Navigation – Plan du site

Accueilnumeros67Sur le champPenser les citadinités depuis l’A...

Sur le champ

Penser les citadinités depuis l’Afrique de l’Est

Introduction au dossier
Jean-Baptiste Lanne et Marianne Morange

Entrées d’index

Index par rubriques :

Sur le champ
Haut de page

Texte intégral

“[…]
The city wakes up
Brushes its teeth
And stares at the ceiling
Willing the day to pass
To bring it closer
To another tomorrow
To bring it closer
To the end of the month
To the salary-day
The day of importance
[…]”

« […] La ville se réveille / Se brosse les dents / Et regarde le plafond / Je veux que le jour passe / Pour le rapprocher / Vers un autre demain / Pour le rapprocher / Jusqu'à la fin du mois / Au jour du salaire / Le jour important […] ».

Muhammad Al-Makki Ibraheem (Extrait cité dans Wanni, 2005).

1L’Afrique de l’Est, longtemps considérée comme un bastion de la ruralité africaine, s’urbanise à vive allure. Au-delà de l’hétérogénéité des situations nationales en matière de transition urbaine, ce mouvement engendre de profondes transformations sociales et spatiales dans cette partie du continent et nourrit d’importants débats en études urbaines, en particulier sur la citadinité. Sans nécessairement mobiliser ce terme, un nombre croissant de travaux interroge les dimensions politiques, sociales, culturelles, économiques, mais aussi affectives ou émotionnelles du rapport des individus à la ville. Un dialogue en est né, d’abord entre villes est-africaines, intéressant les dynamiques propres à la sous-région, qui s’étend désormais vers d’autres villes d’Afrique et par-delà le continent (Landau et Freemantle, 2016 ; Rizzo et Azteni, 2020 ; Revilla, 2021). Si les géographes français·es sont engagé·es dans ces débats, la bibliographie anglophone qu’ils et elles mobilisent reste en partie méconnue dans le monde académique francophone, notamment en France, pour des raisons linguistiques mais surtout de structurations historiques – notamment postcoloniales – des partenariats de recherche. Ce dossier vise à faciliter la diffusion de ces travaux en France et à renforcer les dialogues entre recherches francophones et anglophones à ce sujet, en donnant à voir la contribution de cette partie du continent aux débats pluridisciplinaires sur les sociétés urbaines en Afrique, et au-delà.

2Les contributeurs et contributrices à ce numéro, des chercheur·es venu·es de tous horizons, ont engagé ce dialogue en se saisissant comme nous les y avions invités de la notion de citadinité. Développée par des géographes français·es à partir des années 1990-2000 et essentiellement à partir de villes ouest-africaines, sud-africaines et nord-africaines (Gervais-Lambony, 2004 ; Berry-Chikhaoui et Deboulet, 2000), cette notion entre désormais en résonnance avec des travaux de plus en plus nombreux en Afrique de l’Est. Ceux-ci interrogent les processus, pratiques et représentations par lesquelles les individus se forgent une place matérielle, symbolique, économique et politique en ville, ainsi que le rapport constamment renégocié de l’individu à la ville. S’ils ne mobilisent pas directement cette notion, difficile d’ailleurs à traduire en anglais (son équivalent pourrait être urban life), ils éclairent la manière dont l’expérience de la vie en ville contribue à construire et modifier le rapport à soi, aux autres et au temps. Certains interrogent les matrices de socialisation en ville, la négociation de la distance sociale et spatiale par rapport à son voisinage ou à ses proches (Neumark, 2017 ; Revilla, 2020 ; Lockwood, 2023), le travail de démarcation sociale opéré par les individus pour se situer dans des sociétés urbaines fortement hiérarchisées (Mercer, 2018), les formes d’affiliation à différents groupes sociaux (Monteith, 2018 ; Stoll, 2018 ; Kinyanjui, 2019) ou les rapports à l’État et la légitimation de sa présence en ville (Chauvin, 2010 ; Ruteere et al., 2013 ; Morange, 2015). D’autres interrogent le rapport à soi en termes d’éthique (Monteith, 2018 ; Moore, 2020 ; Thieme et al., 2021), le rapport au corps (Doherty, 2017 ; Kimari, 2018 ; Lanne, 2018), ou l’intériorisation de normes et de conduites, notamment entrepreneuriales et néolibérales (Di Nunzio, 2015 ; Thieme, 2015). Certains questionnent les capacités contrastées des citadins à reconfigurer les mémoires ou à imaginer leur avenir (Di Nunzio, 2019), à transmettre des valeurs aux générations suivantes. D’autres, leur capacité à composer avec le quotidien, « pushin’ the day », comme on peut l’entendre fréquemment à Nairobi ou « willing the day to pass » pour reprendre les mots du poète soudanais Muhammad Al-Makki Ibraheem, cité en exergue. Ce numéro s’inscrit dans ces débats. Sans prétention à l’exhaustivité, ni thématique, ni spatiale, il met en résonnance des travaux issus des mondes anglophones et francophones. Ainsi, trois articles ont été rédigés, en totalité ou en partie, par des chercheurs kenyans et burundais dont les travaux sont publiés en France pour la première fois.

