Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58DossierMise en scène de femmes en situat...

Dossier

Mise en scène de femmes en situation de handicap sur Instagram : entre appropriation et marchandisation du récit de soi

Women with disabilities on Instagram: appropriation and monetization of self-narratives
Ludovica Tua
p. 87-104

Résumés

La contribution étudie la manière dont cinq influenceuses italiennes (Cuollo, Deluca, Lamarca, Miola et Righetti) à mobilité réduite s’approprient Instagram à un moment précis du débat public concernant le handicap et le validisme, afin de véhiculer leur propre récit du corps. À travers une approche qualitative et quantitative portant sur les photographies et leur légendes partagées en ligne, l’analyse du corpus révèle que malgré des différences dans la manière d’aborder certains sujets et d’exposer leur corps, les cinq influenceuses partagent une volonté de défier la narrative dominante sur le corps présente sur Instagram et en Italie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Du nom d’Alessandro Zan, député du Parti démocrate (centre gauche) qui en a proposé l’adoption en j (...)

1Le 27 octobre 2020, la Chambre des député.es d’Italie décide d’ajouter le « validisme » à la liste des discriminations que le projet de loi Zan1 contre les crimes de haine discuté au Parlement italien envisage de punir. Le validisme (ableism, en anglais) se définit comme l’ensemble de discours et pratiques qui, à l’instar d’autres formes d’oppression telles que le racisme et le sexisme (Abberley, 1987), crée « une hiérarchie sociale fondée sur la normalisation de certaines formes […] corporelles et sur l’exclusion d’autres » (Masson, 2013, 115).

  • 2 Données enregistrées par le OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) : http (...)

2Compte tenu du fait que les hommes et les femmes en situation de handicap sont souvent victimes de multiples agressions et que la violence à leur égard en Italie a augmenté de 32 % de 2017 à 20192, l’inclusion du validisme, au sein des crimes de haine que la loi Zan envisage de sanctionner, représente un moment fondateur pour la mise en visibilité du handicap dans le pays (Coccoli, 2021).

  • 3 Les influenceuses (influencers) sont des utilisatrices de réseaux sociaux, notamment d’Instagram, s (...)

3Face aux discriminations, à l’invisibilisation et l’infantilisation que subissent les personnes en situation de handicap, cet article interroge la manière dont cinq influenceuses3 italiennes à mobilité réduite se servent d’Instagram pour exposer et raconter leur corps. Dans les pages qui suivent, nous nous demandons si le récit du corps en situation de handicap en fait un outil de communication, servant à créer une « narrative de résistance » (MacKeigan, 2021) à l’égard des stéréotypes et des violences qui affectent les Italiens et les Italiennes à mobilité réduite.

  • 4 En guise d’exemple, le partage de liens Internet à travers les « Instagram stories », des courtes v (...)

4Notre recherche envisage ainsi d’étudier les profils Instagram de Marina Cuollo (30 000 abonné.es, à l’heure où cet article est écrit), Sofia Righetti (36 000), Laura Miola (78 000), Benedetta Deluca (120 000) et enfin de Giulia Lamarca (122 000). Ces femmes ont été choisies à partir d’un critère numérique se basant sur le nombre de personnes abonnées à leur profils, les followers, dans tous les cinq cas, supérieur à dix mille : ce paramètre témoigne de la notoriété du compte Instagram et, du moins lorsque cette étude a été menée, le fait d’avoir plus de dix mille abonné.es permettait aux utilisateurs et utilisatrices de la plateforme de bénéficier de fonctionnalités facilitant la sponsorisation d’une marque ou la vulgarisation de causes militantes4.

5Vu le contexte socio-politique dans lequel s’est récemment déroulé le débat sur le handicap en Italie, notre recherche se situe dans un arc temporel très précis qui va du moment où le validisme a été inclus au sein des discriminations punies par la loi Zan discutée au Parlement, le 27 octobre 2020, jusqu’au 7 avril 2021, date à laquelle le projet de loi a été rejeté par le Sénat italien.

6La première partie de cet article précise le cadrage théorique et méthodologique dans lesquels s’inscrit notre étude, alors que la deuxième partie présente les résultats du codage et de l’analyse des 174 publications composant notre corpus : cette dernière section se divise en quatre sous-parties qui correspondent à des filons thématiques que nous avons identifiés et qui nous semblent décliner différentes mises en scène du corps de la part des cinq influenceuses.

7La présente étude se situe au carrefour des feminist disability studies et des Sciences de l’information et de la communication : notre intérêt pour des études sur le handicap dérive de l’intérêt des études sur le genre, prises selon une perspective intersectionnelle comme une manière de penser tous les rapports de pouvoir et toutes les formes d’oppression, y compris celles qui se basent sur l’aspect physique.

1. Du modèle médical aux influenceuses sur Instagram, un état de l’art

8Du xxe siècle à nos jours, différentes manières de penser le handicap se sont alternées au sein de l’espace public et académique : le modèle médical, concevant le handicap comme un défaut biologique qui limite certaines personnes et qui peut être « résolu » uniquement à travers des traitements médicaux (MacKeigan, 2021), a été remis en discussion par le modèle social dans les années 1980 et 1990. Une des particularités de ce dernier consiste à opérer une distinction sémantique entre le terme « incapacité » et « handicap » (Oliver, 1996) : le premier fait référence à une « limitation fonctionnelle relevant de la biologie » (Masson, 2013, 113), tandis que le deuxième fait référence à une condition due à des facteurs socio-économiques et politiques, qui considèrent le sujet en situation d'handicap comme une personne limitée et qui ne l’intègrent pas au sein de la société.

