Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58VariaL’évolution discursive des métrop...

Varia

L’évolution discursive des métropoles au fur et à mesure de leur prise d’ascendance politique et territoriale

The discursive evolution of French Metropolitan areas
Marie Lyne Mangilli Doucé
p. 149-166

Résumés

Renforcées par la loi, les métropoles sont marquées par de fortes attentes en matière de développement. Dirigées par un exécutif composé de représentants municipaux, elles sont confrontées à des mises en tension inhérentes à leur structuration. L’article montre ainsi comment l’injonction de ne pas heurter l’échelon communal contraint les politiques de communication des métropoles et en interroge, en conclusion, l’écueil démocratique. En se basant sur l’analyse d’éditoriaux de journaux institutionnels d’intercommunalités, celui-ci met en évidence la dépolitisation progressive des métropoles au fur et à mesure de leur montée en puissance. Il souligne également l’évolution d’une stratégie de communication de structuration à une stratégie d’euphémisation communicationnelle et politique des métropoles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme « intégré » est usuellement employé pour définir le degré d’importance de l’intérêt commun (...)

1Cet article s’intéresse aux stratégies de communication qui accompagnent l’émergence de ces intercommunalités supra-intégrées1 que sont les métropoles. Révélatrice « d’une mutation de l’urbain dans le cadre de la mondialisation » (Raoul, 2020, 134), la montée en puissance des métropoles « témoigne d’une nouvelle manière de penser l’échelle institutionnelle locale » (Raoul, 2020, 89). Traversées par des stratégies de communication municipales oppositionnelles, destinées à légitimer le maintien de la capacité d’agir politique des maires (Mangilli Doucé, 2021a), les métropoles se retrouvent face à deux impératifs majeurs : celui de s’imposer comme pilote du développement d’un territoire nouveau, supra-communal, et celui de conforter les territoires communaux qui les composent. Ces injonctions conditionnent les politiques de communication des métropoles, successivement renforcées par la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM) du 27 janvier 2014, la loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) du 7 août 2015 et la loi relative au statut de Paris et à l’aménagement métropolitain du 28 février 2017.

  • 2 Hormis dans le cas lyonnais, le système de fléchage lors des élections municipales reste la règle p (...)

2En imposant le passage au statut métropolitain à toutes intercommunalités composées de plus de 400 000 habitants dans une aire urbaine de plus de 650 000 habitants, la loi MAPTAM a donné naissance à quatorze métropoles de droit commun qui deviennent, avec la loi NOTRe, le pivot majeur du développement territorial local au côté de l’échelon régional (Thomas, 2015). Celles-ci représentent l’instance intercommunale qui comporte le plus de compétences obligatoires et optionnelles. Qu’il s’agisse du tourisme, de l’économie, de l’urbanisme, de la voirie, de la politique de la ville, de la politique locale de l’habitat ou encore de l’eau et de l’assainissement, la plupart des compétences structurantes pour l’avenir du territoire local sont désormais gérées par les métropoles, en lieu et place des communes, des syndicats intercommunaux et des départements. Toutefois, la loi NOTRe ayant annulé l’élection au suffrage universel direct des représentants métropolitains, initialement prévue par la loi MAPTAM, les métropoles sont toujours maintenues sous une forme de tutelle communale (Le Saout, 2015), du fait du mode de désignation de leurs représentants2. Imposées par l’État, ces supra-intercommunalités, qui se comptent au nombre de vingt-deux au 1er janvier 2021, suite à l’assouplissement de leur seuil de création par la loi de 2017, sont confrontées à une dichotomie entre l’espace métropolitain de prise de décision politique et l’espace communal de représentation électorale.

3Les travaux de recherche en sciences de l’information et de la communication développés par Isabelle Pailliart (1993), Christian Le Bart (2000), Jacques Noyer et Bruno Raoul (2011), Julien Auboussier (2012) ou encore Isabelle Garcin-Marrou et Isabelle Hare (2015), nous invitent à envisager le territoire comme un objet communicationnel (Raoul, 2020, 191) socialement construit par un discours médiatique porteur d’imaginaire territorial (Noyer et Raoul, 2011, 37) et par la communication institutionnelle (Pailliart, 1993, 117). Les journaux municipaux participent à l’élaboration de « la fiction d’un espace communal, clairement délimité, non problématique, naturel » (Le Bart, 2000, 178) au moyen notamment de la mobilisation de « récits mythologiques » (Le Bart, 2000, 178) et de « figures totémiques » (Le Bart, 2003, 109). Ces différents procédés ont pour effet d’opérer un travail de mise en cohérence symbolique des institutions publiques et d’assoir l’autorité du pouvoir politique (Bessières, 2013).

