Navigation – Plan du site
Dossier

Une revue des analyses de l’impact économique des plantes transgéniques dans les agricultures non industrialisées

A Review of Methods Used to Assess the Economic Impact of Transgenic Crops on Farmers in emergency countries and development countries
Mélinda Smale, Aimée Niane et Patricia Zambrano
p. 60-75

Résumés

Sur la base d’une recherche bibliographique systématisée, cet article analyse les méthodes appliquées dans l’évaluation de l’impact économique des plantes transgéniques sur les producteurs, dans l’agriculture non industrialisée. Il effectue une revue des articles basés sur des données, publiés entre 1997 et 2007 et évalués par des comités de lecture. Un certain nombre de contraintes méthodologiques ont été identifiées et quelques améliorations recommandées. Compte tenu de ces contraintes, du nombre limité d’études de cas, réalisées dans les économies en voie de développement, et de la brièveté de la période d’adoption, les premières conclusions, qui sont positives dans leur ensemble, devraient être traitées avec prudence.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’apparition des plantes transgéniques et leur commercialisation ont donné lieu à de nombreuses études plus spécialement centrées, à l’heure actuelle, sur les impacts économiques. Au travers d’un examen détaillé des travaux de recherche parus sur la question, les auteurs se sont particulièrement penchés sur la façon dont les méthodes d’analyse ont été conduites. A terme, leur lecture critique permet une meilleure lisibilité des résultats et des limites de telles études.(NDLR)

Texte intégral

Introduction

1Les premières variétés de plantes transgéniques ont été commercialisées auprès des producteurs des économies en voie de développement, juste après leur introduction aux États-Unis, en 1996. Cet article effectue une revue des différentes études relatives à  l’impact économique des plantes transgéniques pour mettre en exergue les méthodes appliquées dans les recherches conduites ainsi que leur influence sur les résultats et les conclusions obtenus. L’examen de ces méthodes, de leurs forces et faiblesses, permet une meilleure compréhension de la portée des conclusions des recherches menées. Bien qu’un certain nombre d’articles aient effectué une analyse des résultats rapportés sur les avantages économiques des plantes transgéniques, cet article et celui de Fok (2006) sont les premières études, à destination du lectorat francophone, examinant et analysant les méthodes appliquées.

Champs de l’étude

  • 1  Quatre principales sources d’informations ont été consultées: CAB Direct, ISI Web of Knowledge, Ec (...)

2Nous avons, tout d’abord, effectué une recherche bibliographique systématique en langues anglaise, française et espagnole, en combinant bases de données disponibles en ligne, webbibliographie relative à la biotechnologie, références citées dans des articles publiés et communications électroniques d’économistes travaillant actuellement sur la question. La bibliographie relative à la biotechnologie est immense mais le domaine de notre recherche a été soigneusement défini. Seules les études formulant explicitement une méthode d'analyse économique, basée sur des données, ont été consultées. Dans ce registre, seule la littérature économique, évaluée par des comités de lecture, a été prise en compte. Après avoir examiné leur contenu, nous n’avons pu identifier que 64 articles publiés entre 1997 et 2007 répondant à nos critères et traitant de l’impact économique sur les producteurs 1.

3Le tableau 1 présente le nombre d’articles appartenant à cette catégorie, par méthode, culture et trait de transgénèse. Deux principales démarches ont été utilisées pour mesurer l’impact économique sur les producteurs. Une simple méthode de comptabilité agricole ou de budgets partiels est appliquée dans l’ensemble des 64 articles à l’exception de 2. Vingt quatre de ces articles appliquent des méthodes économétriques avancées pour estimer les modèles de production, neuf présentent des modèles d’adoption ou de choix, et quelques autres analysent les facteurs institutionnels. La programmation mathématique, quant à elle, n’a été utilisée qu’une seule fois.   Le coton Bt est, de loin, la combinaison trait de transgénèse/culture la plus exploitée dans les pays en voie de développement et ayant davantage fait l’objet de recherches. Plusieurs études traitent du maïs Bt et du soja tolérant aux herbicides (TH) tout aussi commercialisés. La dernière catégorie comprend d’autres cultures comme la papaye, la tomate, la pomme de terre, la banane, le riz, la patate douce, et l’aubergine Bt qui n’ont pas encore été commercialisés.

Tableau 1. Nombre d’articles sur l’impact économique des variétés transgéniques dans l’agriculture non-industrialisée par méthode, culture et trait de transgénèse (1997-2007)

Tableau 1. Nombre d’articles sur l’impact économique des variétés transgéniques dans l’agriculture non-industrialisée par méthode, culture et trait de transgénèse (1997-2007)

*Les autres cultures comprennent les cultures transgéniques non encore commercialisées: la papaye, la banane, la tomate, la pomme de terre, le riz et la patate douce. Le nombre total d’articles est de 64 mais chaque article peut porter sur plusieurs pays ou modèles. RI : résistant aux insectes; TH : tolérant aux herbicides.

Source : les auteurs.

Une liste complète des références est disponible dans Smale et al. (2009).

4La répartition géographique des études est, de toute évidence, fortement liée aux combinaisons trait de transgénèse/culture ayant été examinées. La Chine (13 articles), l’Inde (20 articles) et l’Afrique du Sud (17 articles) sont largement traités dans les publications, tandis que le reste du monde est faiblement représenté. Quelques articles examinent les cas du Mexique et de l’Argentine. Les autres pays, représentés dans un seul article, sont le Brésil, le Chili, la Colombie, l’Ouganda, l’Indonésie, les Philippines et le Kenya. Les résultats de notre recherche bibliographique font l’objet d’une présentation détaillée dans la partie suivante.

Résultats de la recherche bibliographique

5L’ensemble des plantes transgéniques, commercialisées jusque-là dans les économies en voie de développement, présentent des traits agronomiques, à savoir résistance aux insectes (RI) ou tolérance aux herbicides (TH). Les deux principales approches, appliquées dans la littérature examinée, ainsi que leurs conclusions et leurs limites sont analysées dans les parties suivantes. D’autres approches sont ensuite traitées sommairement car ayant été utilisées dans un nombre de publications relativement limité.

Budgets partiels

Méthode appliquée

6La première approche, qui est la principale approche la plus utilisée par les agro-économistes, consiste à calculer les avantages marginaux en comparant les changements de coûts et bénéfices variables par hectare consécutifs à l’adoption de la variété transgénique. Le coton et le maïs transgéniques ayant comme particularité leur résistance génétique aux ravageurs, les chercheurs testent les hypothèses s’appliquant à la fois aux effets de l’adoption sur les dommages causés par les ravageurs, aux quantités et aux coûts des insecticides, ainsi que sur la réduction de la main-d’œuvre utilisée pour l’application de ces insecticides. Le soja TH permet aux producteurs d’utiliser des quantités plus importantes d’herbicides moins toxiques (glyphosate) et de réduire l’exploitation mécanique de la terre. Pour que l’utilisation des semences transgéniques engendre une meilleure rentabilité en faveur des producteurs, leur coût devrait être plus que compensé par les économies de coûts ou par une hausse de rendements.

Synthèse des conclusions des analyses

  • 2  En Chine, l’efficacité du coton Bt diffère selon les zones de production. Dans la province de Jian (...)