3Il s’agit d’explorer la citadinité depuis l’Afrique de l’est et à partir de ses villes, en se tenant à l’écart d’un travail de « déclinaison » de cette notion qui examinerait ses variations régionales. En effet, notre objectif n’est pas de postuler une quelconque homogénéité ou spécificité est-africaine en la matière mais, en extrayant cette notion de son contexte d’émergence, de la mettre en « friction » (Jazeel, 2019) avec des contextes urbains où elle a été moins travaillée que dans d’autres parties du continent, en particulier d’autres mondes en partie anglophones, tels que l’Afrique australe (Gervais-Lambony, 2004 ; Buire, 2019). Ce décalage permet de questionner « le provincialisme » de nos conceptions (Houssay-Holzshuch, 2020) souvent franco-centrées ou centrées sur les Nords mais aussi sur des parties du continent africain plus arpentées par la recherche francophone. L’Afrique de l’Est est saisie ici comme un espace régional très vaste et à « géométrie variable » (Fouéré et Maupeu, 2015) qui court du Nord au Sud, de Madagascar à la corne de l’Afrique, et d’Ouest en Est, des grands lacs (Rwanda, Burundi et Est de la République Démocratique du Congo) à la côte swahilie, en passant par les espaces insulaires de l’océan indien occidental. Cette conception très extensive de la « région » est-africaine, proche de celle de l’UNDESA (Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, permet de s’extraire du débat sur les limites de cet ensemble (François, 2000 ; Calas, 2001) et de saisir la diversité des pratiques socio-spatiales dans des villes aussi contrastées que Khartoum (Soudan), Nairobi (Kenya), Addis-Abeba (Éthiopie), Antananarivo (Madagascar) ou Uvira (Est de la RDC) en tenant compte de la diversité des configurations urbaines est-africaines.

4Cette compréhension large de l’Afrique de l’Est est aussi cohérente avec l’ambition de décentrer le regard sur la citadinité à partir de la partie la plus faiblement urbanisée du continent qui est aussi celle qui s’urbanise le plus vite. Le taux d’urbanisation régional est de 29 %, contre 47,7 % en Afrique de l’Ouest et 51,1 % en Asie (UNDESA, 2018) et le taux de croissance urbaine de 4,32 % par an, entre 2015 et 2020. À titre de comparaison, l’Afrique de l’Ouest affiche pour la même période un taux de croissance annuel de 4,04 % et l’Asie, de 2,16 % (UNDESA, 2018). Certaines projections estiment qu’en 2100, cinq des 20 plus grandes villes du monde se trouveront en Afrique de l’Est (Dar es Salaam, Nairobi, Kampala, Mogadiscio et Addis-Abeba). Aujourd’hui, aucune d’entre elles ne figure parmi les 70 plus grandes agglomérations (Hoornweg et Pope, 2017, cité par Goodfellow, 2022). L’urbanisation généralisée des sociétés est-africaines est liée à une croissance économique soutenue, à la libéralisation des économies et à l’alignement de projets nationaux, autrefois idéologiquement opposés, sur les valeurs néolibérales (Fouéré et Maupeu, 2015). La participation de l’Afrique de l’Est aux échanges globaux s’intensifie et la coopération régionale se réactive notamment avec la résurgence de l’East African Community. Ce mouvement d’urbanisation touche désormais tout l’espace régional et la plupart des pays s’alignent sur la trajectoire néolibérale d’émergence économique et d’urbanisation du Kenya, précurseur dans ce mouvement, avec 29 % de citadins en 2022 contre 7 % en 19601. Si un tiers des citadins de la région était kenyans en 2010, des pays enclavés et autrefois considérés comme ruraux tels que le Rwanda et l’Ouganda sont en cours d’urbanisation rapide. Pour s’en tenir aux études de cas présentées dans ce dossier : les taux d’urbanisation étaient respectivement de 36 %, 23 % et 40 % en 2022 au Soudan, en Ethiopie et à Madagascar, contre 11 %, 6 % et 11 % en 19602.

