Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59DossierWorld-Making et extensions narrat...Les publics face aux pratiques de...

Dossier
World-Making et extensions narratives

Les publics face aux pratiques de queerbaiting : le cas de la série Gotham (Warner, 2014-2019)

Audiences’ reactions to queerbating: a case study of the television series Gotham (Warner, 2014-2019)
Alexis Trepier
p. 55-73

Résumés

Les fans de la série Gotham (2014-2019) ont régulièrement dénoncé son queerbaiting, une pratique qui consiste à sous-entendre des relations homoérotiques afin d’attirer des publics queer. Le traitement pourtant distinct des couples gay et lesbiens #Babitha et #Nygmobblepot par les fans interroge. Une étude approfondie du compte officiel Twitter, d’un corpus de fanfictions et de leurs commentaires respectifs montre alors que les rapports de réciprocité entre la production et les publics nous invitent à redéfinir et nuancer la notion de queerbaiting.

Haut de page

Texte intégral

1Tout d’abord employée pour dénoncer les discours discriminatoires envers les homosexuel·les (Goldyn, 1981), l’expression queerbaiting a opéré un déplacement sémantique par l’usage courant du terme dans les communautés de fans sur Internet. Il renvoie aujourd’hui aux pratiques des producteurs et productrices qui consistent à sous-entendre des relations homoérotiques dans le but d’attirer des publics queer (Brennan, 2018). Nous entendons par queer toute construction d’identités (de sexe, de genre) instables, multiples et non normatives (Bourcier, 2018 ; Foucault, 1976).

2Ces sous-entendus trouvent leur origine dans les discours, dialogues et situations des personnages dans le récit mais sont également alimentés par la communication mise en place par la production sur les réseaux sociaux. La série policière Gotham, Origin Story des ennemi·es de Batman et du futur capitaine de police Jim Gordon, développe particulièrement l’ambiguïté queer d’individus canoniquement hétérosexuels, tout en confortant les clichés LGBTQIA+. Les personnages oscillent entre non-stéréotypes, à l’instar de Renée Montoya, rôle secondaire sans importance disparue après quelques épisodes, et stéréotypes négatifs, notamment par la représentation systématique de couples homosexuels malheureux (Macé, 2007).

3Ce constat sème le doute quant aux liens construits par la série avec ses fans. Bien que la production s’offre la possibilité de nouer une relation avec un public LGBTQIA+, elle peut aussi amener ce public à pointer du doigt cette ambiguïté queer et à la désigner comme un appât au service d’une écriture sexiste. Il s’agit alors de se demander si cette relation potentielle donnerait aux fans de l’influence sur l’évolution du récit. Dans le cas contraire, elle pourrait devenir source de productions faniques venant compléter et nuancer le récit canonique. L’étude se focalisera sur la promotion et la réception par les fans tout au long de la diffusion de la série (2014-2019) de deux duos antagonistes : Barbara Kean / Tabitha Galavan et Oswald Cobblepot / Edward Nygma. Il s’agira d’étudier la manière dont la production construit le récit de ces personnages dans la série et en fait la promotion sur Twitter, une promotion qui réemploie de nombreux codes faniques, tels que les sondages, slashs, mèmes, vidding et autres GIF. Il s’agira de mieux comprendre et analyser les différentes formes que prennent les réactions des fans, que ce soit via Twitter, sur des pages spécialisées Tumblr ou encore par la mise en ligne de productions faniques sur le site de fanfictions AO3 (Archive of Our Own). Il s’agira donc, à partir d’un corpus hétérogène, d’analyser textuellement les récits (canoniques et faniques) mais également les méthodes de promotion employées et la réaction induite chez les fans afin de voir comment la promotion et la réception de ces représentations interrogent le brouillage des frontières entre producteur·rices et publics à l’heure des réseaux sociaux (Pearson, 2010). Cette relation de codépendance amène à redéfinir et nuancer le concept de queerbaiting.

  • 1 Pour plus d’informations sur les deux personnages évoqués, se référer aux deux liens suivants : htt (...)

4Par l’usage des codes propres aux fandoms, le compte Twitter officiel de la série promeut le duo Barbara Kean et Tabitha Galavan, deux antagonistes et héritières Gothamites ouvertement bisexuelles1. En soulignant des valeurs féministes telles que l’agentivité et l’indépendance, la production se permet de faire l’impasse sur leur relation amoureuse et de minimiser leur hypersexualisation.

5Les espaces narratifs laissés par les scénaristes offrent néanmoins au fandom la possibilité de préciser la psychologie des deux amantes à travers les différentes fanfictions sur AO3. Les codes et normes propres aux communautés de fans (Cornillon et François, 2017) limitent cependant cette liberté créative. Ces récits redéfinissent dès lors la création fanique comme un lieu de co-construction narrative, soutenue par une écriture originellement ambiguë des personnages de Gotham, qui peut néanmoins basculer à tout moment dès lors que la promotion cherche à contenter un public auquel les scénaristes ne peuvent offrir les représentations attendues.

  • 2 Pour plus d’informations sur ces deux personnages, se référer aux deux liens suivants : https://got (...)

6En opposant l’ordre et la morale au chaos, les relations filiales à la solitude (Winstead, 2015), les scénaristes se retirent de toute forme de représentation LGBTQIA+. Le succès du duo formé par Oswald Cobblepot et Edward Nygma, deux antagonistes bien connus de Batman2, pousse malgré tout la production à exploiter cette dynamique. Mais alors que le désir amené par les communautés de fans trouve un écho dans la campagne promotionnelle, cette relation ne prend pas corps dans la fiction. L’amertume des publics provoque en définitive un fort ressentiment qui découle de ce queerbaiting.

1. Les codes du fandom au service de la campagne Twitter : les cas de Barbara et Tabitha

7Notre discussion portera tout d’abord sur l’étude du compte Twitter officiel de la série, qui met en lumière la manière dont la production nourrit les attentes des publics tout en renforçant l’hétérosexualité des personnages, notamment à travers l’exemple du couple Barbara et Tabitha.

