Navigation – Plan du site

Accueilnumeros67Sur le champDéguerpissements et déplacements ...

Sur le champ

Déguerpissements et déplacements forcé à Addis-Abeba

D’une citadinité des marges à une citadinité de survie
Forced evictions and displacements in Addis Ababa: from an urban citizenship of the margins to an urbanity of survival
Bezunesh Tamru

Résumés

Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, est depuis quelques années le théâtre de grandes opérations d’embellissement et de promotion immobilière. Menées dans une ambiance de libéralisation économique, celles-ci sont liées à un discours de communication politique sur la ville moderne et intelligente. Ces aménagements exigent des emprises foncières importantes et le déplacement forcé de milliers de citadins. Notre étude analyse les évictions dont sont victimes les habitants du Nord-Est de la capitale dans le secteur boisé de Yéka et interroge l’évolution de leurs citadinités. Les entretiens révèlent des pratiques urbaines passées entre les marges forestières et les marchés centraux, fondées sur une économie semi-rurale. La construction de nouvelles routes, désenclavant ces districts, avait permis aux habitants une certaine amélioration de leurs conditions de vie. Cependant, les déplacements forcés et la destruction de leurs quartiers sont non seulement sources de déclassement social mais également de remise en question d’une citadinité qu’ils croyaient acquise, ce qui les conduit à des stratégies de survie urbaine, en particulier pour les plus jeunes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. Several mega projects in the capital to be completed this Ethiopian year, 9/10/20 [Fana Broadca (...)
  • 2 Les nouveaux locaux du ministère de la défense ou de la télévision d’état (illustration 1)

1Depuis le tournant du nouveau millénaire, Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, est marquée par de vastes opérations de rénovation urbaine. Avec la venue au pouvoir du premier ministre Abye Ahmed en 2018, ces opérations se sont amplifiées. Appelées mégaprojets1, elles se composent de la rénovation de certains lieux centraux, de constructions d’infrastructures, de bâtiments publics2 et de grands ensembles immobiliers. Ces derniers, appelés complexes urbains, « villages » ou villes satellites, comprennent des logements de standing, des hôtels de luxe et autres services haut de gamme et ils exigent de vastes emprises foncières. La Gare Real Estate, le village Mohammedia ou le projet Tchaka ainsi que la mise en œuvre des corridors de rénovation afin de connecter les mégaprojets (illustration 1) sont autant d’exemples d’opérations voraces en ressources urbaines et modernisant au bulldozer la capitale éthiopienne. La politique de libéralisation économique en cours favorise l’émergence d’une élite mondialisée avec ses ramifications internationales et l’accueil de touristes au détriment des citadins ordinaires, en particulier des plus démunis.

  • 3 Cf. Hochet-Bodin N., 6/02/23. En Ethiopie, un palais pharaonique pour Abiy Ahmed, pris par la folie (...)

2Dans cet article nous nous intéressons aux impacts du projet Tchaka3, « forêt » en amharique, en cours de réalisation dans le massif boisé de Yéka, sur une superficie minimale estimée à 500 hectares. Véritable ville dans la ville, le futur complexe doit comprendre un nouveau palais, trois lacs artificiels et leurs cascades, des hôtels, des résidences de luxe et des bâtiments publics accueillant certains ministères. Depuis 2022, la priorité est à la construction des routes reliant ce périmètre aux services clés de la ville et impliquant la destruction de quartiers populaires. L’objectif de notre étude est d’interroger la diversité des stratégies déployées pour se maintenir en ville par les victimes d’évictions liées à ce projet et à ses infrastructures. Nous mobilisons les notions de droit à la ville et de citadinité car la question ici posée est de comprendre comment des foyers, ayant auparavant lutté pour s’assurer, voire consolider, leur place dans la ville tentent de la conserver ou de la reconquérir. Ceci revient à interroger les stratégies des familles expulsées pour une re-légitimité citadine face à un État et des services municipaux ayant tendance à la remettre en cause. Au travers de méthodes ethnographiques, des entretiens ont été conduits en janvier 2023 auprès des habitants déplacés. Ils éclairent sur les différents modes de faire valoir leurs droits à un relogement et/ou à une compensation financière par les déplacés selon l’ancienneté d’installation, les situations foncières ou les classes d’âge. Dans les pages suivantes, nous évoquons le contexte des évictions à Addis-Abeba dans le cadre des opérations de modernisation de la ville et en particulier celle du projet Tchaka ; nous examinons ensuite les itinéraires d’insertion urbaine des habitants interrogés et nous terminons par une analyse de leurs stratégies de re-légitimations citadines post-évictions.

Rénovation urbaine et évictions à Addis-Abeba

3Les évictions, déplacements forcés, expropriations ou déguerpissements urbains sont des termes qui décrivent des événements récurrents dans les grandes villes africaines. Le terme de déguerpissement (Bouquet et Kassi-Djodjo, 2014) est plus fréquemment utilisé en Afrique francophone. Blot et Spire (2014) montrent la différence entre déguerpissement, ou déplacement musclé de population occupant souvent des terrains publics, et expropriation sous-tendant une appropriation préalable plus légitime de l’espace. Une littérature importante (Bridonneau, 2014 ; Di Nunzio, 2022 ; Gebre Yntiso, 2008 ; Gourland 2017 ; Nguema, 2014) est consacrée aux évictions urbaines résultant d’opérations de modernisation au détriment d’un habitat considéré vétuste et insalubre, ou pour récupérer des espaces publics en évacuant le petit commerce de rue. À Addis-Abeba (Di Nunzio, 2022 ; Gebre Yntiso, 2005 ; Spire et Bridonneau, 2017), il est tout autant possible d’utiliser le terme de déguerpissement que celui d’expropriation ou de déplacement forcé, les deux derniers cas impliquant un possible relogement. La modernisation des infrastructures comme la construction du boulevard périphérique (ring road) et les opérations immobilières ont abouti depuis les années 2000 à des déplacements forcés de populations pour lesquelles un relogement (Spire et Bridonneau, 2017) a été souvent proposé en lisière de la ville. Cet article s’intéresse plus particulièrement aux évictions récentes, occasionnées par le lancement des mégaprojets, depuis la prise de pouvoir du premier ministre Abye Ahmed.

4Illustration 1 – Projets de rénovations ou « mégaprojets » à Addis-Abeba depuis 2018

5Auteur : B. Tamru, 2024.

Les mégaprojets d’Addis-Abeba

  • 4 Le projet occupe principalement les terrains de la concession de l’ancienne compagnie franco-éthiop (...)

