Navigation – Plan du site

Accueilnumeros67EditorialÊtre à sa place, prendre sa place...

Editorial

Être à sa place, prendre sa place, perdre sa place

Jérôme Lombard

Texte intégral

1En 2009, chez l’éditeur français Karthala, paraissait un ouvrage sur les investissements des populations émigrées sénégalaises dans l’habitat à Dakar. L’auteur, Serigne Mansour Tall (2009), s’attachait à démontrer combien les émigrés sont devenus les acteurs majeurs des transformations contemporaines de la capitale, autrement dit ont pris toute leur place dans les changements observés dans l’agglomération dakaroise. Depuis, quinze années ont passé, et même plus, si l’on se rappelle que les travaux de Tall débutent dans les années 1990. De cette époque, date le grand chambardement observé à Dakar, dans son centre-ville, mais aussi et surtout dans les villes de banlieue, comme Pikine, Guediawaye et Rufisque, qui voient se développer des projets de construction massifs, d’immenses cités pavillonnaires dans lesquelles les Sénégalais investissent massivement, faisant accéder les habitants au statut de petite classe moyenne et reléguant au passé les baraques et autres logements en bois et tôle érigés auparavant à Grand Dakar ou Dalifort (Osmont, 1993). C’est le début de la vague de libéralisation de la promotion immobilière, des programmes privés, des chantiers de construction, y compris d’infrastructures, qu’on retrouve dans toute l’Afrique et qui interpellent directement la capacité des habitants et des néo-citadins à résister à la spéculation, à prendre toute leur part dans ces bouleversements, eux qu’on accuse avec récurrence de pratiques inciviles et anarchiques (Bouju et al., 2004).

2Être à sa place, prendre toute sa place, perdre aussi sa place dans la dynamique urbaine africaine, voilà la thématique de ce numéro 67 d’Échogéo, particulièrement bien illustrée dans le dossier Sur le champ, coédité par Jean-Baptiste Lanne et Marianne Morange et consacré aux citadinités en Afrique de l’Est et dans l’océan Indien. Multipliant les points de vue à Addis-Abeba (Éthiopie), Khartoum (Soudan), Nairobi (Kenya), Tananarive (Madagascar) ou dans le Sud Kivu, en République démocratique du Congo, mobilisant des auteurs de nationalités et de langues différentes, notamment anglophones d’Afrique de l’Est, cette livraison aborde une question clé pour l’avenir des urbains du continent africain. Comment exister dans la folie métropolitaine qui s’est emparée des décideurs gouvernementaux et locaux et des opérateurs économiques et qui s’incarne dans l’apparition de multiples projets de construction de cités, de routes, de stades, de canalisations, d’équipements en tous genres (Nugent, 2018). Poussés par les États, et restructurant la morphologie des banlieues des grandes villes, les programmes de construction remodèlent la composition sociale des quartiers touchés, favorisant les classes moyennes supérieures, les fonctionnaires, les cadres, dont la citadinité semble correspondre aux attendus des gouvernements, des bailleurs internationaux et même de ce que les médias mainstream véhiculent de par le monde.

3Or la citadinité, telle qu’éprouvée dans ces cités d’Afrique de l’Est et de l’océan Indien, se découvre plurielle, préexistant chez les premiers habitants, parfois à cheval entre la ville et la campagne, semi-rurale en quelque sorte et pourtant pleinement urbaine. Diverses formes de citadinité sont en jeu. Elles trouvent leur origine dans l’ancienneté de la résidence, même à vingt kilomètres du centre, dans la récurrence des combats communs pour faire vivre l’activité économique (les vendeurs de rue par exemple), dans l’adoption de matériaux de construction spécifiques destinés au logement, évoqués par A. Choplin (2019) pour les sociétés du golfe de Guinée, dans la contestation, voire le soutien aux rébellions avoisinantes qui trouvent appui dans les réseaux de proches déployés en ville. Pour ces habitants, la citadinité, c’est une question d’identité.

