, qui sont « le produit de la contradiction entre l’espace vécu comme valeur d’usage et l’espace qui se produit comme valeur d’échange » (Carlos, 2006, p. 286). Toutefois, l’accumulation capitaliste fait que la valeur d’échange de l’espace prend le pas sur sa valeur d’usage (Haesbaert, 2010).

11En dehors de l’approche matérialiste, la notion de valeur spatiale a été peu explorée dans les sciences sociales, en particulier chez les géographes. En France, cet intérêt se réduit le plus souvent à une entrée dans les encyclopédies et dictionnaires spécialisés. Comme le souligne Berdoulay (1995), chez les géographes français, la question des valeurs liées à l’espace, bien que perçue comme essentielle, a été diluée dans les préoccupations plus larges. Le constat est que les valeurs contribuent à différencier et à structurer l’espace géographique, certains espaces ayant plus de valeur que d’autres (Berdoulay, 1995). Lussault parle de valeur spatiale qu’il définit comme « l’ensemble des qualités socialement valorisables d’un espace » (Levy et Lussault, 2013, p. 1065). Le prix est une forme d’expression de la valeur spatiale, mais celle-ci ne doit pas être réduite à son évaluation immobilière. Chez les géographes brésiliens, on retrouve une approche similaire de la valeur de l’espace comme valorisation. Moraes e Costa (1987) entendent comme valeur de l’espace les qualités d’un espace déterminé, qu’elles soient relatives (localisation, proximité à quelque chose, etc.) ou objectives (ressources naturelles, travail incorporé, objets géographiques, etc.), qui donnent un certain prix à sa propriété (Costa, 2021, p. 27).

12On retrouve dans ces approches la distinction entre valeur d’usage et valeur d’échange de l’espace. Mais l’analyse peut être enrichie par l’intermédiaire de la notion de territoire.

Les valeurs des territoires

13Au sens large, « le territoire peut être défini comme la portion de la surface terrestre appropriée par un groupe social pour assurer la reproduction et la satisfaction de ses besoins vitaux » (Le Berre, 1995). Pour ce faire, un groupe social entreprend des actions que Maryvonne Le Berre nomme les pratiques du territoire. De fait, s’intéresser à la valeur des territoires implique de prendre en compte les usages et pratiques de l’espace des individus. Comme le rappelle Topalov à propos de la rente urbaine, « il serait commode, d'un point de vue méthodologique, de commencer toute analyse des processus de différenciation spatiale des valeurs d'usage urbaines par une étude des pratiques spatiales des différents groupes sociaux » (Topalov, 1984, p. 211). La valeur d’un territoire est donc fonction de ses usages et de ses pratiques par les groupes humains pour répondre à leurs besoins fondamentaux. Parmi les principaux usages d’un territoire, usages distincts et parfois contradictoires, Brunet et al. (1993) distinguent l’appropriation (prise de possession), l’exploitation (utilisation des ressources et des qualités), l’habitation (construire un abri, se loger).

14Une autre dimension fondamentale du territoire (et de sa valeur) est du domaine du symbolique et des représentations. Comme le souligne Guy Di Méo, le territoire témoigne d’une appropriation collective de l’espace selon des modalités économiques, idéologiques et politiques, à la fois matérielle et symbolique (Di Méo, 2014). De même, pour Roger Brunet et Hervé Théry (2003), la notion de territoire est à la fois juridique, sociale, culturelle, et même affective, et le territoire implique aussi les sentiments d’appartenance et d’appropriation. L’appropriation du territoire s’exprime donc aussi en des idéologies, en des représentations, qui valorisent l’espace et spatialisent les valeurs (Levy et Lussault, 2013). En d’autres termes, les représentations dont relève le territoire confèrent à la valeur de l’espace une dimension symbolique, affective. C’est ainsi que les représentations associées à un territoire peuvent constituer un critère de localisation pour certains groupes sociaux : « leur rapport à l'espace est symbolique, certaines valeurs sont liées à une zone de l'espace qui devient un symbole de l'identité du système culturel, c'est-à-dire du groupe lui-même (...) » (Topalov, 1984, p. 190).

