Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59DossierApproches culturelles et identita...L’appropriation des thèmes du fém...

Dossier
Approches culturelles et identitaires

L’appropriation des thèmes du féminisme intersectionnel par la production et par les fans de la série animée Miraculous : Les Aventures de Ladybug et Chat Noir

Appropriation of intersectional feminist themes by production teams and fans: The case of the animated series Miraculous: Tales of Ladybug & Cat Noir
Mélanie Lallet, Émilie Marolleau et Kaja Skowrońska
p. 105-122

Résumés

Issu d’un projet de recherche collectif portant sur le travail des représentations par la production et par les fans de la série animée Miraculous : Les Aventures de Ladybug et Chat Noir (2015-…, TF1), le présent article étudie la manière dont les professionnel·les et les publics d’une série se saisissent des thèmes du féminisme intersectionnel. Sur la base d’entretiens et d’analyses des fanvids et fanfictions, ce travail examine les tentatives de déconstruction d’un certain nombre de normes et de rapports de pouvoir, tant de la part des créateur·rices que dans les productions de fans et leurs échanges avec l’équipe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le projet Miraculous (2020-2023), plus précisément intitulé « Le travail des représentations dans u (...)
  • 2 Vidéos réalisées par les fans.

1Issu d’un projet1 qui étudie le travail des représentations par la production et par les fans de Miraculous : Les Aventures de Ladybug et Chat Noir (2015-…, TF1), cet article interroge l’appropriation des thèmes du féminisme intersectionnel par l’équipe créative et le fandom de la série. Il s’appuie sur un corpus mixte, composé d’entretiens (avec l’équipe et les fans) et de créations de fans en France et à l’international (fanfictions et fanvids2). La réception dont il est question est double : d’une part celle de concepts issus du féminisme contemporain observable dans l’univers de Miraculous ; et d’autre part, la réception des représentations de la série par son équipe ainsi que leur renégociation par les fans dans leurs créations.

2Miraculous est une production franco-coréo-japonaise créée par Thomas Astruc, qui connaît une diffusion internationale via Disney Channel et a intégré le catalogue Netflix. S’adressant aux enfants âgés de 4 à 10 ans, la série a dès le départ fédéré un fandom plus âgé en France et à l’international, sur lequel nous nous focalisons. Ses héroïnes, Marinette Dupain-Cheng et Adrien Agreste, sont au collège. Dans chaque épisode, ils se transforment en Ladybug et Chat Noir, pour protéger Paris des attaques de leur antagoniste Papillon.

  • 3 Lesbiennes, Gays, Bi, Trans, Queer, etc.
  • 4 Voir par exemple la fanfiction Juleka x rose (en anglais sur le site Wattpad), écrite par Le-demon (...)
  • 5 Terme utilisé pour désigner les variations neurologiques de l’espèce humaine et différentes conditi (...)
  • 6 Le terme woke (vigilant, éveillé), issu du militantisme anti-raciste états-unien, renvoie à la lutt (...)

3L’originalité de la série réside notamment dans son traitement des identités de genre et de sexualité. Si la majorité des épisodes se focalise sur l’histoire d’amour latente liant les personnages hétérosexuels du carré central (Marinette-Adrien-Ladybug-Chat Noir), au fil des saisons, on voit apparaître de façon plus ou moins explicite des couples homosexuels parmi leurs camarades de classe (Rose et Juleka ; Marc et Nathaniel). Le dialogue qui s’installe entre les fans et la production (notamment avec Thomas Astruc sur Twitter) permet de faire entrer dans le « canon » ces représentations discrètes des minorités LGBTQ+3, dont les fans se saisissent4. La diversification des identités de genre et sexuelles des personnages émerge aux côtés d’autres thématiques : celle des représentations ethnoraciales, du handicap et de la maladie chronique, de la neurodiversité5 ou encore des réflexions antispécistes. Ensemble, elles dessinent un féminisme polymorphe, apparenté à d’autres catégories observables dans les milieux militants de l’animation telles que la notion de « wokisme6 ».