6Ces aménagements (Biruk, 2020) se caractérisent par une modernisation de la ville financée en majorité par des fonds privés. Ils sont surtout destinés à une clientèle solvable voire fortunée. Sur une superficie de 36 hectares, le projet La Gare4, confié au promoteur émirati Eagle Hill, projette la construction de 4 000 logements en plus de centres commerciaux et d’autres lieux de loisirs. Dès 2018, les démolitions ont eu lieu et les terrains « libres » clôturés. En 2024, un seul des bâtiments prévus est en construction. Cette opération plutôt poussive ne fait pas partie du catalogue de réalisations sur lesquelles le gouvernement du premier ministre, Abye Ahmed, et l’administration de la maire, Adanetch Abébé, communiquent le plus ; ils préfèrent mettre l’accent sur les parcs et constructions récemment inaugurés. Ainsi la bibliothèque Abrehot proche du vieux palais, l’échangeur souterrain du quartier Pouchkine à proximité du siège de l’Union Africaine ou le complexe du mémorial d’Adwa montrent une volonté d’investir les lieux les plus emblématiques de la ville (illustration 1). Le développement des parcs et des espaces verts est aussi fortement encouragé comme la transformation du vieux palais rebaptisé Unity Parc ou le nouveau Friendship Parc avec son étang artificiel et sa fontaine dansante. Ce dernier fait partie d’un projet de rénovation des berges dit River Side Green Development Project soutenu par des financements chinois (illustration 1). Des lacs artificiels, des plazzas connectées aux coulées vertes des berges et doublées de voies piétonnes ou de pistes cyclables sont prévus. Les nombreux habitants qui occupaient les lieux visés par ces projets ont vu leurs quartiers rasés avec des modes de relogement et de compensation opaques malgré la loi de 2019 (FEDRE, 2019). Dans sa partie II, ce texte détaille les modalités d’indemnisation des déplacés. Lors de nos enquêtes, nous avons rencontré une famille d’agriculteurs urbains ayant reçu une notification d’évacuation de sa ferme, incluse dans le périmètre du projet Tchaka (cf. infra), mais aucune compensation explicite ne lui a été proposée malgré l’article 15.1 de la loi de 2019 qui stipule leur droit à une relocation urbaine sur un terrain pouvant atteindre 500 m² pour le foyer principal en plus de parcelles attribuables à chaque enfant majeur. Les pouvoirs municipaux, maîtres des terres de la ville par la nationalisation de tous les sols urbains en 1975 et qui gèrent leur attribution selon un régime de baux emphytéotiques (EPMC, 1975 ; FEDRE, 2011), peuvent les réclamer à tout moment au motif, souvent vague, de développement. Malgré un discours affiché de libéralisation économique, le gouvernement d’Abye Ahmed n’a pas réformé ces lois foncières et ne promeut pas la propriété privée ; c’est donc muni de ce puissant levier aux mains des pouvoirs publics, que le projet Tchaka a été lancé.

Tchaka : le plus important des mégaprojets d’Addis-Abeba

  • 5 Cf. Addis Ababa’s Smart City Project officially launched, 29/12/22. [Fana Broadcasting Corporate]. (...)
  • 6 Cf. sur Youtube vidéo d’une émission en deux parties en amharique diffusée en janvier 2024 sur la t (...)
  • 7 En mars 2024, l’avenue de l’aéroport est réintégrée au projet corridors de rénovations (illustratio (...)

7C’est à la suite d’une période de rumeurs sur la construction d’un nouveau palais par le Premier Ministre que la véritable ambition de l’opération a été révélée, celle de créer une cité satellite sur le principe de la ville intelligente dont la gestion reposerait en grande partie sur les technologies de l’information. Dans le discours des autorités municipales le projet de ville intelligente ou Smart City, lancé en décembre 20225, est synonyme de la modernisation de l’habitat et des infrastructures, comme en témoignent les fréquentes allusions à cette expression pour justifier les opérations de démolition. Juchée en partie sur les hauteurs du massif de Yéka, (illustration 1) la nouvelle cité dite Tchaka s'étendrait sur 500 hectares, certains évaluant sa superficie réelle à 3 500 hectares. Un réseau routier est en construction pour assurer sa desserte interne et ses connexions avec le reste de la ville. Une partie importante des évictions sont le fait du percement et de l’agrandissement de ces voies au tracé et aménagement sélectifs. Plusieurs possibilités ont ainsi été envisagées pour connecter le périmètre du projet à l’aéroport international de Bolé par un itinéraire rapide et majoritairement arboré6. En 2023, l’avenue de l’Airport Road est écartée car l’élargissement de ses trottoirs et leur verdissement auraient touché les immeubles et parkings qui la bordent7. Un tracé débutant quasiment par le futur complexe de loisir Windows of Africa, passant par le périphérique et rejoignant le rond-point de la place Diaspora communément appelée Meguenagna, est retenu. Pour relier le sud du périmètre Chaka à Meguenagna, une première possibilité envisagée est l’agrandissement d’une rue existante mais au prix de la destruction d’immeubles et de villas en dur. Le choix final s’est donc porté sur le percement d’une nouvelle rue dans un secteur populaire dont l’habitat a été en partie rasé (illustration 1).

  • 8 Cf. Endeshaw H., 2023. Premier’s palace project awarded to three contractors, 12/05/23. [Borkena Et (...)
  • 9 Selon le taux officiel d’avril 2024 1 euro est équivalent à 60,81 birrs.
  • 10 Cf. Chaka Project sur Youtube, URL: https://www.youtube.com/watch?v=Yw_O8V84ms0
  • 11 Après la terrible guerre du Tigré, d’autres conflits continuent dans l’Amhara et l’Oromia.

8Plusieurs firmes participent à la construction du projet Tchaka dont l'entreprise publique Ethiopian Construction Works Corporation qui érige le palais et la Governmental Construction Company of China, l’hôtel "Sky View". Bien que le coût exact de l’opération ne soit pas connu, la construction du seul palais est estimée8 à 49 milliards de birrs9 soit autour de 805 millions d’euros. Interrogé en 2022 sur ce projet à la Chambre des représentants, le Premier ministre a déclaré10 qu’il fait partie du développement de la ville intelligente et qu’il coûterait entre 300 et 400 milliards de birrs (5 à 6 milliards d’euros) obtenus grâce à des fonds privés et étrangers. La construction d’une cité satellite de luxe surdimensionnée peut choquer dans un pays toujours en proie à des conflits internes meurtriers11 et souffrant d’une pauvreté croissante. À ces critiques, le Premier ministre oppose un discours libéral considérant la future cité financièrement autonome et génératrice de richesses en termes d’activités et d’emplois. Il justifie les mégaprojets par une vision à long terme, utile aux générations futures, tout en s’accommodant de la destruction contemporaine de milliers de logements de citadins défavorisés dont beaucoup sont très jeunes.

Evictions, droit à la ville et citadinité

9Les déguerpissements urbains participent voire suscitent des mouvements pour le droit à la ville. Par cette notion nous entendons une revendication citadine à demeurer dans son quartier en réfutant une primauté de la valeur d’échange des sols sur leur valeur d’usage (Lefebvre, 1968) ou à obtenir un relogement décent auprès d’une administration qui peine à reconnaître ces droits (Morange et Spire, 2020 ; Faret et al., 2019). A Addis-Abeba, la crainte des mesures d’intimidation muselle l’éclosion de discours ou d’actions collectifs en faveur des citadins victimes des évictions et dont la diversité des modes d’appropriations foncières sont souvent ignorées. T. jeune homme d’une vingtaine d’année membre d’une famille expulsée de Yéka décrit les méthodes d’expulsion :

  • 12 Le niveau élémentaire du découpage administratif urbain.
  • 13 Titre de propriété légal.

« Nous étions avertis depuis deux mois de notre expulsion, les parents partaient avec les autres pour voir les responsables du wereda12, on est plusieurs sans carta13, mais personne n’osait parler au nom de tous, chacun pour soi… Un samedi matin très tôt, le quartier a été bouclé par des policiers armés…. Il n’y avait plus moyen de discuter…. Et ils ont tout démoli… Ils choisissent exprès de venir un week-end, toutes les administrations sont fermées et comme ça on ne peut se tourner vers personne pour nous aider… »

10Afin d’analyser les stratégies multiformes pour un droit à demeurer en ville avec une reconnaissance citadine, cet article mobilise le concept de citadinité (Berry-Chikhaoui, 2009) compris comme les pratiques, les représentations, les stratégies et les rapports sociaux des populations victimes de déguerpissements et de déplacements forcés à Addis-Abeba en particulier dans le périmètre et autour des infrastructures du projet Tchaka.

D’une citadinité des marges urbaines à une citadinité de survie : quels droits à la ville pour les populations victimes d’éviction ?