15La notion de territoire, en renvoyant à l’analyse des usages et des représentations associés à l’espace, met donc l’accent sur les acteurs qui font ces territoires. Dès lors, la valeur d’un territoire diffère selon les individus ou les groupes en fonction des besoins et des objectifs de chacun et, par conséquent, évolue aussi dans le temps. La valeur d’usage d’un logement, par exemple, n’est ni la même pour tous, ni constante dans le temps : « Célibataires instables, jeunes couples, personnes âgées, retraités, infirmière, jardinier, etc., tous ont différentes nécessités et consomment des aspects différents de l’habitation en quantité différente dans leur vie quotidienne. Chaque individu et groupe déterminera, différemment, la valeur d’usage » (Harvey, 1980, p. 134). D’autre part, les différentes valeurs attribuées à des espaces n'ont rien de naturel, elles ont un caractère historique : « La valeur d’un espace est celle que les individus, les groupes et les organisations, dans un contexte historique donné, y projettent et y fixent, en raison même de l’état dans la société donnée, des systèmes des qualifications des valeurs sociales » (Levy et Lussault, 2013, p. 1065). Ainsi, la valeur d’un territoire évolue dans le temps. Elle peut varier en fonction des mutations que connaissent les territoires, les individus ou les groupes qui y développent de nouveaux usages créant ainsi de nouvelles valeurs. On peut mentionner, par exemple, l’évolution des valeurs affectées à des aménités naturelles. Ainsi, à Rio de Janeiro, la plage est passée d’un espace à éviter à un espace prisé pour l’exercice physique et les activités récréatives en fonction des transformations socioculturelles de la classe dominante carioca qui fuyait naguère le soleil pour préserver le teint pâle, typique de l’élite. Cette évolution de la valeur attribuée à un espace dans le temps trouve une expression directe dans sa valeur échange, qui peut subir de fortes hausses suite à des spéculations ou des baisses brutales lorsque l’environnement se dégrade (Brunet et al., 1993).

16Ainsi, la notion de territoire, en révélant les dimensions matérielles et symboliques de l’appropriation de l’espace, invite à considérer les différents usages et représentations qu’en font les acteurs qui y vivent et qui agissent sur lui à un instant donné. Il faut donc envisager, à partir de maintenant, non plus la valeur de l’espace mais les valeurs de l’espace.

Les favelas, de la valeur marchande à la valeur symbolique

La valeur marchande des favelas

17Au-delà de leur valeur d'usage, les favelas ont aussi une valeur marchande, autrement dit une valeur d’échange dont témoigne un marché immobilier très dynamique dans certaines d’entre elles.

18Ce marché immobilier est chose déjà ancienne. Dès le début du siècle dernier, dans les premières favelas de Rio de Janeiro, l’accession à un logement pouvait se faire par le marché, et notamment la location, bien que cette forme fût alors encore très minoritaire face à l’occupation d’un terrain et l’auto-construction (Chétry, 2005 ; Gonçalves, 2011). Aujourd’hui, à Rio de Janeiro comme dans les autres grandes villes brésiliennes, l’accès au logement dans les favelas se fait prioritairement via le marché immobilier. Abramo (2020) montre que près de 80 % des logements en vente dans les favelas de Rio de Janeiro en 2018 ont été achetés via le marché immobilier informel. Alors que la densification des favelas réduisait les terrains disponibles, l’arrêt des politiques d’éviction à partir des années 1980 a produit un sentiment de sécurité qui a incité les habitants à investir dans l’amélioration des constructions (Cavalcanti, 2009).

Illustration 2 - Maison à vendre, Vigário Geral

Illustration 2 - Maison à vendre, Vigário Geral

Auteur : M. Chétry, 2003.

