Navigation – Plan du site

AccueilNuméros370rechercheAnalyse multi-niveaux des freins ...

recherche

Analyse multi-niveaux des freins à l’adoption de la certification du cacao au Cameroun

Multi-level analysis of the barriers to the adoption of cocoa certification in Cameroon
Anny Lucrèce Nlend Nkott, Syndhia Mathé et Ludovic Temple
p. 81-99

Résumés

Les exigences européennes sur la qualité du cacao conduisent au développement de la certification, pour améliorer la production et la gestion post-récolte des fèves. Cependant, la certification reste peu développée au Cameroun. Cet article mobilise le modèle de la transition sociotechnique pour analyser les déterminants d’adoption de la certification. Des entretiens auprès de 11 acteurs de la filière cacao ont été menés, ainsi qu’une enquête auprès de 90 producteurs. Les résultats mettent en exergue l’incomplétude du système acteur de la certification, qui se traduit par sa faible diffusion. Cette tendance est accentuée par l’absence d’un différentiel de prix aux producteurs entre cacao certifié et cacao ordinaire. La conclusion interroge la capacité des normes de certification à transformer le secteur cacao.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette étude a été financée par le ministère fédéral de la Coopération économique en Allemagne, dans le cadre du projet Potential Analysis of Innovative Approaches for the Cocoa value chain in Cameroon (PotinnocC).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Cadre théorique et méthodologique
1. Cadre théorique : une approche par la transition
2. Méthodologie
Résultats et discussion
1. Les acteurs de la certification et leurs rôles
La certification : innovation radicale ou incrémentale ?
Fonctionnement général de la certification
Gestion mutuelle de la qualité : relation producteurs-coopérative
Relation contractualisée : relation coopérative-exportateur
Relation Sic Cacao et Mbangassud
Relation AMS et Socamak
2. Les entraves à la certification
Absence de partenariats public-privé dans la certification
Faible capacité des OP à négocier des contrats équitables
Pas de différence de prix entre le cacao certifié et le cacao ordinaire
3. Quel avenir pour la certification ?
Des fenêtres d’opportunités pour la certification
Vers une possible reconfiguration du régime sociotechnique ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au Cameroun, le cacao est la principale culture d’exportation et la principale source de revenu monétaire pour 50 % de la population agricole qui cultive environ 420 000 hectares de surface arable (KIT Royal Tropical Institute et al., 2010). Près de 90 % de la production est exportée vers l’Europe, comme matière première pour les chocolateries (Hinzen et al., 2010) le reste étant transformé localement.

Depuis les années 1990, l’évolution des attentes sociétales et des normes environnementales conduisent les agro-industries européennes, telles que Mars et Barry Callebault, à se fixer pour objectifs de n’acheter que du cacao certifié d’ici 2020. Ces exigences se sont traduites en 2013 par le rejet de 2000 tonnes de cacao camerounais des ports européens, à cause d’une contamination en hydrocarbures aromatiques polycycliques attribuée en partie au séchage des fèves sur le goudron (Bagal et al., 2013). Elles conduisent le programme de relance du cacao et du café du Cameroun à prévoir un e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anny Lucrèce Nlend Nkott, Syndhia Mathé et Ludovic Temple, « Analyse multi-niveaux des freins à l’adoption de la certification du cacao au Cameroun », Économie rurale, 370 | 2019, 81-99.

Référence électronique

Anny Lucrèce Nlend Nkott, Syndhia Mathé et Ludovic Temple, « Analyse multi-niveaux des freins à l’adoption de la certification du cacao au Cameroun », Économie rurale [En ligne], 370 | octobre-décembre, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/7282 ; DOI : https://doi.org/10.4000/economierurale.7282

Haut de page

Auteurs

Anny Lucrèce Nlend Nkott

Innovation, Université de Montpellier, CIRAD, INRAE, Montpellier SupAgro, Montpellier ; CIRAD, UMR Innovation, Montpellier ; annylucrecenlendnkott@yahoo.com

Syndhia Mathé

Innovation, Université de Montpellier, CIRAD, INRAE, Montpellier SupAgro, Montpellier, CIRAD, UMR Innovation, Montpellier ; IITA Cameroun, Yaoundé, Cameroun ; syndhia.mathe@cirad.fr

Ludovic Temple

Innovation, Université de Montpellier, CIRAD, INRAE, Montpellier SupAgro, Montpellier, CIRAD, UMR Innovation, Montpellier ; ludovic.temple@cirad.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search