11Selon certains auteurs (Deboulet, 1996 ; Lanne, 2017 ; Tamru et Saïd Chiré, 2018), la citadinité s’intéresse aux pratiques et représentations urbaines au travers des stratégies d’intégration citadine de populations défavorisées dans les périphéries urbaines, les centres villes délaissés ou les quartiers précaires du tissu ancien. Elle interroge également la construction politique d’une citoyenneté urbaine (Smith, 2013) et les mécanismes de production des espaces urbains, la citadinité éclaire aussi sur les manières d’habiter. Elle rend également possible l’examen de l’acceptation citadine, politique et sociale, de groupes particularisés par leur origine ethnique ou leur métier (Amsalu, 2018). La citadinité peut se manifester par un sentiment de légitimation d’un droit à la ville (Didier et Philifert, 2019) dans les opérations de déguerpissements. Plusieurs études ont appliqué la notion d’un droit à la ville à des foyers déplacés. Ainsi une étude menée à Addis-Abeba (Spire et Bridonneau, 2017) examine les processus de leurs adaptations aux habitats collectifs en hauteur où ils sont relogés. Les études sur les plus défavorisés de ces citadins montrent des pratiques urbaines spécifiques, entre évitement des autorités (Faret et al., 2019) ou réadaptations bidonvilloises dans les nouvelles périphéries (Harroud, 2019). Les adaptations ou les constructions de pratiques urbaines propres ou périphériques sont aussi longuement examinées au travers des concepts d’urbanité et de citadinité dans les villes du Maghreb dans les textes réunis par EMAM (2009).

12En mettant en avant la notion de citadinité de survie, cette étude se place dans la lignée des textes traitant du droit à la ville au travers des pratiques urbaines de populations subalternisées, dans notre cas celles des habitants déplacés du Nord-Est d’Addis-Abeba. Avant les opérations d’évictions de 2022 et de 2023, ceux-ci avaient une pratique marchande et quotidienne de la ville avec pour certains un passé récent (voire un présent) semi-rural. Ils occupaient les pentes ou les hauteurs de Yéka, officiellement assignées aux espaces verts ou, selon les cas, au résidentiel. De façon légale, par des transactions informelles ou par des opérations d’invasions, ces résidents ont eu accès à de vastes terrains allant de 500 m² à plusieurs hectares. L’accès légal au sol, avec titre de propriété ou carta, se réalise au travers de baux emphytéotiques accordés par l’État (FDRE, 2011), par l’achat ou l’héritage de logements incluant l’usufruit de la parcelle concernée. Il existe d’autres formes d’occupation foncière dite ayer carta, littéralement « titre de propriété aérien ». Elles concernent des logements identifiés sur les photographies aériennes documentées par les systèmes d’informations urbains et permettant d’entamer une procédure de légalisation. Toute forme d’occupation d’un terrain urbain ne répondant pas à ces critères est considérée illégale.

13Dans la zone étudiée, l’espace ne manquant pas dans les cours des logements familiaux, les enfants mariés y ont érigé leur propre demeure. Nous avons ainsi rencontré de nombreux cas de grand enclos partagés entre les membres d’une famille élargie. Mais les évictions n’ont pas tenu compte de ces structures familiales en considérant uniquement le foyer principal comme potentiellement éligible à un relogement, et abandonnant les ménages descendants. Ces derniers perdent l’accès à une parcelle gratuite, ainsi qu’à toute compensation possible des dépenses engagées pour la construction de leur logement. Leur carte d’identité devient aussi obsolète car rattachée à une adresse disparue. Leurs déguerpissements sont alors vécus comme un terrible déclassement social. Malgré toutes ces contraintes, aucun ne souhaite quitter la ville voire leur quartier, ils développent des pratiques urbaines de survie, métiers informels voire actes illégaux.

  • 14 Kebelé est l’ancien terme désignant le niveau élémentaire du découpage administratif éthiopien, pré (...)
  • 15 Terme amharique donné au Conseil d’Administration Militaire Provisoire ou junte au pouvoir de 1974 (...)
  • 16 Services éducatifs, médicaux, bancaires, demandes de passeports etc.
  • 17 L’installation légale d’un nouveau résident dans un wereda quelconque s’accompagne d’un formulaire (...)

14L’attribution d’une carte d’identité par les kebelé14 urbains comme ruraux, mise en place à l’époque des militaires du Derg15, est restée un élément de contrôle des populations par les pouvoirs successifs. Cette pièce est devenue essentielle à la vie des habitants car elle est exigée pour l’accès à tous les services16 locaux, régionaux et fédéraux ou pour tout simplement postuler aux emplois formels. A Addis-Abeba, les weredas sont les entités administratives ayant compétence à les délivrer ; elles exigent les preuves d’une domiciliation ou d’une installation17 légale dans leur juridiction. Une opération de mise en œuvre de cartes d’identités biométriques est en cours, malgré les retards, et implique plus d’inégalités (Awenengo Dalberto et Banégas, 2021), car les habitants qui ont des pièces périmées et/ou sont incapables de produire tous les documents exigés risquent de disparaître des registres ainsi mis à jour.

15Dans les paragraphes suivants nous présenterons les entretiens avec les habitants victimes d’évictions du secteur boisé et sommital de Yéka. Ils ont en commun des activités contemporaines ou passées semi-rurales : ventes de bois et fagots, élevage et agriculture urbaine. Nous les avons contactés grâce à des informateurs ; les entretiens se sont poursuivis par un échantillonnage boule de neige, les premiers nous introduisant à d’autres réseaux familiaux et amicaux. Nous avons privilégié une méthode qualitative d’entretiens ethnographiques laissant une large place aux itinéraires de vie avant, autour et après l’événement marquant des déplacements. Des focus groups ont été organisés de façon informelle car s’adressant à des membres d’une famille élargie ayant un vécu commun, les discussions s’enrichissant au fur et à mesure par des apports individuels. Dans l’ensemble trois éléments convergents ressortent : un passé d’une citadinité de marge avec une pratique urbaine marchande quasi quotidienne, une amélioration tardive des conditions de vie liée au désenclavement des quartiers mettant en valeur les terrains occupés et ouvrant à une citadinité assumée voire reconnue, et enfin la catastrophe des évictions mettant les solidarités à rude épreuve et obligeant à des stratégies citadines de survie.

Souvenirs de citadins de marges semi-rurales

16Nous avons débuté nos entretiens sur les hauteurs de Yéka. S., un jeune agriculteur trentenaire, et sa famille doivent quitter leur ferme car ils sont proches du noyau du projet Tchaka, situé à moins d’un kilomètre des lacs artificiels du futur palais. Habitant de la marge semi-rurale, S. fréquente souvent les quartiers denses au pied du massif où il se rend fréquemment.

  • 18 L’école secondaire publique de Kokebe Tsabah (illustration 1) se trouve au pied du massif, sur l’av (...)

« Nous prenons des raccourcis par la montagne, plus jeune j’étais parmi les premiers à arriver devant les grilles de Kokebe Tsabah18 sauf s’il y a des travaux à la ferme… »

  • 19 Les informations sur l’âge sont complexes à obtenir, beaucoup d’interlocuteurs ayant tendance à se (...)

17A et M., deux cousins19 habitent sur les pentes et connaissent bien la ville en contre bas. Nous les avons rencontrés à côté des ruines de leurs logements détruits, les garçons tentent d’y vivre comme squatteurs.

« Nous avons étudié à Kokebe Tsabah…, on partait très tôt pour porter nos fagots et les vendre en ville, derrière le vieux palais...… Nous arrivions souvent en retard à l’école et nous étions punis ».

  • 20 Animaux nocturnes relativement fréquents dans les bois et les ravins urbains et souvent évoqués par (...)

