Navigation – Plan du site
Faits et chiffres

Territoires et exploitations équines en France

Horse farms in France
Éric Perret et Nadine Turpin
p. 85-98

Résumés

Les équidés représentent en France une faible part des herbivores, mais ils sont présents dans 14 % des exploitations agricoles et entretiennent d’importantes surfaces fourragères. Pour appréhender spatialement ces activités, les auteurs ont réalisé une typologie des cantons en fonction des activités équines présentes dans les exploitations. Cette typologie montre que malgré la faible présence du cheptel équin, les activités qui leur sont liées font des exploitations concernées des acteurs importants de certains territoires, périurbains, montagnards, mais également en zones de cultures.

Haut de page

Texte intégral

1En 2010, la population d’équidés en France était estimée à 950 000 animaux (REFErences, 2010), ce qui correspond à environ 15 % des effectifs européens et positionne ce pays à la troisième place en Europe, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni. Les activités associées à ces animaux génèrent de nombreux emplois (53 000 emplois directs selon Jez et al., 2013). Malgré cette importance, les travaux cherchant à caractériser les exploitations agricoles détenant des équins sont très peu nombreux ou peu formalisés.

2La première raison de cette rareté est liée à la très grande variété des équidés et surtout des activités économiques associées, qui rend leur analyse difficile. En effet, la France compte 52 races officiellement reconnues, et donc autant d’organismes gérant les stud-books respectifs, plusieurs filières très différentes (courses, sport, loisir, tourisme, travail et viande), ce qui multiplie les interlocuteurs et enfin l’implication dans ces activités de professionnels, de nombreux amateurs et pluriactifs. La seconde raison tient à la grande diversité des activités liées aux équidés d’une région à l’autre, tant par le nombre d’animaux que d’entreprises, ou par le nombre d’emplois générés. En moyenne, en France, les équidés représentent 4 % des herbivores, exprimés en unité gros bétail (UGB) (Morhain, 2011) et exploitent 5 % des surfaces toujours en herbe (Vial et al., 2011b). Mais si le Grand Ouest (Bretagne, Pays de Loire et Normandie), ainsi que la région Rhône-Alpes sont des régions pour lesquelles les activités liées aux équidés sont importantes, celles-ci sont beaucoup moins développées dans les autres régions (IFCE, 2011). Enfin, il existe plusieurs sources recensant les équidés, avec des informations différentes : l’IFCE recense les équins, le ministère de l’Agriculture identifie les structures agricoles (recensement agricole), mais il existe de nombreux propriétaires indépendants mal connus des institutions équestres (Vial et al., 2015).

3Cette inégalité se traduit dans la littérature par deux ensembles d’études disjoints. Avec le développement des Observatoires économiques régionaux (OER), depuis 2007, les régions les plus actives en matière d’activités équines publient tous les 4-5 ans un panorama de leurs filières, rattrapées en cela par leurs voisines. Ainsi, dès 2007, l’on dispose de panoramas régionaux dans trois régions, et en 2011 dans 18. Malgré une méthode identique de recueil des informations, les panoramas régionaux mettent l’accent sur des éléments spécifiques à chaque région, ont des profondeurs temporelles différentes et ne couvrent pas encore l’ensemble du territoire, ce qui rend leur compilation malaisée. Le second ensemble de travaux concerne des synthèses nationales, qui reposent également sur des enquêtes par sondage (REFErences, 2013), ou qui proposent une vision assez agrégée des activités (Jez, 2014).

4Ces travaux reflètent, de façon très imprécise, la répartition spatiale des activités liées aux équins, pour lesquelles on ne peut se contenter d’analyses régionales agrégées. Nous proposons donc d’analyser la diversité des territoires français en matière d’élevage et d’activités agricoles liées aux équins à une échelle infrarégionale. Nous nous appuyons pour cela sur les données du recensement agricole de 2010, sachant que, depuis 2005, les établissements détenant des équins ont la possibilité d’être reconnus comme agricoles et que 79 % du cheptel français est détenu dans une exploitation agricole (REFErences, 2010). Nous retrouverons dans ce recensement les exploitations d’élevage en tant que telles, les centres équestres et les particuliers détenant au moins une poulinière mise à la reproduction et/ou deux chevaux de boucherie.

5La maille cantonale a été retenue pour l’analyse car elle correspond à l’échelle à laquelle l’information est disponible, fine, et permettant une bonne représentation géographique. Les informations du recensement agricole sont complétées par des descripteurs des territoires (contexte agricole, population, altitude, distribution de l’activité économique). Nous construisons une typologie sur cette maille cantonale, par Analyse factorielle multiple (AFM) suivie d’une Classification hiérarchique ascendante (CAH).

