Navigation – Plan du site

AccueilNuméros333ÉDITORIAL - Sept ans de productio...

ÉDITORIAL - Sept ans de production scientifique

Bernard Roux
p. 4-6

Texte intégral

1Héritière des Bulletins de la Société française d’économie rurale (SFER), inaugurés en 1949, la revue Économie rurale poursuit une route déjà très longue, commencée en 1953. Revue scientifique bimestrielle éditée sous l’égide de la SFER qui en a conservé sans discontinuer la maîtrise, elle en est aujourd’hui à son numéro 333. Au début de 2006 les instances dirigeantes de la société savante m’ont confié la charge de son animation et de sa publication. Sept ans et 43 numéros plus tard, la revue se porte bien malgré les nombreuses difficultés qu’elle affronte à l’instar de beaucoup de publications scientifiques indépendantes. Au moment d’en transmettre la responsabilité à une jeune équipe qui va lui apporter sang neuf et innovations, je voudrais indiquer en quelques mots ce qui a été réalisé durant ces sept années.

2Le cœur de la revue est constitué, nos lecteurs le savent, d’articles scientifiques originaux. Nous en avons publié 190, soit, en moyenne, entre 4 à 5 par numéro. Cela correspondait à notre capacité éditoriale plus qu’à la demande des candidats à la publication, toujours soutenue durant la période. Nous avons veillé à maintenir un dialogue profitable entre les auteurs et la revue, sous le contrôle du comité de rédaction et des referees, ce qui a pu contribuer à allonger les délais de parution des travaux sélectionnés mais qui a aussi permis de garantir leur qualité scientifique. Pas moins de 425 auteurs ont pu ainsi être publiés. Les plus nombreux (42,9 %) appartiennent aux organismes français de recherche : d’abord l’Inra (19 %), puis le Cirad (11,2 %), le Cemagref (4,7 %), enfin le CNRS, l’IRD, l’Ifremer et le BRGM. L’Université compte pour 35 % des auteurs, plus de la moitié d’entre eux (19, 7 % du total) étant rattachés à des universités étrangères, principalement de pays francophones. L’enseignement supérieur agronomique est également bien représenté, avec 15, 7 % des auteurs. Un petit nombre de contributeurs (6,4 %) se répartit entre divers autres organismes. Au vu de ces chiffres, nous pouvons nous réjouir de notre audience auprès de cette large palette d’organismes, d’enseignement et de recherche, de France et de l’étranger.

3Les modalités d’arrivée des propositions d’articles sont diverses. Traditionnellement, une bonne proportion (40 %) provient de propositions spontanées ; une autre relève d’une pratique habituelle : la sélection de travaux présentés lors des colloques de la SFER ; une formule nouvelle, qui a pris de l’importance, consiste à accueillir des offres de dossiers thématiques par des chercheurs qui en assurent la responsabilité scientifique et qui introduisent le dossier par un texte original. Ces deux modalités ont représenté, sur la période, 44,2 % des articles. Enfin, il faut indiquer une source particulière d’articles, inaugurée à l’occasion des Journées de recherches en sciences sociales INRA/SFER/CIRAD : à trois reprises cette manifestation annuelle a permis aux chercheurs qui le souhaitaient de soumettre leur travail à Économie rurale : trente travaux ont été publiés (15,8 %).

4Les domaines de recherche dont relève la revue, Agricultures, Alimentations, Territoires, annoncés en couverture, n’ont pas été couverts de façon équilibrée. L’alimentation et,à un degré moindre, les territoires, ont été nettement moins concernés que l’agriculture. En ce qui concerne les disciplines, l’économie a pris le pas sur les autres, malgré notre volonté d’ouvrir nos colonnes à la sociologie et à la géographie notamment. Cela tient à l’image de la revue, construite au fil des ans autour de l’économie rurale. L’inversion de cette tendance en est à ses débuts et devra être poursuivie.

5Économie rurale ne contient pas que des articles de recherche, elle laisse aussi la place à d’autres contributions, dont la diversification a été engagée depuis longtemps. C’est ainsi que les rubriques débats (14 contributions), faits et chiffres et état de l’art (10 contributions), notes de lecture (23) ont concerné 63 auteurs. Cette place est trop faible à notre point de vue ; son augmentation, éminemment souhaitable, dépend de l’intérêt des chercheurs et d’autres auteurs de faire entendre leurs opinions et connaître des travaux ne relevant pas spécifiquement de la recherche, par ce support. Sans doute notre capacité à les en convaincre a-t-elle été insuffisante. Enfin, Économie rurale a rendu hommage a des personnalités disparues qui ont joué un rôle dans l’histoire de la SFER et, d’une façon générale, ont marqué nos disciplines en sciences sociales (Isabel Boussard-Decaris, Jean-Claude Tirel, Louis Malassis, Joseph Klatzmann, Albet Simantov).