7Un récapitulatif des paramètres, mesurés dans les différents travaux de recherche, est présenté par pays dans le tableau 2. Les études ayant appliqué des budgets partiels pour le coton Bt sont nombreuses, contrairement au soja TH et au maïs Bt. C’est la raison pour laquelle seule la performance du coton Bt a été prise en compte. Les données indiquées suggèrent que le coton Bt augmente généralement les rendements. Cet avantage paraît surtout prononcé en Afrique du Sud. La variabilité est importante dans chaque étude de cas, ce point ayant été également soulevé par Fok (op. cit.)2. Elle est parfois illustrée par des minima négatifs, les rendements obtenus par les adopteurs étant plus bas que ceux des producteurs non adopteurs. Bien que l’adoption du coton Bt soit, le plus souvent, associée à une baisse d’utilisation  d’insecticides, ceci n’est pas toujours le cas. Les marges de profit sont présentées dans les études réalisées en Inde où l’avantage médian chez les adopteurs est de 47 %. Les résultats observés s’inscrivent, cependant, dans une fourchette très large qui peut osciller entre une perte de 65 % et un gain de 136 %.

Tableau 2. Récapitulatif des paramètres des budgets partiels comparant la performance des variétés du coton Bt et non-Bt entre 1997 et 2007 (par paramètre et pays)

Tableau 2. Récapitulatif des paramètres des budgets partiels comparant la performance des variétés du coton Bt et non-Bt entre 1997 et 2007 (par paramètre et pays)

n= nombre d’observations, chacune des études pouvant présenter plusieurs observations

Source : les auteurs.

Les valeurs « Min, Médian, Max »sont sont des pourcentages exprimés sous une forme décimale

Principales limites des analyses

8Les principales limites de l’analyse des budgets partiels résident dans la collecte des données qui leur servent de base. Les enquêtes, à l’échelle du producteur, constituent la source d’information la plus courante (plus de 50 articles), suivies des données agricoles maintenues par les compagnies agricoles et les données provenant d’essais en champs (moins de 10 articles dans chaque catégorie). Certains auteurs exploitent plusieurs sources de données à la fois. Il est indéniable que les données, provenant des essais en champs, ne représentent pas bien la variabilité des conditions à la fois environnementales, géographiques, économiques, et humaines de l’activité de production agricole bien qu’étant  pertinentes lorsque combinées à des données d’enquêtes et simulations. Le recours aux données collectées par les compagnies agricoles permet d’obtenir, à moindre coût, des tailles d’échantillon plus grandes. Cependant, les critiques remettent souvent en cause la validité de ces données, les jugeant susceptibles d’être biaisées en faveur de la technologie.

9Quant aux enquêtes à l’échelle du producteur, lorsque la taille de leurs échantillons est petite, l’erreur statistique liée à l'échantillonnage est large. De nombreux articles, publiés pendant les dix premières années d’adoption, se basent sur de petits échantillons. Quelques articles utilisent précisément le même échantillon de producteurs analysé suivant différentes méthodes. Par exemple, sur 16 articles publiés sur le coton Bt en Afrique du Sud, 7 utilisent le même échantillon de 100 producteurs des Plaines de Makhathini, zone ayant bénéficié d’un programme de développement mis en oeuvre dans le Kwa Zulu-Natal, province du nord du pays près du Mozambique. L’ensemble des 3 articles publiés sur le coton Bt en Argentine exploitent les mêmes données d’échantillon collectées chez 299 producteurs. Il en est de même pour les 2 articles sur le coton Bt au Mexique. Les échantillons varient plus en fonction de leur taille et de leur site, dans les études sur le coton Bt en Inde du fait de la diversité des auteurs.  Par comparaison, c’est à partir de 1999 qu’Huang et ses collègues (Huang et al., 2002a, 2002b et 2002c) ont réalisé une enquête continue et approfondie et ont pu baser leurs analyses sur des échantillons plus grandes, avec une représentation géographique plus large.

10Lorsque la taille est grande, comme dans le cas des registres agricoles, on peut s’attendre à des erreurs importantes liées à la manière dont les paramètres sont mesurés et non à l’échantillonnage. Bien que l’utilisation de la mémoire du producteur pour mesurer l’utilisation d’intrants et les niveaux de rendements n’ait pas échappé aux critiques, la plupart des études utilisent cette approche qui, de toute évidence, manque de précision.

11À ce titre, deux études sont exemplaires. Hofs et al. (2006) ont comparé les lignées isogéniques et ont effectué un contrôle quotidien des pratiques agronomiques des producteurs des Plaines de Makhathini qui permet de dresser un schéma plus réaliste de l’ensemble des pressions biotiques. Ils ont constaté que les adopteurs ont utilisé moins de pyrethroïde pendant les saisons 2002-2003 et 2003-2004 et qu’ils ont, parallèlement, appliqué des quantités importantes de composés organophosphorés différents pour traiter les ravageurs résistants à la toxine Bt, d’où une économie de main-d’œuvre en deçà des attentes. Leurs conclusions soulignent l’importance d’un procédé de mesure qui tient compte de l’ensemble des pratiques agricoles et des insecticides appliqués par les producteurs.

12Pemsl et al. (2005) ont également examiné de près les pratiques d’utilisation d’insecticides en Chine. Ils ont, en outre, calculé la concentration de toxine au  moyen d’un échantillonnage des feuilles, cet indicateur étant beaucoup plus précis pour mesurer l’expression du gène Bt. Leurs conclusions confirment que cette expression varie considérablement en fonction non seulement de la variété mais encore de la plante. Par ailleurs, le coton exploité dans presque 60% des parcelles et provenant tant des semences multipliées par les producteurs que des semences achetées au prix le plus fort, présentait un niveau de toxine inadapté. Les auteurs concluent que des difficultés telles que les erreurs de calcul lors de la saisie des données, les carences dans les méthodes de calcul appliquées, le manque de contrôle des conditions de production par les cotonculteurs ainsi que leur manque de connaissances suggèrent que les avantages du coton Bt en Chine, et dans d’autres économies en voie de développement, pourraient être, ailleurs, plus faibles que prévus.

13Les budgets partiels sont réputés simples en apparence alors qu’en réalité, ils devraient être calculés avec beaucoup de rigueur. Leur utilisation dans les études analysées pose quelques contraintes majeures.

● Premièrement, dans la plupart de ces analyses, seules les marges brutes sont déclarées. Elles comprennent les coûts d’intrants intermédiaires mais négligent l’utilisation de la main d’œuvre et de la terre.  Les marges nettes, en l’occurence, incluent ces coûts.

● Deuxièmement, un bon nombre de producteurs des pays en voie de développement ne sont pas totalement orientés vers une commercialisation de leurs cultures ; ils sont confrontés à des situations d'imperfection de marché et leurs ménages constituent leur principale source de main d’œuvre. Par conséquent, le prix réel de la main d’œuvre n’est pas celui du marché ; il est plutôt endogène et spécifique au ménage et de ce fait difficile à appréhender.

● Troisièmement, les budgets partiels sont, en règle général, partiels parce qu’ils ne portent que sur  une seule activité agricole. Or, la majorité des petits producteurs des pays en voie de développement dépendent d’un éventail d’activités économiques pour satisfaire leurs besoins familiaux. Nous savons que, dans toute activité commerciale, l’adoption d’une technologie influe normalement sur la répartition des ressources et de la main-d’œuvre. Malheureusement, aucune des études, parmi celles que nous avons trouvées, ne tient compte des autres types d’activités génératrices de revenus, qu’elles soient agricoles ou non agricoles.

