Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54DossierDonner à voir le lecteur sur les ...

Dossier

Donner à voir le lecteur sur les réseaux sociaux numériques : « Bookstagram », entre nouveaux régimes de visibilité et iconographies standardisées

Showing the Reader on Digital Social Networks: “Bookstagram” Between New Regimes of Visibility and Standardized Iconography
Marine Siguier
p. 113-134

Résumés

Cet article propose une étude des processus de mise en visibilité de la figure du lecteur sur Instagram. Les contenus estampillés « bookstagram » réactivent des iconographies séculaires de la lecture, permettent la représentation d’un type de littérature (le Young Adult) absent d’autres espaces médiatiques, et contribuent à la réinterprétation d’un topos de genre (la lectrice de romans). Cette (ré)émergence de la figure du lecteur en contexte numérique entraîne la production d’une imagerie spécifique et standardisée, car influencée par les codes et les normes de « l’outil-marque » (Jeanneret, 2014) qu’est Instagram. Les industries culturelles « traditionnelles », et notamment le secteur de l’édition, jouent également un rôle dans la production de ce langage visuel, en cherchant à le capter dans une optique promotionnelle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Une triple mise en visibilité
1.1. Réactivation des iconographies du lecteur
1.2. Mise en visibilité du Young Adult
1.3. Le lecteur est une lectrice : vers un nouveau bovarysme ?
2. Des images standardisées
2.1. Normativité esthétisante d’Instagram
2.2. Réappropriation par les industries culturelles
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis leur création, les plateformes de partage d’images (Instagram, YouTube, Tumblr...) voient se multiplier les scénographies du lecteur, à travers la mobilisation d’iconographies bien spécifiques. Sur Instagram se structure ainsi un espace littéraire consacré à la publicisation de ces identités lectorales. Créée en 2010 par Kevin Systrom et Mike Krieger, cette application mobile permet le partage de photographies et de vidéos. Chaque internaute peut publier sur son « compte » un certain nombre d’images, majoritairement prises grâce à son téléphone portable, et réagir aux publications des autres utilisateurs qu’il « suit ». Chaque image publiée peut être associée à un ou plusieurs hashtags, permettant de catégoriser le contenu. Le 10 avril 2012, l’application est rachetée par Facebook, et en juin 2018, l’entreprise annonce avoir dépassé le milliard d’utilisateurs actifs mensuels.

Au sein de ce réseau social non spécifiquement littéraire, le hashtag « bookstagram » (contraction des...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Siguier, « Donner à voir le lecteur sur les réseaux sociaux numériques : « Bookstagram », entre nouveaux régimes de visibilité et iconographies standardisées », Études de communication, 54 | 2020, 113-134.

Référence électronique

Marine Siguier, « Donner à voir le lecteur sur les réseaux sociaux numériques : « Bookstagram », entre nouveaux régimes de visibilité et iconographies standardisées », Études de communication [En ligne], 54 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/edc/10203 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.10203

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search