Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54DossierVictimes de violences conjugales ...

Dossier

Victimes de violences conjugales face aux campagnes institutionnelles entre ventriloquie, injonctions et paradoxes

Victims of Domestic Violence Confronted with Institutional Campaigns: Ventriloquism, Injunctions and Paradoxes
Giuseppina Sapio
p. 53-70

Résumés

L’article est une restitution problématisée d’un terrain de recherche mené en Italie dans un centre anti-violence accueillant des femmes victimes de violences conjugales. L’étude s’inscrit dans une approche sémio-pragmatique, enrichie par les apports de l’interactionnisme symbolique, et s’appuie sur un dispositif de focus group au sein duquel les femmes ayant subi des violences ont été confrontées aux représentations que les campagnes institutionnelles véhiculent d’elles. L’analyse consiste en une mise en dialogue entre le corpus médiatique et la parole des enquêtées faisant émerger les effets de « ventriloquie », les injonctions et les paradoxes qui caractérisent le traitement médiatique de ce problème public.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Une sémiologie pragmatique, critique et politique
1.1. Une ethnologie qui vacille : le G.O.A.P. de Trieste
2. Des actants aux acteurs, et vice-versa
2.1. Qu’est-ce que les médias font aux victimes ?
3. La « ventriloquie » des campagnes institutionnelles
3.1. Des chiffres et des femmes : la campagne du ministère de l’Intérieur
3.2. Victimes d’un stéréotype : la campagne de la police
3.3. Le paradoxe de la victime : la campagne du 1522
4. Mon amour, si tu me tues, qui frapperas-tu après ? : une campagne paradoxale
Conclusion : penser le collectif, se penser en collectif

Aperçu du début du texte

En 1974, la militante Erin Pizzey rassemble de nombreux témoignages de femmes victimes de violences conjugales dans un ouvrage intitulé Crie moins fort, les voisins vont t’entendre (Pizzey, 1975). Dans la préface, Benoîte Groult rappelle le silence – « un silence de mortes » pour reprendre le titre français de l’ouvrage de Patrizia Romito (2005) – dans lequel sont souvent plongées ces femmes, qui « se sont tues trop longtemps, par pudeur, par orgueil ou par peur » et auxquelles on se doit de « donner les moyens de réagir et de [recouvrer] une dignité élémentaire » (Groult, 1975, 14), pour lesquelles on se doit de crier.

De nombreux changements sont intervenus depuis les années 1970 en Europe et aux États-Unis, et le phénomène des violences faites aux femmes – initialement appréhendé à travers le paradigme militant et féministe (Delage, 2017, 113-167) – jouit aujourd’hui d’une reconnaissance institutionnelle et politique. Or, malgré son statut d’évidence, le problème des violences con...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giuseppina Sapio, « Victimes de violences conjugales face aux campagnes institutionnelles entre ventriloquie, injonctions et paradoxes », Études de communication, 54 | 2020, 53-70.

Référence électronique

Giuseppina Sapio, « Victimes de violences conjugales face aux campagnes institutionnelles entre ventriloquie, injonctions et paradoxes », Études de communication [En ligne], 54 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/edc/10041 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.10041

Haut de page

Auteur

Giuseppina Sapio

Université Jean Jaurès (Toulouse 2) / LERASS
sapio.giuseppina@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search