4Dans une première partie, nous reviendrons sur l’appropriation grand public du féminisme intersectionnel et la façon dont nous avons constitué un corpus permettant d’observer sa diffusion dans l’univers de Miraculous. Nous verrons ensuite que les approfondissements du concept d’intersectionnalité – qui défendent une conception articulée des rapports de pouvoir (Dorlin, 2009), insistant sur la façon dont les rapports de genre, de classe, de race etc. s’imbriquent les uns dans les autres – se distinguent quelque peu de la vision privilégiée par la production et par les fans de la série. Ceux-ci réfléchissent davantage à l’inclusion de tous les groupes minorisés en les additionnant, à l’image de l’appropriation grand public du concept originellement développé par Kimberlé Crenshaw (Crenshaw, 1994/2005). Pour finir, nous montrerons que ces tentatives d’intégration des thèmes du féminisme intersectionnel se heurtent à des contraintes fortes du côté de la production, reléguant au second plan cette diversification des modèles de personnages et de relations. En miroir de ces écueils, de nombreuses créations de fans ne se saisissent pas des éléments intersectionnels introduits dans la série : c’est bien ici sur des objets minoritaires que nous portons notre attention.

1. La conception grand public du féminisme intersectionnel dans Miraculous

1.1. Retour sur l’intersectionnalité

5Notre recherche prend le féminisme pour approche et pour objet. Dans la continuité de travaux antérieurs (Lallet, 2014 ; 2020 ; Marolleau, 2014 ; 2015), le projet Miraculous envisage l’univers de la série depuis une perspective féministe déconstructiviste, attentive au rôle joué par les représentations médiatiques dans la circulation et la reconfiguration des normes de genre et de sexualité (Butler, 2005 ; de Lauretis, 2007). Notre approche intègre également les débats portés dans les champs académique et militant autour du concept d’intersectionnalité. Élaboré par Kimberlé W. Crenshaw en 1989, le concept trouve ses origines dans les revendications du Black Feminism états-unien (Crenshaw, 1994/2005 ; hooks, 1984), qui croisent histoire de la sexualité et histoire coloniale. Dans ses développements ultérieurs, le concept invite à prendre en compte l’imbrication de rapports de pouvoir comme le genre, la classe, la race ou le handicap (Dorlin, 2009). Des concepts apparentés, tels que la consubstantialité (Kergoat, 2009) ou l’articulation (Cervulle et al., 2016) ont permis d’introduire des éléments de discussion. L’approche consubstantielle insiste davantage sur la constitution mutuelle des rapports sociaux plutôt que sur leur segmentation. L’approche articulée s’intéresse aux relations entre ces rapports, par exemple la façon dont « le genre médiatise la race qui elle-même médiatise la classe » (Cervulle et al., 2016, 27). Outre ces variations de focale et de méthode, ces approches sont toutes porteuses d’une redéfinition des contours du féminisme qui trouve son pendant dans les milieux militants.

  • 7 Cette page arrive en tête des résultats d’une recherche par mots-clés effectuée dans le moteur de r (...)

6Cette interprétation plus grand public du féminisme intersectionnel, moins centrée sur la compréhension articulée des rapports de genre et de race aux origines du concept que sur la prise en compte globale de toutes les luttes, est définie ainsi par la blogueuse Elena sans h (20217) :

  • 8 Préjugés et discriminations visant les personnes en situation de handicap.
  • 9 C’est Elena sans h. qui souligne.

« Un féminisme intersectionnel est un féminisme où toutes les routes se croisent, dans lequel il y a plein d’intersections. Ces intersections représentent toutes les discriminations dont sont victimes les minorités dans notre société. Parmi ces oppressions, on peut citer le racisme, le classicisme [sic], le validisme8, l’âgisme ; ou encore l’oppression due à sa religion ou son orientation sexuelle (liste non exhaustive).
Le féminisme intersectionnel, c’est l’idée de prendre en compte toutes les intersections9. »

  • 10 « Le féminisme n’est pas le féminisme s’il n’est pas intersectionnel. » (notre traduction). C’est n (...)

