Navigation – Plan du site

Présentation

 

Partageant les nombreuses inquiétudes exprimées par la communauté universitaire et scientifique française, le comité de rédaction de la revue Études de communication exprime son opposition au projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche présentée par le gouvernement. Persuadé de la nécessité d’une recherche publique stable, indépendante et de qualité, le comité s’oppose à la perspective d’une destruction du statut des enseignants-chercheurs, à la généralisation de contrats précaires, au renforcement de la concurrence entre laboratoires et établissements d’enseignement supérieur et/ou de recherche, à la suppression des instances collégiales de régulation et, plus généralement, à la mise sous tutelle de l’ensemble de notre communauté aux intérêts financiers et politiques.


Études de communication est une revue scientifique internationale francophone à comité de lecture (peer-reviewed journal) en sciences de l’information et de la communication. Elle fonctionne sur la base d’une évaluation en « double aveugle » (double-blind reviewing process) de toutes les propositions d’articles reçues.

La revue est diffusée en versions papier et électronique. Elle accueille des travaux inscrits dans différents domaines, notamment : l’analyse des médias, la médiation culturelle, la médiation et de médiatisation des savoirs, les industries culturelles, les industries de la formation et de l’information, la communication audiovisuelle, la communication organisationnelle, les processus d’innovation, l’information scientifique et technique, l’organisation des connaissances, l’analyse des dispositifs techniques dans l’accès à l’information et le traitement des connaissances, les métamorphoses du document, l’analyse des usages et des pratiques informationnelles.

Chaque numéro propose trois rubriques : un dossier thématique, une rubrique Varias qui accueille des articles « hors thématique » et une rubrique Lectures consacrée à des recensions d’ouvrages et notes de lecture.

Les deux derniers numéros de la revue sont accessibles sur la plate forme Cairn.

La politique de la revue en matière de dépôt des articles est consultable sur le site Héloïse.

Contact : edc[at]univ-lille.fr

Dernier numéro en ligne
53 | 2019
Fake-News ! Pouvoirs et conflits autour de l’énonciation publique du « vrai »

Fake-News! Authority, Conflict and the Enunciation of “Truth”
Sous la direction de Cyrille Bodin et Mikaël Chambru

 Depuis quelques années déjà, le terme « fake news » est fréquemment évoqué dans les débats publics par une grande diversité de champs sociaux, professionnels, militants ou institutionnels. Profondément ambivalente, cette catégorisation contemporaine a en très peu de temps investi l’espace public pour caractériser des phénomènes sociaux pourtant très différents : élections et référendums aux résultats « imprévus », résurgence du terrorisme en Europe ou des « tueries de masse » aux États-Unis, mouvement des « gilets jaunes », contestation de l’expertise officielle lors des controverses socioscientifiques, etc.

La circulation des discours à propos des « fake news » invite à une nécessaire déconstruction critique, notamment en interrogeant les usages diversifiés de cette formule : en questionnant les imaginaires portés par les différents champs sociaux en regard des théories contemporaines de la communication et de l’épistémologie ; en questionnant le phénomène de leur professionnalisation croissante, impliquant la construction de délimitations par le discours « vrai » ; en questionnant les conceptions déterministes, techniques ou culturelles, accompagnant les logiques d’une informationnalisation, d’une extension et néanmoins d’une fragmentation des pratiques communicationnelles. Ce sont ces dimensions que le numéro 53 de la revue Études de communication entend aborder et questionner.

Notes de la rédaction

Comité de lecture du numéro 53 (Dossier) : 
Coordination : Cyrille Bodin, Mikaël Chambru

Igor Babou (LADYSS, Université Paris Diderot), Romain Badouard (CARISM, Université Panthéon Assas), Nicolas Baya-Laffite (STS-Lab, Université de Lausanne, Suisse), Sarah Cordonnier (ELICO, Université Lyon 2), Manuel Cervera-Marzal (FNRS, Université de Liège, Belgique), Marine Dhermy-Mairal (IPB, Université de Genève, Suisse), Lise Henric (CEREGE, Université de Poitiers), Jérôme Lamy (CERTOP, CNRS), Coralie Le Caroff (GERiiCO, Université de Lille), Olivier Leclerc (CERCRID, CNRS), Dominique Maurel (EBSI, Université de Montréal, Canada), Marieke Stein (CREM, Université de Lorraine), Maxime Oullet (CRICIS, Université du Québec à Montréal, Canada), Mathieu Quet (CEPED, IRD), Franck Rebillard (IRMÉCCEN, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), Roselyne Ringoot (GRESEC, Université Grenoble Alpes), Aurélie Tavernier (CEMTI, Université Paris 8)
 
Comité de lecture du numéro 53 (Varia) : 
Coordination : Marion Dalibert, Aurélia Lamy, Florence Rio
 
Fabien Bonnet (CRESAT, Université de Haute-Alsace), Camille Claverie (Laboratoire Dicen-IDF, Université Paris Nanterre), Laurent Collet (I3M, université de Toulon Var), Jean-Claude Domenget (Laboratoire Elliadd, Université Bourgogne Franche-Comté), Eric Kergosien (GERiiCO, Université de Lille), Sarah Labelle (Labsic, Université Paris 13), Béatrice Micheau (GERiiCO, Université de Lille), David Reymond (I3M, Université de Toulon Var)