  • 3  Cf. page 779.

14Fok (2006)3  a également conclu que « les méthodes par lesquelles les résultats sont obtenus et rapportés sont tout aussi discutables ». Il a identifié d’autres hypothèses qui mèneraient à une surestimation des avantages du coton Bt dans les budgets partiels. D’abord, seules les postes de dépenses en semences et en protection phytosanitaire sont modifiés, tandis qu’on constate souvent que les paysans ont tendance à mieux protéger et prendre soin de leurs exploitations lorsqu’ils s’attendent à une augmentation de rendements avec l’utilisation du coton Bt. Cette surestimation pourrait également être le résultat d’une hypothèse selon laquelle le prix du coton Bt serait égal au prix du coton conventionnel. Le coton Bt peut produire une fibre de qualité moins bonne. En outre, dans les zones où des parcelles de refuge sont imposées, les rendements sont forcément beaucoup plus faibles sur ces parcelles, accentuant ainsi la différence avec les parcelles de coton Bt.

15Ensuite, la production agricole étant fondamentalement une activité à risques, les budgets partiels devraient être adaptés pour mieux représenter la place du risque dans le processus de prise de décision des producteurs. Admettant les limites temporelles des données d’enquêtes ainsi que l’incertitude des rendements et des prix agricoles au moment de la sélection des semences par les producteurs, certains chercheurs ont appliqué des simulations stochastiques dans l’analyse des revenus par hectare (Falck-Zepeda et al., 2006, 2007 ; Pemsl et al., 2004). Ainsi, Pemsl et al. (op. cit.) ont conclu qu'une stratégie de contrôle par des produits chimiques prophylactiques serait plus efficace que l’utilisation du coton Bt dans les zones irriguées et non irriguées de Karnataka, en Inde. Dans leur étude sur l’utilisation des intrants et les rendements de 150 petits producteurs de coton dans cinq villages de la province de Shandong, réalisée sur une saison entière, Pelms et Waibel (2007) ont appliqué un modèle de simulation Monte Carlo afin de comparer les méthodes traditionnelles de contrôle des ravageurs, l’utilisation de variétés transgéniques et la stratégie qui combine les deux. Deux variétés de semences Bt ont été prises en compte. Les auteurs ont trouvé que la stratégie d’exploitation de la semence Bt de qualité supérieure était la moins avantageuse, économiquement parlant. L’utilisation de semences Bt de qualité inférieure combinée à l’application d’instecticides pour répondre aux besoins constituait une stratégie idéale lorsque les niveaux de pression des ravageurs étaient normaux ou élevés, la semence non Bt étant plus rentable lorsque ces niveaux de pression sont plus faibles.

16Il faut aussi souligner que le contrôle du biais d’auto-sélection est d’une importance capitale dans les études sur les impacts. Cependant, force est de constater que les biais potentiels liés au site géographique de l’étude, à la sélection des échantillons de producteurs par un programme de vulgarisation donné et/ou de l’auto-sélection de certains types de producteurs du groupe d’adopteurs sont palpables dans la plupart des études publiées pendant la première décennie. Ce biais d’auto-sélection résulte du fait que les facteurs qui influencent le producteur, dans sa décision de ou de ne pas cultiver une plante transgénique, pourraient également affecter les bénéfices réalisés.

  • 4  Cf. page 731.

17Par exemple, les auteurs des études, réalisées dans les Plaines de Makhathini, ont eux-mêmes reconnu certaines des inquiétudes concernant la méthode d’échantillonnage. « Un biais potentiel a été relevé  dans le processus de sélection, les agents de Vunisa ayant intentionnellement ciblé les producteurs disposant de zones de coton plus importantes, pendant la première année de diffusion du coton Bt et, dans une moindre mesure, pendant la deuxième année »(Ismael et al., 2002a). Bien que l’enquête ait porté sur deux saisons (1998/1999 et 1999/2000), aucune des années ne fut une année normale; la première année ayant connu une sécheresse et la seconde des pluies tardives et abondantes (Kirsten et Gouse, 2003).Thirtle et al. (2003)4 décrivent les Plaines de Makhathini, comme « une région à faible potentiel de production cotonnière », et « une région atypique compte tenu du fait que des entreprises biotechnologiques sont représentées localement et que l'appui des services est d’une qualité inhabituelle, affectant ainsi l’applicabilité de cette étude ».

  • 5  Disponible en ligne depuis juillet 2007.

18Dans leur étude la plus récente, portant sur les 63 non-adopteurs et 94 adopteurs de coton Bt de l’État indien du Maharashtra, Morse et al. (2007) abordent explicitement le problème du biais de sélection dans leur analyse de budgets partiels et l’appellent « effet du producteur ». Une étude, réalisée par Mancini et al. (2008)5 dans l’État indien d’Andhra Pradesh, a pour singularité d’examiner l’interaction entre les pratiques de gestion intégrée des pesticides (GIP) et la culture du coton Bt en comparant les participants et les non-participants aux fermes-écoles. Les auteurs tentent de résoudre les deux types de biais de sélection en appliquant une approche de double différence pour comparer les changements à terme dans la performance entre les groupes contrôle et tests. Le biais lié au site géographique est traité par une analyse de correspondance canonique qui examine des différences entre les villages.

19Lorsque les producteurs cultivent des variétés transgéniques d’une plante sur certaines parcelles et des variétés non transgéniques de la même plante sur d’autres, comme le représentent Qaim et de Janvry (2005) pour le coton Bt argentin, le contrôle du biais de sélection se fait par une comparaison des coûts et bénéfices entre les différentes parcelles pour les mêmes producteurs. Le biais de sélection peut également être traité par une méthode économétrique que nous décrivons dans le chapitre suivant.

Modèles de production

Méthode appliquée

20La deuxième approche principale consiste à appliquer une méthode statistique à des données qui repose sur un modèle économique théorique. Elle est généralement fondée sur des données d’enquêtes à l’échelle du producteur ou, dans certains cas, sur des données provenant d’essais au champ. La qualité de l’analyse économétrique reflète la qualité des données sous-jacentes. Les inquiétudes liées à la qualité des données ont étés décrites dans la partie précédente.

21On compte parmi les approches économétriques plus simplifiées, des modèles de réponse du rendement ou de fonctions de production de type Cobb-Douglas, linéaire, quadratique ou des formes de fonctions plus flexibles telles que le translog. Une bonne partie des articles présentent des modèles d’utilisation d’insecticides. Les deux types de modèles utilisées sont des régressions multivariées.

  • Dans la première catégorie, on teste l’hypothèse dans laquelle l’adoption d’une variété Bt augmente le rendement. La variable dépendante est le rendement.

  • Dans la seconde catégorie, l’hypothèse testée est celle dans laquelle l’adoption réduit l’usage d’insecticides. La variable dépendante est l’utilisation d’insecticides. Un variable zero-un, qui signifie l’adoption d’une variété Bt, sert de variable indépendante dans chaque type de régression. Le signe du coefficient et sa signification statistique représentent le test.