18L’ensemble de nos interlocuteurs décrivent les souvenirs d’une vie de labeur, porter de lourds fagots de bois, couper des branchages la nuit avec la crainte des hyènes20, des activités vitales car sources de revenus numéraires sur les marchés urbains proches. Ce sont surtout les femmes et les jeunes qui s’occupent de ces besognes ; les hommes partagent leur temps entre des métiers pérennes ou temporaires de gardiennage ou de journaliers en pratiquant aussi la coupe cachée d’arbres. Les parcours de la montagne vers les quartiers denses du centre ne sont pas toujours perçus comme une corvée. Les femmes surtout ont les mêmes souvenirs: la fréquentation quasi quotidienne des marchés leur donne accès à de nouveaux réseaux d’amitiés et des habitudes de consommations plus urbaines. T., femme au foyer joviale encourage sa mère à témoigner, celle-ci avoue avoir dépassé 70 ans d’âge et nous parle de ses souvenirs.

« Les marchés on aimait bien, malgré le poids des fagots…Et s’il y une fête patronale, on était invitées…, on connaissait bien les quartiers du côté du vieux palais, du Mercato mais parfois plus loin… C’est grâce à la vente des fagots que j’ai élevé mes enfants, je ramassais tout jusqu’à la moindre brindille, avec leurs ventes on payait les cahiers... »

19A côté de la vente de bois, de feuilles et de branchages, la majorité cultive également des jardins voire des champs procurant les aliments de base comme les céréales ou les légumes. Ils pratiquent également un petit élevage de poulets ou de moutons vendus lors des grandes fêtes religieuses. Le contact quasi quotidien avec les marchés urbains et la ville a développé chez nos interlocuteurs une volonté consumériste, ils décrivent leurs soirées sans électricité sachant qu’ailleurs dans la ville la télévision et d’autres produits se propagent y compris chez les plus modestes. La pénibilité passée semble ainsi fortement soulignée afin de mieux dépeindre l’amélioration de leurs conditions de vie avant les évictions.

Désenclavement et amélioration des conditions de vie: une citadinité assumée

20Au tournant du XXIe siècle, des opérations de réhabilitation des grands axes de communication et de percements de nouvelles avenues sont mises en chantier dans la capitale éthiopienne. Dans notre zone d’étude, une route à deux voies est construite pour connecter le secteur de l’Ambassade du Royaume Uni à celui de Kotobé à l’Est (illustration 1) en passant par le piémont boisé de Yéka. Ce dernier s’est ainsi trouvé désenclavé, tout en étant peu occupé car officiellement dévolu aux bois et aux espaces verts.

21L’arrivée de la route est décrite comme une bénédiction par les résidents : il n’est plus nécessaire d’emprunter de longs sentiers de montagne pour se rendre en ville, mais de prendre comme tout le monde des transports en communs. L’électrification le long de la voie ayant été achevée par l’État, les riverains peuvent demander une connexion au réseau moyennant finance. F., employée modeste dans un service public et mère de six enfants se souvient :

« On était si heureux de voir la route arriver, on a payé pour avoir la connexion électrique... »

22Incapable de prouver le caractère légal de son occupation, F. voit son logement détruit, elle est hébergée par sa famille avec sa fille handicapée. Le désenclavement de leur secteur avait ouvert de nouveaux horizons économiques aux habitants, en premier la construction de logements locatifs dont la demande augmentait avec l’arrivée de nouveaux citadins. Les vastes cours devinrent ainsi très intéressantes, porteuses d’une rente de situation lucrative, et les familles les couvrirent très vite de maisonnettes à louer. A., une mère de famille proche de la soixantaine, décrit l’amélioration de ses revenus, avant son éviction.

« J’ai 4 enfants, j’ai travaillé dur, je vendais du bois, des branchages ramassés la nuit malgré les hyènes. J’ai économisé sous après sous et j’ai pu construire 18 logements et mon fils 7 autres. Les locations nous rapportaient assez pour vivre… »

23Le petit élevage de poules et de moutons est aussi remplacé par les vaches laitières, l’argent des locations permettant l’achat des races bovines plus productives en lait que les zébus. Avec la pénurie de lait de bonne qualité dans le commerce, la demande dans la capitale est en effet très importante. Y., homme de 40 ans vivant avec sa belle-famille récemment expulsée et relogée, regrette amèrement le revenu procuré par leurs vaches, bradées à vil prix.

« Nous avions acheté des vaches de race européenne… jusqu’à 17 litres de lait par vache et par jour ! Nous vendions par abonnement, 1 200 birrs par mois pour un litre de lait par jour… »

24Illustration 2 - Ancien quartier semi-rural sur les piedmonts de Yéka avec, de l’autre côté de la nouvelle route, le périmètre du projet Tchaka surveillé par des miradors

Auteur : B. Tamru, janvier 2023.

25Nous avons visité un quartier où des familles déplacées ont trouvé refuge. L’ensemble, perché sur une colline surplombant la nouvelle route, garde encore un aspect rural (illustration 2) avec ses enclos de pierres sèches et ses rues en terres battues. Mais les intérieurs des maisons sont souvent coquets avec murs en crépis peints, meubles et équipements modernes. Tous ces signes extérieurs d’ascension sociale ne sont pas le seul fait du désenclavement des quartiers évoqué précédemment. Lors d’un focus group dans le secteur boisé, les filles, au début réticentes, ont participé plus activement aux discussions autour du thème de la solidarité familiale. Elles sont pratiquement toutes parties travailler dans les pays du Moyen-Orient comme domestiques (Saïd-Chiré et Tamru, 2016) et c’est aussi grâce à l’argent qu’elles ont régulièrement envoyé que les familles ont vu leurs conditions de vie s’améliorer sensiblement. T., la quarantaine assumée et mère d’un garçon en bas-âge, raconte :

« J’ai travaillé 16 ans en Syrie, au Koweït, à Dubaï, j’envoyais tout ce que je gagnais même les pourboires. Je téléphonais régulièrement à ma mère pour savoir ce qui manquait au quotidien, ensuite on a pensé plus grand, reconstruire nos maisons en dur, les embellir avec des frises en plâtre… »

26Avec les revenus venant de la migration féminine, des loyers et des vaches laitières, la majorité des familles interrogées ont vécu une voire deux décennies d’une citadinité consolidée et assumée. En effet, elles ne parlaient plus de longs trajets pour vendre des fagots en « ville », la ville étant vécue chez soi au travers des équipements modernes, dans les quartiers qui se densifiaient, les transports et les petits commerces étant devenus plus accessibles et le foncier ayant pris de la valeur.

Développer le quartier entre modernité acceptée et citadinité de survie

  • 21 Niveau administratif urbain proche de la mairie d’arrondissement.
  • 22 En 1975, tous les sols urbains et les logements locatifs ont été nationalisés, ceux dont les loyers (...)
  • 23 Habitats en hauteur construits par la ville et attribués par un système de location-vente à prix mo (...)