6Notre analyse met en évidence que les bassins de production équins, traditionnellement identifiés par grandes régions, sont en fait hétérogènes, autant par les types d’équins présents dans les exploitations que par leurs associations avec les autres activités agricoles. D’autre part, les équidés sont présents dans la quasi-totalité des cantons, tant ruraux que périurbains. Pour 18 % des cantons, les activités équines sont loin d’être négligeables et apportent plus du tiers du Produit brut standard (PBS) total.

7L’article est organisé comme suit. Tout d’abord, nous décrivons les données utilisées et la structuration de la base. Puis, nous présentons les types de territoires issus de l’analyse statistique. Ensuite, nous mettons en évidence neuf types qui permettent de représenter de façon satisfaisante la diversité des situations cantonales. Enfin, avant de conclure, nous discutons cette diversité de territoires dans une perspective nationale.

Une base de données cantonale

8En France, l’évolution des filières conduit à concentrer de plus en plus les herbivores en bassins de production. Ce n’est pas le cas des équidés, qui sont présents sur la quasi-totalité du territoire français (90,9 % des cantons de France métropolitaine hors Corse). Dans certains territoires, la présence d’équidés est diffuse (moins de 3 exploitations) ; aussi notre échantillon, compte tenu du secret statistique lié à ce petit nombre d’individus, se compose-t-il de 2 794 cantons (sur les 3 218 sur lesquels au moins une exploitation détient des équidés). Le secret statistique porte essentiellement sur Paris et la petite couronne, ainsi que sur les zones de grandes cultures à la périphérie du bassin parisien.

  • 1  Même si certains propriétaires d’équidés ne sont de toute façon recensés dans aucune base de donné (...)

9Pour analyser la contribution des équidés à l’activité agricole des territoires, nous avons constitué une base de données cantonale, comportant quatre groupes de variables (tableau 1). Les données proviennent du recensement agricole de 2010, ainsi que, pour les variables du groupe 4, de Corine Land Cover 2006, ainsi que du Recensement général de la population de 2010. L’exhaustivité en matière d’exploitations agricoles1 du Recensement agricole permet une analyse différenciée spatialement, même si les informations sur le type d’équidé présent dans les exploitations sont moins précises que dans les travaux de REFErences (2013), qui s’appuie sur une enquête qualitative auprès de 202 structures détentrices d’équins seulement.

Tableau 1. Variables utilisées et statistiques afférentes

Variable

Intitulé de la variable

Sources

Moyenne

Écart-type

Effectif

DEPCANT

Numéro INSEE du canton

Groupe 1

Caractéristiques des exploitations ayant des équins

ÉQUINS_SURF

Nombre UGB Équins par km2

RA 2010 – SSP – INSEE

5,2

5,2

2744

M_ÉQUINS

Nombre moyen d’équins par exploitation

RA 2010 – SSP

7,9

5,4

2758

P_ÉQUINS

Part des équins dans le cheptel herbivore de ces exploitations ( %)

30,2

27,3

2720

P_JSELLE

Juments de selle/sport ( %)

27,0

13,8

2583

P_JLOURD

Juments de trait ( %)

53,0

21,0

2587

P_CSELLE

Chevaux de selle/sport ( %)

11,2

14,9

2167

P_CLOURD

Chevaux de trait ( %)

6,2

8,5

2105

M_SAU

Surface moyenne (ha)

53,1

35,0

2744

P_SFS

surfaces fourragères principales ( % SAU)

66,9

26,5

2378

P_SF

Cultures fourragères ( % SFP)

19,6

16,6

2419

P_STH

STH ( % SFP)

68,4

23,8

2389

P_PBSEQUIN

Part du PBS des équins dans la PBS totale de ces exploitations

19,4

17,6

2731

M_PBSTOT

PBS total moyenne de ces exploitations

68 377

47 364

2761

P_OTEX15

Grandes Cultures ( % SAU)

8,0

17,1

1832

P_OTEX21

Maraîchage et horticulture ( % SAU)

0,0

0,5

2484

P_OTEX35

Viticulture ( % SAU)

1,3

8,1

2581

P_OTEX36

Cultures pérennes ( % SAU)

0,3

2,8

2535

P_OTEX45

Bovins lait ( % SAU)

5,1

11,0

2030

P_OTEX46

Bovins viande ( % SAU)

8,5

14,2

1802

P_OTEX47

Bovins mixtes ( % SAU)

0,8

3,7

2173

P_OTEX48

Ovins, caprins et autres herbivores ( % SAU)

51,1

19,3

2234

P_OTEX51

Élevage hors sol ( % SAU)