9Malgré la distinction entre ces deux approches, les travaux de Barnes (1992) montrent que la représentation des personnes en situation de handicap restituée par les médias, souffre beaucoup de l’influence du paradigme médical : il en résulte un portrait lacunaire qui réduit les personnes avec un handicap tantôt à des victimes inspirant une approche pathétique, tantôt à des vilains monstrueux (Barile et Strizzolo, 2020, 5-9). Dans le sillage des réflexions sur la construction sociale des « technologie de genre » (de Lauretis, 1987) et « de race » (Dalibert, 2014), nous suggérons ainsi que les médias peuvent être également appréhendés comme étant une « technologie de handicap » qui tantôt alimente une vision piétiste et stigmatisante des corps à mobilité réduite, tantôt en favorise l’« invisibilité sociale » (Voirol, 2005). Compte tenu du fait que la narration mainstream du handicap véhiculée par les médias dits traditionnels (la radio, la télévision, la presse écrite) est souvent confiée à des personnes non concernées, ce n’est pas étonnant que celles qui le sont se soient appropriées Internet afin de « promouvoir un changement » (Parent et Veilleux, 2017, 90) et de défier les idées validistes dominant les médias traditionnels. 

10Bien que les plateformes digitales entraînent encore de nombreux obstacles pour les personnes en situation de handicap − accessibilité moindre aux personnes aveugles et sourdes par exemple (Burke et Crow, 2017) −, l’essor d’un activisme en ligne (Bertrand, 2018) nous amène à questionner la manière dont ces influenceuses à mobilité réduite se servent d’Instagram. De prime abord, le corpus de travail semble montrer que deux influenceuses sur cinq (Righetti et Cuollo) axent leur profil sur le militantisme et l’actualité politique, alors que les trois autres paraissent plutôt tournées vers le partage de leur « intériorité » et de leur vécu (Merzeau, 2015, 5). Notre analyse nous permettra de comprendre si ces profils Instagram deviennent un outil pour exprimer des narratives de résistance inscrites dans le débat public italien sur le handicap, ou s’ils s’avèrent un instrument monétisable de mise en scène de soi.

2. Recueil et traitement d’un corpus de publications Instagram

11Notre recherche s’est articulée autour de deux phases qui combinent une approche à la fois quantitative et qualitative : premièrement, la collecte des données nécessaires à construire le corpus, deuxièmement, l’analyse combinée des images et des légendes des publications sélectionnées. Avant de procéder, nous avons pris contact avec les cinq influenceuses pour les informer sur l’étude en cours. Malgré les mails et les messages via Instagram, deux seulement ont répondu à notre appel (Cuollo et Lamarca).

12Notre objectif étant d’appréhender le récit du corps que toutes les cinq transmettent à travers leurs publications en ligne, la première démarche a consisté à collecter un corpus de travail formé par 432 publications allant du 27 octobre 2020 au 7 avril 2021, en éliminant toutes celles qui n’étaient pas dans un format photographique et qui n’incluaient pas le corps des influenceuses. Nous avons ainsi retenu 174 publications, dont 42 de Deluca, 36 de Lamarca, 35 de Righetti, 48 de Miola et 13 de Cuollo.

13Ces images ont ensuite été codées à travers un tableau formé par sept colonnes correspondant à trois paramètres d’analyse différents : premièrement, la présence ou l’absence d’autres personnes dans les photographies des influenceuses ; deuxièmement, les modalités d’exposition du corps (plein pied, buste ou tête seulement) avec ou sans le fauteuil roulant (l’influenceuse pose sur le fauteuil roulant, le fauteuil roulant est placé à côté, le fauteuil roulant est absent) ; troisièmement, le niveau de nudité du corps, un critère qui a été inspiré par les travaux de Hatton et Trautner (2011) sur la sexualisation des corps féminins. Bien que la sexualisation du corps à travers Instagram ne fasse pas l’objet de notre enquête, nous avons considéré que se dévoiler devant une audience (potentiellement) illimitée de followers, ajoutait des éléments intéressants pour saisir le récit sur le corps tel qu’élaboré par ces influenceuses.

14Dans le sillage des travaux de Roland Barthes sur la photographie (1961), nous concevons cette dernière comme une image qui reproduit et en même temps construit la réalité qu’elle capture, notamment à travers des processus de connotation, parmi lesquels nous retrouvons la pose. Au sein d’un réseau social tel qu’Instagram, né pour satisfaire la « soif de reconnaissance et de validation numérique » des personnes qui l’utilisent (Frier, 2020, 18), la manière dont une influenceuse pose devant la caméra rajoute un sens secondaire à la photographie : cette dernière cesse ainsi d’être une simple reproduction, analogon, du réel, en devenant un message connoté concernant la façon dont le corps à mobilité réduite est exposé publiquement (tous les comptes sélectionnés sont publics et en libre accès).

