Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58DossierLes assiettes et les corps sur In...

Dossier

Les assiettes et les corps sur Instagram : diffusion des normes de santé et diététiques

Food and bodies on Instagram: disseminating norms of diet and health
Clémentine Hugol-Gential
p. 105-124

Résumés

Cet article s’intéresse à la médiatisation des corps et des assiettes sur Instagram. Celui-ci se fonde sur l’analyse iconographique et de contenu d’une dizaine de comptes Instragram. Les analyses tendent à souligner les différentes mises en scène des corps et de ce que l’on mange en écho aux politiques de santé publique mise en œuvre en France depuis 2001. Il s’agit d’analyser la diffusion des normes de santé et diététiques avec l’émergence de nouveaux prescripteurs en alimentation-santé. Les normes s’incarnent alors dans des corps minces et sculptés imposant des normes esthétiques mais aussi des normes morales induisant de nouveaux comportements alimentaires.

Haut de page

Texte intégral

1L’alimentation marque durablement notre corps, laissant de multiples traces de nature protéiforme qui sont aussi bien métaboliques, corporelles que symboliques (Hugol-Gential, 2017). L’imaginaire, les représentations, les souvenirs occupent une place saillante dans le choix de nos consommations alimentaires et la dimension symbolique est essentielle pour percevoir toute la portée de notre alimentation et ses enjeux identitaires. L’identité peut être fondée sur des traces visibles, mesurables si l’on se réfère notamment à Giddens qui souligne que l’identité de l’individu est « incarnée » (Giddens, 1991, 56), nous renvoyant alors ici aux traces corporelles. Ainsi, l’apparence joue-t-elle un rôle primordial dans la construction de soi. L’ingestion alimentaire n’a pas uniquement que des enjeux symboliques puisqu’elle est intimement liée à des paramètres physiologiques qui conduisent à contrôler son corps.

2La problématique de la construction de l’identité en lien avec la consommation alimentaire a beaucoup été étudiée en sociologie et en anthropologie de l’alimentation. L’alimentation est un des fondements du self, l’individu se construisant biologiquement et socialement notamment par ses choix alimentaires (Fischler, 1988). Cette construction sociale de notre identité par le prisme alimentaire se médiatise aujourd’hui par les réseaux sociaux publicisant aussi bien nos assiettes que les traces corporelles. En outre, les hashtags apposés tels que #healthyfood ou bien encore #foodporn donnent à voir les représentations actuelles de notre alimentation dans un schéma souvent très dichotomique opposant le sain et le malsain. De nouvelles symboliques alimentaires se créent en lien avec les traces corporelles et se médiatisent.

3Les réseaux sociaux sont désormais une vraie chambre d’écho pour promouvoir des pratiques alimentaires et induire de nouvelles représentations et comportements alimentaires des mangeurs. Les influenceuses et les influenceurs se mettent en scène, affichent une présentation de soi (Goffman, 1973) qui s’adapte au format imposé par les plateformes elles-mêmes (format de l’image, durée de la vidéo…), et deviennent alors de nouveaux prescripteurs de pratiques et comportements alimentaires : « Sur Internet, le soi est dénommé, inscrit dans des narrations, ou représenté par des images et des traces » (Casilli, 2013, 112). En outre, « produire, commercialiser, choisir, préparer, consommer des aliments constituent également des pratiques publiques dans la mesure où elles donnent à voir, se propagent, circulent, se reproduisent, se trivialisent dans et par les médias (Jeanneret, 2008). » (De Iulio et al., 2015, 15).

4Le présent travail se fonde sur l’analyse d’un corpus d’une dizaine de comptes sur Instagram (Tableau 1) analysés par le prisme de l’alimentation et de la médiatisation du corps.

Tableau 1 : Comptes analysés dans le cadre de la recherche

Comptes étudiés Nombre de followers (en janvier 2021) Services, produits, livres associés Mots-clés associés au bio
@stephaniezwicky 96 100 abonnés x Fashion, déco, « le style n’est pas une taille mais une attitude »
@amadiététique 26 500 abonnés Consultation diététique Diététicienne, nutritionniste, relation saine avec l’alimentation
@marinelorphelin_off 943 000 abonnés x Médecine générale, santé, nutrition, sport
@graspolitique 22 000 abonnés x Association, féministe, queer, grossophobie
@emilienefnaf 713 000 abonnés @lesecretbyemilienefnaf (produits minceur). Livre Comme un air de Cendrillon Liens promotionnels
@laurythilleman 1 000 000 abonnés Collection de livres « Au Top » (6 livres et 1 agenda) Happiness, author, podcaster, TV host, owner
@lacerisesurlemaillot 49 700 abonnés 6 livres dont Mon cahier de recettes saines, light et gourmandes et Mon cahier de recettes pour un rééquilibrage alimentaire réussi Blogueuse, auteure, recettes saines, gourmandes, de saison, rééquilibrage alimentaire
@jujufitcats 2 900 000 abonnés 2 livres : 50 nuances de patate douce, Sans Filtres Liens promotionnels
@tiboinshape 4 600 000 abonnés @inshapenutrition (compléments alimentaires) + programme sportif Liens promotionnels
@ely_killeuse 150 000 abonnés @say_yas.conseil : conseil en images + livre Body Positive Attitude Conseillère, image, maman, décomplexée