1,8

6,3

1910

P_OTEX61

Polycultures et polyélevages ( % SAU)

12,0

14,1

1512

P_EXPL_10E

Part des exploitations ayant au moins 10 UGB équins ( %)

25,9

18,7

1847

P_EXPL_6J

Part des exploitations ayant au moins 6 juments ( %)

33,6

17,5

2107

Groupe 2

P_EXPL_E

Part des exploitations ayant des équins ( %)

RA 2010 – SSP

14,0

9,0

2793

P_SAU_E

Part de la SAU des exploitations ayant des équins ( %)

12,8

10,5

2743

P_HERB_E

Part des UGB herbivores des exploitations ayant des équins ( %)

24,8

22,9

2735

P_PBS_E

Part des PBS totaux des exploitations ayant des équins ( %)

11,3

9,9

2761

Groupe 3

Caractéristiques de l’ensemble des exploitations du canton

EXPL_SURP

Nombre d’exploitations par km2

RA 2010 – SSP – INSEE

1,0

0,7

2793

M_SAU 1

Surface moyenne de ces exploitations (ha)

RA 2010 – SSP

61,9

34,0

M_UTA

Nombre moyen d’UTA de ces exploitations

1,5

0,6

M_PBS

PBS totale moyenne de ces exploitations

97 577

63 652

M_UGBAG

Nombre moyen des UGBAG de ces exploitations

32,9

24,6

2781

M_UGBAT

Nombre moyen des UGBAT de ces exploitations

43,4

30,7

2538

P_EXPL_H

Part des exploitations ayant des herbivores ( %)

58,6

27,9

2792

P_O14

Grandes Cultures ( % SAU)

28,0

24,1

2502

P_O21

Maraîchage et horticulture ( % SAU)

4,4

7,1

1525

P_O35

Viticulture et cultures pérennes ( % SAU)

8,4

21,0

2405

P_O45

Bovins lait ( % SAU)

12,9

14,3

2278

P_O46

Bovins viande ( % SAU)

15,3

16,3

2307

P_O47

Bovins mixtes ( % SAU)

2,8

4,3

1879

P_O48

Ovins, caprins et autres herbivores ( % SAU)

15,3

13,0

2 550

P_O51

Élevage hors sol ( % SAU)

7,0

8,1

1985

P_O61

Polycultures et polyélevages ( % SAU)

14,5

8,4

2631

Groupe 4

Données particulières sur le canton

P_CLC2

Surface agricole ( % de la superficie cantonale)

Corine Land Cover 2006

62,9

23,9

2794

P_CLC23

Surfaces en prairies ( % de la SAU)

29,3

25,3

ALTITUDE

Altitude moyenne du canton (m)

INSEE

302,6

314,1

POP09_SURP

Population totale du canton au km2

RGP 2009 – INSEE

111,4

207,5

Distribution de la population active 15-64 ans selon la classe socioprofessionnelle ( %) en 2009

RGP 2009 – INSEE

-

-

-

P_CS1

Agriculteurs, exploitants

2,3

2,2

2794

P_CS2

Artisans, commerçants, chefs d’entreprise

7,4

2,6

P_CS3

Cadres, professions intellectuelles supérieures

9,0

4,2

P_CS4

Professions intermédiaires

21,6

4,6

P_CS5

Employés

28,4

3,5

P_CS6

Ouvriers

28,4

6,9

Source : les auteurs.

10Le premier groupe de variables décrit les caractéristiques technico-économiques moyennes des exploitations agricoles détentrices d’équidés (25 variables). Ce groupe permet d’analyser le nombre d’équidés détenus, si ce sont des chevaux de type selle ou course, ou de races lourdes, de quelle surface moyenne disposent les exploitations, leur part de surface toujours en herbe, quelle est la répartition en Orientation technico-économique des exploitations agricoles (OTEX) de ces exploitations, quelle part représente l’activité équine en termes de PBS.

11Le second groupe de variables décrit, pour chaque canton, l’importance en nombre, en surface agricole, en cheptel et en produit brut standard, des exploitations détenant des équins par rapport à la population totale d’exploitations. Les activités liées aux équidés étant très diverses, il nous est apparu important de positionner leur contribution à l’activité agricole sur ces quatre dimensions complémentaires.

