Navigation – Plan du site
2008

La 44e élection présidentielle :
un événement révélateur des mutations de la société américaine

Cynthia Ghorra-Gobin

Résumé

La 44e élection présidentielle américaine n’est pas un simple événement d’actualité mais un moment de la scène politique américaine qui condense et rend compte de manière significative des mutations de la société. C’est dans cette perspective que s’inscrit ce premier texte rédigé au moment où les deux partis politiques (au travers des délégués) ont désigné leur candidat après une série d’élections qui se sont déroulé dans les Etats de la fédération. Le second texte (prévu à l’issue du 4 novembre) mettra l’accent sur les convergences et les divergences entre les deux candidats sur quelques thématiques ayant retenu l’attention des électeurs (enjeux énergétiques, changement climatique et politique étrangère, couverture médicale, immigration)

Haut de page

Texte intégral

1La compétition en vue de la 44e élection présidentielle américaine a commencé début janvier dans l’Etat de l’Iowa. Comme toute élection présidentielle, elle se déroule en deux temps : la première séquence a pour objectif de désigner les candidats avant la Convention de chacun des partis. Cette année, la Convention des démocrates se déroule à Denver (Colorado) fin Août et celle des républicains à Minneapolis (Minnesota) début septembre. Elle est suivie d’une deuxième phase au cours de laquelle le candidat démocrate affronte le candidat républicain dans des programmes télévisés et où il revient à chacun d’entre eux de préciser son programme afin de déterminer les électeurs à voter pour son propre camp. Aux Etats-Unis, les intellectuels, tout comme les chercheurs et les politiques, sont loin de penser que la société américaine se limite à une typologie se réduisant à des catégories sociales. Elle est perçue comme une société multiple et il revient à l’Etat de répondre en permanence aux attentes des différents groupes sociaux et culturels. Le terme « culturel » est ici très vague et renvoie à tous les critères permettant de différencier les individus au sein de la société : appartenance religieuse ou ethnique, modes vestimentaires ou alimentaires ou encore représentations différenciées du monde ou de la vie collective. Les Etats-Unis se pensent comme une nation issue de l’immigration et, de ce fait, l’Etat se dote de tous les outils susceptibles d’identifier et de mesurer les différenciations au sein de la société et ainsi d’évaluer leurs capacités d’assimilation des nouveaux venus (notamment les minorités Latinos) ainsi que des modalités de renouvellement des codes culturels imprégnant la vie quotidienne. L’attentat terroriste du 11 septembre 2001, dénoncé de manière vive et soutenue par l’ensemble de la société, a permis de mesurer à ce moment le degré de sa cohésion, même s’il est vrai que par la suite, la réponse à cet attentat sous la forme de « guerre contre le terrorisme » n’a pas entraîné l’adhésion de tous. Le point de vue du président des Etats-Unis l’a emporté sur tous les autres : la politique étrangère est du ressort de l’Etat fédéral. La date de l’élection présidentielle est fixée au mardi 4 novembre 2008 et le président élu entrera en fonction le 1er janvier 2009.

  • 1  Cf les entrées, capitalisme, commerce mondial, globalisation, glocalisation, mondialisation et com (...)

2Le propos de ce premier article n’est pas de faire état une fois de plus des sondages d’opinions qui se sont déroulé tout au long de cette première phase sur les divers candidats en présence. Il ne s’agit pas non plus de paraphraser des commentaires médiatiques (français et américains) ou encore de mettre en évidence l’organisation magistrale d’une campagne se faisant désormais sur le mode online et offline qui assure en permanence la cohérence entre le site du candidat dans le cyberespace, la communication virtuelle et les débats publics. Le propos est de prendre cette élection comme un prétexte pour analyser les mutations de la société américains et la manière dont elle se représente les enjeux du XXIe siècle. Ce début de siècle se caractérise par une nouvelle étape du capitalisme (un processus initié autour des années 1980) dont la dynamique – qui est assurée puis une dizaine d’années environ par le couple Etats-Unis/Chine – ne va pas sans poser problème en termes de pertes d’emplois industriels (suite à d’importantes délocalisations) mais également en termes de représentation du monde. Cette nouvelle étape du capitalisme n’a plus pour centralité le milieu de l’Atlantique mais s’inscrit dans des relations étroites entre deux pays, relations que les économistes évaluent à partir de nombreux indicateurs comme les IDE (investissements directs à l’étranger) et la part de chacun d’entre eux dans le commerce mondial. Ce premier article est centré sur le candidat Barack Obama qui, mieux que le candidat républicain John McCain, symbolise les mutations sociales, culturelles et politiques de la société américaine. Aussi après avoir souligné sa spécificité en tant que candidat présidentiel, l’article analyse la campagne présidentielle comme une scène (parmi d’autres) sur le débat concernant la place des Etats-Unis dans un monde en cours de globalisation1.

