Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58Notes de lectureCardon, P. et De Iulio, S. (2021)...

Notes de lecture

Cardon, P. et De Iulio, S. (2021). Cantine et friandises : l’école et l’alimentation des enfants

Cristina Romanelli
p. 193-196
Référence(s) :

Cardon, P. et De Iulio, S. (2021). Cantine et friandises : l’école et l’alimentation des enfants. Collection « Tables des Hommes », Presses Universitaires François-Rabelais de Tours.

Texte intégral

Philippe Cardon et Simona De Iulio (dir.) Cantine et friandises : l’école et l’alimentation des enfants1

  • 1 Cardon, P. et De Iulio, S. (2021). Cantine et friandises : l’école et l’alimentation des enfants. (...)

1Février 2021, en pleine pandémie de Covid-19, la ville de Lyon annonce un repas unique « sans viande » pendant deux mois dans les écoles. Cette mesure, déjà appliquée lors du premier confinement par la gestion précédente, soulagerait des contraintes logistiques et celles relatives aux différentes intolérances, allergies et restrictions alimentaires. Mais pour l’opposition de la municipalité écologiste, il s’agirait plutôt de la volonté d’imposer une idéologie et de saisir l’opportunité d’accélérer le programme de campagne qui prévoyait un repas végétarien au choix dès 2022. Comme le met en exergue cette affaire, l’alimentation à l’école va bien au-delà de la nutrition, et peut susciter des enjeux d’ordre sanitaire, politique, social, écologique, économique ou pédagogique… Elle mobilise également un grand nombre d’acteurs, très hétérogènes, et dont les discours ne sont pas souvent à l’unisson. Il est donc assez surprenant que Cantine et friandises : l’école et l’alimentation des enfants, paru en 2021, soit le premier ouvrage en sciences humaines et sociales entièrement dédié à cette thématique en France.

2Cet ouvrage collectif de 352 pages est dirigé par Philippe Cardon, enseignant-chercheur en sociologie, et Simona De Iulio, professeure en sciences de l’information et de la communication, tous deux à l’Université de Lille. Produit d’un dialogue entre la sociologie, les sciences de l’éducation et les sciences de l’information et de la communication – où cette dernière est majoritairement représentée par huit des quatorze auteurs –, le livre essaie d’aborder une grande diversité de visions et d’aspects qui touchent à l’alimentation à l’école. Ainsi, il s’adresse notamment aux étudiants et chercheurs issus de ces disciplines, mais sera certes bienvenu pour ceux qui veulent avoir des clés de compréhension sur un champ encore peu étudié en France, ainsi que sur des thématiques proches, comme la restauration collective et l’alimentation des enfants et des jeunes adultes.

3Comme souligné tout au long de l’ouvrage, l’éducation alimentaire de la jeunesse joue un rôle central dans diverses politiques nationales, et en particulier dans des programmes qui visent à une « réforme » de la consommation à travers des initiatives d’information, de communication et d’éducation (Cardon et al., 2019). Cette tendance s’affirme par la désignation d’acteurs responsables du façonnage des savoirs et des conduites des plus jeunes en matière d’alimentation, par un appel à l’auto-surveillance et à la responsabilisation des enfants eux-mêmes, et par l’inculcation de normes et valeurs liées notamment à des enjeux de santé et de durabilité ou à des notions d’autonomie et de citoyenneté.

4Cette réforme des pratiques alimentaires dépend largement non seulement de la production des discours, des représentations sociales et des normes autour de l'alimentation scolaire mais aussi des modalités et des conditions de leur diffusion, de leur appropriation par les enfants et par ceux censés de les diffuser (enseignants, animateurs, surveillants…) sans oublier les interactions et les rapports sociaux entre ces deux derniers groupes. Le livre se concentre sur tous ces points, de façon à « montrer que l’alimentation ne se résume pas à ce qui se passe dans la cuisine et à la cantine, mais que, au contraire, elle prend sens dans une diversité de scènes sociales tant en dehors […] qu’au sein des établissements scolaires » (p. 20). Ainsi, les contributions sont distribuées en cinq parties, faisant chacune référence à ces différentes scènes sociales : l’État, les médias et les entreprises, la collectivité, la salle de classe, la pause méridienne et le goûter d’études le soir, et la cour de récréation.

5Trois chapitres structurent la première partie, qui débute par des acteurs non mentionnés jusque-là : les parents d’élèves. Mylène Costes et Aurélia Dumas analysent les discours des politiques publiques sur le rôle de parents et mènent une étude empirique pour interroger leurs perceptions sur le sujet, ainsi que l’appropriation des outils qui leur sont destinés. D’après cette enquête, tandis que les parents se sentent peu sollicités par les pouvoirs publics, les discours de ces derniers ont tendance à les culpabiliser et ne considèrent pas comme prioritaires leurs centres d’intérêt sur le sujet.

6Les quatre autres parties de l’ouvrage sont composées chacune de deux chapitres. La deuxième propose une réflexion sur des impératifs contradictoires, comme ceux liés à la santé des enfants et au budget des gestionnaires des cantines ou bien l’écart entre le travail tel qu’il est réalisé par le personnel des cantines et vécu par eux, dans le but de questionner comment les normes agissent et quels sont leurs impacts sur le travail. Ensuite, les parties 3 et 4 sont centrées sur l’éducation à l’alimentation et à la diffusion de normes et de règles à partir des interactions entre les élèves et deux groupes d’acteurs présents dans l’espace de l’école : les enseignants et les animateurs.

7En effet, les chapitres de Marie Berthoud et Géraldine Comoretto se concentrent sur la dimension éducative qui se matérialise dans les activités que les élèves expérimentent en mangeant, notamment lors des pauses méridiennes. Un apport nous semble particulièrement intéressant : l’approche de Berthoud à la pause méridienne comme un « dispositif communicationnel actualisant en son organisation les recommandations pédagogiques » (p. 223). Les savoirs et normes en matière de pratiques alimentaires seraient transmis, ou mieux, vécus par les enfants, par des expériences répétées quotidiennement, comme une mise en scène au sens d’Erving Goffman (1973). Cependant, ils peuvent également détourner ces mises en scène, se réapproprier des normes et des codes, et même les opposer ouvertement.

8Comme dans les deux chapitres de la dernière partie, l’auteure prend en compte les interactions entre les enfants eux-mêmes et leur point de vue sur des consommations informelles. Il est ainsi possible de constater que les élèves « sont loin d’être de simples récepteurs d’un savoir et d’un ordre qui leur viennent du dehors » (p. 324). C’est précisément pourquoi l’ouvrage mériterait à être enrichi par d’autres contributions sur des enfants de différents groupes d’âge suivant des régimes alimentaires qui ne correspondent pas à l’offre disponible dans les cantines. Par ailleurs, il nous paraît important de questionner de façon plus minutieuse la notion d’« autonomie » des élèves diffusée par les discours des pouvoirs publics, considérant que leurs assiettes sont pré-remplies et que presque toutes les activités autour de l’alimentation suivent un planning rigide, de façon à devenir des dispositifs de gouvernement du corps, dans une approche foucauldienne (p. 223). En tout état de cause, bien que toutes les thématiques et problématiques ne puissent être approfondies dans un seul ouvrage, Cantine et friandises : l’école et l’alimentation des enfants soulève d’importantes questions et suscite la curiosité sur ce thème et sur des aspects qui restent à investiguer.

Haut de page

Bibliographie

Cardon, P., Depecker, T. et Plessz, M. (2019). Sociologie de l’alimentation. Collection « U », Armand Colin.

Goffman, E. (1973). La Mise en scène de la vie quotidienne. Vol. 1. La présentation de soi. Collection « Le Sens Commun », Les Éditions de Minuit.

Haut de page

Notes

1 Cardon, P. et De Iulio, S. (2021). Cantine et friandises : l’école et l’alimentation des enfants. Collection « Tables des Hommes », Presses Universitaires François-Rabelais de Tours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cristina Romanelli, « Cardon, P. et De Iulio, S. (2021). Cantine et friandises : l’école et l’alimentation des enfants »Études de communication, 58 | 2022, 193-196.

Référence électronique

Cristina Romanelli, « Cardon, P. et De Iulio, S. (2021). Cantine et friandises : l’école et l’alimentation des enfants »Études de communication [En ligne], 58 | 2022, mis en ligne le 26 septembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/edc/14610 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.14610

Haut de page

Auteur

Cristina Romanelli

Université de Lille, Laboratoire GERiiCO, Lille, France, cristina.romanelli@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Groupe d’études et de recherche interdisciplinaires en information et communication
  • Logo Université Lille - Sciences Humaines et Sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search