12Les deux derniers groupes de variables décrivent le contexte agricole global (groupe 3) et économique (groupe 4) dans lequel se développent les exploitations détenant des équidés. La ventilation en OTEX des exploitations d’un canton a été effectuée en part de surfaces agricoles dans la lignée des travaux sur l’impact des activités agricoles sur la structuration de l’espace (Marie et al., 2008). Le contexte non agricole des cantons a une importance dans la mesure où il est de plus en plus souvent mis en évidence un développement des effectifs équins et des activités qui leur sont liées (loisirs et sport) de façon différenciée selon les zones périurbaines ou rurales (Vial et al., 2011a, 2011b ; Elgåker, 2012). Nous cherchons ainsi à déterminer si la présence d’équidés est liée à un phénomène de périurbanisation (densité de population, répartition des CSP, diminution des surfaces agricoles), si les équidés sont dans des exploitations semblables à celles n’en détenant pas (comparaison des répartitions en OTEX par canton), ou au contraire s’ils sont liés à la mise en valeur d’espaces difficiles (altitude, forte part de l’agriculture dans l’activité économique).

13Nous faisons reposer notre analyse sur une typologie des cantons étudiés. Cette typologie est construite par une Classification ascendante hiérarchique (CAH), qui distingue des types à partir de combinaisons de variables expliquant la dispersion de la population des cantons. Ces combinaisons sont déterminées en première étape par une Analyse factorielle multiple (AFM) L’AFM réalise une projection du nuage de points analysés sur un nombre fini d’axes, en prenant les variables par groupe. Dans notre cas, la CAH s’appuie seulement sur les cinq premiers axes de l’AFM.

Résultats

1. Vue d’ensemble

14Dans les 2 794 cantons analysés, les exploitations agricoles ont une densité moyenne d’une exploitation agricole au km2 (annexe 1) ; en moyenne, dans ces cantons, 59 % des exploitations détiennent des herbivores et 14 % des équins. En moyenne, leur Surface agricole utilisée (SAU) est de 61,9 hectares et leur PBS de 97 576 €, avec une très grande variabilité dans l’espace.

15Dans ces cantons, les exploitations détenant des équins ont une SAU et un PBS un peu moins élevés que la moyenne des exploitations, quoique la différence ne soit pas significative. Dans ces exploitations, l’activité équine représente 19,4 % du PBS total en moyenne, avec là encore une très grande variabilité selon les cantons (figure 1) : si, pour la moitié des cantons, les activités équines correspondent à moins de 15 % du PBS total des exploitations détenant des équins, elles représentent plus du tiers du PBS total pour 18 % des cantons.

16Figure 1. Part du PBS équin dans le PBS total des exploitations détenant des équins

Source : les auteurs.

17Si l’on trouve des équins sur tout le territoire national, leur densité présente une grande diversité (figure 2). Les cantons les plus denses correspondent à la Basse-Normandie et au Massif Central, territoires réputés pour leur élevage équin, mais aussi à des territoires montagnards, Jura, Vosges, Pyrénées-Atlantiques. L’on trouve également des densités importantes dans les pays de bocage, mais aussi autour de certaines villes moyennes. À l’inverse, la côte méditerranéenne (exception faite de la Camargue), le Bassin parisien (Île-de-France exclue), le sud des Charentes et l’Aquitaine apparaissent comme des territoires à faible densité équine.

Figure 2. Densité d’équins

Figure 2. Densité d’équins

Source : les auteurs.

18Les exploitations détenant des équins (figure 3a) ont des systèmes de production majoritairement herbivores, autres herbivores, surtout mais aussi bovins et polyélevages ; l’on trouve proportionnellement beaucoup moins d’exploitations céréalières ou de cultures pérennes détenant des équins qu’en moyenne nationale (figure 3b).

Figure 3. Distribution des OTEX

Figure 3. Distribution des OTEX

Note : a) exploitations détenant des équins.

Source : les auteurs.

Note : b) toutes les exploitations.

Source : les auteurs.

2. Typologie de cantons

19Nous avons retenu neuf classes présentant des effectifs plus ou moins identiques (figure 4). Au-delà (10 groupes), le gain d’inertie serait faible et un groupe présenterait un faible effectif et en deçà (8 groupes), l’un des groupes serait trop important (617 cantons). La classification fait apparaître deux ensembles de cantons : ceux des groupes 1 à 4 correspondent à des territoires sur lesquels les exploitations sont majoritairement orientées vers les cultures (la proportion de surface en OTEX grandes cultures dépasse le tiers de la SAU cantonale et les OTEX herbivores sont peu représentées). A contrario, les cantons des groupes 5 à 9 correspondent plus à des zones d’élevage.

Figure 4. Dendrogramme

Figure 4. Dendrogramme

Groupe

G1

G2

G3

G4

G5

G6

G7

G8

G9

Nombre Cantons

254

257

297

499

272

357

244

341

273

 %

9,1

9,2

10,6

17,9

9,7

12,8

8,7

12,2

9,8

Source : les auteurs.

