Navigation – Plan du site
2007

Les inondations de février 2007 dans les kampung pauvres de Jakarta

Causes, enjeux, déroulement, conséquences
Pauline Texier

Résumés

Les inondations de février 2007 qui ont affecté Jakarta (20 M habitants) ont été dramatiques (55 morts, 400 000 sinistrés). Outre leurs causes intrinsèques (configuration topographique favorable, précipitations concentrées dans le temps, superposition de deux ondes de crue), ces inondations furent amplifiées par l'urbanisation accélérée au cours des dix dernières années et une gestion des eaux défaillante à l'échelle de la ville. Ce type d'événement a affecté en priorité les quartiers populaires et a entraîné des conséquences économiques et sanitaires graves, qui se traduisent pour ces populations par une vulnérabilité accrue au risque d'inondation et un sentiment croissant d'insécurité.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Jakarta vient de subir les pires inondations de son histoire, faisant au total 55 morts et près de 400 000 réfugiés sans abri, tandis que 60 % de la superficie de la ville était touchée (figure 1). Une telle crise permet de s’interroger sur les facteurs qui ont engendré des événements d’une telle ampleur, crise d’ailleurs autant révélatrice des vulnérabilités de la population locale que de sa mauvaise gestion par des acteurs débordés par la situation.

Figure 1 – Carte de Jakarta : drains et zones inondées en février 2007 (sources officielles, qui peuvent à certains endroits sous-estimer l’ampleur des inondations) et localisation des zones étudiées

1. Contexte – Le problème de l’eau

2Jakarta, capitale indonésienne, est une conurbation littorale de près de 20 millions d’habitants, située en région intertropicale. Le climat de mousson apporte saisonnièrement des précipitations marquées par leur forte intensité. Le site « naturel » de Jakarta se distingue tout d’abord par une topographie déprimée, liée à la convergence vers la zone urbaine des pentes du flanc nord du complexe volcanique de Pangrango-Salak, culminant à plus de 3000 m au sud de Bogor. Cette situation est aggravée par la subsidence des terrains, due au poids de la zone urbaine et aux extractions d’eau souterraine, qui occasionnent par ailleurs la salinisation et la pollution des nappes. À cela s’ajoute une configuration hydrologique d’ancien delta, matérialisée par les 13 rivières qui se rejoignent dans la baie de Jakarta, configuration renforcée par le réseau de canaux construits sous l’époque coloniale hollandaise et connectés aux drains naturels (figure 1). Le site de Jakarta a donc une propension naturelle à être inondé. Mais le contexte urbain (concentration rapide des eaux, ruissellement et faible capacité d’infiltration), notamment le réseau d’évacuation des eaux très mal hiérarchisé, ainsi que la mauvaise gestion des déchets, viennent aggraver la situation en cas de fortes inondations.

3Par ailleurs, que ce soit en saison sèche ou en saison humide, la quantité d’eau potable distribuée nécessaire aux besoins élémentaires de la population est largement insuffisante. Or, les eaux usées sont très mal évacuées et viennent polluer rivières et mer : il en résulte une situation sanitaire préoccupante et la menace de maladies liées à l’eau comme la dengue, la leptospirose, les maladies de peau, la diarrhée.

4Le contexte anthropique et urbain n’est pas moins problématique : après un passé colonial, le pays a connu la dictature de Suharto puis la grave crise économique en 1997, qui ont provoqué un réel traumatisme social. En effet, la politique de délocalisation massive des kampung (quartiers d’habitats traditionnels à forte solidarité interne), désormais considérés par le pouvoir comme un frein au développement économique et urbain de Jakarta, a entraîné la prolifération d’habitats informels, particulièrement nombreux le long des canaux et rivières. Les conditions de vie dans ces nouveaux « kampungs » sont très médiocres : le lien social est détruit, l’accès aux ressources (eau potable, électricité) et aux infrastructures (facilités sanitaires, encadrement médical, écoles) est difficile, ce qui engendre de la part des populations des pratiques à risque qui les rendent très vulnérables aux risques dits naturels liés à l’eau (inondations, risques sanitaires).