  • 3 Source : E-Geopolis, The world population database, 2020. Banque de données sur les villes du monde(...)

5Cette révolution urbaine touche autant les métropoles que les villes secondaires, petites et intermédiaires (OCDE/CSAO, 2020). La transition urbaine est nourrie simultanément par le haut et par le bas des réseaux urbains. Examiner la citadinité à partir de l’Afrique de l’Est permet donc aussi de corriger en partie les déformations liées au prisme métropolitain à travers lequel elle est souvent lue. Ainsi, si 35 % des citadins kenyans vivaient à Nairobi en 1980, celle-ci ne pèse plus que 21 % en 2000 et 16,5 % environ aujourd’hui3. Sous le terme générique d’urbanisation se cachent donc des réalités très disparates : métropoles duales, à la fois vitrines de nouveaux modes de vie cosmopolites et cristallisatrices des inégalités (Nairobi, Kigali, Addis-Abeba, Dar Es Salam, Bujumbura, Antananarivo) ; grandes villes aux prises avec des situations de conflit ou de post-conflit (Juba, Mogadiscio, Goma) ; métropoles régionales en pleine croissance (Kisumu, Nakuru, Arusha) ; semis dense de villes intermédiaires et de petites villes (Eldoret, Ruiru, Machakos, Meru au Kenya ; Gulu, Lira, Jinja en Ouganda ; Mwanza, Mbeya, Dodoma en Tanzanie ; Gitega, Ngozi, Rumonge au Burundi). L’Afrique de l’Est nous invite donc à porter une attention particulière d’une part aux petites villes et d’autre part aux périphéries des grandes agglomérations, des espaces moins connus que les espaces centraux des régions métropolitaines.

6Dans ce dossier, les articles sur les grandes métropoles dominent, plus précisément même, les villes capitales situées au sommet de la hiérarchie urbaine : Antananarivo, Khartoum, Addis-Abeba et Nairobi. Toutefois, deux contributions portent sur des villes plus modestes : Thika, capitale du comté de Kiambu, une ville d’environ 250 000 habitants, située en grande périphérie de Nairobi ; Uvira, chef-lieu de la Province du Sud Kivu, dans l’Est de la RDC, une ville de plus de 600 000 habitants. En outre, trois articles portent sur des périphéries urbaines, sur une « world’s urban frontier » pour reprendre les termes de Tom Goodfellow (2022) où se jouent d’intenses recompositions, des dynamiques de destruction/reconstruction des ordres politiques, sociaux et fonciers. Ces transformations sont de nature différente : liées à la guerre, à Khartoum ; à la métropolisation à Thika ; à la spéculation foncière dans les lointaines périphéries du Grand Nairobi, à plusieurs dizaines de kilomètres de la métropole.

7Alice Franck et Corten Perez-Houis analysent la recomposition des citadinités dans les périphéries de Khartoum. Celles-ci ont accueilli de longue date les réfugiés des conflits antérieurs mais aujourd’hui elles accueillent aussi des citadins qui fuient le centre-ville car, pour la première fois dans son histoire postcoloniale, Khartoum est directement frappée par la guerre. Le clivage entre ville blanche centrale et péripérie migrante noire et moins « citadinisée » qui structure fortement les représentations collectives est ainsi battu en brèche. Ces périphéries en pleine transformation ne sont désormais plus des espaces de relégation et de pauvreté. Elles se transforment à vive allure au rythme de grands chantiers portés en partie par les politiques nationales de logement et grâce à la diffusion du parpaing de ciment. Ces nouveaux quartiers accueillent des habitants aux trajectoires de vie, aux profils socio-économiques et ambitions très diverses. Leur citadinité est analysée ici sous deux angles : la pluralité des stratégies résidentielles des accédants à la propriété privée ; la montée de revendications collectives sur les services urbains et l’espace public.

8Sylvain Racaud et Nathan Kariuki analysent l’essor du commerce de rue à Thika et la manière dont les vendeurs de rue se négocient une place dans ce contexte urbain favorable à leurs activités, du fait de la forte croissance urbaine et de l’intensité des flux pendulaires avec Nairobi, que la construction récente d’une grande infrastructure autoroutière a permis. À Thika comme dans d’autres villes d’Afrique et au-delà, ils doivent composer avec les incohérences de l’État et la volatilité de ses pratiques. Ils tentent alors d’esquisser un jeu complexe tirant profit des contradictions entre les échelons de gouvernement, des revirements politiques des élu·es lors des périodes électorales ou des désaccords entre services municipaux. L’originalité de l’article est d’interroger les effets de la métropolisation sur les politiques du commerce de rue dans le grand Nairobi. Aujourd’hui, Thika est entraînée dans le même mouvement de régénération urbaine néolibérale et « d’embellissement » qu’a connu Nairobi il y a dix ans, occupant une place clé dans la stratégie métropolitaine de croissance (la Vision 2030). Ce contexte est défavorable aux commerçants de rue qui doivent affronter des tentatives de relégation dans des marchés de plus en plus périphériques (non plus seulement loin du CBD de Nairobi mais loin de celui de Thika) mais la métropolisation leur permet aussi de négocier l’autorisation de travailler à Thika, contre une promesse de vote, en se jouant de la labilité de leurs ancrages territoriaux en tant qu’électeurs.