4L’analyse ici présentée s’inscrit au croisement de ces recherches et de la mise en évidence de l’absence d’émergence d’un « discours social de la territorialité » (Raoul, 2020, 318) à l’échelle des métropoles. Menée dans le cadre de notre travail de thèse (Mangili Doucé, 2021), celle-ci vise à questionner la « panne d’éloquence sur les ressorts imaginaires » métropolitains (Faure, 2013, 64) ainsi que la faiblesse du processus d’assignation territorial (Noyer et Raoul, 2011, 37) dans les objets médiatiques et politiques que sont les éditoriaux de journaux intercommunaux. Notre hypothèse est que l’injonction à ne pas heurter l’échelon communal impose aux métropoles une euphémisation communicationnelle de leur prise d’ascendance politique et territoriale. Nous désignons par le terme « euphémisation » le fait que les métropoles procèdent à une atténuation de la visibilité de leur capacité d’agir politique sur leur territoire. Cette stratégie apparaît comme une réponse aux contraintes et empêchements que rencontre la mise en œuvre d’une politique de communication métropolitaine apte à générer des « dispositifs de solidarité propres à fonder une identité supra-communale » (Auboussier, 2012, 116).

5Après avoir présenté la méthodologie sur laquelle repose cette étude, nous montrerons que la montée en puissance de l’intercommunalité s’accompagne de deux phases distinctes de stratégie de communication repérées dans les éditoriaux intercommunaux. Nous exposerons ensuite les différents procédés à l’œuvre dans ce que nous avons nommé l’euphémisation communicationnelle métropolitaine. Il s’agira de démontrer que le recours à l’implicite, la dépersonnalisation de la parole politique et le décentrement du discours politique vers un discours technique répondent à l’injonction de ne pas mettre en visibilité la prise d’ascendance intercommunale sur les échelons municipaux. L’ensemble de ces éléments nous amènera à mettre en évidence l’écueil démocratique des métropoles maintenues dans une forme d’« invisibilisation » (Voirol, 2005), puis à entrevoir une piste de recherche quant à l’émergence d’écosystèmes participatifs métropolitains.

1. Saisir l’évolution communicationnelle des intercommunalités

  • 3 Les premiers éditoriaux des journaux intercommunaux nantais correspondent à des publications adress (...)

6L’étude porte sur les éditoriaux des premiers numéros annuels de journaux intercommunaux nantais et grenoblois parus de l’année 2002 à l’année 2018. L’analyse du corpus de trente documents3 permet de saisir l’évolution des stratégies de communication des intercommunalités au regard de leur renforcement institutionnel, territorial et politique. La prise en compte des intercommunalités nantaise et grenobloise a été définie en raison des similitudes et des divergences que comportent ces deux modèles. Ces deux territoires ont été tous deux désignés par la loi MAPTAM pour faire partie des quatorze premières métropoles au 1er janvier 2014. Toutefois, si le passage au statut métropolitain s’est inscrit dans une continuité pour l’intercommunalité nantaise, déjà très intégrée, celui-ci a été constitutif d’une montée en puissance fulgurante de l’intercommunalité grenobloise qui n’a pas eu, auparavant, le statut de communauté urbaine. De même, et contrairement au modèle nantais, le maire de la ville centre n’a jamais été, jusqu’alors, le président intercommunal sur l’agglomération grenobloise. L’hétérogénéité de ces éléments significatifs quant au développement territorial et politique des métropoles nous permet de confirmer nos observations dans des contextes différents, au fur et à mesure du renforcement intercommunal. Nous montrons à travers ces deux cas d’étude, distincts sur plusieurs points, la transversalité des stratégies de communication des métropoles françaises.

7Identifiés comme le lieu où la représentation politique s’adosse à un certain nombre de croyances, telles que la légitimité des élus à incarner et représenter le territoire (Le Bart, 2000, 178), les journaux institutionnels, et plus particulièrement leurs éditoriaux, constituent un espace privilégié pour saisir l’évolution des stratégies de communication intercommunales. Nous avons considéré ce « rituel institutionnel et politique » (Leblanc, 2016, 25) qu’est le premier éditorial de l’année, traditionnellement consacré au discours des vœux, comme un espace discursif qui permet de saisir l’ordre de l’activité politique et sociale de celui qui l’incarne (Leblanc, 2016, 25). Ainsi, à la suite d’Isabelle Garcin-Marrou et d’Isabelle Hare (2015) qui montrent comment les objectifs politiques inhérents aux journaux municipaux conduisent à une surreprésentation du maire dans les pages des publications communales, nous avons confronté les mêmes indicateurs observés par ces deux chercheuses que sont : « qui parle ? » et « quels sont les registres et ressources médiatiques mobilisés ? », au contexte intercommunal, afin de saisir la manière dont des pratiques discursives et iconiques instituent, ou non, les territoires communautaires (Garcin-Marrou, 2019, 166). Enfin, nous avons constitué notre corpus sur une période de 17 années, en nous appuyant sur la proposition d’Isabelle Garcin-Marrou (2019) selon laquelle la définition politique du territoire est un objet dynamique en constante actualisation. Le but est de faire apparaître, sur le temps long, « la complexité et l’hétérogénéité sémiotique d’un territoire ainsi que les systèmes de valeurs qui s’imposent à eux ou en émergent » (Garcin-Marrou, 2019, 167).