27Les opérations de déguerpissements et de déplacements forcés restent le marqueur fort de nos entretiens, un événement cataclysmique organisant les discussions dans des « avants » de durs labeurs puis de conforts nostalgiques et des « après » faits d’espoir, de résignation, de résolution à faire entendre sa voix, de colère et de volonté à lutter autrement pour continuer à survivre en ville. Tous les témoignages concordent sur des réunions organisées par les responsables du wereda ou ceux du sub-city21 avertissant les habitants de leur prochain départ car les terrains occupés sont nécessaires aux opérations de développement. Ces annonces sont suivies de démarches administratives pour les familles afin de prouver la légalité ou la légitimité d’occupation. Les détenteurs d’un titre de propriété légal, ou carta, bénéficient du meilleur niveau de compensation : un terrain de rechange et un financement pour la construction d’une nouvelle demeure. Le second niveau concerne les parcelles reconnues par les campagnes aériennes, ayer carta, ceci ouvre droit théoriquement à la même compensation. Le troisième groupe s’adresse aux locataires du wereda occupant des logements dits de kebelé,22 ils ont droit à un relogement dans des condominiums23 situés en périphéries de la ville, notamment à Kaliti, et à Akaki au sud ou à Ayat à l’Est (illustration 1). Les bénéficiaires se plaignent de l’éloignement de ces quartiers et de l’exiguïté des appartements attribués même si seuls les foyers principaux et leurs enfants mineurs sont éligibles. La dernière catégorie est celle des habitants ne pouvant prouver leur légitimité d’occupation ; ils ont théoriquement vocation à être déguerpis sans relogement.

28Parmi nos interlocuteurs, peu possèdent un titre de propriété ou carta ; ils ont plutôt des reçus de taxes foncières et de demande de légalisation des parcelles occupées. Vivant en majorité dans des zones classées en bois et espaces verts, les demandeurs se trouvent confrontés à des tracasseries administratives interminables et décourageantes. Certains ont alors tendance à abandonner les procédures, parfois sans même verser les taxes et accumuler ainsi les documents nécessaires prouvant une appropriation légitime. B. a 90 ans. Elle fait partie d’une famille d’agriculteurs établis depuis des générations :

« Mon mari est mort, je devais m’occuper des enfants, l’agriculture ne rapporte pas et j’ai dû vendre des fagots, j’ai perdu les premiers reçus des taxes dans un incendie ; depuis je n’ai pas eu le temps de m’en occuper, maintenant le wereda refuse de reconnaitre mon droit sur des milliers de m², pourtant ils nous connaissent, je ne sais pas quoi faire … »

29La situation de B. est loin d’être unique, et pendant nos discussions beaucoup ont regretté d’avoir tergiversé alors qu’ils avaient la possibilité de vendre à bon prix. Bien avant le début du projet Tchaka, les espaces libres bordant la route, voire plus éloignés, ont aiguisé l’appétit des grands promoteurs comme celui des petits intermédiaires. Y., une ancienne mage de 75 ans, déplacée des bois de Yéka où elle pratiquait son art, regrette :

« Les delalas (intermédiaires) m’avaient proposé 3 millions de birrs…, je n’ai pas voulu vendre…, j’ai encore de l’espoir car il faut faire le développement…, mais il faut aussi nous aider… »

30Dans la majorité des discours, les mots « espoir » et « acceptation de la modernité et du développement » reviennent, comme si ces habitants, vivant au début en marge de la société citadine, voulaient faire preuve d’une attitude en phase avec leur citadinité acquise récemment pendant la période d’amélioration de leurs conditions de vie. Les plus jeunes ayant fréquemment parcouru la ville disent combien ils sont fiers des réalisations modernes et récentes à Addis-Abeba, comme les parcs et les tours de verres. Ils ont tous assisté aux réunions avec le wereda où beaucoup de promesses leur ont été faites en termes de relogement décent. Ils ont aidé les agents venus mesurer les parcelles et prendre des photos pour le montage des dossiers de compensation. Lorsque les annonces de destructions imminentes sont tombées, dans des délais très courts de deux semaines, et malgré leur effroi, beaucoup nous ont dit avoir fait preuve de courage en conservant leur confiance aux autorités publiques. Mais après plusieurs mois d’attente, les espoirs s’émoussent et les économies fondent ; si certains continuent inlassablement à se confronter aux maquis administratifs, d’autres tracent de nouvelles stratégies assurant leur maintien en tant que citoyens urbains.

Vers une citadinité redevenue incertaine ?

31Dans cette section, nous interrogeons les stratégies de pérennité citadine des victimes des déplacements forcés au travers de leurs pratiques urbaines. Nous adoptons une définition large de cette notion comprise comme espaces vécus multiscalaires, utilisation et partage des espaces publics ou revendications d’appropriation spatiale (Deboulet et al., 2022). Il s’agit en somme, de comprendre l’habiter précaire des déplacés où se tissent des pratiques urbaines convergentes ou divergentes du point de vue d’une citadinité confortée, fragilisée ou niée par les pouvoirs publics. Les groupes identifiés ci-dessous ne sont pas étanches car selon les discours ou les situations, les individus peuvent se situer dans l’une ou l’autre des catégories. Nous n’englobons pas dans ces analyses les habitants bénéficiant de statuts totalement légaux, peu nombreux dans notre échantillon.

Les légitimistes

32Nous les appelons ainsi car dans leur discours transparaît une forte attente encore teintée de confiance dans l’action publique. Nous retrouvons dans ce groupe surtout des chefs de familles, hommes ou femmes, d’un âge mûr ou avancé, au-delà de 50 ans. Ils ont occupé les lieux depuis des générations, légitimant une identité urbaine confortée par leur ascension sociale récente qu’ils associent à la modernité des infrastructures et au pouvoir qui les a construites. Ils prêtent une oreille attentive et patiente aux discours rassurants de l’administration, tout en conservant un comportement de compromis et d’évitement qu’ils ont acquis alors qu’ils parcouraient la ville, courbés sous leurs fagots. Même si ce passé précaire et l’absence de titre de propriété légal les incitent à la prudence, ils ne renoncent pas à la forte légitimité d’appropriation foncière qu’ils se sont forgés et que le wereda ne semble pas nier, renforçant leur quête pour une compensation en terrains et en moyens financiers à la hauteur de leurs biens perdus. B., la doyenne de 90 ans de notre échantillon s’interroge sur le manque de réactivité des pouvoirs publics.

« Le wereda nous connait depuis des décennies, nous avons un dossier chez eux, le responsable est venu me voir personnellement, je ne demande qu’un lieu pour moi et mes enfants... »

33Leur emploi du temps s’organise autour de leurs fréquentes visites au wereda et au sub-city. Ils ont noué des contacts avec les employés et développent des stratégies pour connaître les meilleurs moments pour rencontrer les responsables. Comme ce sont souvent des personnes d’âge mûr voire des seniors, l’accueil qui leur est réservé dans les administrations reste souvent poli sans pour autant aboutir à des résultats concrets. Malgré un certain découragement dont ils font part en privé, leur stratégie publique demeure celle de la patience docile mais aussi opiniâtre. W., jeune membre d’une famille expulsée, relate une tentative organisée de résistance.

« Nous avons essayé de créer une association des déplacés, des responsables avaient même été choisis, mais les plus anciens n’ont pas souhaité continuer ! Peut-être ont-ils eu peur des représailles… »

34A., la mère de famille de 60 ans, ne veut pas perdre espoir :

« Depuis 5 mois, ma vie consiste à me rendre quotidiennement au wereda… »

35À l’heure où nous écrivons cet article, aucune des familles n’a encore réussi à obtenir gain de cause.

