Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59DossierApproches culturelles et identita...Identité culturelle, culture popu...

Dossier
Approches culturelles et identitaires

Identité culturelle, culture populaire et résistance : la réception des feuilletons turcs par les publics grecs

Cultural identity, popular culture and resistance: the reception of Turkish soap operas by Greek audiences
Dimitra Laurence Larochelle
p. 77-104

Résumés

Pendant la période de crise économique, une partie des Grecs s'est sentie exclue de la « famille » européenne. Ne pouvant s'identifier à l'Occident européen, les Grecs ont dû redéfinir leur identité en regardant en arrière afin de redécouvrir qui ils étaient avant. Dans ce contexte, la modernité occidentale est rejetée tandis que les valeurs considérées comme « obsolètes » – mais projetées à travers les feuilletons turcs – sont de nouveau mises en valeur. Les amateurs grecs de ces produits rejettent la « modernité aliénante » qui est, selon eux, à l’origine de la crise financière et morale actuelle et renouent avec la culture grecque « authentique ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour Alexander Dhoest (2004), les feuilletons télévisés constituent une catégorie de programme télé (...)

1Dans les sociétés modernes, l’identité nationale est une composante majeure de l’identité culturelle des sujets sociaux contemporains (Martin, 1995). Dans ce contexte, les récits télévisés – et plus particulièrement les récits des feuilletons télévisés1 – jouent un rôle significatif, puisqu’ils fournissent des images communes qui façonnent la « communauté imaginée » que constitue la nation (Anderson, 1983).

2D’une perspective dramaturgique (Goffman, 1959), les récits télévisés jouent un rôle significatif dans le processus de construction et de performance de la mémoire collective et de l’identité nationale. De ce fait, les récits médiatiques peuvent être analysés comme des textes véhiculant les valeurs communes d’une société qui font explicitement ou implicitement partie de l’identité nationale de la société en question. De manière similaire, l’étude de la réception des textes médiatiques transnationaux peut être révélatrice des processus de négociation des significations liées aux questions d’identification.

3La relation entre la culture populaire et l’identité nationale n’est pas nouvelle. Les politiques du secteur audiovisuel public concernant la promotion et la représentation des identités nationales, ou encore la réception des produits de la culture populaire par les publics nationaux, figurent parmi les thématiques ayant été traitées par les chercheurs sociaux dans différentes aires géographiques (Burke, 1992 ; Blain et O’Donnell, 1994 ; Price, 1995 ; Newcomb, 1997 ; Mankekar, 1999 ; 2002 ; Van den Bulck, 2001 ; Dhoest, 2001a ; 2001b ; 2004 ; Edensor, 2002 ; Castello, 2007 ; Porto, 2011 ; Feischmidt et Pulay, 2017).

4À travers cet article, nous souhaitons mettre en exergue le processus de négociation identitaire qui s’opère dans une partie de la population grecque à travers le visionnage des feuilletons turcs durant la période de la crise économique. Les résultats que nous souhaitons présenter se basent sur une ethnographie des publics grecs des feuilletons turcs menée entre 2016 et 2018. Après avoir examiné la notion de la nostalgie en tant que ressource identitaire, les traits particuliers de l’identité nationale grecque sont présentés. Enfin, la troisième partie de notre travail est consacrée à l’exposé des résultats de notre recherche empirique.

1. Nostalgie et négociation identitaire

5La nostalgie renvoie souvent au sentiment d’instabilité provoqué lorsque certaines valeurs deviennent obsolètes au nom du progrès (Horvath, 2018). Autrement dit, la nostalgie est un sentiment de perte et de déplacement survenu lors d’un moment d’instabilité et d’hybridité sociale. Les théoriciens qui ont travaillé sur le concept de la nostalgie ont souligné que le sentiment nostalgique n’est pas simplement le fait de regarder loin dans le temps passé, il s’agit d’un processus consistant à idéaliser et à mythologiser l’histoire (Ritivoi, 2002). La nostalgie est liée à l’expérience individuelle vécue par le sujet mais elle peut être également influencée par des éléments d’imagination et de distorsion de la mémoire (Delisle, 2005).

6La nostalgie utilise une image du passé qui n'est pas objective et complète. Il s’agit au contraire d’une sélection subjective qui présente certains aspects dans leur intégralité, tout en dissimulant d’autres. La sélection suit un principe particulier : tout ce dont nous nous souvenons du passé partagé et tout ce que nous voulons en retirer sont déterminés principalement par nos valeurs et objectifs actuels. Dans ce sens, « la nostalgie peut être une tentative de trouver un sens supérieur à notre existence » (Wilson, 2005, 26). Ainsi, la nostalgie devient un moyen important et un mécanisme de traitement créatif du passé pour le futur. La nostalgie n’est pas une méthode pour confronter logiquement le passé, il s’agit plutôt d’une posture cognitive et affective envers celui-ci (Horvath, 2018). La nostalgie présuppose de cette façon une comparaison entre un passé surévalué et un présent sous-performant.

7Le concept de la nostalgie est assez souvent critiqué de manière négative puisqu’il s’agit d’un phénomène associé à des discours conservateurs. Néanmoins, la nostalgie répond à une diversité des besoins personnels et des désirs politiques. Dans ce contexte, les récits nostalgiques incorporent des visions, des valeurs et des idéaux différents (Tannock, 1995). La nostalgie est une « structure de sentiment » (Williams, 1977) qui évoque un passé positivement évalué en réponse d’un présent déficient sous-estimé. Le sujet nostalgique se tourne vers le passé pour trouver des sources identitaires, une capacité d’agir ou une communauté qu’il considère comme étant absentes, bloquées, menacées ou renversées dans le présent. Le passé positivement évalué est approché comme étant une source de quelque chose désormais considéré manquant. Ainsi que l’explique Tannock (1995), le passé évoqué par le sujet nostalgique n’est pas forcément conçu comme une période de joie généralisée, de paix, de stabilité ou de liberté. En évoquant le passé, le sujet nostalgique peut être impliqué dans un processus d’évasion, de critique ou de mobilisation afin de surmonter l’expérience présente de perte identitaire.

8Plusieurs chercheurs ont souligné le lien entre la nostalgie et l’identité (Davis, 1979 ; Gabriel, 1993 ; Wilson, 1999 ; Niemeyer, 2022). Dans ce contexte, la nostalgie a été décrite comme un mécanisme psychologique auquel ont recours les individus tout au long du processus de formation identitaire, de maintien et de reconstruction de leur identité ainsi qu’un mécanisme d’auto-défense contre l’anxiété qui accompagne notre monde en constant changement (Davis, 1979). Yiannis Gabriel (1993) a défini la nostalgie comme étant une composante de l’identité qui accentue l’estime de soi des sujets sociaux. Pour Janelle Wilson (1999), la nostalgie permet aux sujets sociaux de mieux comprendre qui ils sont et ils sont situés aujourd’hui. Plus précisément, selon l’auteur, en regardant dans leur histoire et leurs accomplissements précédents, les sujets sociaux peuvent mieux définir leur identité présente.

9Le sujet nostalgique approche le passé comme source de valeurs et de significations solides. Pour Fred Davis (1979), la nostalgie correspond à la quête de continuité dans un environnement de discontinuité. En retournant dans un passé, dans un endroit ou vers des types des personnages désormais considérés comme étant perdus, le sujet nostalgique affirme un sentiment de continuité. Ce sentiment de continuité, selon Davis, fonctionne en tant que source d’appartenance, d’émancipation ou même de justification des différents choix réalisés par le sujet. À part la nostalgie à un niveau individuel, des manifestations collectives de nostalgie peuvent également émerger. Ces manifestations collectives de nostalgie fonctionnent comme mécanismes de construction et de maintien de l’identité du groupe. Dans ce sens, David Werman (1977) a aussi souligné que les groupes partagent également des mémoires nostalgiques. DaSilva et Faught (1982) ont suggéré que la nostalgie est une réaction émotionnelle collective qui représente la quête vers la communauté.

10La nostalgie est ainsi un sentiment périodique toujours lié à l’expérience du sujet social dans le présent. Les discours nostalgiques sont caractérisés par trois idées clés : l’existence d’un monde qui existait avant le déclin (le monde de l’enfance, de l’âge d’or, etc.), une période de crise (une catastrophe, une séparation, une coupure avec le monde d’avant, etc.) et enfin, l’existence du présent, du monde après le déclin (un monde jugé comme étant déficient). La crise n’est pas forcément perçue par le sujet comme une coupure radicale avec le passé mais peut aussi se présenter comme une situation progressive (Tannock, 1995). La structure du sentiment nostalgique qui présuppose l’existence d’une période d’âge d’or suivie d’un déclin, est accompagnée par la supposition implicite que le déclin caractérisant la situation présente est dû à des forces externes à la situation précédente. D’ailleurs, le sujet nostalgique retourne dans le passé pour trouver des sources d’identité et de communauté, non pas des sources d’aliénation et d’oppression. Dans ce sens, le déclin vient naturellement d’ailleurs. Il vient de la catastrophe et non pas du système inné à la période passée. Par conséquent, la structure du sentiment nostalgique peut mystifier les raisons pour lesquelles le déclin – c'est-à-dire les changements interprétés comme un déclin – est causé par des pressions et des forces internes au passé (Tannock, 1995).

