Navigation – Plan du site
recherche

Prix de vente des fermes au Québec. Divergence de vue entre les besoins des cédants et des repreneurs

Farm Assets Pricing in Quebec: The Discrepancy Between the Needs of the Retiring Farmer and the Successor
David Ouellet et Jean-Philippe Perrier
p. 65-80

Résumés

L’écart croissant entre les valeurs marchande et économique des exploitations agricoles québécoises complexifie le processus de transfert des fermes à la prochaine génération. Cette étude applique une approche d’évaluation d’entreprises agricoles propre au contexte de leur transmission en vue d’analyser la détermination du prix de vente au transfert. Les résultats montrent que le prix de vente est significativement corrélé aux besoins de retraite nets des cédants et, de façon moins significative, à la valeur économique des capitaux propres des entreprises de l’échantillon. D’importants compromis sont réalisés en vue d’assurer le transfert et, en dépit de leur plus forte capitalisation, les fermes laitières semblent confrontées aux mêmes défis que les autres types de production.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Transfert et don des exploitations agricoles au Québec
Détermination du prix de vente des fermes lors du transfert
H1 : Le prix de vente est corrélé avec les besoins de retraite nets des cédants
H2 : Le prix de vente est corrélé avec la valeur économique des capitaux propres de l’entreprise
Opérationnalisation des variables du modèle et aspects méthodologiques
1. Évaluation des besoins de retraite nets des cédants
2. Estimation de la valeur économique des capitaux propres de l’entreprise
3. Collecte des données et description de l’échantillon
Résultats et discussion
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis une trentaine d’années, nous constatons une augmentation marquée de la valeur des actifs agricoles au Québec, plus particulièrement celle des terres. Outre l’effet de la hausse des prix des denrées et de la rareté, la spéculation et l’engouement pour le foncier agricole ont contribué à gonfler la valeur de cet actif (Meloche et Debailleul, 2013). La hausse de la valeur des terres se traduit également par une hausse de la valeur des garanties que représentent les actifs fonciers déjà possédés par les agriculteurs (Meloche et Debailleul, 2013) et permet donc, dans une certaine mesure, d’augmenter l’acquisition d’actifs via l’endettement, renforçant les pressions inflationnistes sur les prix des autres actifs. Cette tendance contribue à creuser l’écart entre la valeur marchande des actifs composant l’entreprise agricole et leur capacité à produire des bénéfices (Montel et Sanscartier, 2013 ; Perrier, 2013).

Étant donné cet écart croissant, la ferme peut difficilement se vendre au...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Ouellet et Jean-Philippe Perrier, « Prix de vente des fermes au Québec. Divergence de vue entre les besoins des cédants et des repreneurs », Économie rurale, 363 | 2018, 65-80.

Référence électronique

David Ouellet et Jean-Philippe Perrier, « Prix de vente des fermes au Québec. Divergence de vue entre les besoins des cédants et des repreneurs », Économie rurale [En ligne], 363 | janvier-mars 2018, mis en ligne le 31 mars 2020, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/5412 ; DOI : 10.4000/economierurale.5412

Haut de page

Auteurs

David Ouellet

Université Laval, Département d’économie agroalimentaire et sciences de la consommation, Traget Laval, Québec, Canada ; david.ouellet.6@ulaval.ca

Jean-Philippe Perrier

Université Laval, Département d’économie agroalimentaire et sciences de la consommation, Traget Laval, Québec, Canada ; jeanphilippe.perrier@eac.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page