Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58Notes de lectureRobert, P. (2021). La ville en pl...

Notes de lecture

Robert, P. (2021). La ville en planches. Bande-dessinée et mondes urbains

Marine Thomas
p. 213-220
Référence(s) :

Robert, P. (2021). La ville en planches. Bande-dessinée et mondes urbains. Éditions Hermann.

Texte intégral

Pascal Robert (dir.) La ville en planches. Bande-dessinée et mondes urbains1

  • 1 Robert, P. (2021). La ville en planches. Bande-dessinée et mondes urbains. Éditions Hermann.

1Sous la direction de Pascal Robert, professeur des universités en sciences de l’information et de la communication (SIC) à l’ENSSIB, spécialiste du médium de la bande dessinée et membre du laboratoire de recherche ELICO, cet ouvrage publié en 2021 chez Hermann en France est un livre collectif s’inscrivant dans la continuité des travaux de Pascal Robert. Ce dernier propose de donner à voir une « déprogrammation » (Robert, 2015), terme emprunté à Jean Olivier Hucleux, une exploration, du thème des mondes urbains en bande dessinée pris comme « dynamique narrative » et non seulement sous le prisme des représentations plurielles de la ville au sein de ce médium artistique, médium connaissant un intérêt grandissant dans le cadre des études communicationnelles. Cette volonté de fournir un aperçu de ce qui fait la particularité du dialogue ville-bande dessinée est annoncée dès l’introduction générale mais aussi à travers le choix de l’illustration de couverture issue d’une planche des Cités obscures de Schuiten et Peeters représentant Samaris (Schuiten et Peeters, 1988), une ville-actante, un moteur du récit de bande dessinée qui dépasse le simple rôle de décor. Le personnage vu de dos au premier plan la contemple, du haut de ce qui semble être un balcon : elle s’étale alors à perte de vue et semble receler des secrets narratifs qu’il tarde au protagoniste de découvrir. Pour les révéler, l’édifice est divisé en deux parties, chacune annonçant les chapitres qui la subdivisent via une introduction rédigée par le présent directeur de publication. La conclusion générale revient sur le concept de « déprogrammation » qui permit tout au long de l’ouvrage de concevoir la bande dessinée dans toute sa subversion (Robert, 2018) en faisant dialoguer narration bédéique de l’espace urbain et construction narrative et sémiotique de la bande dessinée travaillée par la ville.

2La première partie porte sur les manières dont le motif urbain permet d’accroître et d’approfondir les potentialités offertes par cet art séquentiel mais aussi sur les façons dont ce dernier peut représenter la ville. Elle est elle-même subdivisée en deux sections : la première comprend deux chapitres élaborés par Julia Bonaccorsi et Nancy Ottaviano traitant de bandes dessinées ayant donné à voir des villes. Dans un premier temps, la section aborde ce thème par le biais de l’hybridation bande dessinée-photographie afin de rendre compte de ce qu’est le quotidien au sein d’une favela à Rio, la ville devenant ainsi un sujet documentaire exploité par l’auteur brésilien André Diniz et le photographe Mauricio Hora. Dans un deuxième temps, elle le fait en détaillant de quelle(s) façon(s) ce médium peut promouvoir ou du moins narrer le déroulement de projets urbains et les transformations qui ont caractérisé ces derniers dans le temps. La bande dessinée, étant donné sa forte capacité communicationnelle, peut alors se faire outil de médiation pour les architectes et personnages politiques et outil de critique sociale pour ses auteur.rices. La deuxième section compte également deux chapitres, écrits par Aymeric Landot et Pascal Robert, démontrant les diverses manières dont les villes européennes et américaines peuvent permettre d’explorer les potentialités narratives de la bande dessinée. Cette dernière le peut alors en présentant la métropole états-unienne comme décor-actant au service de la diégèse du super-héros ou en amenant les représentations de la ville, qu’elle soit purement imaginaire ou mise en scène dans toute sa référentialité, par le biais de Lyon, Paris ou Venise, à (re)penser la théorisation et la sémiotique de la bande dessinée pour instaurer une véritable politique du récit à part entière.