Les opportunistes

36Dans ce groupe nous retrouvons majoritairement d’anciens habitants précaires, tant du point de vue de leur vulnérabilité économique que de la fragilité de leur tenure foncière. Ils ont fait le choix d’une installation dans les zones peu desservies et dévolues aux espaces verts pour tirer profit des ressources en bois comme celles d’un foncier bon marché. Dans nos discussions, ils assument l’illégalité de leur occupation qui s’est faite souvent par des achats informels de parcelles ou par des invasions, ils disent leur espoir d’une légalisation par la durée de leur présence. Mais par manque d’informations, de moyens ou de temps, la majorité n’a pas entamé de démarches en ce sens, ils ont ainsi conscience de la fragilité de leur statut comparé aux occupants plus anciens. Les évictions les ont mis en contact direct avec les responsables urbains, et leur ont offert une possibilité de négociation dont la plupart se sont rapidement emparés. Y., le quadragénaire expulsé avec sa belle-famille se félicite de la réaction de cette dernière :

« Notre maman a vite compris qu’il ne fallait pas hésiter, on nous a proposé une parcelle temporaire de 75 m², alors qu’on occupait un terrain de 400 m², mais comme nous n’avons rien pour prouver notre tenure, nous avons préféré accepter…»

37Si aucun ne décrit le déplacement forcé comme une opportunité (ils l’évoquent plutôt comme une catastrophe au vu des pertes subies), leur statut minoré de quasi « métayers » des premiers occupants ou d’envahisseurs des terres publiques, poussent ces familles à être réactives. Ici ce n’est plus le bien foncier perdu, d’une légitimité incertaine, qui prime mais l’occasion d’une reconnaissance par les pouvoirs publics d’une citoyenneté citadine (Morange et Spire, 2020) avec l’octroi de cartes d’identité pérennes à l’ensemble de la famille. Habitués à une vie plus frugale que celle des légitimistes, les membres de ce groupe sont restés plus solidaires. Malgré l’exiguïté de leurs maisonnettes en tôles ondulées (illustration 3) et leur inconfort, les familles élargies sont restées unies lors des relogements. Ceci est aussi imputable au fait qu’ils occupent un lieu qui leur est quasiment propre, tandis que les foyers ayant entamé des procédures administratives (cf. supra) se retrouvent locataires et obligés de tenir compte du refus des propriétaires à loger des familles trop nombreuses. Pourtant ces structures familiales sont très fréquentes parmi les populations déplacées de force, ce qui entraine des situations compliquées voire dramatiques pour les plus jeunes.

Illustration 3 - Maisonnette en tôles ondulées, neuves ou récupérées, construite par une famille de relogés sur une parcelle de 75 m²

Illustration 3 - Maisonnette en tôles ondulées, neuves ou récupérées, construite par une famille de relogés sur une parcelle de 75 m²

Auteur : B. Tamru, janvier 2023.

Les invisibilisés

38Comme évoqué ci-dessus, les structures des foyers étudiés sont souvent celles de familles élargies. La loi des compensations (FEDRE, 2019) n’ignore pas ce cas de figure. Mais avec l’augmentation des déplacements forcés, les moyens financiers et les solutions de relogement se raréfient et ne concernent plus que le foyer principal. Selon A. et M., les deux cousins des pentes de Yéka, les discussions préalables aux déplacements étaient beaucoup plus inclusives.

« Avant les destructions, ils avaient tout documenté, le foyer principal, les enfants mariés, tous les logements ont été mesurés, tout a été photographié... »

39Mais le principe de réalité s’impose : seul le foyer nucléaire à la tête du groupe est reconnu et le reste est laissé sur le bord de la route. Les familles interrogées déclarent compter en moyenne de 20 à 50 individus souvent sur trois ou quatre générations. Selon la taille des terrains et les moyens, plusieurs logements et dépendances ont été bâtis au gré des mariages et des possibilités de revenus locatifs. Les enfants ou les petits-enfants ont financé les constructions en modernisant la maison parentale et en érigeant leur propre demeure. Pour y parvenir, les filles ont dû s’expatrier comme domestiques au Moyen-Orient. Les garçons se sont occupés des biens familiaux locatifs ou laitiers, les revenus leur permettant d’abandonner les emplois pénibles de journalier ou de vendeur de fagots. Pour ces générations, la destruction de leur maison annihile une reconnaissance sociale chèrement acquise en les rétrogradant à un statut de dépendants. Cette subalternisation prend une forme plus dramatique par la perte de validité de leur carte d’identité synonyme de celle de leur statut de citadins. Leurs discours sont souvent empreints de colère, voire de désespoir. M. exprime cette frustration :

« Nous sommes des citadins, nous sommes nés ici, nos familles nous ont envoyés à l’école, on a vécu légalement avec des cartes d’identité urbaines. Mais maintenant, nous sommes devenus des illégaux, des nomades, des sans-abris, alors que nous avions des maisons de 4 pièces avec un vaste living de 7m par 5m ! Nos familles avaient plus de 1000m² de terrain chacune et voilà qu’ils ont atterri dans des pièces exiguës ».

40Si l’évocation du passé est vécue en termes de nostalgie et parfois de rage, tous sont obligés d’envisager un avenir incertain. Certains se disent incapables d’y réfléchir préférant vivre au jour le jour ; d’autres rêvent d’une migration internationale loin des misères d’Addis-Abeba. Mais personne n’envisage un déménagement vers la campagne ou une autre ville éthiopienne, la majorité des invisibilisés par l’administration est née sur place et se considère totalement citadine et faisant partie des habitants légaux d’Addis-Abeba. Ils ont pourtant conscience de leur grande vulnérabilité et opèrent des choix de survie aux lendemains de la destruction des logements. Dans la plupart des cas, ce sont des locations à l’amiable dans leurs réseaux amicaux et familiaux. Il existe également de nombreuses situations de sans-abri. Ils tablent sur les ressources forestières et souhaiteraient obtenir des emplois réguliers et rémunérateurs, malgré leur manque de diplôme. Les métiers des journaliers les rebutent car trop mal payés, les évictions les ont ramenés à leurs pratiques passées de ventes de fagots, mais celles-ci sont devenues plus difficiles, plus drastiquement contrôlées et interdites. A. résume leur quotidien :

« Nous sommes des habitants d’Addis-Abeba, mais notre monde habituel reste rattaché aux bois, vendre des fagots, des feuillages, … Nous passons aussi nos journées en ville, on rentre le soir parfois après 23 h, nous connaissons les hyènes… on les préfère à ceux qui nous ont fait ça ».

  • 24 Programme d’aides alimentaires et en numéraires aux plus démunis contre des travaux d’intérêts coll (...)

41Avec l’avancée du projet « Tchaka », les bois de Yéka sont de plus en plus surveillés. Les jeunes qui y ont élu domicile doivent développer des stratégies d’évitement pour y demeurer, en tentant de minimiser tout contact avec les représentants des pouvoirs publics, ces derniers les accusant de coupes illégales d’arbres ou de délits divers. Si les garçons continuent à vivre dehors, les filles ont trouvé refuge chez des proches et survivent grâce aux travaux proposés par le programme dit de safety net 24.

  • 25 À partir d’août 2023, l’État régional de l’Amhara a été le théâtre d’oppositions violentes ayant dé (...)

42Au moment des nombreuses arrestation d’août 202325 à Addis-Abeba, suite aux tensions dans l’État régional de l’Amhara, la majorité des garçons vivant comme des sans-abris dans les bois ont été arrêtés ; seuls ceux pouvant prouver d’une adresse légale à Addis-Abeba ou ailleurs auraient été rapidement libérés ; les filles cherchent à nouveau un moyen pour retourner travailler au Moyen-Orient. Pour l’instant aucune n’a encore réussi à obtenir un passeport.

