Navigation – Plan du site

Accueilnumeros66EditorialTransitions territoriales et rela...

Editorial

Transitions territoriales et relations de coopération

Serge Weber

Texte intégral

1En dépit de leur variété, les textes sélectionnés dans ce numéro se font écho par certains aspects : des situations de crise, plus ou moins accentuées, sont vécues plus ou moins intensément par des acteurs dominés, marginalisés ou vulnérables ; des perspectives de changement sont amorcées par ces derniers, qui imaginent un après-crise. Ce qui frappe à la lecture de ces textes, c’est l’attention que portent les auteurs et autrices aux relations entre ces acteurs, des relations de coopération et d’ajustement, qu’ils réussissent à inventer face aux crises. Les perspectives de transition, vues en tant que réagencements collectifs, à diverses échelles, émergent avec d’autant plus d’intérêt qu’elles sont prises en main par des acteurs qui ne sont pas toujours en position de pouvoir.

2Dans le dossier Sur le champ, riche de sept articles, les crises environnementales sont abordées sous des angles divers, mais ne sont jamais isolées : des crises agricoles, économiques, politiques ou symboliques s’y combinent. Elles nous laissent entrevoir la façon dont se construit la transition. Non pas comme un mot-valise qui serait chargé de pouvoirs magiques, mais bien comme un ensemble de devenirs, de changements et de réagencements, autant d’amorces de trajectoires de devenir pour les espaces où se sont nouées ces crises.

3Ouvrons le dossier avec un article de Fabien Jakob qui porte sur les Politiques publiques sectorielles suisses de lutte contre la dégradation des sols. Il vient confirmer l’urgence de contrer la progression de la dégradation des sols, en analysant la toute récente Stratégie Sol Suisse 2020.

4Ce texte, outre qu’il propose un rappel salutaire de la fonction écologique des sols et des services écosystémiques dont ils s’acquittent, dresse le bilan de leur dégradation profonde en Europe. La dégradation des sols « compte ainsi parmi les enjeux environnementaux les plus critiques de notre époque » ; son coût s’élève à plusieurs dizaines de milliards d’euros chaque année.

5Les institutions fédérales ne peuvent pourtant pas être soupçonnées de s’être voilé la face. La Suisse dispose déjà d’une constellation de mesures réglementaires adoptées et mises en œuvre depuis les années 1980. Elle a déployé des efforts de transversalité entre les différents secteurs concernés (agriculture, forêt, construction et logement, approvisionnement, aménagement du territoire, etc.).

6Ces multiples dispositifs normatifs se sont avérés cependant insuffisants, en raison de l’absence, jusqu’à la Stratégie de 2020, d’une loi cadre coordonnant une réponse transversale aux différents secteurs de l’action publique. Les techniques culturales inadaptées aux conditions locales, la déprise agricole, l’extension des surfaces bâties, le rôle aggravant des nombreuses pentes, la pollution des eaux pluviales, l’exploitation des sols tourbeux, mais aussi la spéculation, la thésaurisation foncière ou les dérogations communales obligent à envisager la gestion des sols de façon intégratrice. C’est l’objectif de cette Stratégie de 2020, malgré ses potentielles insuffisances : rendre effectives les mises en relation et les coopérations entre les différents acteurs, condition nécessaire pour la conduite de ce volet fondamental de la transition écologique.

7L’essor de l’activité minière à l’ouest du Kenya donne l’occasion à Joseph Bohbot de présenter un cas d’étude qui vient remettre en question un certain nombre d’attendus.

8Ici, l’orpaillage n’est pas la « trappe à pauvreté » souvent dénoncée dans d’autres contextes, mais bien une niche de développement pour cette région périphérique et touchée par de multiples formes de marginalité – un développement « aussi chaotique soit-il, du fait des enjeux environnementaux et des conséquences sur la santé humaine ». L’auteur est attentif au bas de l’échelle, du côté des petits orpailleurs artisanaux de la population luhya. Leur activité largement informelle est, certes, dépendante des autres acteurs de la filière, les lixiviateurs et les industriels, qui viennent tous d’autres régions ou d’autres pays, mais leurs modestes revenus tirés de la récolte de l’or sont réinvestis dans les semences, le bétail, l’embauche d’ouvriers agricoles, ou encore le commerce. Cet « orpaillage domestique » permet de « dépasser l’opposition entre mines artisanales et mines industrielles pour éclairer de façon plus nuancée, mais aussi plus complexe, l’arène minière » et défendre son rôle dans une trajectoire de développement local et de sortie de la précarité.

9L’auteur montre que, malgré les tensions foncières, les rapports sociaux asymétriques et surtout le retard dans la mise en œuvre de mesures de protection environnementale contre les pollutions, c’est l’intensité des coopérations entre acteurs qui ouvre la « possibilité de valoriser financièrement un produit qui ne pourrait pas l’être » sans cette imbrication sociale ni cette cohabitation spatiale.