22Il convient de noter, cependant, que ces approches ne reconnaissent pas les semences RI comme des intrants pouvant contribuer à améliorer les rendements tout en limitant les dommages. Par ailleurs, la réduction de dommages n’ayant lieu que dans la mesure où la toxine Bt réduit les pertes de rendements causées par les ravageurs, les approches suivies ne permettent pas de considérer l’influence d’une expression insuffisante ou inexistante de la toxine Bt ou celle d’un niveau d’infestation faible des ravageurs cibles.. L’approche de contrôle des dommages, proposée initialement par Lichtenberg et Zilberman (1986) a, depuis lors, été appliquée dans les analyses économétriques (Falck-Zepeda et al., 2006 ; Gouse et al., 2005 ; Huang et al., 2002a ; Huang et al., 2002b ; Pemsl et al., 2005 ; Qaim, 2003 ; Qaim et Zilberman, 2003 ; Qaim et al., 2003 ; Shankar et Thirtle, 2005). Kuosmanen et al. (2006) ont proposé une technique semi-paramétique à deux étapes pour modéliser l’interaction entre la pression des ravageurs et l’utilisation d’intrants pour le contrôle des dommages.

23D’autres techniques comprennent des modèles déterministes de frontières (Ismael et al., 2002c), des modèles de frontières stochastiques (Thirtle et al., 2003 ; Ismael et al., 2002b) et une analyse d'enveloppes de données (Gouse et al., 2003). Ces approches permettent de tester l’impact de l’adoption des variétés Bt sur l’efficacité de la production. Avec des données d’essais en champ à l’appui, Qaim et Zilberman ont estimé des fonctions de rendement-densité non paramétriques pour comparer la performance des hybrides de coton Bt et non-Bt en Inde.

24Le problème du biais potentiel de sélection a été traité dans quelques articles par l’application d’une modélisation économétrique. Yorobe et al. (2006) ont appliqué un modèle Heckman à deux étapes pour identifier les facteurs qui influencent l’adoption du Bt maïs aux Philippines et pour ensuite mesurer l’impact de l’adoption sur le revenu net du producteur. Crost et al. (2007), quant à eux, ont estimé des données de panel à effets fixes pour contrôler les effets du biais de sélection dans leur analyse de l’adoption du coton Bt dans l’État indien de Maharashtra.

Synthèse des conclusions des analyses

25Les résultats de tests statistiques sont présentés dans le tableau 3. Dans la majorité des cas, les analyses économétriques multivariées confirment que l’adoption d’une variété Bt augmente les rendements, réduit les dommages et réduit l’application d’insecticides. L’adoption a également un impact positif sur l’efficacité de la production. Crost et al. (op. cit.), qui ont testé le biais de sélection par une approche économétrique, ont trouvé que l’adoption a eu un impact économique positif même après l’ajustement des résultats pour ce biais.

Tableau 3. Récapitulatif  des tests d’hypothèses sur les impacts économiques du coton Bt dans les études économétriques publiées entre 1997 et 2007 (par modèle et par pays)

Tableau 3. Récapitulatif  des tests d’hypothèses sur les impacts économiques du coton Bt dans les études économétriques publiées entre 1997 et 2007 (par modèle et par pays)

n = nombre d’études. (+,-,0) correspond à la direction de l’effet ou le manque d’effet. *= statistiquement significatif. L’étude de cas ex post du Mexique n’utilise pas de modèle économétrique pour tester ces hypothèses.

Source : les auteurs.

26Les résultats économétriques de Pemsl et al. (2005), contrairement à toutes les autres études, ont démontré que ni l’utilisation d’insecticides ni celle du Bt ne réduisaient significativement les dégâts causés par le vers de la capsule du coton dans la province de Shandong, en Chine. En utilisant les mêmes données et en appliquant une approche différente, Kuosmanen et al. (2007) ont trouvé que le produit marginal de la toxine Bt n’est positif et significatif que lorsque les pressions exercées par les ravageurs sont faibles.

Principales limites des analyses

27L’application de la méthode de contrôle des dommages a permis de surmonter l’un des défis de la modélisation économétrique. Trois défis restent, cependant, à résoudre.

● D’abord, premier défi, le problème du biais de sélection a été rarement abordé.

● Ensuite, l’identification  du contrefactuel, qui permet de comparer la performance de la variété transgénique, peut s’avérer périlleuse. C’est le deuxième défi.  Par exemple, l’adoption d’une variété Bt peut entraîner une augmentation de la production si le germoplasme, dans lequel le gène Bt est transféré, produit des rendements plus élevés que la variété cultivée par le producteur. La mise en place de conditions quasi expérimentales pour comparer les variétés isogéniques avec les variétés transgéniques, cultivées par les mêmes producteurs sur plusieurs sites, permettrait de séparer avec précision l’effet du gène de celui du germoplasme. Dans des échantillons plus larges, des variables, qui permettent de contrôler les effets fixes du germoplasme, peuvent être utilisées pour améliorer les estimations. Qaim et al. (2006) ont pu ainsi démontrer qu’en Inde, le germoplasme-hôte, à savoir celui dans lequel le gène est inséré, avait un effet sur le rendement indépendamment de l’effet du gène.

● L’endogénéité du processus de prise de décision du producteur pose un troisième défi. Le choix de cultiver une variété ou d’appliquer des insecticides ou des herbicides risquerait d’être affecté par les mêmes variables qui influencent le rendement, les bénéfices nets ou tout autre indicateur de l’impact économique. Si les sources de l’endogénéité ne sont pas testées et traitées dans la démarche économétrique, les coefficients de régression seront biaisés. Ce problème a été souvent reconnu, mais très rarement traité dans les modèles examinés.

28Trois articles se distinguent, tout de même, des autres car ils ont tenté de résoudre l’ensemble de ces défis. Dans l’analyse la plus approfondie, basée sur l’échantillon des plaines de Makhathini, en Afrique du Sud, Shankar et Thirtle (2005) ont estimé une fonction de production avec réduction des dommages et ont examiné l’efficacité de l’utilisation d’insecticides avec la valeur estimée du produit marginal, testant également les biais de sélection d’échantillon et le caractère endogène de l’utilisation d’insecticides. Ils concluent que les producteurs n’appliquent pas d’insecticides en réponse aux ravageurs, mais les appliquent de manière plutôt prophylactique et prédéterminée. Les auteurs dégagent une conclusion importante selon laquelle l’adoption de la technologie, dans les plaines de Makhathini, a été plus stimulée par l’offre de semences par la compagnie que par la demande en semences des producteurs. Ils rajoutent que, contrairement à leurs hypothèses et conclusions initiales, le coton Bt, comparé au coton non-Bt, ne permet pas aux petits producteurs sud-africains de réaliser des économies de main d’œuvre. Ils constatent, par ailleurs, que les insecticides sont sous-utilisées dans les plaines de Makhathini par rapport à l’optimum économique. Par conséquent, l’impact du coton Bt, dans cette région, est plus important sur les rendements que sur la réduction des coûts d’insecticides.

29Huang et al. (2002a), pour leur part, élaborent une de leurs analyses la plus complète, basée sur trois années de données d'enquêtes dans les régions de Hebei, Shandong et Henan, en Chine. Les auteurs ont estimé une fonction de production avec réduction de dommages.  En appliquant un modèle instrumental de variables, ils ont démontré que les producteurs choisissaient les quantités d’insecticides en fonction des niveaux de pressions exercées par les ravageurs. Leur modèle examine les interactions entre l’utilisation du Bt et celle d’insecticides. Ils ont également tenté de corriger le biais potentiel lié au caractère endogène de l'utilisation des insecticides et de la décision des producteurs de cultiver le coton Bt. Selon leurs conclusions :

  • la culture du coton Bt a un impact positif sur le rendement des cultures et non pas seulement en termes de réduction des dommages ;

  • le coton Bt réduit aussi les pertes de rendements à travers une réduction des dommages ;

  • l’utilisation d’insecticides sur les variétés non Bt de coton réduit uniquement les dommages ;

  • les bénéfices du coton Bt varient d’une province à une autre et sont plus faibles dans les régions de Henan et de Jiangsu ;

  • les producteurs utilisent les insecticides à l’excès même lorsqu’ils cultivent le coton Bt.