19Ce marché immobilier informel prend la forme de ventes, mais plus fréquemment de locations, notamment dans les favelas les mieux localisées. Dans notre enquête de terrain réalisée en 2003 dans la favela de Pavão-Pavãozinho, située dans le quartier prisé de Copacabana et où la demande est importante, la location concernait la majorité des logements sur le marché. À Nova Holanda, autre favela que nous avons étudiée, près d’un tiers des logements de la favela est en location (Redes da Maré, 2019). Le phénomène n’a fait que s’amplifier puisque selon une étude récente menée dans huit favelas de Rio de Janeiro, la location représente aujourd’hui 83 % des biens sur le marché (Abramo, 2020). Le fonctionnement de ce marché immobilier varie en fonction des favelas, de leur diversité sociale et physique, que ce soit en termes de localisation, de morphologie, du niveau d’infrastructure et d’équipement. Ainsi, nous avons pu observer au cours de nos enquêtes que les favelas, comme Vigário Geral par exemple, qui présentent un degré de violence élevé, sont éloignées du centre-ville et où les conditions de vie sont plus précaires, connaissent un marché immobilier peu dynamique, marqué par l’offre, peu de location et des bas prix. A l’opposé, dans les favelas bien localisées, comme Pavão-Pavãozinho ou Coroado, qui sont aussi les plus consolidées, le marché se caractérise par une demande forte et des prix relativement élevés, pouvant être supérieurs à ceux d’autres quartiers de la ville (Chétry, 2003 ; 2010).

20Par ailleurs, les logements peuvent se valoriser ou se dévaloriser dans le temps en fonction d’une amélioration ou d’une dégradation de l’environnement ou de la favela. Par exemple à Rio de Janeiro, on le verra, l’occupation permanente par la police de certaines favelas situées dans les quartiers aisés à l’occasion de la Coupe du Monde de Football en 2014 et des JO en 2016 (les Unités de Police Pacificatrice, UPP), y a provoqué une hausse des prix. De nombreux exemples ont montré les effets qu’a la spéculation immobilière sur le maintien sur place ou non des habitants. Certains d’entre eux, propriétaires ou locataires, quittent leur logement, incités par le profit qu'ils pourront tirer de sa vente ou contraints par la hausse des loyers. Ils s’installent dans une partie moins valorisée de la favela, ou plus souvent, dans un quartier ou une autre favela plus distante. À Pavão-Pavãozinho, où le coût de la vie est relativement élevé, des habitants ont fait le choix de partir s’installer en périphérie, où la vie est moins chère, quitte à passer beaucoup de temps dans les transports pour se rendre au travail (Chétry, 2003).

21Le marché immobilier dans les favelas est avant tout le fait des habitants qui vendent leur maison ou construisent un étage supplémentaire. Certains d’entre eux se transforment en petits promoteurs, rachetant des maisons dans leur favela pour aménager des logements et les mettre en location. En 2018, 40 % des propriétaires interrogés dans plusieurs favelas de Rio de Janeiro ont plusieurs logements à louer dans la favela où ils vivent (Abramo, 2020). Dans certaines favelas, comme la célèbre Rocinha, apparaissent depuis quelques années des agences immobilières, quand bien même la grande majorité des transactions de location se fait encore directement avec le propriétaire (Abramo, 2020). De plus, ce marché immobilier suscite l’intérêt des groupes criminels et notamment des milices, organisations mafieuses qui ont récemment étendu leur domination dans les favelas et les quartiers périphériques de Rio de Janeiro. Ces groupes y opèrent comme des promoteurs immobiliers, s’approprient des maisons dont ils ont expulsé les habitants ou des espaces libres (y compris les places, les voies publiques et même des aires protégées) pour y édifier des bâtiments résidentiels ou commerciaux dont la qualité de construction est peu fiable (GENI et al., 2021). Ils font usage de la force et de la violence et peuvent compter sur des appuis dans l’administration publique. Ainsi, la favela, à l’origine réduite à sa valeur d’usage gagne une valeur d´échange.