3La deuxième partie fait le pari du parallèle entre interstices de la bande dessinée (gouttières, bordures, marges, espaces intericoniques, « blancs » de la page) et interstices de la ville (marges, frontières, murs, barrière linguistique et éloignement culturel, lumière et obscurité). Pour cela, elle se divise à nouveau en deux sections. La troisième section de l’ouvrage démontre à travers deux chapitres développés par Philippe Paolucci et Magali Boudissa comment ces interstices peuvent mener à l’incommunication, c’est-à-dire aux malentendus et aux incompréhensions au sein des processus de communication. Cette incommunication peut être levée entre des personnages occidentaux et asiatiques au Japon autour de lieux mémoriels dans Anne Frank au pays du Manga tout au long du 5e chapitre. Elle est aussi présente dans les représentations partielles qu’entraîne le déplacement d’un photon de lumière, éclairant les différentes scènes et réalisant des focus qui obligent le.a lecteur.rice à donner lui.elle-même du sens à ce qu’il.elle aperçoit dans le 6e. La dernière section montre enfin comment les interstices peuvent travailler et la ville et la bande dessinée. Pour cela, le premier chapitre écrit par Jean-Michel Rampon démontre qu’un élément du décor de la ville, à savoir la fenêtre, s’ouvre et se ferme sur le monde urbain, le plaçant dans un rôle de case de bande dessinée, au sein du chapitre 7 et du New York de Will Eisner. Enfin, le dernier chapitre, fruit du travail de Magali Toro, illustre comment la bande dessinée s’avère être un art des cadres, séparés par des marges de la même façon qu’une ville, en s’aidant pour cela des œuvres de Marc-Antoine Mathieu, de Richard Mc Guire et de Winsor McCay, ainsi que des récits illustrés japonais, ces derniers mêlant tout comme la bande dessinée texte et dessin, et des ouvrages théoriques d’architecture.

4Une place importante est effectivement laissée aux savoirs architecturaux dans cet ouvrage. En effet, Pascal Robert n’a pas uniquement donné voix à des chercheur.ses issu.es des SIC, comme le montre la présentation des auteur.rices en fin d’ouvrage, précédant la table des matières : si le présent directeur de publication est bien un enseignant-chercheur en SIC, de la même façon que d’autres auteur.rices ayant contribué à l’écriture de ce livre (Julia Bonaccorsi, Philippe Paolucci et Jean-Michel Rampon), Magali Toro et Nancy Ottaviano sont pour leur part architectes. Quant à Aymeric Landot et Magali Boudissa, ils sont respectivement doctorant en histoire médiévale et docteure en esthétique, sciences et technologies des arts et enseignante-chercheure.

5Malgré ces différences d’approches, des notions et des constantes semblent se distinguer tout au long des huit chapitres émaillant les quatre sections. Ils donnent en effet à voir ce médium, qu’il soit franco-belge, sériel, sous la forme de comic books, de romans graphiques ou de mangas, et la ville dans toute leur complexité sémiotique, géographique et politique, démontrant leur co-production et interrogeant nos mondes graphiques imaginaires et urbains.

6Tout d’abord, une part majeure est laissée à la sémiotique de la bande dessinée mais aussi à la sémiotisation de l’espace et du territoire urbain de part et d’autre de ce travail. Point non négligeable, la compréhension des propos sur la sémiotique est favorisée dans ce livre par l’impression en couleurs des cases analysées.

7Le chapitre 1 montre ainsi comment un discours à la fois intimiste et documentaire sur une favela peut se construire par la combinaison de sémiotiques plurielles en bande dessinée. Cette particularité narrative est rendue possible par le tressage intermédiatique, les signes-repères et la figuration de marqueurs urbains fournis par la narration et le jeu de cadrage opéré entre photographie et dessin. L’hybridation se retrouve à nouveau dans le chapitre 6 à travers l’emprunt de techniques narratives propres au cinéma et au jeu vidéo. Elle est présente enfin dans le chapitre 2 qui montre que le travail dessiné peut se faire, certes, à partir de la mémoire du.de la dessinateur.rice mais aussi de photographies et ce afin de pallier l’absence physique de personnages connus tout en conservant une dimension subjective rendue possible par le dessin et le respect des codes graphiques de la bande dessinée, plaçant à nouveau le tout à mi-chemin entre fiction et documentaire.

8L’aspect documentaire peut être renforcé par le déploiement de la cartographie (chapitre 2), quand les rôles du.de la cartographe et de l’architecte ne sont pas endossés par l’auteur.rice de bande dessinée lui.elle-même lorsqu’il.elle travaille la page et ses cadres (chapitre 3), via notamment l’exploitation des différentes combinaisons qu’offrent la case et la planche (chapitre 4). Ce jeu des cadres peut atteindre son paroxysme au sein du roman graphique lorsque ce dernier l’efface sémiotiquement pour mieux le naturaliser sous la forme d’une fenêtre ouverte sur le monde urbain, transformant ainsi le.a lecteur.rice en lecteur.rice-regardeur.se (chapitre 7). La sémiotique peut également être subvertie en usant de murs physiques comme de marges bédéiques, construisant dès lors l’espace architectural et narratif au sein de la planche (chapitre 8).

9Ces combinaisons et ces sémiotiques intermédiatiques peuvent être complétées par la sémiotique du langage, cette dernière fournissant alors les clés temporelles du récit et les unités fondamentales de la morphologie de la ville (chapitre 1) ou encore les fonctions et attributs des personnages représentés (chapitre 2). Cette sémiotique linguistique est aussi amenée à rendre compte de l’incommunication, les signes scripturaux en pays étranger et la langue entendue en audio, lorsque la bande dessinée se veut numérique, transformant la ville en un espace incompréhensible et surtout indéchiffrable pour le personnage-voyageur mais aussi pour le.a lecteur.rice (chapitre 5).

10La ville en bande dessinée prend dès lors la forme d’un.e actant.e, qu’elle soit sujet-actant, objet de socialisation en mutation constante (chapitre 1), ou décor-actant, « porteur de sens » et jouant un rôle dans le récit, Pascal Robert démontrant l’absence de représentation dans ce médium d’une ville qui n’est qu’un décor-decorum (chapitre 4). Ce décor-actant devient adonc un référent-signifiant par ce qu’il évoque au lecteur, que ce soit l’atmosphère (menaçante, angoissante, comme dans les comics de Batman au sein du chapitre 3) ou le symbole qu’il représente (la mondialisation à travers la représentation d’échanges multiples, qu’ils soient rendus possibles par les technologies de l’information et de la communication, les moyens de transport ou la densité de population, à New York par exemple). Cette référentialité de la ville peut aussi fonctionner à travers le rappel d’une cité déjà existante via une ville représentée, l’auteur.rice de la bande dessinée jouant ainsi des écarts et des ressemblances auprès du.de la lecteur.rice entre la ville dessinée et la ville réelle (chapitre 4). Le chapitre 6 interroge alors ces aspects sémiotiques en faisant le parallèle entre architecture de la ville, de la bande dessinée et de l’esprit humain. En effet, à travers l’utilisation d’un photon de lumière et de la géométrie, l’auteur de bandes dessinées Marc-Antoine Mathieu dans 3 secondes questionne la place que prend la conscience humaine dans la sémiotisation des vignettes et la part d’imagination nécessaire au.à la lecteur.rice pour donner sens à ce qu’il.elle lit (chapitre 6).

11Une deuxième part est donnée à l’articulation entre la bande dessinée et plusieurs notions géographiques phares.

  • 2 Bâtiments

12Tout d’abord, elle donne à voir des territoires, au sens communicationnel où s’en empare Bruno Raoul, à savoir non seulement des « espace[s] de vie administré[s] et socialement construit[s] » mais aussi des espaces faits de perceptions, d’imaginaires et d’échanges (Raoul, 2020, 31, 193), existant ici par le biais du dispositif médiatique de la bande dessinée. Ces territoires se déploient alors sous les yeux du.de la lecteur.rice dans leur dimension temporelle et spatiale comme résultat d’une « dynamique, sociale et culturelle » (Raoul, 2020, 29). En effet, les dynamiques spatiales et temporelles de la ville sont représentées dans le premier chapitre à partir des modes d’existence des habitants de la favela, implantant par ce biais-même une grande part de sa matérialité spatiale dans le récit. Elles peuvent être aussi narrées à travers la représentation de la mise en place sur le temps long de politiques urbaines, de projets urbains (chapitre 2). Il en est de même pour la grande ville états-unienne, fruit d’une longue histoire architecturale faite de transformations et de rénovations urbaines, devenue le symbole de la ville capitaliste américaine, avec ses buildings2, ses gratte-ciels et sa circulation dense dans les comics (chapitre 3). La dynamique sociale et culturelle du territoire peut enfin prendre la forme en bande dessinée de la mise en scène de certaines questions vives telles le développement durable (chapitre 3) ou encore les difficultés à se créer une mémoire commune universelle autour des lieux de commémoration (chapitre 5). Dans le chapitre 6, ce territoire est aussi le fruit du regard porté sur lui par le.a lecteur.rice, conscience, mots et langue construisant temporellement, spatialement, culturellement et socialement la ville.

13Ces représentations bédéiques, si elles peuvent se nourrir de photographies des territoires et des personnages les peuplant (chapitres 1 et 2), s’inspirent également d’imaginaires et de stéréotypes. Ainsi en est-il des représentations de la grande ville, « espace perçu » dans certain.e.s comics et bandes dessinées comme lieu du crime, de la délinquance, de la société de la consommation mais aussi dans d’autres récits comme terrain où se déploie l’action, où se développe le progrès et où pénètre la lumière entre les immeubles (chapitres 3 et 6). Les représentations personnelles de l’auteur.rice peuvent ainsi entrer en ligne de compte dans les représentations bédéiques, qu’elles soient positives comme négatives, engendrant ainsi des récits utopiques ou dystopiques (chapitre 3). Ce travail des représentations est amené à toucher des villes déjà existantes mais représentées en bande dessinée, Londres devenant ainsi une « arène » où se déploie l’action, Lyon et Paris des lieux où surgit l’étrange et Venise un « théâtre » (chapitre 4). La bande dessinée retravaille donc l’architecture et produit pour le.a lecteur.rice de nouveaux paysages, qu’ils soient inspirés de lieux réels, ou imaginaires.

14Ces territoires représentés sont aussi des espaces, des milieux où se déroulent certains « phénomènes physiques et économiques » (Raoul, 2020, 193), mis en scène en bande dessinée en plaçant le sujet en leur centre.

15Ce médium donne en effet à voir des espaces vécus. La favela devient ainsi un lieu de vie et une pratique pour le.a narrateur.rice acteur.rice et spectateur.rice (chapitre 1). Cet espace peut aussi être vécu en bande dessinée en plaçant les vues sur la ville à hauteur d’humain en restant au sol ou encore à hauteur de super-humain, allant de gratte-ciel en gratte-ciel par une vue du dessus (chapitre 3). Ces espaces sont à même d’être vécus également par les personnages à travers l’incommunication entre des Occidentaux et des Japonais, incommunication induite par des difficultés historiques, culturelles et langagières autour de lieux de mémoire à Tokyo (chapitre 5). Enfin, il peut être vécu à travers le regard du.de la lecteur.rice, se posant de-ci de-là tout du long de l’album sur la ville et construisant ainsi son propre questionnement autour des objets historiques, sociaux et culturels qui le peuplent (chapitre 6) ou en regardant par la fenêtre (chapitre 7).

16Elle donne aussi à voir des espaces théoriques, l’entité de la favela se définissant par différenciation notamment d’avec la « ville légale » (chapitre 1), l’entité de la city se repérant par le biais de ses buildings (chapitre 3), de la grande ville par le biais de la verticalité (chapitre 7) ou encore de la ville de Venise par le biais de ses gondoles (chapitre 4).

17Cet espace vécu et théorique est à même de devenir alors un espace « raconté », raconté comme expérience puisqu’il peut avoir été parcouru réellement dans le chapitre 2 (découverte des quartiers, des frontières, des toponymies des lieux, des habitant.es) mais aussi raconté comme projet (architectural) et comme objet. Cet espace urbain est capable ensuite de se raconter hors de la bande dessinée, sur les murs des villes, certaines représentations étant dès lors reprises par d’autres artistes à travers le street art et les murs peints, œuvrant par là-même à la redynamisation de certains espaces, comme Metropolis (chapitre 3).

18En définitive, du fait de son exigence, ce livre s’avère plutôt à destination des spécialistes désireux.ses d’approfondir leurs connaissances sur le médium de la bande dessinée ou des chercheur.ses (en SIC ou non) souhaitant s’ouvrir aux travaux scientifiques rendus possibles par l’analyse de corpus. Cette présente lecture peut alors s’accompagner de celles des autres parutions de Pascal Robert (2015, 2017, 2018) et des ouvrages centrés sur la sémiotique de la bande dessinée écrits par Thierry Groensteen (2011a, 2011b, 2020), Benoît Peeters (2010) et Pierre Fresnault-Deruelle (2009).

Haut de page

Bibliographie

Fresnault-Deruelle, P. (2009). La bande dessinée. Armand Colin.

Groensteen, T. (2011a). Système de la bande dessinée. Presses universitaires de France.

Groensteen, T. (2011b). Système de la bande dessinée. Vol. 2. Bande dessinée et narration. Presses universitaires de France.

Groensteen, T. (2020). Le bouquin de la bande dessinée : dictionnaire esthétique et thématique. Robert Laffont.

Peeters, B. (2010). Lire la bande dessinée, Paris, Flammarion.

Raoul, B. (2020). Le territoire à l’épreuve de la communication : Mutations, imaginaires, discours. Presses universitaires du Septentrion.

Robert, P. (2017). De l’incommunication au miroir de la bande dessinée. Presses universitaires Blaise Pascal.

Robert, P. (dir.) (2018). La bande dessinée : Une intelligence subversive. Presses de l’ENSSIB.

Robert, P. (2015). Polyptyque : Pour une anthropologie communicationnelle des images. Éditions Hermann.

Schuiten, F., et Peeters, B. (1988). Les Murailles de Samaris. Casterman.

Haut de page

Notes

1 Robert, P. (2021). La ville en planches. Bande-dessinée et mondes urbains. Éditions Hermann.

2 Bâtiments

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Thomas, « Robert, P. (2021). La ville en planches. Bande-dessinée et mondes urbains »Études de communication, 58 | 2022, 213-220.

Référence électronique

Marine Thomas, « Robert, P. (2021). La ville en planches. Bande-dessinée et mondes urbains »Études de communication [En ligne], 58 | 2022, mis en ligne le 26 septembre 2022, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/edc/14723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.14723

Haut de page

Auteur

Marine Thomas

Université de Lille, Laboratoire GERiiCO, Lille, France, marine.thomas2.etu@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Groupe d’études et de recherche interdisciplinaires en information et communication
  • Logo Université Lille - Sciences Humaines et Sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search