1.1. Une promotion ambiguë…

8Avec plus de 35 000 tweets en cinq ans, @Gotham emprunte les codes des forums et autres espaces d’échanges numériques de fans pour promouvoir le spectacle télévisuel. À la suite de la diffusion d’un épisode, le compte officiel publie autant de tweets qu’il est nécessaire pour revenir sur les moments forts de la diffusion, tantôt par la citation de répliques emblématiques, accompagnées d’un GIF ou d’un court extrait vidéo, tantôt à travers des questions ou sondages adressés aux fans, parfois accompagnés d’un appel à retweeter. À cet ensemble de pratiques s’ajoutent également les retweets de messages de fans ou de comptes officiels annexes, tels que la Fox ou DC Comics. Ces pratiques sont aujourd’hui bien connues des réseaux sociaux pour construire un « rapport complexe et flatteur avec les fans » (Labarre, 2021, 31). Cependant, au-delà de la recherche constante d’attention des publics, ces pratiques permettent également de consolider l’écriture des personnages de la série audiovisuelle.

  • 3 Tout au long de l’article, les références aux épisodes de la série seront indiqués par le numéro de (...)
  • 4 « Jim en pince-t-il encore pour Barbara ? », notre traduction. Gotham [@Gotham]. (2015, 10 novembre (...)

9Ainsi, le 9 novembre 2015, la Fox diffuse l’épisode 2:083 dans lequel Barbara confronte son ancien fiancé Jim Gordon pour la première fois depuis son internement à l’asile d’Arkham suite à son parricide. Cette rencontre est l’occasion pour le compte officiel de publier un sondage intitulé « Does Barbara still have a hold on Jim?4 ». Cette pratique courante des fandoms qui vise à une démarche participative de la communauté est également une manière pour la production de renforcer l’hétérosexualité de Barbara. Par cette démarche, les showrunners passent sous silence l’aliénation du personnage, qu’ils associent pourtant à ses relations lesbiennes. Chacune de ses liaisons offre aux scénaristes l’opportunité de mettre en scène l’instabilité de Barbara. Son couple avec l’agent Renée Montoya se solde par des problèmes d’addiction à la drogue tandis que celui qu’elle forme avec Tabitha Galavan l’entraîne dans une folie meurtrière. In fine, la production présente Barbara comme psychologiquement stable uniquement au côté de Gordon.

  • 5 « une histoire d’amour aussi vieille que le temps », notre traduction. Gotham [@Gotham]. (2016, 12  (...)

10Au fil de la saison, sa campagne promotionnelle s’articule tout d’abord sur sa relation avec Jim, présentée dans un autre tweet comme « a love story as old as time5 » accompagné par un vidding de la parodie de mariage de l’épisode 2:08 où Barbara enlève Jim pour l’épouser. Le vidding est une forme courante de production fanique qui vise à détourner des séquences vidéos du matériel original, notamment pour en proposer une lecture transgressive (François et Cornillon, 2017). Néanmoins, en présentant cet enlèvement comme « une histoire d’amour », la production minimise l’obsession maladive de Barbara pour Jim alors qu’elle la dépeint pourtant, à l’écran, comme l’archétype de la lesbienne dangereuse, psychologiquement instable et hypersexualisée, dans la droite lignée des lesbiennes de l’âge d’or d’Hollywood, All About Eve de Mankiewicz en tête (Russo, 1987 ; Corber, 2005). Cependant, en déplaçant l’objet de l’obsession sur un homme plutôt qu’une femme, les scénaristes renforcent la construction hétéronormative du personnage et passent sous silence aussi bien sa bisexualité que la position passive qu’elle occupait dans sa relation avec Jim Gordon.

  • 6 « Je ne suis pas folle. Je suis libre », notre traduction. Gotham [@Gotham]. (2016, 12 avril). Barb (...)

11La production n’hésite d’ailleurs pas à minorer ouvertement cette folie en retweetant régulièrement au cours de la saison la réplique « I’m not crazy. I’m free6. » prononcée par Barbara dans l’épisode 2:02. Une affirmation particulièrement contestable au regard de l’obsession quasi maladive que la jeune femme entretient pour son ex-fiancé tout au long de cette saison, ce qui ne manque pas de faire réagir les fans et de produire ainsi plus de tweets autour de cette réplique.

  • 7 Gotham [@Gotham]. (2015, 20 octobre). Tabitha is ruthless. Twitter. https://twitter.com/Gotham/stat (...)
  • 8 « Barbara et Tabitha peuvent gérer ça », notre traduction. Gotham [@Gotham]. (2016, 15 septembre). (...)

12Néanmoins, celle-ci prend plus de sens à la lumière des saisons suivantes. Alors que son obsession pour Jim s’estompe, Barbara trace son chemin parmi les antagonistes tout en continuant à faire équipe avec « l’impitoyable » Tabitha7. Bien qu’elles travaillent régulièrement de concert tout au long des trois dernières saisons, seuls deux tweets de la production les citent ensemble. Elles y sont présentées comme des femmes fortes et libres à travers des slogans tels que « Barbara and Tabitha can handle it » ou encore « Barbara and Tabitha are big girls8 ».

1.2. … entre hypersexualisation et agentivité

  • 9 Il s’agit ici d’un clin d'œil au Gotham City Sirens, équipe d’anti héroïnes de l’écurie DC Comics.
  • 10 « Tabitha et Barbara sont comme Thelma et Louise », notre traduction. Gotham [@Gotham]. (2017, 23 j (...)

13Leur agentivité s’exprime effectivement tout au long de ces saisons où leur relation mâtinée de haine et d’amour les pousse à ouvrir un bar, le sirens9, lieu de protection pour les femmes opprimées par les hommes. La direction prise par la production s’éclaircit lorsque cette dernière tweete à l’occasion du Comic Con 2017 de San Diego : « Tabitha and Barbara are like Thelma and Louise10 ». Protagonistes du film éponyme de Ridley Scott (1991), Thelma et Louise narre l’histoire de deux femmes en cavale prêtes à employer les armes pour répondre à la violence masculine. Si Tabitha et Barbara se réapproprient également les codes masculins pour exister dans un monde de violence et de chaos, c’est au détriment de leur relation amoureuse dont le ship est encore d’actualité aujourd’hui, malgré l’annulation de la série, sous le hashtag #Babitha. Au contraire, les scénaristes préfèrent jouer sur le trope de la femme sexualisée et dangereuse, prête à terrasser les hommes, bien éloigné du féminisme de Thelma et Louise.