8Fondée sur une analyse de contenu (Bardin, 1993, 45), la grille d’analyse narrative et lexicale est conçue afin de saisir l’évolution de l’incarnation de l’échelon intercommunal par ses représentants politiques (Le Bart, 2000, 178). Celle-ci permet également d’observer la rhétorique employée dans les éditoriaux et l’évolution des thématiques mobilisées. En complément, une perspective discursive a pour but d’appréhender le corpus en considérant la question de la légitimation des institutions supra-communales et le contexte de production (Krieg-Planque et Oger, 2010). En faisant nôtre la méthodologie développée par Dominique Maingueneau (2016), nous avons porté notre attention sur le lien entre l’organisation des éditoriaux et la légitimation de la scène de parole, ainsi que sur les références au territoire et au projet politique communautaire (Maingueneau, 2016, 49). De même, nous avons observé la présence ou non d’éléments de discours implicites et de sous-entendus (Maingueneau, 2016, 19 ; Krieg-Planque, 2012, 118). Enfin, nous avons pris en compte le paratexte au travers de l’iconographie et du mode de manifestation matérielle du discours (Maingueneau, 2016, 64-74) comme la taille des textes et la présence ou non d’illustrations. En complément, des entretiens semi-directifs, auprès de responsables de communication et de chargés de mission des métropoles nantaises et grenobloises, ont permis de saisir les enjeux politiques et territoriaux du positionnement communicationnel des métropoles nouvellement créées.

2. Deux phases de stratégies de communication entre 2003 et 2018

9L’analyse fait ressortir deux phases significatives de stratégies de communication intercommunales durant la période étudiée. Une première phase, qui correspond à une stratégie de structuration de la coopération supra-communale en devenir, a été relevée dans les éditoriaux des années 2002 à 2013. Une seconde phase, caractérisée par l’effacement de l’affirmation du positionnement politique et territorial métropolitain, a été relevée dans les éditoriaux des années 2013 à 2018, une période marquée par le renforcement par l’État de l’intercommunalité. L’observation de ces deux phases de stratégies successives révèle, non pas une politisation accrue des exécutifs intercommunaux (au sens de mise en avant de leur capacité d’agir politique), telle que repérée dans le champ municipal (Garcin-Marrou et Hare, 2015), mais une dépolitisation progressive de leur communication, au fur et à mesure de leur prise d’ascendance. Le terme « dépolitisation », que nous employons à la suite de Jean-Baptiste Comby (2015), ne définit pas une stratégie apolitique mais vise à faire apparaître des orientations et des décisions émanant de l’institution métropolitaine comme neutres et dénuées d’intentions partisanes ou sociétales (Comby, 2015, 15). Nous exposerons dans un premier temps les caractéristiques de la phase de structuration intercommunale avant de développer, dans un second temps, les caractéristiques de la phase d’euphémisation communicationnelle des métropoles.

10La stratégie de communication caractérisée par l’affirmation d’une politique intercommunale volontariste apparaît entre 2002 et 2013 dans notre corpus. Celle-ci se traduit par l’expression du souhait de fédérer et de structurer les intercommunalités par leur président. L’emploi récurent du pronom « je », suivi de verbes qui expriment la volonté et l’action, révèle une forte appropriation des décisions politiques par les représentants de l’exécutif intercommunal. La communauté de communes est, en effet, « incarnée » (Le Bart, 2000, 178) par la personnalité de son président durant cette phase de structuration. Ainsi, les présidents grenoblois et nantais affirment, dans les premiers éditoriaux de l’année 2003, leur autorité politique et personnelle sur le conseil intercommunal par l’emploi, par exemple, de formules telles que : « J’ai souhaité que toutes les informations, que toutes les explications et que toutes les réponses recueillies soient mises sur la place publique » (Grenoble Alpes Métropole, 2003) ou encore : « J’ai souhaité la création de la Communauté urbaine de Nantes pour donner à notre agglomération les moyens d’un développement métropolitain durable et solidaire » (Nantes Métropole, 2003). Par ces termes, les présidents intercommunaux se positionnent comme initiateurs personnels du renforcement et de la mise en œuvre politique de l’intercommunalité. Ainsi, ceux-ci expriment leur détermination à faire preuve de transparence sur un projet de coopération supra-communale en construction. De la même manière, l’utilisation de « nous » exprime, durant cette période, un positionnement politique partagé par l’ensemble des élus communautaires, comme dans le cas grenoblois : « […] Avant de décider si oui ou non la Métro devait s’engager dans la construction du stade tel que nous l’avions défini […] » (Grenoble Alpes Métropole, 2003) et dans le cas nantais : « Passerelles, en vous offrant de mieux connaître l’outil Communauté urbaine, doit vous permettre de vous approprier plus aisément ses grands objectifs, de percevoir plus nettement le sens que nous souhaitons donner à son action » (Nantes Métropole, 2003). En mettant en avant la nécessité d’acculturer les agents au projet intercommunal, l’éditorial nantais (qui s’adresse au personnel de la communauté urbaine) apparaît comme un plaidoyer très affirmé pour la cohérence du niveau d’action intercommunal. Ainsi, les présidents incarnent un projet communautaire volontariste et affirment, en leur nom, un engagement politique fort de structuration du territoire supra-communal, initié par l’acte II de la décentralisation.

