Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Thierry Pouch - La guerre des terres. Stratégies agricoles et mondialisation - Éditions Choiseul, octobre 2010 – 256 p.- 20 €

Jean-Christophe Kroll
p. 170-172

Texte intégral

1Une première mise au point s’impose : en dépit du titre qui évoque la question d’actualité qui est celle de l’acquisition massive de terres agricoles par les capitaux étrangers dans les pays en développement, (le land grabbing dans le vocabulaire anglo-saxon à la mode), l’ouvrage de Thierry Pouch n’est pas une étude spécifiquement centré sur cette question. Le sous titre « stratégie agricole et mondialisation » parait plus significatif du contenu de l’ouvrage, tant il apparaît que la « guerre des terres » actuelle n’est qu’un épisode contemporain d’un mouvement conflictuel de fond, qui oppose les puissances agricoles depuis le début des années 1980 et qu’illustre l’âpreté des négociations agricoles au GATT, puis à l’OMC depuis 1986.

2Bien au-delà d’une question d’actualité, l’ouvrage proposé est en fait un ouvrage de fond, qui entremêle deux genres : un essai théorique qui propose un cadre rénové de lecture des questions de politiques agricoles à la lumière des concepts de la géo-économie, et un manuel plus classique de politique agricole.

Politiques agricoles et géo-économie

3C’est de toute évidence cette dimension de l’ouvrage qui parait la plus novatrice, et la plus stimulante. D’abord parce qu’elle s’appuie sur une relecture particulièrement fine et pertinente des grands auteurs qui ont marqué l’histoire des sciences économiques, avec des incursions essentielles dans le champ de la philosophie politique conférant à l’analyse une profondeur qui rompt heureusement avec les platitudes que nous distille quotidiennement la vulgate économique, celle qui prétend désormais monopoliser la définition académique de la discipline. Ainsi que l’exprimait un grand économiste et philosophe du XIXe siècle aujourd’hui passé de mode : « C’est une caractéristique de l’économie politique vulgaire que de reprendre les idées qui à un stade du développement étaient neuves, originales, profondes et justifiées, pour les répéter à une époque où elles sont devenues plates, dépassées, fausses. Elle confesse ainsi son ignorance complète des problèmes qui ont préoccupé l’économie politique classique. » La manière dont est aujourd’hui répétée mécaniquement, jusqu’à l’écoeurement, la théorie ricardienne des « avantages comparatifs » constitue certainement l’illustration la plus manifeste de cette ignorance. Or Thierry Pouch, et c’est là une qualité essentiel de son ouvrage, n’ignore rien des problèmes qui ont préoccupé l’économie politique classique et nous propose une relecture particulièrement éclairante des théories ricardiennes de la rente et des avantages de la libéralisation des échanges, à la lumière des débats philosophiques et politiques du moment, à la lumière aussi des doutes de Ricardo lui-même, ce qui permet d’éclairer sous un jour nouveau les débats actuels de politique agricole.

4Ce jour nouveau, c’est celui de la géo-économie, développée aux États-Unis par Edward Luttwak et en France par Pascal Lorot, fondateur en 1997 de la revue du même nom. Appliquée à l’histoire des négociations agricoles multilatérales menées depuis trois décennies, l’analyse géo-économique montre que la libéralisation des échanges agricoles s’inscrit dans une logique conflictuelle, qui s’apparente plus à celle d’une guerre économique, qu’à une idyllique progression collective de l’humanité dans l’amélioration du bien-être mondial.

5Ainsi que le décrit très finement T. Pouch, une conviction philosophique s’est consolidée avec Montesquieu et son « doux commerce », avec le siècle des lumières et les articles des encyclopédistes, avec Kant et son « projet de paix perpétuelle », visant à analyser le développement des échanges comme vecteur de paix entre les nations. Dans le champ de l’économie, cette doctrine a été rationalisée de manière déterminante par David Ricardo avec sa fameuse théorie des « avantages comparatifs » (1817) qui reste, deux siècles plus tard, le credo incontournable de tout promoteur de la libéralisation des échanges. Les discours économiques contemporains restent durablement marqués par cette représentation réifiée du commerce international, qui occulte entièrement les controverses philosophiques qui ont présidé à la construction de ce paradigme dominant (voir notamment les conceptions de Fichte sur l’ « État fermé » analysées dans l’ouvrage) et qui ignore avec constance les démentis de l’histoire. À y regarder d’un peu plus près en effet, le développement des échanges commerciaux ne suit pas un long cours tranquille. Le « pacte colonial » qui lie les métropoles industrielles à leurs colonies agricoles constitue certes une bonne application des avantages comparatifs de Ricardo, mais ne s’est certainement pas mis en place pour la paix et l’épanouissement des protagonistes. Plus près de nous, la chute du mur de Berlin et la première guerre du Golfe n’ont pas scellé la fin de l’histoire, tandis qu’avec la libéralisation des échanges agricoles prônée par l’Union européenne, l’OCDE et l’OMC la précarité alimentaire perdure, entraînant avec elle le retour des émeutes de la faim.