9Bérénice Bon, dans la rubrique Sur l’Image adossée au dossier, scrute le rôle de la rente urbaine dans les transformations de la périphérie de la petite ville de Kitengela (40 km de Nairobi) et du Konza Ranch (70 km de Nairobi). Elle décrit le morcellement et la subdivision des terres, liés aux transactions foncières qui animent les territoires agricoles et les espaces pastoraux du Grand Nairobi. Son analyse, menée à une échelle micro-locale, repose sur la méthode des biographies de parcelles. Des entretiens avec les investisseurs documentent les profils et trajectoires des acquéreurs de ces parcelles, ainsi que leurs stratégies. En complément, un suivi photographique systématique, engagé depuis trois ans, consigne des traces visuelles des paysages de ces lots, encore non bâtis, et donne à voir de manière diachronique une « ville à venir », encore invisible mais en cours de constitution.

  • 4 Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique, initiative lancée par plusieurs présidents (...)

10Parallèlement à la transformation des périphéries, les paysages des centres-villes continuent leur mutation spectaculaire, engagée dans les années 2000 avec la néolibéralisation des politiques publiques. L’activation des nouvelles routes de la soie, le lancement de grands projets d’infrastructures (les grands corridors de développement construits autour du rail et des infrastructures énergétiques depuis le lancement du NEPAD4) sont liés à de grands projets urbains : métro légers, autoroutes urbaines, grandes opérations immobilières. Ceux-ci portent des imaginaires de modernité mais attisent également des sentiments d’anxiété (Kimari, 2020) et des craintes de déclassement au sein de certaines franges des sociétés urbaines. L’opacité des prises de décision dans ce domaine, ainsi que l’apparition d’acteurs étrangers autour de ces chantiers, contribuent à cristalliser des représentations citadines ambivalentes, marquées tant par l’espoir que par l’anxiété liée au sentiment d’arbitraire et d’injustice (Di Nunzio, 2019 ; Kimari, 2021), dans les classes populaires mais aussi chez les plus aisés.

11Jackson Kago, Catherine Gateri et Owiti A K’Akumu s’intéressent au changement urbain provoqué par la concentration des capitaux internationaux dans les grandes métropoles est-africaines. Ils l’abordent cependant dans un quartier central et historiquement aisé de Nairobi, Kileleshwa, devenu la cible de la convoitise de promoteurs immobiliers. Les propriétaires historiques de maisons individuelles s’y inquiètent de voir sortir de terre des complexes résidentiels composés de hauts immeubles. La densification et la verticalisation de Kileleshwa reflètent l’intensité de la spéculation immobilière. Ces transformations suscitent les inquiétudes à la fois des habitants qui voient leur quartier se métamorphoser et de ceux et celles qui seront contraint·es de partir à plus ou moins court terme, en raison de la hausse du prix des loyers et des logements. Le repli sur soi des classes moyennes qui « ferment la porte » derrière elles pour protéger leurs privilèges de classe (« class closure » – Lockwood, 2023) trouve ici un terrain d’observation original, au-delà de la traditionnelle opposition entre riches et pauvres : à Kileleshwa les propriétaires très aisés, anciennement ancrés dans le quartier, s’opposent à une classe moyenne émergente de primo-accédants qui achètent grâce au crédit bancaire.

