Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursInfrastructures débordées. Gouver...

Infrastructures débordées. Gouvernance et mobilités quotidiennes dans les villes africaines / Overridden infrastructure. Governance and mobilities in African cities

Date limite de réception des articles : 30 juin 2024 / Deadline for article submission: 30 June 2024

Contexte

Au cours des dernières décennies, de nombreuses villes ont développé de nouvelles infrastructures de transport et des plans de mobilité. Pour les pays du Sud, notamment sur le continent africain, les dernières années se sont traduites par de multiples tentatives de modernisation des systèmes de mobilité (Lombard et al., 2022). Celles-ci dépassent le simple renouvellement des infrastructures et du parc de véhicules et consistent, souvent, en l’introduction d’organisations des systèmes de transport jugées performantes (avec arrêts et horaires fixes, billets et formes de paiement numériques) et, de manière plus générale, dans le retour de l’État dans la gouvernance de la mobilité urbaine et interurbaine. À cela, faut-il ajouter l’arrivée de plateformes de gestion numériques d’origine européenne ou états-unienne qui viennent concurrencer celles développées localement (Quillerier et Boutueil, 2021), ainsi que la planification de projets de grandes infrastructures de transport urbain ou interurbain. Les promesses d’amélioration des déplacements et de résorption des embouteillages, qui ont été souvent présentées comme le symptôme du manque de développement des villes africaines, sont communes à ces deux dynamiques, bien que leur concrétisation et leur succès demeurent encore incertains. Leur mise en œuvre est promue, que ce soit par ceux qui les exécutent ou par les institutions internationales, comme une voie pour le développement économique du continent, ce dernier entendu seulement sous le prisme néolibéral.

Or ces modèles de mobilité ainsi que les infrastructures qui les supportent sont rapidement débordés par des usages inattendus, de nouvelles technologies, de nouveaux véhicules et moyens de mobilité, qui peuvent contredire ces plans. Des moyens de transport de personnes et de marchandises prétendument nouveaux émergent, utilisant les technologies récentes, les modèles d'entreprise et les infrastructures d'une manière qui n'est pas prévue par les urbanistes, souvent à la limite de la légalité et des règles de circulation, et déstructurant les infrastructures qu'ils utilisent. Des formes de mobilité inédites s’entremêlent et se combinent avec celles déjà établies, ainsi qu’avec des formes de gouvernance et d’organisation du travail qui les façonnent de manière singulière selon le contexte. Enfin, des entreprises de transport de passagers et/ou de marchandises, complètent leurs services en s’appuyant sur des acteurs sans licence (Lambertz, 2018 ; Cissokho, 2022).

L’objectif est de rassembler des contributions qui présentent différents exemples et visions de la planification, de la gouvernance, des usages réels des différentes infrastructures et des formes de mobilité sur le continent africain (Horta et Aricó, 2017). Ces contributions souligneront la dimension conflictuelle des infrastructures et des formes de mobilité, ainsi que l'importance de prendre en compte les comportements d'usage et de mobilité, les inerties socioculturelles qui régissent les espaces qu'elles traversent ou l'impact qu'elles peuvent avoir sur l'horizon d'un urbanisme inclusif. Dans cette logique, nous proposons de partir de l'idée de débordement des infrastructures – ou de contournement (Chauvin et al., 2017) – précisément pour rendre compte de l'écart qui existe entre la planification, les usages et pratiques et leur gouvernance. Nous cherchons également à mettre l'accent sur une perspective comparative qui aborde ces questions comme des dynamiques globales auxquelles participent les métropoles du Sud, africaines plus particulièrement.

Contributions attendues

Trois axes de travail peuvent orienter les contributeurs et contributrices.

Grands projets : agenda politique, mise en œuvre et échec

Les grands projets d'intervention urbaine ou de construction d'infrastructures sont une constante dans le champ couvert par ce numéro monographique. Ils sont souvent présentés comme une démonstration du pouvoir de l'État et de sa capacité d'initiative et d’investissement (Jarrige et al., 2018). Ils mobilisent et véhiculent des imaginaires de modernité qui intègrent des débats plus larges sur les références et les modèles à suivre (cf. dossier coordonné par Peyroux et Sanjuan, 2016). Cependant, leur mise en œuvre et leur fonctionnement ne sont pas exempts de conflits, d'expulsions et de violences (Rodgers et O’Neil, 2012), et ne prennent pas toujours en compte les usages et les besoins réels, qui finissent souvent par dépasser la planification technique.