4Cette dernière cependant demeure fragile, tant la citadinité fluctue au gré des évènements, des rapports de force, des politiques des pouvoirs en place, au risque in fine de se voir déclassé, voire ignoré. Ainsi, ce n’est pas parce certaines populations, de longue date partie prenante du destin des pays concernés par les articles proposés, sont devenues actrices des économies nationales qu’elles ne sentent pas stigmatisées et en danger ; antienne récurrente de par le monde. Tout le paradoxe est là. Arriver à maintenir sa place, contre vents et marées, la défendre à tout prix, anticiper si possible les mouvements contraires futurs.

5La rubrique Sur l’image, pilotée par Anaïs Marshall et Laetitia Perrier Bruslé, évoque ce processus de recherche permanente, en s’attardant sur une dynamique caractéristique de l'Afrique de l'Est : la vitesse de l’urbanisation qui résulte, notamment, du marquage des terres, afin de prendre date et de signer sa présence dans l’espace. Dans un article proposé par Bérénice Bon, chercheuse à l’IRD, les objets ordinaires de la délimitation concrète de l’espace (clôtures, bornes, tranchées) sont évoqués en de nombreuses images éclairantes qui structurent, du début jusqu’à la fin, le déroulé de la démonstration. Elles soulignent, dans le cas de Nairobi, l’accaparement des terres de la grande périphérie par les citadins. Ces photos montrent aussi, et c’est moins dit, la crise environnementale à venir, lorsqu’il faudra raccorder ces parcelles de sol nu, sans verdure, et les constructions qui y seront érigées, aux réseaux d’eau, d’énergie (pour la climatisation), d’échanges (les routes, les transports publics). Quel sera l’impact de ces gigantesques étendues urbaines en émergence sur la dépense d’énergie, sur la dépendance à l’automobile, sur la ressource en eau ?

  • 1 Voir ce que dit l’autrice, membre de l’Institut des Mondes africains (Imaf), de ces intimités trans (...)

6Sur l’écrit, animé par Annaig Oiry et Jean-Marie Théodat, donne la parole à Florent Chossière pour son échange avec Altaïr Despres, chercheuse au CNRS, intitulé Des Beach boys et des touristes. Ce dialogue prend appui sur le roman publié par Altaïr Despres, Zanzibar, et nous ramène au futur des villes et des populations citadines d’Afrique de l’Est. C’est bienvenu. L’ouvrage, publié en 2023, transforme les péripéties de jeunes Européennes en rupture de ban, installées sur l’archipel tanzanien, en interrogation sur le devenir des Beach boys locaux, en mal de travail, d’argent et peut-être d’amour1. Ce qui se produit sur les plages de Zanzibar se découvre ailleurs sur le continent. La même interaction sentimentale et sexuelle s’observe au sud de Dakar, où de jeunes hommes sénégalais tentent de séduire les touristes européennes âgées, de les agripper et de les ramener dans leurs filets (Salomon, 2009). Ces histoires naissantes, parfois ces détresses infinies qui embrassent les uns et les autres traduisent à la fois l’envie pour ces néo-urbains d’exister, de faire leur place, de s’élever socialement dans ces villages devenus cités de pavillons et de lodges, et la nécessité de subvenir aux besoins des familles désargentées. Ces histoires sont aussi constitutives de situations structurelles de pauvreté et de rapports asymétriques de genre, de race et de classe.

7Dans la rubrique Sur le métier, suivie par Muriel Côte et Nathalie Fau, la parole est donnée à Malou Allagnat, Dolorès Bertrais et Émilie Guitard, afin de Penser les villes et les citadinités par le dessin. Interrogées par Muriel Côte, les trois intervenantes, paysagiste de formation et docteur en géographie sociale pour la première, doctorante à l'université de Genève, paysagiste et urbaniste pour la deuxième, anthropologue au CNRS pour la troisième, disent leur expérience de l’utilisation du dessin dans leurs travaux de recherche. En quelque sorte, elles restituent toute leur place à l’art et au dessin dans leur travail d’analyse. La discussion à quatre est d’autant plus passionnante qu’elle est illustrée d’images figurant dessins et photos exécutées par les unes et les autres, qui donnent à voir l’évolution du métier de chercheuse et surtout la multiplicité des supports de démonstration et d’interprétation.

