Navigation – Plan du site

Accueilnumeros66Sur l'écritMadagascar : la construction d’un...

Sur l'écrit

Madagascar : la construction d’une nation insulaire dans l’océan indien

Entretien avec Faranirina Rajaonah par Jean Marie Théodat
Faranirina Rajaonah et Jean Marie Théodat
Référence(s) :

Urfer S. (coord.), Beaujard P., Rajaonah F., et al.
Histoire de Madagascar : La construction d'une nation
2022 [nouvelle édition révisée et augmentée]. Paris, Hémisphères Éditions - Maisonneuve et Larose Nouvelles Éditions, 312 p.

Entrées d’index

Index par rubriques :

Sur l'écrit
Haut de page

Texte intégral

1Je me suis présenté chez elle pour un entretien autour de l’ouvrage Histoire de Madagascar. La construction d’une nation, (Nouvelle édition 2022 révisée et augmentée. Maisonneuve et Larose, Nouvelles éditions, Hémisphères éditions), pour le compte de la revue Echogéo. Pour préparer la rencontre elle me dit avoir consulté la revue en ligne. Elle y a pu lire des choses intéressantes en particulier à propos d'Haïti qu’elle connaissait mal. « Je me suis mise à jour entre-temps, pour préparer votre visite ».

Jean Marie Théodat (JMT). Qu'est-ce que vous avez lu d'intéressant sur Haïti avant cela ?

Faranirina Rajaonah (FR). J’en ai peu entendu parler durant mes études, mise à part la révolution de 1804, une référence incontournable.

JMT. Durant vos études en France ou à Madagascar ?

FR. À Madagascar je ne pense pas. Ici, à Paris plutôt. Mais assez rapidement, par le biais de l’histoire de la France, de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. C’est alors que j'ai, pour la première fois, vraiment entendu parler d’Haïti. Comme vous l’écrivez si bien : l’image que nous avons de ce pays est très négative. On parle souvent de catastrophe, de Papa Doc mais c'est à peu près tout. Certes, il a été beaucoup question de Haïti au moment du tremblement de terre de 2010. Un contingent de l’armée malgache y a été envoyé, dans le cadre de la mission d’urgence internationale, mais les liens sont très ténus entre Madagascar et Haïti et les images véhiculées sur ce pays sont plutôt effrayantes.

JMT. Nous pouvons maintenant entrer dans le vif du sujet. Je vous remercie d'avoir accepté cet entretien qui nous fait entrer dans la forge qui a en quelque sorte abrité cette écriture. Sentez-vous libre dans le format de la discussion. J'aimerais que, dans un premier temps, vous vous présentiez ainsi que les autres auteurs ayant contribué à l’ouvrage, puis que vous nous fassiez une sorte d'état de l’art, un rappel succinct des travaux sur l'histoire de Madagascar trop souvent présenté comme une ile à part.

Quels ont été les temps forts de l’histoire malgache dans la longue durée ? Déroulez pour nous la frise chronologique.

Peut-on dessiner une trajectoire intelligible pour l’avenir au regard des relations que la grande île entretient avec son environnement immédiat et le reste du monde? « Toute île est veuve d’un continent », pour reprendre Aimé Césaire, citation en exergue de l’introduction à l’ouvrage. Madagascar est-il dans cette posture, en marge d'un continent, ou au contraire s'agit-il d'un élément central d'une identité océanique beaucoup plus vaste qui le dépasse ? Et plus généralement, je voudrais savoir ce que votre ouvrage apporte de nouveau sur le plan historiographique. Je voudrais enfin savoir si cet ouvrage nous donne des pistes qui permettent d’envisager ce que sera l’évolution de ce pays dans un proche avenir.