7Cette vision du féminisme s’observe également dans l’univers de Miraculous. Une création réalisée par une fan sur Picsart le 9 mars 2016 à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, fait ainsi une référence explicite au féminisme intersectionnel. En-dessous de son montage représentant en mosaïque les visages de 8 personnages féminins de la série, agrémenté de la mention « Happy International Women’s Day », l’auteure indique dans son post (reproduit en intégralité ci-dessous) : « Femibism [sic] isn’t feminism if it isn’t intersectional10. »

« HAPPY INTERNATIONAL WOMEN'S DAY EVERYONE 💕 Celebrate the inspiring ladies in your life for being great role models, for being the forefront of the generation, for being there, for being your friends, your mom, aunt, cousin, grandma ( ¯\_(ツ)_/¯ ) and for being someone to celebrate this life with. Remember! Femibism [sic] isn't feminism if it isn't intersectional 😊
#internationalwomensday #miraculous #miraculousladybug #ladybug #marinette #marinettecheng #alya #alyacesaire #alixkubdel #rose #mylene #sabrina #chloebourgeois #juleka #feminism #fandom #edits #aesthetics #pink #fictionalcharacters #whoruntheworld #girls »

8Au-delà des traces de références explicites au féminisme intersectionnel, nous verrons que l’équipe créative comme les fans de Miraculous abordent spontanément les thématiques apparentées à ce courant.

1.2. Un corpus pour articuler production, représentations et réception

9Afin d’explorer le dialogue qui se tisse dans le cadre du travail des représentations de la série, nous avons opéré un « bricolage méthodologique » (Lécossais et Quemener, 2018) permettant d’articuler plusieurs niveaux d’analyse de ce terrain médiatique. Des entretiens approfondis ont été menés avec une scénariste, plusieurs storyboardeur·euses et un coréalisateur (7 personnes à ce jour). Deux personnes centrales du fandom français ont également été interrogées (une auteure de fanfictions LGBTQ+ et une YouTubeuse). Il s’agit d’un travail en cours, qui envisage à terme d’interroger une dizaine de personnes du côté de la production et une dizaine de fans en France et à l’international. Concernant les productions de fans, les résultats présentés dans cet article s’appuient sur un corpus d’exemplification composé de fanvids sur YouTube et de fanfictions sur Wattpad, dont l’orientation thématique correspond à une volonté de prendre en compte différents groupes minorisés.

  • 11 Une vidéo en français (chaîne française) et trois vidéos avec une chanson en anglais (chaîne russe  (...)
  • 12 Chiffres réalisés par Sophie Bonadè le 6 novembre 2020.

10Plus précisément, 4 vidéos sont analysées ici, toutes issues de pays différents11 ; 1 fanfiction en anglais, 2 fanfictions en français et 6 fanfictions en polonais. Le choix d’investiguer le contexte polonais est intervenu de manière inductive à la suite d’une étude quantitative réalisée sur Wattpad. De façon non surprenante, l’anglais (88 900 fictions12) et l’espagnol (33 601) sont très représentées parmi les langues des fictions figurant sur le site. En revanche, nous avons été surpris·es par l’activité des fans polonais, avec 14 500 fictions Miraculous dans cette langue – ce qui en fait la troisième la plus représentée, largement devant les fictions en français (3 300 œuvres). C’est pourquoi nous avons intégré dans l’équipe une chercheuse polonaise chargée de mener à bien l’étude de ces fictions, en les rapportant au contexte polonais où les questions féministes sont fort débattues.

  • 13 Parmi les fanfictions en français centrées sur des couples analysées les 2 et 6 décembre 2020 sur A (...)

11Dans son ensemble, le projet Miraculous étudie plus généralement les différents types de vidéos réalisées par des fans sur YouTube. Il prend également en compte l’étude des fanfictions en anglais et en français, sur les sites Wattpad, AO3 et Fanfiction.net. Ainsi, une étude quantitative des couples représentés dans les fanfictions sur ces trois sites en français et en anglais permet de rappeler que les fanfictions LGBTQ+ sur lesquelles nous mettons l’accent dans nos analyses qualitatives sont minoritaires, comparativement aux fanfictions qui mettent en scène des couples hétérosexuels13. Pour autant, ces phénomènes marginaux se déploient à de multiples niveaux qui en augmentent la portée (national-international ; production-réception).