2. Causes des inondations récurrentes à Jakarta

5À ce contexte naturellement favorable aux inondations, d’autres facteurs viennent aggraver la situation. On observe d’une part une fréquence accrue des inondations de forte amplitude : 1974, 1996, puis 2002, inondations considérées comme centennales… Les inondations de 2007 s’avèrent être encore plus fortes qu’en 2002, avec une montée des eaux de près d’un mètre d’eau supplémentaire…

6De nombreuses hypothèses peuvent être faites concernant les causes de cette différence entre les 3 derniers événements qui ont frappé Jakarta : les causes peuvent être tant physiques qu’anthropiques. Y a-t-il des conditions hydrologiques différentes (concentration des pluies, quantité, période de marée, longueur de la saison sèche précédente) ? Ou bien faut-il insister sur les causes humaines liées à la progression effrénée de l’urbanisation et à une gestion des eaux défaillante ? Le réchauffement climatique serait-il en partie responsable de cette montée en puissance ?

Figure 2 – Comparaison des hauteurs d’eau atteintes lors des inondations de 1996 (en rouge), 2002 (en orange) et 2007(en bleu), le long de la rivière Ciliwung (3 stations, d’amont en aval : Katulampa, Depok et Manggarai)

Figure 3 – Répartition spatio-temporelle des pluies de février 2002 dans le bassin-versant de la Ciliwung (5 stations d’amont en aval : Gunung Mas, Citeko, Bogor, Depok et BMG)

Figure 4 – Répartition spatio-temporelle des pluies de décembre à février 2007 dans le bassin-versant de la Ciliwung (mêmes stations)

7La saison des pluies 2006-2007 a commencé très tardivement, dans un contexte de Niño avorté, qui, de faible amplitude mais de fréquence accrue depuis 6 ans (un tous les deux ans alors que jusqu'à présent, ces évènements s’espaçaient de 3 à 7 ans), peut être le témoin d’un réchauffement climatique, avec des premières précipitations sporadiques en décembre, puis à nouveau un mois de sécheresse (figure 4). Les vraies pluies de mousson se sont abattues début février, violentes et très abondantes. Au bout de 3 jours de pluies intenses, la première vague d’inondations s’est propagée, suivie d’une deuxième, plus ample et plus haute, qui s’est généralisée à tout Jakarta et ses environs. La longue période de sécheresse ayant précédé ces deux vagues d’inondation pourrait expliquer en partie l’étendue des zones touchées (60 % de la surface urbanisée), les sols durcis ayant limité les possibilités d’infiltration en amont et donc raccourci le temps de concentration des eaux de ruissellement vers la cuvette de Jakarta en aval.

8La comparaison des inondations de 2007 avec celles de 2002 et 1996 (figure 2, 3 et 4), montre que les inondations de 2007 sont dues à des précipitations intenses mais brèves qui ont provoqué 2 crues éclair simultanées, tandis qu’en 2002 et en 1996, il s’agissait de pluies moins intenses (maximum journalier de 168 mm), s’étalant dans la durée, avec une crue et une décrue plus lente. Notons que la première crue (du 1er-2 février) est due à des précipitations localisées à Jakarta même (maximum journalier enregistré à Kemayoran de 234 mm, correspondant à des pluies de période de retour 25 ans), et non en amont, ce n’est que la deuxième vague (du 3-4 février) qui est due aux pluies d’amont.

9Cependant, l’intensité indéniablement plus forte des pluies de 2007 ne peut à elle seule expliquer l’étendue de la zone inondée (sous-estimée figure 1).

Figure 5: Images satellites Landsat montrant, en vert, la nette extension de la zone urbanisée depuis 1996 (issues du journal Tempo, 13 février 2007)

10Des facteurs humains aggravant ont certainement dû jouer un rôle dans la magnitude de cette dernière inondation : la zone urbanisée n’a en effet cessé de croître depuis 30 ans et particulièrement ces 10 dernières années (figure 5), participant à l’imperméabilisation des sols. Les zones les plus récemment construites sont situées près de la mer, et surtout le long des berges des rivières et canaux, et elles ont empiété de plus en plus sur les zones naturelles d’expansion des crues (lit majeur) : cet « endiguement anthropique » anarchique a donc favorisé la montée des eaux dans les chenaux ou les canaux jusqu’à des niveaux jamais atteints jusque là.