Conclusion

43La structure urbaine initiale de la capitale éthiopienne, constituée de noyaux de peuplement issus des premiers campements militaires (Tamru, 2013), avait créé une grande proximité spatiale entre les classes sociales. Mais à partir des années 1930, les différents schémas directeurs d’inspiration fonctionnaliste ont eu tendance à gommer ces voisinages en créant des districts de plus en plus socialement homogènes. Aussi paradoxale que cela puisse paraître, et depuis 1975, ce sont les périodes des régimes prônant une certaine équité sociale, qu’ils soient militaire ou ethno-fédéraliste, qui ont fortement encouragé cet urbanisme et permis à ceux pouvant prouver d’un revenu régulier d’accéder à la propriété individuelle de leur logement et de l’usufruit du terrain. Ces derniers, souvent salariés de l’État, ont ainsi bénéficié de l’octroi sous forme de bail emphytéotique de parcelles à bâtir ou d’un appartement dans l’habitat collectif des condominiums, et surtout d’un statut foncier légal donc protecteur. Mais une partie importante des citadins n’a pas réussi à s’insérer dans ces mécanismes car elle est incapable de répondre aux exigences des prêts et des cautions solidaires nécessaires pour y parvenir. Ces habitants, démunis et vivant de petits métiers, ont continué à occuper un habitat informel densifié et actuellement dénigré par les responsables de la ville comme antinomique avec l’image d’une ville moderne et à terme « intelligente ». Parce qu’il contrôle totalement le foncier urbain, l’État joue un rôle déterminant dans l’essor de la promotion immobilière privée qui a un coût social excessif. Derrière le paravent de la smart city, dont les contours concrets d’application dans la capitale éthiopienne restent flous, Addis-Abeba et sa première couronne produisent des espaces de plus en plus excluants pour les plus démunis. Parmi ces derniers, certains migrants récents admettent l’idée d’un retour temporaire vers leurs villages d’origine, mais ceux qui ont vécu une insertion urbaine longue comme les familles observées dans notre échantillon refusent cette éventualité. Les plus jeunes, nés dans la capitale et dont la citoyenneté urbaine a été fragilisée par la destruction de leurs demeures et l’invalidation de leur carte d’identité, se trouvent à la pointe de ce refus en produisant des formes de citadinité de survie et d’évitement. En persistant dans cette politique de marginalisation, les pouvoirs politiques urbains ou fédéraux prennent le risque de les pousser vers une citadinité de refus, ouvertement contestataire malgré la violence des mesures répressives auxquelles ils s’exposeraient.

Haut de page

Bibliographie

Amsalu D., 2018. Awi Migration, Adaptation, and Integration to Addis Ababa. Annales d'Éthiopie, vol. 32, p. 95-118

Awenengo Dalberto S., Banégas R. (ed.), 2021. Identification and Citizenship in Africa. Biometrics, the Documentary State and Bureaucratic Writings of the Self. Routledge Contemporary Africa, 392 p.

Berry-Chikhaoui I., 2009. Les notions de citadinité et d’urbanité dans l’analyse des villes du Monde arabe. Les Cahiers d’EMAM, n° 18, p. 9-20.

Biruk T., 2020. Urban layers of political rupture: the ‘new’ politics of Addis Ababa’s megaprojects, Journal of Eastern African Studies, vol. 14, n° 3, p. 375-395. DOI: 10.1080/17531055.2020.1774705

Blot J., Spire A., 2014. Déguerpissements et conflits autour des légitimités citadines dans les villes du Sud. L’Espace Politique [En ligne], n° 22. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/2893 - DOI: https://doi.org/10.4000/espacepolitique.2893

Bouquet Ch., Kassi-Djodjo I., 2014. « Déguerpir » pour reconquérir l’espace public à Abidjan., L’Espace Politique [En ligne], n° 22. URL: http://journals.openedition.org/espacepolitique/2963 - DOI: https://doi.org/10.4000/espacepolitique.2963

Bridonneau M., 2014. Déplacer au nom de la sauvegarde patrimoniale et du développement économique ? L’Espace Politique [En ligne], n° 22. URL: http://journals.openedition.org/espacepolitique/2941 - DOI: https://doi.org/10.4000/espacepolitique.2941

Deboulet A., Douay N., Dupont V., Gangneux-Kebe J., Rassat F., 2022. Des pratiques urbaines ordinaires aux mobilisations citadines. In Adisson F., Sabine Barles S., Nathalie Blanc N., Olivier Coutard O., Leïla Frouillou L., Rassat F. (dir.), Pour la recherche urbaine [accessible En ligne]. Paris, CNRS Editions, p. 243-263. URL: https://books.openedition.org/editionscnrs/37178?lang=fr

Deboulet A., 1996, Devenir citadin ou partir à la conquête des droits urbains élémentaires : exemples tirés de faubourgs récents au Caire. In Lussault M., Signoles P. (dir.), La citadinité en questions, Tours, URBAMA (Fascicule de Recherches n° 29) et MSV (coll. Sciences de la ville, n° 13), p. 141-157.

Didier S., Philifert P., 2019. Droit à la ville au Sud et construction des légitimités ordinaires, Annales de géographie, vol. 5-6, n° 729-730, p. 5-13.

Di Nunzio M., 2022. Evictions for development: Creative destruction, redistribution and the politics of unequal entitlements in inner-city Addis Ababa (Ethiopia), 2010–2018. Political Geograph, vol. 98, document 102671. DOI: /10.1016/j.polgeo.2022.102671

EMAM, 2009. Urbanités et citadinité dans les grandes villes du Maghreb. Tours, Les Cahiers de l’EMAM n° 18, 127 p.

EPMC, 1975. A proclamation to provide for governmental ownership of urban land and extra urban houses. Negarit Gazeta, n° 47.

Faret L., Fournet-Guérin C., Ginisty K., Michel A., Perraudin A., 2019. Citadinités et droits à la ville au Sud : les minorités à l’épreuve de l’invisible (Maputo, Rio de Janeiro, Mexico). Annales de géographie vol. 5-6, n° 729-730, p. 110-134.

FEDRE, 2011. A proclamation to provide for lease holding of urban lands. Negarit Gazeta, n° 721.

FEDRE, 2019. The expropriation of Land holdings for Public Purposes, Payments of Compensation and Resettlements Proclamation. Negarit Gazeta, n° 1161.

Gebre Yntiso, 2008. Urban Development and Displacement in Addis Ababa: The Impact of Resettlement Projects on Low-Income Households. Eastern Africa Social Science Research Review, vol. 24, n° 2, pp. 53-77.

Gourland N., 2017. Vendre ou courir, il faut choisir : déguerpissements et réinstallations des commerçants de rue à Lomé. Géoconfluences [En ligne]. URL: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/afrique-dynamiques-regionales/corpus-documentaire/vendre-ou-courir-deguerpissements-lome

Harroud T., 2019. D’une marginalité à l’autre : droit à la ville et pratiques de réadaptation des « bidonvillois » dans les nouvelles marges urbaines de Rabat. Annales de géographie, vol. 5-6, n° 729-730, p. 14-37.

Lanne J.B., 2017. Portrait d’une ville par ceux qui la veillent. Les citadinités des gardiens de sécurité dans la grande métropole africaine (Nairobi, Kenya). Géoconfluences [En ligne]. URL: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/afrique-dynamiques-regionales/corpus-documentaire/nairobi-gardiens-securite

Lefebvre H., 1968 [2009, 3ème éd.]. Le droit à la ville. Economica, 135 p.

