Navigation – Plan du site
Faits et chiffres

Le secteur laitier chinois. Entre pression des importations et reprise en main interne

The Chinese dairy sector: Between the pressure of importation and internal takeover
Jean-Marc Chaumet
p. 91-108

Résumés

Après une phase de croissance fortement dérégulée qui a mené à l’éclatement de la crise de la mélamine, le gouvernement chinois a repris en main le secteur laitier avec l’objectif d’augmenter la production, de rassurer les consommateurs et de reconquérir les parts de marché perdues. La filière chinoise se restructure donc vers des exploitations laitières de très grande taille, souvent intégrées verticalement, censées garantir la sécurité sanitaire et accroître rapidement la production, et des transformateurs d’envergure internationale. La réussite de cette politique déterminera l’avenir de la politique laitière chinoise ainsi que celle des importations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La double perte de compétitivité du lait chinois
1. Un développement mal maîtrisé à l’origine de la perte de compétitivité hors-prix
Le lait en Chine : une croissance très rapide
Défiance envers les produits nationaux, conséquence de la crise de la mélamine
2. Une compétitivité prix plombée par des prix élevés à la production
Des conséquences importantes sur la production et le commerce international
1. Une production nationale à l’arrêt depuis 2008
2. Une plus grande ouverture aux produits étrangers
La politique chinoise de redressement de la filière laitière nationale
1. Une reprise en main de l’amont
Élimination des intermédiaires
Une concentration de l’amont
2. Une forte restructuration de l’aval poussée par les autorités
3. Un renforcement de la législation
4. Répercussions de la réforme politique céréalière sur le coût de production du lait
5. Des freins aux échanges pour limiter les importations
6. Une communication offensive
7. Des investissements à l’étranger pour pallier les faiblesses de la production chinoise
Conclusion
Dépendance réciproque accrue entre le marché international et le marché intérieur chinois

Aperçu du début du texte

Historiquement, la production et la consommation de lait en Chine étaient très limitées à l’opposé de productions millénaires comme le porc. La consommation de produits laitiers était réservée aux nourrissons, aux personnes âgées, aux malades et à la cour de l’empereur (Sabban, 2010). En outre, les ressources foncières étant réduites et l’efficacité alimentaire des bovins faible comparée à celle des monogastriques, la production de ces derniers a été favorisée, à travers l’élevage d’« arrière-cours » et la valorisation des restes de la consommation humaine.

Après une croissance fulgurante au cours des années 2000, poussée par le gouvernement central, la production laitière chinoise a été stoppée nette en 2008, et la Chine est devenue en quelques années le premier importateur mondial de produits laitiers.

Cette évolution brutale conduit à se poser plusieurs questions. Quels événements ont mené à cette situation ? Cette dépendance vis-à-vis des importations va-t-elle durer ? Se pencher ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Chaumet, « Le secteur laitier chinois. Entre pression des importations et reprise en main interne », Économie rurale, 364 | 2018, 91-108.

Référence électronique

Jean-Marc Chaumet, « Le secteur laitier chinois. Entre pression des importations et reprise en main interne », Économie rurale [En ligne], 364 | Avril-juin 2018, mis en ligne le 14 juin 2020, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/5597 ; DOI : 10.4000/economierurale.5597

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Chaumet

Institut de l’Élevage, Paris ; jean-marc.chaumet@idele.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page