12Bezunesh Tamru interroge quant à elle les effets sur les citadinités des déguerpissements provoqués par les mégaprojets urbains portés par l’État, à Addis-Abeba. Au Nord-Est de la capitale, le projet Tchaka (« forêt » en amharique), sorte d’enclave urbaine hyper-artificialisée et ultra-moderne, financé par des capitaux émiratis, s’adresse à une élite mondialisée. Les habitants des lieux doivent faire place nette pour libérer le foncier urbain. Ces citadins subalternisés, vivant dans des marges semi-rurales qui ont été progressivement raccordées à la ville, sont bien intégrés à l’économie urbaine par leurs pratiques économiques notamment. Ils disposent toutefois de capacités différenciées à faire valoir leurs droits à compensation. Les détenteurs d’un bail emphytéotique (système du carta) ou ayant acquis par héritage ou achat un droit d’usufruit sur la terre bénéficient du meilleur niveau de compensation (un autre terrain et une aide financière pour reconstruire ailleurs). L’autrice documente la fracturation du groupe social à travers une typologie des formes de rapports à l’État qui opposent légitimistes (légalistes), opportunistes (négociateurs) et invisibilisés (qui dépendent du foyer principal, ou descendants de l’ayant-droit). Parmi ceux-ci, des jeunes développent des « citadinités de survie » en demeurant sur place, bien que la perte du lieu s’accompagne d’une perte de la carte d’identité (rattachée à l’adresse disparue) qui les prive de nombreux droits sociaux. Elle documente également le ressenti des déguerpis, entre nostalgie, espoir, résignation, colère et détermination à lutter pour continuer à survivre en ville.

13D’autres situations, caractérisées notamment par la construction de stigmates sociaux complexes, affectent la légitimité citadine des minorités. C’est le cas des Indiens à Antanarivo dont Catherine Fournet-Guérin questionne la « vulnérabilité » en tant que citadins. Leur présence ancienne dans les villes d’Afrique de l’Est est liée à une histoire bien documentée de circulations matérielles et culturelles dans l’Océan indien (Adam, 2009). On sait que la position singulière de l’Afrique de l’Est, au contact des circulations entre partie occidentale de l’Océan indien, mondes indo-pakistanais, et Asie orientale, a contribué à façonner des sociétés urbaines au multiculturalisme très marqué. Cependant Catherine Fournet-Guérin rappelle qu’à Antanarivo, la minorité indienne est systématiquement assignée à un statut d’extranéité, malgré son ancrage ancien dans la capitale malgache, et exprime un sentiment de vulnérabilité. La citadinité de ses membres se trouve fragilisée non pas par un renvoi à la ruralité mais par l’assignation à une extranéité (une forme d’étrangéité quelle que soit leur nationalité) qui a nourri dans l’histoire récente des violences contre ce groupe. Il en résulte un fort sentiment d’insécurité qui a un effet sur les mobilités quotidiennes et oblige à renégocier sans cesse sa place en ville. Ce stigmate est lié à des clichés qui réduisent cette minorité – peu nombreuse mais très visible dans l’espace – à ses membres les plus aisés et nourrit un fantasme de la dépossession nationale chez une partie des Malgaches. Grâce à une enquête multi-située, entre Paris et Antananarivo, l’autrice montre combien cette minorité – qui reste constamment sur le « qui-vive » en raison de persécutions régulières – négocie sa présence en ville en croisant les registres de légitimation, que ce soit par l’action caritative envers les plus pauvres, l’hybridation des pratiques funéraires, ou l’adhésion aux codes citadins des élites malgaches.

14Enfin, Yves Malipo Kabiona analyse l’engagement direct et indirect des citadins d’Uvira, chef-lieu de la Province du Sud Kivu et ville de plus de 600 000 habitants – ce qui en fait l’une des dix plus grandes villes du pays –, dans les groupes armés de la région. Ceux-ci sont souvent considérés comme opérant depuis les maquis ruraux. Prenant le contre-pied de cette lecture, l’auteur montre l’importance des ancrages urbains dans la formation d’un réseau de militants. Il questionne la construction complexe des identités dans ce contexte où pèsent de lourds enjeux de conflit de légitimité sur l’autochtonie. Il évoque la suspicion qui pèse sur les affiliations partisanes clandestines, les différents registres d’action qui portent cet engagement ex-situ : flux financiers, logistiques, circulation d’informations qui estompent la limite traditionnelle entre ville et campagne. Il montre par ailleurs le poids des mutualités, des organisations citadines institutionnalisées, dans le travail de mémoire du conflit (1996-2003) et la fixation des identités et travaille plus largement le lien entre ville et conflit dans ces sociétés urbaines durablement marquées par la guerre et pour lesquelles la ville n’est pas simplement un espace refuge face à la violence qui s’est emparée des campagnes.

