Navigation – Plan du site

Accueilnumeros67Sur le champUn maquis urbain ? Participation ...

Sur le champ

Un maquis urbain ? Participation et légitimation du militantisme armé dans une petite ville de l’Est de la RDC

An urban maquis? Participation and legitimisation of armed militancy in a small town in eastern DRC
Yves Malipo Kabiona

Résumés

Le rapport entre le rural et l’urbain dans la formation et la structuration des groupes armés de l’Est du Congo demeure encore peu questionné. Cet article vient combler cette lacune. Il analyse l’engagement direct et indirect des citadins d’Uvira, une petite ville du Sud-Kivu, dans les groupes armés locaux de la région, souvent considérés comme opérant depuis les maquis ruraux. L’article s’appuie sur des données diverses : entretiens avec les acteurs, observations sur les lieux d’exercice des groupes armés, documents écrits, sources de presse ainsi que les réseaux sociaux. Il montre que l’engagement ex situ, c’est-à-dire l’engagement en ville, à distance du maquis rural, joue un rôle très important pour la survie des groupes armés : extension des réseaux, mobilisations des ressources et légitimation de l’entreprise guerrière par des actions légales et symboliques.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie l’Institut Français de Recherche en Afrique, IFRA-Nairobi, qui a appuyé la recherche sur terrain. Toutefois, le point de vue énoncé dans cet article n’engage que l’auteur.
Je remercie sincèrement les deux coordonnateurs de ce numéro, Jean-Baptiste Lanne et Marianne Morange, pour la relecture des manuscrits et les remarques qu’ils m’ont données au cours des échanges en visioconférence. Je sais ensuite gré aux évaluateurs anonymes de la revue pour leurs observations. La persistance des erreurs est donc de ma propre responsabilité.

Introduction

1La localisation des groupes armés dans les villages et les forêts difficilement accessibles (Wilungula Balongelwa, 1997) oriente les travaux sur la mobilisation armée à l’Est du Congo vers des questions particulièrement traitées dans le monde rural : les rivalités ethniques et foncières (Muchukiwa, 2016 ; Murhega Mashanda et Kitoka Moke, 2019 ; Brabant et Nzweve, 2013), l’abandon des espaces périphériques vis-à-vis de la capitale (Jacquemot, 2014 ; Mbembe, 2009), les luttes pour le contrôle du pouvoir et des ressources économiques (Marchal et Messiant, 2006 ; Vlanssenroot, 2008). La dimension urbaine des conflits armés se limite ainsi à l’économie politique de la guerre civile et aux flux financiers qui en découlent. Certaines villes de la RDC se construisent ainsi sur les décombres de la guerre (Raeymaekers, 2004). Des travaux ont également souligné comment la diffusion de l’insécurité jusque dans les milieux urbains (Verweijen, 2019) entraînait d’autres formes de comportements spécifiques : construction des clôtures, contrôle des mouvements des populations, etc. (Pech et al, 2017 ; Thill, 2019).

2Les mobilisations urbaines en lien avec les groupes armés ruraux restent encore le parent pauvre des recherches sur les conflits armés à l’est de la RDC. Pourtant, certains citadins, à défaut de participer directement, contribuent à légitimer l’action armée même de manière symbolique (Verweijen et al, 2019). De ce fait, cette étude reprend l’hypothèse de variabilité du degré d’engagement. Car il existe mille et une façons de faire collectif (Ion et al, 2005). Il ne s’agit pas d’un engagement distancié supposant, selon Jacques Ion, la préférence des individus pour des actions uniques comme la signature d’une pétition mais bien un engagement ex situ (hors lieu). Cette forme d’engagement suppose que les citadins où qu’ils soient, au sein des villes de la RDC ou dans la diaspora, peuvent contribuer à la lutte des groupes armés de façon permanente ou éphémère. Cette contribution peut être explicite comme l’organisation d’une levée de fonds ou implicite à l’instar d’une manifestation de soutien à la même cause que celle des groupes armés sans pour autant dévoiler leur appartenance à ces groupes.

3Ce texte analyse les formes et les motivations de l’engagement d’un réseau formel et informel des militants en faveur des Forces Armées Biloze Bishambuke (FABB) dans la ville d’Uvira. L’État-Major des FABB se trouve à Kabandja, en territoire de Fizi, à une centaine de kilomètres au sud d’Uvira. Ce groupe armé a été initié début 2012 en réaction aux assassinats sporadiques ainsi qu’aux harcèlements opérés par d’autres groupes armés contre les civils. L’émergence de ce groupe armé s’explique également par la faiblesse de l’armée nationale dans la région et la désagrégation du groupe armé local qui, jusque-là, assurait la sécurité du village (Stearns et al, 2013). Le soutien à ce groupe repose notamment sur la méfiance de la population vis-à-vis des soldats de l’armée nationale basés dans les villages les plus proches (Minembwe). Ceux-ci étant en effet accusés d’être à la solde du Rwanda.

4L’autre raison d’émergence du soutien aux FABB porte sur la frustration d’une partie de la population. En effet, le 23 mars 2009, le Gouvernement congolais signa une série d’accords avec le groupe rebelle, le Congrès National pour la Défense des Peuples, (CNDP). Le Programme Amani qui résulta de ces accords aboutit à l’attribution du plus grand nombre de grades et de fonctions aux Banyamulenge -une population rwandophone vivant au sud de la Province du Sud-Kivu- dans l’armée nationale comparativement aux autres populations locales (les Bafuliiru, les Babembe, les Banyindu et les Bavira). Or, ces dernières considèrent les Banyamulenge comme des étrangers. Ce favoritisme supposé provoqua ainsi une crispation identitaire (International Crisis Group, 2012). Ainsi, ce soutien aux FABB peut se lire comme une volonté de contrer le pouvoir des Banyamulenge dans la région.