La campagne démocrate :
symbole d’une nouvelle dynamique sociale

3Au début des élections primaires, chaque parti a présenté plusieurs candidats. Mais très rapidement, John McCain, le sénateur de l’Arizona a été désigné candidat républicain pendant que le parti démocrate fut déchiré jusqu’en juin entre deux profils : Hilary Clinton et Barack Obama. Mme Clinton, bien connue (dans le monde entier) pour avoir été pendant huit ans à la Maison Blanche – à l’heure où son mari Bill était président 1992/1998 – fut perçue pendant quelques mois comme la première femme américaine ayant des chances d’accéder à la présidence. Elle occupe les fonctions de sénateur de l’Etat de New York, elle est intelligente, brillante, bien organisée, elle a de grandes capacités de travail et connaît bien les rouages du gouvernement fédéral. Tout Américain reconnaît sa participation active auprès du président Clinton : elle a compté parmi ses meilleurs conseillers tout au long de sa carrière politique. Mais, en dépit de tous ces avantages, les délégués et super-délégués démocrates lui ont préféré Barack Obama. Les démocrates américains ne souhaitaient pas voir revenir sur la scène fédérale Bill Clinton déguisé en conseiller principal de la présidente pas plus que l’ensemble des figures et profils ayant navigué autour du couple. Ce critère du « déjà vu »peut être considéré comme un élément fondamental ayant déterminé le choix démocrate. Difficile donc de déduire de cette première phase que les Américains sont prêts à voter pour un Noir mais qu’ils ne sont pas prêts à voter pour une femme. Barack Obama a obtenu le vote de 2 181 délégués alors qu’il aurait suffi de 2 118 voix pour accéder à la candidature.

4M. Obama est un démocrate qui s’est fait remarquer lors de la Convention du parti démocrate de 2004 et qui a réussi à se faire élire en 2005 sénateur de l’Etat de l’Illinois. Comme le notent ses détracteurs : « son expérience de la vie politique se limite à trois ans ».Agé de 46 ans, Obama ne se situe pas dans la catégorie du recensement intitulé autrefois« Black » avant de devenir « African-American » mais plutôt dans la dernière catégorie (instituée lors du dernier récemment en 2000) « two races » (deux races).Se proclamer « biracial » ou encore « métis » est un évènement sur la scène américaine qui n’a jamais correctement considéré le métissage. Au recensement de 2000, seuls 7 millions d’Américains sur 300 millions se sont déclarés « métis » et la moitié d’entre eux est composée de jeunes de moins de 20 ans. On se souvient encore qu’avant la lutte pour les droits civiques, certains Etats avaient banni tout mariage entre des individus appartenant à deux races différentes, comme l’illustre le célèbre film de 1967, « Devine qui vient dîner ? » devenu depuis un grand classique où figure la première vedette noire de Hollywood, Sydney Poitier. Barack Obama (né en 1961) est le fils d’une anthropologue blanche (Stanley Ann décédée en 1995 d’un cancer) et d’un étudiant noir (venu du Kenya).Ils se sont rencontrés sur le campus de l’université de Hawaii et se sont mariés à l’époque où les mariages mixtes étaient rares. Ce mariage ne dura que deux ans et sa mère épousa ensuite un Indonésien (venu étudier aux Etats-Unis).De ce second mariage est née Maya (neuf ans plus jeune que Barack). La famille a ainsi vécu pendant quatre ans en Indonésie avant de retourner aux Etats-Unis. Puis Obama a étudié à l’Université de Columbia en sciences politiques. Il a ensuite choisi de travailler avant d’apprendre le droit à Harvard où il fut le premier noir à diriger la célèbre revue scientifique la Harvard Law Review. Obama fut reconnu pour sa vivacité et son intelligence dans ce microcosme intellectuel ainsi que pour sa volonté de faire évoluer le traditionnel clivage noir-blanc. Toutefois c’est moins son passage dans un des hauts lieux de la recherche et de l’enseignement supérieur qui retient notre attention que les deux années passées dans le quartier noir de South Side (sud de Chicago) en tant que « community organizer » ou encore « grass-root organizer ».