11L’analyse du corpus fait apparaître un tournant dans la communication intercommunale à partir des années 2013 et 2014, marquées par de nombreux regroupements intercommunaux et transferts de compétences, imposés par l’État. Cette phase, qui contraste avec la posture volontariste d’incarnation de l’intercommunalité par sa présidence, se caractérise par une dépolitisation discursive des éditoriaux. Une stratégie communicationnelle qui consiste à ne pas faire apparaître de positionnement politique intercommunal qui se retrouve dans cet extrait d’entretien avec un responsable de communication métropolitain, réalisé en 2018 :

« Mais je vous rappelle que nos élus, ils ne sont pas élus pour la métropole sur un programme. Ils sont élus dans leurs communes sur un programme. Et qu’ils n’ont pas tous les mêmes. Donc, la Métropole elle communique sur les services qu’elle met en place et c’est bien ce qu’on lui demande… ».

12En soulignant le fait que les représentants métropolitains sont élus sur un programme communal au détriment d’un programme communautaire, ces verbatim nous renseignent sur les contraintes qui pèsent sur le façonnement communicationnel de tout imaginaire territorial métropolitain (Raoul, 2013, 76). Ils soulignent la manière dont l’impossibilité d’exprimer un projet politique intercommunal partagé et partageable impose une mise en discrétion de l’influence supra-communale sur les prérogatives municipales.

3. L’euphémisation communicationnelle des métropoles

13La dépolitisation progressive des éditoriaux analysés, repérée à partir de 2013, prend appui sur trois procédés que sont le recours à l’implicite, la dépersonnalisation de la parole politique métropolitaine et le décentrement du discours politique vers un discours technique. Nous montrerons dans cette partie les caractéristiques de ces procédés ainsi que la manière dont ceux-ci sont mobilisés au service d’une stratégie d’euphémisation communicationnelle des métropoles, vouée à répondre à l’injonction de ne pas heurter la mise en visibilité de l’échelon communal.

3.1. L’usage de l’implicite

  • 4 L’influence du SCoT s’étend au-delà de la métropole sur plusieurs intercommunalités limitrophes.

14L’observation de l’implicite (Krieg-Planque, 2012, 43) met en évidence la dépolitisation (apparente) de la communication métropolitaine. En effet, l’usage de l’implicite, relevé de manière significative à partir de l’année 2013 dans le corpus, caractérise l’effacement de l’incarnation politique qui accompagne la montée en compétence des métropoles. Le recours au lissage du discours ou à l’ellipse traduit l’impossibilité pour l’intercommunalité d’afficher clairement un positionnement politique supra-communal. De même, la mobilisation de l’implicite permet d’adresser des messages aux élus du territoire (municipaux notamment) dans les documents de communication institutionnels, à priori davantage destinés au grand public. Ainsi, le président de Grenoble-Alpes Métropole remet en cause tacitement et sans les nommer les oppositions politiques communales lorsqu’il souligne dans son éditorial : « il est essentiel de se placer à la bonne échelle, les réponses ne peuvent se penser à la seule focale de la proximité » (Grenoble Alpes Métropole, 2013). L’évocation de la proximité, une des notions qui caractérise l’opposition municipale à la montée en puissance intercommunale (Mangilli Doucé, 2021b), permet d’évoquer, sans le nommer, un blocage inhérent aux échelons intercommunaux qu’est la mise en tension permanente entre l’intérêt communal et l’intérêt communautaire. Le recours à l’ellipse est également présent lorsque le président de la métropole questionne dans l’éditorial : « Quelle part doit-on faire à l’activité des hommes et quelle place doit-on réserver à la nature ? » (Grenoble Alpes Métropole, 2013). Les débats politiques et territoriaux, occasionnés par la définition du Schéma de cohérence territoriale (SCoT4) de l’agglomération et les enjeux de répartition des espaces agricoles, naturels ou constructibles auxquels fait référence cette question, ne sont pas explicités par le président, qui poursuit par ces mots :

« Il n’est pas simple de répondre à une telle question […] il est souhaitable que celles et ceux qui s’engagent tant pour une cause que pour l’autre sachent se placer au niveau adapté […]. Il en va de la vie démocratique […] qui doit permettre de décider des actions conformes aux besoins des femmes et des hommes qui habitent sur le territoire » (Grenoble Alpes Métropole2013).