Les favelas, des espaces de marché

22La favela ne se résume donc pas à un usage résidentiel. Elle constitue aussi une opportunité d’emplois et de revenus (Barbosa et Souza e Silva, 2003 ; Valladares, 2006). Au rez-de-chaussée des bâtiments, les échoppes vendant au détail des produits de première nécessité, les bars et les salons de coiffure et de beauté font partie du paysage typique des favelas, à l’instar d’autres quartiers populaires. Certaines favelas, notamment les plus grandes et les plus consolidées, disposent de commerces et de services nombreux et diversifiés, et constituent un important marché de consommation. Nova Holanda, par exemple, comptait plus de 300 établissements commerciaux en 2014, composés pour deux tiers de commerces et un tiers de services (Redes da Maré, 2014). Aux côtés des petits commerces traditionnels, on y trouve des magasins de vêtements et de bricolage, des petits supermarchés, des boulangeries, des snacks, des pharmacies, des boutiques de téléphone, mais aussi des salles de sport, des restaurants, des agences de voyage ou encore des garagistes et réparateurs en tout genre. Des médecins, des dentistes et des laboratoires d'analyse sont aujourd'hui présents dans certaines favelas comme Nova Holanda. De même, des écoles privées plus ou moins improvisées y voient le jour comme alternatives aux équipements scolaires publics.

Illustration 3 -Commerces à Rio das Pedras

Illustration 3 -Commerces à Rio das Pedras

Veuillez noter un magasin de matériaux de construction au premier plan et un supermarché au second plan.

Auteur : M. Chétry, 2003.

23Les commerces sont aussi une source significative d’emplois et de revenus pour les habitants, faisant des favelas un lieu de travail. Dans le Complexe de la Maré, où se situe Nova Holanda, les trois quarts des employés des établissements commerciaux sont des résidents, le plus souvent en lien de parenté avec le propriétaire (Redes da Maré, 2014). Ces activités fonctionnant dans l'informalité, leurs emplois sont précaires et instables, impliquant des revenus faibles et irréguliers. Leur existence témoigne néanmoins de la vitalité économique des favelas et du marché de consommation et d’emploi notable que constituent certaines d’entre elles.

24La favela exerce d’ailleurs une attractivité au-delà d’elle-même. Ainsi, l’occupation par la police – les UPP – a stimulé l’arrivée d’investisseurs extérieurs et la marchandisation des favelas concernées : « le dispositif de militarisation des favelas a permis (et efficacement) leur reconfiguration en tant que nouveaux territoires pour le marché » (Leite, 2017, p. 10). À Santa Marta, par exemple, une favela située dans un quartier aisé de la ville, l’amélioration de la sécurité a conduit de grandes enseignes d’électro-ménager et des banques à ouvrir des franchises (Ost et Fleury, 2013). La sécurisation a également entraîné une touristification de certaines favelas, qui ont intégré les circuits touristiques officiels de la ville (Ost et Fleury, 2013), avec là aussi de nombreux impacts sur la vie locale comme l’implantation d’auberges et de bars destinés aux touristes étrangers, ce qui a intensifié la spéculation immobilière déjà évoquée.

25La présence policière a aussi rendu possible la légalisation de services autrefois largement clandestins, comme l’eau, l’électricité ou la télévision par câble, et la formalisation de certains commerces (Ost et Fleury, 2013). Cette régularisation répond aux intérêts des entreprises gestionnaires pour lesquelles les favelas « pacifiées » deviennent un marché attractif. L’amélioration de la qualité du service qui l’accompagne se limite aux opérateurs privés, laissant de côté d’autres infrastructures de base, comme l’assainissement par exemple, qui restent précaires par rapport aux autres quartiers. Par ailleurs, la formalisation augmente les coûts pour certains services et se répercute sur les prix pratiqués par les commerçants indirects. Cela impacte les budgets des ménages et crée pour certains un risque d’insolvabilité.