5Ces comptes ont été sélectionnés grâce à un travail netnographique (Kozinets, 2009) alliant hashtags, mots-clés autour du corps et de l’alimentation prenant également en considération l’audience, les interactions, le contenu mais également les différentes ramifications médiatiques (publication de livres, blogs…) dans une logique de saisir les circularités et circulations. Plusieurs profils se dégagent avec des profils de militantes (@grapolitique), des profils d’influenceurs professionnels se revendiquant ainsi publiquement et proposant des produits et/ou services (@tiboinshape, @jujufitcats, @ely_killeuse, @emilienefnaf) ; certaines se définissent comme blogueuses ayant parfois commencé leurs activités bien avant l’avènement de la plateforme Instagram ou ayant un blog en complément des réseaux sociaux (@stephaniezwicky, @lacerisesurlemaillot) mais on trouve aussi des personnes qui revendiquent également leur activité professionnelle comme @amadiétique qui se définit en premier lieu comme nutritionniste. Notre corpus contient également deux anciennes Miss France, personnalités publiques et médiatiques : Laury Thilleman et Marine Lorphelin. La première cumule un certain nombre d’activités professionnelles qu’elle rend clairement visibles en bio : animatrice, fondatrice de restaurant, podcasteuse alors que la seconde est médecin généraliste en parallèle de son activité sur les réseaux sociaux, activité professionnelle qu’elle publicise également. Les profils ici choisis varient donc dans le positionnement, dans le nombre de followers mais aussi dans les thématiques explorées dépassant très largement les questions alimentaires et abordant des thématiques comme la mode, le style de vie, la prévention, le fitness… De ce fait, la création de typologies s’avère complexe du fait de la pluralité des profils avec des activités menées parallèlement, de la création d’autres contenus que ceux des réseaux sociaux, des thématiques traitées différentes, mais aussi du positionnement même d’influenceur qui, dès la bio, annonce une activité professionnelle, du contenu thématique ou des liens promotionnels. Le corpus choisi ici ne vise pas l’exhaustivité mais tend à rendre compte de la pluralité des situations.

6En analysant les discours et l’iconographie mobilisés, il s’agit de s’interroger sur plusieurs aspects qui prennent en compte les manières discursives et visuelles à travers lesquelles les représentations du corps se (re-/de-)construisent et se donnent à voir sur ce réseau social en lien avec l’alimentation, mais aussi en termes de transformations des pratiques sociales : comment se construit, sur les réseaux sociaux, un idéal aussi bien alimentaire que corporel ? Quels sont les discours promus en lien avec d’autres discours portés notamment par les politiques publiques de santé ? Comment les normes de santé, les normes diététiques deviennent des normes morales et esthétiques ? Quels sont les enjeux de leur publicisation ?

7Dans le cadre de cet article, articulé en deux parties principales, il s’agira de traiter dans un premier temps de la nutritionnalisation des discours et de l’impact sur la mise en normes des assiettes, des corps et notamment ceux des femmes. Puis dans un second temps, seront traitées la circulation et la circularité de ces discours sur les réseaux sociaux avec des influenceurs et influenceuses qui deviennent de nouveaux prescripteurs en alimentation-santé.

1. Le Programme national nutrition santé : entre normes de santé et mise en normes du corps

8Depuis vingt ans, la France est le théâtre d’une politique nutritionnelle très interventionniste, engagée par le ministère de la Santé avec la mise en place du PNNS (Programme national nutrition santé) en 2001 (Burzala-Ory et al., 2017) qui a donné lieu à une multiplication des messages liant l’alimentation et la santé. Caroline Ollivier-Yaniv souligne notamment que « dans certains secteurs (santé, environnement, sécurité), la communication est un instrument traditionnel des politiques publiques de prévention, notamment en vue d’agir sur les comportements individuels » (Ollivier-Yaniv, 2019, 670) et note la nécessité de saisir « la matérialité discursive et médiatique de l’action publique » (Ollivier-Yaniv, 2018, 6) afin de comprendre les enjeux symboliques liés. Il devient alors essentiel de saisir la diffusion de ces discours et l’apparition de nouvelles normes qui se naturalisent pour analyser les différents enjeux qui s’agrègent autour de l’alimentation-santé.

1.1. Nutritionnalisation des discours

9Le Programme national nutrition santé lancé par le ministère de la Santé a fortement publicisé la dimension nutritionnelle de notre alimentation : « Ainsi les PNNS participent-ils d’une phase de nutritionnalisation de la société (Poulain, 2009), c’est-à-dire d’un processus de diffusion massive des connaissances nutritionnelles à travers les médias, et de la multiplication de campagnes d’éducation pour la santé » (Romeyer, 2015, 47). Des campagnes d'information et d'éducation conçues par les pouvoirs publics et les médecins sont menées pour faire prendre conscience aux mangeurs du lien étroit entre leur alimentation et leur santé mais aussi de leur responsabilité individuelle dans ce domaine, reprises par les « émetteurs relais » (Renaud, 2007, 111) que sont les médias traditionnels ou bien encore les médias sociaux.

