Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursArtisanat minier : pouvoir et ter...

Artisanat minier : pouvoir et territorialisation dans le Sud Global / Artisanal and small-scale mining (ASM): Power and Territorialization in the Global South

Date limite d'envoi des articles : 30 juin 2024/Deadline for article submission: 30 June 2024

Ce dossier thématique propose d’explorer la mine dite « artisanale et à petite échelle » à travers le prisme de la géographie du pouvoir. L’artisanat minier a considérablement augmenté ces dernières décennies et on estime aujourd’hui que 40 millions de personnes dégagent un revenu direct de cette activité (IGF, 2017). Si l’exploitation artisanale de l’or y est prépondérante, d’autres minerais, comme les minerais dits « critiques » de la transition énergétique (Damonte et Schorr 2022) ou les pierres précieuses et semi-précieuses, font l’objet de ce type d’exploitation. L’engouement pour l’artisanat minier doit être resitué dans des contextes marqués par la pauvreté. Il constitue alors un horizon désirable malgré la précarité des conditions qu’il offre, les grands risques qu’il fait prendre aux travailleurs et travailleuses, parfois du fait de l’enchevêtrement de son économie dans celle de conflits armés ou d’activités illicites, et son impact environnemental (Parra et Valbuena, 2020 ; Chevrillon et al., 2019).

Les travaux scientifiques et les débats sur l’artisanat minier se sont majoritairement formés autour de ces enjeux. Ils sont souvent compartimentés selon les régions étudiées (Amérique Latine, Afrique par exemple), et/ou autour de minerais spécifiques (or, 3T par exemple). Il s’agit dans ce dossier de croiser les regards pour rendre compte des différences et similitudes dans les transformations profondes qui s’opèrent à partir de l’expansion de cette activité un peu partout dans le monde (Dessertine et al., 2022 pour l’Afrique de l’Ouest et sahélienne). Nous proposons plus spécifiquement d’aborder cette diversité à travers les relations de pouvoir et de territorialisation autour de cette activité.

Souvent considérée comme une activité « informelle », la mine artisanale n’en est pas moins un espace significatif de production politique et de socialisation (Velut, 2021 ; Le Tourneau, 2020, Cerceau et Laurent, 2023). Les relations de pouvoir configurent la gouvernance de l’artisanat minier au travers de dynamiques de contrôle de l’espace et de territorialisation (Côte and Korf, 2018 ; Grajales et Vadot, 2020). Les termes même « d’artisan minier » ou de « mine à petite échelle » expriment des relations de pouvoir : ils s’énoncent en distinction de la mine industrielle à grande échelle exploitée par des compagnies minières transnationales qui sont des acteurs politiques bien plus puissants que ceux de la mine artisanale mais non moins contestés, notamment par les populations riveraines (Capitant, 2017 ; Côte, 2023). Ces acteurs entretiennent des liens ambigus avec l’artisanat minier qu’ils contribuent souvent à criminaliser (Kaufmann and Côte, 2021). L’artisanat minier se construit donc selon des logiques politiques et territoriales que ce dossier entend analyser, afin de mettre en lumière les asymétries de pouvoir entre groupes d’acteurs inégaux mobilisés autour de la production de minerai en périphérie du capitalisme globalisé, et de souligner au sein de ces relations de pouvoir les dynamiques de contrôle de l’espace. Plusieurs thématiques pourront être développées, qui chacune incluent pouvoir et contre-pouvoir, contestations, revendications, par exemple :