L’émergence d’un grass-root organizer

  • 2  .Pour plus d’informations sur la figure politique d’Alinsky et sa doctrine politique cf. les trava (...)
  • 3  .Le financement juif s’explique en raison de la présence d’une forte communauté juive dans le ghet (...)

5En tant qu’étudiant, Obama avait souhaité travailler pour une association oeuvrant pour la défense des droits civiques (civil rights organization) mais ce n’est que deux ans après avoir obtenu son premier diplôme de Columbia qu’il a répondu à un appel d’offres en 1985. Il accepte un job où il est payé 10 000 dollars par an en travaillant pour la Developing Community Project dans le ghetto de South Side (Chicago) une association dont le modèle de fonctionnement s’inspire des principes de Saul Alinsky2.Le métier de « community organizer » qui se rapproche par certains côtés de celui de « syndicat pour les communautés urbaines » exige une multiplicité de qualités et notamment des compétences pour parler aussi bien le langage des opprimés que celui des dirigeants politiques notamment. Dans la plupart des ghettos américains, les services publics sont presque inexistants mais le territoire est généralement quadrillé par des églises et des missions religieuses qui tentent de pallier le manque de service public. Aussi, Obama a-t-il travaillé pour une association principalement dirigée par des églises catholiques et financée par des catholiques et des juifs3.Les revendications sociales dans le Developing Community Project s’inscrivent ainsi dans une mouvance religieuse. Le candidat à l’élection présidentielle a déclaré être favorable au financement public en faveur d’organisations religieuses se donnant les moyens de procurer une offre de services publics aux habitants des quartiers défavorisés, un point commun qu’il partage avec l’actuel président des États-Unis.

6L’expérience de « community organizer » est perçue comme la première expérience politique du candidat Obama qui a ainsi œuvré dans un milieu social constitué de personnes défavorisées ou encore exclues et a fait l’expérience d’une démocratie participative s’inscrivant en complémentarité avec une démocratie représentative. Cette première expérience politique est également perçue par certains commentateurs comme une étape ayant permis à Obama de se rendre compte du clivage historique et politique entre les Noirs et les Blancs. Dans son allocution du 18 mars 2008 qualifié de « discours de Philadelphie », Obama a abordé de front le problème du racisme tout en reconnaissant les avancées notables depuis les années 1960 et la possibilité pour le peuple américain de dépasser les vieilles blessures raciales. Il fait référence à l’école publique en tant qu’institution majeure dans la reproduction des inégalités sociales, et rappelle souvent le poids de la discrimination légale dans la lecture des inégalités sociales. Pendant longtemps, la loi a empêché tout Noir d’avoir accès à la propriété alors que, comme chacun le sait, devenir propriétaire de sa ferme ou encore de sa maison en milieu suburbain représente le« rêve américain » par excellence.

7Les sociologues américains précisent que désormais la communauté noire américaine est divisée et certains politologues estiment que l’on devrait parler des deux communautés noires de la société américaine : celle qui participe de la mainstream society et celle qui en est exclue. Le nombre d’adultes noirs diplômés d’universités a doublé au cours de la décennie 1990 mais le nombre d’enfants vivant dans des familles monoparentales ne cesse d’augmenter, ce qui en dit long sur la précarité qui touche une partie de la communauté noire.

Les élections présidentielles à l’heure de la globalisation

8A l’heure de la globalisation, (définie comme la nouvelle étape d’un capitalisme qui a pu s’épanouir suite à des décisions politiques, à l’agressivité d’acteurs économiques et à la diffusion des technologies de communication et d’information), le monde ressemble de moins en moins à une entité bipolaire organisée autour de deux puissances. Les Etats-Unis sont une puissance hégémonique, remarquablement illustrée par l’administration Bush hostile à toute notion de multilatéralisme. Si certains intellectuels américains, à la suite de l’ouvrage de Samuel Huntington, estiment que le prochain conflit sera d’ordre civilisationnel – un point de vue que le candidat McCain semble prendre en considération –, le candidat Obama se tient à distance de ce genre de propos.