5Depuis 2018, ce groupe armé évolue en deux branches dont l’une est militaire (FABB) tandis que l’autre est politique, le Congrès des Patriotes pour la Liberté des Congolais, CPLC. Les FABB disposent des dix-huit secteurs opérationnels couvrant un vaste territoire dans la région du Sud-Kivu. Certains groupes armés d’autodéfense locale s’en réclament également sans y être officiellement attachés. Ils comptent actuellement près de cinq mille combattants directement engagés sur les fronts des maquis ruraux sans compter les réseaux de militants urbains, formels et informels, disséminés çà et là. En plus d’une courte description des connexions sous-régionales de la ville d’Uvira et des épisodes de résistance qui ont jalonné son parcours, le travail revient sur les motivations ainsi que les modalités d’entrée en réseaux des militants urbains, les pratiques quotidiennes en faveur des maquis ruraux ainsi que l’activation des idéologies identitaires à travers des actions légales et symboliques.

Uvira, ville commerciale et résistante

Une ville émergente aux multiples connexions sous-régionales

6La ville d’Uvira est située à l’extrême Est de la RDC. Elle a acquis ce statut en 2013. Le maire et le maire adjoint n’ont été installés qu’en 2019. Cette petite ville côtière, au bord du Lac Tanganyika, partage ses limites naturelles avec le Burundi grâce à la frontière de Kavimvira. Celle-ci constitue une ouverture à d’autres pays d’Afrique de l’Est et du Moyen Orient. Le deuxième port national, celui de Kalundu, s’y trouve et assure la liaison avec les villes de Kalemie (Province du Tanganyika), Kigoma (Tanzanie) et Pulungu (Zambie). Située entre le Lac Tanganyika et les monts Mitumba, la ville est victime des érosions et des inondations. En 2021, des maisons en étages aux architectures variées ont été complètement ensablées dans la plupart de sites de Muramvya, Kakombe, Kilomoni, Mulongwe et Nyamianda. En dépit de cela, la ville recouvre son visage d’avant les inondations. Ses hôtels, ses universités, ses hôpitaux et ses églises restent animés. Tandis que les magasins s’activent tous les jours, timidement les dimanches, et sont remplis des biens importés de Dubaï (Moyen Orient), de Kampala (Ouganda) et de Dar es Salam (Tanzanie). Le centre-ville, Mulongwe, grouille du monde pendant des heures de pointe : va-et-vient des piétons et bicyclistes, klaxons de taxi-moto et de tricyclettes (Bajaj), vrombissement des moteurs, cris et bousculade d’aboyeurs des agences de voyages. Ces réalités panégyriques cachent son parcours sombre marqué par des massacres, des assassinats ciblés, des mutilations sexuelles, des pillages systématiques et des saisis des biens privés par des rébellions qui l’ont occupée successivement entre 1996-2003.

Une ville résistante et résiliente

Illustration 1 - Marche pacifique dénonçant les massacres à l’Est du Congo, du rond-point Kavimvira à la mairie d’Uvira, le 20 février 2024

Illustration 1 - Marche pacifique dénonçant les massacres à l’Est du Congo, du rond-point Kavimvira à la mairie d’Uvira, le 20 février 2024

Auteur : Yves Malipo Kabiona, 2024.

7Les agglomérations du Kivu ont revêtu le statut de zones, centres urbains ou centres extracoutumiers peu après la colonisation (De Saint Moulin, 1974). Toutefois, la frontière entre le rural et l’urbain n’était pas étanche. Aussi une révolte urbaine donnait-elle lieu à un retrait en brousse et vice-versa. Au début du XXe siècle, les hommes de l’esclavagiste Rumaliza pénétrèrent à Uvira et essuyèrent plusieurs résistances locales (Bishikwabo Cubaka, 1987). Ainsi, vinrent les mouvements messianiques et les mutualités communautaires qui ont jalonné toute la période coloniale jusqu’à l’indépendance (Mikedo Hatari, 2020). L’assassinat de Lumumba en janvier 1961 radicalisa les jeunes d’Uvira, peu ou prou scolarisés, animés par les valeurs d’une société égalitaire. La rébellion partit d’Uvira et conquit la moitié du pays en trois mois sans assistance extérieure (Verhaegen, 1967).

8En août 1996, l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération (AFDL) attaque le Congo à partir de la région d’Uvira. Cette coalition rebelle soutenue par le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi progresse et détrône le Président du Zaïre, Mobutu Seseseko, en mai 1997. Une année plus tard, les relations entre le nouveau régime et ses parrains étrangers tournent au vinaigre. Le Rwanda parraine un autre mouvement rebelle, le Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD), qui lance les attaques contre l’armée nationale et les civils Bafuliiru, Babembe et Banyindu en août 1998 (Ministère des droits Humains, 2003). Ces deux rébellions écrans, c’est-à-dire des rébellions qui couvrent une agression étrangère visant le pillage des minerais et la désorganisation des opposants réfugiés au Congo, avaient suscité des réactions hostiles de la part des citadins d’Uvira.