Formes d’organisation et de gouvernance de l’artisanat minier

Il s’agit ici interroger les différentes manières dont l’artisanat minier participe à territorialiser le pouvoir. Ceci inclut le rôle des pouvoirs publics et de leurs politiques dans la gouvernance de l’artisanat minier – sa formalisation ou sa criminalisation par exemple –, notamment au regard des du contrôle de l’espace, et leur potentiel décalage avec la manière dont cette activité s’organise réellement. Ce questionnement implique également les dynamiques endogènes de territorialisation, à travers par exemple le réinvestissement des profits de l’artisanat minier dans le contrôle de nouveaux sites et une plus grande mécanisation des activités, ou en dehors de l’exploitation elle-même, dans des biens plus ou moins reliées à l’activité (investissements immobiliers, commerces), qui contribuent aux dynamiques urbaines et constituent tout autant des processus de contrôle politique du territoire. Ceux-ci se jouent souvent à cheval entre le formel et l’informel, s’articulant autour des régulations en vigueur, et des gains liés aux passages de frontières. Comprendre comment l’artisanat minier contribue à territorialiser le pouvoir suppose ainsi de se pencher sur la manière dont les logiques et relations de contrôle et d’encadrement de l’artisanat minier, étatiques ou non, sont mobilisées, contournées, contestées, ignorées…

Réseaux et chaines de production globales

Il s’agit ici d’interroger comment les formes de territorialisation associées à l’artisanat minier s’imbriquent dans des réseaux de production et de commercialisation et d’interroger la gouvernance des chaines de d’approvisionnement. Par exemple, le rôle joué par certains intermédiaires de la chaîne de valeur : financiers, commerçants de minerai, changeurs, autorités coutumières ou étatiques, auxquels on attribue la capacité de contrôler tel ou tel espace d’artisanat minier pourra être décrypté. Au-delà des sites miniers, on pourra aussi analyser le rôle joué par certaines organisations impliquées dans les chaines d’approvisionnement des minerais (comptoirs d’achat, sociétés agrégatives, raffineries, joailleries, institutions financières, entreprises d’électronique, agences de douane, etc.).

Aujourd’hui, les régulations internationales tendent à imposer aux États producteurs des injonctions de traçabilité des minerais produits de manière artisanale dans le but de « nettoyer » ou « dé-risquer » ces chaînes d’approvisionnement, et de leur garantir un sceau de « responsabilité ». Une approche critique de ces mécanismes dénonce la mise en cause systématique des maillons les plus faibles de la chaîne sur qui l’on fait peser les injonctions d’un système qui pourtant se nourrit intrinsèquement des maux dénoncés (LeGouill et Herbozo 2023). Comment interpréter ces efforts de gouvernance en termes de responsabilité ? Quelles perceptions des ”risques” liés à l’artisanat minier les sous-tendent et à qui profitent-ils finalement ? Comment ces initiatives s’articulent-elles aux modes de gestion existants de l’artisanat minier, comment sont-elles appropriées et contestées, et par là, comment contribuent-elles à territorialiser le contrôle politique et économique de ces chaînes de production ?

Formes d’organisation collective du travail d’artisanat minier 

Les travaux scientifiques sur l’artisanat minier se concentrent beaucoup sur les difficultés à formaliser le secteur, à travers les dynamiques d’accès à la terre et aux permis miniers. Ceci conduit à sous-estimer les rapports de force au sein du travail minier artisanal, et les relations au capital qui les sous-tendent, ainsi que leurs répercussions territoriales. Différentes formes d’organisations du travail dans les mines artisanales existent, plus ou moins collectives et institutionalisées. « L’association » ou la « coopérative minière » est une forme d’organisation formelle courante dans ce secteur, qui se décline très différemment selon les contextes. Quelles dynamiques de contrôle de l’espace émergent de ce mode de gouvernement du travail minier artisanal ?

Le travail minier artisanal est hétérogène, en fonction des tâches accomplies, souvent liées à une classe et à un statut social, et différents types de mines artisanales se développent autour de géologie, technologie, capital, etc. différents. Comment ces caractéristiques contribuent-elles aux dynamiques de contrôle de l’espace ? La dimension de genre est ici particulièrement prégnante lorsque l’on considère que le travail productif d’artisanat minier est souvent soutenu à travers le travail reproductif rémunéré ou non, qui est le plus souvent genré (Grieko, 2016 ; Kassa, 2020). Par ailleurs, on pourra également s’intéresser aux collectifs et réseaux de mise en commun et de solidarité, au travail (syndicats, cotisations), dans la famille ou les loisirs (caisse autour du foot par exemple). Comment ces associations, ces réseaux, rencontrent-ils les territoires de l’artisanat minier ?