2. L’appropriation des thématiques intersectionnelles par la production et par les fans

2.1. La défense de représentations additionnelles des minorités

12À l’image du feuilleton Plus belle la vie, dont le processus de fabrication a été décrit par Muriel Mille (2016), les dessins animés reposent sur une division entre des auteur·es-scénaristes qui écrivent les histoires, et des réalisateur·ices qui jouent le rôle de technicien·nes supervisant leur mise en image. Les processus d’écriture et d’animation sont soumis à différentes étapes de validation au cours desquelles les instances de la diffusion et de la production interviennent sur les contenus. Si l’analyse des entretiens avec les professionnel·les confirme la présence des thèmes du féminisme intersectionnel dans les intentions des auteur·es de Miraculous, elle montre aussi que leur présence à l’écran a été limitée par les contraintes fixées par les chaînes et la production.

  • 14 Les prénoms ont été changés, sauf dans le cas de prises de position publiques.

13Émilie14 (scénariste sur Miraculous), rencontrée une première fois en 2016 dans le cadre de l’association Les Femmes s’Animent (qui défend la place des femmes dans l’animation), avait évoqué la stratégie en « couches d’oignon » des auteur·es pour pousser de plus en plus loin les représentations de genre et de sexualité alternatives au fil des saisons. Lors de la table ronde du 12 avril 2016 sur « Les stéréotypes au féminin » organisée par cette même association, le réalisateur Thomas Astruc avait indiqué publiquement entretenir un dialogue avec ses fans à ce sujet, pour les aider à repérer des éléments restés implicites dans la série, expliquant : « Il y a des personnages LGBT dans Miraculous, c’est juste que vous ne les avez pas vus. » Lors de notre entretien du 4 février 2021, Emma (storyboardeuse) dira à ce sujet : « Oui je pense qu’il y a eu un moment où la série a été de plus en plus explicite […] Et les annonces de Thomas ou Wil [coréalisateur] sur les réseaux ont permis de lever l’ambiguïté là où y avait encore des doutes. » Le dialogue qui s’installe entre l’équipe et les fans est donc à même de favoriser les interprétations allant dans le sens des représentations alternatives introduites dans la série.

14Dans notre entretien du 11 juin 2021, Émilie passe en revue spontanément l’ensemble des enjeux que l’on rencontre dans le vocabulaire intersectionnel. Elle évoque tour à tour ses fiertés et ses frustrations concernant les représentations de genre, de sexualité, de la neurodiversité, du handicap et de la maladie, ou encore des non-humains dans la série :

  • 15 Le nom du personnage a été masqué.

« T’as des couples où on a dû être des vrais ninjas, par exemple Marc Anciel et Nath, qui font officiellement de la "bande dessinée" ensemble. […] Et on les a toujours mis à l’écran comme un couple en fait. Et c’est pareil pour Rose et Juleka.
[…]
La représentation des genres on a vraiment fait ce qu’on a pu. Tu vois par exemple on voulait qu’Alix soit non binaire, ça se voit un peu à l’image mais on peut pas le dire en fait.
[…]
On aurait voulu qu’un des personnages principaux devienne handicapé. Et c’est un truc qu’on a pas encore réussi à faire, c’est dommage.
[…]
Après on parle de certains atypismes, par exemple, Max est plutôt considéré comme neuroatypique, il a un profil un peu autistique. Juleka aussi est neuroatypique.
[…]
On a réussi à parler de la maladie assez grave avec un autre personnage15. »

  • 16 Voir la vidéo d’Octo Lady (2021).

15Elle poursuit au sujet des sentimonstres, personnages doués de sentiments invoqués par Mayura (assistante de Papillon), qui a le pouvoir de les faire disparaître comme ils sont venus : « Nous ce qu’on a raconté dans cet épisode en fait c’est un épisode antispéciste. C’est pour dire : "Y a pas de différence entre les sentimonstres et les êtres humains". » Cette thématique antispéciste proche du concept de cyborg harawayen (Haraway, 2007) – qui interroge l’opposition binaire humains/non-humains – a trouvé un certain écho auprès des fans, notamment dans le cadre d’une théorie développée par la YouTubeuse Octo Lady16. Faisant converger les indices, elle aboutit à la conclusion qu’Adrien, héros de la série, est un sentimonstre – ce qui porte au premier plan le sous-texte antispéciste.