11D’autre part, la construction depuis quelques années de très nombreux « mall », centres commerciaux gigantesques, a certainement eu aussi une part de responsabilité dans l’imperméabilisation des sols et le ruissellement rapide vers les quartiers voisins. Par exemple, dans le quartier de Pademangan Barat, (Jakarta Nord, voir localisation figure 1), très subsident, le nouveau mall de Mangga Dua, construit 4 m au dessus du niveau du sol, sur la berge ouest de la rivière Ciliwung, a favorisé le ruissellement des eaux de pluie dans le cours d’eau, qui a préférentiellement débordé du côté est, vers ce quartier naturellement déprimé (figure 6). Les habitants de ce quartier doivent donc, chaque année, surélever leur plancher, pour résister aux inondations récurrentes (elles peuvent même se produire en pleine saison sèche, lorsque la marée est haute). Mais les habitants ont rarement les moyens financiers d’assumer la surélévation complète (de 1 ou 2 m) de leur maison. Alors que les subventions locales sont surtout utilisées pour rehausser les petites ruelles, les particuliers pauvres, eux, font comme ils peuvent, ajoutant au fur et à mesure des couches de ciment sur le plancher de leur rez-de-chaussée, ce qui aboutit à réduire leur espace vital : certains vivent maintenant sous moins de 1m50 de hauteur de plafond, avec parfois leur toit au niveau de la rue alors que le plancher est à 50 cm en contrebas de celle-ci.

Figure 6 – Configuration du quartier de Pademangan Barat, Jakarta Nord :
la course à la surélévation face aux inondations.

12Un autre facteur est celui de la quasi absence de gestion des déchets. Faute d’autre solution, les habitants les rejettent dans les lits de cours d’eau, mais aussi dans les canaux de toute taille sillonnant la ville. Ces rejets ont entravé l’évacuation des eaux de ruissellement urbain ainsi que les eaux de crue : d’où la formation de barrages, provoquant la montée rapide des eaux en amont. Les forts débits de crue ont été aussi plus efficaces pour prendre en charge du matériel très grossier et saper la base des maisons, celles-ci s’étant écroulées d’autant plus facilement qu’elles n’avaient pas de fondations ou que leur construction était de mauvaise qualité.

3. Le vécu des inondations dans les quartiers populaires

13Les inondations de ce début février 2007 se sont donc déroulées en deux temps : une première inondation modérée (entre 30 cm et 1m70 d’eau dans les rues) s’est produite le jeudi 1er février. Les populations des quartiers pauvres touchés ont préféré rester au deuxième étage de leur maison et ne pas évacuer, à la fois pour surveiller leurs biens (peur des cambriolages) mais aussi pour le « plaisir » : pendant 1 journée et 2 nuits, enfants comme adultes n’ont eu de cesse que d’aller se baigner dans la rue, de jouer dans l’eau, ravis de cette opportunité (figure 7).

14Lorsque les eaux se sont retirées le samedi matin, les habitants ont commencé à nettoyer la fine couche de boue déposée sur les sols, et à sécher leurs meubles. Mais ce même jour, en milieu de journée, alors que l’alerte était encore à son maximum, l’eau a de nouveau envahi les rues et les maisons, et ce jusqu’à 3 heures du matin dans la nuit de samedi à dimanche. Le niveau de l’eau atteignant largement le deuxième étage des maisons, l’évacuation de toute la population vers des endroits plus élevés a été décidée par les chefs de quartiers. Mais la plupart des habitants, toujours pour des raisons de surveillance de leurs biens, a attendu le dernier moment avant d’évacuer malgré les demandes incessantes des équipes de secours (composées des chefs et des jeunes du quartier). En quelques heures, la circulation des canots est devenue impossible, à cause à la fois du fort courant des eaux et des nombreuses maisons écroulées dont les débris entravaient le passage : des centaines de personnes ont alors dû monter sur les toits et attendre plusieurs heures avant de pouvoir être secourues (figure 8).