20Les cantons des groupes 1 et 2 (G1 et G2) sont des cantons avec des surfaces agricoles conséquentes ; ils comportent des exploitations de grande surface (108 et 95 ha en moyenne) et de grande taille économique (128 et 152 k€ de PBS). Les deux groupes se distinguent par une présence d’animaux importante pour G1 et marginale pour G2 ; G1 est constitué de cantons avec une présence marquée d’exploitations polyculture polyélevages, tandis que l’on observe une dominance de grandes cultures dans G2.

21Les exploitations détenant des équins dans ces cantons sont de grande surface et ont une dimension économique conséquente, mais la part de l’activité équine dans le PBS total est faible. Le nombre d’équidés de ces exploitations est proche de la moyenne nationale (un peu moins pour G1 et un peu plus pour G2). Par contre, ces équins représentent une faible part des cheptels herbivores conséquents dans G1 et plus de la moitié d’un petit cheptel dans G2. Les OTEX des exploitations avec équins reflètent bien les OTEX des cantons de ces deux groupes. Les cantons des groupes 3 et 4 (G3 et G4) se caractérisent par une présence relativement élevée de cultures pérennes, maraîchage et viticulture (toujours avec des surfaces importantes exploitées par des systèmes en grandes cultures). Dans ces cantons, l’élevage est marginal. Les exploitations sont de petites surfaces, mais ont une taille économique comparable à la moyenne française. Enfin, dans ces cantons, la densité d’équins est faible.

22– Dans G3, les cantons sont densément peuplés, avec une part importante des emplois en catégorie intermédiaire et supérieure. Les exploitations équines possèdent des cheptels importants (16 UGB équins en moyenne) et une majorité de chevaux de selle. Dans ces exploitations, les équins représentent les deux tiers du cheptel herbivore et apportent près de la moitié du revenu. Le PBS global est cependant très bas. Dans ces territoires, les deux tiers des exploitations détenant des équins sont spécialisés dans ces activités, sans lien avec les autres productions du territoire.

23– Dans G4, l’on trouve des exploitations avec de petits cheptels équins, et une grande dispersion des types d’animaux. Elles exploitent de petites surfaces, avec peu de SFP (Surface fourragère principale). Seulement 45 % d’entre elles sont spécialisées équins et les orientations sont similaires à celles des territoires dans lesquels elles sont implantées.

24Les cantons des groupes 5 à 7 (G5, G6 et G7) sont situés en zone d’élevage, avec une altitude croissante d’un groupe à l’autre : plaine pour G5, moyenne montagne pour G6 et montagne pour G7. Ce gradient d’altitudes se retrouve dans les systèmes de production dominants, bovins lait et granivores pour G5, ensemble de bovins lait, mixte et viande pour G6, bovins mixtes et autres herbivores pour G7. Il apparaît nettement une diminution de revenu avec l’altitude. La proportion d’élevages détenant des équins augmente avec l’altitude (11 % pour G5, 18 % pour G6 et 25 % pour G7). Par contre, la taille des cheptels équins ne varie que peu d’une zone à l’autre. De plus, ces cheptels comportent plus de chevaux lourds que la moyenne française pour les cantons G6 et G7. Enfin, la taille économique des exploitations détenant des équins diminue avec l’altitude, mais moins vite que la moyenne des exploitations ; en fait, l’écart de revenu apparaît plus élevé dans G5 que dans G7 et G8. En montagne, l’activité équine est un complément de revenu non négligeable (elle représente 21 % du PBS total dans G7).

25Dans les cantons des groupes 8 et 9 (G8 et G9), les exploitations détenant des herbivores représentent près des trois quarts des exploitations, qui sont plutôt à orientation bovins viande et autres herbivores. Ces exploitations sont très hétérogènes (G8) et plutôt de petite taille économique (G9). Dans ces cantons, les exploitations détenant des équins exploitent de relativement petites surfaces, majoritairement en STH (Surface toujours en herbe), sont de petite taille économique et, pour plus de la moitié, sont spécialisées équins. Les animaux présents sont majoritairement des chevaux de sport. Ces groupes correspondent cependant à deux zones bien distinctes :

26– Les cantons du G9 se situent en zone périurbaine avec des densités d’habitants conséquentes. Dans ces cantons, 37 % de la population active a une profession intermédiaire ou intellectuelle supérieure. L’on trouve seulement un quart d’employés. Les exploitations avec des équins représentent le quart des exploitations et couvrent la même proportion de SAU. La densité de chevaux est importante avec plus de 10 UGB équins au km2. Elles sont très hétérogènes en taille de cheptel avec moins de 25 % de très grands troupeaux et une multitude d’exploitations avec un ou deux équins seulement.

