Navigation – Plan du site
recherche

Capitalisme patient et symbiose industrielle :le cas d’une bioraffinerie territorialisée

Patient capitalism and industrial symbiosis: the case of a territorial biorefinery
Christophe Bouteiller, Maryline Thenot et Honorine Lescieux-Katir
p. 121-139

Résumés

L’essor de l’écologie industrielle et territoriale a produit en France une cinquantaine d’initiatives dont la bioraffinerie territorialisée de Bazancourt-Pomacle (Marne). Dotée de la plus puissante capacité d’Europe, elle est considérée comme un modèle de symbiose industrielle. Partant de l’étude de cas de cette bioraffinerie complétée par des entretiens semi-directifs auprès des acteurs, cet article montre le rôle des coopératives agricoles dans le développement de ce site et apporte une contribution à la compréhension du rôle des organisations coopératives dans les réseaux d’acteurs recherchant l’éco-efficience. Les valeurs coopératives qui les ont inspirées de même que l’affirmation d’un « capitalisme patient » ressortent comme les déterminants majeurs de la dynamique d’intégration de cette symbiose industrielle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Définitions et cadre théorique
1. Qu’est-ce que l’écologie industrielle et territoriale ?
2. Symbiose industrielle et réseaux d’acteurs
Terrain d’étude et méthodologie
1. Le site de Bazancourt-Pomacle
2. Méthodologie
Présentation et discussion des résultats
1. La symbiose observée
2. Les déterminants de la symbiose
Les valeurs coopératives et la dynamique de développement
Mise en œuvre d’un capitalisme patient au service de l’innovation et des territoires
Conclusion et perspectives

Aperçu du début du texte

Selon le panel international sur les ressources du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), les extractions de ressources non renouvelables seront multipliées par deux d’ici 2025 et par trois d’ici 2050. Cependant, « une bioéconomie éco-efficiente atténuerait, selon ses partisans, les problèmes de limitation des ressources naturelles dus à l’augmentation de la demande mondiale » (Lewidow, 2005). Souhaitant accompagner cette tendance, la Commission européenne a émis durant l’année 2014, un ensemble de recommandations qui appellent les États membres, les entreprises, les salariés et la société civile à se mobiliser pour soutenir l’utilisation efficace des ressources et limiter les pressions sur l’environnement par la mise en place de symbioses industrielles. Différents cas de symbioses industrielles (dont le site emblématique de Kalundborg) ont fait l’objet d’études questionnant leur nouveau rapport à la biosphère ainsi que leurs dimensions socio-économiques (Ehrenfeld...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Bouteiller, Maryline Thenot et Honorine Lescieux-Katir, « Capitalisme patient et symbiose industrielle :le cas d’une bioraffinerie territorialisée », Économie rurale, 363 | 2018, 121-139.

Référence électronique

Christophe Bouteiller, Maryline Thenot et Honorine Lescieux-Katir, « Capitalisme patient et symbiose industrielle :le cas d’une bioraffinerie territorialisée », Économie rurale [En ligne], 363 | janvier-mars 2018, mis en ligne le 31 mars 2020, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/5436 ; DOI : 10.4000/economierurale.5436

Haut de page

Auteurs

Christophe Bouteiller

NEOMA Business School, Reims ; christophe.bouteiller@neoma-bs.fr

Maryline Thenot

NEOMA Business School, Chaire de Bioéconomie Industrielle, Reims ; maryline.thenot@neoma-bs.fr

Honorine Lescieux-Katir

Université de Reims Champagne-Ardenne, Pôle Agrosciences Environnement Biotechnologies et Bioéconomie, CEBB, Pomacle ;

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page