26Enfin, il convient d'évoquer la valeur économique que représentent les favelas pour les groupes criminels. Ces acteurs, tirent une grande partie de leurs revenus de la domination qu’ils exercent sur ces territoires dès lors qu’ils s’y sont implantés qu’ils peuvent les exploiter (Chétry, 2014). À Rio de Janeiro, les favelas ont toujours été un lieu d'ancrage privilégié des réseaux illégaux, mais le développement du trafic de drogue à partir des années 1980 a marqué un tournant dans leur contrôle par les gangs. Aujourd’hui, les factions du trafic de drogue sont concurrencées par les milices évoquées plus haut, des groupes paramilitaires qui investissent manu militari les favelas et les quartiers populaires de la périphérie urbaine sous prétexte d’y garantir la sécurité. La puissance de ces groupes passe par le contrôle du territoire et sa défense face aux intrusions de groupes rivaux ou de la police, contrôle facilité par la trame viaire labyrinthique des favelas, formée de ruelles étroites, sinueuses, et d’escaliers.

27Milices et factions sont ainsi devenues des organisations aux multiples intérêts et activités dont la rentabilité dépend de la capacité à maintenir leur domination sur la favela. Ils exercent ainsi, de manière parfois violente, parfois paternaliste, un contrôle strict sur la population et le territoire. Cela va de la distribution de denrées de première nécessité ou du financement d’équipement à la surveillance des allées et venues, voire la restriction des circulations, l’imposition de règles de conduites ou encore le contrôle de l’association des habitants, comme à Nova Holanda (Chétry, 2010). Au cours du temps, ces groupes ont étendu leur influence au marché lucratif des services plus ou moins légaux dans les favelas. Par exemple, ils imposent des taxes aux coopératives de transports alternatifs, prélèvent une contribution sur la vente des bouteilles de gaz et contrôlent les réseaux clandestins de télévision par câble et internet. Les milices rançonnent les habitants et les commerçants en exigeant d’eux une cotisation en échange de leur protection et, comme on l’a vu, elles participent au marché immobilier illégal en édifiant dans les favelas des constructions destinées au logement ou au commerce. Ainsi, bien que certains de leurs revenus proviennent de l’extérieur, ces groupes criminels sont fortement tributaires du contrôle qu’ils exercent sur les favelas et leurs habitants.

La valeur symbolique des favelas

28Outre leur valeur marchande, les favelas revêtent aussi une valeur symbolique, positive ou négative, pour les habitants comme pour les personnes extérieures.

29Les conditions de vie difficiles ne sont pas incompatibles avec un profond attachement et une forte identification des habitants au lieu de résidence (Chétry, 2010). La grande majorité des habitants interrogés au cours de nos enquêtes éprouvent un fort sentiment d'appartenance à la favela dans laquelle ils vivent. Pour nombre d’entre eux, c'est l'endroit qu'ils connaissent le mieux, où ils ont toujours vécu ou passé la plus grande partie de leur vie et qui est dépositaire de l’histoire familiale. Ce sentiment d’appartenance a pour origine l’intensité des relations résultant du mode d’installation. Il s’appuie sur les réseaux de connaissances et/ou sur la décohabitation sur place des générations successives. La favela constitue ainsi un espace de grande interconnaissance, un lieu de convivialité et de « chaleur humaine » : l’expérience de vie commune, un sentiment de subir à égalité des conditions socio-économiques difficiles, le partage de valeurs comme le travail, l’entraide et l’engagement, tout cela fait naître la conscience d’appartenir à un même groupe social et trouve une expression dans le mot de communauté, largement utilisé par les habitants pour désigner leur favela. L’image de solidarité et de cohésion véhiculée par ce terme est pourtant à relativiser à la vue des clivages sociaux et des conflits internes, et aussi parce que les réseaux d’entraide sont souvent restreints à la sphère familiale et amicale proche. Autre trait important, l’identification à la favela se fait par opposition au reste de la ville. D’une part, elle se fonde sur la construction de l’altérité, c’est-à-dire d’une différence entre « nous » et les « autres ». D’autre part, la familiarité découlant de la promiscuité des relations contraste avec l'anonymat dominant dans le reste de la ville. Enfin, l'identification à la favela varie en fonction des trajectoires individuelles et/ou des pratiques plus ou moins intenses que les habitants ont avec le reste de la ville. Elle peut aussi être vécue comme une forme d’emprisonnement, en particulier par ceux qui ont une vie quotidienne tournée vers l’extérieur et qui expérimentent le décalage spatial et social existant entre l’espace de résidence et celui des sociabilités. C’est notamment le cas d’une habitante de Nova Holanda qui a habité une dizaine d’années dans un autre quartier avant de revenir s’y installer, ou cet habitant de Coroado qui passe la plupart de son temps en dehors de la favela pour son travail et ses études. Dans les deux cas, l’identification se fait davantage à la ville qu’à leur favela.