10De nombreux sociologues de l’alimentation contemporains (Claude Fischler, Jean-Pierre Poulain, etc.) ont souligné le glissement vers la médicalisation de notre alimentation du fait que la santé devient une valeur et la médecine une culture (Lupton, 1995). Cette médicalisation des pratiques alimentaires entraîne donc une nutritionnalisation des pratiques et des discours avec une diffusion des connaissances nutritionnelles à travers la presse, la télévision, les réseaux sociaux, les campagnes d’éducation à la santé transformant les hiérarchisations de sens donnés à l’acte alimentaire. Pour autant, la nutritionnalisation de l’alimentation (Dodds et Chamberlain, 2017) a poussé à la montée d’un discours contradictoire (Hébel et Pilorin, 2012) reconfigurant le plaisir, la convivialité et le goût, qui retrouvent une certaine légitimité (Dupuy, 2013). Ce mouvement se répercute sur les réseaux sociaux avec la cohabitation de ces différents discours sur l’alimentation, accentuée par la médiatisation croissante des crises alimentaires (Hansel et al., 2003). Aujourd’hui nombreux sont les comptes dispensant des conseils diététiques à l’instar de @marinelorphelin_off ou bien encore @amadiététique qui se positionnent comme professionnelles de santé alors que @cerisesurlemaillot est de son côté autrice culinaire construisant son discours autour de la notion de plaisir. En fonction des activités professionnelles revendiquées, la porte d’entrée vers l’alimentation n’est pas la même entre santé et plaisir mais dans les différents cas, il est tout de même question de maitrise du corps et de prévention de son capital santé dans la continuité des discours de santé publique.

1.2. Le corps des femmes sous contraintes

11La santé du corps, de l’esprit, l’alimentation sont des thématiques genrées qui touchent les femmes, garantes de l’intégrité de leur famille. Dans son essai Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine, Mona Chollet note : « Une femme est censée picorer, remplir modérément son assiette, éviter de se resservir (…). De surcroît, son rôle traditionnel est d’être celle qui prépare avec amour de bons plats pour les autres, mari et enfant et qui y trouve son compte ; on n’imagine pas qu’elle puisse être destinataire de telles attentions » (Chollet, 2012, 114-115).

12Les normes de poids et de beauté en France ont évolué au cours du temps et de l’histoire, c’est aujourd’hui le corps mince qui est valorisé mais aussi le corps sculpté. Pour les femmes, il s’agit alors de ne pas grossir et de rester minces comme le souligne Estelle Masson (2004), qui met en lumière également que l’indice de masse corporelle (IMC) conduit à la création artificielle de catégories dont les noms « classe normale », « surpoids », « obésité » ont un effet sur les représentations et deviennent même de vrais « stigmates » au sens goffmanien. En outre, la mise en place du PNNS depuis 2001 et la lutte contre l’obésité ont également un effet sur les représentations du corps gros et sur le regard que l’on porte aussi bien sur soi que sur les autres.

13Si la promotion du corps sculpté ou musclé touche désormais des hommes et des femmes, les injonctions au corps mince touche depuis de nombreuses années uniquement ces dernières. Le corps mince est généralement lié au corps sain, en bonne santé. Dans Corps des femmes sous influence. Questionner les normes, Annie Hubert souligne dès l’introduction : « De toutes ces études et analyses, ressort fortement le fait que le discours médical alimente la pression sociale autour de la minceur et s’en imprègne, et que les normes esthétiques et médicales se transforment en normes morales individuelles et collectives » (Hubert, 2004, 1).

14En outre la question du « être mince » ou du « rester mince » est largement valorisée dans un discours de santé publique repris dans les magazines féminins qui valorisent l’autonomie et la responsabilisation individuelle (Carof, 2021). Dans une étude diachronique allant de 1943 à 2010 analysant des revues féminines, Faustine Régnier (2017) montre que la préoccupation de maigrir prend de plus en plus d’importance au fil du temps. En France, la minceur apparaît dans les années 1960 dans la presse féminine et dès les années 1980, il s’agit de lutter contre les divers excès auxquels le corps peut être soumis. Faustine Régnier souligne que le régime est devenu plus récemment « sur-mesure » avec des modalités et des résultats différents (perdre du ventre, des cuisses) et s’inscrit dans le cadre d’une maîtrise individuelle : « Minceur et beauté sont dites plus accessibles, mais à une condition : que la lectrice fasse ce qu’il faut à cette fin. Elle en a l’entière responsabilité, par le suivi des conseils reçus, par l’attention qu’elle porte à son corps, par les régimes qu’elle met en œuvre, par le temps qu’elle consacre à l’exercice physique » (Régnier, 2017, 153). Il s’agit alors de promouvoir une perspective nutritionnelle alliant diététique et sport qui est très présente sur les réseaux sociaux (ici six comptes sur les dix étudiés).

15Cette individualisation trouve un terreau particulièrement fécond au sein des réseaux sociaux permettant de développer un culte de la personnalité autour d’une identité forte mais aussi une mise en récit de soi qui promeut bien souvent l’émancipation individuelle dans une perspective néolibérale effaçant tous les déterminants contextuels, sociaux, économiques, culturels et structurels. En contre-point, on voit des comptes comme @graspolitique qui, dans une perspective militante, dénonce cette individualisation mais aussi la minceur à tout prix et prône une responsabilité publique et politique dans la lutte non pas contre l’obésité mais contre la grossophobie.

2. Les nouveaux prescripteurs de l’alimentation santé

16Aujourd’hui les assiettes et les corps s’opposent sur la plateforme Instagram. Signe Rousseau (2014) souligne l’antagonisme autour du food porn qui a une face positive et une face négative :

  • 1 Traduction par nos soins : « Le terme est souvent utilisé de manière positive, pour suggérer que la (...)

« The term is often used positively, to suggest that the food depicted is desirable or is depicted in a way that makes it desirable – the latter of which could depend on the aesthetics of composition (including lighting, extreme close-ups, color saturation) or on the person or people preparing or eating the food. While the connotation is often of “guilty pleasure”, or allowable “indulgence”, the term can also (sometimes simultaneously) negatively connote food which is regarded as “bad” and which should be avoided1 » (Rousseau, 2014, 748).

17Si l’on y regarde de plus près, les mises en scène sont finalement assez similaires entre #healthyfood et #foodporn : gros plan, couleur, saturation, mais elles valorisent deux formes d’alimentation qui nutritionnellement s’opposent.

18Les supports de diffusion sont multiples et comme l’analyse Camille Adamiec : « Les blogs, chaînes Youtube ou comptes Instagram qui évoquent l’alimentation-santé associent le plus souvent alimentation, beauté et bien-être, mode de vie respectueux de son rythme biologique et compassion pour les autres » (Adamiec, 2017, 124). L’alimentation-santé apparaît donc comme un déterminant ou une partie d’un mode de vie beaucoup plus global comprenant de multiples ramifications. Les différents comptes analysés montrent qu’il est rarement question uniquement de cuisine ou d’alimentation mais que celles-ci s’inscrivent dans une forme de vie bien plus large alliant alimentation mais aussi activité sportive dans une perspective nutritionnalisée des choix alimentaires.

19Deborah Lupton dans une revue systématique (2017) souligne à quel point le web social a une incidence sur le poids, la taille mais aussi la forme du corps. Dans son ouvrage, Corps sous influence. Les réseaux sociaux, entre carcan et émancipation, Pauline Creuzet note :

« En célébrant un idéal corporel inaccessible, Instagram exerce une pression à se montrer attrayant, et joue un rôle préjudiciable pour des générations déjà en proie à une concurrentielle quête de perfection. Caricaturés, les réseaux sociaux sont malgré cela un porte-voix, un moyen moderne saisi par des personnalités et des anonymes pour s’élever contre l’uniformité supposée des canons de beauté » (Creuzet, 2021, 11-12).

20Si l’alimentation-santé s’enracine dans des discours multiples, la thématique est aussi très liée à l’exposition et à la médiatisation du corps mince. En outre, antérieurement avant la mise en place du PNNS en 2001, Solenne Carof rappelle que la question de l’obésité a été mise à l’agenda politique dès 1998 avec « la publication de recommandations pour prévenir et traiter l’obésité, qui n’est alors plus définie comme un problème individuel mais comme un enjeu collectif de santé publique » (Carof, 2021, 49). Santé, minceur et alimentation sont traitées conjointement et reprises largement avec la promotion d’un cercle vertueux promouvant activité physique, alimentation saine, corps mince mais aussi jeunesse : « derrière le désir de minceur se profile le mythe de l’éternelle jeunesse. Être mince, c’est être jeune » (Poulain, 2002, 129).

2.1. La mise en scène individuelle du corps mince et l’alimentation #healthy

21Le régime est une pratique sociale valorisée qui prouve la possibilité d’une maîtrise du corps notamment chez les femmes (Lavrilloux et Masson, 2018). Les femmes sont toujours plus nombreuses que les hommes à faire un régime, il s’agit donc bien d’une pratique genrée (Carof, 2015). Les corps mis en scène dans l’espace médiatique ont un impact sur la vision et la représentation du corps idéal. Sous couvert d’empowerment, il s’agit également de responsabiliser la femme qui souhaite mincir. Cette logique de responsabilité individuelle est extrêmement présente dans l’étude des réseaux sociaux notamment sur Instagram. C’est ainsi que France Tronel, Instagrammeuse2 devenue coach qui publicise ses prestations grâce à son site, raconte son parcours de perte de poids : « Et pourtant cela a été mon déclic pour ME rendre responsable de mes changements, de mon bonheur. Mon déclic pour arrêter de regarder en arrière et pour me dire “ merde, bouge-toi, le bonheur c’est MAINTENANT3 ! ” ». Les réseaux sociaux permettent alors de diffuser et de publiciser des discours déjà promus au sein du PNNS en proposant une incarnation et un modèle possible en tant que preuve. Au-delà d’incarner, les influenceurs proposent aussi leurs propres services ou ouvrages qui viennent en extension des discours publics faisant alors miroiter la possibilité de l’idéal de minceur. Sur les dix comptes étudiés, sept proposent des livres, services, produits en lien avec la minceur et l’image du corps. L’influence autour de l’alimentation-santé se croise ici avec des enjeux de commercialisation. Il ne s’agit pas ici de prévenir comme peut le faire le PNNS en valorisant des comportements individuels mais bien de promouvoir et vendre pour arriver à ses fins.

  • 4 Nombre de publications en date du 14 janvier 2022. Le hashtag #foodporn représente 278 millions de (...)

22Dans ce dispositif de médiatisation et de promotion, on note la puissance de l’image et des photo-montages soulignant un avant-après et des discours faisant porter la responsabilité de la minceur sur l’action individuelle au même titre que les discours en santé publique dont la plupart des actions proposées portent sur les comportements individuels (Carof, 2021). Les traces du corps qui s’amincit se publicisent à différentes fins. L’histoire individuelle devient collective par la possibilité de la suivre en tant que « spectateur » mais aussi par la possibilité de la vivre en achetant les produits, les régimes ou les ouvrages promus. Le hashtag #healthyfood représente plus de 104 millions de publications4 et valorise une alimentation saine pour un corps sain et donc, par extension, mince.

  • 5 À titre d’exemple, on peut citer le challenge du « thigh gap » en 2014 qui visait à avoir les cuiss (...)

23Cette possibilité individuelle se matérialise également dans le lancement de défis à relever individuellement sur les réseaux sociaux qui sont régulièrement diffusés5. Si ces challenges sont dénoncés par certains comme nocifs pour la santé des participants (la plupart du temps des jeunes femmes), il n’en reste pas moins qu’ils rencontrent un large succès et sont largement relayés. Ces montages avant-après montrant le corps qui mincit et/ou se sculpte sont réalisés aussi bien par des comptes d’influenceuses importantes comme Émilie Nef Naf (713 k followers) que d’Instagrammeurs ayant un nombre de followers restreints. Nous pouvons alors observer des motivations communicationnelles différentes avec, d’un côté, pour Émilie Nef Naf, de la commercialisation de produits minceurs et de l’autre, un moyen de trouver une motivation dans l’approbation sociale et dans le dévoilement des résultats visibles obtenus. Au-delà de la promotion de la maîtrise individuelle dans une « optimisation cybernétique de soi » (Cordelier et Galibert, 2021, 10) et de sa possibilité d’être copié par d’autres, c’est également une valorisation d’un hygiénisme et d’une diététique stricte.

24L’alimentation #healthy promue et publicisée met en avant une alimentation végétalisée avec des mises en scène graphiques et colorées comme cela est usuellement le cas sur Instagram. Mais ce hashtag met également en lumière des compléments alimentaires ou bien encore des boissons vitaminées. La minceur est aussi le fruit de la prise de tout un ensemble de produits alternatifs commercialisés par les Instagrammeurs eux-mêmes (@emilienefnaf, @tiboinshape). Comme l’opposition des corps avant-après, on trouve également des montages d’alimentation saine et malsaine. L’alimentation saine se construit en opposition à ce qui est perçu comme malsain et est également l’extension d’un pendant bien plus médicalisé de notre alimentation qui se transmet et même se commercialise dans une logique de santé collective (Adamiec, 2017). Les normes de santé et diététiques deviennent des normes esthétiques qui s’incarnent dans un corps mince mais aussi un corps qui se sculpte.

2.2. Du corps mince au corps sculpté : de nouvelles normes

25Depuis 10 ans, on observe une véritable démocratisation du fitness et de la salle de sport en France. Le nombre de clubs ne cesse de croître. En 2017, on dénombre 4 200 clubs soit une hausse de 5 % en un an (Deloitte, 2018). Si de nombreuses femmes arborent corps minces et alimentation saine sur Instagram, elles valorisent également une activité physique comme cela a été noté antérieurement. Marine Lorphelin occupe une place singulière dans ce corpus en relayant régulièrement en story des éléments issus du PNNS sans pour autant afficher ouvertement un partenariat avec le ministère de la Santé. En outre, son statut d’ancienne Miss France couplé à celui d’interne en médecine générale lui donne une légitimité pour relayer ces discours officiels de politique publique dont elle explique régulièrement les différentes recommandations. Si elle ne vend rien en lien avec cela, son positionnement lui permet d’avoir des partenariats avec des marques de sport par exemple. Le sport est par ailleurs valorisé comme une possibilité de minceur et de santé comme le montre @laurythilleman en lien avec ses différents ouvrages Au top mais aussi d’émancipation et de bien-être au-delà des enjeux de corpulence comme @stephaniezwicky et @ely_killeuse. Dans ce sport accessible visant à se retrouver d’abord soi, le collectif @graspolitique propose des séances de yogras. Au-delà de ce qui est promu, se pose la question de ce qui est vendu. Si @graspolitique mène une activité associative à des fins non lucratives, ce n’est pas le cas d’@ely_killeuse qui mobilise la mouvance #bodypositive pour promouvoir son livre mais aussi sa société de conseils en images.

26À l’opposé de la pratique pour soi, des pratiques bien plus intensives sont également valorisées. Ces nouvelles pratiques intenses telles que le crossfit vantent bonne santé et corps sculpté mais également une alimentation adaptée à ces efforts intenses. Des pages Instragram mais également des chaînes Youtube fleurissent avec des contenus permettant de faire son workout. Les hommes sont également touchés par cette nouvelle tendance, le mode d’entrée communicationnel étant souvent le « sport » et le « muscle ». Se forment alors des communautés masculines comme celle formée autour de @tiboinshape qui valorise un corps très musclé fruit d’une alimentation mais surtout de nombreux exercices qu’il met en scène et transmet. En outre, il propose un programme sportif payant mais aussi des compléments alimentaires permettant de développer sa masse musculaire.

27On constate que les régimes alimentaires s’adaptent avec la promotion de régimes riches en protéines animales et/ou végétales : « Cette modélisation esthétique du corps est indissociable d’une conception “ sportive ” de l’organisme qui transforme idéalement ce qu’il incorpore en sang et en muscle, exclusivement » (Adamiec, 2017, 90). Ces régimes et les exercices sportifs qui en découlent ne sont pas uniquement dédiés aux hommes, puisque de nombreuses influenceuses promeuvent également ce corps ultra sculpté. À l’image de @jujufitcats, fit girl et compagne de @tiboinshape qui promeut exercice physique, cuisine à travers son livre 50 nuances de patate douce by Juju Fitcats, mais qui porte également un discours sur l’imperfection et l’estime de soi dans son dernier ouvrage Sans Filtres. Pour autant, Mona Chollet souligne que si le sport peut être émancipateur et vecteur de bien-être, il peut aussi devenir « un moyen supplémentaire de se barricader en soi » (2012, 130).

28Les antagonismes sont forts et la dichotomie entre le sain et le malsain reste une donnée prédominante dans l’articulation des différents discours qui peuvent être analysés au sein de la plateforme Instagram. Un nouvel idéal corporel se dessine en lien avec des pratiques alimentaires hyper-protéinées visant à développer sa masse musculaire, le corps est alors mince mais également musclé et lié à des pratiques alimentaires spécifiques visant à renforcer son capital santé. Les normes de santé et diététiques deviennent alors des normes esthétiques imposant de nouvelles corporalités et des normes morales imposant de nouveaux comportements et développant également de nouveaux marchés commerciaux entre séances de sport et compléments alimentaires.

Conclusion et perspectives

29Depuis 2001, la mise en place du PNNS a participé à la diffusion massive des normes santé et diététiques qui s’articulent notamment autour de la lutte contre l’obésité. Comme le notent Simona De Iulio et al. : « l’alimentation tend de plus en plus à devenir une affaire publique car elle engage l’État dans des actions de régulation de santé. La frontière est floue entre espace public et sphère privée dès lors qu’il s’agit d’alimentation et de nutrition » (2015, 12). Les normes de santé et diététiques deviennent également des normes esthétiques qui se publicisent aussi bien dans la presse féminine que sur les réseaux sociaux promouvant également des normes morales qui valorisent par exemple le dépassement de soi, la maîtrise mais aussi le « bon équilibre » dont la définition est « à la fois individuelle et sociale, prise dans le courant des normes, des désirs et des impératifs d’une société en quête de santé » (Adamiec, 2016, 121). Cette promotion des actions individuelles s’enracine dans les discours portés et incarnés sur les réseaux sociaux mais prend d’abord naissance dans les discours de santé publique. L’analyse des comptes étudiés tend à montrer qu’au-delà des discours et des formes de vie promues, il s’agit également de commercialiser ses propres produits, services et d’afficher des partenariats avec des marques. En outre si l’alimentation-santé trouve un fort écho, on voit des anciennes fit girls « repenties », à l’image de @ely_killeuse qui raconte son parcours entre contrôle du corps et body positivism, expérience qu’elle publicise également dans son ouvrage BodyPositive Attitude (2018) et dont elle tire profit aussi dans sa société de conseils en images.

30Il est également à noter que : « l’alimentation se publicise aussi car, à l’intérieur d’espaces publics “partiels” (Miège, 2010), elle fait l’objet de contestations ou de conflits dans lesquels des valeurs, croyances, intérêts différents se confrontent les uns aux autres » (De Iulio et al., 2015, 15). On peut voir alors émerger des tendances en contre-pied avec du côté de l’alimentation, le food porn et du côté de la corporalité exposée, le body positivism. On observe donc différentes corporalités s’opposer sur le web social comme le souligne Laurence Allard : « À côté des formats “challenges” engageant des jeunes filles (et maintenant des jeunes garçons) à la conquête du “corps parfait”, coexistent des contre-modèles revendiqués comme tels notamment sur la plateforme Tumblr à travers l’étiquette #bodypositive » (Allard, 2016, 293). Le body positivism est une réponse à la visibilisation hégémonique d’un corps normé et vise à dénoncer également le body shaming et la grossophobie (Carof, 2021). Il s’expose alors une nouvelle image du corps des femmes accompagnée de toute une série de hashtags : #bodypositive, #bodypositivity, #fatpositive, #curveblogger, #plussize, #bodyliberation, #selfcare, #selflove. Un champ lexical se dessine autour de l’émancipation individuelle et de l’estime de soi mis en écho avec des notions d’acceptation comme le fait depuis très longtemps @stephaniezwicky qui revendique : « Le style n’est plus une taille mais une attitude » et pas seulement avec son compte Instagram mais également avec son blog Big Beauty fondé dès 2005. Le corps des femmes s’expose sans contrainte de normes entrainant alors une prise de conscience collective : « En passant de l’album aux réseaux sociaux, les images des anonymes manifestent la pluralité des identités et des corps, produisent de nouveaux documents, réveillent de nouveaux antagonismes » (Gunthert, 2018, 152).

31Plus récemment les ouvrages des activistes Daria Marx et Eva Perez-Bello, Gros n’est pas un gros mot (2018), et de Gabrielle Deydier, On ne nait pas grosse (2017), ont permis de publiciser une autre image du corps mais aussi d’interroger leur mise en visibilité dans l’espace public. L’enjeu devient alors un enjeu de santé publique, de lutte contre les discriminations et donc, par extension, un enjeu politique. Ceci s’inscrit alors dans une mouvance collective issue du fat activism né dans les années 1960 aux États-Unis. C’est ainsi que le collectif @graspolitique s’est constitué en France. L’objectif ici est de dépasser les prises de paroles et les mises en scène individuelles mais aussi de créer une démarche visant à fédérer une communauté queer, féministe et anti-grossophobe. La lutte contre la grossophobie s’affiche alors dans sa dimension politique mais aussi systémique pointant la discrimination à l’emploi, les transports en commun non adaptés ou bien encore la grossophobie médicale.

32La mise en scène de soi, de ce que l’on mange et des traces corporelles liées interrogent la construction de la mise en visibilité dans l’espace public et les dimensions symboliques sous-jacentes. D’un côté, se construit une dichotomie entre l’alimentation saine et malsaine et de l’autre, les corps s’exposent et questionnent un paradigme qui s’étend de la responsabilité individuelle à la démarche collective en s’affranchissant des normes et de l’image hégémonique d’un corps mince. Car au-delà des normes de santé et diététiques, c’est bien une nouvelle forme de vie qui se naturalise en imposant des normes esthétiques et morales qu’il convient également de repenser à l’aune des enjeux structurels, systémiques mais aussi commerciaux.

Haut de page

Bibliographie

Adamiec, C. (2017). Manger sain n’est pas si sain. Raisonner l’alimentation santé. Hachette.

Adamiec, C. (2016). Devenir sain. Des morales alimentaires aux écologies de soi. Presses universitaires de Rennes.

Allard, L. (2016). Le mobile transgenres. Medium, 46-47, 288-294. https://doi.org/10.3917/mediu.046.0288.

Burzala-Ory, H., Hugol-Gential, C. et Boutaud, J.-J. (2017). L’image des légumes. Circulation des discours dans l’espace médiatique et désenchantement. Antropology of food. https://aof.revues.org/8172.

Carof, S. (2021). Grossophobie : sociologie d’une discrimination invisible. Maison des Sciences de l’Homme.

Carof, S. (2015). Le régime amaigrissant, une pratique inégalitaire ? Journal des anthropologues, 140-141, 213-233. https://doi.org/10.4000/jda.6120.

Casilli, A. (2013). Le web des troubles alimentaires. Un nouvel art de jeûner ? Communications, 92(1), 111-123. https://doi.org/10.3917/commu.092.0111.

Chollet, M. (2012). Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une nouvelle aliénation féminine. Zones.

Cordelier, B. et Galibert, O. (dir.) (2021). Communications numériques en santé. ISTE Éditions.

Creuzet, M. (2021). Corps sous influence. Les réseaux sociaux, entre carcan et émancipation. L’Harmattan.

De Iulio, S., Bardou-Boisnier, S. et Pailliart, I. (dir.) (2015). L’alimentation, une affaire publique ? Questions de communication, 27(1).

Deloitte (2018). European Health & Fitness Market Report 2018. EuropeActive.

Dodds, A. et Chamberlain, K. (2017). The problematic messages of nutritional discourse: A case-based critical media analysis. Appetite, 108, 42-50. https://doi.org/10.1016/j.appet.2016.09.021.

Dupuy, A. (2013). Plaisirs alimentaires. La socialisation des enfants et des adolescents. Presses universitaires de Rennes.

Fischler, C. (2013). Les alimentations particulières. Mangerons-nous encore ensemble demain ?. Odile Jacob.

Fischler, C. (1995). La cacophonie diététique. Ce que manger veut dire. L’école des parents, 5, 33-36.

Fischler, C. (1988). Food, self and identity. Social Science Information, 27, 275-292. https://doi.org/10.1177/053901888027002005.

Giddens, A. (1991). Modernity and self identity: self and society in the late Modern Age. Cambridge University Press.

Goffman, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. Tome 1 : La présentation de soi. Éditions de Minuit.

Gunthert, A. (2018). La visibilité des anonymes. Les images conversationnelles colonisent l’espace public. Questions de communication, 34(2), 133-154. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.15693.

Hansel, J., Holm, L., Frewer, L., Robinson, P. et Sandøe, P. (2003). Beyond the knowledge deficit: recent research into lay and expert attitudes to food risks. Appetite, 41(2), 111-121. https://doi.org/10.1016/s0195-6663(03)00079-5.

Hébel, P. et Pilorin, T. (2012). Comment les discours influencent-ils les représentations de l’alimentation ? Cahier de nutrition et de diététique, 4(1), 42-49.

Hubert, A. (dir.) (2004). Corps des femmes sous influence : questionner les normes. Les Cahiers de l’Ocha.

Hugol-Gential C. (2017). Les traces alimentaires du patient hospitalisé. B. Galinon-Mélénec (dir.), L'Homme-trace : des traces du corps au corps-trace. CNRS Éditions, 333-349.

Jeanneret, Y. (2008). Penser la trivialité. La vie triviale des êtres culturels. Lavoisier.

Kozinets, R. (2009). Nethnography: doing ethnographic research online. Sage Publication.

Lavrilloux, M. et Masson, E. (2018). Le régime : une affaire de femme et non d’homme ? Influence des représentations sociales sur la description et la nomination des pratiques de contrôle alimentaire. Les cahiers internationaux de psychologie sociale, 117-118, 71-95.

Lupton, D. (2017). Digital media and body weight, shape and size: an introduction and review. Fat studies, 6(2), 119-134. https://doi.org/10.1080/21604851.2017.1243392.

Lupton, D. (1995). The Imperative of Health: Public Health and the Regulated Body. Sage.

Masson, E. (2004). Le mincir, le grossir, le rester mince. A. Hubert (dir.), Corps des femmes sous influence. Les cahiers de l’Ocha, 26-43.

Miège, B. (2010). L’espace public contemporain. Presses universitaires de Grenoble.

Ollivier-Yaniv, C. (2019). La communication gouvernementale, un ordre en négociation, Revue française d’administration publique, 171(3), 669-680. https://doi.org/10.3917/rfap.171.0669

Ollivier-Yaniv, C. (2018). Présentation du dossier. Les publics institutionnels. Réception et appropriation des informations et des recommandations. Politiques de communication, 11(2), 5-14. https://doi.org/10.3917/pdc.011.0005.

Poulain, J.-P. (2009). Sociologie de l’obésité. Presses universitaires de France.

Poulain, J.-P. (2002). Manger aujourd’hui. Attitudes, normes, pratiques. Privat.

Régnier, F. (2017). Vers un corps féminin sur mesure : l’alimentation et les techniques de la corpulence en France et aux États-Unis (1934-2010). L’année de la sociologie, 67, 131-162. https://doi.org/10.3917/anso.171.0131.

Renaud, L. (2007). Les médias et le façonnement des normes en matière de santé. Presses de l’Université du Québec.

Romeyer, H. (2015). Le bien-être en normes : les programmes nationaux nutrition santé. Questions de communication, 27, 41-61. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.9685.

Rousseau, S. (2014). Food “Porn” in media. P. Thompson et D. Kaplan (dir.), Encyclopedia of food and agriculture ethics. Springer, 10-19. https://doi.org/10.1007/978-94-007-6167-4_395-1.

Haut de page

Notes

1 Traduction par nos soins : « Le terme est souvent utilisé de manière positive, pour suggérer que la nourriture représentée est souhaitable ou est présentée d'une manière qui la rend souhaitable – cette dernière pouvant dépendre de l'esthétique de la composition (y compris l'éclairage, les très gros plans, la saturation des couleurs) ou sur la ou les personnes préparant ou mangeant la nourriture. Bien que la connotation soit souvent “plaisir coupable” ou “indulgence”, le terme peut également (parfois simultanément) connoter négativement des aliments qui sont considérés comme “mauvais” et qui doivent être évités ».

2 Elle a pendant très longtemps animé une page Instagram choupi_healthy fermée depuis. Elle a désormais un compte portant sur l’éducation positive : seveiller_simplement (165 000 followers).

3 https://commentjaichangedevie.fr/a-coeur-ouvert-et-seances/, consulté le 7 décembre 2021.

4 Nombre de publications en date du 14 janvier 2022. Le hashtag #foodporn représente 278 millions de publications à la même date.

5 À titre d’exemple, on peut citer le challenge du « thigh gap » en 2014 qui visait à avoir les cuisses qui ne se touchent pas lorsque les jambes sont resserrées ou bien encore le « A4 challenge » en 2016 dont l’objectif était que la taille ne dépasse pas une feuille A4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémentine Hugol-Gential, « Les assiettes et les corps sur Instagram : diffusion des normes de santé et diététiques »Études de communication, 58 | 2022, 105-124.

Référence électronique

Clémentine Hugol-Gential, « Les assiettes et les corps sur Instagram : diffusion des normes de santé et diététiques »Études de communication [En ligne], 58 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/edc/14403 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.14403

Haut de page

Auteur

Clémentine Hugol-Gential

Laboratoire CIMEOS (EA 4177), Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search