11La nostalgie est aussi bien une ressource importante de construction et de maintien de l’identité des sujets sociaux qu’un mécanisme mobilisé pendant les périodes de discontinuité afin de faire face aux dangers représentés par les périodes de transition sociale. Sur ce point, il convient de rappeler que selon Stuart Hall (1990), le concept de l’identité n’est pas transparent. Au lieu de considérer l’identité comme un fait accompli, Hall suggère de percevoir l’identité en tant que production, jamais complète mais toujours en cours et toujours constituée au sein de ses représentations (Hall, 1990). Ainsi, l’identité n’est pas statique mais bien au contraire toujours en cours de formation (Hall, 1996). Stuart Hall fait référence à la nostalgie historique, repérable à travers le discours de certains individus qui se réfèrent fréquemment à une société du passé, où tout était plus « authentique » et plus « cohérent ». Il qualifie ce processus comme un retour à une communauté organique, une communauté qui appartient toujours à l’enfance qui nous a quittés (Cervulle, 2013). Ainsi, à un moment de discontinuité, où nous échouons à nous identifier avec la société dominante, notre tendance est de construire notre identité en découvrant qui nous étions avant la crise. Ce moment est crucial. Il s’agit du moment de la redécouverte des racines, où nous nous réinventons en regardant en arrière. Certes, cette image que nous retrouvons en regardant en arrière n’est pas « objective ». Bien au contraire, elle répond à nos besoins au moment présent perçu comme étant une discontinuité.

12La période de la crise économique semble être perçue par les Grecs comme une période de discontinuité, qui non seulement a bouleversé le quotidien d’une partie importante de la population hellénique, mais a également contribué au développement d’un sentiment de perte identitaire. Dans ce contexte, le retour à une période censée être stable s’avère une source essentielle de repères identitaires pour une grande partie des téléspectateurs grecs. Cette redécouverte des racines, que nous allons explorer par la suite, révèle également la coexistence de deux modèles d’identité nationale en Grèce contemporaine. Avant l’analyse du processus de négociation identitaire qui s’opère en Grèce durant la période de la crise économique, une présentation s’impose de ces deux modèles identitaires.

2. L’ambivalence de l’identité nationale grecque

2.1. De l’Empire ottoman aux Lumières néo-helléniques : de Romios à Hellène

13L’identité nationale grecque est une identité ambivalente (Herzfeld, 1982 ; 1997 ; Diamantouros, 1994 ; Couroucli, 2003). Cette ambivalence est due à la coexistence de deux traditions qui ont déterminé l’identité grecque durant les différentes périodes historiques.

  • 2 Communautés.
  • 3 Celui des orthodoxes, des Arméniens, des catholiques, des Juifs et des protestants.
  • 4 Nation des Romains.

14Au sein de l’Empire ottoman cohabitaient plusieurs communautés. D’une part, il y avait la communauté majoritaire des musulmans (ummah) et d’autre part, cinq millets2 de non-musulmans3. Les chrétiens orthodoxes étaient nommés Romioi (Romains), ils constituaient le Rum Millet4, c’est-à-dire le millet des Romains, et leur chef spirituel était le Patriarche grec de Constantinople. Vers la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle (1750-1820), la période des Lumières néohelléniques déclenchera un processus de réflexion sur l’identité nationale grecque moderne. Les Lumières néohelléniques furent un mouvement idéologique et philosophique pendant lequel les élites grecques ont introduit les idées et les valeurs des Lumières européennes dans le monde grec et ont souligné la redécouverte de l’héritage de la Grèce antique. Ce processus idéologique a conduit au déclenchement de la guerre de l’indépendance en 1821. Cette guerre ne fut pas seulement une lutte pour la libération du peuple grec de la dominance ottomane, mais également une guerre visant à la résurrection de la pensée et de l’art de la Grèce antique. Ce projet de résurrection de l’héritage de la Grèce antique fut nommé Hellas. Se définir en tant qu’Hellène signifiait ainsi se lier à ce qui avait été accompli par les Grecs anciens (Herzfeld, 1982).

15Le passage de Romios à Hellène symbolise le passage à l’identité grecque moderne, c’est-à-dire le moment pendant lequel le peuple soumis devient un peuple libre. Le terme Romios renvoie alors aux descendants de l’Empire byzantin, soumis au Sultan. Il s’agit alors du Grec qui a perdu sa liberté et sa dignité. À l’opposé, l’Hellène est un citoyen d’un État-nation moderne, démocratique avec des citoyens cultivés (Couroucli, 2003). Néanmoins, le lien entre la Grèce moderne et l’antiquité ne fait pas partie de l’identité des classes agricoles et populaires. Les chefs de la Révolution grecque (1821-1830) étaient des gens lettrés et urbains qui, en s’inspirant de la Révolution française et du mouvement romantique, ont revendiqué une nation nouvelle, descendante de la Grèce antique qui se libère des Turcs et rejoint sa famille « naturelle », l’Europe. En revanche, les combattants de la lutte pour l’indépendance grecque n’ont pas eu le même parcours. Un certain nombre était des albanophones, qui ne connaissaient ni le grec ni l'histoire de la Grèce antique et n'étaient pas associés dès le début au projet national. Dans ce contexte, « l’opposition entre la culture des combattants illettrés habitant le sud de la Grèce et celle des communautés commerçantes urbaines, lettrées et cultivées, s’est exprimée à travers l'opposition entre une culture basse, vernaculaire, roméïque, et une culture haute, savante, hellène », (Couroucli, 2003, 138). La culture populaire n’était pas alors détachée de l’identité roméïque. L’identité grecque est marquée par conséquent par cette ambivalence entre ces deux définitions différentes. Tout en étant européenne, l’identité culturelle grecque possède alors une composante roméïque. L’Hellène, qui s’inscrit dans la continuité culturelle de la Grèce antique s’oppose au Romios qui se détermine par une culture et une tradition influencées par l’Empire ottoman. Ces termes symbolisent alors l’opposition entre le monde moderne marqué par le progrès et l’appartenance culturelle à l’Europe et la condition des chrétiens d’Orient asservis, soumis à la « barbarie ». Il s’agit alors de deux termes qui font référence à des représentations identitaires différentes.

2.2. Le « fardeau » de l’héritage et l’intimité culturelle

16La société hellénique moderne se caractérise ainsi par un mouvement perpétuel entre l’Orient et l’Occident. Il y a alors un va-et-vient continu entre le passé de la Grèce sous l’Empire ottoman et la revendication d’une identité renvoyant à un pays européen moderne. Plusieurs chercheurs sociaux qui ont travaillé sur la Grèce ont mis en évidence ce mouvement entre le modèle traditionnel associé au passé ottoman et le modèle de la modernité relevant des démocraties occidentales (Herzfeld, 1997 ; Couroucli, 2002 ; Tziovas, 2017). Dans ce contexte, Michael Herzfeld (1997) a proposé le terme intimité culturelle pour décrire ce phénomène. En proposant ce terme, Herzfeld a expliqué que l’affiliation culturelle officielle (dans notre cas, la revendication de l’héritage de la Grèce antique par les Grecs modernes) ne correspond pas toujours à l’affiliation culturelle affirmée à un niveau intime (traditions et valeurs héritées de l’Empire ottoman).

17Plus précisément, en revendiquant le passé glorieux de la Grèce antique, les Grecs sont devenus ses « otages ». Se considérant comme les héritiers de l’antiquité, ils doivent « prouver » qu’ils méritent bien d’être considérés comme tels. Dans ce sens, l’héritage de la Grèce antique est un « fardeau » pour les Grecs contemporains. Les Grecs se sont ainsi piégés dans leur identité nationale « officielle » puisqu’ils doivent constamment prouver qu’ils sont dignes d’être les héritiers de la Grèce antique et par conséquent d’être acceptés comme des « Européens authentiques ». L’intimité culturelle consiste en la reconnaissance des aspects de l’identité culturelle, qui constituent une source externe d’embarras puisqu’ils ne coïncident pas avec l’affiliation culturelle « officielle ». En même temps, ces aspects de l’identité culturelle permettent aux membres de la communauté de maintenir une certaine certitude quant à l’application des règles implicites qui facilitent la régulation de la vie sociale. Cette connaissance intime, implicite ou partagée est acquise lors du processus de socialisation. Il s’agit d’une connaissance qui permet aux membres de la communauté de saisir les éventuelles différences entre les normes et les réalités, entre les discours et les faits. En d’autres termes, il s’agit du « sens commun » d’une société. Michael Herzfeld (1997) a démontré qu’en Grèce, l’affiliation culturelle officielle diffère de l’intimité culturelle, influencée par des traditions et des valeurs « orientales ». Dans ce contexte, Herzfled a suggéré que Romios représentait une vision des Grecs interne (ce que les Grecs pensent d’eux-mêmes) tandis que Hellène représentait une vision des Grecs externe (ce que les autres pensent des Grecs ou ce que les Grecs veulent que les autres pensent d’eux).