30À l’opposé, les favelas sont perçues de l’extérieur comme un symbole de violence, d’insécurité et de délinquance. Les représentations négatives sont si puissantes qu’elles impactent le marché immobilier alentour et dévalorisent les logements situés près des accès des favelas ou ayant une vue dégagée sur celles-ci, la proximité représentant un risque d’être atteint par une balle perdue lors d’affrontements entre gangs rivaux ou avec la police. Cette dévalorisation de l’immobilier environnant est particulièrement significative lorsque la favela est localisée dans un quartier très valorisé où vivent les classe moyennes et supérieures, comme c’est le cas de Pavão-Pavãozinho, situé au cœur de la Zone Sud, à la frontière entre les quartiers de Copacabana et Ipanema (Chétry, 2003). Enfin, les habitants de certaines favelas réputées violentes, à l’exemple de Nova Holanda, se heurtent à des discriminations à l'embauche ou dans les magasins. Pour se prémunir de ces préjugés à leur encontre, certains évitent alors de mentionner le nom de leur favela, préférant indiquer le quartier voisin de Bonsucesso, plus neutre dans l’imaginaire sociale de la ville, ou renseigner l’adresse d’un proche habitant dans un quartier formel (Chétry, 2010).

Conclusion

31La favela apparaît bien comme un espace de valeur ou plutôt de valeurs : valeur d’usage, valeur marchande, valeur économique, valeur symbolique. Ces valeurs se différencient en fonction des pratiques et des représentations des différents acteurs (les habitants, les bailleurs informels, les commerçants, les acteurs économiques extérieurs, les groupes criminels armés, etc.), mais aussi en fonction des favelas elles-mêmes et leurs caractéristiques (taille, topographie, localisation, ancienneté, niveau d’urbanisation, degré de violence, etc.).

32En introduisant une dimension temporelle, cette réflexion, invite par ailleurs à porter le regard sur la mise en valeur de ces territoires, c’est-à-dire sur le processus qui fait entrer un espace non marchand dans l’économie marchande (Brunet, 1993), et permet de révéler ainsi les supports mais aussi les freins à la marchandisation de l’espace. De ce point de vue, on peut observer dans certaines favelas, en lien avec une amélioration de la sécurité ces dernières années, une amplification des dynamiques de spéculation immobilière, de régularisation des services urbains, et d’ouverture au marché. La marchandisation de ces territoires progresse. Toutefois, l’entrée des entreprises et des investisseurs extérieurs est freinée par l'irrégularité foncière, la précarité des services urbains et la dégradation de la sécurité une fois les méga-événements passés. Interpréter les politiques menées dans les favelas, et plus généralement dans les quartiers précaires, sous l’angle de la marchandisation de ces territoires est ainsi une perspective efficace. En effet, de nombreux programmes de régularisation foncière de par le monde ont eu pour principal objectif « de défaire les nœuds qui reliaient certaines portions du territoire à des communautés traditionnelles ou à faible revenu, et ainsi permettre d’assurer leur libre circulation en tant qu’actifs sur le marché » (Rolnik, 2015, p. 203). De manière identique, la politique de pacification menées dans les favelas, a permis d’ôter une des principales entraves à l’ouverture des favelas au marché, à savoir l’insécurité.