16D’autres professionnel·les comme Nicolas (storyboarder et ponctuellement coréalisateur) – initié par sa compagne racisée aux thématiques anti-racistes – et Nathalie (storyboardeuse ayant des origines chinoises), expriment leur satisfaction vis-à-vis de la diversité ethnoraciale représentée dans la série. Nathalie, qui a rejoint l’équipe de la série parce qu’elle en était fan, indique ainsi dans notre entretien du 4 février 2021 qu’elle est heureuse de voir enfin des visages avec différentes couleurs de peau et une série animée française représenter une classe « telles qu’elles sont réellement ».

17D’une manière générale, le travail des représentations par l’équipe comme leur appropriation par les fans adoptent une vision additionnelle des luttes, et donnent rarement à voir l’expérience des personnes situées au croisement de plusieurs rapports de pouvoir – comme le font le Black Feminism aux origines du concept d’intersectionnalité (hooks, 1984) ; ou encore les (Queer) Feminist Disability Studies, qui s’intéressent au croisement des rapports de genre et de handicap (Garland-Thompson, 2004 ; McRuer, 2006). Lors des entretiens, les membres de l’équipe abordent les différents rapports de pouvoir les uns après les autres (genre, sexualité, classe, race, handicap, maladie chronique, neurodiversité, antispécisme etc.). À l’image d’Émilie, ils énumèrent comment l’œuvre dans son ensemble aborde ces différentes thématiques, par la présence de personnages appartenant à un ou plusieurs groupes minorisés. Cette vision certes cumulative des rapports de pouvoir place plusieurs personnages à leur intersection : Marinette est une jeune femme d’origine franco-chinoise ; Juleka est lesbienne et neuroatypique ; Max est neuroatypique et noir ; Nathaniel est non binaire et gay ; Alya est une jeune femme d’origine martiniquaise, etc. Pour autant, les implications de cette imbrication ne sont que rarement abordées et ces appartenances multiples ne sont pas toujours explicites dans la série. Les enquêté·es qui ont le positionnement féministe anti-raciste le plus affirmé pointent d’ailleurs cet écueil, comme nous le verrons par la suite.

  • 17 Voir Ilaria Channel (2020). Nous avons également observé cela dans la vidéo de RyuBold (2018), supp (...)

18Cette vision cumulative se retrouve dans les créations de fans. Dans les fanvids mettant en scène les personnages de Miraculous, on peut ainsi voir des montages reprenant des visuels existants, où une compilation de personnages représentent chacun une forme d’oppression (à travers les personnages racisés comme Alya Césaire et sa sœur Nora, ou les personnages LGBTQ+ comme Rose, Juleka, Marc et Nathaniel17).

2.2. Des créations de fans qui poussent plus loin cette logique

19Les fans désirant voir des personnages minorisés sont attentifs à la moindre image ou allusion. Leur lecture montre une fascination pour les représentations existantes et une frustration causée par leur rareté ou leurs imperfections (Jenkins, 2006). Ainsi, les créateur·ices de fanvids sur YouTube fabriquent des montages à partir des images existantes, en se focalisant sur des personnages secondaires. Ce sont généralement les relations amoureuses qui sont au centre de l’intrigue, et les fans expriment leurs préférences pour leurs couples favoris (ships). On trouve ainsi un nombre conséquent de créations autour de couples non-hétérosexuels formés par des personnages secondaires, comme Rose, Juleka, Marc et Nathaniel.

  • 18 The Virtual Celebrity (2018).

20Par exemple, The Virtual Celebrity a créé une vid mettant en scène la relation entre Marc et Nathaniel18. Dans la description de sa vidéo sur YouTube, elle mentionne ses difficultés liées au manque de scènes où ils sont montrés ensemble. Sa vid répète les mêmes visuels et parvient à raconter leur histoire d’amour grâce aux paroles de la chanson de Taylor Swift. Ce qui était relégué au sous-texte devient alors manifeste.

  • 19 Les_petites_tchoins (2019).