18L’identité grecque officielle a été imposée du haut vers le bas. Ceci a eu comme résultat la marginalisation de la culture du Romios. Plus précisément, depuis la constitution de l’État grec en 1830, les différentes institutions étatiques (école, musées, télévision, etc.) ont été instrumentalisées afin de promouvoir l’identité nationale grecque officielle (Theodossopoulos, 2006 ; Millas, 2001 ; 2004 ; Pantzou, 2009). Les chercheurs sociaux, notamment les folkloristes, se sont aussi rangés à cette position. Tout au long de ce processus, la culture roméïque des classes populaires s’est vue accordée une place à la base de la pyramide des goûts culturels. La culture des classes populaires a été alors stigmatisée et celles-ci devaient imiter la culture « officielle » imposée par le haut. La culture des classes populaires fut ainsi opprimée puisqu’elle représentait l’Autre de la culture hellénique officielle. Ce processus fut accentué durant les dernières décennies du xxe siècle, c’est-à-dire la période pendant laquelle la Grèce a intégré l’Union européenne.

  • 5 Ellas Ellinon Christianon (en grec : Ελλάς Ελλήνων Χριστιανών).

19Néanmoins, plusieurs chercheurs ont remarqué que pendant les crises politiques et sociales en Grèce moderne, s’opère assez souvent un va-et-vient entre ces deux traditions. Un tel exemple est la dictature militaire en Grèce (1967-1974). Les colonels ont mis en avant le principe de « la Grèce des chrétiens5 ». Ce principe témoigne de la revendication de l’identité de Romios (tradition de la communauté chrétienne des Grecs sous l’Empire ottoman) opérée par les colonels. Ils dénonçaient alors à travers leur discours tous ceux qui étaient considérés comme trop soumis aux pays européens occidentaux (Couroucli, 2002). La crise économique a de nouveau mis en évidence cette hybridité qui caractérise la société grecque (Tziovas, 2017).

3. Crise économique, feuilletons turcs et culture roméïque

20Depuis le début des années 2000, la production et l’exportation des feuilletons télévisés turcs vers l’étranger est en constante expansion. D’abord exportés vers les pays sous influence culturelle de l’ancien Empire ottoman (soit les pays des Balkans, du Moyen- et Proche-Orient ainsi que du Maghreb), les feuilletons télévisés turcs ont été diffusés jusqu’à ce jour dans plus de 140 pays et visionnés par presque 400 millions de téléspectateurs dans le monde entier (Tutal-Cheviron et Çam, 2017).

21Le succès transnational des feuilletons turcs a motivé de nombreux chercheurs à étudier l’impact de ces feuilletons sur les publics locaux ainsi que l’importance de ces productions dans une perspective géopolitique (Yanık, 2009 ; Anaz et Purcell, 2010 ; Salamandra, 2012 ; Karanfil et Kaptan, 2013 ; Yörük et Vatikiotis, 2013 ; Karlıdağ et Bulut, 2014 ; Kaynak, 2015 ; Anaz et Özcan, 2016 ; Tutal-Cheviron et Çam, 2017 ; Ağırseven et Örki, 2017 ; Constantinou et Tziarras, 2018 ; Vitrinel, 2019 ; Algan et Kaptan, 2021 ; Larochelle,  2019 ; 2021a ;2021b).

  • 6 Notre recherche est inspirée des travaux en Cultural Studies, un champ d’études transdisciplinaire, (...)

22Malgré le succès considérable de ces feuilletons auprès des téléspectateurs grecs en termes de taux d’audience, regarder des feuilletons turcs est aujourd’hui en Grèce un « plaisir coupable ». La stigmatisation des feuilletons télévisés provenant du pays voisin et des téléspectateurs qui les regardent est due non seulement à des raisons intrinsèquement liées à la nature des feuilletons en général, mais aussi à des raisons liées au passé conflictuel et aux rapports diplomatiques tourmentés qui caractérisent les relations de ces deux pays (Heraclides, 2010). Dans ce contexte, les téléspectateurs grecs qui prennent plaisir à regarder des fictions sérielles turques sont représentés par le discours hégémonique comme une masse unifiée de personnes peu cultivées, sans capacités critiques et soumises au contenu télévisuel (Larochelle, 2020). Par conséquent, l’approche des enjeux de réception des feuilletons turcs en particulier par les publics grecs s’avère particulièrement intéressante pour les Cultural Studies6.

  • 7 Les femmes représentent la quasi-totalité des personnes interviewées (on ne compte que 3 hommes). C (...)
  • 8 Le recours à la méthode du questionnaire a été privilégié afin d’établir une image plus représentat (...)

23En étudiant la réception des feuilletons télévisés turcs par les publics grecs, notre objectif fut d’illustrer les possibilités et la nature de la résistance des publics de la culture populaire. Dans ce sens, nous avons conduit une ethnographie des publics grecs des feuilletons turcs entre 2016 et 2018. Nous avons ainsi mené cinquante entretiens libres et semi-directifs avec des individus (notamment des femmes7) aux statuts socio-économiques variés, âgés de 17 ans à 89 ans et résidant dans différentes zones géographiques en Grèce. Le recrutement des sujets interviewés s’est fait sur la base du volontariat et par la méthode de boule de neige. Par ailleurs, nous avons également mené une étude quantitative par questionnaire en ligne à laquelle ont participé 1 900 individus8.

  • 9 Notre étude s’est focalisée sur les représentations des rapports de genre et des classes sociales.
  • 10 Sur ce point, il convient de préciser que les chaînes télévisées grecques ont diffusé plus de cinqu (...)

24De surcroît, nous avons procédé à l’analyse des représentations projetées par un échantillon représentatif des feuilletons turcs (en nous basant sur les préférences du public interrogé) pour pouvoir comprendre les représentations et les catégorisations thématiques proposées par cette catégorie de téléspectateurs. Dans ce contexte, nous avons analysé les représentations9 véhiculées par six10 feuilletons turcs : Aşk-ı Memnu, Fatmagül’ün Suçu Ne?, Ezel, Kara Sevda, Sıla et Muhteşem Yüzyıl. Enfin, nous avons également effectué une étude sur le processus de production des fictions sérielles turques à Istanbul en 2017.

25Les feuilletons télévisés turcs contiennent des ingrédients qui amènent le téléspectateur dans un monde fantastique de consumérisme mondialisé et d'amour romantique qui défie les frontières nationales (Olson, 2000). Cependant, en même temps, ils projettent une modernité alternative (Appadurai, 1996) qui se caractérise par des structures familiales et des rôles de genres traditionnels ainsi que par le conservatisme social imposé à la société turque par le gouvernement actuellement au pouvoir (Larochelle, 2019). C’est cet élément qui différencie les feuilletons en question du prototype américain (Buccianti, 2010).

  • 11 Étant donné que notre objectif à travers cet article est de présenter nos résultats concernant la r (...)

26La primauté de l’institution de la famille et de son organisation patriarcale, le respect des hiérarchies traditionnelles, le mode de vie en communauté, les modèles de masculinité et de féminité en accord avec l’idéologie patriarcale, la valorisation de la maternité et la « diabolisation » des femmes qui avortent et enfin les stéréotypes des « riches mais malheureux et malhonnêtes » et des « pauvres mais heureux et honnêtes » sont certains des éléments qui caractérisent les feuilletons turcs. Les fictions sérielles turques proposent ainsi des types de personnages, des structures institutionnelles ainsi que des rapports de pouvoir qui font aussi partie de la culture roméïque des classes populaires11. Dans la partie suivante de notre article, nous allons examiner en quoi la réception de ces fictions sérielles peut nous renseigner sur l’identité nationale grecque durant la crise économique.

4. Crise économique et négociation identitaire : de Hellène à Romios

27En prenant en considération les théories sur la réception et la résistance des publics médiatiques (Ang, 1985 ; Fiske, 1987 ; Buckingham, 1987 ; Morley, 1992 ; Condit, 1994 ; Abercrombie et Longhurst, 1998 ; Schrøder, 2000), nous considérons les lectures résistantes comme les réactions du public, qui non seulement échappent ou s'opposent aux significations dominantes du feuilleton (résistance évasive et sémiotique de Fiske), mais manifestent également une conscience et une délibération consciente de la part du spectateur (Schrøder, 2000). Ainsi, parmi les cinquante personnes interviewées au cours de notre enquête, vingt-huit personnes ont associé de manière consciente et délibérée leur visionnage des feuilletons turcs au rejet de la modernité occidentale et à la redécouverte de l’identité culturelle grecque authentique. Plus précisément, non seulement une grande partie des sujets interviewés a identifié certains éléments de la culture roméïque comme étant la source du plaisir retiré de leur activité, mais aussi plusieurs personnes interrogées ont interprété leur pratique en termes de résistance face à (ou de négociation avec) un système qui impose la subordination de leur identité culturelle.