9D’un côté, la résistance active se manifeste par la prise des armes par les civils et des échanges de tirs nourris contre les rebelles au centre même de la ville. D’un autre côté, la résistance passive porte sur une multitude d’actions quotidiennes : la distribution des tracts anti-occupation, la descente du drapeau de la rébellion nuitamment et la montée du drapeau du pays, des appels à la désobéissance fiscale, le refus de commerçants de servir des « clients » douteux, la hausse des prix face à un client-occupant ou encore le refus de passagers à prendre place dans les mêmes bus que les occupants (Brabant, 2016). Le soutien de citadins d’Uvira aux FABB s’inscrit dans cette logique ethno-nationaliste. Les FABB combattent actuellement les Twirwaneho. Ces derniers ont des ramifications notamment à Uvira et entretiennent des rapports avec le Rwanda et le M23 (Groupe d’Expert des Nations-Unies N° S/2023/431 du 13 juin 2023).

Ancrage et formation d’un réseau de militants urbains

Identités sociale et territoriale du réseau de militants urbains

10Les groupes armés s’entremêlent dans les rapports sociaux à travers les structures de mobilisation. Il peut s’agir des élites politiques (Bazenguissa-Ganga et al. 2022), des hommes d’affaires (Stearns, 2013), des sectes religieuses, de l’État lui-même (Podder, 2017) ou de groupes organisés autour du pouvoir coutumier. Les FABB s’enchâssent dans le groupe fuliiru, celui de la plupart de ses animateurs. Comme le montre l’enquête ethnographique, les raisons du soutien d’une partie des habitants dans les zones rurales sont semblables à celles qui mobilisent les militants urbains. En effet, l’identité sociale fuliiru se fige autour des enjeux des pouvoirs coutumiers, de la participation à la lutte contre les rébellions écrans et des crimes perpétrés contre les civils qui en ont résulté.

  • 1 Les noms des enquêtés ont été changés.

11J’ai rencontré Mutula1 chez lui à Kiyaya, – avenue du quartier Kasenga –. Il porte une culotte bleue et un tricot bras cassé. Il est allongé sur une natte en train de suivre la radio. Il fut combattant du groupe armé Maï-Maï qui s’était battu contre la rébellion RCD. Au moment de la résistance contre cette rébellion soutenue par le Rwanda, Mutula escortait le colonel Kayamba Kabugu qui avait établi son maquis dans la région de Lemera. Ainsi, Mutula soutient les FABB parce que :

  • 2 Le Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD) et le Congrès National pour la Défense des Peup (...)

« Les Banyaruanda (Banyamulenge) sont au Congo pour une mission. Ils veulent diviser notre pays et annexer le Kivu au Rwanda. Ils ont créé le RCD et le CNDP2. Ces deux rébellions nous ont tués […] : les massacres de Kidote, Lemera, etc. Insatisfaits, ils créent encore le M23 qui continue à nous tuer. Ils occupent nos villages. Ils changent les noms de nos villages. Lubuga et devenu Rubuga [rires]. […] Tu vois ? Ils nous prennent tout : des vies, des villages, des enfants. (Silence et regard perdu)» (Mutula, Uvira, novembre 2022).

12La fabrique du ressentiment anti-rwandais dans la ville d’Uvira dérive de deux phénomènes imbriqués ensemble. D’un côté, entre 1998 et 2003, l’insécurité régnait au sein des quartiers Kavimvira, Kasenga et Kalundu en lien avec les rébellions écrans soutenues par le Rwanda. Les couvre-feux devenaient monnaie courante suivis des arrestations massives des jeunes accusés d’appartenir au mouvement contre-insurrectionnel Maï-Maï. La plupart, enterrés vivants, finissaient leur vie dans les sables mouvants du littoral du lac Tanganyika au quartier Nyamianda, surnommé Biens mal acquis, où la rébellion RCD venait d’établir son état-major. D’un autre côté, les groupes armés Maï-Maï recrutaient principalement dans ces quartiers qui jouxtent les montagnes où étaient établis leurs maquis. Les jeunes effectuaient des navettes entre leurs familles et le maquis. C’est cette double expérience qui enracine la culture militante et animent les sentiments anti-rwandais.

Processus d’entée en réseaux urbains

13L’analyse biographique des enquêtés montre plusieurs modalités de participation à un réseau de militants. Cette participation peut se faire de manière active (participer activement aux actions du groupe) ou symbolique (partager les idées militantes et éprouver de la sympathie pour le groupe armé). La première modalité porte sur les sociabilités autour des dynamiques collinistes en ville. Dans ce cas, il s’agit de la poursuite de l’engagement armé après l’exode rural. En d’autres termes, la mobilité campagne-ville a des effets limités sur les acquis de la socialisation dans les zones rurales, notamment du point de vue de l’engagement politique. Il se dégage trois tendances. Une partie de militants urbains sont issus des familles dont les parents ou proches parents ont été membres des groupes armés aux villages. Une autre partie est composée de ceux qui ont eux-mêmes vécu dans les fiefs des groupes armés sans y militer concrètement avant l’exode rural. Et, une dernière porte sur ceux qui combattaient au village et qui se sont établis en ville pour des raisons particulières. C’est notamment le cas de Kabika, marié et père de deux enfants, venu à Uvira pour poursuivre ses études secondaires depuis deux ans :

« La guerre des hauts plateaux dure cinq ans déjà. Mes parents m’avaient obligé de venir étudier à Uvira [sourire]. Mais, ma femme et mes enfants sont encore au village. Ils sont à Rugezi. J’y vais chaque fois que nous avons congé, surtout en avril et en décembre. Je suis combattant des FABB depuis chez-nous au village. […] en tout cas, nous nous sommes déjà battus. La guerre ? On l’a déjà mené (sourire). Hum ! […]. J’avais appris qu’il y a une réunion des honoka [ressortissants des hauts plateaux]. C’est là que je découvris le groupe des anciens FABB » (Kabika, Uvira, janvier 2024).