15Non exprimé, l’appel aux représentants municipaux à adopter un positionnement de cohérence intercommunal transparaît clairement dans l’éditorial qui s’adresse davantage aux acteurs politiques locaux qu’aux administrés. Le procédé implicite a ici pour effet de lisser un message destiné aux oppositions politiques communales dans le journal institutionnel grand public, comme cela se retrouve également dans les éditoriaux nantais :

« Confiance, ambition et nécessité d’engagement collectif dans le pacte métropolitain […]. Ce pacte dessine une nouvelle ambition collective pour notre métropole. Il sera, par la mobilisation de tous les acteurs de notre territoire, l’instrument de l’excellence, de l’exemplarité nantaise renouvelée » (Nantes Métropole, 2015).

16En faisant peser la responsabilité de l’excellence territoriale sur la capacité des composantes intercommunales à se mobiliser en faveur d’une ambition communautaire, la présidente métropolitaine joue sur les scènes d’énonciations et de la parole pour s’adresser aux élus locaux. L’insertion d’un discours politique dans un discours (en apparence) informationnel sert, par le recours à l’implicite, la diffusion d’un message à l’intention des élus du territoire. Une posture communicationnelle que l’on peut observer, par exemple, dans le premier éditorial du journal de Grenoble-Alpes Métropole de l’année 2016 dont le message est davantage destiné aux élus municipaux qu’aux administrés :

« Il faut nous montrer intelligents sur la gestion de notre espace. C’est un des enjeux de l’urbanisme de demain […]. Bien manger, trouver des produits sains, ayant du goût, au juste prix… Finalement, c’est ce que nous voulons. Utopique ? […] Sur ces sujets, notre Métropole a une carte à jouer » (Grenoble Alpes Métropole, 2016).

17L’association de la qualité de vie des habitants à la notion d’utopie adresse ici un appel à l’audace politique intercommunale sur des sujets faisant l’objet d’un point majeur de crispation municipale qu’est l’urbanisation. Dès lors, le recours à l’implicite permet aux présidents supra-communaux d’exprimer la nécessité de mettre en œuvre une politique de cohérence territoriale à l’échelle métropolitaine sans l’affirmer directement.

3.2. La dépersonnalisation de la parole politique métropolitaine

18Caractérisé notamment par le recours aux pronoms indéfinis, tels que : « il faut » ou « il n’est pas simple », le processus de dépersonnalisation produit une dilution de la responsabilité politique. Ainsi, le président de la métropole grenobloise n’apparaît pas dans le texte de son éditorial de 2013 qui se termine par une remise en cause des positionnements politiques communaux :

« Car les hommes repoussent sans cesse les limites et risquent ainsi de mettre à mal la part de nature nécessaire […]. Il est essentiel de se placer à la bonne échelle, les réponses ne peuvent se penser à la seule focale de la proximité […]. Quelle part doit-on faire à l’activité des hommes et quelle place doit-on réserver à la nature ? […]. Il n’est pas simple de répondre à une telle question […]. La plus grande difficulté est de savoir devant chaque alternative garder sa raison et faire la part des choses […]. Il est souhaitable que celles et ceux qui s’engagent tant pour une cause que pour l’autre sachent se placer au niveau adapté […]. Il en va de la vie démocratique, qui ne peut pas se réduire à un affrontement, mais qui doit permettre de décider des actions conformes aux besoins des femmes et des hommes qui habitent sur le territoire » (Grenoble Alpes Métropole, 2013).

19L’utilisation systématique de pronoms indéfinis à la troisième personne du singulier ou de tournures de phrases dépersonnalisantes, telles que : « il est essentiel », « quelle part doit-on faire » ou encore « une pensée pour terminer », opère une mise à distance entre le président, signataire de l’éditorial, et le positionnement politique exprimé. Bien que l’éditorial grenoblois soit toujours illustré de la photo du président intercommunal (ce qui n’est plus le cas dans l’éditorial nantais cette même année), l’analyse montre un effacement de la personnification discursive du représentant intercommunal. Cette dépersonnification de la parole politique aboutit par ailleurs, en 2014, à la disparition de l’éditorial dans les journaux intercommunaux nantais et grenoblois avant de réapparaître en 2015, une année à partir de laquelle se renforce une mise à distanciation des signataires des éditoriaux vis-à-vis du développement politique métropolitain.