  • 2 Voir le compte-rendu de la manifestation sanglante qui s’est déroulée à Nairobi, le 25 juin 2024, c (...)

8De la lecture de ce numéro passionnant, on ressort avec l’idée que défendre son existence et sa place dans les villes d’Afrique de l’Est est une gageure. À force de revendications et de luttes, et parfois au prix de leur vie2, les gens y arrivent. Pourtant, dans cette partie du monde, la vitesse fulgurante de l’urbanisation semble tout emporter et laisser une partie des populations sur le côté. À nous, chercheurs et chercheuses, de remettre le projet sur le métier, d’explorer les phénomènes décrits et analysés ici, les récurrences et les mutations à l’œuvre, de comparer avec d’autres pays africains et du globe.

Haut de page

Bibliographie

Bouju J., Ouattara F., Touré L., Bocoum H., 2004. « Les incivilités de la société civile ». Espace public urbain, société civile et gouvernance communale à Bobo-Dioulasso et Bamako, (Communes 1 et 2). Communication à l’ACI du Fonds de Solidarité Prioritaire du ministère des Affaires Etrangères - Programme de Recherche Urbaine pour le Développement, GEMDEV-ISTED [Accessible sur HAL]. URL : https://shs.hal.science/halshs-00687768

Choplin A., 2019. Cementing Africa. Cement flows and city-making along the West African corridor (Accra, Lomé, Cotonou, Lagos). Urban Studies, vol. 57, n° 9, p. 1977-1993. URL: https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/0042098019851949 - DOI: https://doi.org/10.1177/0042098019851949

Osmont A., 1993. La régularisation foncière à Dalifort (Dakar, Sénégal) ou comment se passer des communes. In Jaglin S., Dubresson A. (dir.), Pouvoirs et cités d’Afrique noire. Décentralisations en questions. Paris, Karthala, p. 47-66.

Nugent P., 2018. Africa’s re-enchantment with big infrastructure: White elephants dancing in virtuous circles? In Schubert J., Engel U., Macamo E. (dir.), Extractive industries and changing state dynamics in Africa. Londres, Routledge, p. 22-40.

Salomon Ch., 2009. Vers le Nord. Autrepart, n° 49, p. 223-240. DOI : 10.3917/autr.049.0223.

Tall S.M., 2009. Investir dans la ville africaine. Les émigrés et l’habitat à Dakar. Dakar, Crepos - Paris, Karthala, 286 p.

Haut de page

Notes

1 Voir ce que dit l’autrice, membre de l’Institut des Mondes africains (Imaf), de ces intimités transnationales, dans un entretien accordé en 2024 à l’Institut Convergences Migrations [En ligne sur Youtube]. URL: https://www.youtube.com/watch?v=VGZvvNerSLg

2 Voir le compte-rendu de la manifestation sanglante qui s’est déroulée à Nairobi, le 25 juin 2024, contre la hausse des taxes : Douet M., Au Kenya, les manifestations tournent à l’émeute. Le Monde, 26 juin 2024, [En ligne]. URL: https://www.lemonde.fr/afrique/article/2024/06/26/au-kenya-les-manifestations-tournent-a-l-emeute_6243702_3212.html (consulté le 2/07/24).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lombard, « Être à sa place, prendre sa place, perdre sa place »EchoGéo [En ligne], 67 | 2024, mis en ligne le 30 mars 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/27273 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11xzy

Haut de page

Auteur

Jérôme Lombard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search