FR. Sur le plan personnel, j’ai été formée, de la maternelle au diplôme d’études supérieures, à l’école coloniale, puis « néocoloniale ». J’ai fait mes études en grande partie à Madagascar. Je suis venue en France pour la préparation des concours au métier de l’enseignement (CAPES et agrégation) pendant trois ans, à la suite de quoi je suis rentrée travailler à Madagascar de 1971 à 1999. J’ai d’abord été professeur au lycée Jules Ferry d’Antananarivo (pendant un an), puis, d’octobre 1972 à septembre 1999, j’ai enseigné à l’université d’Antananarivo. Durant de longues années, j’ai préparé une thèse pour le doctorat d’État sur la société d’Antananarivo pendant la période coloniale, soutenue en 1997. Enfin, j'ai terminé ma carrière, en étant professeure d'histoire de l'Afrique de l'Est et du sud-ouest de l'océan indien à l'Université Paris-Diderot où j'ai pris la succession de Françoise Raison lorsqu'elle est partie à la retraite. J’ai d’ailleurs lu le bel entretien que vous avez eu avec Jean-Pierre Raison, son mari, dans la revue Echogéo. Voilà en gros ce que je peux dire sur mon itinéraire professionnel.

JMT. Qu’est-ce qui vous a semblé le plus important dans votre carrière ?

FR. Le plus important dans la vie d'un enseignant ce sont les étudiants. Parce que, au final, ils contribuent à notre formation par les questions qu'ils posent et par les pistes de recherche qu'ils proposent. J'ai eu la chance d'avoir quelques étudiants brillants qui ont voulu effectuer des recherches sur Madagascar, les Mascareignes, les Comores et l'Afrique de l'Est. C’est là un véritable motif de satisfaction que d’avoir travaillé avec eux et découvert de nouveaux horizons.

JMT. Qu'est-ce que cela a représenté pour vous d'être professeure et femme à Madagascar ?

FR. J’avoue ne pas avoir prêté une attention particulière à cette question. Pour ma génération, ce n'était pas exceptionnel d'avoir des professeurs femmes à Madagascar à la faculté ou au lycée. C’est quelque chose qui nous paraissait normal. On dit toujours, mais je n’ai pas de chiffre précis, que, par rapport à la situation dans d’autres pays d’Afrique ayant été colonisés par la France, la scolarisation des jeunes filles à Madagascar a été meilleure. En tout cas, elle a été précoce (depuis la fin du XIXe siècle). La présence de femmes à l'université à mon époque semblait aller de soi. Même si nous étions moins nombreuses que nos collègues hommes, c’était quelque chose qui paraissait normal dans le milieu où j'ai grandi et vécu (en Imerina où se trouve la capitale). Dans les années 1880, il y eut une loi sur la scolarisation obligatoire, aussi bien pour les garçons que les filles, même si celles-ci fréquentaient sans doute moins longtemps l’école que les jeunes gens. Mais dans la région autour de Tananarive, la scolarisation des filles était une pratique courante et acceptée dans la plupart des familles.

JMT. Avec-vous le sentiment d’avoir fait passer un message particulier comme professeure à l'Université de Paris 7 (Paris Diderot) ?

FR. Il faudrait plutôt demander aux étudiants qui ont travaillé avec moi. Mais si des étudiants qui ont parfois suivi mes cours depuis la première année, ont voulu faire leur thèse sur l’histoire de JMT.

JMT. Est-ce un motif de satisfaction ?

FR. Certainement. Pour un enseignant c’est un puissant motif de satisfaction de voir des jeunes gens continuer à travailler dans un domaine où on les a accompagnés.

JMT. Parlez-nous de cet ouvrage : l’Histoire de Madagascar. La construction d’une nation. C’est la réédition, revue et augmentée, en 2022, d’un ouvrage paru en 2021. Il s’est si bien vendu qu’il a fallu refaire une édition ?

FR. Oui, la première édition a été vite épuisée. Il a fallu rééditer. L'idée d'écrire cet ouvrage vient de collègues du département d'histoire de l'Université d’Antananarivo. C’est un projet qui remonte bien loin, au temps où j’y étais mais que nous avons eu du mal à réaliser. Il faut dire que les conditions de travail étaient difficiles, surtout dans les années 1980, marquées par des pénuries dans la vie quotidienne, dont celle de papier par exemple… Ceux qui ont porté le projet à son aboutissement sont d’une part le directeur du département d'histoire de l'époque, Manassé Esoavelomandroso, d’autre part Sylvain Urfer.