30Dans l’une des approches les plus complètes, jusque-là appliquées, Qaim et de Janvry (2005) ont estimé une fonction d’utilisation d’insecticides, un modèle de variable instrumentale avec l’application d’insecticides et une fonction de production avec réduction de dommages. Afin de maîtriser le biais de sélection, ils ont comparé des paramètres estimés entre des exploitations plus petites et plus grandes et entre les parcelles Bt et non-Bt, au niveau des exploitations ayant adopté la technologie.  Les auteurs ont trouvé que les grandes exploitations familiales ont pu tirer profit du coton Bt par une baisse d’utilisation d’insecticides, dans la mesure où cette utilisation dépend de la taille de l’exploitation. Les auteurs ont, également, appliqué un modèle physiologique de système d’expérimentation du coton Bt, élaboré à partir de données entomologiques, pour tirer des conclusions sur la taille des zones de refuge nécessaires qui garantirait des bénéfices durables.

Modèles de choix

31Neuf articles estiment un modèle de préférence révélée, un modèle de préférence exprimée ou un modèle de préférence à la fois révélée et exprimée. Dans ce contexte, le modèle de préférence révélée est une régression économétrique qui explique l’adoption de la variété transgénique. Trois de ces articles, portant sur le maïs et le coton Bt, démontrent que les producteurs qui adoptent les premiers sont les plus performants et disposent d’un meilleur accès aux terres et aux informations (Ismael et al., 2002 ; Thirtle et al., 2003 ; Yorobe et Quicoy, 2006) ; résultat assez courant dans la littérature générale qui traite de l’adoption de nouvelles technologies agricoles.

32Parmi les modèles d’adoption, certains sont de nature ex ante. Edmeades et Smale (2006) utilisent un modèle fondé sur la théorie du ménage rurale qui traite aussi des attributs des variétés pour prévoir la demande en bananes résistantes aux maladies et parasites des petits producteurs des hautes terres de l’Afrique de l’Est, en Ouganda notamment. Les auteurs choisissent cette approche par rapport à un modèle basé sur la maximisation de profits car dans cette région, les marchés sont imparfaits et la banane est une culture de subsistance tout comme de rente.

  • 6  Modèle « Double-bounded Choice »

33Les autres modèles d’adoption ex ante explorent l’adoption et l’impact potentiel de l’aubergine RI en Inde (Kolady et Lesser, 2006 ; Krishna et Qaim, 2006). Ces deux articles se distinguent sur au moins deux aspects. Tout d’abord, ils ont été les premiers à analyser les plantes potagères transgéniques. Ensuite, ils examinent les implications de la décision de Maharashtra Hybrid Seed Company (MAHYCO) de fournir aux institutions publiques un gène Bt dont la licence est gratuite afin de leur permettre de développer des variétés Bt à pollinisation libre. En rapport avec ce deuxième caractéristique, on peut noter leur comparaison explicite d’hybrides et de variétés à pollinisation libre comme plantes-hôtes du transgène. Kolady et Lesser estiment un modèle probit bivarié d’adoption et appliquent une évaluation contingente. Quant à Krishna et Qaim (2006), ils estiment un modèle d’adoption basé sur le consentement des producteurs à payer pour des semences Bt hybrides. Le consentement à payer est estimé avec un modèle de choix dichotomique à deux limites6.

  • 7  Un ancien système de culture intercalaire du maïs, des haricots et de la courge assez complexe qui (...)

34Une étude de Birol et al. (2007), basée sur des données collectées dans les États de Jalisco, Michoacán et d’Oaxaca, au Mexique, examine les préférences des producteurs en tant que consommateurs de semences. Les auteurs utilisent un modèle à classe latente pour effectuer une caractérisation des producteurs mexicains dans leur propension à continuer la production de milpa7 et leur besoin de compensation en cas d’introduction du maïs transgénique. En effet, leur approche combine la préférence exprimée et la préférence révélée, comme celle de Qaim et de Janvry (2003) qui estiment le consentement des producteurs à payer pour obtenir des semences du coton Bt en Argentine.  En estimant des fonctions de demande en semences des producteurs et des fonctions de bénéfice pour le fournisseur, ils ont démontré que la situation du producteur et du fournisseur monopolistique aurait été meilleure si le prix des semences avait été plus bas, ce qui aurait contribué également à réduire la présence de semences illégales sur le marché. Enfin, le taux d’adoption aurait été plus élevé surtout chez les plus petits producteurs.

Analyse de filière

35Le manque d’analyse rigoureuse de la structure et de la performance de la filière est manifeste dans ces études, malgré l’importance de ces questions dans le débat autour des plantes transgéniques. Plusieurs auteurs mettent en évidence la nécessité d’examiner cette question. Quelques études analysent les composantes de la filière mais sans s’appuyer sur des données collectées à l’échelle du producteur en appliquant un cadre conceptuel explicite.

36Compte tenu de l’adoption stimulée par l’offre de semences, l’échec ou la réussite d’une nouvelle variété dépend particulièrement de la structure des circuits de distribution, un aspect mis en exergue par Gouse et al. (2005), Hofs et al. (2006) et Fok et al. (2006). L’intérêt focalisé sur les aspects techniques de l’adoption a détourné l’attention des experts de l’obstacle majeur à une utilisation pérenne du coton Bt par les petits producteurs africains, à savoir les facteurs institutionnels.  En guise d’exemple, plus de 90 % des producteurs de coton des plaines de Makhathini ont produit du coton en 2001/2002. La compagnie de coton Vunisa a mis à leur disposition des intrants et un programme de crédit et ont acheté leur production de coton avec, à l’appui, une expertise en vulgarisation. Cependant, après quelques saisons, les producteurs ont interrompu leurs remboursements de prêts auprès de Vunisa en vendant à une usine d’égrenage différente. L’année suivante, ni les semences ni les crédits ne furent fournis, entraînant une baisse de production. Contrairement aux attentes, l’intégration verticale de l’industrie du coton créée par le monopsone de l’usine d’égrenage locale, ayant également fourni les semences et les crédits, pourrait bien avoir contribué à la réussite partielle des Plaines du Makhathini. En tout cas, c’est ce que suggèrent Gouse et al. (2005).