  • 3 Le point-focal désigne une personne-relais dans une entité donnée à l’instar d’une ville.

14Dans ce témoignage, c’est donc la rencontre autour d’un groupe d’amis qui a déclenché l’engagement urbain. Deux explications s’enchevêtrent. D’un côté, ils sont façonnés par les acquis de la socialisation primaire qui continuent à structurer leurs goûts et préférences politiques (Muxel, 2015). D’un autre côté, leur nouveau statut (étudiant, travail en ville, père de famille) les contraignent à avoir un engagement hors site (Doug McAdam, cité par Neveux, 2005). Les exemples de proches qui soutiennent les groupes armés en villes sont légion. C’est par exemple le beau-frère du « général » William Amuri Yakutumba qui est son point focal à Uvira3. Il y vit depuis vingt ans et travaille dans le secteur du commerce. Dans la même ville, le « général » Makanaki Kasimbira John y est représenté par son petit-frère. Le « général » Mushombe, avant sa mort, était représenté à Bukavu par son frère cadet. Celui-ci enseignait à l’Université. Après la mort du général, il fut remplacé par son petit-frère, Rushaba Nakatare, à l’issue d’une réunion de famille dont certains membres vivent en villes (Uvira et Bukavu). Le point focal du « général » Jean à Uvira est issu du même village où son quartier général est établi. Il poursuit son master complémentaire dans l’une des universités de la ville d’Uvira.

15La deuxième modalité porte sur le recrutement des militants ayant une attache urbaine. En principe, ce recrutement s’effectue à travers un réseau serré d’interconnaissance. D’autant plus que, pour un groupe armé qui n’a ni bureau en ville ni carte de membre, le recrutement ne peut se faire qu’à travers les amis et les groupes de pairs (Chiara Calabrese, 2018). L’enquêté Magangara que j’ai rencontré à l’école est issu d’une famille qui n’a aucun lien avec les FABB. Il dit que son recrutement a été facilité par un collègue :

« Mes parents sont originaires de Lemera. Mais, moi, je suis né et grandi ici même dans la ville d’Uvira. […] Je suis enseignant dans une école secondaire. J’enseigne les mathématiques [rires]. C’est un collègue enseignant qui parlait tous les temps des FABB qui m’avait recruté. Je soutiens ce groupe armé parce qu’il combat les rwandais. Ils font du bon boulot dans les montagnes [esclaffe de rire] » (Magangara, Uvira, janvier 2024).

16Au cours de mes recherches, j’ai moi-même fait l’objet d’une tentative d’enrôlement par l’un des proches du « général » Mutetezi Ebuela. Dans un cabaret en train d’échanger, il me proposa de faire partie de son équipe : « il suffit de signer la fiche d’adhésion. Puis, je vais te mettre en contact avec d’autres membres ici à Uvira [rires]. Nous avons un vaste réseau : Uvira, Bukavu, Goma et même dans la diaspora [rires prolongés] ». Ces deux catégories, proches parents et recrues urbaines, sont en contacts directs avec le maquis rural contrairement à la troisième.

17Enfin, la troisième modalité porte sur la création d’une communauté émotionnelle ou de la parenté symbolique (sympathisants). Elle regroupe tous ceux qui se sentent proches de ces groupes armés sur fond de sentiments et d’affection. Cette proximité est cultivée et renforcée par les différentes communications des groupes armés. Car la socialisation politique est un processus d’inculcation des valeurs, de transmission des croyances et d’intériorisation des convictions communes en vue d’obtenir l’adhésion des masses et de garder la pleine loyauté des sympathisants (Braud, 2012). La plupart des groupes armés du sud de la Province du Sud-Kivu disposent de porte-paroles. Ils communiquent régulièrement sur les positions de leurs mouvements vis-à-vis de l’actualité politique. Ceux qui n’en ont pas délèguent cette tâche au commandant. Ainsi, au cours des échanges fortuits, il n’est pas rare d’écouter les citadins d’Uvira se réclamer des groupes armés : abana’bitu ba’lwa kandi mu migazi (« nos enfants se sont encore battus dans les montagnes ») ou encore nanga twabashushula kabisa (« Ah ! Nous les avons copieusement battus ! »).