Sylvain Urfer est un jésuite, décédé peu après la parution de l'ouvrage en 2021. Il avait une formation en Sciences-Politiques. Il s'était beaucoup intéressé à l'histoire de l'Afrique de l'Est, à l’expérience de Julius Nyerere en Tanzanie en particulier. Sylvain Urfer avait créé à Antananarivo une maison d'édition, Foi et Justice. Les deux ont constitué une équipe à Antananarivo, avec deux collègues malgaches de l’Université : Helihanta Rajaonarison et Gabriel Rantoandro. Puis ils ont invité à les rejoindre un chercheur français (Philippe Beaujard du CNRS) et moi-même, ici à Paris. À six, nous avons pu enfin réaliser un projet qui traînait depuis quelques décennies.

Avant la parution de cet ouvrage, il y avait seulement trois ouvrages de synthèse, en français, sur l'histoire de Madagascar. Le premier est du botaniste et communiste Pierre Boiteau, Madagascar, Contribution à l’histoire de la Nation malgache (1958, Éditions sociales). Le second est de l’administrateur colonial Hubert Deschamps, qui a d’ailleurs fait une thèse sur l’une des sociétés du Sud-Est de l’île. Il a publié son Histoire de Madagascar en 1960, l’année de l’indépendance. En 1965, un troisième ouvrage, Histoire de Madagascar, en deux volumes est paru, d’Edouard Ralaimihoatra, l’un des premiers Malgaches professeur licencié en histoire-géographie. L’ouvrage en anglais de Stephen Ellis et Solofo Randrianja, Madagascar. A Short History (2009. London, Hurst & Co.), est destiné à un public averti, plutôt de chercheurs. L'ambition de l’équipe éditoriale était donc d'offrir une synthèse à jour en français, utile à des enseignants, des étudiants mais également au citoyen avec comme ligne directrice : la construction d'une nation.

JMT. Quels sont les temps forts dans la construction de la nation malgache ? Quels sont les moments clés ?

FR. Il y a bien sûr la période du peuplement. Sur ce point beaucoup de choses ont été revues, en particulier grâce au travail de Philippe Beaujard, maintenant reconnu comme l'un des meilleurs spécialistes de l'histoire de Madagascar et de l’océan Indien. Il a su placer le peuplement de Madagascar dans le contexte plus large de l'océan Indien, depuis Bornéo et Kalimantan jusqu'aux côtes africaines. Disons donc que ce premier temps fort est marqué par la mise en place du peuplement et les péripéties qui ont accompagné l'arrivée des peuples, venus des pays riverains de l'océan indien. Les éléments les plus sûrs datent de la deuxième moitié du premier millénaire ; ce sont là des éléments documentés. Autour du VIIe siècle à peu près.

Le deuxième temps fort est celui de la construction des entités politiques qui vont dominer le territoire. Comme souvent dans l'histoire des pays d'Afrique on insiste sur les oppositions entre des « entités ethniques » : Merina, Betsileo, Sakalava, etc. On en parle généralement comme s'il s'agissait de groupes étanches et qui auraient toujours existé. Or c’est totalement faux. Ces groupes sont des entités sociopolitiques qui se sont construites peu à peu. Ils résultent de guerres, d’alliances, d’ententes, de soumissions, etc. Cela n’a rien à voir avec des critères ethniques ou culturels.

Il existe une seule langue malgache avec certes des nuances selon les régions. Fondamentalement la langue est la même, avec des particularités, ainsi dans le vocabulaire, les terminaisons des mots, l’intonation. Donc le deuxième temps fort correspond à la construction de ces entités socio-politiques qui ne doivent en aucun cas être confondues avec des ethnies distinctes. Le pouvoir colonial a voulu y voir des repères figés, et pour cela il a créé une nomenclature pour assigner les groupes à des « races ».

Le troisième temps fort est celui de la tentative d’unification nationale initiée au début du XIXe siècle, à partir du royaume de l’Imerina, avec sa capitale Antananarivo. Il y eut une politique d’expansion, marquée par une stratégie d’alliances mais surtout par des conquêtes, accompagnées de violences, de mises en esclavage. Ce processus, fondé sur un projet d’unification, s’inscrit également dans une volonté de contrôler le commerce avec les étrangers. Les Britanniques ont influencé le royaume merina dans le sens d’une politique expansionniste, moyennant l’abandon de l’exportation d’esclaves.