15Finalement, ce texte nous rappelle que l’Afrique de l’Est, espace marqué par des mouvements massifs de réfugiés, des violences politiques et des guerres répétées, éclaire directement les liens entre urbanisation, ville et conflit. La citadinité y est percutée par les temporalités subies et cycliques de la guerre. Deux contributions dans ce dossier s’intéressent directement au lien entre ville, urbanisation et conflit armé, même si les formes de la guerre revêtent des réalités très différentes (dans un cas, des combats de rue à l’arme lourde dans le centre de Khartoum, dans l’autre une guérilla « à distance », dans le Sud Kivu) Ces articles montrent tous deux que des formes d’organisations collectives, nées ou consolidées dans la guerre (les mutualités dans le Sud Kivu et les comités de résistance à Khartoum), deviennent des acteurs pérennes de la sociabilité urbaine. Tous deux expriment aussi à leur manière le fait qu’il est nécessaire d’écrire malgré la guerre, important d’écrire, par-delà la guerre, l’ordinaire des citadins, dans des histoires récentes percutées par des évènements extra-ordinaires ; ceci, que l’on se trouve à distance relative du conflit ou directement plongé dans cette réalité. Cette écriture – et cela peut tout aussi bien se comprendre – est parfois empêchée, rendue trop douloureuse ou trop vive par l’immédiateté des évènements. Probablement, aussi, que certains textes ne nous sont jamais parvenus pour cette raison.

« Je parle de la ville immense, réalité quotidienne faite de deux mots : les autres,
Et en chacun d’eux règne un moi retranché du nous, un je à la dérive. »
Octavio Paz, « Je parle de la ville », 1987.

Haut de page

Bibliographie

Adam M. (dir.), 2009. L’Afrique indienne. Les minorités d’origine indo-pakistanaise en Afrique orientale. Paris, IFRA-Karthala, 481 p.

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A., 2004. Les compétences des citadins : enjeux et illustrations à propos du monde arabe [accessible en ligne]. In A.-M. Planel, Maghreb, dimensions de la complexité. IRMC, p. 315-327. URL: https://books.openedition.org/irmc/1601 - DOI: https://doi.org/10.4000/books.irmc.1554

Buire C., 2019. Citadins-citoyens au Cap. Espace et justice après l’apartheid. Nanterre, Presses universitaires de Paris-Nanterre, 334 p.

Calas B., 2011. Élargir l’horizon… Approches de l’Afrique orientale depuis ses villes. Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Bordeaux.

Calas B., 2007. Dynamiques métropolitaines d’Afrique orientale. Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], vol. 60, n° 237, p. 3-22. URL: http://journals.openedition.org/com/624 - DOI: https://doi.org/10.4000/com.624

Chauvin M., 2010. Passages en ville : territorialités de la dispersion et de la circulation, l'exemple des Maasai à Arusha (Tanzanie). Thèse de doctorat en géographie, Université Bordeaux 3.

Di Nunzio M., 2015. What Is the Alternative? Youth, Entrepreneurship and the Developmental State in Urban Ethiopia. Development and Change, vol. 46, n° 5, p. 1179-1200. https://doi.org/10.1111/dech.12187.

Di Nunzio M., 2019. The Act of Living. Street life, Marginaliy and Development in Urban Ethiopia. Ithaca et Londres, Cornell University Press.

Doherty J., 2017. Life (and limb) in the fast-lane: disposable people as infrastructure in Kampala’s boda boda industry. Critical African Studies, vol. 9, n° 2, p. 192-209.

Fouéré M.-A., et Maupeu H., 2015. Une nouvelle Afrique de l’Est ? Afrique contemporaine, no° 253, p. 13-35.

Fournet-Guérin C., 2021. Everyday Cosmopolitanism in African Cities: Places of Leisure and Consumption in Antananarivo and Maputo [Accessible en ligne]. In Lejeune C., Pagès-El Karoui D., Schmoll C., et Thiollet H. (dir.), Migration, Urbanity and Cosmopolitanism in a Globalized World. IMISCOE Research Series, Springer International Publishing, p. 89100. URL: https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-030-67365-9_7 - DOI: https://doi.org/10.1007/978-3-030-67365-9_7

François A., 2000. L'Afrique de l'Est aujourd'hui. Un espace en recomposition. L'Information Géographique, vol. 64, n° 1, p. 20-36

Gervais-Lambony P., 2004. Territoires citadins. Paris, Belin.

Goodfellow T., 2022. Politics and the Urban Frontier. Transformation and divergence in late urbanizing East Africa. Oxford. Oxford University Press.

Hoornweg D. et Pope K., 2017. Population predictions for the world’s largest cities in the 21st century. Environment & Urbanization, vol. 29, n° 1, p. 195-216.

Houssay-Holzschuch M., 2020. Making the Provincial Relevant? Embracing the Provincialization of Continental European Geographies. Geographica Helvetica [En ligne], vol. 75, n° 2, p. 41-51. URL: https://gh.copernicus.org/articles/75/41/2020/ - DOI: https://doi.org/10.5194/gh-75-41-2020.