27– Les cantons du G8 sont situés en zone rurale, avec 70 % de surfaces agricoles, une faible densité de population, une présence marquée d’ouvriers (31 %) et une sous-représentation des professions intermédiaires et supérieures. Les exploitations détenant des équins disposent de troupeaux de taille conséquente pour des troupeaux d’équins (cette taille est relative, un grand troupeau représente plus de 10 équins en moyenne) et sont orientées vers l’élevage (42 % ont plus de 6 juments). L’activité équine représente le tiers du revenu de ces exploitations qui sont de très petite taille économique. Par contre, on ne trouve des équins que dans 13 % des exploitations et elles n’exploitent que 8 % de la SAU.

Discussion

  • 2  Dans ces cantons, certaines exploitations ont créé un lien entre cheval, tourisme et œnologie (rou (...)

28Dans notre typologie, les cantons d’un même groupe sont souvent contigus, délimitant des territoires similaires d’un point de vue des activités équines (figure 5). Autour de Paris, on trouve trois couronnes, des cantons du G3, puis du 2 et enfin d’une association G1-G8. Les cantons des groupes 5 à 7 correspondent à des zones d’élevage, Bretagne (berceau de la race bretonne) et Pays de la Loire pour G5, Massif central, Jura (berceau de la race comtoise) et Vosges pour G6 et cime des Vosges, Alpes et Pyrénées (berceau de la race Mérens) pour G7. Ce dernier groupe correspond également aux cantons situés en zone sud et méditerranéenne du Massif central. Les cantons du G4 correspondent aux territoires viticoles et arboricoles, Alsace et Aquitaine2, Côtes du Rhône, Provence, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, autour de la Loire, en Champagne viticole et en zone de Cognac.

Figure 5. Localisation des groupes de cantons en France hors Corse

Figure 5. Localisation des groupes de cantons en France hors Corse

Source : les auteurs.

29Par ailleurs, nous retrouvons bien l’hétérogénéité spatiale du bassin traditionnel de production équine en Basse-Normandie, mise en évidence par la DRAAF (2012).

30Notre typologie met également en évidence des groupes spécifiques de cantons dans les zones périurbaines : dans la première couronne des villes, avec peu de surface en prairie (G3), la densité d’équins est relativement faible et ces derniers sont regroupés dans des exploitations spécialisées avec un cheptel important. Un peu plus loin des centres-villes (G9), avec des territoires comportant plus de surfaces en herbe, la densité d’équins est forte et on trouve ces animaux à la fois dans de grands établissements et dans une multitude d’exploitations avec un seul animal. Dans ces territoires, le PBS des exploitations équines représente 21 % du PBS total, montrant nettement l’importance de ces acteurs. Les équins en périurbain (G3+G9) représentent 25,5 % du cheptel total dans les exploitations agricoles.

31Ce ne sont pas les seuls territoires dans lesquels les activités équines sont importantes. En moyenne montagne et surtout en montagne, les exploitations détenant des équins sont des acteurs appréciables des territoires et représentent en moyenne 17 et 24 % du revenu agricole total.

32Dans l’ensemble des groupes (à l’exception du G5), les exploitations détenant des équins valorisent les prairies naturelles (la STH représente de 63 à 87 % de leur SFP). En zone de culture (G1 à G4) où les prairies représentent moins de 15 % des surfaces cantonales, ces exploitations ont un rôle dans le maintien d’un paysage diversifié.

Conclusion

33Dans cet article, nous avons analysé la diversité des territoires en fonction des activités équines qui s’y développent, à une échelle infrarégionale, sur l’ensemble du territoire français (hors Corse). Les équins sont présents sur la quasi-totalité du territoire, même en dehors des bassins traditionnels de production (Basse-Normandie, Rhône-Alpes et Auvergne). Notre typologie met en évidence l’importance des équins dans les exploitations agricoles situées dans des espaces difficiles (montagne et moyenne montagne) mais aussi leur influence prépondérante en zone périurbaine, avec des exploitations plutôt spécialisées. Dans les territoires ruraux consacrés aux cultures, les activités équines sont au contraire développées en lien avec les autres productions du territoire.

34Dans de nombreux territoires, les filières équines s’avèrent avoir un rôle prééminent, soit en part de revenu agricole généré sur le territoire, en mettant en valeur des zones difficiles d’accès, ou encore en permettant l’entretien de prairies naturelles dans des cantons d’agriculture plutôt intensive. 

35Cet article a bénéficié des conseils avisés de la Délégation Régionale IFCE Rhône-Alpes et Auvergne, dans le cadre du sommet de l’Élevage 2012, que nous tenons à remercier.