  • 11 Gotham [@Gotham]. (2016, 17 mars). Think Tabitha crushes it on #Gotham? Twitter. https://twitter.co (...)
  • 12 Vale. [@soulreapervale]. (2017, 7 juin). My #TeenChoice nominee for #ChoiceTVShip is #Babitha!. Twi (...)

14Le caractère sexuel et dangereux est poussé jusqu’à promouvoir certains concours visant un public essentiellement masculin et hétérosexuel. Ainsi le compte officiel de la série invite les fans à voter pour Jessica Luca, qui incarne Tabitha, au concours du crush de l’année organisé par Askmen11 mais s’abstient de mettre en avant la nomination de #Babitha au #ChoiceTVShip malgré les demandes de certain·es fans12.

15Pourtant, contrairement à Thelma et Louise, ces personnages sont loin d’exister hors du regard des hommes, comme l’atteste l’évolution de leurs personnages jusqu’à l’épisode final, un développement que les fans ne manqueront pas de pointer du doigt. Barbara devient l’amante de Ra’s Al Ghul lors de la saison 4, puis porte l’enfant de Jim durant la dernière saison. La peur d’être contrôlée par les hommes la pousse, dans un premier temps, à renier la parentalité de Gordon qui pourrait lui retirer l’enfant en la jugeant trop instable. Le flashforward final nous montre qu’il n’en est finalement rien. Elle termine la série en magnat de l’immobilier et partage la garde de son enfant avec Jim. Cette liberté nouvellement acquise s’exprime en dernière instance à travers son rôle de mère, définitivement éloigné de la lesbienne dangereuse et imprévisible.

16On observe une trajectoire similaire pour Tabitha qui, lorsqu’elle s’éloigne un temps de Barbara au cours de la saison 3, tombe amoureuse de Butch, homme de main de la mafia. Son amour pour lui va la rendre plus humaine, jusqu’à lui faire revêtir un rôle de mère et de guide pour le personnage de Selina Kyle lors de la saison 4. En d’autres termes, son hétérosexualité la métamorphose en femme aimante et maternelle.

17Ainsi, toute relation homosexuelle ouvertement mise en scène se termine sur un échec. Le bonheur et la stabilité sont alors présentés comme uniquement accessibles à travers les relations hétérosexuelles et, plus particulièrement, la maternité.

18Cette évolution des deux personnages n’a pas manqué d’être critiquée par les publics, aussi bien par le hashtag #Babitha qu’à travers les différents commentaires mis en ligne. Ces derniers soulignent la sexualisation des protagonistes ainsi que la perpétuation du trope des femmes bisexuelles comme volatiles et sentimentalement peu sérieuses :

  • 13 « Pour moi, tout cela était très sexualisé et principalement dans le but d’attirer le regard mascul (...)

« To me this was all just very sexualised and more than likely for the male gaze, to appease to the male audience. [...] By having Barbara and Tabitha romantically/sexually involved with not only each other but men at the same time potentially perpetuates the idea that bisexuals are promiscuous, not committing to one person13. »

19Leur caractérisation comme la minimisation de leur relation par la production n’échappe pas aux regards des publics. Cette absence permet de renforcer les relations amoureuses qu’elles entretiennent avec leurs homologues masculins :

  • 14 « On pourrait voir cela comme une manière de décrédibiliser les relations femme/femme étant donné q (...)

« It can be seen to underplay f/f relationships as the bond they have with males, Jim and Butch, is treated as somewhat more ‘genuine’ with a deeper connection whereas Barbara and Tabitha is more of a playful non-serious thing, as backed by the fact gotham’s main Twitter account called them a ‘friendship14’. »

20Il s’agit bien de queerbaiting, ce que les publics ne manquent pas de souligner, ne serait-ce que par le titre des articles. Pourtant, à l’exception de ces quelques commentaires, le traitement de Babitha n’a pas indigné outre mesure les fans. L’évincement de leur relation amoureuse lors de la campagne promotionnelle, tout particulièrement en écartant le hashtag #Babitha, a évité à la production d’entrer en conflit ouvert avec la communauté.

21Ainsi, en ne dérivant pas de la direction choisie pour leurs personnages dans la campagne promotionnelle orchestrée sur Twitter, la production évite les accusations directes de queerbaiting. Alors que l’écriture de la série laisse planer une ambiguïté dans la relation Babitha, la promotion s’en éloigne délibérément. Cette direction artistique laisse aux communautés le soin d’expliciter leur relation tout en conservant une cible masculine et hétérosexuelle à travers l’hypersexualisation des antagonistes.

2. La fanfiction, un lieu de co-construction narrative

22L’espace de la fanfiction devient par conséquent le domaine où, loin de se contenter de remplir les vides laissés par la narration (François, 2013), leurs auteurs se proposent d’expliquer les actes de certains personnages, à l’instar du comportement de Barbara, dont les productions faniques mettent en scène une relation entre Barbara et Tabitha plus saine, éloignée des stéréotypes de la série.

2.1. Le développement psychologique au profit d’une réappropriation du désir lesbien

  • 15 Les dix fanfictions Babitha ayant récolté le plus de « hits » ont été sélectionnées.

23L’étude des dix fanfictions les plus appréciées du couple sur AO315 met en lumière une écriture qui vise à renforcer la compréhension des motivations des personnages, notamment par le recours au récit à la troisième personne et à la focalisation alternée. Cette pratique est courante dans l’univers des fanfictions (Jenkins, 1992).

  • 16 « Barbara n’hésita pas une seconde. Elle acquiesça. Elle voulait du plaisir mais la douleur l’attir (...)

« Barbara didn’t hesitate for a moment. She nodded. She wanted the pleasure but to be she'd like the pain too. That's what guys like Jim and girls like Renee had never understood about her. Pain was just another kind of pleasure for her16. »

  • 17 Acronyme employé pour désigner une relation entre « Dominant » et « soumis ».
  • 18 « Tabitha assouvissait bon nombre des désirs de Barbara ; elle était une excellente collègue de tra (...)