15Ce comportement à risque explique le nombre élevé des victimes des inondations, mortes noyées, mortes de froid, ou emportées par les eaux lors de l’écroulement de leur maison (figure 9.1). La décrue a été longue (de 4 à 7 jours selon les quartiers), révélant des accumulations de boues épaisses de 30 à 40 cm d’où les habitants ont tenté d’extraire les quelques rares objets encore utilisables (figure 9.2-3-4).

16Malgré une mobilisation générale de tous les Jakartanais pour venir en aide aux victimes et organiser le sauvetage des habitants prisonniers de la crue, cette crise a permis d’observer la plus ou moins (cas le plus fréquent) bonne coordination entre les différents acteurs. La mise en place de cette coordination fut très variable d’un quartier à l’autre (évacuations, puis apport de nourriture, de médicaments, de couvertures et vêtements, d’eau, mise en place de camps de réfugiés dans les bâtiments publics). Certains quartiers comme celui de Bukit Duri (Tebet, le long de la rivière Ciliwung, voir localisation figure 1), atteint par 3,40 m d’eau dans la rue pendant 3 jours, ont été relativement bien gérés, bénéficiant d’une organisation très locale, donc d’une gestion rapide et efficace car de petite envergure (aucun mort ne fut à déplorer parmi les 3000 habitants). En revanche, la gestion de crue fut moins efficace dans d’autres quartiers. A Kampung Melayu par exemple, situé sur l’autre rive de la Ciliwung, les rues les plus basses furent recouvertes par près de 7 m d’eau ; la gestion par de multiples acteurs (plusieurs ONG, chefs de quartiers, gouvernement local), qui ont tenté de centraliser l’aide pour plus de 10000 personnes, s’est heurtée à des difficultés de coordination. L’aide a ici été plus difficile à partager et à diffuser, et les conditions de refuge furent beaucoup plus difficiles : entassement, manque de facilités (toilettes, eau, endroit au sec pour dormir).

4. Conséquences économiques et sanitaires

17Les conséquences à court terme (hauteur d’eau atteinte, nombre de victimes, ampleur des dégâts matériels) sont également très variables d’un quartier à l’autre. Dans les quartiers les plus pauvres (comme Kampung Melayu et Bukit Duri), 100 % des maisons ont été touchées, dont près de 50 % partiellement ou totalement détruites. Les débris charriés par la crue (« laisses de crue anthropiques » comme les ordures et plastiques), sont encore accrochés aux berges, aux arbres, aux maisons ou aux portails… entretenant une situation environnementale auparavant déjà préoccupante.

18D’autre part, la situation économique, déjà difficile avant ces inondations, s’est considérablement détériorée après : si beaucoup d’habitants ont été obligés d’arrêter de travailler, certains ont perdu leurs outils de travail (moto, échoppes ambulantes, ou boutiques en tout genre détruites). On peut craindre que la crise ainsi engendrée soit difficile à surmonter, alors que le gouvernement peine déjà à subvenir aux besoins d’urgence des trop nombreux réfugiés dispersés dans toute la ville, et ce malgré l’aide des ONG locales et étrangères.

19Mais la conséquence la plus grave est ailleurs : les conditions sanitaires se sont dégradées au cours de ces événements, privant la population d’électricité et donc des possibilités de réfrigérer la nourriture qui, là l’air libre, subit des contaminations et la prolifération de bactéries. L’obligation de s’éclairer à la bougie favorise les incendies accidentels, nombreux au bout d’une semaine. La population est surtout privée d’eau potable, ce qui engendre une quasi impossibilité de respecter les règles d’hygiène élémentaires, dans un contexte qui nécessiterait encore plus de précautions qu’en temps normal. Il est difficile de se laver les mains avant de se nourrir, de prendre des douches, de nettoyer les plaies causées par les travaux de nettoyage. Les victimes, impatientes de récupérer leur maison et de reprendre une vie « normale », en oublient les risques sanitaires encourus, et elles utilisent en majorité l’eau des rivières. Il n’est pas étonnant dans ces conditions de constater une recrudescence des cas de maladies de peau, de diarrhées, qui viennent s’ajouter aux nombreux cas de grippe et bronchite provoqués par le froid et  l’humidité. Les gestionnaires de la crise ont craint l'apparition d'épidémies ; il y a eu en effet dans les 3 semaines qui ont suivi les inondations de février, une nette recrudescence des cas de dengue et de leptospirose (une centaine de cas recensés officiellement et relatés par les media, alors qu'ils étaient restés très rares jusque là), particulièrement dans les quartiers informels restés inondés pendant une longue période à cause de la très lente ou impossible évacuation des eaux.