18Les réseaux sociaux facilitent cette culture d’une communauté émotionnelle. Il suffit de taper, sur Google, les noms d’un entrepreneur d’un groupe armé (Makanaki Kasimbira John ou Mutetezi Ebuela) suivi de YouTube pour voir un chapelet de vidéos qu’ils enregistrent et qui sont relayées par des médias en ligne. Les Twirwaneho disposent d’un compte Twitter (@twirwaneho). Créé en juin 2020, il est connecté, en juin 2023, à 6 245 autres comptes tandis que 137 comptes lui sont également liés. Je n’ai trouvé aucun compte Twitter des Maï-Maï ou des FABB. Toutefois, une page Facebook (l’opération de l’autodéfense Maï-Maï) contient plusieurs publications (vidéo, photo et déclaration). Sa dernière publication date néanmoins du 5 juin 2022. Il compte cinquante-cinq mille mentions « j’aime » et soixante mille followers en juin 2023. Ce compte publie tout ce qui se rapporte aux groupes armés Maï-Maï et Biloze Bishambuke. Il n’est pas affilié à un seul mouvement. A côté de Facebook et Twitter, les documents (papiers ou audio-visuels) circulent également dans les groupes WhatsApp. Ces nouveaux médias ont une particularité. Ils publient librement sans être astreints à une législation contrairement aux médias traditionnels (radio, télévision ou journal imprimé).

L’engagement ex situ au quotidien dans la ville d’Uvira

19Les militants urbains des Forces Armées Biloze Bishambuke jouent un rôle important pour la survie du groupe armé dans les zones rurales. Ce rôle se décline en plusieurs domaines : économique, politique, logistique, idéologique.

Relai économique

20Les membres (affiliés ou sympathisants) se contactent en secret et les contributions sont levées sous forme d’effort de guerre. Pour les FABB, deux processus sont à l’œuvre. Le premier consiste à utiliser les groupes des réseaux sociaux (WhatsApp) où les militants urbains contribuent individuellement en faisant participer la diaspora. Tandis que le second consiste, pour les militants urbains, à passer dans des magasins, kiosques et boutiques des sympathisants pour collecter leurs parts. L’un des collecteurs de fonds raconte :

« La dernière fois, nous avons collecté 200 $ localement ! Nous avons ensuite appelé la diaspora et elle a réagi promptement. Nous avons alors réalisé 435 $. Les amis avaient besoin des Motorola et des médicaments. Bon. Nous le faisons régulièrement. Nous ne pouvons pas abandonner les nôtres. D’ailleurs, les Banyaruanda (Banyamulenge) peuvent descendre jusqu’ici. Il faut alors les arrêter là même. Rires. Ils nous protègent aussi. » (collecteur de fonds, Uvira, janvier 2024).

21D’autres groupes armés utilisent le même canal pour se ressourcer. Selon les experts des Nations-Unies (S/2023/431, para. 164-167), la Mutualité Mahoro Peace Association, basée à Dallas aux États-Unis, a envoyé près d’un million de dollars au groupe armé Twirwaneho-Makanika entre 2020 et 2023. Le journal Africa Intelligence affirme également que les fonds collectés ont été transférés dans les montagnes du Sud-Kivu en transitant par les mutualités communautaires dans la ville d’Uvira. S’il est difficile de retracer avec précision les canaux de ces flux financiers, on peut néanmoins constater que ces contributions ont été monnaie courante dans les villes d’Uvira et Bukavu entre 1998 et 2002. Les populations civiles contribuaient et transféraient l’argent aux Maï-Maï pour acheter des armes et des munitions (Nasibu Bilali, 2004). A côté des efforts de guerre, les groupes armés se livrent aussi à des activités économiques, légales ou illégales, par les biais d’intermédiaires civils vivant en villes. Il peut s’agir notamment « des accords de type franchise pour la gestion de boutiques et de taxi-motos » (Verweijen, 2019 : 15) ou encore de trafic des minerais qui, selon les experts des Nations-Unies, transitent par Bukavu et Kigali avant d’être exportés à Dubaï aux Emirats Arabes Unis (S/2020/1283, para. 70-75).

Relai militaire et logistique

22Les citadins facilitent le trafic des armes et des munitions. Les armes achetées au Burundi ou à Uvira sont d’abord gardées en ville avant d’être acheminées dans les collines où est érigé le quartier général. Aucun militant urbain des FABB ne m’a partagé son expérience quant à ce transit. Mais, le point focal d’un « général » Maï-Maï m’a décrit une aventure qui a failli mal tourner :

« Nous avions deux armes enrouées dans des matelas. Mon petit frère, devant, avec un K 47 et moi, derrière, avec un PKM. Arrivée à côté d’une barrière des FARDC, le petit commença à trembler. Je me suis dit ça y est. On va nous attraper. J’ai marché vite et, à la barrière, j’ai salué les soldats et je leur tendis la main : 10.000 fcs [Rires]. Et nous passons comme ça ! » (point focal d’un “général” Maï-Maï, Uvira, novembre 2022).

23Un autre cas de trafic d’arme a été révélé lors de la commission d’enquête parlementaire surnommée Vangu du nom de son Président (Vangu Mambweni Wa Busana). Le conseil de sécurité d’Uvira se plaignait d’un réseau de distribution des armes aux Banyamulenge par l’évêque d’Uvira, Jérôme Gapangwa, pour le compte de l’Armée Patriotique Rwandaise (rapport Vangu, 1994, p. 103). Les citadins jouent aussi le rôle de recrutement. Naguère, des jeunes Banyamulenge ont été recrutés à partir des camps des réfugiés basés en Ouganda, au Kenya, au Burundi et au Malawi. Ces recrues ont été surnommées Androids. Parce qu’ils avaient en majorité des téléphones mobiles de marque Android. Ils se sont par la suite joints aux Twirwaneho-Makanika. Au Nord-Kivu, le CNDP ainsi que le M23 recrutent l’essentiel de son personnel dans la ville de Goma.