JMT. Précisez pour nous le rôle des différents royaumes dans la traite.

FR. Tous les royaumes de l’île ont participé au trafic des esclaves et en ont tiré des revenus substantiels. L’Imerina (la région dont Antananarivo est la capitale) a longtemps été un véritable réservoir de captifs pour les royaumes voisins, qui y faisaient des razzias afin d’alimenter ce trafic humain. Le souverain dont vous avez certainement entendu parler, Andrianampoinimerina (souverain d’Ambohimanga avant de devenir roi de l’Imerina) a, en quelque sorte, réussi l’unité politique de l’Imerina en promettant à ceux qui le rallieraient de les défendre, de ne pas les vendre, de protéger ses sujets contre les équipées des chasseurs d’esclaves. Les captifs étaient exportés vers les Mascareignes (Île Bourbon, future île de la Réunion, et l’île de France, plus tard île Maurice) où il y avait des plantations de canne à sucre, au XVIIIe siècle. Ce sont des Néerlandais qui, au XVIIe-XVIIIe siècles, ont vendu des Malgaches comme esclaves en Afrique du Sud. L’historien Rafaël Thiébaut a consacré, en partie, sa thèse à ce trafic dû à des Néerlandais. À Pretoria sur quelques-unes des stèles du Freedom Park (sur la colline, en face de celle où s’élève le Voortrekker monument) figurent des noms d’esclaves malgaches, qui ont tenté de résister à l’esclavage et dont on perpétue ainsi le souvenir. Il y a même eu des expéditions de personnes vendues comme esclaves vers les Amériques.

JMT. Y a-t-il dans l’identité malgache une place particulière accordée à la mémoire de l’esclavage ?

FR. Pas directement. Cependant, des commerçants, « arabes » (terme générique), mais aussi européens et malgaches, ont participé à la traite illégale jusqu’au début du XXe e siècle. Ce trafic a permis d’acheminer des captifs, principalement des rivages de l’actuel Mozambique vers Madagascar. Les descendants de ces captifs vendus comme esclaves ont gardé la mémoire de leurs origines africaines. Ils savent qu’ils viennent d’Afrique, mais ils sont devenus des Malgaches. Comme on dit à Madagascar, leur tanindrazana (terre des ancêtres) est dans l’île, là où ils ont leurs tombeaux. On les trouve sur la côte ouest et vers l’intérieur des terres, ainsi en Imerina. Ils parlent malgache et se sont fondus dans le reste de la population par la culture. Klara Boyer-Rossol a consacré sa thèse à ces Makoa, le nom du groupe qu’ils constituent en pays sakalava dans l’Ouest ; en Imerina on les appelle les Masombika (malgachisation de Mozambiques).

JMT. Les descendants d’esclaves malgaches à la Réunion, à Maurice, ont-ils gardé les traces de leur identité d’origine ?

FR. Bien sûr. Il y a des héritages importants, en particulier à La Réunion où l’on perçoit ce souci d’un retour aux sources. Mais il est difficile de reconnaître qu’on descend d’une personne qui a été réduite en esclavage. En tout cas, des Réunionnais font par exemple un pèlerinage aux tombes de rois malgaches pour demander une bénédiction

JMT. Revenons à ce troisième temps fort qui est celui de la construction de la nation malgache à partir du royaume de l’Imerina.

FR. L’unification a été inachevée. Antananarivo est arrivée à contrôler disons les deux tiers de l’île, dans le cadre d’un pouvoir, plus ou moins soutenu par les Britanniques, en gros de 1820 à 1894, jusqu’à la conquête française. Ce sont les Britanniques qui, les premiers, ont désigné le royaume du centre comme Royaume de Madagascar. Ils ont conclu un traité avec le roi Radama Ier, reconnu sur le plan international comme roi de Madagascar. Mais des régions échappaient à la souveraineté d’Antananarivo ; il en est ainsi du Sud et d’une grande partie de l’Ouest.

JMT. D’où vient de nom de Madagascar ?

2FR. Le mot Madagascar lui-même est un mot étranger, qui n’a pas sa racine dans la langue malgache.