33Finalement, le cas des favelas montre la richesse d’une approche par la valeur des territoires pour penser les dynamiques et les conflits liés à la marchandisation de l’espace. Comme l’affirme de nouveau Raquel Rolnik « les bidonvilles du monde entier ont en commun le fait de constituer des zones d’indétermination entre légal/illégal, planifié/non planifié, formel/informel, dedans/dehors, présence/absence de l’Etat, configurant un vaste territoire de réserve, capable d’être capturé le moment venu » (Rolnik, 2015, p. 174). C’est sans doute dans ces espaces, qu’on observe le mieux les processus de mise en valeur des territoires, mais aussi et surtout les rapports de forces et les résistances aux dynamiques de marchandisation de l’espace.

Haut de page

Bibliographie

Abramo P., 2020. A nova informalidade urbana e o mercado informal de alugueis. Seminário Internacional Moradia de aluguel na América Latina: Estado, finanças e mercados populares, 14-23 septembre 2020, USP.

Abramo P., Faria T. C., 1998. Mobilidade Residencial na cidade do Rio de Janeiro: considerações sobre os setores formal e informal do mercado imobiliário. Encontro de estudos populacionais, Belo Horizonte, ABEP, p. 421-456.

Abreu M., 2013. A Evolução Urbana do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, IPP.

Barbosa J., Souza e Silva J., 2013. As favelas como territórios de reinvenção da cidade. Cadernos do Desenvolvimento Fluminense, n° 1, p. 115-126 [Accessible en ligne]. URL: https://observatoriodeeducacao.institutounibanco.org.br/api/assets/46206768-ddd6-4b3d-998c-849d48bde80b/

Berdoulay V., 1995. Les valeurs géographiques. In Bailly A., Ferras R., Pumain D. (ed.), Encyclopédie de géographie. Paris, Economica, p. 385-402.

Brunet R., Ferras R., Théry H. (ed.), 1993. Les mots de la géographie. Dictionnaire critique. Reclus, La Documentation française.

Carlos A., 2006. Espaço-Tempo na Metrópole. São Paulo, Ed. Contexto.

Cavalcanti M., 2009. Do barraco à casa. Tempo, espaço e valor(es) em uma favela consolidada. Revista Brasileira de Ciências Sociais, vol. 24, n° 69, p. 69-80 [Accessible en ligne]. URL: https://www.scielo.br/j/rbcsoc/a/zdwmQ4hj8MTLkhYSJMS4QdS/?format=pdf&lang=pt

Costa B., 2021. Forma valor e valorização do espaço: notas para um debate na geografia crítica. GeoTextos [En ligne], vol. 17, n° 2, p. 13-36. URL: https://periodicos.ufba.br/index.php/geotextos/article/view/46438/25649 - DOI: https://doi.org/10.9771/geo.v17i2.46438

Di Méo G., 2014. Introduction à la Géographie sociale. Paris, Armand Colin.

Grupo de Estudos dos Novos Ilegalismos, Observatório das Metrópoles, 2021. A expansão das milícias no Rio de Janeiro: uso da força estatal, mercado imobiliário e grupos armados [Accessible en ligne]. URL: https://www.observatoriodasmetropoles.net.br/wp-content/uploads/2020/12/Relatorio-Parcial_A-expansao-das-milicias-no-Rio-de-Janeiro_FINAL.pdf

Haesbaert R., 2010. Território e multiterritorialidade: um debate. GEOgraphia, vol. 9, n° 17, p. 19-46.

