Navigation – Plan du site
Recherche

Taux et déterminants de l’adoption de variétés améliorées de riz au Sénégal

The rate and determinants of adoption of improved rice varieties in Senegal
Ndèye Seynabou Diouf Sarr, Blaise Waly Basse et Amadou Abdoulaye Fall
p. 51-68

Résumés

L’objectif de cet article est d’estimer les taux et les facteurs d’adoption déterminant les variétés améliorées de riz développées par les institutions de recherche, en collaboration avec les structures d’encadrement. Les données utilisées proviennent d’enquêtes réalisées auprès de 317 exploitants rizicoles en système pluvial proches de la région de Fatick. Les résultats de la méthode semi-paramétrique indiquent un taux d’adoption de 29 % contre un taux potentiel de 72 %. Ce taux d’adoption potentiel plus élevé dans la sous-population des non-exposés indique la nécessité d’améliorer le ciblage afin d’atteindre les producteurs qui ont une plus grande probabilité d’adoption. Les facteurs spécifiques qui déterminent la probabilité d’adoption sont : l’appartenance à une organisation de producteurs, le type d’écologie et le niveau d’éducation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous tenons à remercier très sincèrement AFRICA RICE et l’lnstitut sénégalais de recherches agricoles. Nous exprimons notre profonde gratitude au Dr Aliou Diagne (Expert en évaluation d’impact) et Pr Adama Diaw (professeur à l’Université Gaston Berger de Saint Louis) qui ont eu à relire l’article et n’ont pas hésité à donner leur expertise afin d’en améliorer sa qualité.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Mécanismes de diffusion des variétés Nerica et Sahel au Sénégal
Matériel et méthodes
1. Milieu d’étude
2 Échantillonnage et collecte des données
3. Le modèle d’adoption
Estimation non paramétrique de ATE
2. Estimation paramétrique de l’effet moyen du traitement (ATE)
3. Justification et signes attendus des variables incluses dans le modèle
Résultats et discussion
1. Données et statistiques descriptives des exploitants rizicoles
2. Taux d’adoption des variétés améliorées
3. Les déterminants de l’exposition aux variétés améliorées AfricaRice
4. Les déterminants de la probabilité d’adoption des variétés améliorées
Conclusion

Aperçu du début du texte

En Afrique, le riz joue un rôle majeur dans l’alimentation des ménages ruraux et urbains. C’est une source et une composante fondamentale dans le régime alimentaire des ménages (Kebbeh et Miezan, 2003 ; Krupnik et al., 2012). En effet, il représente 20 % de la consommation céréalière et c’est la quatrième culture la plus importante en termes de production après le sorgho, le maïs, et le mil, dans le monde (FAOSTAT, 2016). Selon Del Villar et al. (2011), la sécurité alimentaire des ménages vulnérables de la Guinée, du Sénégal, de la Guinée-Bissau, du Liberia et de la Sierra Leone dépend étroitement de la disponibilité et de l’accès au riz.

Le Sénégal, en particulier, dépense annuellement plus de 200 milliards de Franc CFA (Franc de la Communauté Financière Africaine) pour satisfaire une demande sans cesse croissante. Son importation entraîne un déficit de 16 % de la balance commerciale (ANSD, 2011). Il est clair que le manque à gagner pour les producteurs et l’économie nationale est c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ndèye Seynabou Diouf Sarr, Blaise Waly Basse et Amadou Abdoulaye Fall, « Taux et déterminants de l’adoption de variétés améliorées de riz au Sénégal », Économie rurale, 365 | 2018, 51-68.

Référence électronique

Ndèye Seynabou Diouf Sarr, Blaise Waly Basse et Amadou Abdoulaye Fall, « Taux et déterminants de l’adoption de variétés améliorées de riz au Sénégal », Économie rurale [En ligne], 365 | Juillet-septembre 2018, mis en ligne le 30 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/5897 ; DOI : 10.4000/economierurale.5897

Haut de page

Auteurs

Ndèye Seynabou Diouf Sarr

CCAFS/ICRISAT, Dakar, Sénégal ; s.diouf@cgiar.org

Blaise Waly Basse

Université Assane Seck de Ziguinchor, Ziguinchor, Sénégal ; bwbasse@univ-zig.sn

Amadou Abdoulaye Fall

Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA), Saint-Louis Sénégal ; aafall22@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page