Haut de page

Bibliographie

Cressent M., Jez C. (2013). The French horse industry at present. Advances in Animal, Biosciences, n° 4, s2, pp. 54-65.

DRAAF Basse-Normandie (2012). La Basse-Normandie, première région équine française. Agreste Basse-Normandie-Données, n° 55, 5 p.

Elgåker H.E. (2012).The new equine sector and its influence on multifunctional land use in peri-urban areas. GeoJournal, vol. 77, n° 5, pp. 591-613.

IFCE (2011). Panorama économique de la filière équine. 241 p.

Jez C. (2014). La filière équine française à l’horizon 2030. Versailles, Quae, 158 p.

Jez C., Coudurier B., Cressent M., Méa F., Perrier-Cornet P. (2013). Prospective de la filière équine française à l’horizon 2030. Quatre scénarios contrastés pour éclairer la décision INRA Production animale, vol. 26, n° 1, pp. 51-64.

Marie Bermond M., Gouée P.-L., Delahaye D. (2008). Intérêts et limites des statistiques agricoles pour l’étude des structures spatiales produites par l’agriculture en Basse-Normandie. Norois Environnement, aménagement, société, n° 207, pp. 21-33.

Morhain B. (2011). Systèmes fourragers et d’alimentation du cheval dans différentes régions françaises. Fourrages, n° 207, pp. 155-163.

REFErences (2010) (2013). Synthèse nationale des exploitations équines suivies dans le cadre des réseaux équins. Repères techniques et économiques. 40 p.

Vial C., Aubert M., Perrier-Cornet P. (2011a). Les choix organisationnels des propriétaires de chevaux de loisirs dans les espaces ruraux. Économie rurale, n° 321, pp. 42-57.

Vial C., Perrier-Cornet P., Soulard C. (2011b). Le développement des équidés de loisirs en France : quels impacts sur les espaces ruraux et périurbains ? Fourrages, n° 207, pp. 165-172.

Vial C., Aubert M., Perrier-Cornet P. (2015). Loisirs de pleine nature et utilisation des territoires : le cas des activités équestres diffuses. Géographie, économie, société, vol. 17, n° 3, pp. 289-314.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Contribution des variables aux différents groupes de la classification

VARIABLES

G1

G2

G3

G4

G5

G6

G7

G8

G9

ÉQUINS_SURF

1,7

2,4

2,4

8,1

10,2

3,7

4,2

10,5

M_ÉQUINS

6,7

8,6

16,3

6,0

5,8

5,1

5,7

10,1

P_ÉQUINS

13,9

46,7

72,4

39,9

13,2

7,8

20,8

19,0

P_JSELLE

25,1

25,1

28,2

24,9

29,1

31,0

25,5

P_CSELLE

56,2

64,7

69,0

35,0

38,7

55,9

55,9

P_JLOURD

9,0

5,5

4,1

8,8

25,9

18,8

8,1

P_CLOURD

7,2

3,9

2,5

7,3

11,3

4,4

M_SAU

89,3

89,8

36,0

35,9

39,3

66,6

41,6

45,8

P_SFP

47,7

27,4

56,3

72,6

88,4

90,6

75,2

77,4

P_CF

13,0

9,4

15,7

46,5

10,0

P_STH

71,7

63,6

74,2

63,6

34,8

77,0

87,5

71,9

73,6

P_PBSEQUI

9,4

10,2

48,4

14,4

10,1

10,8

21,6

31,0

M_PBSTOT

103 078

127 918

46 954

61 249

96 533

61 376

32 921

48 183

54 395

P_OTEX15

15,0

32,7

5,1

3,9

1,5

1,4

3,6

4,5

P_OTEX21

0,1

P_OTEX35

0,0

0,4

6,5

0,0

0,1

0,2

0,1

0,2

P_OTEX36

1,0

0,0

1,0

0,0

P_OTEX45

0,8

0,6

1,5

14,2

11,3

2,5

8,7

P_OTEX46

5,9

1,5

1,6

4,4

25,1

9,9

P_OTEX47

0,0

0,0

0,1

1,3

3,6

0,3

P_OTEX48

44,4

38,5

63,4

44,5

48,0

45,0

59,7

64,5

54,4

P_OTEX51

0,8

0,9

0,3

9,0

1,2

0,8

1,0

1,1

P_OTEX61

19,4

7,0

17,2

9,0

10,6

9,3

P_EXPL_10

24,1

44,6

22,8

20,2

18,2

23,0

31,2

23,1

P_EXPL_6J

30,3

31,3

44,8

29,8

27,5

32,1

 