37Les travaux de Fok et al. examinent les facteurs liés au contexte qui différencient le secteur du coton chinois de celui des autres pays en voie de développement. L’amélioration génétique décentralisée et l’absence de DPI ont donné lieu à une richesse de variétés de coton et des faibles coûts de semence. La présence de compagnies américaines avait, au départ, stimulé la concurrence dans ce système à l’origine rigide et nationalisé (Fok et al., 2005a), bien que Fok et Xu (2007) soutiennent qu’une réglementation devrait  maintenant s’imposer en raison du niveau trop élevé des prix. La quasi-totalité des producteurs de coton sont constitués de propriétaires de  petites exploitations familiales qui pratiquent une production très intensive et consacrent environ le tiers de leurs terres à la culture du coton. La production cotonnière des autres pays en développement est moins intensive en raison de l’accès difficile aux intrants pour des raisons matérielles ou financières.  Même lorsque les paysans ont accès aux intrants, leur utilisation profitable est souvent limitée par le manque d'éducation et d’information (Fok et al., 2005b), contrairement à la Chine (Fok et al., 2005b). La Chine dispose également d’une forte capacité biotechnologique et d’une flexibilité institutionnelle importante tout en étant un pays émergent dans l’économie mondiale (Fok et al., 2006). Par conséquent, il est important d’éviter toute extrapolation du cas de la Chine aux autres producteurs de coton.

38Kambhampati et al. (2005), pour leur part, ont interviewé des représentants de 22 compagnies dans 3 départements de Gujarat, y compris 5 compagnies de production et de distribution, 12 fournisseurs d’intrants, 5 égreneurs, usines de filature et compagnies de textiles. Les compagnies ont été stratifiées par niveau d’opération spatiale. Un questionnaire semi structuré a été élaboré pour obtenir des informations sur les compagnies et leurs perceptions sur les changements entraînés par l’introduction du coton Bt. Leurs données montrent une baisse des ventes de pesticides ainsi qu’une amélioration de la qualité de la fibre qui se précisent davantage depuis l’introduction du coton Bt. Toutefois, l’existence d’une concentration croissante dans le secteur des intrants et le fait qu’une compagnie fournisse un seul gène à incorporer dans tant de germoplasme-hôtes commencent à préoccuper les auteurs.

  • 8  Cf. page 13.
  • 9  Cf. page 25.

39Enfin, Murugkar et al. (2007) ont étudié l’évolution de la structure du marché semencier indien en examinant les parts de marché et l’index Herfindahl de concentration industrielle. Ils ont utilisé, dans leur analyse, une longue série de données sur les ventes, maintenues par Francis Kanoi Marketing Research. L’enquête sur les cotonculteurs a été réalisée selon un schéma en grappe stratifiée qui s’étend sur plusieurs années. Pour la saison 2004/2005 uniquement, plus de 13.000 cotonculteurs ont été interviewés dans 1002 villages situés dans 44 départements. Selon les résultats de l’enquête, « contrairement à l’expérience des pays développés, une fusion importante des compagnies fournisseurs de semences et des sociétés agro-chimiques n’a pas été observée en Inde »(2007)8. Murugkar et al. (2007)9 concluent que « les gains sociaux de la diffusion de ces semences sembleraient positifs ».

Conclusions

40Pendant les dix premières années d’exploitation des plantes transgéniques par les petits producteurs des économies en voie de développement, les travaux de recherche, publiés dans des revues à comité de lecture, ont pu fournir quelques indications selon lesquelles les plantes transgéniques peuvent générer des avantages économiques à court terme pour les producteurs ayant opté pour l’adoption de cette technologie. Cet article a procédé à une synthèse des méthodes appliquées pour mesurer les différents impacts rapportés dans les études précédentes et a mis en exergue les obstacles majeurs. Son but est de contribuer à l’amélioration continue de la qualité de la recherche et, par conséquent, une meilleure compréhension de l’impact des plantes transgéniques dans l’agriculture non industrialisée.

41Les données générées par les budgets partiels et les tests d’hypothèses provenant des modèles économétrique plus sophistiqués, mis à jour dans ces articles, indiquent dans l’ensemble que le coton Bt a contribué à augmenter les rendements et à réduire l’usage de pesticides autant que les dégâts causés par les insectes ravageurs.En revanche, l’évidence concernant les autres plantes transgéniques reste faible. Les analyses portant sur le coton Bt, qui possède des propriétés économiques et agronomiques uniques, dominent la littérature économique, d’une part. L’histoire du coton Bt est, d’autre part, caractérisée par une prédominance de quelques études de cas par pays. Aussi, faut-il veiller à ne pas généraliser ces expériences aux autres combinaisons culture/trait ainsi qu’à leurs contextes de développement. Par ailleurs, très peu d’auteurs différents ont publié des études de cas de haute qualité dans des revues internationales à comité de lecture et la qualité de la recherche varie considérablement selon les études.La plupart des études présentent des lacunes assez sérieuses. D’abord, plusieurs d’entre elles présentent un biais potentiel lié au site géographique, à la sélection des producteurs par un programme de vulgarisation donné, et/ou à l’auto-sélection de certains types de producteurs parmi le groupe d’adopteurs. L’utilisation d’intrants et de rendements entre les adopteurs et les non-adopteurs a été généralement comparée par l’application d’approches subjectives telles que la mémoire du producteur plutôt que par des protocoles plus objectives, contribuant ainsi à des estimations inexactes. Ensuite, le traitement explicite du risque et de l’incertitude est insuffisant et parfois même inexistant. L’endogénéité du choix de la variété et les décisions d’utilisation d’intrants n’ont pas toujours été prises en compte dans l’analyse économétrique, ce qui pourrait aboutir à une estimation biaisée des effets de l’adoption sur la productivité et des ravages causées par les parasites.

42Des améliorations méthodologiques ont été tentées avec des résultats intéressants, mais il demeure la question délicate de l’identification du contrefactuel pour évaluer correctement les effets spécifiques des plantes transgéniques. Par exemple, quelques articles publiés récemment abordent la question de l’évolution dynamiques des populations de ravageurs. Pemsl, Gutierrez et Waibel (2008) ont développé un modèle bioéconomique qui combine l’évolution du ver de la capsule, d’autres ravageurs et énemis naturels et utilisent les prévisions obtenues dans une analyse stochastique de rentabilité agricole. Leurs résultats montrent qu’un lien important existe entre les perturbations des écoystèmes et les stratégies de contrôle des ravageurs. Les auteurs concluent que les avantages des analyses économétriques statiques pourraient avoir été surestimés car les écosystèmes avaient déjà été perturbés par l’utilisation des pesticides. Ils ont suggéré un contrefactuel représentant une situation sans perturbations d’écosystèmes. En appliquant une analyse de dominance stochastique aux données des enquêtes réalisées dans des villages des cinq provinces chinoises, Wang et al. (2008) concluent que les adopteurs du coton Bt en 2004 ont réalisé moins de bénéfices que les non-adopteurs en raison des pertes causées par les ravageurs secondaires et des coûts élevés des pesticides. Dans leur analyse des raisons qui expliquent l’inefficacité apparente du coton dans la vallée du fleuve Yangtze comparée à la vallée du fleuve Jaune, Xu et al. (2008) trouvent des variations importantes dans l’expression du gène parmi les variétés. Dans de telles conditions, les producteurs ne peuvent pas prévoir l’efficacité de leur variété transgénique dans le contrôle des ravageurs. Ils appliquent plus de pesticides qu’il ne faut mais paient des prix plus élevés pour l’achat des semences, limitant ainsi la rentabilité du coton Bt.

43À cela s’ajoute le fait que le débat politique relatif aux plantes transgéniques, complique la randomisation des échantillons ou l’élaboration de plans d’expérimentation. Ces approches, qui sont idéales d’un point de vue statistique, pourraient bien ne pas être acceptées socialement dans le cas des plantes transgéniques. Obtenir le consentement des participants ou des communautés rurales, sélectionnés au hasard, s’avère difficile. Et pourtant, les critiques politiques insistent sur la nécessité de faire état de ces impacts de manière aussi neutre que possible.