28La crise économique représente un bouleversement dans la société grecque. Pendant cette période, la Grèce est devenue l’« outsider » de l’Union européenne (Pagoulatos et Yataganas, 2010). Le sentiment d’exclusion de la « famille » européenne vécu par les Grecs pendant la période de la crise économique a donné naissance à un désir nostalgique pour le passé récent avant la crise (marqué par la continuité). Dans ce contexte, un reclassement culturel semble s’opérer au sein de la société grecque. Ce reclassement culturel est marqué par une tendance anti-occidentale et par la réappropriation de la culture du Romios par les classes populaires. Dans ce contexte, un processus de résistance s’est opéré par les classes populaires, dont la culture fut pendant longtemps marginalisée. Le rejet du mode de vie « moderne » / occidental adopté par les Grecs avant la crise économique ainsi que le réengagement avec les traditions et les mœurs appartenant à la culture populaire avant « l’occidentalisation » du pays dans la société grecque, en sont les traits principaux. Le visionnage des feuilletons télévisés turcs semble ainsi être un symptôme de cette tendance.

  • 12 Afin de préserver l’anonymat de nos interviewés, tous les prénoms mentionnés dans cet article sont (...)

29Plus précisément, le désir nostalgique pour une période caractérisée par la certitude, la stabilité et par des habitudes et des valeurs traditionnelles bien établies, s’exprime ainsi à travers la consommation des feuilletons télévisés turcs qui véhiculent plusieurs aspects de la culture roméïque. Il semble que la représentation de la société turque telle que projetée à travers les fictions sérielles turques corresponde, selon les sujets interviewés, au monde tel qu’il était avant le processus d’européanisation du pays. Il s’agit ainsi du monde marqué par la continuité et la certitude, où la hiérarchie et les valeurs traditionnelles sont respectées. En revanche, la crise économique constitue, pour les personnes qui ont participé à notre enquête, la conséquence d’un long processus d’aliénation. Pour les sujets interviewés, l’européanisation du pays et l’abandon du mode de vie traditionnel sont à l’origine du déclin économique et surtout moral qui caractérisent le pays actuellement. Dans ce contexte, au cours des entretiens que nous avons effectués, plusieurs sujets ont comparé le mode de vie représenté à travers les feuilletons turcs qui leur rappelle la Grèce des années 1950-1960 (avant le déclin) avec le mode de vie occidental censé avoir été adopté par les Grecs au cours de la modernisation du pays. Ainsi, Amalia12, une femme de 46 ans propriétaire d’une entreprise de ménage, définit l’adoption du mode de vie occidental qui a eu lieu au cours de l’européanisation du pays comme étant une « aliénation » : « Tu vois, les Turcs sont un peu comme nous étions dans les années 1950 et 1960 concernant la famille, par exemple. Nous avons perdu ça, nous sommes devenus comme les Occidentaux. Nous avons adopté les normes des Occidentaux et nous nous sommes aliénés ».

30L’aliénation reflète le sentiment de perte ressenti par les sujets interviewés. Il s’agit d’une perte des valeurs, du mode de vie ou des habitudes qui étaient bien ancrés dans le système des représentations transmis par les aînés. C’est précisément la perte et le sentiment d’insuffisance par rapport à notre situation actuelle qui active le sentiment de douleur et par conséquent du désir nostalgique pour une période de sécurité, où ces valeurs, ce mode de vie ou ces habitudes régnaient. Dans ce sens, la société grecque contemporaine ainsi que la société européenne semblent constituer le monde après la rupture, donc le monde marqué par l’incertitude, l’ambiguïté et les valeurs hybrides. Les sujets interviewés se positionnent à la fois par rapport au monde avant le déclin (ce que nous « avons perdu ») que par rapport au monde après le déclin (ce que nous sommes devenus et/ou ce que l’Europe est devenue aujourd’hui). La société turque représente en ce sens le Moi perdu qui appartient au passé, tandis que l’occident représente l’Autre du Moi perdu. Le premier constitue la maison perdue, mythologisée et idyllique où nous ne pouvons plus retourner, tandis que le deuxième constitue une force aliénante qui représente une menace à la certitude sociétale. Le sentiment de perte du Moi authentique et d’aliénation par les normes étrangères a été un dénominateur commun pour plusieurs personnes interviewées. Ceci ressort explicitement du témoignage d’Eva, une femme au foyer de 56 ans, qui a déclaré :

« À travers les séries turques je retrouve de nouveau les valeurs que nous avons perdues quand nous sommes devenus des Européens. (…) Pour moi les séries turques se distinguent par le fait qu’elles ne contiennent pas d’insultes ou de la nudité, il y a un certain respect, tu comprends ? Il y a du respect pour la famille, de la tendresse… même si tout cela n’est pas réaliste en Turquie ça ne m’intéresse pas ! Ce que je vois me plaît. Ça me rappelle des choses que nous avions aussi mais que nous avons oubliées et je préfère regarder ça plutôt que la décadence de l’Occident. »

31Cet extrait d’entretien est révélateur de la complexité du processus de réception. Alors que comme Eva, plusieurs sujets interviewés reconnaissent que les représentations véhiculées dans les feuilletons turcs ne sont probablement pas réalistes, ils préfèrent ignorer cet élément afin de prendre plaisir à s’immerger dans un monde fantastique qui leur procure des valeurs et des codes comportementaux qui ne sont plus présents dans leur vie. Ainsi, ils choisissent de s’échapper de l’influence hégémonique du système social dominant, caractérisé selon eux par de la « décadence ». Par conséquent, ils remettent en question le système dominant qui a pendant longtemps dicté l’oppression de leur propre système de valeurs en s’en évadant. Ils s’évadent du système hégémonique en retirant des plaisirs indépendants des attentes sociales, c’est-à-dire de l’identité culturelle « officielle » dont l’adoption fut la cause de la marginalisation de l’identité culturelle populaire.

32Sur ce point, il convient de rappeler que, si l’identité hellénique a été façonnée par l’imitation de la modernité occidentale, les feuilletons turcs, en véhiculant des représentations qui contiennent des éléments de la culture roméïque, constituent des objets médiatiques qui, par définition, véhiculent des éléments contre-hégémoniques au sein de la société grecque. Dans ce contexte, pour de nombreux sujets, le visionnage des feuilletons télévisés turcs correspond au rejet des produits culturels occidentaux ou occidentalisés et à la résistance face au mode de vie qu’ils représentent. Plus précisément, plusieurs sujets interviewés perçoivent les feuilletons turcs comme des textes résistifs puisqu’ils projettent des éléments s’opposant à l’idéologie hégémonique qui leur est imposée. Ainsi, le fait qu’ils acceptent et célèbrent l’idéologie véhiculée par ces textes constitue en soi un acte de résistance face au (ou de négociation avec le) système dominant qui impose leur subordination. Dans ce sens, Elena (53 ans, esthéticienne) déclare :

« Pour moi, ce qui est important c’est la valeur qu’ils accordent à la famille. Leur mode de vie… le fait qu’ils mangent tous ensemble, le fait que les enfants respectent les aînés… Ils ont certaines valeurs. En regardant les séries (turques) je me détends et je retrouve mes valeurs, les valeurs que nous avions en Grèce et que nous avons perdues. C’est pour cette raison que je ne regarde pas du tout la télévision grecque. Je n’aime pas le lifestyle que projette la télévision grecque. (…) Moi j’ai grandi avec du respect et c’est comme ça que j’ai élevé ma fille aussi. Ces valeurs sont aujourd’hui perdues en Grèce. Ça me dérange. Dans les séries turques il y a du respect. »

33Elena, comme d’ailleurs les autres sujets qui ont lié de manière explicite leur visionnage à la tendance anti-occidentale, retrouve ses propres valeurs à travers le visionnage des feuilletons télévisés turcs. Pour Elena, sa pratique (le visionnage des feuilletons turcs) se traduit par le rejet des fictions sérielles grecques qui ne véhiculent plus ses valeurs et par le rejet du mode de vie projeté par celles-ci. D’ailleurs, il nous semble important de souligner que la femme interviewée emploie des mots grecs (τρόπος ζωής) pour se référer au mode de vie représenté dans les feuilletons turcs, alors qu’elle choisit d’employer un terme étranger (en anglais) pour parler du mode de vie projeté à travers les fictions sérielles grecques (lifestyle). Nous considérons que ceci n’est pas un hasard puisque l’usage (conscient ou inconscient) du terme lifestyle est significatif du fait qu’Elena considère que le mode de vie projeté à travers les fictions sérielles helléniques n’est pas authentiquement grec mais au contraire est influencé par des valeurs et des habitudes importées de l’Occident. En témoigne également le choix du terme fait au cours de notre entretien, celui d’« américanismes » (αμερικανιές) pour se référer aux fictions sérielles grecques. Ce terme est employé en grec pour désigner de manière dévalorisante soit une production médiatique américaine qui contient des clichés et des stéréotypes fréquemment répandus dans les films hollywoodiens ou les séries américaines, soit une production médiatique locale qui, en essayant d’imiter les productions médiatiques américaines, intègre les mêmes clichés et les mêmes structures narratives. Par conséquent, ce terme est employé pour désigner de manière dévalorisante une production médiatique privée de créativité et d’authenticité.

