Navigation – Plan du site
Dossier

Les contrats de commercialisation des animaux en France. Une réponse à la variabilité du prix du porc ?

Animal marketing contracts in France – an answer to hog price variability?
Estelle Antoine, Marie-Alix Roussillon, Vincent Legendre et Michel Rieu
p. 53-72

Résumés

La majorité des porcs sont commercialisés en France directement par les Organisations de producteurs. La fixation du prix est transparente et s’appuie sur les cotations du Marché au Cadran, deux fois par semaine. Contrairement à d’autres pays, les contrats à livraisons différées sont très peu développés en France sur ce marché, pour compenser les fluctuations du prix du porc. Toutefois, cette variabilité fragilise les opérateurs de la filière et une meilleure coordination constituerait une voie d’amélioration globale de la compétitivité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Contexte et acteurs de la commercialisation des porcs
1. Une production organisée
2. L’abattage-découpe
Des opérateurs privés ou coopératifs
Méthode de fixation des prix
1. Un prix de référence
2. Formation du prix du porc
Les contrats de commercialisation des porcs et produits du porc
1. Les premières tentatives de contrats en France
Initiative Syproporcs-Kerméné
Le contrat à livraison différée du Marché du porc breton
2. Exemples à l’étranger
Dans l’Union européenne
Aux États-Unis
Discussion
1. Des contrats de commercialisation des animaux peu développés
2. Diversité des structures et pouvoirs de marché
3. La variabilité des prix nuit à la coordination entre les opérateurs
4. Des initiatives de contractualisation portées par l’aval de la filière
Conclusion

Aperçu du début du texte

Avec environ 24 millions de porcs élevés et abattus en 2013 (Baromètre porc, 2014), la France est le troisième producteur de l’Union européenne (UE).

Le soutien politique direct à la production porcine a toujours été très limité dans l’UE. Dès les débuts de la PAC a été choisie une organisation libérale du marché du porc, à la différence de celui d’autres grands marchés agricoles européens (lait, céréales, viande bovine…). Malgré cela, l’évolution de la PAC vers une politique moins interventionniste se traduit par un affaiblissement des instruments relatifs à la filière porcine.

• Des restitutions aux exportations ont par le passé compensé un écart de prix important entre le marché européen et le reste du monde et servi comme outil de gestion de crise. Elles n’ont plus été utilisées depuis 2008.

• Des aides au stockage privé peuvent aussi être accordées en cas de crise (Ifip, 2013c). Lors de la crise de la dioxine qui a touché l’Allemagne en janvier 2011, les entreprises ont pu bénéf...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Antoine, Marie-Alix Roussillon, Vincent Legendre et Michel Rieu, « Les contrats de commercialisation des animaux en France. Une réponse à la variabilité du prix du porc ? », Économie rurale, 345 | 2015, 53-72.

Référence électronique

Estelle Antoine, Marie-Alix Roussillon, Vincent Legendre et Michel Rieu, « Les contrats de commercialisation des animaux en France. Une réponse à la variabilité du prix du porc ? », Économie rurale [En ligne], 345 | Janvier-février 2015, mis en ligne le 15 février 2017, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/4564 ; DOI : 10.4000/economierurale.4564

Haut de page

Auteurs

Estelle Antoine

Ifip - Institut du porc, Toulouse

Marie-Alix Roussillon

Ifip - Institut du porc, Toulouse

Vincent Legendre

Ifip - Institut du porc, Toulouse

Michel Rieu

Ifip - Institut du porc, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page