41,9

30,2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P_EXPL_E

12,8

7,6

11,1

7,6

11,5

18,2

24,8

13,0

24,6

P_SAU_E

11,0

7,4

9,3

7,8

8,5

17,4

27,7

8,3

23,4

P_HERB_E

16,4

46,2

11,9

21,7

36,3

12,1

32,9

P_PBS_E

6,8

6,3

5,7

7,7

16,9

24,1

7,2

21,4

EXPL_SURF

0,6

0,8

1,6

1,4

0,8

0,5

0,9

M_SAU 1

107,9

95,4

49,7

38,1

52,5

70,9

47,1

68,2

47,6

M_UTA

1,7

1,9

1,4

1,2

1,4

M_PBS

128 088

151 941

105 740

89 038

148 216

68 077

35 209

 

63 716

M_UGBAG

49,8

12,2

12,3

10,2

51,4

62,3

23,5

45,2

37,0

M_UGBAT

60,2

20,1

22,8

16,3

69,4

76,2

30,5

56,7

47,7

P_EXPL_H

67,8

28,1

30,7

30,3

75,7

88,9

73,7

71,2

75,4

P_O14

36,9

67,3

37,5

32,5

13,1

12,1

17,4

22,1

17,1

P_O21

3,3

3,4

9,4

4,8

3,6

2,6

3,1

P_O35

2,0

16,9

24,2

1,0

1,4

3,2

3,9

3,3

P_O45

11,0

6,3

6,2

5,8

26,9

20,3

17,6

P_O46

9,9

7,8

7,2

7,7

35,5

18,5

18,7

17,4

P_O47

0,7

0,9

1,2

4,3

6,3

2,1

3,4

P_O48

12,8

8,2

12,1

7,4

11,5

19,3

34,0

17,6

21,5

P_O51

5,7

4,2

5,0

18,1

5,1

5,3

7,9

5,4

P_O61

24,1

12,4

16,0

10,4

9,7

15,6

P_CLC2

70,0

77,2

53,4

65,3

84,2

20,7

70,3

58,8

P_CLC23

4,8

12,4

10,0

26,0

63,0

47,3

36,5

43,4

POP09_SUR

46,9

313,6

70,4

31,8

50,6

70,4

238,8

ALTITUDE

213,8

124,1

153,9

193,9

135,0

537,2

920,8

219,2

P_CS1

1,7

0,7

3,2

4,6

0,9

P_CS2

6,2

5,8

6,8

8,1

6,6

8,1

10,2

6,4

P_CS3

7,1

13,7

9,6

7,1

6,2

8,4

7,5

12,1

P_CS4

19,2

22,7

25,6

22,3

19,6

17,8

22,4

20,0

25,0

P_CS5

29,4

29,3

26,6

27,4

29,3

P_CS6

32,8

29,6

23,0

26,3

32,9

29,6

24,8

31,4

25,8

Notes : Noir gras – valeur importante dans la construction du groupe, au-dessus de la moyenne nationale ;

Noir – valeur importante et en dessous de la moyenne nationale ; Gris – valeur ayant une signification moindre dans la construction du groupe.

Source : les auteurs.

Haut de page

Notes

1  Même si certains propriétaires d’équidés ne sont de toute façon recensés dans aucune base de données.

2  Dans ces cantons, certaines exploitations ont créé un lien entre cheval, tourisme et œnologie (route équestre des vins d’Alsace, www.alsaceacheval.com, « vin et chevaux dans le vignoble bordelais », www.intothewine.fr).

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/economierurale/docannexe/image/5070/img-1.png
Fichier image/png, 143k
Titre Figure 2. Densité d’équins
Crédits Source : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/economierurale/docannexe/image/5070/img-2.png
Fichier image/png, 594k
Titre Figure 3. Distribution des OTEX
Légende Note : a) exploitations détenant des équins.
Crédits Source : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/economierurale/docannexe/image/5070/img-3.png
Fichier image/png, 65k
Légende Note : b) toutes les exploitations.
Crédits Source : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/economierurale/docannexe/image/5070/img-4.png
Fichier image/png, 65k
Titre Figure 4. Dendrogramme
URL http://journals.openedition.org/economierurale/docannexe/image/5070/img-5.png
Fichier image/png, 212k
Titre Figure 5. Localisation des groupes de cantons en France hors Corse
Crédits Source : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/economierurale/docannexe/image/5070/img-6.png
Fichier image/png, 683k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Perret et Nadine Turpin, « Territoires et exploitations équines en France », Économie rurale, 356 | 2016, 85-98.

Référence électronique

Éric Perret et Nadine Turpin, « Territoires et exploitations équines en France », Économie rurale [En ligne], 356 | novembre-décembre 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/5070 ; DOI : 10.4000/economierurale.5070

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page