21Certaines fanfictions explorent aussi les vécus de groupes minorisés, en particulier les personnes LGBTQ+. Le couple formé par Marc et Nathaniel est au centre de plusieurs œuvres en français sur Wattpad, que l’on peut trouver facilement grâce à une recherche avec le tag « Marcaniel » (nom donné à ce ship par les fans). Une auteure, Nathanciel (2019), adopte un pseudonyme qui reprend le nom des personnages et développe cette romance en 66 chapitres. Une autre fanfiction prend pour titre : Parce qu’il n’y a pas assez de Marcaniel en français 😋19, ce qui montre à la fois l’appétence de certains fans pour ce couple et son caractère relativement circonscrit.

  • 20 Un très bon exemple en est fourni par la fanfiction TRICK OR GAY où deux couples de personnages fêt (...)
  • 21 Dans une fanfiction de tw0j4_st4r4 (2019), le père d’Adrien, peu sympathique dans la série, réagiss (...)
  • 22 Shyvvie (2019).
  • 23 CeChatBlanc(2021).
  • 24 Dans l’introduction d’un de ses chapitres, Sinxah fait explicitement référence au décalage entre le (...)

22Dans les fanfictions polonophones, le cadre français de la série apparaît souvent comme un espace de liberté, où les relations non-hétérosexuelles peuvent se construire sans entraves. On note dans cette catégorie une large représentation de textes appartenant au registre fluffy – qui désigne dans le vocabulaire de la fanfiction un récit cherchant à provoquer l'attendrissement du public tout en limitant les conflits20. Si des thèmes difficiles sont abordés, comme les coming out, les épreuves sont rapidement surmontées21. Un traitement différent est réservé à certains couples féminins, en particulier celui de Marinette et de Chloé (rivales dans la série). Dans ce cas, l’animosité entre les personnages offre l’occasion aux auteur·es des fanfictions d’explorer des sujets plus difficiles. Les mauvais traitements que Chloé fait subir à l’héroïne sont par exemple interprétés comme la conséquence d’un manque d’acceptation de soi22. C’est dans ces fictions-là qu’apparaît le plus clairement un décalage entre la réalité du contexte français et sa lecture par les auteur·es polonais·es : les réactions de l’entourage des personnages sont marquées par une homophobie très explicite, exprimée dans un vocabulaire peu présent dans le débat public français. Enfin, on trouve ponctuellement des récits centrés sur d’autres thèmes tels que des violences sexuelles23 ou l’avortement24 – un résultat très fort dans le contexte de la limitation croissante des droits reproductifs en Pologne. L’univers de Miraculous peut ainsi constituer pour les fans un cadre permettant aussi bien d’échapper aux réalités oppressantes d’un contexte national que d’en refléter certains aspects.

3. Un cadrage hétéronormatif et un « white-passing » persistant

3.1. La frustration des créateur·rices liée aux imperfections des représentations proposées

23En dépit du consensus observé au sein de l’équipe autour des thèmes du féminisme intersectionnel, Émilie (scénariste), indique que les auteur·es ont dû faire appel à la stratégie de « l’écriture quantique », qu’elle décrit comme un art de jouer sur l’ambiguïté, pour faire accepter certaines représentations aux instances de la production et de la diffusion. Si bien que les storyboardeuses interrogées (pour certaines militantes LGBTQ+) estiment que les représentations de genre et de sexualité alternatives étaient absentes des dialogues, leur laissant peu de marge de manœuvre pour les mettre en scène autrement qu’à l’arrière-plan. Lucie (assistante board puis storyboardeuse) indique lors de notre entretien du 15 octobre 2020 : « Oui c’est là… en grande partie parce que y a eu nous la team d’assistantes lobby LGBT (rires) qui mettons dans les coins Rose et Juleka qui se font des câlins, mais si on n’avait pas été là ça n’est pas dans les scripts. »

  • 25 Le terme white-passing désigne ici la capacité d’un personnage racisé à être perçu comme blanc. D’u (...)