Artisanat minier et résistance sociale

Aux côtés des solidarités, quelles formes de résistances sociales se créent au sein de l’artisanat minier, contre quoi ou qui, et comment ces formes façonnent-elles le contrôle territorial des sites et chaînes d’approvisionnement de l’artisanat minier ? Ces résistances rencontrent-elles celles qui dénoncent le capitalisme et son organisation du travail et du profit à l’échelle mondiale en se nourrissant intrinsèquement des inégalités territoriales (Engels, 2022) ? Au-delà des univers riches de sens et de pratiques analysés précédemment, on s’interroge ici sur la forme des collectifs, la nature et les registres de leurs revendications, ainsi que sur les modalités de la représentation politique des mineurs qui s’engagent. A la lumière des contestations contre les mines industrielles (Allal et al., 2018 ; Géronimi et Mainguy, 2020), il s’agit de voir notamment comment la mine artisanale peut être de quelconque façon pensée ou non comme un modèle de développement à suivre dans les pays producteurs. Il s’agit également de penser le rôle d’acteurs collectifs comme les syndicats et les associations dans des contextes où l’État social est peu présent. Comment ces acteurs portent-ils les revendications de leurs travailleurs et travailleuses ? Et si les forces de travail de l’artisanat minier ne se mobilisent pas ensemble, pourquoi des réseaux de revendication de droits politiques n’existent-ils pas (à l’instar de ceux pour les terres indigènes et peuples autochtones par exemple) ? Ou bien seraient-ils difficiles à percevoir par la recherche ?

Sur ce dernier point, notons qu’en plus des articles qui concerneront les thèmes de ce dossier Sur le Champs, nous encourageons aussi les propositions qui abordent la thématique générale de cet appel au travers des autres rubriques de la revue EchoGéo (Sur le Métier, Sur l’Image, Sur l’Écrit – il faudra alors se conformer aux attentes de chacune d’elles, comme indiqué dans la ligne éditoriale : https://journals.openedition.org/echogeo/1927). Nous pensons en particulier aux défis méthodologique et éthiques que comporte la recherche sur l’artisanat minier, une activité précaire, dangereuse parfois, évoluant en marge des cadres légaux. Les enjeux méthodologiques sont nombreux et ces rubriques offrent autant d’opportunités de les aborder.

Les articles de ce dossier Sur le Champ, rédigés en français, en anglais ou en espagnol, comporteront environ 35 000 à 40 000 signes (plus les illustrations). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940 ).
Tous les textes proposés devront être envoyés avant le 30 juin 2024 à Raphaëlle Chevrillon-Guibert (raphaelle.chevrillon-guibert@ird.fr), Muriel Côte (muriel.cote@keg.lu.se) et Géraud Magrin (Geraud.Magrin@univ-paris1.fr), coordinatrices et coordonnateur du dossier, avec copie à Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr ), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs et évaluatrices. Le dossier sera publié dans le n° 71 d’EchoGéo (janvier-mars 2025).

Coordinatrices et coordinateur du dossier thématique : Raphaëlle Chevrillon-Guibert est politologue, chargée de recherche à l'Institut de Recherche pour le Développement – UMR PRODIG. Muriel Côte est géographe, maître de conférences à la Lund University (Suède). Géraud Magrin est géographe, professeur à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR Prodig.