6Un numéro d’Économie rurale a eu un traitement particulier, le numéro 300. Il s’est agi de marquer cette triple centaine, signe de longévité, au moyen de contributions que nous avons demandées a un large éventail de personnalités. Trente personnes ayant rédigé 24 textes ont accepté de participer à cette livraison spéciale. Celui qui voudra bien s’y reporter pourra constater, à la lecture des noms de ces auteurs volontaires, qu’Économie rurale continue à avoir une audience significative.

7Au total, ce sont 266 contributions originales ayant impliqué 531 contributeurs, qui sont parues dans les 43 numéros d’Économie rurale dont j’ai eu la charge.

8Au cours de la période écoulée, Économie rurale s’est installée sur la toile. Dès 2007, la collection de la revue, depuis les premiers Bulletins de la SFER (1949) jusqu’aux numéros parus en 2004, a été numérisée grâce au programme Persée : les 3 328 contributions publiées au cours de ces 55 ans sont disponibles gracieusement. Les livraisons récentes, jusqu’à une barrière mobile située deux ans avant le dernier numéro paru, sont gratuitement accessibles sur le site revues.org depuis 2010. Enfin les numéros des deux dernières années peuvent être consultés en passant par le portail payant Cairn. Ces mises en ligne ont élargi considérablement les possibilités de consultation d’Économie rurale.

9Pour finir, je voudrais remercier tous ceux et celles qui ont contribué à la réalisation et à la publication de la revue. Il faut rappeler d’abord que la SFER en a conservé la totale maîtrise, ce qui a conduit à la participation du personnel salarié de l’association à cette tâche, à divers titres. Le travail de secrétariat de rédaction a été assuré avec dévouement et un grand professionnalisme par Sandrine Corcuff. Celle-ci a été secondée bénévolement, jusqu’à ces derniers mois, par Nicole Bauchet, ancienne secrétaire de la SFER, qui a bien voulu mettre ses grandes compétences au profit de la phase éditoriale. Nadine Cortaz, pendant quelques temps avant son départ de l’association, ainsi que Marie Dezert jusqu’au printemps 2012 ont assumé diverses tâches de gestion.

10Reste à évoquer les participants bénévoles qui ont accompagné les auteurs dans l’évaluation et la finalisation des contributions. Le Comité de rédaction, composé de vingt six membres couvrant un large éventail de disciplines et de domaines, plus son président, a eu les deux rôles classiques qui lui sont dévolus dans les revues scientifiques : procéder au premier choix parmi les propositions parvenues au secrétariat, proposer des noms de referees compétents pour les évaluer. L’étape de l’évaluation, qui s’est traduite pour chaque article par des avis quelquefois tranchants mais toujours constructifs de la part des relecteurs, a apporté à la revue la garantie de sa qualité scientifique. Je ne remercierai jamais assez ces évaluateurs d’avoir accepté de mettre bénévolement leur compétence au service d’Économie rurale. Certains ont été sollicités à plusieurs reprises pour assurer les 330 évaluations correspondant aux numéros publiés entre janvier 2006 et janvier 2013.

11La réalisation et la publication d’une revue scientifique sont des tâches complexes, par moment ingrates, mais exaltantes. La SFER m’a confié la responsabilité de la revue pendant sept ans. Ce fut un honneur pour moi de mener à bien cette mission, avec ponctualité. Une nouvelle équipe va se charger maintenant des destinées de la revue. Je ne peux que lui souhaiter bonne chance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Roux, « ÉDITORIAL - Sept ans de production scientifique », Économie rurale, 333 | 2013, 4-6.

Référence électronique

Bernard Roux, « ÉDITORIAL - Sept ans de production scientifique », Économie rurale [En ligne], 333 | janvier-février 2013, mis en ligne le 15 février 2013, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/3787 ; DOI : https://doi.org/10.4000/economierurale.3787

Haut de page

Auteur

Bernard Roux

Président du Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search