24Les citadins donnent des renseignements sur les faits et gestes des forces armées des « ennemis ». Entre 1998 et 2002, les Maï-Maï tendaient fréquemment des embuscades contre le RCD à Uvira et à Bwegera. Ces embuscades étaient dues aux informations qu’ils recevaient de leurs réseaux de centres d’Uvira, Sange et Bwegera. Beaucoup de citadins en firent les frais (exil, enlèvement, prison ou assassinat).

Sociabilité et relai politique

25Les citadins militants offrent l’hospitalité aux combattants ruraux qui souhaitent passer quelques jours en ville. En cas de blessure, c’est le Comité International de la Croix Rouge qui s’occupe des soins. Les blessures légères sont soignées à l’Hôpital Général de Référence d’Uvira tandis que les blessures graves sont acheminées à l’Hôpital Général de Référence de Bukavu. Mais, généralement, ces blessés bénéficient des visites de renfort des réseaux urbains des groupes armés. Les visiteurs portent, dans leur gibecière, des savons, de l’huile, du sucre et un peu d’argent.

26Enfin, les citadins jouent un rôle politique important. Ils ont le contact des autorités. Et, en cas de besoin, ce sont eux qui sont contactés pour représenter les « généraux » dans des activités officielles : dialogues, négociations, réunions de sécurité, consultations ou tables rondes. A côté de cette fonction de représentation, ils arrivent qu’ils plaident en faveur des combattants armés arrêtés par les services de sécurité. Pour le cas d’Uvira, les uns sont détenus au bureau II, au cachot de l’auditorat militaire ou encore à la prison centrale de Mulunge.

Travail de mémoires et institutionnalisation du répertoire d’action

27L’engagement ex-situ a un volet de soutien à l’action armée que l’on vient de voir. Mais il porte aussi sur un registre symbolique, observable sur un temps long. Ce sont cette fois-ci les mutualités communautaires ainsi que les sociétés civiles, auxquels militent certains FABB, qui, depuis les villes, préparent les actions de marquage mémoriel du conflit, de construction et de diffusion des idéologies et, de ce fait, légitiment de façon sous-jacente l’engagement armé des militants ruraux.

La lutte autour des sites symboliques : les lieux de massacres

Illustration 2 - Commémoration des massacres de Kidote et Lemera, le 06 octobre 2021

Illustration 2 - Commémoration des massacres de Kidote et Lemera, le 06 octobre 2021

Auteur : Yves Malipo Kabiona, 2021.

28Les massacres qui se déroulent aux villages mobilisent également les citadins. Parce que ces derniers y gardent leurs attaches familiales et économiques : parents ou grands-parents, champs, espaces fonciers et étables. Trois monuments sont déjà érigés à Uvira (Mutarule, Katogota et Kiliba), un autre à Fizi (Makobola) et un autre à Mwenga (Kasika). Chaque année, la société civile et les mutualités, associations organisées autour d’une tribu, commémorent ces massacrent en mémoire des leurs qui ont été tués entre 1996 et 2003. Concernant le cas d’Uvira que j’ai pu observer, les participants viennent des villes d’Uvira, de Bujumbura et de Bukavu. Ce sont ces intellectuels citadins qui participent à la rédaction du mémo. Ils mobilisent la presse locale et nationale. Ils contribuent à l’achat des tricots, à l’impression des calicots et à l’achat des sachets noirs que chaque participant doit porter sur la tête. Exemple, le 06 octobre 2021, des bus et des camionnettes ont été apprêtés pour déplacer les manifestants d’Uvira, de Kiliba, de Sange et de Luvungi jusqu’à Lemera. Une messe a été dite à Kidote, en mémoire des prêtres qui y ont été massacrés. Après la messe, une marée humaine s’était déplacée, à pied, jusqu’à la grande salle de la chefferie des Bafuliiru où a eu lieu un rassemblement après le dépôt des gerbes de fleurs sur la fausse commune de l’Hôpital Général de Lemera.

29En effet, le sud du Sud-Kivu compte de dizaines de massacres touchant indistinctement toutes les communautés. Certains de ces événements sont documentés et coulés dans le rapport Mapping. Les incidents postérieurs à l’an 2003 ne s’y trouvent pas. Car ce rapport des Nations-Unies, publié en 2010, inventorie uniquement les crimes commis entre 1993 et 2003 sur l’ensemble du territoire national congolais (Schmitz, 2022). Selon ce rapport, en effet, entre juillet 1996 et juillet 1998, les Banyamulenge ont été massacrés dans six villages des territoires d’Uvira et Fizi. Au même moment, sur dix-huit massacres visant les réfugiés hutu rwandais, six endeuillèrent également les populations qui se réclament autochtones d’Uvira sans compter les neuf autres massacres qui visaient uniquement les civils « autochtones ». Entre août 1998 et janvier 2001, aucun incident n’est enregistré contre les Banyamulenge. Mais, trente massacres contre les autres populations furent signalés à Uvira, Fizi et Mwenga. Enfin, de janvier 2001 à juin 2003, la rébellion RCD massacra les civils « autochtones » dans quatre villages d’Uvira.

Les organisations citadines dans l’arène institutionnelle

30Le militantisme en soutien aux mouvements collinistes se développent également en ville sous une forme institutionnelle. A Bukavu, l’association BUGUMA réunit les Bafuliiru et les Bavira ressortissants du territoire d’Uvira. De la même manière, le BUGUMA-Burundi réunit les mêmes composantes. A Uvira, ces dynamiques sont nombreuses. Au moins, chaque village a un groupe, légalisé ou pas, qui réunit ses ressortissants en ville. Elles sont solidaires avec leurs villages d’origine en cas de besoin. C’est à travers ces organisations que les militants des FABB organisent des actions légales et symboliques. A Uvira, les ressortissants des hauts et moyens plateaux se réunissent au sein du groupe Honoka. Le terme signifie littéralement « ceux qui descendent une montagne ». Ce groupe a notamment œuvré avec insistance pour que le Lubunga Lwa Bafuliiru (conseil des sages fuliiru) organise la commémoration du massacre de Bijombo. Au Burundi, les Banyamulenge se réunissent au sein de la mutualité Shikama. Et, c’est à partir de ce sillage qu’est né le groupe armé, FRF, Forces Républicaines Fédéralistes (ADEPAE et al, 2011). A côté de Shikama qui se trouve dans plusieurs villes, les Banyamulenge se réunissent aussi au sein de Gakondo et Mahoro Peace Association. Pour les Bafuliiru, à côté des associations regroupant les ressortissants des mêmes villages, ils disposent aussi des Lubunga Lwa Bafuliiru (Uvira et plusieurs villes), Ikihiza Kya Bafuliiru, Umufuliiru Mwi’banga et la Solidarité des Jeunes Fuliiru Mondiale. Les Babembe sont réunis au sein de Emo’ ya m’mbondo et les Banyindu dans Lubunga Munene.

31Ecrire est devenu l’une des stratégies des citadins réunis au sein de ces structures. Cette diffusion des idées par l’écrit confère en effet une certaine légitimité au même titre qu’un acteur à main armée qui « protège » sa communauté. Ceux qui écrivent ciblent principalement les institutions. Ils partagent une même rhétorique : la dramatisation, la victimisation, la condamnation de l’Autre, la radicalisation et la justification des crimes même s’ils sont avérés. Cette activité nécessite une certaine compétence politique et administrative : savoir à qui écrire, comment manier les mots et les expressions en langues étrangères, l’habileté à collecter des données, l’extension du réseau de distribution des courriers, l’entretien d’un carnet des contacts ainsi que la mise en forme des textes.

32Ainsi, les lettres, les communiqués, les déclarations, les memoranda et les pétitions sont particulièrement fréquents dans la vie quotidienne urbaine. Ils sont écrits soit par des particuliers qui ont une certaine notoriété ou soit par ces groupes. Et, ils sont adressés aux autorités nationales et internationales pour défendre les communautés. À côté de cela, des livres sont édités et des articles publiés. Il s’agit, par exemple, de « Existe-t-il des rwandais congolais ? » publié en 1998 par Mahano Ge Mahano ou encore des deux ouvrages sur « Les Banyamulenge » respectivement écrits par Jason Stearns en 2013 et Ruhimbika Muller en 2001. Chaque groupe utilise les arguments de ces livres pour légitimer sa communauté au cours des dialogues intercommunautaires organisés par le gouvernement congolais.

Conclusion

33La ville d’Uvira constitue un maquis, c’est-à-dire un lieu de résistance armée. Certains résidents urbains participent activement ou symboliquement à l’action armée malgré la localisation des conflits dans les zones rurales. Cette participation aux groupes armés ethno-nationalistes dont les FABB visent à combattre les groupes armés successivement soutenus par le Rwanda depuis les années 1996. Ainsi, le réseau urbain des FABB regroupe plusieurs catégories de militants. Les militants actifs sont ceux qui ont été recrutés à travers un réseau d’interconnaissance ainsi que les anciens combattants dont le nouveau statut (étudiant) contraint à avoir un engagement distancié, ex situ, après l’exode rural. Tandis que la communauté symbolique regroupe ceux qui partagent la même idéologie que les FABB, c’est-à-dire le ressentiment contre le Rwanda et les rwandophones résidant en RDC.

34Ces militants urbains (actifs ou symboliques) jouent plusieurs rôles vis-à-vis des groupes armés situées dans les zones rurales. Ils mobilisent des fonds, des vivres et des non vivres qu’ils transfèrent au maquis rural. Ils contribuent au trafic et à la fourniture des armes, des munitions et des renseignements. Ils mobilisent les jeunes à s’enrôler directement au groupe armé et entretiennent des contacts avec les autorités étatiques. Qui plus est, ces réseaux urbains des groupes armés militent également dans des sociétés civiles ainsi que dans des mutualités communautaires. Ces structures légales organisent des actions idéologiques de marquage identitaire. Ainsi, elles visent principalement à légitimer les groupes armés locaux par la désignation et la condamnation de l’adversaire (rébellion écran) à travers notamment les manifestations publiques, les lettres ouvertes, les memoranda et la commémoration des massacres.

Haut de page

Bibliographie

ADEPAE et al., 2011. Au-delà des groupes armés. Conflits locaux et connexions sous-régionales. L’exemple de Fizi et Uvira (Sud-Kivu, RDC). Suède, Life and Peace Institute, 160 p.

Brabant J., 2016. Qu’on nous laisse combattre, et la guerre finira. Paris, La Découverte, 248 p.

Brabant J., Nzweve, J.-L., 2013. La houe, la vache et le fusil. Sweden, Life and Peace Institute, 167 p.

Braud P., 2016. Manuel de sociologie politique. Paris, LGDJ, 12e édition, 688 p.

Calabrese, E., C., 2018. On n’arrive jamais seul au parti. Parcours d’engagement des jeunes au sein du Hezbollah libanais . Agora/débats jeunesses, n° 80/3, p. 100-116. DOI 10.3917/agora.080.0100

International Crisis Group, 2012. Comprendre les conflits dans l’Est du Congo : la plaine de la Ruzizi. Bruxelles-Nairobi, Rapport Afrique n° 206 [En ligne]. URL: https://www.files.ethz.ch/isn/167978/206-comprendre-les-conflits-dans-lest-du-congo-i-la-plaine-de-la-ruzizi.pdf

Ion J., et al., 2005. Militer aujourd’hui. Paris, Editions Autrement, Coll. CEVIPOF/Autrement, 139 p.

Jacquemot P., 2014. Le Rwanda et la République Démocratique du Congo. David et Goliath dans les Grands Lacs. Revue internationale et stratégique, n° 95, p. 32-42.

Marchal R., Messiant, M., 2006. Une lecture symptomale de quelques théorisations récentes des guerres civiles. Lusotopie [En ligne], vol. XIII, n° 2. URL: http://journals.openedition.org/lusotopie/1382 - DOI: https://doi.org/10.1163/17683084-01302002

Mikedo Hatari X., 2020. Histoire du mouvement de résistance Maï-Maï en RDC. Origine et évolution. Mouvements et enjeux sociaux. Revue internationale des dynamiques sociales [En ligne], vol. 2, n° 115, p. 64-72. URL: https://mesrids.org/wp-content/uploads/2022/01/MES-115-Vol.2-Mikedo.pdf

Muchukiwa B., 2016. Identités territoriales et conflits ethniques dans la Province du Sud-Kivu, R.D. Congo. Genève, Blobéthic.net [En ligne], 62 p. URL: https://repository.globethics.net/handle/20.500.12424/166524

Murhega Mashanda, Kitoka Moke, 2019. Opportunités et défis de la réconciliation à l'Est de la République démocratique du Congo. Cas des conflits liés à la transhumance en territoires de Fizi et d’Uvira (Sud-Kivu). Genève, Blobéthic.net [En ligne], 66 p. URL: https://repository.globethics.net/handle/20.500.12424/3863501

Muxel A., 2015. La politisation par l’intime. Parler politique avec ses proches [En ligne]. Revue Française des Science Politique, vol. 65, n° 4, p. 541-562. URL: https://sciencespo.hal.science/view/index/identifiant/hal-03459728

Nasibu Bilali C., 2004. Qui arme les Maï-Maï ? Enquête sur une situation originale [En ligne]. Bruxelles, Rapport du GRIP, 28 p. URL: https://www.grip.org/qui-arme-les-mai-mai-enquete-sur-une-situation-originale/

Neveu E., 2005. Sociologie des mouvements sociaux. Paris, La Découverte, 128 p.

Stearns J., et al., 2013. Les Banyamulenge. Insurrection et résistance dans les montagnes du Sud-Kivu. Londres, Institut de la Valée du Rift, 65 p.

Thill M., 2019. Un système d’insécurité. Comprendre la violence et la criminalité urbaine à Bukavu. Londres, Institut de la Valée du Rift, 68 p.

Verweijen J., 2019. Villes violentes, société violente. Analyser la violence urbaine dans l’Est du Congo. Londres, Institut de la Valée du Rift, 81 p.

Verweijen J. et al., 2019. Les rebelles et la ville. Londres, Rift Valley Institute, 10 p.

Verhaegen B, 1967. Les rébellions populaires au Congo en 1964. Cahiers d’Études Africaines, n° 26, p. 345-359.

Vlassenroot K., 2008. Négocier et contester l’ordre public en République Démocratique du Congo. Politique africaine, n° 111, p. 44-68.

Wilungula Balongelwa C., 1997. Fizi 1967-1986, le maquis Kabila. Paris, l’Harmattan, 136 p.

Haut de page

Notes

1 Les noms des enquêtés ont été changés.

2 Le Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD) et le Congrès National pour la Défense des Peuples (CNDP) ont respectivement été créées en 1998 et 2004 avec l’appui du Rwanda.

3 Le point-focal désigne une personne-relais dans une entité donnée à l’instar d’une ville.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - Marche pacifique dénonçant les massacres à l’Est du Congo, du rond-point Kavimvira à la mairie d’Uvira, le 20 février 2024
Crédits Auteur : Yves Malipo Kabiona, 2024.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/27045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Titre Illustration 2 - Commémoration des massacres de Kidote et Lemera, le 06 octobre 2021
Crédits Auteur : Yves Malipo Kabiona, 2021.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/27045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Malipo Kabiona, « Un maquis urbain ? Participation et légitimation du militantisme armé dans une petite ville de l’Est de la RDC »EchoGéo [En ligne], 67 | 2024, mis en ligne le 31 mars 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/27045 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y03

Haut de page

Auteur

Yves Malipo Kabiona

Yves Malipo Kabiona, malipokabiona@gmail.com, est doctorant en socio-anthropologie au CRELACS/Université du Burundi et maître-assistant à l’Institut Supérieur Pédagogique d’Uvira (Burundi).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search