-------------------------------------------

This special issue proposes to examine what is known as “artisanal and small-scale” mines through the lens of the geography of power. ASM has considerably increased over the past decades and is now thought to provide direct income for 40 million people (IGF, 2017). While gold is the main artisanally mined mineral, other minerals are also extracted in ASM, such as those considered “critical” to energy transition (Damonte and Schorr, 2022) or precious and semi-precious stones. The appeal of ASM must be put into the context of poverty-stricken settings. In such places, in spite of the precarious conditions it offers, of the great risks that must be taken by the workers – sometimes due to the intertwining of its economy with armed conflicts or illicit activity – and in spite of its environmental impact, ASM still holds out bright prospects (Parra and Valbuena, 2020 ; Chevrillon et al., 2019).

Most of the scientific work and debates on ASM have proceeded from these issues. They often fall into different categories depending on the area studied (South America or Africa, for instance), and/or according to the mineral itself (gold, 3Ts, for instance). The aim of this special issue is to compare and contrast viewpoints in order to explain the differences and similarities in the far-reaching transformations stemming from the expansion of this activity worldwide (Dessertine et al., 2022 for West Africa and Sahel). More specifically, this issue will examine the said diversity by focusing on the power relations and the territorialization linked to ASM.

Even though ASM is often considered an “informal” activity, it is quite significantly a space for political production and socialization (Velut, 2021; Le Tourneau, 2020, Cerceau and Laurent, 2023). ASM governance is shaped by power relations through dynamics of spatial control and of territorialization (Côte and Korf, 2018; Grajales and Vadot, 2020). The phrases “artisanal mining” or “small-scale mining” themselves express power relations: they are used as distinct from large-scale industrial mining operated by transnational mining companies which are far more powerful political actors than those of ASM, yet no less controversial, as they are criticized by local populations in particular (Capitant, 2017; Côte, 2023). Those actors maintain ambivalent relations with ASM, whose criminalization they often take part in (Kaufmann and Côte, 2021). ASM is thus fashioned by political and territorial logics which this issue intends to analyze, to highlight the lack of balance in the power held by each group of actors, who play unequal parts in producing ore outside of globalized capitalism. The aim is also to lay emphasis on the dynamics of spatial control at stake in these power relations. Several themes may be developed, each of which includes power and counter-power, contestations, claims, such as:

Forms of ASM organization and governance

Our goal is to examine the different ways in which ASM contributes to the territorialization of power. This includes the role played by public authorities and their policies in ASM governance – for instance, their role in its formalization or criminalization –, especially when it comes to the control of space, and their potential discrepancy with the way the activity is actually organized. This study also implies the endogenous dynamics of territorialization, for example through the plowing of ASM profit back into the control of new sites and to develop the mechanization of activities, or, outside the mine itself, into goods more or less tightly linked to the activity (real estate investing, shops) that contribute to urban dynamics while working as processes to politically control the territory. These processes are often halfway between the formal and the informal as they hinge upon the current regulation and the profit made from border crossings. Understanding how ASM contributes to territorializing power thus entails looking into the ways in which the logics and relations of ASM control and oversight, by the state or not, are drawn on, skirted, disputed, overridden...

Networks and global production lines

What is at stake here is to examine how ASM-related forms of territorialization interlock with production and marketing networks and to investigate the governance of production lines. For instance, the role played by some middlemen in the value chain may be analyzed: financiers, mineral brokers, exchangers, customary or state authorities – all of whom are thought to be able to control specific areas of ASM. Beyond the mining sites, the role played by some organizations involved in the mineral supply chain may also be analyzed : buying stations, business clusters, refineries, jewelers, financial institutions, electronics companies, customs posts, etc.)

Current international regulatory frameworks tend to require ore-producing countries to trace artisanally-mined minerals, with the aim of making these supply chains “clean” or “risk-free” and to ensure that their sourcing is “responsible”. A critical approach to these mechanisms condemns the systematic blaming of the weakest links in the chain, who bear the burden of a system that yet intrinsically feeds on the ills that are denounced (LeGouill and Herbozo, 2023). How to interpret these efforts of governance when it comes to responsibility? What are the underlying perceptions of ASM-related “risks” and who do they benefit, in the end? How are these initiatives structured around the current modes of ASM management, how are they appropriated or disputed, and thereby, how do they contribute to territorializing the political and economic control of these production lines?