24La compréhension mutuelle qui émane du point de vue interne permet de rendre plus évidente une alchimie amoureuse et sexuelle entretenue par les deux femmes que ne présente pas le canon (Kaplan, 2006, 139). Le cadre du récit pornographique, et plus particulièrement D/s17, commun à l’ensemble des fanfictions étudiées, rejoue cependant certains stéréotypes lesbiens. Ainsi, même si les femslashes étudiées se distancient du roman sentimental lesbien en les présentant toutes deux comme instigatrices des rapports, ces récits ne se départent pas de « l’image de la séductrice lesbienne vorace, une image fréquente dans la littérature depuis le xixe siècle et récurrente même dans les romans lesbiens du xxe siècle. » (Isaksson, 2009, 56) : « Tabitha filled many of Barbara's needs; she was a good business partner, cruel when the situation called for it, and wild in the sheets. They fed off of one another, egging on one another's darkest impulses18… ».

  • 19 « "Je savais que tu me reviendrais", chuchota Barbara, mordillant le lobe de Tabitha. "Les hommes c (...)

25Le sous-texte présent insiste néanmoins sur la réciprocité de leur relation et cherche à se raccrocher à la psychologie canonique des personnages. La cruauté de Tabitha et le besoin de contrôle de Barbara sont rejoués dans leur rapport D/s dont on rappelle combien ces relations impliquent pour la soumise un pouvoir et un contrôle sur la dominante (Butler, 1990). Les auteur·es profitent alors de cette dynamique pour relativiser les relations hétérosexuelles canoniques. Souvent instigatrice des rapports avec Tabitha, Barbara n’hésite pas à réduire le rôle de Butch, l’amant de Tabitha, à l’état de toyboy, participant d’un même mouvement de dépréciation des relations hétérosexuelles de la série et d’un renforcement de l’intimité lesbienne des deux antagonistes : « “I knew you’d come back to me”, Barbara whispers, raking her teeth over Tabitha’s earlobe. “Man like Butch is only good for only thing – and hammering a peg into a hole isn’t quite enough to really satisfy19. »

  • 20 « Ses ongles pointus s’enfonçaient dans le fauteuil, creusant délicatement à travers le coussin sou (...)

26De même, lorsque le trope de la bisexuelle volatile et infidèle est réactivé dans Patience de Bearslayer, il sert à mieux exprimer la jalousie et le dégoût que cela inspire à Barbara et rappelle combien une relation homosexuelle n’est pas nécessairement moins conflictuelle : « Sharp nails dug into the fabric of the chair, carefully burrowing through to the cushion beneath the outer layer. [...] Why did she always make it a fight?20 »

27Ainsi, loin de rejouer le stéréotype actif/passif, le couple Tabitha/Barbara est traversé par des rapports de force conflictuels mais dont la complémentarité, illustrée dans les relations D/s, déstabilise les oppositions binaires (Isaksson, 2009, 58) tout en restant néanmoins au plus près des représentations canoniques.

2.2. Les limites des codes et normes propres au fandom

28Le commentaire de Rissalf sur son propre travail illustre alors les limites de l’espace créatif imposées par le fandom. Une attention accrue à l’écriture canonique des personnages, selon les codes de la communauté, qui s’exerce au détriment d’une plus grande liberté artistique :

  • 21 « Barbara est une femme intéressante : un peu contradictoire. Elle s’est montrée possessive par le (...)

« Barbara’s an interesting lady ; a bit contradictory. She’s been shown to be possessive, but at the same time, I think if she feels secure and comfortable in her relationship, she’d put up with Butch playing third wheel. So long as she feels like she’s still no.1 in Tabby’s eyes, then it’s like sure - have your cake and eat it too. That level of comfort is probably why she never saw Tabitha’s betrayal coming.21 »

29Créé aussi bien par des hommes que des femmes et à destination d’un lectorat mixte, ce fanon ne se distingue donc du canon que par sa dimension plus adulte, voire pornographique, contrairement à la perspective d’Isaksson (2009, 63) pour qui la fanfiction représente un « érotisme lesbien créé par et pour des femmes ». Les commentaires du lectorat dévoilent un attachement particulier aux descriptions sexuelles, nécessairement stimulantes mais respectueuses de l’œuvre originale. Le désir de sexualisation des personnages ne tombe pas dans une pornographie voyeuriste. Le récit sentimental et sexuel s’éloigne du rôle genré féminin pour s’inscrire dans les codes propres aux fandoms, tels que la perspective narrative alternée, le respect de la psychologie des personnages et le slash.

  • 22 « L’idée d’écrire sur elles ne m’était jamais venue à l’esprit, jusqu’à ce que je recherche des fan (...)

30On quitte alors la portée militante ou féministe (Hellekson et Busse, 2006) pour une conformité aux codes et conventions propres au fandom qui peut tout autant être un espace de liberté créative que de contrôle. Malgré ces limites, il émerge des communautés une volonté de visibiliser les slashs gays et lesbiens trop peu représentés : « I never really thought about writing for them until I went looking for fic. There are so few, it's so disappointing! I've never written f/f before, so this was a big experiment for me22. »

31Cet effort invite à nuancer une écriture fanique essentiellement concernée par les contraintes créatives de la communauté telles que l’avancent Cornillon et François (2017, 108), une démarche de représentativité qui n’est pour autant pas particulièrement subversive au sein du fandom, notamment dans la mesure où elles sont encouragées par la production qui n’hésite pas à poster les œuvres des fans sur le compte officiel Twitter. Les créateur.rices développent et renforcent ainsi la psychologie des personnages par un récit adulte et sexuellement plus attractif dans les espaces de suggestions narratives laissés par la production.

32En somme, plus une relation reste suggérée, plus elle est à même de nourrir l’imaginaire du fandom. L’écriture ambiguë de l’œuvre entraîne encore aujourd’hui des milliers de fanfictions pour des duos tels que Jim Gordon et Oswald Cobblepot. A contrario, et malgré l’invisibilisation du couple par la production, Barbara Kean et Tabitha Galavan se cantonnent à 273 fanfictions sur AO3. Un succès modeste qui peut s’expliquer par une présence moindre des personnages féminins au sein du fandom, mais également par l’existence originelle de ce couple que la production a volontairement délaissé, en accentuant la promotion sur l’hétérosexualité au détriment de l’ambiguïté. Face à une écriture au féminisme faussement subversif et stigmatisant pour les bisexuelles, les scénaristes offrent aux fans un espace suffisant pour approfondir les personnages, mais trop étroit pour laisser libre cours à toutes les représentations fantasmatiques possibles. En étoffant la relation sentimentale et sexuelle de Babitha, la communauté s’oriente alors délibérément vers un cheminement narratif distinct qui conserve néanmoins les caractéristiques psychologiques des amantes. Le fandom exprime ainsi une tolérance vis-à-vis de la lecture canonique, tant que cette dernière n’interfère pas avec leur propre écriture.

33Émerge de cette co-construction narrative une expérience positive pour la plupart des fans. C’est le propre des médiacultures qui répondent à une somme de médiations, d’influences réciproques où la créativité et le désir des uns et des autres s’alimentent (Maigret et Macé, 2005).

3. Une écriture de l’ambiguïté au service de ses fans ?

34L’écriture ambiguë de Gotham, aux multiples possibilités de lectures queer, satisfait le besoin de co-construction des fans. Cette relation fragile bascule néanmoins dans une réception dépréciative dès lors que la promotion cherche à contenter un public auquel les scénaristes ne peuvent offrir les représentations attendues.

3.1. Gotham, un récit queer ?

35Les relations ambiguës et complexes des personnages sont saluées par les fans aussi bien que par la critique. Ces échanges conservent une profondeur qui réinterroge constamment la limite entre l’ordre et le chaos tout en évitant de s’aventurer ouvertement sur le terrain des représentations LGBTQIA+. Par définition, les superhéros comme leurs antagonistes incarnent des entités queer à travers leur instabilité identitaire. La mise en lumière de l’écriture de cette ambiguïté au fil de la série permet de mieux saisir les remarques et commentaires des publics sur la série, aussi bien autour du duo Barbara et Tabitha qu’autour d’autres personnages phares tels que Gordon, Nygma ou encore Oswald.

36Jim Gordon revêt aussi bien l’habit du policier incorruptible dans la première saison que celui de prisonnier (2:09) ou encore de chasseur de prime désabusé (3:01). À travers chacune de ses métamorphoses, Gordon flirte avec la part sombre de son âme, notamment incarnée par ses rêves érotiques de Barbara, ex-fiancée meurtrière (2:11). Un chaos intérieur qui s’incarne également par les tentatives de corruption du Pingouin avec lequel il partage le désir du pouvoir, jusqu’à devenir capitaine de Gotham Central (4:06). À l’opposé de Jim, Oswald cherche à construire ou conserver des liens par la compromission et le meurtre. Il tue ainsi la seconde petite amie de Nygma afin de le garder auprès de lui (3:08) et est prêt à toutes les bassesses pour offrir une vie décente à sa mère. L’écriture de ces relations, suggestives et complémentaires, explique notamment l’important succès du slash Gordon/Oswald avec plus de 1 200 fanfictions sur AO3.

37On retrouve ici cette même envie de construire des liens et des relations qui animent des personnages comme Tabitha et Barbara, dont on a vu leur attachement respectif. Malgré son besoin de contrôle, Barbara préfère sacrifier le pouvoir que de voir son amie mourir (4:20) et trouve la rédemption à travers la famille recomposée qu’elle forme pour sa fille aux côtés de Jim Gordon et la médecin légiste Lee Thompkins. La question des relations irradie toute la série. Ne survivent que les personnages qui parviennent à construire des liens familiaux profonds, indépendamment de toute filiation biologique. La masculinité toxique initiale de Jim Gordon, particulièrement dans sa liaison avec Barbara, est effacée à mesure que Lee accepte les compromissions et construit son agentivité. Elle aide ainsi Jim à accepter la rédemption de Barbara et la laisse élever leur enfant.

  • 23 « Toujours honnête dans [leur] haine l’un envers l’autre. » (notre traduction), le Pingouin à Nygma (...)

38Au contraire, alors qu’elle pouvait rester une mère et mentore pour Selina Kyle, Tabitha se condamne à mort par sa quête de vengeance (5:01), si bien, qu’au terme du récit, Nygma et le Pingouin restent les seuls antagonistes majeurs survivants. La production rappelle jusqu’au bout la relation d’amitié sans faille qui les anime, « always honest in [their] hate for each other23 ». À l’inverse du couple Babitha, écarté au profit d’arcs narratifs hétérosexuels, les scénaristes accentuent ici une relation à l’homosexualité très suggestive, que la promotion appuie sans jamais la rendre officielle.

3.2. Une promotion du désenchantement pourtant confectionnée pour les fans

39Ce soutien constant des scénaristes à l’intrigue #Nygmobblepot provient de l’enthousiasme des fans pour le couple à travers les réseaux sociaux. Suite à leur rencontre (2:09), les réactions positives de la communauté s’enchaînent. Le hashtag #Nygmobblepot gagne les différentes plateformes avec 7 000 abonné·es sur Tumblr, plus de 60 000 posts Instagram et Twitter, sans oublier les milliers de fanfictions disponibles sur AO3.

  • 24 Preston, D. (2016).

40Face à ce succès, l’arc narratif des deux antagonistes s’étoffe autour de nombreux sous-entendus homoérotiques qui culminent lors des déclarations amoureuses de la saison 3. Oswald se confie à sa gouvernante (3:06) puis avoue implicitement ses sentiments à Nygma (3:15). Ces scènes sont d’autant plus appréciées qu’elles balayent le poncif de l’homosexuel volatile et sexuellement hyperactif en présentant Edward comme le seul et unique grand amour de Cobblepot. A contrario, cela révèle une construction homonormative de l’amour, qui permet néanmoins de susciter l’adhésion au sein de la communauté, soutenue par des normes interprétatives propres aux fandoms (Jenkins, 1992). Une écriture du sentiment qui doit beaucoup à son interprète, Robin Lord Taylor. Au lancement de la saison 3, l’acteur révèle au journal PinkNews s’identifier tout particulièrement à ce personnage gay et marginal24. Des propos tenus à un moment où le Pingouin n’est officiellement pas outé. Sa relation avec Nygma relève encore exclusivement du ship propre aux fandoms. Il donne ainsi à son personnage une portée militante et pousse à l’inclusivité des personnes LGBTQIA+.

41De telles déclarations renforcent alors le caractère canon de la relation des deux antagonistes, sur laquelle la production n’hésite pas à miser dans sa campagne Twitter, notamment en reprenant à son compte le hashtag #Nygmobblepot. Bien qu’employé seulement six fois, son usage apparaît de plus en plus controversé aux yeux des fans à mesure que croissent les romances hétérosexuelles tierces autour de Nygma. Le Sphinx entretient notamment une relation avec Isabella, sosie de sa précédente petite amie, puis une romance avec le Dr Thompkins au cours de la saison 4. Autant d’arcs narratifs qui apparaissent artificiels aux yeux des publics car ils semblent en contradiction avec l’évolution du personnage, particulièrement face à la relation complexe qu’il entretient avec Cobblepot :

  • 25 « En tant que fan, Nygmobblepot en 2015 me semblait vraiment sympa et amusant dans le cadre du fand (...)

« Being a fan of nygmobblepot in 2015 was truly nice and fun within the fandom, but now due to plot holes (Isabella), further unnecessary storylines (such as the ed and lee romance) and queerbaiting from the social media accounts (suggesting ed could end up feeling the same way even though he never will), the majority of shippers have becoming rather bitter and tired about the whole thing – which is rather understandable. I think it’s also fair for viewers to express their frustration with the direction the writers have taken over social media platform25 ».

42En employant #Nygmobblepot alors que les scénaristes ont explicitement tiré un trait sur cette romance, la production envoie des signaux contradictoires aux fans. Le compte officiel tweete le 22 février 2017 « Harsh reality. #Gotham #Nygmobblepot » suivi d’un GIF de Nygma déclarant à Oswald « I don’t love you26. ». En dépit des commentaires contrariés, la production utilise le mot-clé à cinq autres reprises, jusqu’à poster un fan art27. Traditionnellement symbole d’un échange harmonieux entre les producteur·rices et les fans, le message apparaît déplacé dès lors qu’il expose une lecture incompatible avec les choix scénaristiques retenus. Un mécontentement qui a notamment entraîné la mise en ligne d’une pétition contre ce queerbaiting28 et le développement de goodies29 à leur effigie par les fans. Au-delà de l’aspect mercantile, projeter le couple sur des produits manufacturés témoigne aussi bien de l’expression de ses centres d’intérêt que d’un militantisme qui ne reste désormais plus cantonné aux réseaux sociaux.

43L’instabilité identitaire et relationnelle des personnages de Gotham produit des lectures queer à destination des fans. Néanmoins, face au succès du couple #Nygmobblepot, la production est incapable de répondre à leurs attentes en raison de développements scénaristiques allant à l’encontre de cette relation. Il en résulte alors un sentiment de queerbaiting dont l’insatisfaction s’incarne dans les pétitions, goodies et autres mots-dièse propres à prolonger l’existence du duo. Ces nombreuses manifestations, encore d’actualité, témoignent d’un attachement à un couple devenu la pierre angulaire du fanon, eu égard aux décisions de l’industrie.

4. Conclusion

44Aux premiers regards, le développement d’intrigues volontairement queer interroge constamment les relations filiales et sentimentales des personnages sans s’associer directement aux représentations LGBTQIA+, donnant l’impression d’un queerbaiting. Une pratique confirmée par les critiques de certain·es fans.

45La réappropriation des codes faniques par la production montre néanmoins qu’en focalisant la promotion sur le féminisme et l’hypersexualisation de Barbara et Tabitha au détriment d’une relation amoureuse pourtant suggérée, la production délaisse les possibles offerts par l’ambiguïté queer de la série à l’appréciation des fans. Ces derniers sont alors peu critiques, à l’exception de quelques commentaires, dans la mesure où la promotion affiche pleinement sa volonté de ne pas développer ces récits queer.

46Au contraire, l’abandon de cette relation lesbienne laisse suffisamment de suggestivité scénaristique pour nourrir les attentes de la communauté et agit alors comme un déclencheur pour les productions des fans. À travers un corpus de fanfictions Babitha, les espaces narratifs et promotionnels cédés par la production permettent aux publics de consolider la relation des deux amantes sans se départir de représentations sexuellement satisfaisantes. Le fandom exprime alors un espace tout aussi normé et limité que celui de la série, dont les codes lui sont cependant propres. Producteurs, productrices et fans peuvent ainsi construire ensemble, mais indépendamment, des fils narratifs complémentaires qui donnent une dimension positive à l’écriture télévisuelle ambiguë de Gotham, loin d’une perspective uniquement centrée sur le queerbaiting.

47Pourtant, si ce sentiment persiste auprès des fans, cela révèle la fragilité de cette co-construction narrative qui peut basculer dans le queerbaiting lorsque la promotion fait miroiter aux fans des représentations qui ne seront jamais canoniquement concrétisées. En voulant entretenir le succès critique du duo Nygma et Cobblepot, la production promeut le couple sans en assumer l’écriture homosexuelle, et expose ainsi les limites de ce qu’elle est scénaristiquement en mesure d’offrir à son public.

48Dès lors, loin d’être simplement une pratique marketing peu honnête, le queerbaiting n’apparaît, aux yeux de certain·es fans, que pour signer l’échec de ce contrat tacite de co-construction narrative qui repose sur l’adhésion et le respect à de multiples lectures suggérées, toutes perçues et tolérées par les différents acteurs et actrices, mais appréciées différemment (de Certeau, 1980 ; Jenkins, 1992). In fine, cela montre combien il est nécessaire de respecter l’hétérogénéité des réactions pour mieux comprendre les rapports entretenus entre production et publics afin de ne pas tomber dans une lecture critique queer trop dichotomique. Une meilleure compréhension de ces réceptions par les fans ne peut donc passer que par une attention accrue à la diversité des réactions au sein de corpus variés et l’examen d’autres cas pour tirer des conclusions auxquelles l’étude d’un petit corpus de fanfictions, tweets et commentaires ne saurait aboutir.

Haut de page

Bibliographie

Bourcier, S. (2018). Queer Zones redux. Amsterdam.

Butler, J. (1990). Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity. Routledge.

Brennan, J. (2018). Queerbaiting: The ‘playful’ possibilities of homoeroticism. International Journal of Cultural Studies, 21(2), 189-206.

Corber, R. J. (2005). Cold War Femme: Lesbian Visibility in Joseph L. Mankiewicz's All about Eve. GLQ: A Journal of Lesbian and Gay Studies, 11(1), 1-22.

Cornillon, C. et François, S. (2017). Transgresser ou renforcer les stéréotypes de genre ? Les créations de fans aux prises avec leurs conventions dans le fandom de Supernatural. M. Bourdaa et A. Alessandrin (dir.), Fan Studies/Gender Studies. La rencontre. Téraèdre, 103-121.

de Certeau, M. (1980). L’invention du quotidien. I. Arts de faire. Gallimard.

Foucault, M. (1976). Histoire de la sexualité. I. La volonté de savoir. Gallimard.

François, S. (2013). Les créations dérivées comme modalités de l’engagement des publics médiatiques : le cas des fanfictions sur Internet. Thèse de doctorat, Télécom Paris Tech.https://pastel.archives-ouvertes.fr/tel-01308687/.

Goldyn, L. (1981). Gratuitous language in appellate cases involving gay people: ‘Queer bating’ from the bench. Political Behavior, 3, 31-48. https://doi.org/10.1007/BF00989954.

Hellekson, K. et Busse, K. (2006). Fan Fiction and Fan Communities in the Age of the Internet: New Essays. McFarland & Co.

Isaksson M. (2009). Quand les internautes rencontrent Buffy : la fanfiction sur l’amour entre femmes. Nouvelles Questions Féministes, 28(1), 50-65.

Jenkins, H. (1992). Textual Poachers: Television Fans & Participatory Culture. Routledge.

Kaplan, D. (2006). Construction of Fan Fiction Character Through Narrative. K. Hellekson et K. Busse (dir.), Fan Fiction and Fan Communities in the Age of the Internet: New Essays. McFarland & Co., 134-152.

Labarre, N. (2021). Incorporer les fans dans le comic book, l’exemple de Matt Fraction. M. Bourdaa et A. Alessandrin (dir.), Fan Studies/Gender Studies. Le retour. Téraèdre, 27-38.

Macé, É. (2007). Des minorités visibles aux néostéréotypes. Les enjeux des régimes de monstration télévisuelle des différences ethnoraciales. Journal des anthropologues. Hors-série, 69-87.

Maigret, É. et Macé, É. (dir.) (2005). Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde. Armand Colin.

Pearson, R. (2010). Fandom in the digital era. Popular Culture. The International Journal for Media and Culture, 8(1), 84-95.

Russo, V. (1987). The Celluloid Closet: Homosexuality in the Movies. Harper & Row.

Winstead, N. (2015). “As a Symbol I Can be Incorruptible”: How Christopher Nolan De-Queered the Batman of Joel Schumacher. The Journal of Popular Culture, 48(5), 572-585.

Sources primaires

Compte officiel Twitter @Gotham : https://twitter.com/Gotham.

Heller, B. (créateur) (2014-2019), Gotham, Warner Bros. Television.

Bearslayer. (2016a, 18 novembre). Patience. AO3. https://archiveofourown.org/works/8585956/chapters/19687939.

Bearslayer. (2017b, 17 juin). #1 Crush. AO3. https://archiveofourown.org/works/11222493?view_adult=true.

crammit. (2017, 21 juin). Glass. AO3. https://archiveofourown.org/works/11258622.

deletingpoint. (2016, 29 septembre). Six Months. AO3. https://archiveofourown.org/works/8163847/chapters/18707707.

Dreamkist. (2017, 01 octobre). Limited Restraint. AO3. https://archiveofourown.org/works/12232728.

McG., O. (2018). Stop Queerbaiting In Gotham. change.org. https://www.change.org/p/gotham-writers-stop-queerbaiting-in-gotham.

nygmobblepotfacts. (2020, 21 juillet). GOTHAM & QUEERBAITING. Marvel, DC And Similiar. https://professorspiderpunk.tumblr.com/post/624196549267881985/gotham-queerbaiting.

novoaa1. (2021, 28 juin). irens’ den. AO3. https://archiveofourown.org/works/32242942.

Preston., D. (2016, 20 octobre). Robin Lord Taylor : Growing up overweight and gay prepared me to play The Penguin. PinkNews. https://www.pinknews.co.uk/2016/10/20/robin-lord-taylor-growing-up-overweight-and-gay-prepared-me-to-play-the-penguin/.

Rissalf. (2017, 26 mai). Kiss With A Fist. AO3. https://archiveofourown.org/works/10997847.

Salmon_Pink. (2016, 15 mars). Wishing Hard. AO3. https://archiveofourown.org/works/6260068?view_adult=true.

shelltea. (2018, 22 avril). Topic 8 – Queerbaiting. A never ending work in process. https://shelleyrambles.wordpress.com/2018/04/22/topic-8-queerbaiting/.

Swan_Secrets. (2017a, 17 septembre). Never Vanilla. AO3. https://archiveofourown.org/works/12120849.

Swan_Secrets. (2017b, 22 octobre). Pain for Pleasure. AO3. https://archiveofourown.org/works/12452523?view_adult=true.

Haut de page

Notes

1 Pour plus d’informations sur les deux personnages évoqués, se référer aux deux liens suivants : https://gotham.fandom.com/fr/wiki/Barbara_Kean et https://gotham.fandom.com/fr/wiki/Tabitha_Galavan.

2 Pour plus d’informations sur ces deux personnages, se référer aux deux liens suivants : https://gotham.fandom.com/fr/wiki/Edward_Nygma et https://gotham.fandom.com/fr/wiki/Oswald_Cobblepot.

3 Tout au long de l’article, les références aux épisodes de la série seront indiqués par le numéro de la saison suivi du numéro de l’épisode.

4 « Jim en pince-t-il encore pour Barbara ? », notre traduction. Gotham [@Gotham]. (2015, 10 novembre). Does Barabara still have a hold on Jim. Twitter. https://twitter.com/Gotham/status/663932123393331201.

5 « une histoire d’amour aussi vieille que le temps », notre traduction. Gotham [@Gotham]. (2016, 12 octobre). Jim and Barbara: a love story as old as time. Twitter. https://twitter.com/Gotham/status/785966977164582913.

6 « Je ne suis pas folle. Je suis libre », notre traduction. Gotham [@Gotham]. (2016, 12 avril). Barbara's a free woman. Twitter. https://twitter.com/Gotham/status/719732732046090240. Gotham [@Gotham]. (2016, 24 février). @kanyewest. Barbara Kean feels the same way. Twitter. https://twitter.com/Gotham/status/702572501902036992. Gotham [@Gotham]. (2015, 30 septembre). Barbara Kean isn't crazy… she's free. Twitter. https://twitter.com/Gotham/status/649327886474870784.

7 Gotham [@Gotham]. (2015, 20 octobre). Tabitha is ruthless. Twitter. https://twitter.com/Gotham/status/656304942995537920.

8 « Barbara et Tabitha peuvent gérer ça », notre traduction. Gotham [@Gotham]. (2016, 15 septembre). Barbara and Tabitha can handle it. Twitter. https://twitter.com/Gotham/status/776186302056103936.

9 Il s’agit ici d’un clin d'œil au Gotham City Sirens, équipe d’anti héroïnes de l’écurie DC Comics.

10 « Tabitha et Barbara sont comme Thelma et Louise », notre traduction. Gotham [@Gotham]. (2017, 23 juillet). Tabitha and Barbara are like Thelma and Louise. Twitter. https://twitter.com/Gotham/status/888884183107489792.

11 Gotham [@Gotham]. (2016, 17 mars). Think Tabitha crushes it on #Gotham? Twitter. https://twitter.com/Gotham/status/710443842445692928.

12 Vale. [@soulreapervale]. (2017, 7 juin). My #TeenChoice nominee for #ChoiceTVShip is #Babitha!. Twitter. https://twitter.com/soulreapervale/status/872364099262439424.

13 « Pour moi, tout cela était très sexualisé et principalement dans le but d’attirer le regard masculin. [...] Le fait que Barbara et Tabitha soient dans une relation de manière romantique et sexuelle, non seulement ensemble, mais aussi avec des hommes peut entretenir l’idée que les bisexuels ont les mœurs légères et qu’ils ne s’engagent pas auprès d’un seul partenaire. » (notre traduction). Shelltea (2018).

14 « On pourrait voir cela comme une manière de décrédibiliser les relations femme/femme étant donné que les liens qu’elles entretiennent avec les hommes, Jim et Butch, sont en quelque sorte montrés comme plus "authentiques", avec une connexion plus profonde alors que la relation entre Barbara et Tabitha relève plus d’un jeu qui n’a rien de sérieux. C’est d’ailleurs confirmé par le fait que le compte Twitter officiel de Gotham en parle comme d’une "amitié". » (notre traduction). Nygmobblepotfacts (2020).

15 Les dix fanfictions Babitha ayant récolté le plus de « hits » ont été sélectionnées.

16 « Barbara n’hésita pas une seconde. Elle acquiesça. Elle voulait du plaisir mais la douleur l’attirait tout autant. C’est ce que des types comme Jim et des filles comme Renée n’avaient jamais compris. La douleur n’était qu’une autre forme de plaisir pour elle. » (notre traduction). Swan_Secrets (2017b).

17 Acronyme employé pour désigner une relation entre « Dominant » et « soumis ».

18 « Tabitha assouvissait bon nombre des désirs de Barbara ; elle était une excellente collègue de travail, qui savait se montrer cruelle quand c’était nécessaire, et sauvage quand elles étaient au lit. Elles se nourrissaient l’une de l’autre, encourageaient leurs pulsions obscures et respectives. » (notre traduction). Bearslayer (2016a).

19 « "Je savais que tu me reviendrais", chuchota Barbara, mordillant le lobe de Tabitha. "Les hommes comme Butch ne sont bons que pour une chose − et enfoncer un crochet dans un trou n’est pas suffisant pour véritablement te satisfaire". » (notre traduction). Rissalf (2017).

20 « Ses ongles pointus s’enfonçaient dans le fauteuil, creusant délicatement à travers le coussin sous la première couche de tissu. [...] Pourquoi devait-elle toujours entrer en conflit ? » (notre traduction). Bearslayer (2016a).

21 « Barbara est une femme intéressante : un peu contradictoire. Elle s’est montrée possessive par le passé, mais en même temps, je pense qu’elle se sent en sécurité dans sa relation amoureuse actuelle, elle a accepté que Butch tienne la chandelle. Tant qu’elle se sent toujours numéro 1 aux yeux de Tabitha alors elle lui permet d’avoir un jouet et de s’en servir. Cet état de confiance est sans doute la raison pour laquelle elle n’a jamais vu venir la trahison de Tabitha. » (notre traduction). Commentaire de Rissalf (2017).

22 « L’idée d’écrire sur elles ne m’était jamais venue à l’esprit, jusqu’à ce que je recherche des fanfics. Il y en a si peu, c’est très décevant ! Je n’avais jamais écrit de fanfiction f/f avant, alors ça a vraiment été une expérience nouvelle pour moi. » (notre traduction). Rissalf (2017).

23 « Toujours honnête dans [leur] haine l’un envers l’autre. » (notre traduction), le Pingouin à Nygma. Tonderai, M. (Réalisateur). (2019). Pena Dura [Saison 5, Épisode 5] [Épisode de série TV]. B. Heller (créateur), Gotham, Warner Bros. Television.

24 Preston, D. (2016).

25 « En tant que fan, Nygmobblepot en 2015 me semblait vraiment sympa et amusant dans le cadre du fandom, mais maintenant, avec toutes les incohérences (Isabella), les histoires secondaires inutiles supplémentaires (comme la romance Lee et Ed) et le queerbaiting des réseaux sociaux (qui suggère que Ed pourrait ressentir la même chose alors que ce ne sera jamais le cas), la majorité des shippers a commencé à se lasser et à s’agacer de tout cela, ce qui est assez compréhensible. Je pense qu’il est de bonne guerre pour les spectateurs d’exprimer leur frustration par rapport à la direction qu’ont prise les scénaristes, sur leur plateforme de réseaux sociaux. » shelltea (2018).

26 Gotham [@Gotham]. (2017, 22 février). Harsh reality. #Gotham #Nygmobblepot. Twitter. https://twitter.com/Gotham/status/834175875801165825.

27 Gotham [@Gotham]. (2017, 31 mars). All together now: awww. #Gotham #FanArtFriday #Nygmobblepot. Twitter. https://twitter.com/Gotham/status/847856026263052290.

28 McG. (2018).

29 Redbubble. https://www.redbubble.com/fr/shop/nygmobblepot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Trepier, « Les publics face aux pratiques de queerbaiting : le cas de la série Gotham (Warner, 2014-2019) »Études de communication, 59 | 2022, 55-73.

Référence électronique

Alexis Trepier, « Les publics face aux pratiques de queerbaiting : le cas de la série Gotham (Warner, 2014-2019) »Études de communication [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/edc/15133 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.15133

Haut de page

Auteur

Alexis Trepier

IRMECCEN, Université Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search