Jazeel T., 2019. Singularity. A manifesto for incomparable geographies. Singapore Journal of Tropical Geography, vol. 40, n° 1, p. 5-21.

Kimari W., .2018. Activists, care work, and the ‘cry of the ghetto’ in Nairobi, Kenya. Palgrave Communications, vol. 4, n° 1, p. 1-7.

Kimari W., 2021. “Under Construction”: Everyday Anxieties and the Proliferating Social Meanings of China in Kenya [accessible en ligne]. Africa, vol. 91, n° 1, p. 135-152. DOI: https://doi.org/10.1017/S0001972020000996

Kinyanjui M. N., 2019. African Markets and the Utu-buntu Business Model. A perspective on economic informality in Nairobi. Afrique du Sud, African Minds Publishers.

Landau Loren B., Freemantle I., 2016. Beggaring belonging in Africa's no-man's lands: diversity, usufruct and the ethics of accommodation. Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 6, n° 42, p. 933-951.

Lanne J.-B., 2018. Des vies en veille. Géographies abandonnées des acteurs quotidiens de la sécurité à Nairobi. Thèse de Doctorat, Université Bordeaux Montaigne.

Lockwood P., 2023. “He who relies on relatives and friends die poor”: class closure and stratagems of civility in peri-urban Kenya. Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 29, n° 2, p. 326-346.

Mercer C., 2018. Boundary Work: Becoming Middle Class in Suburban Dar Es Salaam [Accessible en ligne]. International Journal of Urban and Regional Research, vol. 44, n° 3, p. 521-536. URL: https://eprints.lse.ac.uk/90199/1/Mercer_Boundary%20work_2018.pdf

Monteith W., 2018. Showing ‘Heart’ While Making Money: Negotiating Proximity in a Ugandan Marketplace [Accessible en ligne]. Africa, vol. 88, n° 1, p. 12-30. DOI: https://doi.org/10.1017/S0001972017001127

Moore H. L., 2020. The habitat of the subject: Exploring new forms of the ethical imagination. In Moritz E., Moser J. (dir.), Urban Ethics: Conflicts Over the Good and Proper Life in Cities. Londres, Routledge.

Morange M., 2015. Street trade, neoliberalisation and the control of space: Nairobi’s Central Business District in the era of entrepreneurial urbanism. Journal of Eastern African Studies, vol. 9, n° 2, p. 247-269.

OCDE/CSAO, 2020. Dynamiques de l’urbanisation africaine 2020 : Africapolis, une nouvelle géographie urbaine [En ligne]. Paris, Éditions OCDE, Cahiers de l'Afrique de l'Ouest. DOI: https://doi.org/10.1787/481c7f49-fr.

Neumark T., 2017. “A good neighbour is not one that gives”: detachment, ethics, and the relational self in Kenya. The Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 3, n° 4, p. 748-764.

Perrot S., Makara S., Marie-Aude Fouéré M.-A., Lafargue J., 2014. Elections in a Hybrid Regime: Revisiting the 2011 Ugandan Polls. Fountain Publishers/IFRA.

Racaud S., 2020. Commerce bon marché de la ville à la campagne au Kenya [En ligne]. In Fouéré M.-A., Pommerolle M.-E., Thibon C. (dir.), Le Kenya en marche. 2000-2020. Paris-Nairobi, Africae. URL: https://books.openedition.org/africae/2042?lang=fr – DOI: https://doi.org/10.4000/books.africae.2042

Revilla L., 2020. Les Kayzan au quartier : milieu partisan et trajectoires de distinction dans les quartiers marginalisés du Grand Khartoum. Politique Africaine, n° 158, p. 33-55.

Revilla L., 2021. Le travail de l'ordre : hiérarchies sociales et ancrages policiers dans les quartiers populaires de Khartoum et Lagos. Thèse de doctorat en sciences politiques, IEP de Bordeaux, Université de Bordeaux.

Rizzo M., Atzeni M., 2020. Workers’ Power in Resisting Precarity: Comparing Transport Workers in Buenos Aires and Dar Es Salaam. Work, Employment and Society, vol. 34, n° 6, p. 1114-1130.

Ruteere M., Mutahi P., Mitchell B., Lind J., 2013. Missing the Point: Violence Reduction and Policy Misadventures in Nairobi's Poor Neighbourhoods. Institute of Development Studies Report, n° 39.