Quels imaginaires de la modernité sont-ils véhiculés par les grands projets ? Dans quelle mesure permettent-ils à l'État de s'imposer comme un gestionnaire compétent de leur mise en œuvre ? Quels sont les acteurs impliqués dans leur exécution et leur fonctionnement ? Comment leur conception se heurte-t-elle à des usages qui vont au-delà de ce qui était prévu ?

Mobilités, gouvernance et travail : entre privatisation, « décharge » et corruptions quotidiennes

Le contexte africain a attiré l’attention de nombre d’études sur la diversité des formes de gouvernance des systèmes de transport et sur la place de « l’informel » dans ce cadre. Nous prendrons comme référence des approches comme celle de B. Hibou (1999), qui comprennent l’informel comme une forme de gouvernance dont le fonctionnement réel peut être perçu dans les interstices entre les formes planifiées de régulation et leur application discrétionnaire au quotidien. Bien que la présence d’éléments et de secteurs opérant totalement ou partiellement en dehors des règlements étatiques constituent un mode de fonctionnement répandu, hégémonique et toléré (Doherty et al., 2021 ; Contijoch et al., 2021), nous ne devons pas négliger la relation particulière que ces alternatives de transport entretiennent avec l’État. Si leur déploiement quotidien sert en partie les intérêts et les stratégies de gouvernance de l'administration, le fait qu’ils ne comptent pas avec l’autorisation formelle pour exercer leur activité peut donner lieu à et justifier des formes d'abus et de marginalisation.

Inégalités et perspective de genre dans la gouvernance et les mobilités quotidiennes

Cet axe souhaite mettre l'accent sur l'importance de prendre en compte la diversité des besoins et des usagers dans l'approche de la planification et de la gouvernance de la mobilité et de ses usages. Les inégalités d'accès, la perception d’(in)sécurité, l'expulsion ou l'exclusion de certains usages ou usagers façonnent et déterminent l'expérience des usagers ou des travailleurs, tout en donnant lieu à des stratégies et des tactiques de résistance. Des questions comme l’accès aux périphéries urbaines, l’attention aux mobilités féminines ou subalternes sont présentes dans les débats et les agendas d'intervention urbaine qui visent à moderniser les infrastructures de transport. Plusieurs questions se posent.

Dans quelle mesure et de quelle manière les mobilités urbaines et interurbaines rendent-elles compte d'exclusions et de vulnérabilités plus larges ? Comment certaines infrastructures incluent-elles ou excluent-elles les espaces périphériques ? Quelles stratégies les groupes expulsés déploient-ils pour accéder à certains espaces ou pour contourner ces exclusions ? Comment une perspective de genre peut-elle contribuer à des infrastructures plus inclusives ?

Ce dossier thématique est ouvert aux propositions relevant de la géographie, de l’histoire, de l’anthropologie, de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire ou de toute autre discipline, et dont l’approche et la thématique sont pertinentes.

Les articles de ce dossier Sur le Champs, rédigés en français, en anglais ou en espagnol, comporteront environ 35 000 à 40 000 signes (plus les illustrations). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).
Les articles peuvent aussi être soumis sur cette même thématique mais pour d’autres rubriques trimestrielles : Sur le Métier, Sur l’Image, Sur l’Ecrit. Ils doivent alors se conformer aux attentes de chacune d’elles, comme indiqué dans la ligne éditoriale : https://journals.openedition.org/echogeo/1927. Ainsi, les éditeurs de la rubrique Sur l’Image attendent des textes qui proposent une réflexion sur le statut de l’image dans la recherche et/ou sur l’écriture géographique.

Tous les textes proposés devront être envoyés avant le 30/06/2024 à Marta Contijoch Torres (martacontijoch@ub.edu) et Roger Sansi Roca (rogersansi@ub.edu), coordonnateurs du dossier, avec copie à Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le n° 72 d’EchoGéo (avril - juin 2025).

Coordinateurs du dossier thématique : Marta Contijoch Torres est professeure associée, Universitat de Barcelona-GRECS. Roger Sansi Roca est professeur agrégé, Universitat de Barcelona-GRECS.