44Outre ces contraintes méthodologiques, d’autres limites sont à relever par rapport aux paramètres et thèmes analysés. Les travaux de recherche, réalisés pendant la première décennie, présentent un cadre d’analyse nettement restreint.  Pendant les premières années d’adoption, les chercheurs se sont focalisés sur les impacts immédiats des plantes transgéniques, à savoir les rendements, l’utilisation d’intrants, les coûts et profits. Il est vrai que si les plantes transgéniques ne sont pas rentables pour les producteurs, ces derniers ne les adopteront pas. C’est seulement plusieurs années après leur adoption que les effets sur l’inégalité, la santé et l’environnement peuvent se mesurer à un niveau empirique. Il est donc opportun de mettre à jour l’évidence concernant ces paramètres particuliers qui n’ont donc pas été encore mesurés.

45Hormis ces lacunes thématiques, les caractéristiques de la semence transgénique, qui la différencient tant des autres semences, devraient être examinées avec plus d’attention au cours de la prochaine génération de travaux de recherche. De telles caractéristiques comprennent les coûts de mise en place d’une réglementation biosécuritaire et les implications de la nature plutôt exclusive du constituant transgénique sur l’organisation de l’approvisionnement en intrants et sur la manière dont l’échange d’informations relatives aux semences s’opère entre les différents acteurs économiques (producteurs, consommateurs, innovateurs et vendeurs).

Haut de page

Bibliographie

Birol E., Villalba E. R., Smale . (2007). Farmer preferences for Milpa diversity and genetically modified maize in Mexico: A latent class approach. Washington, D. C., IFPRI Discussion Paper 726, International Food Policy Research Institute.

Crost B., Shankar B., Bennett R., Morse S. (2007). Bias from farmer self-selection in genetically modified crop productivity estimates: Evidence from Indian data. Journal of Agricultural Economics,58, 1, p. 24-36.

Edmeades S., Smale M. (2006). A trait-based model of the potential demand for a genetically engineered food crop in a developing economy. Agricultural Economics,35, 3, p. 351-361.

Falck-Zepeda J., Barreto-Triana N., Baquero-Haeberlin I., Espitia-Malagón E., Fierro-Guzmán H., López N. (2006). An exploration of the potential benefits of integrated pest management systems and the use of insect resistant potatoes to control the Guatemalan Tuber Moth (Tecia solanivora Povolny) in Ventaquemada, Colombia. Washington D. C., Environment and Production Technology Division Discussion Paper 152, International Food Policy Research Institute.

Falck-Zepeda J., Horna D., Smale M. (2007). The economic impact and the distribution of benefits and risk from the adoption of insect resistant (Bt) cotton in West Africa. Washington D. C., IFPRI Discussion Paper 718, International Food Policy Research Institute.

Fok M., Liang W., Wu Y. (2005a).Diffusion du coton génétiquement modifié en Chine : leçons sur les facteurs et limites d’un succès. Économie Rurale,p. 5-32.

Fok A.C.M., Wang J., Liang W., Xu N. (2005b).Production cotonnière chinoise : forces et faiblesses d'une intégration et d'une adaptation à l'économie de marché. Cahiers Agricultures, p. 42-53.

Fok A.C.M. (2006). Conditions, résultats et perspectives d'utilisation du coton génétiquement modifié (coton Bt) dans les PED. Revue Tiers Monde, n°188, p. 773-798.

Fok A. C. M., Romano D., Yatopoulos P., Liang W. (2006). Genetically Modified Seeds and decommodification: An analysis based on the Chinese cotton case. In Yotopoulos P.A., Romano D. (ed.), “Routledge The Asymmetries of Globalization”, London, p. 147-163.

Fok A.C.M., Xu N. (2007). Technology integration and seed market organization: The case of GM Cotton diffusion in Jiangsu Province (China). Life Sciences International Journal, n°1, p. 59-72.

Fok A.C.M., Gouse M., Hofs J.L., Kirsten J. (2007). Contextual appraisal of GM cotton diffusion in South Africa. Life Science International Journal, 1, 4, p. 468-482.

Gouse M., Kirsten J., Shankar B., Thirtle C. (2005). Bt cotton in KwaZulu Natal: technological triumph but institutional failure. AgBiotechNet, 7, 134, p. 1-7.

Gouse M., Kirsten J., Jenkins L. (2003). Bt cotton in South Africa: Adoption and the impact on farm incomes amongst small-scale and large scale farmers. Agrekon, 42, 1, p. 15-28.

Hofs J.-L., Fok A.C.M., Vaissayre M. (2006). Impact of Bt cotton adoption on pesticide use by smallholders: A 2-year survey in Makhatini Flats (South Africa). Crop Protection, 25, 9, p. 984-988.

Hofs J.-L., Fok A.C.M., Gouse M., Kirsten J. (2006). Diffusion du CGM dans une filière instable en Afrique du Sud et les leçons pour l'Afrique Zone Franc. Revue Tiers Monde, p. 799-823.

Huang J., Hu R., Fan C., Pray C.E., Rozelle S. (2002a).Bt cotton benefits, costs, and impacts in China.AgBioForum, 5, 4, p. 153-166.

Huang J., Hu R., Rozelle S., Qiao F., Pray C.E. (2002b). Transgenic varieties and productivity of smallholder cotton farmers in China. The Australian Journal of Agricultural and Resource Economics,46, 3, p. 367-387.

Huang J., Hu R., Wang Q., Keeley J., Falck-Zepeda J. (2002c). Agricultural biotechnology development, policy and impact in China. Economic and Political Weekly, 37, 27, p. 2756-2761.

Ismael Y., Bennett R., Morse S. (2002a). Farm-level economic impact of biotechnology: smallholder Bt cotton farmers in South Africa. Outlook on Agriculture, 31, 2, p. 107-111.

Ismael Y., Beyers L., Thirtle C., Piesse J. (2002b). Efficiency effects of Bt cotton adoption by smallholders in Makhathini Flats, KwaZulu-Natal, South Africa. In Evenson R.E., Santaniello V., Zilberman D., “Economic and Social Issues in Agricultural Biotechnology” Wallingford, CABI Publishing, p. 325-349.

Kambhampati U., Morse S., Bennett R., Ismael Y. (2005). Perceptions of the impacts of genetically modified cotton varieties: a case study of the cotton industry in Gujarat, India. AgBioForum,8, 2&3, p. 161-171.

Kirsten J., Gouse M. (2003). The adoption and impact of agricultural biotechnology in South Africa. In N. Kalaitzandonakes Kluwer Academic /Plenum Publishers, “The economic and environmental impacts of agbiotech: a global perspective”, New York,p. 243-242.

Kolady D.E., Lesser W. (2006). Who adopts what kind of technologies? The case of Bt eggplant in India. AgBioForum,, 9, 2, p. 94-103.

Krishna V.V., Qaim M. (2007). Estimating the adoption of Bt eggplant in India: who benefits from public-private partnership? Food Policy, 32, 5-6, p. 523-543.

Kuosmanen T., Pemsl D., Wesseler J. (2006). Specification and estimation of production functions involving damage control inputs: a two-stage, semiparametric approach. American Journal of Agricultural Economics,88, 2, p. 499-511.