Stoll F., 2018. The City and Its Ways of Life: Local Influences on Middle-Income Milieus in Nairobi. International Development Policy | Revue Internationale de Politique de Développement [En ligne], n° 10, p. 275-301. URL: http://journals.openedition.org/poldev/2759  - DOI: https://doi.org/10.4000/poldev.2759

Tamru B., Saïd Chiré A., (dir.) 2018. Citadinités dans les villes de la corne de l’Afrique. Annales d’Éthiopie, vol. 32.

Thieme T., 2015. Turning hustlers into entrepreneurs, and social needs into market demands: Corporate–community encounters in Nairobi, Kenya. Geoforum, vol. 59, p. 228-239.

Thieme T., Ference M. E., van Stapele N., 2021. Harnessing the ‘Hustle’: Struggle, Solidarities and Narratives of Work in Nairobi and beyond Introduction. Africa, vol. 91, n° 1, p. 1-15. DOI: 10.1017/S0001972020000819.

UNDESA, 2018. World Urbanization Prospects: The 2018 Revision [Données accessibles en ligne]. Nations Unies, Department of Economic and Social Affairs, Population Division. URL: https://population.un.org/wup/DataQuery/

Vernet T., Beaujard P., 2015. L’Afrique de l’Est et les réseaux d’échanges océaniques entre les Ier et XVe siècles. Afriques, Débats, méthodes et terrains d’histoire [En ligne], n° 6. URL: http://journals.openedition.org/afriques/1996 - DOI: https://doi.org/10.4000/afriques.1996

Wanni N. H., 2005. Reading Khartoum. Politique Africaine, n° 100, p. 302-314.

Haut de page

Notes

1 Source : Open Data de la Banque mondiale [En ligne]. URL: https://data.worldbank.org (consulté le 30 juin 2024).

2 Source : Open Data de la Banque mondiale [En ligne]. URL: https://data.worldbank.org (consulté le 30 juin 2024).

3 Source : E-Geopolis, The world population database, 2020. Banque de données sur les villes du monde [En ligne]. Institut Géopolis, fondé et animé par François Moriconi-Ebrard. URL : http://e-geopolis.org/equipe/francois-moriconi-ebrard/.

4 Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique, initiative lancée par plusieurs présidents africains en 2001 et organe de mise en œuvre de la stratégie de développement Agenda 2063 de l’Union Africaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Lanne et Marianne Morange, « Penser les citadinités depuis l’Afrique de l’Est »EchoGéo [En ligne], 67 | 2024, mis en ligne le 30 mars 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/27150 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y05

Haut de page

Auteurs

Jean-Baptiste Lanne

Jean-Baptiste Lanne, jean-baptiste.lanne@u-paris.fr, est maître de conférences à l’Université Paris Cité et membre de l’UMR Cessma. Il a récemment publié :
- Lanne J.-B., 2023. Rives d’où je vous veille. Paris, Presence Africaine, 328 p.
- Lanne J.-B., 2021. Securing Everyday Nairobi: Challenges and Tactics of Private Security Guards in the Fragmented City [Version anglaise de l’ouvrage Le Kenya en marche 2000-2020, traduction du chapitre par Sadie J. Mobley]. In Fouéré M.-A., Pommerolle M.-E., Thibon C. (dir.), Kenya in Motion 2000-2020. Paris-Nairobi, Africae, p. 249-260. [En ligne]. URL: https://books.openedition.org/africae/2530
- Lanne J.-B., 2021. Poetry Writing and the Dialectic of Closeness. Creative encounters with Nairobi urban sentinels. GeoHumanities, vol. 8, n° 1, p. 140-156. DOI: 10.1080/2373566X.2021.1965900
- Guinard P., Lanne J.-B., 2021. Emotions from and beyond the classroom. An experiment in teaching and sharing emotional methodologies in a geography course. Journal of Geography in Higher Education, vol. 47, n° 5, p. 719-736. DOI: 10.1080/03098265.2021.1977916

Marianne Morange

Marianne Morange, marianne.morange@inalco.fr, est professeure à l’Inalco et membre de l’UMR Cessma. Elle a notamment publié :
- Morange M., Spire A., 2020. Vivre et construire le droit à la ville : expériences au sud. Presses Universitaires de Nanterre.
- Morange M. Didier S., 2019. "A recognised institution"? Trois générations de commerçants indiens sur Grand Parade, Le Cap (1924-1975). Annales de géographie, n° 729-730, p. 62-89 DOI: 10.3917/ag.729.0062
- Morange M., Quentin A., 2018. Justice spatiale, pensée critique et normativité en sciences sociales. Justice Spatiale / Spatial Justice [En ligne], n°12. URL: http://www.jssj.org/article/justice-spatiale-pensee-critique-et-normativite-en-sciences-sociales/

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search