Navigation – Plan du site
recherche

Caractérisation socio-économique des formes d’agriculture durable

Socio-Economic Characterization of Sustainable Agriculture Models
Gaël Plumecocq, Thomas Debril, Michel Duru, Marie-Benoît Magrini, Jean-Pierre Sarthou et Olivier Therond
p. 99-120

Résumés

Les différentes analyses des transitions vers des agricultures durables distinguent souvent deux voies concurrentes, renvoyant aux paradigmes de la durabilité faible ou forte. En dépassant cette opposition polaire, ce travail interdisciplinaire propose une caractérisation socio-agronomique de différentes formes d’agriculture coexistant à des degrés divers dans nos économies occidentales. Les auteurs s’appuient sur une typologie agronomique de sept formes d’agriculture caractérisant les systèmes de production agricole plus ou moins durables, suivant la manière dont intrants exogènes et services écosystémiques endogènes à l’écosystème sont utilisés, et leur mode d’insertion dans les systèmes alimentaires. Ils expliquent les principes qui organisent ces formes, ainsi que les valeurs qui les justifient socialement. Cette analyse permet de discuter les conditions d’efficacité des outils de politiques agricoles.

Haut de page

Notes de l’auteur

La recherche dont est issu cet article a bénéficié d’un financement de l’Agence Nationale de la Recherche (programme AGROBIOSPHERE) sous l’agrément n° ANR-13-AGRO-0006 pour le projet « Transition agroécologique des territoires : une boîte à outils pour concevoir et mettre en œuvre une transition agroécologique des territoires agricoles avec les acteurs locaux » (TATABOX) et du projet PSDR ATA-RI financé par l’INRA et la Région Occitanie. Les auteurs remercient les relecteurs pour leurs remarques sur ce texte.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Économies de la Grandeur et agriculture durable
1. Des principes de justification aux principes d’organisation
2. Les approches de l’agriculture durable à l’épreuve de l’Économie de la Grandeur
Diversité des formes d’agriculture : systèmes productifs, systèmes alimentaires et dynamiques locales
1. Systèmes de production durables Intrants externes et services écosystémiques
2. Durabilité de l’agriculture, systèmes alimentaires et dynamiques territoriales
Caractérisation socio-économique des formes d’agriculture
1. La forme conventionnelle d’agriculture productiviste : un compromis industriel/marchand (1)
2. L’agriculture hautement technologique : un compromis efficience industrielle/rentabilité marchande (2a)
3. L’agriculture techno-domestique : un compromis éthique domestique/efficience bio-technologique (2b)
4. L’agriculture basée sur l’économie circulaire : l’efficience via l’écologie industrielle (2c)
5. L’agriculture diversifiée globalisée : compromis entre épreuve d’opinion/efficience bioproductive (3a)
6. L’agriculture diversifiée de proximité : éléments d’opinion/domestique/marchand (3b)
7. L’agriculture diversifiée et territorialisée : éléments vert/domestique/civique (3c)
Intérêt de la caractérisation des formes d’agriculture durable pour la conception de politiques publiques
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le modèle occidental de société – largement construit sur l’industrialisation des activités – a transformé la nature des activités agricoles et leur rôle sociétal. L’agriculture industrielle est fondée sur une intensification de l’utilisation des intrants de synthèse (pesticides, engrais azotés, antibiotiques…), miniers (pétrole, potasse, phosphates) et de l’eau d’irrigation. Son développement massif a engendré d’importantes externalités négatives sur l’environnement (Rockström et al., 2009 ; Gomiero et al., 2011). La prise de conscience sociétale de ces impacts et les réglementations environnementales poussent les agriculteurs à évoluer dans leur rapport à la nature (Horlings et Marsden, 2011 ; Duru et al., 2015a ; Duru et al., 2015b). Deux voies distinctes d’évolution de l’agriculture sont souvent identifiées dans la littérature pour améliorer sa durabilité. Dès la fin des années 1990, Hill (1998) oppose ainsi la « soutenabilité faible » à la « soutenabilité profonde » ; plus réce...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaël Plumecocq, Thomas Debril, Michel Duru, Marie-Benoît Magrini, Jean-Pierre Sarthou et Olivier Therond, « Caractérisation socio-économique des formes d’agriculture durable », Économie rurale, 363 | 2018, 99-120.

Référence électronique

Gaël Plumecocq, Thomas Debril, Michel Duru, Marie-Benoît Magrini, Jean-Pierre Sarthou et Olivier Therond, « Caractérisation socio-économique des formes d’agriculture durable », Économie rurale [En ligne], 363 | janvier-mars 2018, mis en ligne le 31 mars 2020, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/5430 ; DOI : 10.4000/economierurale.5430

Haut de page

Auteurs

Gaël Plumecocq

UMR AGIR, INRA et Université Toulouse 1, LEREPS/IEP, UT1-Capitole, UT2J, ENFA, Castanet-Tolosan ; gael.plumecocq@inra.fr

Thomas Debril

UMR AGIR, INRA, Castanet-Tolosan ; thomas.debril@inra.fr

Articles du même auteur

Michel Duru

UMR AGIR, INRA, Castanet-Tolosan ; michel.duru@inra.fr

Articles du même auteur

Marie-Benoît Magrini

UMR AGIR, INRA et Université Toulouse 1, LEREPS/IEP, UT1-Capitole, UT2J, ENFA, Castanet-Tolosan ; marie-benoit.Magrini@inra.fr

Articles du même auteur

Jean-Pierre Sarthou

UMR AGIR, INRA, Castanet-Tolosan ; jean-pierre.sarthou@inra.fr

Olivier Therond

UMR LAE, INRA, Université de Lorraine, Colmar ;

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page