-----------------------------

Context

Over the past decades, many cities have been developing new transport infrastructure and mobility plans. In the Global South, and specifically in Africa, these past years have been synonymous with multiple attempts to modernize mobility systems (Lombard et al., 2022). The latter reach beyond the mere renewal of infrastructure and vehicle fleets, and often consist in introducing organized transportation systems that are deemed efficient (with fixed stops and schedules, tickets and online payment options), and, more generally, letting the State back in the governance of urban and interurban mobility. Added to this, European or American data management platforms have been implemented and they compete with the locally-developed platforms (Quillerier and Boutueil, 2021). Furthermore, large urban or interurban infrastructure projects have been planned. Both dynamics share the hope of improving urban transport and reducing traffic congestion, which have often been shown as symptoms of African cities’ lack of development, but their delivery and their success are yet to be proven. Those who execute such projects and international institutions promote their implementation as a means for the economic development of the continent – the latter being seen through the lens of neoliberalism.

Yet those models of mobility, along with the infrastructure that sustains them, are quickly overridden by unexpected uses, new technologies, new vehicles and means of mobility which may contradict these plans. Supposedly new means of transport of people and goods appear, which use recent technology, business models and infrastructure in a way that cannot be predicted by urban planners, and which are often at the limits of legality and of traffic rules, destructuring the infrastructure they use. New forms of mobility intertwine and blend with those which have already been established, and with forms of work governance and organization that shape them differently depending on the context. Finally, some passenger and/or goods transport companies complete their services by relying on unlicensed actors (Lambertz, 2018; Cissokho, 2022).

Our purpose is to collect contributions that offer different examples of and viewpoints on planning, governance, actual uses of different types of infrastructure and forms of mobility across the African continent (Horta and Aricó, 2017). The contributions will underline the contentious dimension of infrastructure and forms of mobility, and emphasize how important it is to take into account behaviors in uses and mobility, the forms of sociocultural inertia that map the spaces they cut across or how they may impact the prospects of inclusive urban planning.

In keeping with this reasoning, we propose to start with the idea of overriding infrastructure – or bypassing it (Chauvin et al., 2017)  precisely in order to appreciate the discrepancy between planning, uses and practices and their governance. We also wish to lay emphasis on a comparative approach that will tackle these issues as global dynamics into which metropolises of the Global South and, more precisely, African ones feed.

Expected contributions

Contributions may be guided by three research axes.

Megaprojects: political agenda, implementation and failure

Urban and infrastructure megaprojects are ubiquitous in the field examined in this issue. They are often shown as a display of the State’s power and of its ability to take initiative and to invest (Jarrige et al., 2018). They draw upon and convey imaginaries of modernity which encompass broader debates on references and role models (cf. the special issue coordinated by Peyroux and Sanjuan, 2016). Yet their implementation and their functioning are not devoid of conflicts, evictions and violence (Rodgers and O’Neil, 2012), and don’t always take into account the actual uses and needs, which often end up going over technical planning.

What imaginaries of modernity do megaprojects convey? To what extent do they enable the State to establish itself as a skillful administrator of their implementation? Who plays a part in their execution and their operation? How does their design grapple with uses that go beyond what had been planned?

Mobilities, governance and work: privatization, “offload” and daily corruption

Many studies of the African context have focused on how diverse the governance of transportation systems can be, and on the role played by “informality” in that setting. We shall refer to approaches such as that of B. Hibou (1999), which define informality as a form of governance whose actual operation can be seen in the cracks between planned forms of regulation and their discretionary application in everyday life. Some elements and sectors operate – in part or fully – outside of state regulation, and even though it is a widespread, hegemonic and tolerated operating mode (Doherty et al., 2021; Contijoch et al., 2021), the special relation such alternative means of transport keep with the State mustn’t be overlooked. Though their daily implementation partly serves the administration’s interests and governance strategies, the fact that they dispense with formal authorization in their activity can bring about and justify forms of abuse and marginalization.

Inequalities and gender perspective in daily governance and mobilities

This axis aims to stress the importance of taking into account the diversity of needs and of travelers when tackling the planning and governance of mobility and its uses. Inequalities in access, the sense of safety or lack thereof, the eviction or exclusion of some uses or users all shape and determine users’ or workers’ experiences while producing strategies and tactics of resistance. The issues of access to urban outskirts and awareness of the mobility of women or subordinates pervade both the debates and urban intervention agendas striving to modernize transport infrastructures. This raises many questions.

To what extent and how do urban and interurban mobilities reflect broader forms of exclusion and vulnerability? How do some infrastructures include or exclude peripheral spaces? What strategies do evicted groups implement to access certain spaces or to circumvent those exclusions? How can gender perspectives contribute to building more inclusive infrastructures?

This special issue is open to submissions coming under research in geography, history, anthropology, urban studies, land-use planning or any other field whose approach and topic are relevant.

