Navigation – Plan du site

AccueilNuméros373RechercheValorisation des produits carnés ...

Recherche

Valorisation des produits carnés : une étude du signal « élevé au pâturage » sur le packaging

Valorization of meat products: A study of the “pasture-raised” sign on packaging
Guillaume Denos, Jean Marc Ferrandi et Gaëlle Pantin-Sohier
p. 23-41

Résumés

Le pâturage des bovins est perçu par le consommateur comme une pratique d’élevage de meilleure qualité, ancrée dans son territoire et porteuse d’un meilleur traitement animal. Cette étude explore les moyens les plus efficaces de communiquer sur le sujet, mais également les inférences engendrées au niveau du produit. Elle appréhende l’impact relatif de messages présents sur le packaging d’une même pièce de viande. Ces messages valorisent le pâturage selon trois angles d’argumentation : l’expérience de consommation, les croyances liées aux bienfaits sur la santé ou celles liées aux bienfaits pour l’animal et pour l’environnement. Cet article valide la reconnaissance d’une communication sur le pâturage comme signal de qualité avant tout reliée à l’expérience gustative.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Signal, qualité et consentement à payer
1. La théorie des signaux
2. L’impact du packaging sur le consentement à payer pour un produit carné
3. Le rôle de la mention « pâturage » sur les inférences qualitatives d’un produit carné
Méthodologie
Résultats
1. Le test des hypothèses
Effet du packaging sur le consentement à payer pour un produit (H1)
Effet des arguments d’expérience, de croyance-santé et de croyance-éthique sur la qualité perçue (H2)
Le contrôle par la pertinence
Discussion
1. Contributions théoriques et managériales
2. Les limites et les voies de recherche
Conclusion

Aperçu du début du texte

La viande bovine, dont la consommation en France a diminué de 12 % au cours de la dernière décennie (Tavoularis et Sauvage, 2018), est au cœur des débats relatifs à l’alimentation moderne. Son déclin s’explique par des raisons économiques (scandales sanitaires), sociologiques (végétarisme, véganisme ou flexitarisme) et écologiques (bien-être animal et transition protéique). Les bovins et leur viande « rouge », objets de notre recherche, sont au cœur de ces changements sociétaux et de l’évolution des mentalités. Depuis les années 1980, les valeurs de force ou de virilité et le statut social liés à leur consommation tombent petit à petit en désuétude (Laporte et al., 2016). Pourtant, en France, les plus gros consommateurs de viande, en quantité et en fréquence, sont les 18-24 ans en raison de la part importante de produits transformés comportant des produits carnés dans leur alimentation (42 %) (Tavoularis et Sauvage, 2018). Ces tendances alimentaires challengent les acteurs de la fil...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Denos, Jean Marc Ferrandi et Gaëlle Pantin-Sohier, « Valorisation des produits carnés : une étude du signal « élevé au pâturage » sur le packaging », Économie rurale, 373 | 2020, 23-41.

Référence électronique

Guillaume Denos, Jean Marc Ferrandi et Gaëlle Pantin-Sohier, « Valorisation des produits carnés : une étude du signal « élevé au pâturage » sur le packaging », Économie rurale [En ligne], 373 | Juillet-septembre, mis en ligne le 04 janvier 2022, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/7943 ; DOI : https://doi.org/10.4000/economierurale.7943

Haut de page

Auteurs

Guillaume Denos

GRANEM, Université d’Angers, Angers ; denosguillaume@gmail.com

Jean Marc Ferrandi

LEMNA ONIRIS, Nantes ; jean-marc.ferrandi@oniris-nantes.fr

Gaëlle Pantin-Sohier

GRANEM, Université d’Angers, Angers ; gaelle.pantin-sohier@univ-angers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search