Navigation – Plan du site
Recherche

Le soutien du Conseil régional d’Auvergne à l’agriculture biologique : entre volonté politique et intérêts professionnels

The Auvergne Regional Council’s organic farming policy: Between political will and professional interests
Léa Senegas
p. 19-33

Résumé

Cet article interroge les liens entre la capacité politique du Conseil régional et la structuration territoriale des représentants professionnels agricoles. L’analyse de la politique de soutien à l’agriculture biologique portée par le Conseil régional auvergnat de 2004 à 2015 témoigne d’un renforcement des ressources institutionnelles de la collectivité qui s’explique notamment par le volontarisme politique du président de l’exécutif régional. Cependant, la prégnance de la place de l’État et l’impossible régionalisation des intérêts professionnels constituent des obstacles majeurs à l’action du Conseil régional. L’organisation territoriale des intérêts professionnels apparaît dans ce cadre comme facteur et témoin de la capacité politique de l’institution régionale.

This paper examines the links between the Regional Council’s political capacity and the territorial structuring of professional agricultural interests. Analyzing the case of the Auvergne Regional Council’s organic farming policy from 2004 to 2015, one can perceive a strengthening of its institutional resources in particular due to the strong political will of the regional executive. However, the predominance of state power and the impossible regionalization of professional interests constitute significant obstacles for the Regional Council, which must lower its expectations. The territorial structure of professional interests appears to be both a factor of and witness to the Regional Council’s policy capacity.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La capacité politique renforcée du Conseil régional : vecteur d’intégration des intérêts professionnels
1. L’État : arbitre de la régionalisation des politiques de soutien à l’agriculture biologique
L’agriculture biologique comme précurseur de la régionalisation des politiques agricoles
Un mouvement récent de régionalisation des politiques agricoles
2. Le président du Conseil régional : acteur majeur du renforcement de l’institution
L’action volontariste de l’exécutif régional en faveur de l’agriculture biologique
Concurrence économique et critique de la cogestion comme justifications du soutien
3. Vers une régionalisation des intérêts professionnels ?
La politique régionale : facteur de cristallisation des conflits professionnels
Un Conseil régional affaibli face aux chambres d’agriculture départementales
La structuration territoriale des intérêts professionnels : limitation de la capacité politique régionale
1. La permanence des services de l’État, un obstacle à l’action régionale
Un cadrage contraignant de l’État central
La difficile régionalisation des services de l’État
2. Une départementalisation des conflits professionnels dans le secteur agricole
L’absence d’intérêts professionnels régionaux : l’exception bourbonnaise
L’impossible régionalisation des chambres d’agriculture
Les conflits au sein des agriculteurs biologiques comme obstacles à la régionalisation
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans les années 1960, en France, le secteur agricole est régulé aux échelles nationale et départementale par une cogestion entre les services centraux et déconcentrés de l’État et le syndicat majoritaire, la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) (Jobert et Muller, 1987). Ce mode de régulation politique s’apparente à un modèle de gestion néo-corporatiste défini par P. Schmitter comme « un système de représentation des intérêts dans lequel des unités constitutives sont organisées en un nombre limité de catégories uniques, obligatoires, non compétitives, organisées hiérarchiquement et différenciées fonctionnellement, reconnues ou autorisées (si ce n’est créées) par l’État qui leur concède délibérément le monopole de la représentation à l’intérieur de leurs catégories respectives » (Schmitter, 1974). Cependant, à partir du milieu des années 1990 et particulièrement dans les années 2000, nous assistons à un mouvement de régionalisation des politiques agricole...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Senegas, « Le soutien du Conseil régional d’Auvergne à l’agriculture biologique : entre volonté politique et intérêts professionnels », Économie rurale, 368 | 2019, 19-33.

Référence électronique

Léa Senegas, « Le soutien du Conseil régional d’Auvergne à l’agriculture biologique : entre volonté politique et intérêts professionnels », Économie rurale [En ligne], 368 | Avril-juin 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/6681 ; DOI : 10.4000/economierurale.6681

Haut de page

Auteur

Léa Senegas

Laboratoire Arènes-UMR 6051, Université Rennes 1, EHESP, IEP de Rennes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page