34Le choix d’Elena d’employer ces deux termes (lifestyle et américanismes) est significatif de la représentation que plusieurs sujets interviewés se font des fictions sérielles grecques. Pour plusieurs personnes qui ont participé à mon enquête, les séries grecques véhiculent des récits « occidentalisés » et constituent ainsi des aspects de la culture hellénique qui leurs ont été imposés. Dans ce sens, se détendre en s’immergeant dans des récits qui véhiculent des aspects d’une culture anti-hégémonique est également un acte de remise en question d’une idéologie imposée, qui a amené à l’aliénation de la culture populaire authentique. En regardant des séries turques, les sujets interviewés retrouvent leurs valeurs qui, selon eux, sont aujourd’hui obsolètes. De cette manière, ils s’échappent de la culture hégémonique en s’immergeant dans un monde fantastique où, par la suite, ils sélectionnent et retiennent les éléments qui manquent à leurs vies (leurs valeurs). De cette manière, ils ne font pas seulement face au sentiment de discontinuité qu’ils ressentent mais ils négocient également leur positionnement au sein du présent européanisé / occidentalisé / américanisé / aliéné.

35Les feuilletons turcs invitent les sujets à redécouvrir « l’âge d’or » qui fut abandonné au nom de la modernisation. Il s’agit de la redécouverte de l’enfance perdue, l’enfance idyllique – avant la crise – où tout est censé être mieux que maintenant. Dans ce sens, pour Nikos (entrepreneur, 57 ans), le visionnage des feuilletons turcs a été perçu comme étant un « déjà-vu » :

« Ce qui est projeté à travers les séries (turques) c’est mon vécu. C’est comme ça que j’ai grandi. Personne n’aime quelque chose par hasard. Il s’agit de mon vécu, les coutumes, les valeurs tout. (…) Au moment où je regarde les séries, je vois une partie de moi que j’ai perdue… c’est comme un déjà-vu ».

36Encore une fois, cet extrait témoigne du sentiment de perte ressenti par les sujets interviewés. Il s’agit de la perte de l’enfance idyllique qui n’est, bien sûr, pas objective. En revanche, il s’agit d’un recueil sélectif des mémoires qui contribuent à mythologiser cette enfance ou alors d’une représentation erronée d’une période passée jamais vécue, mais que nous considérons comme stable et idéale. D’ailleurs, pour la quasi-totalité des sujets interviewés, le déclin actuel n’est pas dû au passé romantisé. La référence au déclin qui caractérise la situation présente est accompagnée de la supposition implicite qu’il est dû à des forces externes à la situation précédente. Ainsi, comme en témoignent les extraits d’entretiens cités plus haut, le déclin actuel n’est pas lié à l’âge d’or de l’enfance mais à l’européanisation et à l’aliénation culturelle à travers les feuilletons américains. Par conséquent, l’âge d’or auquel Nikos se réfère est perçu par les sujets comme étant idyllique (ou presque) et sans relation avec le déclin actuel.

37Sur ce point, il faut souligner l’aspect suivant : la perte contient à notre sens deux dimensions. D’un côté il y a ce que nous avons perdu et de l’autre côté il y a l’insuffisance que nous ressentons face au présent à cause du manque de ce que nous avons perdu. Nikos, comme d’autres sujets interviewés, a souligné le sentiment de perte qu’il ressent. Pourtant, il a également mis en évidence que le manque qu’il ressent à cause de la perte des valeurs et du mode de vie de leur enfance cesse lorsqu’il regard les feuilletons turcs. Nikos retrouve ainsi les éléments absents de sa vie – et dont le manque est à la source du sentiment de perte qu’il ressent – à travers le visionnage des feuilletons turcs. Les feuilletons turcs sont ainsi des produits dont les représentations permettent la renaissance de l'identité grecque populaire au milieu des idéologies imposées de haut vers le bas. Par conséquent, nous considérons que cette activité constitue un acte d’émancipation puisqu’elle permet à une partie des téléspectateurs grecs de faire face à leur situation présente en mettant en avant des éléments qu’ils ont pendant longtemps opprimés. L’insuffisance face au présent ressentie par les sujets interviewés peut ainsi être modérée grâce au recours à des éléments de la culture roméïque rendus de nouveau disponibles à travers les feuilletons turcs.

38Si les fans plus âgés perçoivent les feuilletons turcs comme la continuité de leur expérience historique interrompue par la modernité occidentale, quelle raison peut expliquer que les fans plus jeunes adhèrent à l’idéologie véhiculée par les feuilletons turcs et la reconnaissent comme plus authentique par rapport à l’identité culturelle hellénique ? Comment est-il possible d’être nostalgique d’une ère que nous n’avons jamais expérimentée ? Anna-Maria, âgée de 24 ans, est une philologue qui, au moment de notre rencontre, effectuait un master en criminologie. Lorsque nous lui avons demandé de nous expliquer les éléments qui lui procurent du plaisir lors du visionnage des feuilletons turcs, elle a répondu :

« Les Turcs ne confondent pas les rôles des genres. L’homme est un homme et la femme est une femme. Aussi, chacun a son rôle au sein de la famille. Les personnes les plus âgées sont les plus respectées. Je pense que nous (les Grecs) étions comme ça aussi mais ce n’est plus le cas. Maintenant, en Grèce les jeunes s’opposent aux aînés. Dans les séries turques ça ne se passe pas comme ça et j’aime bien ça. (…) Il y a du respect. D’une certaine manière, ils (les feuilletons turcs) ressemblent aux vieux films grecs. »

39Les rôles traditionnels des genres et l’importance de l’institution familiale constituent par conséquent les raisons principales pour lesquelles Anna-Maria apprécie de regarder les fictions sérielles turques. Sur ce point, il convient de souligner que la quête de continuité est strictement liée au désir des rôles genrés traditionnels. Les périodes de discontinuité intense (guerre, occupation, etc.) peuvent conduire à la nostalgie de la masculinité hégémonique (Connell, 1995) – et à la nostalgie des normes traditionnelles concernant les relations entre les sexes en général – liées aux fantasmes des périodes de sécurité, de stabilité et du passé traditionnel ordonné (MacKenzie et Foster, 2017). Dans ce sens, la nostalgie de la masculinité mythologise des périodes de paix et de stabilité en tant que périodes de pouvoir patriarcal, d’autorité et de la certitude genrée. La nostalgie de la masculinité est ainsi le désir nostalgique d’une période idéalisée de sécurité au sein de laquelle les rôles genrés étaient présumés être clairs et incontestés. Par conséquent, selon MacKenzie (2012), le désir de retourner à la normalité après (ou pendant) une période d’instabilité est associée au désir nostalgique des formes particulières d’ordre patriarcal.

40Comme ce fut le cas des participants plus âgés, les sujets interviewés plus jeunes soulignent également qu’ils retrouvent à travers le visionnage des feuilletons turcs des éléments qui définissaient la société grecque traditionnelle mais tendent à être actuellement obsolètes. Pourtant, à l’opposé des interviewés plus âgés, ils ne font pas référence à une expérience qu’ils ont vécue. Plusieurs parmi les jeunes fans interviewés ont soutenu que les feuilletons turcs leurs rappellent des périodes plus « innocentes » ou des habitudes d’autrefois qui aujourd’hui n’existent plus.

41De plus, au cours de nombreux entretiens un lien intéressant a été évoqué entre les films issus de l’« âge d’or » du cinéma grec (1950-1970) et les feuilletons turcs. Ce lien semble être d’une importance cruciale. Sur ce point, il est à mentionner que les films grecs des années 1950-1970 ont été souvent projetés à la télévision grecque, étatique et privée. Dès leur création, les chaînes privées n’ont jamais cessé de diffuser aux heures de grande écoute des films classiques du cinéma grec. Si un tel phénomène peut en partie être expliqué par un manque de production d’œuvres télévisuelles locales, il est également justifié par les grands taux d’audience pour ce type de spectacle. Pour cette raison, quoique les productions télévisuelles des chaînes privées aient adopté des éléments de la modernité occidentale, la nature commerciale des chaînes privées les a également conduites à accorder de l’importance à certaines expressions de la culture roméïque. Dans ce contexte, il est évident que la culture roméïque s’est fait accorder une place secondaire au sein de la scène médiatique grecque mais elle n’a jamais cessé d’exister puisqu’elle reflète le mode de vie et les valeurs des classes populaires.

42Si pour certains, les feuilletons télévisés turcs représentent l’enfance perdue, pour d’autres, il s’agit d’un moyen d’évasion dans une ère qui n’appartient pas au passé personnel, mais au passé historique partagé, romantisé et idéalisé. Dans ce cas, la nostalgie pour un passé que nous n’avons pas vécu s’active pour remettre en question certains aspects du système hégémonique. Plus précisément, le désir nostalgique répond au déficit expérimenté par le sujet social face à son état actuel ainsi qu’à son mécontentement par rapport à un système dominant. Dans ce sens, certains parmi les jeunes interviewés se servent des feuilletons turcs comme d’un moyen d’évasion vers une ère qu’ils n’ont jamais vécue mais qu’ils perçoivent comme étant familière, notamment grâce aux films du même style issus de l’âge d’or du cinéma grec. De surcroît, ce sentiment de familiarité est renforcé par le fait que les habitudes et les valeurs d’autrefois leur ont été transmises également à travers leur milieu social et familial.

43La réinvention du passé culturel partagé se fait ainsi sur la base d’un sentiment de perte de la communauté et de cohésion et elle offre aux membres de la communauté imaginée un récit collectif de désir nostalgique. Ce récit collectif peut se référer à la fois à des éléments de l’histoire personnelle du sujet ou au passé culturel partagé.

44Dans une période d’instabilité, il s’avère normal d’avoir recours à une période qui peut nous fournir des ressources identitaires stables et sûres. S’évader dans une période idéalisée de sécurité, au sein de laquelle les rôles genrés et la hiérarchie traditionnelle étaient perçus comme étant clairs et incontestés peut ainsi se révéler une source identitaire importante, ainsi qu’un moyen d’affronter un sentiment d’insuffisance face au présent. Sur ce point, nous avançons la notion de « résistance nostalgique ». Ici, la nostalgie, c’est-à-dire la volonté de renouer avec une époque idéalisée, jugée comme étant plus clémente et moins menaçante, fonctionne en tant que source de résistance face à un système qui impose la subordination des sujets sociaux. S’évader dans une époque idéalisée à travers le désir nostalgique nous permet ainsi de retrouver de l’authenticité et de résister à une idéologie qui nous a été imposée.

45Dans ce sens, pour les amateurs des feuilletons télévisés turcs, ces œuvres ne représentent pas seulement l’enfance perdue mais également l’identité culturelle grecque authentique, qui semble opprimée dans la modernité actuelle. Ainsi, le visionnage des feuilletons turcs semble aujourd’hui correspondre à un processus de redécouverte et de réengagement des classes populaires avec la culture roméïque. Pour les amateurs des feuilletons turcs, les récits « occidentalisés » sont rejetés comme « construits » ou non-authentiques, puisqu’ils se réfèrent à une réalité qui ne leur est pas propre mais qui leur a été imposée lors de l’européanisation de la Grèce. Les récits « occidentalisés » seraient ainsi pour eux les produits d’une culture imitative importée de l’Occident. Au contraire, les représentations véhiculées par les feuilletons turcs sont considérées comme « authentiques » et comme une source de restauration de l’ordre éthique et de la normalité dans la société grecque contemporaine.

46Dans ce contexte, la « modernisation / occidentalisation » du pays et l’abandon de certaines valeurs et habitudes qui étaient à un niveau élevé influencées par les traditions ottomanes est maintenant perçue par une partie importante des téléspectateurs grecs comme étant une « aliénation ». Au contraire, les feuilletons télévisés turcs sont perçus comme des textes caractérisés par de l’authenticité culturelle. Dans ce contexte, les textes en question offrent aux téléspectateurs grecs des repères identitaires leur permettant de redéfinir leur identité culturelle pendant la période de la crise économique. De surcroît, la redécouverte de la culture populaire grecque authentique permet aux Grecs, non seulement de faire face au sentiment d’insuffisance qu’ils ressentent par rapport au présent, mais aussi de redéfinir qui ils sont au sein du contexte socio-culturel contemporain. Dans ce sens, Vaso (53 ans), professeure de sociologie dans le secondaire a déclaré :

« Ces séries m’ont aidée à mieux comprendre qui je suis en tant que femme des Balkans. Nous avons plusieurs traits communs avec les Turcs. Des mots similaires, des mœurs, des coutumes… Je suis femme des Balkans, j’ai voyagé en Europe et j’ai des amis européens mais moi, je suis une femme des Balkans et non pas Européenne (avec emphase). »

47À travers cet extrait d’entretien, Vaso déclare qu’en (re)découvrant des éléments de l’identité culturelle authentique qu’elle a réprimée pendant longtemps, elle a pu redéfinir qui elle est vraiment. Dans ce sens, il parait que la nostalgie est une source identitaire qui permet aux sujets sociaux de mieux comprendre qui ils sont et ils sont situés aujourd’hui. En regardant des feuilletons turcs, Vaso a redéfini son identité et s’est identifiée en tant que « femme des Balkans et non pas Européenne ». Alors qu’elle précise qu’elle n’est pas hostile à l’Europe et aux Européens, Vaso ressent le besoin de déclarer de manière emphatique qu’elle n’est pas Européenne mais femme des Balkans. Si Vaso a dû pendant longtemps imiter la « culture occidentale » en réprimant des aspects de la culture roméïque, désormais, à travers le visionnage des feuilletons turcs, Vaso redécouvre ces éléments. En adhérant à des récits qui célèbrent ses valeurs et en se détachant en parallèle des récits qui véhiculent les valeurs d’une culture imposée « d’en haut », non seulement elle résiste à la culture hégémonique qui lui a été imposée, mais elle redéfinit sur une nouvelle base qui elle est réellement.

  • 13 Sur ce point, il convient de préciser que l’intérêt des publics grecs pour les feuilletons turcs n’ (...)

48De ce fait, nous considérons que le visionnage des feuilletons turcs comprend une dimension émancipatrice. En regardant en arrière et en examinant une réalité alternative par rapport à la « modernité occidentale » (ou par rapport à ce que nous considérons ce qu’est la « modernité occidentale »), les sujets sociaux sont en mesure d’assumer leur particularité culturelle. Le désir nostalgique pour des valeurs et des rapports hiérarchiques considérés aujourd’hui comme obsolètes, constitue un outil qui permet aux sujets sociaux d’avancer vers le futur, en étant conscients de ce qu’ils sont réellement et non pas en désirant imiter un idéal européen. Nous considérons ainsi que cette prise de conscience de la particularité culturelle permet aux sujets sociaux de reprendre confiance par rapport à leur identité culturelle13.

Conclusion

49En Grèce, la crise économique de 2008 a représenté un moment de bouleversement qui a obligé la société grecque dans son ensemble, à remettre en discussion sa conception de normalité et de continuité. Est né dans ce contexte un désir nostalgique vis-à-vis de la période précédant la crise. Le mode de vie qui a accompagné la « modernisation » du pays ainsi que les valeurs « progressistes » adoptées (au moins à un niveau superficiel) sont maintenant remises en question. L’européanisation « imposée » – désormais considérée comme au cœur de la crise financière et sociale actuelle – est rejetée en faveur de la redécouverte des valeurs perdues. Les valeurs qui représentent un mode de vie plus traditionnel sont maintenant revalorisées puisqu’elles sont censées refléter la Grèce réelle. Dans ce sens, la « modernité occidentale » construite et imposée aux classes populaires est symboliquement rejetée au profit du réengagement avec la culture roméïque. Pendant la crise économique, l’Hellène, qui fut rejeté par la communauté européenne, semble redevenir Romios. La modernité importée et érigée est remise en question, au contraire l’authenticité traditionnelle est valorisée de nouveau.

50Le désir nostalgique semble ainsi entrainer une dimension émancipatrice, qui permet de se servir du passé comme d’une ressource pour lutter contre l’oppression ressentie de nos jours. La réappropriation de la culture roméïque par les classes populaires témoigne d’une volonté de négociation identitaire et de remise en question d’un système qui maintient leur subordination à la base de la pyramide culturelle et qui leur impose une seule identité culturelle « officielle » ne correspondant pas à leur vision de la réalité. Le rejet de la « culture officielle » en faveur de la culture populaire « authentique » permet ainsi aux sujets interviewés de redéfinir ce que signifie le fait d’être Grec aujourd’hui.

  • 14 L’association de l’Orient avec le monde arriéré et traditionnel est le produit des sociétés occiden (...)
  • 15 Sur ce point, nous considérons important de souligner que la tendance anti-occidentale et le réenga (...)

51À un certain moment de l’histoire, être Romios fut associé au citoyen « orientalisé » et donc arriéré et/ou « sous-développé14 » qui devait devenir « moderne » à travers un processus d’européanisation. Après avoir accordé au Romios un héritage légitime et chargé de signification15, il lui avait été demandé de changer. Il lui était dicté que sa culture n’était pas légitime et afin de devenir un vrai citoyen européen, il devait adopter la culture hellénique.

52Par conséquent, à l’heure où la crise de 2008 a amené certains citoyens grecs à se sentir rejetés par l’Europe, une partie d’entre eux a tourné le dos à la culture « officielle », à savoir « hellénique », pour embrasser à nouveau la culture roméïque. Dans ce contexte, le visionnage des feuilletons télévisés turcs serait un symptôme du processus d’émancipation culturelle du « demos ». Pendant cette période de crise économique, nous assistons ainsi à nouveau au retour de l’Autre opprimé.

Haut de page

Bibliographie

Abercrombie, N. et Longhurst, B. (1998). Audiences: A Sociological Theory of Performance and Imagination. Sage Publications.

Ağırseven, N. et Örki, A. (2017). Evaluating Turkish TV Series as Soft Power Instruments. OPUS International Journal of Society Researches, 7(13), 838‑853.

Algan, E. et Kaptan, Y. (2021). Turkey’s TV celebrities as cultural envoys: The role of celebrity diplomacy in nation branding and the pursuit of soft power. Popular Communication, 19(1), 1‑13.

Anaz, N. et Özcan, C. C. (2016). Geography of Turkish Soap Operas: Tourism, Soft Power, and Alternative Narratives. I. Egresi (dir.), Alternative Tourism in Turkey. Role, Potential Development and Sustainability. Springer International Publishing, 247‑258.

Anaz, N. et Purcell, D. E. (2010). Geopolitics of film: Valley of the wolves – Iraq and its reception in Turkey and beyond. Arab World Geographer, 13(1), 34‑49.

Anderson, B. (1983). Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. Verso.

Ang, I. (1985). Watching Dallas: Soap Opera and the Melodramatic Imagination. Methuen.

Appadurai, A. (1996). Modernity at large. Cultural Dimensions of Globalization. University of Minnesota Press.

Blain, N. et O’Donnell, H. (1994). The stars and the flags: Individuality, collective identities and the national dimension in Italia ‘90 and Wimbledon ‘91 and ‘92. R. Giulianotti et J. Williams (dir.), Games Without Frontiers: Football, Identity and Modernity. Routledge, 245-269.

Blumenthal, D. (1997). Women and Soap Opera: A Cultural Feminist Perspective. Praeger.

Brown, M. E. (1994). Soap Opera And Women’s Talk. The Pleasure of Resistance. Sage Publications.

Brunsdon, C. (2000). The Feminist, the Housewife, and the Soap Opera. Clarendon Press.

Buccianti, A. (2010). Dubbed Turkish soap operas conquering the Arab world: Social liberation or cultural alienation. Arab Media and Society, 10(2), 428.

Buckingham, D. (1987). Public Secrets: EastEnders and its Audience. British Film Institute.

Burke, P. (1992). We, the People: Popular Culture and Popular Identity in Modern Europe. S. Lash et J. Friedman (dir.), Modernity and Identity. Blackwell.

Castello, E. (2007). The Production of Television Fiction and Nation Building. The Catalan Case. European Journal of Communication, 22(1), 4968.

Cervulle, M. (2013). Identités et Cultures. 2. Politiques des Différences. Éditions Amsterdam.

Condit, C. M. (1994). The Rhetorical Limits of Polysemy. H. Newcomb (dir.), Television: The Critical View. Oxford University Press, 436-447.

Connell, R. (1995). Masculinities. University of California Press.

Constantinou, C. et Tziarras, Z. (2018). TV Series in Turkish Foreign Policy: Aspects of Hegemony and Resistance. New Middle Eastern Studies, 8(1), 23‑41.

Couroucli, M. (2003). Génos, ethnos. Nation et État-nation. Ateliers, 26, 287-299.

Couroucli, M. (2002). Le nationalisme de l’État en Grèce. A. Dieckhoff et R. Kastoriano (dir.), Nationalismes en mutation en Méditerranée Orientale. CNRS Éditions, 41-59.

DaSilva, F. B., et Faught, J. (1982). Nostalgia: A sphere and process of contemporary ideology. Qualitative Sociology, 5(1), 47-61.

Davis, F. (1979). Yearning for Yesterday: A Sociology of Nostalgia. Free Press.

Delisle, J. (2005). “For king and country”: Nostalgia, war, and Canada’s tomb of the Unknown Soldier. The Dalhousie Review, 85(1), 15-32.

Dhoest, A. (2004). Negotiating Images of the Nation: The Production of Flemish TV Drama, 1953-89. Media, Culture & Society, 26(3), 393-408.

Dhoest, A. (2001a). Peasants in Clogs: Imagining Flanders in Television Fiction. Studies in Popular Culture, 23(3), 11-24.

Dhoest, A. (2001b). National Identity as Normality: Representation and Typing in Flemish Television Fiction. InterSections: The Journal of Global Communications and Culture, 1(2), 15-26.

Diamantouros, P. N. (1994). Cultural dualism and political change in Greece after the end of the dictatorship. Instituto Juan March de estudios y investigaciones.

Edensor, T. (2002). National Identity, Popular Culture and Everyday Life. Berg.

Feischmidt, M. et Pulay, G. (2017). “Rocking the nation”: The popular culture of neo-nationalism. Nations and Nationalism, 23(2), 309-326.

Fiske, J. (1987). Television Culture. Methuen.

Gabriel, Y. (1993). Organizational nostalgia: Reflections on the golden age. S. Fineman (dir.), Emotion in Organizations. Sage Publications, 118-141.

Geraghty, C. (1991). Women and Soap Opera: A Study of Prime-Time Soaps. Polity Press.

Goffman, E. (1959). The Presentation of Self in Everyday Life. Doubleday.

Hall, S. (1996). Introduction. Who needs “identity”? S. Hall et P. Du Gay (dir.), Questions of Cultural Identity. Sage Publications, 1-17.

Hall, S. (1990). Cultural Identity and Diaspora. J. Rutherford (dir.), Identity: Community, Culture, Difference. Lawrence & Wishart, 222-237.

Heraclides, A. (2010). The Greek-Turkish conflict in the Aegean. Imagined Enemies. New Perspectives on South-East Europe Series. Palgrave Macmillan.

Herzfeld, M. (1997). Cultural Intimacy. Social Poetics and the Real Life of States, Societies, and Institutions. Routledge.

Herzfeld, M. (1982). Ours once more: Folklore, ideology and the making of modern Greece. Texas University Press.

Hobson, D. (2003). Soap Opera. Polity Press.

Horvath, G. (2018). Faces of nostalgia. Restorative and reflective nostalgia in the fine arts. Jednak Książki. Gdańskie Czasopismo Humanistyczne, 9, 145-156.

Karanfil, G. et Kaptan, Y. (2013). Turkey, the Middle East and the Media Special Section. International Journal of Communication, 7, 2419‑2423.

Karlıdağ, S. et Bulut, S. (2014). The Transnational Spread Of Turkish Televısıon Soap Operas. İstanbul Üniversitesi İletişim Fakültesi Dergisi, 2, 75‑96.

Kaynak, M. S. (2015). Noor and Friends: Turkish Culture in the World. S. B. Çevik et P. Seib (dir.), Turkey’s Public Diplomacy. Palgrave Macmillan, 233‑253.

Larochelle, D. L., (2022). Transnational melodramas and gendered resistance. The reception of Turkish soap operas by women in Greece. Sociologia della Comunicazione, 63 (1), 76-93.

Larochelle, D. L. (2021a). Le soft power à l’épreuve de la réception. Le cas des fictions sérielles turques en Grèce. Réseaux, 226-227, 209-234.

Larochelle, D. L. (2021b). “They’re not that much different after all…”. The reception of Turkish soap-operas by Greeks: between otherness and proximity. P. Aslan (dir.), Transnationalization of Turkish Television Series. Istanbul University Press, 67-81.

Larochelle, D. L. (2020). Les pratiques numériques des femmes fans des feuilletons télévisés turcs en Grèce : entre plaisir coupable et résistance. Recherches féministes, 33(1), 111-134.

Larochelle, D. L. (2019). “Brad Pitt Halal” and the Hybrid Woman: Gender Representations and Religion through Turkish Soap Operas. ESSACHESS, 12(2), 61-78.

Larochelle, D. L. (2017). The theatricalization of the patriarchate’s power through Turkish television serials: the legitimation of rape. Open Journal for Sociological Studies, 1(2), 65-72.

MacKenzie, M. (2012). Female Soldiers in Sierra Leone: Sex, Power and Post-conflict Development. New York University Press.

MacKenzie, M. et Foster. A. (2017). Masculinity nostalgia: How war and occupation inspire a yearning for gender order. Security Dialogue, 48(3), 206-223.

Mankekar, P. (2002). National Texts and Gendered Lives: An Ethnography of Television Viewers in a North Indian City. K. Askew et R. R. Wilk (dir.), The Anthropology of the Media: A Reader. Blackwell, 299-322.

Mankekar, P. (1999). Screening Culture, Viewing Politics. An Ethnography of Television, Womanhood, and Nation in Postcolonial India. Duke University Press.

Martin, D.-C. (1995). The choices of identity. Social Identities. Journal for the Study of Race, Nation and Culture, 1(1), 5-20.

Millas, H. (2004). National Perception of the “Other” and the Persistence of Some Images. M. Aydin et K. Ifantis (dir.), Turkish-Greek Relations. The Security Dilemma in the Aegean. Routledge, 53-66.

Millas, H. (2001). Images des Grecs et des Turcs. Manuels scolaires, historiographie, littérature et stéréotypes nationaux. Alexandreia (en grec).

Morley, D. (1992). Television, Audiences and Cultural Studies. Routledge.

Newcomb, H. (1997). National Identity/National Industry: Television in the New Media Contexts. G. Bechelloni et M. Buonanno (dir.), Television Fiction and Identities: America, Europe, Nations. Ipermedium.

Niemeyer, K. (2022). Nostalgia and Media. Media Philosophy and Nostalgising in Times of Crisis. M. H. Jacobsen (dir.), Intimations of Nostalgia: Multidisciplinary Explorations of an Enduring Emotion. Bristol University Press, 152-170.

Olson, S. R. (2000). The globalization of Hollywood. International Journal on World Peace, 17(4), 317.

Pagoulatos, G., et Yataganas, X. A. (2010). Europe Othered, Europe Enlisted, Europe Possesed : Greek Public Intellectuals and the European Union. K. Nicolaïdis et J. Lacroix (dir.), European Stories, Intellectual debates on Europe in National Contexts. Oxford University Press, 183-202.

Pantzou, P. (2009). UNESCO’s World Heritage Sites as landmarks of identity in the Balkans: Global reflections-local/national perceptions. PhD Thesis, University of Southampton, Department of Archaeology.

Porto, M. (2011). Telenovelas and representations of national identity in Brazil. Media, Culture & Society, 33(1), 53-69.

Price, M. E. (1995). Television, the Public Sphere and National Identity. Clarendon Press.

Ritivoi, A. D. (2002). Yesterday’s Self : Nostalgia and the Immigrant Identity. Rowman & Littlefield.

Said, E. (1978). Orientalism. Pantheon Books.

Salamandra, C. (2012). The Muhannad Effect: Media Panic, Melodrama, and the Arab Female Gaze. Anthropological Quarterly, 85(1), 45‑77.

Schrøder, K. C. (2000). Making sense of audience discourses: Towards a multidimensional model of mass media reception. European Journal of Cultural Studies, 3(2), 233-258.

Tannock, S. (1995). Nostalgia Critique. Cultural Studies, 9(3), 453-464.

Theodossopoulos, D. (2006). Introduction: The “Turks” in the Imagination of the “Greeks”. South European Society & Politics, 11(1), 1‑32.

Tutal-Cheviron, N., et Çam, A. (2017). La vision turque du « soft-power » et l’instrumentalisation de la culture. D. Marchetti (dir.), La circulation des productions culturelles. Cinémas, informations et séries télévisées dans les mondes arabes et musulmans. Centre Jacques-Berque, 125‑147.

Tziovas, D. (2017). From junta to crisis: Modernization, consumerism and cultural dualisms in Greece. Byzantine and Modern Greek Studies, 41(2), 278-299.

Van den Bulck, H. (2001). Public Service Television and National Identity as a Project of Modernity: The Example of Flemish Television. Media, Culture & Society, 23(1), 5369.

Vitrinel, E. (2019). Forced Politicization of Television Celebrities in Turkey. Journal of Balkan and Near Eastern Studies, 21(2), 222‑233.

Werman, D. S. (1977). Normal and pathological nostalgia. Journal of the American Psychoanalytic Association, 25(2), 387-398.

Williams, R. (1977). Marxism and literature. Oxford University Press.

Wilson, J. L. (2005). Nostalgia: Sanctuary of Meaning. Bucknell University Press.

Wilson, J. L. (1999). Nostalgic narratives: An exploration of Black nostalgia for the 1950s. Narrative Inquiry, 9, 303-325.

Yanık, L. K. (2009). Valley of the Wolves-Iraq: Anti-geopolitics Alla Turca. Middle East Journal of Culture and Communication, 2(1), 2‑18.

Yörük, Z. et Vatikiotis, P. (2013). Soft Power or Illusion of Hegemony: The Case of the Turkish Soap Opera “Colonialism”. International Journal of Communication, 7, 2361‑2385.

Haut de page

Notes

1 Pour Alexander Dhoest (2004), les feuilletons télévisés constituent une catégorie de programme télévisé particulière parce que non seulement ils occupent une position importante dans la zone prime time mais également parce qu’ils sont considérés comme des narrateurs importants des mythes au sein de la société contemporaine.

2 Communautés.

3 Celui des orthodoxes, des Arméniens, des catholiques, des Juifs et des protestants.

4 Nation des Romains.

5 Ellas Ellinon Christianon (en grec : Ελλάς Ελλήνων Χριστιανών).

6 Notre recherche est inspirée des travaux en Cultural Studies, un champ d’études transdisciplinaire, centré sur l’analyse des identités et des rapports de pouvoir dans la culture.

7 Les femmes représentent la quasi-totalité des personnes interviewées (on ne compte que 3 hommes). Cette sur-représentation des femmes est cohérente avec ce que la littérature nous apprend de la caractérisation « féminine » des fictions sérielles, qu’il s’agisse de choix de sujets, de type de narration ou de profil des publics (Ang, 1985 ; Geraghty, 1991 ; Brown, 1994 ; Blumenthal, 1997 ; Brunsdon, 2000 ; Hobson, 2003).

8 Le recours à la méthode du questionnaire a été privilégié afin d’établir une image plus représentative de l’ampleur de certaines pratiques menées par les fans des fictions sérielles turques et pour mesurer à grande échelle les éléments démographiques suivants : âge, sexe, origine. Les réponses recueillies confirment que certains traits qui caractérisent l’échantillon étudié lors de notre enquête qualitative (p. ex. sur-représentation des femmes) sont valables pour l’ensemble de la population parente.

9 Notre étude s’est focalisée sur les représentations des rapports de genre et des classes sociales.

10 Sur ce point, il convient de préciser que les chaînes télévisées grecques ont diffusé plus de cinquante feuilletons turcs. Ainsi, étant donné que notre étude porte notamment sur la réception des fictions sérielles turques par les publics grecs et afin de pouvoir délimiter notre échantillon, nous avons choisi d’étudier les séries préférées des personnes qui ont participé à notre étude qualitative. Toutefois, de manière complémentaire, nous avons également analysé d’autres feuilletons afin d’avoir un aperçu général des représentations véhiculées par les fictions sérielles qui ont été diffusées par les chaînes télévisées en Grèce.

11 Étant donné que notre objectif à travers cet article est de présenter nos résultats concernant la réception de ces feuilletons par les publics grecs, nous ne pouvons pas procéder à une présentation exhaustive des représentations véhiculées par les feuilletons objets de notre étude. D’autres articles offrent un aperçu plus détaillé des représentations véhiculées par les feuilletons (Larochelle, 2017 ; 2019).

12 Afin de préserver l’anonymat de nos interviewés, tous les prénoms mentionnés dans cet article sont des pseudonymes.

13 Sur ce point, il convient de préciser que l’intérêt des publics grecs pour les feuilletons turcs n’est pas seulement dû au besoin de négociation identitaire qui s’opère pendant la période de crise économique en Grèce. D’autres éléments tels que la proximité culturelle ou la représentation de l’amour romantique expliquent aussi le grand succès des feuilletons turcs auprès de publics grecs (Larochelle, 2020 ; 2021a ; 2021b, 2022).

14 L’association de l’Orient avec le monde arriéré et traditionnel est le produit des sociétés occidentales qui se sont auto-définies comme étant l’Autre de l’Orient (moderne et progressif) (Said, 1978).

15 Sur ce point, nous considérons important de souligner que la tendance anti-occidentale et le réengagement avec la culture du Romios ne signifie pas, bien entendu, le refus de l’héritage hellénique mais de la culture anti-orientale « officielle » qui fut imposée aux classes populaires par les élites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dimitra Laurence Larochelle, « Identité culturelle, culture populaire et résistance : la réception des feuilletons turcs par les publics grecs »Études de communication, 59 | 2022, 77-104.

Référence électronique

Dimitra Laurence Larochelle, « Identité culturelle, culture populaire et résistance : la réception des feuilletons turcs par les publics grecs »Études de communication [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/edc/15177 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.15177

Haut de page

Auteur

Dimitra Laurence Larochelle

IRMÉCCEN – Institut de recherche Médias, Cultures, Communication et Numérique, Université Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search