Forms of collective organization of ASM work

Scientific research on ASM strongly focuses on how difficult it is to formalize the sector, through the dynamics of land access and mining permits. This leads to underestimating the power relations within ASM and the underlying relations to capital, as well as their impact on territory. Various forms of work organization may be seen in ASM and they are more or less collective and institutionalized. A common type of formal organization in the sector is the “association”, or “mining cooperative”, of which many instances occur, depending on the setting. What dynamics of control of space arise from this mode of ASM-governance?

ASM work is heterogenous, depending on the tasks performed, which are often linked to social class and status. According to the differences in geology, technology, capital, etc., different types of artisanal mines develop. How do these characteristics contribute to the dynamics of control of space? Here gender is quite significant when bearing in mind that ASM productive work is often sustained thanks to reproductive labor, whether paid or unpaid, and which is most often gendered (Grieko, 2016 ; Kassa, 2020). Additionally, pooling and solidarity groups and networks, whether at work (trade unions, subscriptions), in families or in leisure time (a communal fund for soccer, for instance) may be focused on. How do such associations and networks interplay with ASM territories?

ASM and social resistance

Alongside forms of solidarity, what forms of social resistance are built around ASM, against what or whom, and how do these forms shape the spatial control of ASM sites and supply chains? Do these fights dovetail with those denouncing capitalism and its organization of labor and profit at a global scale, which intrinsically feeds on territorial inequalities (Engels, 2022)? Beyond the meaningful worlds and practices that have been previously analyzed, the purpose is to examine the shape of the collectives, the nature and the tone of their claims and to see how the miners who get involved are politically represented. In the light of the protests against industrial mines (Allal et al., 2018; Géronimi and Mainguy, 2020), it is worth analyzing whether ASM could be seen as a role model of development for ore-producing countries. The role of collective actors such as trade unions and associations may also be examined in settings where the social State is hard to find. How do these actors convey their workers’ claims? And if the ASM workforce fails to unite in protest, why aren’t there any networks to demand political rights, as may be seen in defense of indigenous lands and native peoples, for instance? Or do they just evade the researcher’s perception?

On this last point, please note that besides the articles dealing with the themes of this special issue, we also encourage proposals tackling the general theme of this call for papers, which may be submitted through the other sections of EchoGéo (“Sur le Métier”, “Sur l’Image”, “Sur l’Écrit” – in which case it is necessary to comply with each specific set of criteria, as per the editorial policy: https://journals.openedition.org/echogeo/22070). In particular, the proposals may focus on the methodological and ethical challenges inherent to research on ASM, which is a precarious and sometimes dangerous work developing outside legal frameworks. Many methodological aspects are at stake and these sections offer so many opportunities to tackle them.

The articles in this Sur le Champ dossier, written in French, English or Spanish, will be approximately 35,000 to 40,000 characters long (plus illustrations). Please refer to the recommendations to authors for standards of presentation of the text, bibliography and illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/18155). All texts must be sent before 15 April 2023 to Raphaëlle Chevrillon-Guibert (raphaelle.chevrillon-guibert@ird.fr), Muriel Côte (muriel.cote@keg.lu.se) et Géraud Magrin (Geraud.Magrin@univ-paris1.fr) coordinators of the dossier, with a copy to Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), the editorial secretary, who will forward them to the evaluators.

Coordinators of the issue: Raphaëlle Chevrillon-Guibert is a political scientist and research fellow at the Institut de Recherche pour le Développement - UMR PRODIG. Muriel Côte is a geographer and lecturer at Lund University (Sweden). Géraud Magrin is a geographer and professor at Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - UMR Prodig.

Bibliographie

Allal A., Catusse M., Badimon M.E. (dir.), 2018. Quand l’industrie proteste. Fondements moraux des (in)soumissions ouvrières. Rennes, PUR.