Le Berre M., 1995. Territoires. In Bailly, A., Ferras, R., Pumain, D. (ed.), Encyclopédie de géographie. Paris, Economica, p. 617-638.

Leeds A., Leeds E., 1978. A sociologia do Brasil urbano. Rio de Janeiro, Zahar editores.

Lefebvre H., 2000. La production de l’espace. Paris, Anthropos. 4ème ed.

Leite M. P., 2017. State, market and administration of territories in the city of Rio de Janeiro. Vibrant: Virtual Brazilian Anthropology, vol. 14, n° 3, p. 1-22 [Accessible en ligne]. URL: https://www.scielo.br/j/vb/a/FjcHstppNqNRfRyjNQNqQRd/?lang=en

Lussault M., 2003. Valeur spatiale. In Lévy J., Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris, Belin, p. 973-974.

Harvey D., 2020. Les limites du capital. Paris, Amsterdam.

Harvey D., 1980. A justiça social e a cidade. São Paulo, Hucitec.

Ost S., Fleury S., 2013. O Mercado Sobe o Morro. A Cidadania Desce? Efeitos Socioeconômicos da Pacificação no Santa Marta. Revista Dados, vol.3, n° 56, p. 635-671 [Accessible en ligne]. URL: https://www.redalyc.org/pdf/218/21828702006.pdf

Redes da Maré (org.), 2014. Censo de Empreendimentos Maré. Rio de Janeiro, Observatório de Favelas.

Redes da Maré (org.), 2019. Censo Populacional da Maré. Rio de Janeiro, Redes da Maré.

Rolnik R., 2015. Guerra dos lugares. A colonização da terra e da moradia na era das finanças. São Paulo, Boitempo.

Santos M., 2008. Manual de geografia urbana. São Paulo, Edusp, 3ème ed.

Soares Gonçalves R., 2011. Le marché de la location informelle dans les favelas de Rio de Janeiro et sa régularisation dans une perspective historique. Revue Tiers Monde, vol. 206, p. 21-36.

Topalov C. 1984. Ganancias y rentas urbanas. Madrid, siglo XXI.

Valladares L. P. (org.), 1980. Habitação em questão. Rio de Janeiro, Zahar.

Valladares L. P., 2006. La favela d'un siècle à l'autre. Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Verticalisation des constructions à Coroado
Crédits Auteur : M. Chétry, 2006.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/26133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Illustration 2 - Maison à vendre, Vigário Geral
Crédits Auteur : M. Chétry, 2003.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/26133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Illustration 3 -Commerces à Rio das Pedras
Légende Veuillez noter un magasin de matériaux de construction au premier plan et un supermarché au second plan.
Crédits Auteur : M. Chétry, 2003.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/26133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Chetry, « La valeur des territoires au Brésil : le cas des favelas de Rio de Janeiro »EchoGéo [En ligne], 66 | 2023, mis en ligne le 31 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/26133 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.26133

Haut de page

Auteur

Michael Chetry

Michael Chetry, michaelchetry@id.uff.br, Département de Géographie et Politiques Publiques, Université Fédérale Fluminense (Brésil). Il a notamment publié :
- Chetry M., 2016. A situação residencial da Nova Classe Média na metrópole do Rio de Janeiro: uma contribuição ao debate. Confins [En ligne], n° 27. URL: http://journals.openedition.org/confins/10870 - DOI: https://doi.org/10.4000/confins.10870
- Chetry M., Legroux J., 2015. Rio de Janeiro dans le contexte des méga-événements : le rôle des pouvoirs publics dans la ségrégation urbaine. Espace Populations Sociétés [En ligne], n° 2014/2-3. URL: http://journals.openedition.org/eps/5809 - DOI: https://doi.org/10.4000/eps.5809

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search