Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58Notes de lectureBousquet, F. et Amiel, P. (2021)....

Notes de lecture

Bousquet, F. et Amiel, P. (2021). La presse quotidienne régionale

Anne-Coralie Bonnaire
p. 187-192
Référence(s) :

Bousquet, F. et Amiel, P. (2021). La presse quotidienne régionale. Collection Repères, La Découverte.

Texte intégral

Franck Bousquet et Pauline Amiel La presse quotidienne régionale1

  • 1 Bousquet, F. et Amiel, P. (2021). La presse quotidienne régionale. Collection Repères, La Découvert (...)

1Malgré son importance primordiale dans la diffusion et la collecte d’information au niveau local et régional, il manquait à la presse quotidienne régionale (PQR) un ouvrage de référence sur ses enjeux socioculturels et économiques, notamment en regard de la numérisation des rédactions et l’évolution récente de ces médias. L’ouvrage de Franck Bousquet et Pauline Amiel comble cette lacune en proposant un travail exhaustif sur l’histoire, les manifestations et les enjeux sociaux et économiques de la PQR dans un ouvrage concis éponyme aux éditions La Découverte (2021). Même si elle n’est pas sa seule incarnation, la PQR est en effet une actrice majeure des espaces publics locaux et du lien social (p. 28) et un signe d’appartenance. L’émergence puis le partage du territoire français par regroupements de divers groupes de presse, ainsi que les enjeux des journaux de PQR et de ses acteurs (localiers comme chargés de la publicité et responsables), au croisement des intérêts économiques locaux et des enjeux d’information régionale au regard des évolutions numériques, forment le fil rouge qui tient l’ouvrage.

2Dans un premier chapitre, Bousquet et Amiel montrent l’émergence et l’évolution de ce qui va devenir la PQR, étroitement liée au contexte politique et à l’emprise de l’administration sur les pouvoirs locaux ainsi qu’au développement des communications rapides, notamment le télégraphe. Les auteurs notent l’importance de la PQR dans l’affirmation identitaire des départements et le rôle des journaux dans l’influence et le débat politiques pendant l’entre-deux-guerres. La tendance au rachat de titres, notamment à partir de la deuxième guerre mondiale a lieu malgré les efforts du gouvernement pour maintenir une pluralité des journaux après la Libération (p. 21). Les auteurs ont par ailleurs réalisé une carte exhaustive des groupes de PQR en 2020 (p. 88-89) qui fera certainement référence en sciences de l’information et de la communication. Ainsi le groupe EBRA-Crédit Mutuel réunit dix journaux de presse quotidienne régionale dontLe Progrès,L’Est républicainetLe Dauphiné libéré, Centre-France huit journaux dontLa MontagneetLe Journal du Centre, et le groupe Rossel-La Voix neuf journaux dontLa Voix du NordetLe Courrier Picard. On y observe par ailleurs le nombre restreint de titres régionaux indépendants commeLa Marseillaise.

3Plusieurs encarts proposent divers focus sur différentes thématiques en lien avec la PQR, comme celui qui se trouve page 26 et qui revient sur la notion de territoire, essentielle pour la presse quotidienne régionale. Citant Isabelle Pailliart (1993), les auteurs rappellent que le territoire possède une originalité fondamentale : un mouvement continuel de production, auquel participent étroitement les médias. C’est ainsi que les auteurs replacent dans le deuxième chapitre de l’ouvrage la PQR dans son modèle éditorial au centre de la continuité territoriale et au cœur des circulations socioculturelles. Bien que ne créant pasper sele lien social, la PQR est bien une actrice de celui-ci ; elle l’entretient et lui permet d’être alimenté chaque jour, fondant le sentiment de participation à une communauté imaginée (Anderson, 1983, cité par Bousquet et Amiel).

4Par ailleurs, les auteurs se penchent sur la question de l’apparition du numérique dans la création et la diffusion de l’information locale et régionale en rappelant que l’apparition de Twitter, Instagram et Snapchat et le fait que les journalistes régionaux soient encouragés à les utiliser (p. 47) ont une forte influence sur le développement récent des identités éditoriale et territoriale du journal (p. 32) et sur le renforcement de l’idée d’interaction entre lecteurs, acteurs et créateurs d’information. Le sitemaville.com, détenu par Ouest-France, organise ainsi lui-même la mise en réseau des activités pour s’adapter à la nouvelle réalité des usages de l’information (notamment l’échange de services, visible à l’importance prise ces dernières années parleboncoin.com).Maville.comprend ainsi une part active dans la diversification des supports et des services du groupe Ouest-France (p. 38). Ceci rejoint par ailleurs le rôle de services de proximité des journaux régionaux à leur origine (p. 9 et suivantes) et le concept de journalisme de solution, fondé aux États-Unis, qui permet de créer du lien avec les audiences tout en proposant des solutions positives concrètes par et pour les acteurs du territoire. Cette forme de journalisme permet par ailleurs de lutter contre la défiance du public envers les médias (Amiel, 2017).

5Or, le passage par le journal local est considéré par la profession comme obligé et formateur, alors qu’il n’existe pas ou prou de sociologie des acteurs de la presse locale. Là encore, les deux auteurs comblent ce manque en proposant une sociologie fine de ces enjeux socio-économiques, présentant les contraintes du métier de journaliste et détaillant par ailleurs celui de correspondant local de presse (CLP), un travail assez rare pour être souligné. Le troisième chapitre se penche ainsi sur les producteurs et productrices de l’information locale et donc le travail de journalier même, caractérisé par une connaissance fine et globale du territoire régional et une proximité affichée avec le lectorat. Bousquet et Amiel rappellent l’encadrement très fort qui caractérise l’organisation du travail des entreprises de presse locale, en particulier de par la petitesse des équipes (souvent composées d’un chef d’agence, d’un sous-chef et parfois d’un numéro 3 ainsi que d’un service publicité), réparties sur tout le territoire français. Les localiers ont pourtant tendance à diminuer : en 2019, 34 582 possèdent une carte professionnelle, contre 37 531 en 2009 (p. 42). Même si la proportion de femmes reste stable, la presse locale demeure un univers masculin ; en revanche le nombre de personnes de moins de 35 ans a diminué, ce qui peut s’expliquer par un accès de plus en plus long au métier. S’il est possible de continuer à couvrir les informations régionales malgré la diminution du nombre de journalistes localiers, ceci est en partie possible grâce au nombre important de CLP qui maillent le territoire national, qui seraient entre 30 000 et 40 000 en France. Ce statut particulier, entériné par la loi du 27 janvier 1987, corrigé en 1993, est celui d’un travailleur indépendant encadré par des journalistes professionnels et rémunérés à l’acte (la ligne, le signe…). Bousquet et Amiel montrent comment, par souci d’optimisation des coûts, la PQR tente de standardiser les productions des CLP et comment leur travail est progressivement rationalisé par la mise en place de portails numériques de saisie des articles, qui permettent à la fois une rémunération plus automatique et juste et une professionnalisation de ces CLP. Leur rôle social et leur ancrage local restent primordiaux pour les journaux, car au-delà de la récolte d’informations, les CLP assurent une fonction d’ambassade du journal sur les territoires.

6Enfin, ce qu’il est essentiel de retenir de cet ouvrage, est la mise en lumière de l’intrication, au niveau de la presse locale, entre information et communication, entre enjeux économiques et informationnels. Ainsi, la présence d’un service publicité dans presque chaque agence locale crée des relations à la fois d’informants à informés, de journalistes à acteurs mais aussi de vendeurs à acheteurs (notamment d’espaces publicitaires dans le journal ou sur le site de celui-ci). Par ailleurs, chaque journaliste connaît très bien les acteurs de son terrain qui peuvent être à la fois intéressés par l’information diffusée et la diffusion de certaines informations (beaucoup de personnes interviewées considèrent un article dans le journal local comme de la publicité gratuite). En outre, le responsable du service publicité est ainsi en contact quotidien avec les journalistes, avec les usagers et avec les partenaires et la vente de publicité, connue de la rédaction, a souvent un impact sur la publication d’informations (p. 46). Par ailleurs, le travail avec des CLP s’en ressent aussi dans ces enjeux de localité : la surreprésentation de certaines associations ou certains partis politiques, dont seraient proches certains CLP – souvent des personnes par ailleurs engagées socialement – peut avoir aussi une influence sur la ligne éditoriale et des tensions éthiques peuvent apparaître. Enfin, la tendance actuelle à l’usage des RSN comme canal de communication entre journalistes et publics, l’importance de la création de « labs » et le travail en projet, décloisonnant les supports et les contenus, la diminution des effectifs malgré une demande forte et des coûts incompressibles, font tout l’enjeu de la PQR aujourd’hui. Très peu mentionnées dans la littérature scientifique, ces situations influencent grandement le travail des acteurs du journal local et la définition du métier de localier ainsi que les relations socio-économiques qui sont l’essence même de la PQR. Mais – et c’est là toute l’importance de l’ouvrageLa Presse quotidienne régionalede Bousquet et Amiel – c’est aussi tout ce qui fait le piment de la PQR et tout l’intérêt de la lecture de cet ouvrage paru en 2021.

Haut de page

Bibliographie

Amiel, P. (2017). Le journalisme de solutions.Communication, 34(2).

Anderson, B. (1983).Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. Verso.

Pailliart, I. (1993).Les Territoires de la communication. Presses Universitaires de Grenoble.

Haut de page

Notes

1 Bousquet, F. et Amiel, P. (2021). La presse quotidienne régionale. Collection Repères, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Coralie Bonnaire, « Bousquet, F. et Amiel, P. (2021). La presse quotidienne régionale »Études de communication, 58 | 2022, 187-192.

Référence électronique

Anne-Coralie Bonnaire, « Bousquet, F. et Amiel, P. (2021). La presse quotidienne régionale »Études de communication [En ligne], 58 | 2022, mis en ligne le 26 septembre 2022, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/edc/14565 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.14565

Haut de page

Auteur

Anne-Coralie Bonnaire

Université de Lille, Laboratoire GERiiCO, Lille, France, abonnaire@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Groupe d’études et de recherche interdisciplinaires en information et communication
  • Logo Université Lille - Sciences Humaines et Sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search