Capitant S., 2017. Les populations à l’assaut des mines: économie morale de la contestation minière au Burkina Faso. In Leclerc-Olive M. (dir.), Anthropologie des prédations foncières: entreprises minières et pouvoirs locaux. Paris, Editions des archives contemporaines

Cerceau J., Laurent B. (dir.), 2023. Quand la mine déborde. Enquêtes sur la fabrique des territoires extractifs. Paris, Presses des Mines.

Chevrillon-Guibert R., Gagnol L., Magrin G., 2019. Les ruées vers l’or au Sahara et au nord du Sahel. Hérodote, n° 172, p. 193-215

Côte M., 2023. Furious depletion—Conceptualizing artisan mining and extractivism through gender, race, and environment [Conceptual Analysis]. Frontiers in Human Dynamics [En ligne], vol. 5. URL: https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fhumd.2023.1097195/full - DOI: https://doi.org/10.3389/fhumd.2023.1097195

Côte M., Korf B., 2018. Making concessions: Extractive enclaves, entangled capitalism and regulative pluralism at the gold mining frontier in Burkina Faso. World Development, 101(C), p. 466-476.

Damonte G., Schorr B., 2022. Andean States and the Resource Curse. Institutional Change in Extractive Economies. Routledge.

Dessertine A., Chevrillon-Guibert R., Magrin G., et al., 2022. L’orpaillage est-il soluble dans le développement des territoires en Afrique. In Peyroux E., Raimond C., Viel V., Lavie E., (dir.), Développement, changements globaux et dynamiques des territoires. Londre, ISTE.

Engels B., 2022. Income opportunities for many or development through state revenues? Contested narratives on mining. Critical African Studies.

Géronimi V., Mainguy C., 2020. Exploitation minière et développement : des effets toujours controversés. Introduction. Mondes en développement, n° 189, p. 7-29.

Grajales J., Vadot G., 2020. Introduction. Entreprises, territoires et pouvoirs politiques : localiser l’analyse du capitalisme extractif. Politix, n° 132, p. 7-21.

Grieco K., 2016. Le « genre » du développement minier : maternalisme et extractivisme, entre complémentarité et contestation. Cahiers des Amériques Latines, n° 82, p. 95-111.

IGF, 2017. Global Trends in Artisanal and Small-Scale Mining (ASM): A Review of Key Numbers and Issues [En ligne]. Winnipeg, IISD. URL: https://www.iisd.org/system/files/publications/igf-asm-global-trends.pdf

Kaufmann C., Côte M., 2021. Framing extractivism: Small-scale goldmining formalization and state violence in Colombia. Political Geography, vol. 91, n° 1, document 102496, p. 1-10.

Kassa H. W., 2020. The crisis of social reproduction in petty commodity production and large-scale mining: A Southern perspective on gender inequality. In Francis D.,I. Valodia I., Webster E. (ed.), Inequality Studies from the Global South. Routledge, p. 123-140.

Le Gouill C., Herbozo H., 2023. Des coopératives minières équitables ? Difficultés et réajustements de la filière « équitable » dans les mines aurifères artisanales et à petite échelle en Bolivie. VertigO - La revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], vol. 23, n° 1. URL: http://journals.openedition.org/vertigo/40115 - DOI: https://doi.org/10.4000/vertigo.40115

Le Tourneau F.-M., 2020. Chercheurs d'or - L'orpaillage clandestin en Guyane française. Paris, Cnrs Editions.

Parra J., Valbuena S., 2020. « Ma parole, c’est la loi ». Mines d’émeraudes, politique, corruption et trafic de drogue : le cas de la région occidentale de Boyacá, Colombie. Problèmes d'Amérique latine, n° 116, p. 127-148.

Velut S., 2021. Les territoires de l’Amérique latine et les dynamiques de l’extractivisme [Accessible sur HAL]. L’Information géographique, vol. 85, n° 4, p. 10-19. URL: https://shs.hal.science/halshs-03591492/document

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search