  • 5 L’emploi de ce logiciel a été rendu possible par notre rattachement au laboratoire de recherche LER (...)

15Pour ce qui est de l’analyse des légendes, elle a été menée à travers le logiciel Crowdtangle (version academics5). Ce programme permet d’exporter toutes les données saillantes d’une publication sur Instagram (date, type de format-image, vidéo, etc.), nombre de likes et de commentaires, légendes, hashtags, etc.) et de les organiser dans un tableau format Excel. L’intérêt de ce programme réside dans la capacité à extraire, dans l’espace de quelques secondes seulement, de nombreuses informations sur un corpus assez vaste, et de les restituer dans un format de texte permettant de mener plus aisément des observations quantitatives et qualitatives.

16Cette démarche, répétée pour chaque influenceuse, nous a permis d’obtenir un texte unique et non morcelé qui se prêtait mieux à l’analyse textuelle. Dans cette dernière phase de travail, nous avons employé un deuxième logiciel en libre accès, Voyant Tool. Ce programme permet de calculer et hiérarchiser la fréquence des mots, tout en restituant leur contexte d’énonciation. L’objectif de notre recherche étant l’appréhension du corps comme image et comme discours, l’utilisation de Voyant Tool nous a aidée à mieux saisir les enjeux sémantiques des énoncés des influenceuses.

17Conscientes du fait que notre analyse du contenu ne peut pas rendre compte de ce que pensent les influenceuses et qu’elle se limite à « proposer des interprétations personnelles à partir d’observations qui (…) ne décrivent que des conditions d’une pratique » (Jeanneret, 2019, 132), nous rappelons que cette étude se base uniquement sur le processus de production de sens et non pas sur la réception de la part des abonné.es.

2.1. Le corps accompagné, ou l’importance de la famille

18Le codage des 174 images collectées révèle plusieurs tendances : la première est celle de la mise en scène familiale pour Lamarca et Miola, qui figurent souvent avec leurs maris et leurs enfants. Dans le cas de cette dernière, la mise en scène est confirmée dans la description de soi qu’elle partage sur la page d’accueil de son profil : en se définissant avant tout comme « épouse » et « mère », et seulement après comme « influenceuse de positivité », elle crée une hiérarchie d’épithètes privilégiant la dimension familiale sur les réussites individuelles. En outre, l’étude des légendes à travers Crowdtangle et Voyant Tool révèle que parmi les dix mots et hashtags les plus utilisés, ce sont les termes « amour » (11 occurrences), « maison » (8 occurrences), #maman (11 occurrences) et #famille (8 occurrences) qui reviennent le plus souvent.

19La fonction des hashtags étant de faire circuler un contenu en ligne au plus grand nombre d’internautes, nous suggérons que des photographies aux légendes, en passant par la page d’accueil de son compte, l’objectif de cette mise en scène est d’accorder une valeur particulière au statut de mère et d’épouse, insérée dans un cadre familial traditionnel et montrant le couple en tant qu’accomplissement. Remarquons que les références à la religion sont nombreuses :

« (…) Il y a quelque temps, (…) j’aurais jamais demandé à un inconnu de m’aider, et pourtant quel est le problème ? Même Jésus, dans l’Évangile, nous dit ‟Demandez et on vous donnera” − Matthieu 7: 7 » (11/03/2021) ;
« Comme chaque année je veux prier comme ça : ‟Seigneur, merci pour cette année écoulée. Même si nous avons dû faire face à une tempête…” » (31/12/2020).

20Néanmoins, à aucun moment de l’échantillon sélectionné, Miola ne porte un discours reprenant le débat sur le projet de loi Zan en Italie ou, de manière plus générale, mettant en avant les discriminations que les mères en situation de handicap subissent (Filax et Taylor, 2014). Les préjugés hérités du modèle médical qui stigmatisent ces corps comme étant soit asexués, soit hyper-sexualisés, mais dans tous les cas inaptes au rôle de génitrices (Shildrick, 2007), sont ici passés sous silence.

21Le fait de privilégier des photographies où l’influenceuse est accompagnée par des membres de sa famille n’implique pas nécessairement qu’elle soit reléguée à l’espace domestique : tout en étant souvent accompagnée par son mari, Lamarca met en avant son goût pour le tourisme et les voyages, plutôt que se présenter sous l’égide de la femme au foyer, supposée statique et dépendante. En effet, la plupart de ses photos sont prises à l’extérieur, qu’il s’agisse d’un souvenir exotique des voyages accomplis avec son mari avant les confinements (18/01/2021), ou des paysages de sa ville natale capturés en temps réel (27/01/2021). Dans sa biographie sur Instagram, Lamarca se décrit en tant que travel journalist, en laissant entendre que son corps est un corps dynamique qui se déplace aux quatre coins du monde, mais toujours en compagnie de son mari (le prénom de celui-ci revient à hauteur de 19 occurrences dans les légendes, alors que l’adverbe « ensemble » en compte 14).

22Bien que mobile et dynamique, le profil de Lamarca évite de problématiser l’expérience du handicap en voyage et, au contraire, normalise cette pratique en faisant l’impasse sur les difficultés que beaucoup de personnes à mobilité réduite rencontrent encore aujourd’hui, lorsqu’elles prennent l’avion ou qu’elles explorent le monde. Cette narration lacunaire manque ainsi de souligner que les personnes en fauteuil roulant envisageant de voyager ont encore souvent « besoin » d’être accompagnées, faute d’aménagement adaptés. Le détournement d’obstacles architectoniques ou fonctionnels contraint toujours la présence d’un tiers-aidant.

23Le manque de problématisation de la maternité et de l’expérience du voyage est compensé par l’emploi de « contre-stéréotypes » : ce terme que nous empruntons à Macé (2009) indique tous les discours qui se placent à l’opposé des stéréotypes, non pas pour les remettre en question, mais pour les masquer à travers une narrative niant toute forme de discriminations et restituant l’image d’un monde où les individus/groupes normalement opprimés cessent de l’être.

24En négligeant d’aborder l’armature matérielle et symbolique validiste à laquelle font face les mères en situation de handicap et les personnes à mobilité réduite souhaitant voyager, les récits de soi restitués par Miola et Lamarca cherchent à défier les stéréotypes sur le handicap, en y parvenant seulement partiellement. En effet, ce récit se concentre uniquement sur leur expérience personnelle et évite la réflexion sur les autres formes de handicap, cette individualisation étant un indicateur de la dépolitisation de leur discours.

2.2. Le corps et le fauteuil roulant

25L’analyse du corpus révèle en outre que, au-delà des membres de la famille, il existe dans les cinq profils analysés un autre élément ayant la fonction d’accompagner le corps de ces femmes : leur fauteuil roulant. Décliné à travers trois mots italiens différents qui n’ont pas d’équivalent en français (carrozzina, sedia a rotelle, sedia), le terme « fauteuil roulant » compte une trentaine d’occurrences et son inclusion dans les publications dévoile des détails importants sur la manière dont les cinq influenceuses décident d’exposer leur corps.

26En guise d’exemple, le codage des posts révèle que Deluca partage essentiellement des photos d’elle-même au premier plan, tout en prenant soin d’exclure le fauteuil roulant. Lorsqu’elle se montre en entier, elle préfère le faire en se tenant debout sur des béquilles (publication du 20/02/2021), ou assise sur une chaise (03/12/2020, lorsqu’elle est invitée dans une émission télévisée). De la même manière, au sein des 13 photographies de Cuollo que nous avons examinées, seulement une présente son fauteuil roulant motorisé (29/01/2021).

27Malgré cette faible présence iconographique, l’inclusion du fauteuil roulant par Deluca et Cuollo est accompagnée des légendes abordant les préjugés validistes que ces appareils fomentent. Il s’agit notamment de préjugés paternalistes et infantilisants, concevant la personne bénéficiaire de cet équipement comme quelqu’un en détresse et ayant toujours besoin d’aide. Quant à Miola, bien que la plupart de ses photographies la représente avec son fauteuil roulant (27 sur 48), elle évite d’en parler dans ses légendes, tout en lui accordant une place naturellement inscrite dans l’énonciation visuelle.

28Au contraire, Lamarca et Righetti affichent une fierté de leur fauteuil roulant, au point de lui dévouer plusieurs publications, notamment au moment de la Journée internationale du fauteuil roulant, le 1er mars. Cependant, si pour Lamarca cette commémoration est l’occasion de poser une fois de plus souriante sur ce qu’elle appelle son « partenaire de vie », Righetti choisit de rester assise par terre et de maintenir un regard sérieux alors qu’elle soulève son fauteuil roulant en guise de trophée. Cette photographie en noir et blanc, qui renvoie aux images des triomphes célébrés sur les estrades, lui sert de mise en scène pour dresser une critique contre le stigmate à l’égard des personnes à mobilité réduite et pour renseigner ses abonné.es sur la charge économique que cet objet requiert. La légende de cette photo devient ainsi un espace d’information et de polémique, une tribune à travers laquelle Righetti se sert du privilège d’être suivie par des milliers de personnes pour rappeler que : « Il n’y a pas tout le monde qui peut se permettre un fauteuil roulant comme celui-ci (le sien, montré dans l’image, N.D.A.), mais cet objet est indispensable non seulement d’un point de vue esthétique mais également d’un point de vue de santé (…). Tout le monde a droit à un fauteuil roulant parfait » (02/03/2021).

29Alors que le terme « fauteuil roulant » est presque omniprésent dans les photographies de certaines influenceuses, mais quasiment absent dans d’autres, lorsque les mots italiens le traduisant sont mentionnés au sein d’une légende, ils entrainent un discours ambivalent : défini tantôt comme un « partenaire de vie », tantôt comme un « partenaire inconfortable », l’inclusion de cet objet permet d’aborder à la fois des questions financières concernant son prix, et des questions sociales sur la manière dont il étiquette une personne en l’exposant au regard validiste de la société.

30De même, lorsqu’il s’agit de parler de la discrimination qu’une personne à mobilité réduite peut subir par le seul fait qu’elle utilise un fauteuil roulant, les publications examinées restituent un récit majoritairement axé sur le vécu des influenceuses : la dimension collective des problématiques avancées demeure encore une fois plus faible par rapport à celle individuelle, et les références à l’actualité politique et au débat public sont pratiquement inexistantes.

2.3. La promotion du corps

31L’image que Righetti publie lors de la Journée internationale du fauteuil roulant est issue d’une séance photo qui accompagne un entretien réalisé par le magazine Donna Moderna. Afin d’annoncer la parution de ce numéro qui lui consacre également la couverture, Righetti en partage un aperçu surmonté d’une légende qui commence par le mot « victoire » :

« Victoire. Nous avons gagné (…). Enfin, une femme en situation de handicap, une personne avec un corps vraiment non conforme, qui fait partie d’une communauté politiquement et socialement opprimée et non représentée, est montrée sur la couverture d’un des magazines féminins les plus importants d’Italie » (25/02/2021).

32D’une manière similaire, dans une publication datée du 11/03/2021 et formée par quatre photographies où Lamarca pose pour une marque de vêtements, cette influenceuse emploie le terme « victoire » (6 occurrences) pour saluer sa présence devant l’objectif d’une caméra professionnelle.

« (…) Celle-ci est une grande victoire ; c’est une victoire d’être sur les profils d’une marque ayant l’image d’une femme en fauteuil roulant ; c’est une victoire d’avoir à faire avec un photographe professionnel (…) ; c’est une victoire d’entendre Andrea (…) me dire : ‟Je vois ce que tu fais et à quel point tu t’engages”. Tout cela est une victoire ».

33L’accès à la sphère médiatique et marchande est ainsi donné à voir comme un accomplissement, comme une garantie d’inclusion sociale.

34De la mode au journalisme, l’idée qu’il y a des espaces qui, après avoir été longtemps inaccessibles pour certains corps, deviennent de plus en plus inclusifs, revient dans le profil de Cuollo.

« Si on m’avait dit, il y a une dizaine d’années, que je finirais sur @VanityFairItalia, ma réponse aurait été : ‟ Oui, bien sûr, combien de verres as-tu bu ? ” Car vous savez ? Quand tu fais partie depuis toujours d’un groupe marginalisé, et que tu as un corps non conforme, tu grandis en sachant que certains lieux, certains espaces, te sont interdits » (17/02/2021).

35Dans cette publication, l’influenceuse annonce le début de sa collaboration comme rédactrice de Vanity Fair, un magazine qu’elle avoue avoir toujours considéré « inaccessible ».

36Le fait que de plus en plus de milieux professionnels médiatiques cherchent à diversifier leurs invité.es et leurs employé.es trouve confirmation dans deux publications de Deluca qui annoncent sa participation en tant qu’experte à des émissions diffusées par les chaînes étatiques Rai 1 et Rai 2 (3 et 9 décembre 2020). De même, à travers une photographie où elle pose sur son fauteuil roulant, Miola annonce sa participation à une émission de Rai 2 (12/12/2020) pour une collecte de fonds organisée par le Téléthon.

37Le fait que la publication Instagram qui annonce l’événement ne contienne aucune référence au projet de loi Zan, ainsi que le fait qu’il s’agisse de participations occasionnelles, sembleraient confirmer ce que Tito Vagni (2020) remarque à propos des programmes de débat et de divertissement des chaînes étatiques de la Rai. Cet auteur évoque en effet une tendance à privilégier le récit individuel d’une personne en situation de handicap, au lieu d’une « thématisation de plus grande envergure » (2020, 59) sur le handicap en Italie. Invitées sur les plateaux pour raconter leur histoire, les personnes en situation de handicap sont ainsi absorbées dans des entretiens au registre piétiste qui en font un objet d’inspiration et une leçon de vie, servant à guider les personnes sans handicap à travers les défis du quotidien (Haller et Preston, 2017, 53).

38La chaîne Rai est d’ailleurs responsable de la diffusion de séries ayant pour protagonistes des personnes en situation de handicap, dont la vie est racontée par le biais d’un récit « réconfortant », imprégné de contre-stéréotypes qui offrent une vision idyllique du handicap, tout en restant silencieux sur les difficultés que ces personnes rencontrent aujourd’hui en Italie (Vagni, 2020, 67). 

2.4. La promotion à travers le corps

39De la promotion du corps à la promotion à travers le corps, les recherches sur des influenceuses ne peuvent pas faire abstraction de la dimension de marketing et de développement économique que cette plateforme numérique a mis au point dans les dernières années. Notre analyse des légendes nous a en effet permis de noter que, à plusieurs reprises, le corps des influenceuses est susceptible de se transformer en un outil de promotion et de publicité.

40Dans le cas de Miola, la sélection des dix mots les plus utilisés restituée par Voyant Tool inclut le terme codice, « code » de remise économique (7 occurrences) ; Pranamat, du nom d’un matelas thérapeutique qu’elle promeut (7 occurrences) et sconto, « réduction ». En outre, le fait que la seule occurrence du terme « corps » observée pour Miola, se trouve dans une légende n’entraînant aucun discours sur le corps en soi mais voulant simplement promouvoir un sèche-cheveux (11/02/2020), nous amène à suggérer qu’elle est l’influenceuse qui se prête le plus facilement à faire de ses publications une vitrine publicitaire. À travers ses contenus, Miola fait connaître des produits cosmétiques (11/02/2021 et 31/03/2021), des produits culinaires (01/12/2020) et de jouets pour les enfants, dans les photographies où elle pose avec son fils (03/12/2020, 13/02/2021).

41Nous observons que Lamarca et Deluca se servent également de leur profil Instagram pour faire de la promotion : des plateformes vidéo telles que Amazon Prime Video et Disney+ (10/11/2020, 23/02/2021), aux produits cosmétiques et aux marques de vêtements (09/11/2020, 25/02/2021), la sphère marchande se sert des profils des influenceuses pour des finalités commerciales. Vu le nombre d’abonné.es que les femmes de notre corpus comptabilisent, et compte tenu que cet élément figure parmi les critères les plus déterminants pour faire d’une influenceuse la tête d’affiche d’une marque (Caso et al., 2019), la révélation de cette pratique au sein de notre enquête ne nous paraît pas étonnante. Elles participent ainsi au mouvement du marketing d’influence au même titre et avec les mêmes modalités que tout autre influenceur.

42Bien que Barile et Strizzolo (2020) et Vagni (2020) se demandent si derrière la « vitrinisation » du handicap faite par les marques internationales et les médias, qui prônent l’inclusion des sujets marginalisés, ne se cache un simple « projet d’expansion de l’industrie culturelle néo-libérale et capitaliste » (Barile et Strizzolo, 2020, 84), notre analyse nous a permis d’enrichir cette réflexion et de fournir des pistes de réflexion complémentaires.

43En guise d’exemple, lorsque Cuollo fait la promotion d’une marque de pulls à travers une publication du 23/12/2020, ses mots introduisent un discours plus vaste abordant les difficultés que les personnes ayant des « corps avec des caractéristiques différentes » rencontrent lorsqu’elles choisissent leurs vêtements. Cette légende, qui dénonce un marché de la mode perçu comme étant encore très faiblement inclusif, a le mérite de montrer les difficultés qu’un geste banal comme celui de s’habiller peut cacher.

44De même, lorsque Deluca et Lamarca font recours aux hashtags #normalizenormalbodies, #bodypositive et #loveyourself, issus du mouvement de Body Positivity particulièrement répandu sur Instagram (Cohen et al., 2019), l’analyse combinée des images et des légendes révèle que ceux-ci sont insérés à la fin de récits très intimes sur leur vécu.

45En témoignent deux publications de Deluca où, bien que la présence du mot « corps » soit dérisoire (une seule occurrence), sa présence iconographique demeure centrale à travers le partage d’une photographie où l’on voit au premier plan les cicatrices des opérations chirurgicales subies (10/02/2021). Dans la légende, l’influenceuse se prête à un récit intime concernant la « honte » souvent ressentie face à ses cicatrices :

« Je n’ai jamais affiché ma cicatrice en premier plan, soit par honte, soit parce que je la détestais. Je la détestais car je pensais qu’elle pouvait limiter ma féminité. Cependant aujourd’hui j’en suis fière : souvenez-vous toujours que les cicatrices nous permettent de comprendre à quel point la vie a été complexe et dure avec nous, mais en même temps, elles nous rappellent à quel point on a été courageux et extraordinaire à en sortir en tant que gagnants ».

46L’évocation des cicatrices de Deluca, ce signe permanent qui lui a longtemps fait craindre d’avoir perdu sa féminité, lui sert ici de tremplin pour transmettre un discours de motivation sur la nécessité d’apprendre à accepter son propre corps.

47Dans le sillage de cette réflexion, à l’occasion de la récente Journée internationale des droits des femmes du 8 mars, Cuollo partage une photographie de plein pied en bikini (la seule image du corpus), pour rappeler que si les femmes avec handicap ont « honte » d’elles-mêmes, c’est parce que la société les intime à « cacher » leur corps et leur « féminité ».

« La même société qui demande aux femmes d’être toujours belles et attirantes, soigneusement entretenues, séduisantes, impose pourtant aux femmes en situation de handicap de cacher leur féminité, leur corps, leurs formes, au sein d’une compétition permanente où on ne gagne jamais, mais où on perd toujours » (10/03/2021).

48L’association entre « honte » et « corps » revient encore dans le corpus de Righetti, la seule influenceuse qui utilise ce dernier terme de manière significative (26 occurrences) et toujours au sein de légendes assez longues. Celles-ci évoquent la nécessité de rendre visibles les corps « non conformes » (4 occurrences) et « crip » (20 occurrences), ayant souvent été « cachés » (12 occurrences) ou reniés par la société.

Conclusion

49En Italie, les personnes en situation de handicap sont confrontées quotidiennement à de nombreuses difficultés : du manque de tutelle légale et d’assistance dans l’éducation à la violence vis-à-vis des femmes, en passant par la carence d’emploi et par la déferlante stigmatisation de leurs corps dans l’espace public, tous ces éléments relatent l’histoire d’un pays qui a du mal à reconnaître les besoins de base de ses citoyens. En témoigne le fait que le validisme a été rajouté seulement a posteriori au sein des discriminations que le projet de loi Zan contre les crimes de haine, discuté au Parlement entre 2020 et 2021, envisageait de punir.

50Le fait d’examiner les souffrances et les inégalités auxquelles font face les personnes en situation de handicap dans un deuxième temps, notamment un an après avoir commencé à rédiger le projet de loi, nous donne une idée de la faible considération du handicap, écrasé par le poids du validisme.

51Face à cette situation, ainsi qu’au récit approximatif sur le handicap divulgué par la plupart des médias dits traditionnels, nous nous sommes intéressée à la manière dont cinq femmes à mobilité réduite bénéficiant d’une vaste audience sur Instagram, se servent de cette plateforme pour véhiculer un récit de l’expérience sociale de leur corps.

52L’analyse quantitative et qualitative de 174 publications de Lamarca, Cuollo, Righetti, Miola et Deluca dans un arc temporel significatif par rapport aux discussions sur le projet de loi Zan, s’est articulée autour de quatre filons thématiques concernant la mise en scène du corps « accompagné » par des proches et par le fauteuil roulant, du corps « médiatisé » et enfin du « corps-publicité ».

53Ainsi, nous avons noté que la présence parfois inévitable de personnes ou d’outils permettant d’accompagner le corps à mobilité réduite, est problématisée par Righetti et Cuollo, évitée autant que possible par Deluca, et enfin personnalisée par Miola et Lamarca : à travers l’emploi flagrant de contre-stéréotypes, ces dernières racontent l’expérience privilégiée de leur corps « accompagné », en négligeant pourtant la dimension collective du handicap. Pour ce qui est du troisième axe thématique, nous suggérons que les collaborations occasionnelles et de courte durée (à l’exception de Cuollo) entre les influenceuses et les médias traditionnels, questionnent la capacité « révolutionnaire » de ces derniers (des termes employés par Righetti) et laissent imaginer que ce sera plutôt à travers Instagram que les personnes en situation de handicap pourront s’exprimer plus aisément. Quant au « corps-publicité », notre recherche révèle qu’il est tantôt un outil soumis aux logiques marchandes des marques et des hashtags, tantôt une vitrine servant à aborder des discours de motivation et de body acceptance plus profonds avec l’audience.

  • 6 Righetti aborde ce sujet dans une infographie mélangeant une image et des phrases, sur le modèle de (...)

54Bien qu’aucune de ces influenceuses ne parle du projet de loi Zan6, nous constatons qu’à travers le récit intime de leur vie et l’évocation de certains sujets, les références à l’actualité dont ce projet de loi était censé s’occuper, ne manquent pas.

55Pour conclure, la mise en scène de leur corps se révèle être un dispositif sémiotique qui restitue avant tout des discours individuels sur leur passé, leur présent et leurs espoirs pour le futur ; malgré les différences considérables parmi les profils analysés, nous suggérons que le corps comme dispositif sémiotique ne se limite pas à restituer des récits individuels des influenceuses, mais il les rassemble et les amalgame en une « communauté émotionnelle » (Julliard, 2018), qui s’approprie Instagram. Cette communauté semble avoir le potentiel de rompre la chaîne d’invisibilisation médiatique à laquelle les femmes en situation de handicap sont encore reléguées.

Haut de page

Bibliographie

Abberley, P. (1987). The concept of oppression and the development of a social theory of disability. Disability, Handicap & Society, 2(1), 5-19. https://www.um.es/discatif/PROYECTO_DISCATIF/Textos_discapacidad/00_Aberley.pdf.

Barile, N. et Strizzolo, N. (dir.) (2020). Spettacolarizzazione della disabilità: media, estetizzazione e riconoscimento. Salute e società, 2. Franco Angeli.

Barnes, C. (1992). Disabling Imagery and the Media. An Exploration of the Principles for Media Representations of Disabled People. Ryburn Publishing.

Barthes, R. (1961). Le message photographique, Communications, 1, 1961. 127-138. https://doi.org/10.3406/comm.1961.921.

Bertrand, D. (2018). L’essor du féminisme en ligne. Symptôme de l’émergence d’une quatrième vague féministe ?. Réseaux, 208-209, 232-257. https://doi.org/10.3917/res.208.0229.

Burke, L. et Crow, L. (2017). Bedding Out: Art, activism and Twitter. K. Ellis et M. Kent (dir.). Disability and Social Media. Global perspectives. Routledge, 57-72.

Caso, D., Fabbricatore, R., Muti, F. et Starace, C. (2019). Sessualizzazione e oggettivazione femminile su Instagram: il ruolo delle influencer. Psicologia Sociale, 14(3), 441- 463. https://doi.org/10.1482/94944.

Coccoli, D. (2021, 15 mai). Una legge che è davvero uguale per tutti. The Left. https://left.it/2021/05/15/una-legge-che-e-davvero-uguale-per-tutte-e-tutti/.

Cohen, R., Irwin, L., Newton-John, T. et Slater, A. (2019). #bodypositivity: A content analysis of body positive accounts on Instagram. Body Image, 29, 47-57. https://doi.org/10.1016/j.bodyim.2019.02.007.

Dalibert, M. (2014). Quand le genre représente la race. Les processus d’ethnoracialisation dans la couverture médiatique de « Ni putes ni soumises ». B. Damian-Gaillard, S. Montañola et A. Olivesi (dir.) Lassignation de genre dans les médias. Attentes, perturbation, reconfigurations, Presses universitaires de Rennes, 55-66. https://hal.univ-lille.fr/hal-01695322.

Filax, G. et Taylor, D. (dir.) (2015). Disabled Mothers: Stories and Scholarship By and About Mother with Disabilities. Demeter Press.

Frier, S. (2020). Instagram sans filtres. Les secrets de la start-up qui a révolutionné nos modes de vie. Dunod.

Haller, B. et Preston, J. (2017). Confirming normalcy: ‘Inspiration porn’ and the construction of the disabled subject? K. Ellis et M. Kent (dir.). Disability and Social Media. Global perspectives. Routledge, 41-56.

Hatton, E. et Trautner, M. N. (2011). Equal opportunity objectification? The sexualization of men and women on the cover of Rolling Stone. Sexuality & Culture: An Interdisciplinary Quarterly, 15(3), 256–278.

Jeanneret, Y. (2019). Recourir à la démarche sémio-communicationnelle dans l’analyse des médias. B. Lafon (dir.), Médias et médiatisation : analyser les médias imprimés, audiovisuels, numériques, Presses universitaires de Grenoble, 105-135.

Julliard, V. (2018). L’idéologie raciste en appui aux discours antiféministes : les ressorts émotionnels de l’élargissement de l’opposition à la « théorie du genre » à l’école sur Twitter. Cahiers du Genre, 2(65), 17-39. https://doi.org/10.3917/cdge.065.0017.

de Lauretis, T. (1987). Technologies of Gender: Essays on Theory, Film, and Fiction. Indiana University Press.

Macé, E. (2009). Mesurer les effets de l'ethnoracialisation dans les programmes de télévision : limites et apports de l'approche quantitative de la « diversité ». Réseaux, 157-158(5-6), 233-265. https://doi.org/10.3917/res.157.0233.

MacKeigan, T. (2021). Sexual citizenship through resistance: a movement that centers disabled women’s voices. Disability & Society, 36(4), 656-677. https://doi.org/10.1080/09687599.2020.1751077.

Masson, D. (2013). Femmes et handicap. Recherches féministes, 26(1), 111–129. https://doi.org/10.7202/1016899ar.

Merzeau, L. (2015). Le profil : une rhétorique dispositive. Itinéraires, 3, 1-12. https://doi.org/10.4000/itineraires.3056.

Oliver, M. (1996). Understanding Disability: From Theory to Practice. Macmillan.

Parent, L. et Veilleux, M.-È. (2017). Transport mésadapté. Exploring online disability activism in Montréal. K. Ellis et M. Kent (dir.). Disability and Social Media. Global perspectives. Routledge, 89-100.

Shildrick, M. (2007). Contested pleasures: The sociopolitical economy of disability and sexuality. Sexuality Research & Social Policy, 4(1), 53-66. https://doi.org/10.1525/srsp.2007.4.1.53.

Vagni, T. (2020). Servizio pubblico televisivo e politiche culturali della disabilità : modelli di un immaginario consolatorio. N. Barile et N. Strizzolo (dir.) (2020). Spettacolarizzazione della disabilità: media, estetizzazione e riconoscimento. Salute e società, 2. Franco Angeli, 56-70.

Voirol, O. (2005). Invisibilité sociale et invisibilité du social. H. Faes (dir.) L’invisibilité sociale. Approches critiques et anthropologiques, L’Harmattan, 57-93.

Haut de page

Notes

1 Du nom d’Alessandro Zan, député du Parti démocrate (centre gauche) qui en a proposé l’adoption en juin 2020.

2 Données enregistrées par le OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) : https://hatecrime.osce.org/italy?year=2019.

3 Les influenceuses (influencers) sont des utilisatrices de réseaux sociaux, notamment d’Instagram, se distinguant par un nombre d’abonné.es (les followers) très élevé ainsi que par un intense, et constant, nombre d’interactions (en termes de likes et de commentaires laissés par leurs abonné.es) pour chaque photographie ou vidéo publiée sur leur compte.

4 En guise d’exemple, le partage de liens Internet à travers les « Instagram stories », des courtes vidéos de quinze secondes qui restent visibles vingt-quatre heures maximum. Accessible uniquement aux personnes qui comptabilisaient plus de dix mille abonnés, à l’heure où cet article a été rédigé, cette fonctionnalité est désormais exploitable par tout. e utilisateur et utilisatrice d’Instagram.

5 L’emploi de ce logiciel a été rendu possible par notre rattachement au laboratoire de recherche LERASS, qui bénéficie du permis d’accès à la version academics.

6 Righetti aborde ce sujet dans une infographie mélangeant une image et des phrases, sur le modèle de Power Point (17 décembre 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludovica Tua, « Mise en scène de femmes en situation de handicap sur Instagram : entre appropriation et marchandisation du récit de soi »Études de communication, 58 | 2022, 87-104.

Référence électronique

Ludovica Tua, « Mise en scène de femmes en situation de handicap sur Instagram : entre appropriation et marchandisation du récit de soi »Études de communication [En ligne], 58 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/edc/14363 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.14363

Haut de page

Auteur

Ludovica Tua

LERASS, Université Toulouse - Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search