10C’est cette même attention aux relations de coopération entre les acteurs dominés que portent Nasser Rebaï, Johan Desbonnets et Hedj Rebei, dans leur analyse de la crise qui touche les petits agriculteurs familiaux, précarisés par les politiques libérales de modernisation agricole, à Marhès, territoire rural en périphérie de Sfax, deuxième ville de Tunisie.

11Ces territoires ruraux sont fortement touchés par une crise ancienne, qui remonte à la conjonction entre l’aggravation des sécheresses et l’orientation libérale, et qui fait suite à une expérience collectiviste qui a laissé de mauvais souvenirs. Voici quarante ans que l’État, au nom de la modernisation agricole, a de facto organisé la mise en concurrence entre agriculteurs, la dépendance des petits exploitants familiaux par rapport à une oligarchie des intermédiaires de la commercialisation et la spécialisation dans l’oléiculture d’exportation au détriment des cultures maraîchères pour l’approvisionnement urbain. La dégradation des conditions de vie des petits exploitants, déconsidérés par les institutions du marché agricole, s’est accompagnée du délitement de leurs liens de coopération. Les Constitutions qui ont suivi la « révolution du jasmin » de 2011 n’ont pas davantage porté attention à cette situation : « elles ne sont donc en rien révolutionnaires ».

12Et pourtant, ce que les auteurs ont remarqué, au gré de leur enquête, c’est un discret mais prometteur retournement de situation, l’émergence d’associations et de collectifs de petits producteurs, dans la lignée des mobilisations populaires qui ont récemment traversé le pays, qui se démarquent des formes participatives, promues par les politiques libérales et qui n’avaient d’autre vertu que d’accentuer le contrôle sur les exploitants. Ces premiers signes d’émancipation sont un pas vers une transition territoriale, qui, selon les auteurs, « mettra du temps ».

13Restons en Tunisie : après Sfax, Kairouan. Dans cette ville moyenne, Mohamed Chebli, Salem Dahech, Sami Charfi prennent la mesure des effets de la crise climatique sur l’environnement urbain. Leur texte revient sur le bilan énergétique des agglomérations et les canicules de plus en plus intenses et prolongées sur le pourtour méditerranéen. Il s’attache aussi à montrer à quel degré les populations modestes y sont les plus vulnérables. Leur objet est d’interroger les modes d’adaptation au « stress thermique » et à ses conséquences sur la santé et les conditions de vie. Ces tactiques d’adaptation révèlent le poids des inégalités socio-spatiales et le cumul des vulnérabilités dans les quartiers pauvres et informels. L’exposition à des facteurs aggravants comme la pollution de l’air ou les nuisances sonores vient enrichir la notion de stress thermique.

14Un troisième texte sur la Tunisie propose de reprendre un thème de recherche qui avait intéressé divers géographes dans la seconde moitié du XXe siècle : la manière dont les migrations résidentielles en Tunisie révèlent les criantes inégalités territoriales du pays. Hajer Ben Hamza et France Guérin Pace proposent de tester l’hypothèse que les événéments de 2011, qui ont profondément bouleversé la situation politique et sociale du pays, ont eu le même effet sur l’intensification des migrations résidentielles que d’autres événements qui ont marqué l’histoire de la société tunisienne dans le passé. Leur enquête quantitative s’appuie à la fois sur les données du recensement entre 1994 et 2014 et sur une enquête ménages, pour retracer les étapes des changements de résidence. Elle confirme l’extrême disparité socio-économique des régions, entre attractivité des régions littorales et du grand Tunis et répulsivité des périphéries rurales et oasiennes intérieures. Mais elle ne semble pas confirmer un pic notable de migrations résidentielles après 2011. C’est en changeant d’échelle que leurs résultats laissent deviner une situation plus complexe : c’est plutôt à travers la mobilité de proximité intrarégionale que les effets de l’après-2011 peuvent être entraperçus.

15Toutes ces questions articulant inégalités, vulnérabilités, coopérations et trajectoires territoriales pourront être mises en perspective dans un article d’inspiration lefebvrienne, qui propose des clefs théoriques sur les différentes « valeurs » qui se combinent dans la qualification des territoires. Michael Chetry prend un certain recul par rapport aux enquêtes empiriques qu’il a menées dans diverses favelas de Rio de Janeiro (Pavão-Pavãozinho, Coroado, Nova Holanda, Vigário Geral ou encore Santa Marta) et propose de tester la validité de la notion de « valeur territoriale », incluant la valeur symbolique, pour penser les conflits liés à la marchandisation de l’espace. En effet, les favelas, comme la plupart des quartiers d’habitat informel, sont une ressource essentielle pour les travailleurs pauvres. Pour autant, elles sont vues par d’autres acteurs urbains comme « un territoire de réserve, capable d’être capturé le moment venu » en fonction de ce que la conjoncture offre comme potentialité de profit, alors même qu’elles « représentent la maximisation des possibilités économiques, culturelles et sociales, réalisée par les pauvres pour habiter la ville ».