9Au cours des derniers six mois, Obama a donné l’impression de favoriser le protectionnisme économique mais depuis qu’il est le candidat officiel du parti démocrate, il a réaffirmé la pertinence de l’ALENA (accords de libre-échange entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique).Au cours de ses différents discours et entretiens, il a semblé offrir une vision de ce que pourrait être le multilatéralisme au XXIe siècle. Il est vrai que l’expérience personnelle du candidat y est pour beaucoup : il a vécu dans différents contextes. L’Etat de Hawaii où il a grandi représente l’Etat le plus multiculturel des Etats-Unis. En Indonésie, il a côtoyé des enfants et des instituteurs appartenant à la religion musulmane, ce qui signifie que ses représentations du monde musulman ne sont pas associées à celles du terrorisme. Dans les universités de Harvard et de Columbia il a certainement été en contact avec des étudiants venant du monde entier et de ce fait a une connaissance de la diversité des représentations du monde. Il est préoccupé par l’accroissement des inégalités sociales de la société américaine, liées notamment à la délocalisation des emplois industriels vers les pays émergents. Mais saura-t-il faire passer le message en faveur d’une réduction de ces inégalités, d’une aide aux victimes de la crise des subprimes et prôner l’avènement d’une couverture médicale pour les personnes déshéritées ? Saura-t-il éviter la tentation du nationalisme économique ?C’est l’inconnue d’une élection présidentielle américaine se déroulant à l’heure où l’univers économique est de moins en moins centré sur le monde atlantique et où les puissances émergentes (Brésil, Russie, Inde et Chine) revendiquent leur participation aux affaires du monde.

10On peut dire que la candidature d’Obama, par contraste avec celle de McCain, souligne les mutations profondes qui affectent les Etats-Unis. Le candidat Obama a compris le sens politique et historique du clivage noir-blanc sans pour autant se présenter comme une victime. Il donne le sentiment d’être à l’écoute des revendications sociales et présente un profil original dans la mesure où il a côtoyé dans son expérience familiale, un univers transnational. Cette spécificité lui permettra-t-elle d’orienter la politique étrangère de son pays dans une direction en phase avec les préoccupations du monde actuel caractérisé par l’intensité de flux (de natures diverses) globaux au sein desquels pourrait se jouer l’interdépendance ? Quant à son positionnement par rapport aux enjeux énergétiques et au changement climatique qui représentent un facteur non négligeable de la paix dans le monde, il s’avère encore difficile de le différencier précisément du candidat républicain.

Haut de page

Notes

1  Cf les entrées, capitalisme, commerce mondial, globalisation, glocalisation, mondialisation et commerce mondial dans le Dictionnaire des mondialisations qui s’appuie aussi bien sur une bibliographie français qu’américaine.

2  .Pour plus d’informations sur la figure politique d’Alinsky et sa doctrine politique cf. les travaux du sociologue Jacques Donzelot. Pour Alinsky, prendre en compte les questions sociales et améliorer les conditions de vie des populations pauvres et au chômage exige la mobilisation des populations concernées. Toutefois cette mobilisation ne se fait pas naturellement mais elle exige des individus dotés d’un sens politique afin d’assurer la transition entre le mécontentement social et  des revendications sociales susceptibles de se situer dans la sphère politique.   

3  .Le financement juif s’explique en raison de la présence d’une forte communauté juive dans le ghetto au milieu du XXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « La 44e élection présidentielle :
un événement révélateur des mutations de la société américaine », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 08 octobre 2008, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/7363 ; DOI : 10.4000/echogeo.7363

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra-Gobin

Cynthia Ghorra-Gobin est géographe et américaniste. Elle est docteur d’Etat en géographie (Université de Paris 1) et a un Ph.D. d’urbanisme (UCLA).Elle est affiliée au CNRS où elle est directeur de recherche.Elle est professeur à l’Université de Paris IV et à l’Institut d’Etudes Politiques (Paris).Ses travaux de recherches abordent les questions urbaines, sociales ethniques et culturelles à partir d’un travail de terrain mené aux Etats-Unis. Depuis une dizaine d’années, ils sont centrés sur la thématique de la métropolisation, révélateur de l’articulation entre le global et le local. Parmi ses récentes publications, Les Etats-Unis entre local et mondial (Presses de Sciences Po, 2000), Villes et société américaine (Colin, collection U, 2003) et la direction du Dictionnaire des mondialisations (Colin, 2006).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals