Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58DossierLa participation des « influenceu...

Dossier

La participation des « influenceurs » non spécialisés aux communications publiques de santé : enjeux de légitimation

The participation of non-specialized social media “influencers” in public health communication: the issue of legitimacy
Adrian Staii
p. 125-146

Résumés

Pour communiquer avec les populations jeunes dans le contexte de la pandémie COVID-19, les autorités publiques françaises ont fait appel à des « influenceurs » non spécialisés en santé. La rationalité de ces communications peut être analysée à la lumière de plusieurs cadres (communication publique, communication politique, médiation de santé) qui font ressortir l’interpénétration de logiques d’action plurielles et la diversité des visions relatives au statut d’acteur légitime dans le domaine de l’information-communication de santé. L’analyse de deux cas met en évidence le rôle central de l’éthique de la médiation dans le processus de légitimation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1. « L’exécutif espère trouver la fréquence jeunes »
2. Influenceurs et modèles de légitimation
3. Corpus et méthodologies
4. Les cadres d’énonciation-réception des communications associant les influenceurs
5. La légitimation des influenceurs aux prises avec la multiplicité des modèles de référence
Conclusion

Aperçu du début du texte

Pour communiquer avec les populations jeunes dans le contexte de la pandémie COVID-19, les autorités publiques françaises ont fait appel à des « influenceurs » bénéficiant d’une notoriété importante sur les réseaux sociaux mais non spécialisés en santé. Les influenceurs permettraient ainsi d’opérer une médiation que les autres médiateurs (journalistes, autorités sanitaires, experts, etc.) ne seraient plus à même d’assurer pleinement.

En élargissant les formes de publicisation de la santé (Marchetti, 2010 ; Romeyer, 2010), ces nouvelles expressions de la communication publique soulèvent de nombreuses questions liées à la légitimité des influenceurs et à la nature des médiations à l’œuvre. En effet, ces actions apparaissent a priori comme étant davantage rattachées au registre du marketing qu’à celui de la communication de santé (Lutkenhaus et al., 2019). Pourtant, cette appréciation mérite d’être questionnée dans un contexte, d’une part, de réorganisation des médias et des pratiques m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrian Staii, « La participation des « influenceurs » non spécialisés aux communications publiques de santé : enjeux de légitimation »Études de communication, 58 | 2022, 125-146.

Référence électronique

Adrian Staii, « La participation des « influenceurs » non spécialisés aux communications publiques de santé : enjeux de légitimation »Études de communication [En ligne], 58 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/edc/14435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.14435

Haut de page

Auteur

Adrian Staii

ELICO, Université Jean Moulin Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Groupe d’études et de recherche interdisciplinaires en information et communication
  • Logo Université Lille - Sciences Humaines et Sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search