Morange, M., Spire A. (dir.), 2020. Explorer le droit à la ville à partir des expériences citadines et depuis les villes dites du Sud In : Vivre et construire le droit à la ville : expériences au Sud : La dimension politique des pratiques citadines [accessible en ligne]. Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, p. 11-24. URL: https://books.openedition.org/pupo/19790 - DOI: https://doi.org/10.4000/books.pupo.19790

Nguema R-M, 2014. Politique de déguerpissement et processus de restructuration des territoires de Libreville [Gabon]. L’Espace Politique [En ligne], n° 22. URL: http://journals.openedition.org/espacepolitique/3014 - DOI: https://doi.org/10.4000/espacepolitique.3014

Saïd Chiré A., Tamru B., 2016. Les migrantes de retour dans la Corne de l’Afrique, EchoGéo [En ligne], n° 37. URL: http://journals.openedition.org/echogeo/14708 - DOI: https://doi.org/10.4000/echogeo.14708

Salifou N., 2020. Parkings publics et commerçants de rue à Yaoundé : entre intégration et exclusion urbaine. In Spire A., Morange M. (dir.), Vivre et construire le droit à la ville : expériences au Sud [accessible en ligne]. Nanterre, Presse Universitaire de Paris Nanterre, p. 193-204. URL: https://books.openedition.org/pupo/19945?lang=fr – DOI: https://doi.org/10.4000/books.pupo.19945

Smith L., 2013. Making Citizens in Africa: Ethnicity, Gender, and National Identity in Ethiopia. New York, Cambridge University Press, 275p.

Spire A, Bridonneau M., Philifert P., 2017. Droit à la ville et replacement dans les contextes autoritaires d’Addis-Abeba (Éthiopie) et de Lomé (Togo). Métropoles [En ligne], n° 21. URL: http://journals.openedition.org/metropoles/5508 - DOI: https://doi.org/10.4000/metropoles.5508

Tamru B., 2013. Villes et Territoires en Éthiopie, Paris, l’Harmattan, 439 p.

Tamru B, Saïd Chiré A., 2018. Citadinités dans les villes de la Corne de l’Afrique Annales d'Éthiopie, vol. 32, p. 11-20.

Haut de page

Notes

1 Cf. Several mega projects in the capital to be completed this Ethiopian year, 9/10/20 [Fana Broadcasting Corporate]. URL: https://www.fanabc.com/english/several-mega-projects-in-the-capital-to-be-completed-this-ethiopian-year/

2 Les nouveaux locaux du ministère de la défense ou de la télévision d’état (illustration 1)

3 Cf. Hochet-Bodin N., 6/02/23. En Ethiopie, un palais pharaonique pour Abiy Ahmed, pris par la folie des grandeurs. Le Monde [En ligne]. URL: https://www.lemonde.fr/afrique/article/2023/02/06/en-ethiopie-un-palais-pharaonique-pour-abiy-ahmed-pris-par-la-folie-des-grandeurs_6160783_3212.html

4 Le projet occupe principalement les terrains de la concession de l’ancienne compagnie franco-éthiopienne devenue djibouto-éthiopienne dans les années 1980, jusqu’à sa quasi-fermeture dans les années 2000. Le quartier porte toujours le nom de La gare dont le bâtiment a été conservé.

5 Cf. Addis Ababa’s Smart City Project officially launched, 29/12/22. [Fana Broadcasting Corporate]. URL: https://www.fanabc.com/english/addis-ababas-smart-city-project-officially-launched/

6 Cf. sur Youtube vidéo d’une émission en deux parties en amharique diffusée en janvier 2024 sur la télévision d’état et où l’on voit le Premier ministre parcourir la ville en bus et expliquer à ses ministres les aménagements récents du réseau routier et des parcs à Addis-Abeba dont le périmètre de Tchaka Project. URL: https://www.youtube.com/watch?v=WRfTg5ZytlI&t=1s (.)

7 En mars 2024, l’avenue de l’aéroport est réintégrée au projet corridors de rénovations (illustration 1).

8 Cf. Endeshaw H., 2023. Premier’s palace project awarded to three contractors, 12/05/23. [Borkena Ethiopian News]. URL: https://borkena.com/2023/05/12/premiers-palace-project-awarded-to-three-contractors/

9 Selon le taux officiel d’avril 2024 1 euro est équivalent à 60,81 birrs.

10 Cf. Chaka Project sur Youtube, URL: https://www.youtube.com/watch?v=Yw_O8V84ms0

11 Après la terrible guerre du Tigré, d’autres conflits continuent dans l’Amhara et l’Oromia.

12 Le niveau élémentaire du découpage administratif urbain.

13 Titre de propriété légal.

14 Kebelé est l’ancien terme désignant le niveau élémentaire du découpage administratif éthiopien, présent encore en zone rurale, mais remplacé par les weredas en ville.

15 Terme amharique donné au Conseil d’Administration Militaire Provisoire ou junte au pouvoir de 1974 à 1984 avant sa transformation en Parti des Travailleurs Ethiopiens, jusqu’à sa chute en 1991.

16 Services éducatifs, médicaux, bancaires, demandes de passeports etc.

17 L’installation légale d’un nouveau résident dans un wereda quelconque s’accompagne d’un formulaire de départ (dit Meshegna) signé par son ancien wereda permettant l’obtention d’une nouvelle carte d’identité.

18 L’école secondaire publique de Kokebe Tsabah (illustration 1) se trouve au pied du massif, sur l’avenue bordée par les ambassades de Belgique, du Royaume-Uni, du Kenya ou de la Russie.

19 Les informations sur l’âge sont complexes à obtenir, beaucoup d’interlocuteurs ayant tendance à se rajeunir parfois de façon exagérée. En recoupant avec leur itinéraire de vie, nous estimons que la majorité des membres de la seconde génération de nos enquêtés ont en moyenne entre 20 et 45 ans.

20 Animaux nocturnes relativement fréquents dans les bois et les ravins urbains et souvent évoqués par les habitants pour décrire un passé pénible voire périlleux.

21 Niveau administratif urbain proche de la mairie d’arrondissement.

22 En 1975, tous les sols urbains et les logements locatifs ont été nationalisés, ceux dont les loyers étaient inférieurs à 100 birrs sont gérés par les Kebelés devenus les weredas, mais les bâtis concernés sont toujours désignés comme logement de kebelé.

23 Habitats en hauteur construits par la ville et attribués par un système de location-vente à prix modéré.

24 Programme d’aides alimentaires et en numéraires aux plus démunis contre des travaux d’intérêts collectifs.

25 À partir d’août 2023, l’État régional de l’Amhara a été le théâtre d’oppositions violentes ayant dégénéré en conflits armés. Les Amharas sont très nombreux dans la population de la capitale et les pouvoirs publics craignent une contagion du conflit régional à Addis-Abeba, les jeunes et en particulier les sans-abris sont donc souvent ciblés par les arrestations de masse.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/26997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Crédits Auteur : B. Tamru, janvier 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/26997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 3 - Maisonnette en tôles ondulées, neuves ou récupérées, construite par une famille de relogés sur une parcelle de 75 m²
Crédits Auteur : B. Tamru, janvier 2023.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/26997/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 867k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bezunesh Tamru, « Déguerpissements et déplacements forcé à Addis-Abeba »EchoGéo [En ligne], 67 | 2024, mis en ligne le 30 mars 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/26997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y02

Haut de page

Auteur

Bezunesh Tamru

Bezunesh Tamru, bezunesh.tamru@univ-paris8.fr, est professeure à l’Université Paris 8 (Vincennes - St-Denis). Elle a récemment publié :
- Tamru B., Valmond-Etienne N., 2024. La plaine de Léogâne périurbanisation et urbanisation in situ sous l’influence métropolitaine de Port-au-Prince (Haïti). In Dehoorne O., Falomir Argon J., Bouchereau Jadotte K. (dir.), La fabrique de la ville caribéenne. Presse Universitaire des Antilles, p. 205-221.
- Tamru, B., 2022. L’Éthiopie entre guerre et paix [et L’Éthiopie l’interminable guerre civile vers une reprise du conflit érythréen ?] Revue Diplomatie, Les grands dossiers, n° 73, [et n°77].
Tamru B, Saïd Chiré A., 2018. Citadinités dans les villes de la Corne de l’Afrique. Introduction. Annales d'Éthiopie, vol. 32, p. 11-20.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search