20Des conséquences à plus long terme ne sont pas à exclure. En particulier, les habitants des quartiers les plus touchés (quartiers d’habitat informel qui font l’objet depuis longtemps de projets d’expulsion) craignent que les autorités gouvernementales profitent de cet événement, qui a déjà endommagé sinon détruit une forte proportion de maisons, pour agir vite et procéder à des campagnes de destruction systématique qui, on l’a vu par le passé, sont rarement accompagnées de mesures de relogement adaptées à ce type de population. Les habitants souhaitent donc reconstruire très rapidement leurs maisons afin d’éloigner cette menace, qui pour eux est perçue comme encore plus grave que des inondations, même si l’on considère que l’urbanisation effrénée et incontrôlée de ces dernières années favorisera, à coup sûr, d’autres inondations encore plus catastrophiques que celles que viennent de vivre les habitants de la troisième agglomération du globe.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Carte de Jakarta : drains et zones inondées en février 2007 (sources officielles, qui peuvent à certains endroits sous-estimer l’ampleur des inondations) et localisation des zones étudiées
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 2 – Comparaison des hauteurs d’eau atteintes lors des inondations de 1996 (en rouge), 2002 (en orange) et 2007(en bleu), le long de la rivière Ciliwung (3 stations, d’amont en aval : Katulampa, Depok et Manggarai)
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-2.png
Fichier image/png, 58k
Légende Figure 3 – Répartition spatio-temporelle des pluies de février 2002 dans le bassin-versant de la Ciliwung (5 stations d’amont en aval : Gunung Mas, Citeko, Bogor, Depok et BMG)
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-3.png
Fichier image/png, 29k
Légende Figure 4 – Répartition spatio-temporelle des pluies de décembre à février 2007 dans le bassin-versant de la Ciliwung (mêmes stations)
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-4.png
Fichier image/png, 38k
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 5: Images satellites Landsat montrant, en vert, la nette extension de la zone urbanisée depuis 1996 (issues du journal Tempo, 13 février 2007)
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 6 – Configuration du quartier de Pademangan Barat, Jakarta Nord : la course à la surélévation face aux inondations.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 7 – À gauche : enfants jouant dans l’eau des inondations ; à droite, personnes au balcon de leur deuxième étage regardant d’autres en train de nager dans la rue, vendredi 2 février 2007, Bukit Duri (cliché Pauline Texier).
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 8 – À gauche : personnes bloquées sur le toit de leur maison et attendant des secours, dimanche 4 février au matin ; à droite : secouristes arrivant avec leur bateau pneumatique pour secourir les victimes (clichés Pauline Texier)
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 9 – 1 : Maison détruite à Kampung Melayu ; 2 : homme vidant sa maison de la boue accumulée ; 3 : femme nettoyant sa maison ; 4 : femme faisant sa vaisselle avec de l’eau boueuse ; 5 : rue à Bukit Duri, mercredi 7 février (clichés Pauline Texier)
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/905/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Texier, « Les inondations de février 2007 dans les kampung pauvres de Jakarta  », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 22 juin 2007, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/905 ; DOI : 10.4000/echogeo.905

Haut de page

Auteur

Pauline Texier

Pauline Texier, pauline.texier@paris7.jussieu.fr, est doctorante monitrice à Paris 7 Denis Diderot, Laboratoire PRODIG UMR CNRS 8586, equipe DYNMIRIS.Elle a pubié récemment :
-Lavigne F., de Coster B., Juvin N., Texier P., Flohic F., Colbeau-Justin L., Risk perception around Indonesian volcanoes. Journal of Volcanology and Geothermal Research, numéro special, (sous presse).
-Texier P., Boun-Heng M., 2006. Le séisme du 27 mai 2006 à Yogyakarta. La Lettre de l’Afrase (Association Française pour la Recherche sur l’Asie du Sud-Est) n°68, juillet-août 2006, p 5-9.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals