Navigation – Plan du site
Recherche

Pourquoi rester en « ville moyenne » ? Le cas d’entreprises agroalimentaires d’Occitanie

Why remain located in small cities? The case of agrifood firms in Occitanie (France)
Geoffroy Labrouche et Rachel Levy
p. 35-54

Résumés

Dans cet article, les auteurs proposent d’étudier les avantages et les inconvénients qui poussent les entreprises du secteur agroalimentaire à rester localisées dans des villes moyennes. Après avoir passé en revue la littérature sur les déterminants de la localisation d’entreprises dans les métropoles et les zones rurales, ils soutiennent que la ville moyenne combine les avantages de la métropole et des zones rurales. Sur la base d’entretiens semi-directifs, les auteurs étudient plus particulièrement le cas de 10 entreprises agroalimentaires localisées dans le Sud-Ouest de la France. Cette étude exploratoire permet de confirmer la spécificité des villes moyennes et de souligner le rôle crucial des politiques de soutien aux entreprises locales comme facteurs de différenciation entre villes moyennes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherche a bénéficié du soutien du Programme PSDR4 (projet REPROINNOV, 2016-2020), financé par l’INRA et la Région Occitanie.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Villes moyennes, métropoles et zones rurales. Principales caractéristiques et éléments de différenciation
1. La ville moyenne : une forme spécifique de territoire
2. La métropole : espace urbain de référence
3. Les zones rurales et leurs spécificités
Méthodologie et données
1. Les données : sélection des villes moyennes et des cas d’entreprises innovantes
2. Méthode de l’entretien semi-directif
3. Traitement des données avec NVivo
Résultats
1. Avantages et inconvénients d’une localisation en ville moyenne
Avantages d’une localisation en ville moyenne
Inconvénients d’une localisation en ville moyenne
2. Facteurs de différenciation des villes moyennes. Les cas de Cahors et Rodez
Conclusion

Aperçu du début du texte

« En France, le déclin des villes de province est celui d’un marqueur de son identité », titrait le New York Times dans un article du 28 février 2017 à propos d’Albi, petite ville du Sud-Ouest de la France. La question du déclin des villes moyennes couplé à l’essor de la métropolisation est un sujet régulièrement abordé par les journalistes, mais aussi par les chercheurs en sciences humaines (Davezies, 2010). Les politiques territoriales impulsées ces vingt dernières années ont d’ailleurs suivi cette direction, en considérant que l’espace métropolitain devait jouer le rôle de fournisseur exclusif des ressources nécessaires au développement (Campagnac-Ascher, 2015 ; Demazière, 2017). Au niveau international, ceci se traduit par l’idée que la compétitivité des pays industrialisés repose sur des villes toujours plus denses et de moins en moins dans la périphérie. Cette thèse est cependant critiquée en France par Bouba-Olga et Grossetti (2015) et l’objet de recherche « ville moyenne » c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffroy Labrouche et Rachel Levy, « Pourquoi rester en « ville moyenne » ? Le cas d’entreprises agroalimentaires d’Occitanie », Économie rurale, 368 | 2019, 35-54.

Référence électronique

Geoffroy Labrouche et Rachel Levy, « Pourquoi rester en « ville moyenne » ? Le cas d’entreprises agroalimentaires d’Occitanie », Économie rurale [En ligne], 368 | Avril-juin 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/6706 ; DOI : 10.4000/economierurale.6706

Haut de page

Auteurs

Geoffroy Labrouche

LEREPS Toulouse ; Université Toulouse II Jean Jaurès ; geoffroy.labrouche@univ-tlse2.fr

Rachel Levy

LEREPS Toulouse ; ENSFEA ; rachel.levy@ut-capitole.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page