6En regard de ce constat d’échec, l’essai théorique que nous propose Thierry Pouch constitue une contribution intellectuelle particulièrement stimulante et utile pour aider à une meilleure compréhension de la situation agricole et alimentaire internationale actuelle, et de la « guerre des terres » qu’elle engendre.

L’histoire contemporaine des relations commerciales agricoles

7Cette partie de l’ouvrage, intercalée aux chapitres plus théoriques, fournit une description des principales étapes des négociations commerciales multilatérales dans la période contemporaine, qui vient en illustration de la thèse. Utile pour le lecteur qui découvre le sujet, elle reste moins captivante pour qui en est déjà familier. C’est en quelque sorte un manuel de politique agricole, qui aborde les événements de manière plus factuelle. Peut être était-ce nécessaire pour construire un ouvrage complet ? On le regretterait presque car on peut se demander si cette partie de l’ouvrage n’affaiblit pas, par une sorte d’effet de dilution, la vigueur de la démonstration théorique.

Quelques questions en suspens

8C’est le lot des bons ouvrages de stimuler l’esprit du lecteur, et donc, immanquablement, de solliciter de nouvelles attentes. Dans la mesure où l’ouvrage peut nourrir l’ambition de devenir une référence à conseiller aux étudiants, on pourra regretter l’absence de toute discussion de théorie économique sur la validité actuelle de la théorie ricardienne, et de son prolongement néoclassique, dans une période où la libre circulation du capital remet fondamentalement en cause l’hypothèse d’immobilité internationale des facteurs de production (Nation « bloc de facteurs ») indispensable à la démonstration des avantages comparatifs . Avec la libre circulation des capitaux, les ressorts actuels de la mondialisation ne reposent plus sur les avantages comparatifs, mais sur un retour aux avantages absolus et la mise en compétition entre eux, par les capitaux internationaux, des différents espaces nationaux (avantage absolu au moins disant social, au moins disant fiscal, au moins disant écologique …). On regrettera aussi que le rôle des firmes multinationales et leurs liens avec les États ne soient pas développés. Qu’en est-il aujourd’hui de la « nationalité » des firmes multinationales ? Qu’en est-il du pouvoir des États ? Avec la mise en place des institutions européennes et multilatérales, les firmes multinationales ne disposent-elles pas finalement d’outils politiques infiniment plus maniables que les États, car débarrassées des contraintes démocratiques ? Quelles implications en tire la géo-économie ?

9On entrevoit aussi, vers la fin de l’ouvrage l’émergence d’une nouvelle thèse, dérivée de la critique des avantages comparatifs, qui mériterait d’être développée : celle de l’absurdité des objectifs de Lisbonne. N’est-ce pas un contresens absolu de croire qu’un pays (ou une région en ce qui concerne l’Europe) peut asseoir sa prospérité économique sur les seuls services et l’innovation dans les secteurs de pointe, en négligeant toute production manufacturière, agricole et alimentaire ? Hormis l’outrecuidance qu’il y a prétendre que l’Europe puisse s’arroger le monopole mondial du leadership de l’intelligence, cette ambition véhicule une représentation de l’économie qui ignore totalement les réalités productives : les services et l’innovation ne se développent pas de manière autonome et abstraite : leur développement prend corps dans une production matérielle industrielle et agricole, pilotée par une main-d’œuvre dont la qualification et le savoir-faire constitue un maillon essentiel de l’innovation. On évoque à l’envie les succès de l’Allemagne à l’exportation, mais ces succès reposent précisément sur une industrie puissante, qui représente 25 % de la valeur ajoutée en Allemagne, contre 15 % seulement en France.

10Sur un plan plus politique, on pourra regretter que l’auteur en reste à une analyse explicative, certes pertinente, mais se refuse à tirer les conclusions de son analyse pour l’action. Dès lors que la libéralisation des échanges alimentaires est facteur de tension et de risques nouveaux de conflits, il faut en tirer les conséquences : le concept de souveraineté alimentaire n’est pas une réminiscence pernicieuse de quelque nostalgie protectionniste, mais la réponse géopolitique indispensable à la neutralisation des conflits, le point de passage obligé de la nouvelle « gouvernance alimentaire mondiale » que les politiques prétendent aujourd’hui appeler de leurs vœux.

11On l’aura compris, l’ouvrage de Thierry Pouch est de ceux qui aident à réfléchir. On ne peut qu’en conseiller la lecture. Qu’on soit d’accord ou non avec les thèses de l’auteur, on en ressort plus intelligent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Kroll, « Thierry Pouch - La guerre des terres. Stratégies agricoles et mondialisation - Éditions Choiseul, octobre 2010 – 256 p.- 20 € », Économie rurale, 327-328 | 2012, 170-172.

Référence électronique

Jean-Christophe Kroll, « Thierry Pouch - La guerre des terres. Stratégies agricoles et mondialisation - Éditions Choiseul, octobre 2010 – 256 p.- 20 € », Économie rurale [En ligne], 327-328 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/3414

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page