Lichtenberg E., Zilberman D. (1986). The Econometrics of Damage Control: Why Specification Matters. American Journal of Agricultural Economics,68, 2, p. 261-273.

Mancini F., Termorshuizen A.J., Jiggins J.L.S., van Bruggen A.H.C. (2008). Increasing the environmental and social sustainability of cotton farming through farmer education in Andhra Pradesh, India. Agricultural Systems,96, 1-3, p. 16-25.

Morse S., Bennett R., Ismael Y. (2007). Isolating the 'farmer' effect as a component of the advantage of growing genetically modified varieties in developing countries: A Bt cotton case study from Jalgaon, India. Journal of Agricultural Science,145, 5, p. 491-500.

Murugkar M., Ramaswami B., Shelar M. (2007). Competition and monopoly in the Indian cotton seed market. Economic and Political Weekly (forthcoming), 16. (1), 33-54.

Pems D., Gutierrez A.P., Waibel H. (2008). The economics of biotechnology under ecosystem disruption. Ecological Economics, 66, p. 177-183.

Pemsl D., Waibel H. (2007). Assessing the profitability of different crop protection strategies in cotton: Case study results from Shandong Province, China. Agricultural Systems, 95, p. 28-36.

Pemsl D., Waibel H., Gutierrez A.P. (2005). Why do some Bt-cotton farmers in China continue to use high levels of pesticides? International Journal of Agricultural Sustainability,3, 1, p. 44-56.

Pemsl D., Waibel H., Orphal J. (2004). A methodology to assess the profitability of Bt-cotton: Case study results from the state of Karnataka, India. Crop Protection, 23, 12, p. 1249-1257.

Qaim M. (2003). Bt cotton in India: field trial results and economic projections. World Development,31, 12, p. 2115-2127.

Qaim M., Cap E.J., de Janvry A. (2003). Agronomics and sustainability of transgenic cotton in Argentina. AgBioForum, 6, 1&2, p. 41-47.

Qaim M., de Janvry A. (2003). Genetically modified crops, corporate pricing strategies, and farmers' adoption: the case of bt cotton in Argentina. American Journal of Agricultural Economics,85, 4, p. 814-828.

Qaim M., de Janvry A. (2005). Bt cotton and pesticide use in Argentina: economic and environmental effects. Environmental and Development Economics,10, 2, p. 179-200.

Qaim M., Subramanian A., Naik G., Zilberman D. (2006). Adoption of Bt cotton and impact variability: insights from India. Review of Agricultural Economics,28, 1, p. 48-58.

Qaim M., Zilberman D. (2003). Yield effects of genetically modified crops in developing countries. Science,299 (5608), p. 900-902.

Shankar B. Thirtle C. (2005). Pesticide productivity and transgenic cotton technology: the South African smallholder case. Journal of Agricultural Economics,56, 1, p. 97-116.

Smale M, Zambrano P., Gruère G., Falck-Zepeda J., Matuschke I., Horna D., Nagarajan L., Yerramareddy I., Jones H. (2009). Measuring the Impacts of Transgenic Crops in Developing Agriculture during the First Decade: Approaches, Findings and Future Directions. Washington, D.C, Food Policy Review 10, International Food Policy Research Institute.

Thirtle C., Beyers L., Ismael Y., Piesse J. (2003). Can GM-technologies help the poor? The impact of Bt cotton in Makhathini Flats, KwaZulu-Natal. World Development,31, 4, p. 717-732.

Wang S., Just D.R., Pinstrup-Andersen P. 2006. Bt-cotton and secondary pests. International Journal of Biotechnology 10, 2/3, p. 113-121.

Xu N.Y, Fok A.C.M., Bai L., Zhang Z. (2008). Effectiveness and chemical pest control of Bt-cotton in Yangtze River Valley, China. Crop Protection, 27, 9, p. 1269-1276.

Yorobe J.M., Jr. Quicoy C.B. (2006). Economic impact of Bt corn in the Philippines. The Philippine Agricultural Scientist,89, 3, p. 258-267.

Haut de page

Notes

1  Quatre principales sources d’informations ont été consultées: CAB Direct, ISI Web of Knowledge, EconLit et Google Scholar. Toutes les références citées dans cette revue sont maintenant organisées dans une base de données en ligne, intitulée bEcon, disponible à l’adresse suivante : http://www.ifpri.org/pubs/becon/becon.asp

2  En Chine, l’efficacité du coton Bt diffère selon les zones de production. Dans la province de Jiangsu, située le long du fleuve Yangtze, le coton Bt ne permet ni d’augmenter les rendements ni de réduire l’application d’insecticides de manière substantielle. Et pourtant, le coton Bt est généralement cultivé. Fok et Xu (2007) expliquent que les hybrides du coton Bt sont parfaitement adaptés à la technique de repiquage pratiquée dans cette zone.

3  Cf. page 779.

4  Cf. page 731.

5  Disponible en ligne depuis juillet 2007.

6  Modèle « Double-bounded Choice »

7  Un ancien système de culture intercalaire du maïs, des haricots et de la courge assez complexe qui prend plusieurs formes.

8  Cf. page 13.

9  Cf. page 25.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Nombre d’articles sur l’impact économique des variétés transgéniques dans l’agriculture non-industrialisée par méthode, culture et trait de transgénèse (1997-2007)
Légende *Les autres cultures comprennent les cultures transgéniques non encore commercialisées: la papaye, la banane, la tomate, la pomme de terre, le riz et la patate douce. Le nombre total d’articles est de 64 mais chaque article peut porter sur plusieurs pays ou modèles. RI : résistant aux insectes; TH : tolérant aux herbicides.
Crédits Source : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/economierurale/docannexe/image/2512/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Titre Tableau 2. Récapitulatif des paramètres des budgets partiels comparant la performance des variétés du coton Bt et non-Bt entre 1997 et 2007 (par paramètre et pays)
Légende n= nombre d’observations, chacune des études pouvant présenter plusieurs observations
Crédits Source : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/economierurale/docannexe/image/2512/img-2.png
Fichier image/png, 37k
Titre Tableau 3. Récapitulatif  des tests d’hypothèses sur les impacts économiques du coton Bt dans les études économétriques publiées entre 1997 et 2007 (par modèle et par pays)
Légende n = nombre d’études. (+,-,0) correspond à la direction de l’effet ou le manque d’effet. *= statistiquement significatif. L’étude de cas ex post du Mexique n’utilise pas de modèle économétrique pour tester ces hypothèses.
Crédits Source : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/economierurale/docannexe/image/2512/img-3.png
Fichier image/png, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélinda Smale, Aimée Niane et Patricia Zambrano, « Une revue des analyses de l’impact économique des plantes transgéniques dans les agricultures non industrialisées », Économie rurale, 315 | 2010, 60-75.

Référence électronique

Mélinda Smale, Aimée Niane et Patricia Zambrano, « Une revue des analyses de l’impact économique des plantes transgéniques dans les agricultures non industrialisées », Économie rurale [En ligne], 315 | Janvier-février 2010, mis en ligne le 05 février 2012, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/2512 ; DOI : 10.4000/economierurale.2512

Haut de page

Auteurs

Mélinda Smale

Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, International Food Policy Research Institute (IFPRI)

Aimée Niane

Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, International Food Policy Research Institute (IFPRI)

Patricia Zambrano

Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, International Food Policy Research Institute (IFPRI)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page