16Comme faisant écho à la dimension symbolique des valeurs attribuées à des territoires, suggérée par l’article précédent, Pascale Bugnon nous emmène en Chine, dans une ville du Fujian. Son article (Re)devenir Hui : l’ethnicisation d’une municipalité autonome à Baiqi, explore les effets d’une attribution ethnique fabriquée et récemment importée dans ce territoire. Sous prétexte d’une assignation ethnique allogène, accompagnant la politique de légalisation du statut de « nationalité », le pouvoir central a induit des réagencements imprévus d’auto-identification, de la part des habitants. Cette définition simplificatrice d’une appartenance ethnique supposément musulmane est inégalement accueillie par les habitants, qui se révèlent être largement assimilés aux codes rituels han fondés sur le rapport à l’ancestralité. Cette impulsion institutionnelle ne s’est finalement pas accompagnée d’une « ré-islamisation », mais d’ajustements beaucoup plus fins et d’adaptations à des opportunités inattendues pour ces populations marginalisées, à la fois pour « se positionner dans la société chinoise » et pour tenter des stratégies de survie économique en développant des relations commerciales et entrepreneuriales avec divers pays musulmans. C’est donc la « perméabilité » des identifications de soi, au prix d’un aménagement de la relecture du passé, qui a été saisie comme opportunité de légitimation.

17La rubrique Sur l’écrit est riche de deux entretiens, conduits par Jean-Marie Théodat, qui donne la parole à deux auteurs sur un même thème : l’histoire de Madagascar. L’historienne Faranirina Rajaonah, à qui l’on doit des recherches fondatrices sur l’histoire de l’île, en particulier sur la période coloniale, revient sur l’ouvrage Histoire de Madagascar, la construction d’une nation. Elle rappelle les grands jalons de cette histoire longue et riche, articulant la longue durée précoloniale avec la complexité des rapports sociaux à l’époque coloniale. L’expression « construction d’une nation » révèle tout son sens et l’historienne donne des clefs précieuses pour comprendre le présent de l’île. De son côté, Fabien Bordeles propose un contrepoint original sur un moment de cette même histoire, à l’articulation de la domination coloniale et de l’émergence des mouvements nationalistes, avec son point de vue d’historien, de rugbyman et d’archiviste. Histoire du rugby à Madagascar vient confirmer « le lien organique entre sport et politique » et l’illustre autant par des matches hautement symboliques que par des équipes et des écoles qui témoignent de la mosaïque des mouvements politiques et sociaux qui ont mené à l’indépendance.

18C’est autour de ce même moment crucial, les années qui précèdent les indépendances, que Sylvie Bredeloup et Jérôme Lombard nous invitent à nous attarder dans la rubrique Sur le métier mais, cette fois-ci, du point de vue du monde de la recherche. Ils ont construit leur texte à partir d’un entretien qu’ils ont mené avec un grand sociologue sénégalais, Abdoulaye Bara Diop, qu’ils ont eu la chance de rencontrer à Dakar peu de temps avant sa disparition. Ce sont les débuts de la carrière de cet intellectuel hors du commun qui les intéressent, remontant aux années 1940-50. Ses souvenirs permettent de mieux comprendre comment fonctionnait la recherche, et surtout l’organisation et le pilotage de grandes enquêtes dans ce contexte colonial précis, et comment des aspects très matériels et pragmatiques ont finalement rendu possible une carrière remarquable, qui a eu un effet d’entraînement majeur sur les sciences sociales sénégalaises depuis lors.

19Deux des notions qui ont émaillé ce numéro, la valeur et la relation, résonnent, dans la rubrique Sur l’image, avec un écho tout particulier. Les environnements sonores enregistrés modifent-ils la valeur paysagère des images ? Développant leur regard profondément original et empathique, Floriane Chouraqui et Maylis Ate analysent la place que le film géographique peut accorder au sonore, ce qu’elles nomment le « champ des voix ». Elles montrent à quel point le choix de ce qui est parlé, chanté et entendu est riche, signifiant et complexe. On ne serait pas étonné qu’il le soit davantage que le choix strictement visuel des plans et des images filmées – ici un espace agricole insulaire isolé, situé au pied d’un volcan et habité par des communautés rurales, dans une des îles du Cap vert. Leurs réflexions sur les parlers et les langues, les chants et la musique, aux côtés du paysage sonore et de la bioacoustique, proposent des clefs d’analyse nouvelles, qui invitent à voir la géographie comme une démarche qui dépasse largement le visible.

20On serait tenté de qualifier leur vision de la géographie peut-être de symphonique, sûrement de polyponique, deux termes qui rendent justice aux multiples voix que les auteur·rices de ce numéro ont portées

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Weber, « Transitions territoriales et relations de coopération »EchoGéo [En ligne], 66 | 2023, mis en ligne le 31 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/26364 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.26364

Haut de page

Auteur

Serge Weber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search