The articles in this issue may be written in French, English or Spanish and contain between 35,000 and 40,000 characters (plus illustrations). Please refer to the author recommendations for guidelines on how to present the text, bibliography, abstracts and illustrations, as set out in the editorial guidelines (https://journals.openedition.org/echogeo/22068)

Texts may also be submitted on this topic for other EchoGeo’s quarterly sections: “Sur le Métier” (Geography as a professional practice), “Sur l’Image” (On Image) and “Sur l’Écrit” (On Writing). They must comply with the expectations of each section, as set out in the editorial lines: https://journals.openedition.org/echogeo/22070. For example, editors of the On Image section expect texts that provoke reflection on the status of image in geographical research and/or writing.

All proposals must be sent by 20 June 2024 to Marta Contijoch Torres (martacontijoch@ub.edu) and Roger Sansi Roca (rogersansi@ub.edu), who are the coordinators of this feature, with a copy sent to Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), Editorial Secretary, who will send them to the reviewer(s). The feature will be published in issue n° 72 (April-June 2025).

Coordinators of the issue: Marta Contijoch Torres, associate professor at Universitat de Barcelona-GRECS; Roger Sansi Roca, Professor at Universitat de Barcelona-GRECS.

Bibliographie

Chauvin E., Mareï N., Lombard J., 2017. Les circulations mondialisées en Afrique : promotion, adaptation et contournement. Géocarrefour [En ligne], vol. 91, n° 3. URL: http://journals.openedition.org/geocarrefour/10313 - DOI: https://doi.org/10.4000/geocarrefour.10313

Cissokho S., 2022. Le transport a le dos large. Les gares routières, les chauffeurs et l’État au Sénégal (1968-2014). Paris, EHESS.

Contijoch M., Martínez R., Delgado M., 2021. Klandos and Jakartas. Rethinking ‘informality’ and ‘public space’ from two mobility systems in Lower Casamance, Senegal. AIBR. Revista de antropología iberoamericana [En ligne], vol. 16, n° 2. URL: https://aries.aibr.org/storage/antropologia/netesp/numeros/1602/160209e.pdf - DOI: https://doi.org/10.11156/aibr.160209e

Doherty J., Bamba V., Kassi-Djodjo I., 2021. Marignalité multiple et l’émergence d’un transport populaire : les taxi-tricycles ‘salonis’ à Abidjan, Côte d’Ivoire. Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], document 964. URL: http://journals.openedition.org/cybergeo/36056 - DOI: https://doi.org/10.4000/cybergeo.36056

Hibou B. (dir.). 1999. La privatisation des États. Paris, Karthala.

Horta G., Aricó G. (coord.), 2017. Mobilitats i mobilitzacions a l’Àfrica ». Numéro thématique. Quaderns de l’Institut Català d’Antropologia [En ligne], n° 33. PDF: https://publicacions.antropologia.cat/quaderns/issue/view/4

Jarrige F., Le Courant S., Paloque-Bergès C. (dir.), 2018. Infrastructures, techniques et politiques. Numéro thématique. Tracés. Revue de Sciences Humaines [En ligne], 35. URL: https://journals.openedition.org/traces/8107 - DOI: https://doi.org/10.4000/traces.8107

Lambertz P., 2018. The Vernacular Bureauracy of Taxi Logistics at the Airport of Dakar. Africa Today, vol. 65, n° 2, p. 50-70.

Lombard J., Mareï N., Ninot O., 2022. Les transports en Afrique : entre influences mondialisées et savoir-faire locaux ». In Peyroux E., Raimond Ch., Viel V., Lavie E. (dir.), Développement, changements globaux et dynamiques des territoires. Théories, approches et perspectives de recherche. Londres, ISTE, p. 125-142.

Peyroux E., Sanjuan T. (dir.), 2016. Stratégies de villes et ‘modèles’ urbains : approche économique et géopolitique des relations entre villes. Dossier thématique. EchoGéo [En ligne], n° 36. URL: https://journals.openedition.org/echogeo/14553 - DOI: https://doi.org/10.4000/echogeo.14553

Quillerier T., Boutueil V., 2021. Concurrence entre plateformes numériques africaines et internationales de paratransit sur le continent africain. 3èmes Rencontres Francophones Transport Mobilité (RFTM), juin, Champs-sur-Marne, France.

Rodgers D., O’Neil B., 2012. Infrastructural violence: Introduction to the special issue. Ethnography, vol. 13, n° 4, p. 401-412.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search