La conquête française commence par la mise en place d’un protectorat qui conserve les structures de pouvoir local. L’esclavage est aboli en 1896. Le premier résident, Laroche, jugé trop laxiste a été remplacé par un homme de décision. Avec Gallieni, les choses changent. La reine est destituée et exilée, d’abord à la Réunion, puis en Algérie. La « féodalité » est abolie en 1897. La « pacification » fut un épisode sanglant. L’administration coloniale se met en place. C’est l’époque de la séparation entre les indigènes et les citoyens, les premiers assignés à un statut subalterne et humiliant. C’est un assujettissement sans nuance. Sans aller jusqu’à dire que les Malgaches se sont soumis on peut dire qu’ils ont dû s’accommoder de la situation. Certains ont trouvé les moyens de contourner les difficultés pour continuer à cultiver une identité bafouée en utilisant les failles du système. Lorsque les Français ont fait de l’obtention du titre de citoyen une carotte pour obtenir l’allégeance des plus méritants, certains n’ont pas sollicité « cet honneur », préférant demander au gouverneur général de retrouver leurs titres de noblesse abolis avec « la féodalité » en 1897. Ce n’est pas parce qu’on a l’air d’accepter que l’on s’est soumis. D’ailleurs, dès 1913, se constitue une société secrète à partir d’un noyau d’étudiants de médecine : la Vy, Vato, Sakelika (Fer, Pierre, Ramifications). Après la Première Guerre mondiale, on entre dans une nouvelle phase qui est celle de la revendication de l’égalité des droits. Les colonisés investissent l’espace public en France, puis à Madagascar. Les journaux se multiplient et invitent à remettre en cause la colonisation : Le Libéré, L’Opinion, Le Réveil Malgache, La Nation Malgache, Le Prolétariat Malgache. Notons une gradation dans les noms de ces journaux. 1947, c’est l’année du grand soulèvement. Le rétablissement de l’ordre se fit au prix d’une terrible répression.

En 1960 l’indépendance est proclamée. Mais c’est une indépendance octroyée par la France qui installa à la Présidence quelqu’un de son choix et continua de contrôler le pays par des accords de coopération. La souveraineté était restée un leurre. La France exerçait son influence dans tous les domaines. Puis en mai 1972 un mouvement de contestation, porté au début par des lycéens et des étudiants, aboutit au renversement du gouvernement et à la fin de la Première République. On passe à un nationalisme socialiste qui s’inspire de l’UJAMAA tanzanien. Mais ce fut un échec sur le plan économique. Certes on peut mettre au crédit du nouveau pouvoir le fait d’avoir créé des universités dans les différentes régions pour arriver à un certain équilibre entre le centre et les régions périphériques, avec un inconvénient cependant : les contacts entre les jeunes, importants dans le processus de création d’une nation, ont régressé.

JMT. Quelle est la situation politique à Madagascar aujourd’hui ?

FR. Je résumerais en disant que cela ne va pas bien. Mais, dirions-nous, cela ne va pas mieux ailleurs. Il y a une perte des valeurs de façon générale. Je suis enseignante et ne puis que promouvoir l’instruction. Le système éducatif est en chute libre. La malgachisation à outrance a été un échec, donc on est revenu au système en français. Mais le bilan est tel sur le plan académique, que c’est alarmant. Si en plus les gens ont faim et n’ont pas accès aux soins en cas de besoin, on peut considérer que cela ne va pas.

J’en profite pour dire qu’on ne peut pas vraiment construire une nation si les gens ne sont pas en contact, s’ils ne se connaissent pas assez. Il y a un manque de communication évident entre les points extrêmes de l’île, les gens restent isolés dans leurs régions respectives et ne se soucient pas beaucoup de ce qui se passe ailleurs, si tant est qu’ils sont au courant, faute d’une fluidité des informations. Ceux du Nord peuvent ne pas se sentir véritablement concernés par la famine qui sévit de façon récurrente dans le Sud par exemple. Les réseaux sociaux n’y changent rien. C’est important d’aller sur place, d’aller vers les gens.