3.3 Un décentrement du discours politique vers un discours technique

20Deux formes de décentrement du discours politique vers un discours technique apparaissent dans les éditoriaux métropolitains entre 2015 et 2018 et opèrent une « délégation à la technique des problèmes politiques » (Chambat, 1995, 61) : le centrage des éditoriaux des présidents métropolitains sur la thématique des services et de l’action technique de la métropole, d’une part, et la délégation de la parole politique vers les instances techniques, d’autre part.

21L’évolution des thématiques mobilisées dans les éditoriaux des présidents métropolitains montre qu’un accroissement de l’évocation de questions techniques, au détriment de positionnements politiques, accompagne la prise d’ascendance politique et territoriale des métropoles. Ainsi, ce sont avant tout les services à la population qui sont mis en avant dans les éditoriaux des présidents intercommunaux grenoblois et nantais entre 2015 et 2018. Qu’ils prennent pour thématique l’eau, l’amélioration de la qualité de l’air, l’alimentation, le logement, l’emploi, l’accompagnement économique ou le sport, les éditoriaux se parent de « la vertu de l’intérêt général et du bien commun territorial » (Le Bart, 2014, 155) et apparaissent dénués de toute finalité politique (Le Bart, 2014, 78).

22L’analyse de l’éditorial de 2015, qui est également celui du premier journal de Grenoble-Alpes Métropole, met en évidence une seconde forme de dépolitisation de la parole de l’exécutif métropolitain par le décentrement du discours politique vers un discours technique. En effet, réintroduit en 2015, l’éditorial intercommunal grenoblois, signé du président métropolitain, est accompagné d’un second éditorial intitulé « Le mot de la rédac » et signé par l’équipe de rédaction du journal institutionnel. Alors que l’éditorial du président, consacré à la prise de compétence « eau », en décrit les aspects opérationnels, c’est le second éditorial, attribué au niveau technique de la métropole, qui porte un discours politique de développement de la cohérence territoriale et affirme la volonté de créer une « communauté d’acteurs et d’habitants ». De la même manière que le président n’évoque pas dans son éditorial le passage au statut métropolitain, le pronom « nous » qu’il mobilise révèle une mise à distance de sa part vis-à-vis des prises de responsabilités métropolitaines, présentées « sous le contrôle d’un comité d’usagers ». Ce positionnement, qui consiste à taire la montée en puissance politique de la métropole, contraste avec « Le mot de la rédac » qui affirme l’ambition de définir la nouvelle métropole dans les pages du journal. Les notions de « nouvel élan » et de « nouvelle métropole », accompagnées de la volonté « d’être au cœur de la diversité économique, géographique et humaine d’un territoire et de la qualité de vie qu’elle suscite », expriment explicitement la volonté de l’équipe de rédaction du journal de contribuer au façonnement et à l’appropriation du nouveau territoire métropolitain. Un exemple similaire de recours à ce procédé apparaît également dans l’éditorial du premier numéro de l’année 2018 du journal de Nantes Métropole, et ce bien que la nouvelle maquette (inaugurée en 2018) remplace « l’éditorial » par une rubrique intitulée « Entre nous » qui met en avant la personnalité de la présidente métropolitaine. La présidente exprime dans cette rubrique la nécessité de « penser un avenir territorial commun », non pas en son nom propre, mais en s’appuyant sur le compte-rendu de l’alliance des territoires. Ainsi, lorsque l’éditorial invite à « Cesser de cultiver l’opposition stérile entre les territoires urbains, périurbains et ruraux […]. Penser leur avenir en interactions fécondes et les actions en complémentarité et synergie. Pour plus de solidarité plus de force et d’efficacité au service des habitants » (Nantes Métropole, 2018), cette position n’est pas présentée comme un positionnement politique et personnel vis-à-vis des communes, mais comme une parole technique, émanant d’experts du développement territorial.

23À partir de là, nous observons que c’est à un niveau technique qu’est déléguée la mission de formuler un positionnement politique d’envergure métropolitaine. En effet, ce n’est pas la présidente métropolitaine qui invite à cesser les « oppositions stériles » dans la rubrique « Entre nous », mais le compte-rendu du colloque, consacré à l’alliance du territoire, qu’elle restitue. Cette stratégie de communication apparaît comme une réponse à la contrainte politique inhérente aux métropoles, soulignée dans cet extrait d’entretien réalisé auprès de la responsable de l’attractivité d’une métropole, en 2018 :

« Si la promotion de l’agglomération demande de dépasser les clivages de proximité, l’important étant que les entreprises s’installent dans la région […], la communication institutionnelle, elle, se doit de promouvoir un territoire conforme à ses limites territoriales comme à ses spécificités fonctionnelles. »

24Par ces mots, la responsable de l’attractivité métropolitaine souligne la dichotomie qui caractérise les échelons métropolitains. Vouées à répondre à des attentes de visibilité et de développement économique et territorial à l’échelle nationale ou internationale, les métropoles sont en effet contraintes, dans leur communication institutionnelle, par la nécessité de ne pas heurter les prérogatives des communes qui les composent. Ces deux injonctions conduisent à opacifier la puissance politique et territoriale des métropoles vis-à-vis de leurs habitants, citoyens et usagers.

Conclusion : la mise en évidence de l’écueil démocratique des échelons métropolitains

25L’analyse révèle la manière dont la structuration institutionnelle et politique des métropoles conditionne leurs stratégies de communication. Le fait communautaire, organisé depuis 1890 selon le libre choix des communes, se constitue désormais sous la contrainte de l’État qui impose la carte et les compétences intercommunales à des municipalités soucieuses de préserver leur autonomie et de maintenir l’échelon supra-communal dans une fonction de « guichet » (Doré, 2018). Dans ce sens, les métropoles, porteuses d’une mission de développement d’une cohérence communautaire, sont également contraintes par la nécessité de ne pas heurter la mise en visibilité de la capacité d’agir politique des communes qui les composent. Ces deux injonctions conduisent les métropoles à recourir à des procédés de communication visant à euphémiser leur montée en puissance politique et territoriale. Cette tendance nous invite à souligner l’écueil démocratique des métropoles marquées par une forme d’invisibilisation (Voirol, 2005). L’euphémisation communicationnelle métropolitaine, mise à jour par l’analyse, a pour effet, d’une part, de contraindre l’émergence d’un imaginaire partagé pourtant envisagé comme pierre angulaire du fonctionnement métropolitain (Ghorra-Gobin, 2015, 109 ; Le Galès, 2011, 35) et, d’autre part, de ne pas permettre aux citoyens, habitants et usagers d’en saisir les enjeux politiques et territoriaux.

26Parallèlement à cela, de nombreuses métropoles s’investissent davantage dans des politiques de participation citoyenne, comme en témoigne le Manifeste des métropoles participatives5. Porté par l’Institut de la concertation et de la participation citoyenne, qui regroupe notamment des élus et des agents territoriaux, ce manifeste vise à promouvoir les conditions de réussite d’une politique de la participation apte à créer une relation de citoyenneté entre les échelons métropolitains et leurs habitants. Aussi, il semblerait intéressant d’analyser la manière dont l’apparition d’un nouvel écosystème participatif, déployé par ces échelons intercommunaux, a pour effet, ou non, de les mettre en visibilité et de répondre à l’écueil de représentativité électorale et politique qui les caractérise. Cela permettrait d’explorer les liens entre l’émergence d’une forme de « citoyenneté métropolitaine » et l’appréhension des échelons détenteurs des principales compétences politiques structurantes pour le territoire que sont les métropoles par leurs habitants, citoyens et usagers.

Haut de page

Bibliographie

Auboussier, J. (2012). Presse municipale et territoires représentés. Quartiers, commune, intercommunalité à Villeurbanne. Sciences de la société, 84-85, 103-118. https://doi.org/10.4000/sds.1864.

Bardin, L. (1993). L’analyse de contenu (7e édition). Presses universitaires de France.

Bessières, D. (2013). Explorer la communication des organisations publiques pour dévoiler les logiques englobant les pratiques. T. Heller, R. Huët et B. Vidaillet (dir.), Communication et organisation : perspectives critiques. Presses universitaires du Septentrion, 313-324. https://doi.org/10.4000/books.septentrion.7502.

Chambat, P. (1995). Espace public, espace privé : le rôle de la médiation technique. I. Pailliart (dir.), L’espace public et l’emprise de la communication. ELLUG, 65-98.

Comby, J.-B. (2015). La question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème. Raisons d’agir.

Doré, G. (2018). Le bouleversement territorial en France : analyse et enjeux. Population & Avenir, 1(1), 4-7. https://doi.org/10.3917/popav.736.0004.

Faure, A. (2013). Des politiques intercommunales sans imaginaire politique ? M. Aboulker (dir.), Représenter l’intercommunalité. Enjeux et pratiques de la communication des communautés. ADCF, 63-65.

Garcin-Marrou I. (2019). Pour une analyse communicationnelle des altérités territoriales. J. Bonaccorsi et S. Cordonnier (dir.), Territoires. Enquête communicationnelle. Les Archives contemporaines, 161-167.

Garcin-Marrou, I. et Hare, I. (2015). Mise en mots, mise en scène et légitimité des exécutifs locaux : le bulletin municipal de Villeurbanne (1974-2013). Revue française d’administration publique, 2, 437-450. https://doi.org/10.3917/rfap.154.0437.

Grenoble Alpes Métropole (2016). Métropole, 3.

Grenoble Alpes Métropole (2013). Le Métroscope, 100(1).

Grenoble Alpes Métropole (2003). Le Métroscope, 21.

Ghorra-Gobin, C. (2015). La métropolisation en question. Presses universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.ghorr.2015.01.

Krieg-Planque, A. et Oger, C. (2010). Discours institutionnels. Perspectives pour les sciences de la communication. Mots. Les langages du politique, 94, 91-96. https://doi.org/10.4000/mots.19870.

Krieg-Planque, A. (2012). Analyser les discours institutionnels. Armand Colin.

Le Bart, C. (2014). La communication des collectivités locales : les territoires entre exemplarité, standardisation et singularité. P. Aldrin, N. Hubé, C. Ollivier-Yaniv et J.- M. Utard (dir.), Les Mondes de la communication publique. Presses universitaires de Rennes, 77-89.

Le Bart, C. (2003). Les Maires : Sociologie d’un rôle. Presses universitaires du Septentrion. https://doi.org/10.4000/books.septentrion.16121.

Le Bart, C. (2000). Les bulletins municipaux : une contribution ambiguë à la démocratie locale. Hermès, 26-27(1), 175-184. https://doi.org/10.4267/2042/14773.

Leblanc, J.- M. (2016). Analyses lexicométriques des vœux présidentiels. ISTE éditions.

Le Galès, P. (2011). Le retour des villes européennes : sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance. Presses de Science po.

Le Saout, R. (2015). Le resserrement du « double jeu » intercommunal des maires. Revue française d’administration publique, 154, 489-503. https://doi.org/10.3917/rfap.154.0489.

Maingueneau, D. (2016). Analyser les textes de communication. Armand Colin. https://doi.org/10.3917/arco.maing.2016.01.

Mangilli Doucé, M. L. (2021a) : Politiques et stratégies de communication à l’œuvre dans les territoires métropolitains. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Université Grenoble Alpes.

Mangilli Doucé, M. L. (2021b). Le repositionnement des éditoriaux des journaux municipaux face à la métropolisation. Communiquer, 33. https://doi.org/10.4000/communiquer.8884.

Nantes Métropole (2018). Nantes Métropole, 71.

Nantes Métropole (2015). Nantes Métropole, 58.

Nantes Métropole (2003). Nantes Métropole, 1.

Noyer, J. et Raoul, B. (2011). Le « travail territorial » des médias. Pour une approche conceptuelle et programmatique d’une notion. Études de communication, 37, 15-46. https://doi.org/10.4000/edc.2933.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Pailliart, I. (1993). Les territoires de la communication. Presse universitaire de Grenoble.

Raoul, B. (2020). Le territoire à l’épreuve de la communication. Presses universitaires du Septentrion.

Raoul, B. (2013). L’espace public (local) aux prises avec la « puissance instituante » de la territorialité. Une approche communicationnelle de journaux de quartier à Roubaix. J. Noyer, B. Raoul et I. Pailliart (dir.), Médias et Territoires. L’espace public entre communication et imaginaire territorial. Presses universitaires du Septentrion, 67-93.

Thomas, O. (2015). Peut-on justifier la suppression des départements français ? Une revue de la littérature. Revue française d’administration publique, 2(2), 505-522. https://doi.org/10.3917/rfap.154.0505.

Voirol, O. (2005). Les luttes pour la visibilité : Esquisse d’une problématique. Réseaux, 1(1-2), 89-121. 

Haut de page

Notes

1 Le terme « intégré » est usuellement employé pour définir le degré d’importance de l’intérêt communautaire d’une intercommunalité.

2 Hormis dans le cas lyonnais, le système de fléchage lors des élections municipales reste la règle pour désigner les membres des conseils intercommunaux.

3 Les premiers éditoriaux des journaux intercommunaux nantais correspondent à des publications adressées aux agents intercommunaux, l’établissement public de coopération intercommunale (EPCI) n’ayant pas développé dans un premier temps de publications en direction des administrés. De même, certaines années ont été marquées, dans le cas nantais et grenoblois, par l’absence d’éditoriaux.

4 L’influence du SCoT s’étend au-delà de la métropole sur plusieurs intercommunalités limitrophes.

5 https://i-cpc.org/wp-content/uploads/2020/10/Manifeste-des-métropoles-participatives-ICPC-1.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Lyne Mangilli Doucé, « L’évolution discursive des métropoles au fur et à mesure de leur prise d’ascendance politique et territoriale »Études de communication, 58 | 2022, 149-166.

Référence électronique

Marie Lyne Mangilli Doucé, « L’évolution discursive des métropoles au fur et à mesure de leur prise d’ascendance politique et territoriale »Études de communication [En ligne], 58 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/edc/14453 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.14453

Haut de page

Auteur

Marie Lyne Mangilli Doucé

EA 608 GRESEC, Groupe de recherche sur les enjeux de la communication, Université Grenoble Alpes

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search