Ce qui a fait le succès de la phase d’unification, dans les années 1920 à 1930, c’est la mobilité des Malgaches. Ils circulaient presque toujours à pied, mais ils se rencontraient, se visitaient et allaient travailler d’un point à l’autre du territoire. Maintenant, on ne va pas demander aux gens de voyager à pied. Mais vous qui êtes géographe, vous comprenez l’importance des réseaux de communication. Sur ce point il y a des défaillances fondamentales à Madagascar. La plupart des Malgaches circulent de moins en moins, faute de voies de communication bien entretenues et par ce que se déplacer revient cher. Le système malgache est fondamentalement défaillant.

JMT. Comment voyez-vous l’avenir ?

FR. Je ne vais pas être négative, mais si on ne définit pas des priorités qui permettent aux gens de circuler, de manger, rien ne se fera de sérieux. Certains jeunes formés à l’étranger sont rentrés au pays et sont confrontés à une impasse et se disent qu’ils auraient mieux fait de rester à l’étranger. C’est un triste constat. La nation est donc encore en construction, et ce n’est pas fini. C’est le sens de ce livre qui doit aider les gens à comprendre le passé afin de mieux envisager l’avenir. Il y avait un certain espoir dans les années 1960 ; certes il y avait la France derrière qui apportait un soutien matériel. Aujourd’hui tout cela a disparu ; quelque part, on est désespéré. Reste l’art, où s’illustrent des jeunes très créatifs…Mais après ?

JMT. Diriez-vous que cette situation était mieux pendant la colonisation ?

FR. Non, je ne dirais pas cela tout de même. Je ne dirais pas cela. On ne peut pas dire que c’est mieux quand on vit sous la coupe d’étrangers. Même si au quotidien les conditions matérielles pouvaient être meilleures, psychologiquement et politiquement, ce n’était pas mieux. Je le pense très sincèrement.

JMT. Quid de la volonté de certains de se rapprocher de l’Indonésie ?

FR. Nous sommes certes dans un monde indiano-océanique, mais sur le plan politique nous sommes rattachés à l’Afrique. Les premiers habitants de l’île sont des Austronésiens, partis du monde malayo-polynésien il y a si longtemps, avec des trajets ponctués de haltes, de contacts plus ou moins prolongés dans les pays riverains de l’océan Indien. En fin de compte, nous sommes plus proches de l’Afrique que de l’Indonésie. Il faut être lucide. Pour certains, l’Indonésie c’est le pays des ancêtres. Certes, notre langue se rapproche de langues qui y sont parlées, mais cela ne suffit pas à fonder une identité. Je ne suis pas sûre que les Malgaches seraient à l’aise dans une société profondément islamisée comme peut l’être celle de l’Indonésie, premier pays musulman sur le plan démographique. C’est loin de notre horizon. Notre avenir est plutôt africain, c’est mon point de vue qui n’est pas forcément celui de tout le monde. Didier Nativel qui m’a succédée à Paris Diderot, et moi-même avons d’ailleurs dirigé l’ouvrage intitulé Madagascar et l’Afrique. Entre identité insulaire et appartenances historiques (2007. Paris, Karthala).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Faranirina Rajaonah et Jean Marie Théodat, « Madagascar : la construction d’une nation insulaire dans l’océan indien »EchoGéo [En ligne], 66 | 2023, mis en ligne le 31 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/26217 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.26217

Haut de page

Auteurs

Faranirina Rajaonah

Faranirina Rajaonah, faranirina.rajaonah@univ-paris-diderot.fr, est professeure émérite à l'Université Paris Diderot et membre de l'UMR CESSMA. Elle a notamment publié :
- Lombard C.-L., Rajaonah F. (ed.), 2019. Lettres de Tananarive. Jean Beigbeder à son père (1924-1927). Paris, Hémisphères Éditions - Maisonneuve-Larose Nouvelles Éditions, 681 p.
- Rajaonah F. (coord.), 2011. Cultures citadines dans l’océan Indien occidental (XVIIIe-XXIe siècles). Pluralisme, échanges, inventivité. Paris, Karthala, 543 p.
- Nativel D., Rajaonah F. (dir.), 2007. Madagascar et l’Afrique. Entre identité insulaire et appartenances historiques. Paris, Karthala, 485 p.

Jean Marie Théodat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search