24Le personnage de Chloé Bourgeois, rivale blonde à la féminité exacerbée de l’héroïne fondée sur l’archétype de la « fille à papa », déçoit une partie de l’équipe et du fandom, qui aurait voulu lui donner un « arc de rédemption » (selon les mots de Lucie). Plusieurs membres de l’équipe déplorent également la dimension « white-passing25 » (selon les termes de Nicolas, storyboarder) des personnages principaux. Ils soulignent que les origines chinoises de Marinette Dupain-Cheng ne sont pas visibles dans son design de jeune fille au teint clair et aux yeux bleus, tandis que les cultures chinoise et japonaise font l’objet d’un traitement caricatural. Lucie énonce ainsi au sujet de Kagami, une camarade de classe des héros : « Je sais pas t’as aussi Kagami qui est japonaise, et du coup sa famille c’est très samouraï et honneur du samouraï, il faut être comme ci comme ça… et à chaque fois qu’elle apparaît y a une petite musique au koto ! (rire gêné) Oui… bon… est-ce qu’on est obligé de faire ça ? »

25Le résultat ambivalent de la série, caractéristique des productions grand public (Burch, 2000 ; Fiske, 1987), fait l’objet de discussions dans le monde de l’animation audiovisuelle française. Lors de notre entretien du 9 février 2022, Nicolas mentionne ainsi les débats du groupe Facebook « Je bosse dans le dessin animé et le jeu vidéo », autour du rapport réalisé par l’association Les Intervalles sur les représentations genrées et raciales dans les séries animées françaises entre 2010 et 2020. Dans ce rapport rédigé par Claire Lefranc, Miraculous est mentionnée à la fois comme l’une des rares séries où l’on trouve des personnages queer, mais aussi critiquée pour la présence de stéréotypes (Lefranc, 2020) :

« Dans son rapport sur les dessins animés, elle parlait des personnages racisés un peu caricaturaux dans les séries comme Maître Fu dans Ladybug. Et donc après cette discussion-là dans le groupe comme j’ai Thomas Astruc en ami moi je lui ai dit : " Mais je suis désolé, j’ai travaillé avec toi et j’ai vu les efforts que vous avez faits, mais après j’ai regardé la série avec mes filles… Maître Fu y a des éléments de son personnage qui le développent un petit peu, mais il reste vraiment proche d’une caricature." »

26Ces observations en demi-teinte se retrouvent du côté des productions de fans, qui peuvent faire le choix de pousser plus loin des représentations restées implicites ou bien de les effacer encore davantage.

3.2. Une diversification des modèles limitée côté fans

  • 26 Par exemple, la fanfiction Homemarcaniel par MARCBABI3 (2021) sur Wattpad, mettait en scène deux (...)
  • 27 Une auteure préface sa fiction d’une mise en garde en précisant qu’elle abordera des sujets tabous, (...)
  • 28 MARCBABI3 (2020).

27Les fanfictions qui fournissent un terrain pour l’exploration des identités minorisées ne sont pas majoritaires. Le sujet le plus populaire est la relation entre les deux personnages principaux Marinette/Ladybug-Adrien/Chat Noir. Il existe également une différence de traitement entre les couples homosexuels et hétérosexuels : les récits LGBTQ+ prennent moins souvent une tournure érotique ou conflictuelle, surtout dans les fictions polonophones. Lorsque les personnages LGBTQ+ sont présentés comme adultes, ils sont souvent mariés ou dans une relation stable26. On peut y voir plusieurs écueils : un effacement des aspects non-normatifs des identités LGBTQ+ (Ahmed, 2021) ; une focalisation sur ce qui les rapproche des modèles dominants du couple comme les relations romantiques (concept d’amatonormativité selon Brake (2021)) ou du modèle hétérosexuel (hétéronormativité selon Ingraham (1994)) ; et enfin une tabouisation de la sexualité27. Aux côtés des fanfictions fluffy, plusieurs fictions centrées sur des personnages LGBTQ+ leur confèrent un sort tragique (par exemple, la mort d’un des deux protagonistes28), contribuant de ce fait à dépeindre la relation comme finalement impossible.

  • 29 CeChatBlanc(2021).
  • 30 Sinxah (2021).

28Les rapports sociaux de race sont en général absents des fanfictions polonophones. Lorsque cette question est évoquée, c’est souvent de manière passagère et parfois maladroite vis-à-vis du contexte français, par exemple lorsqu’une auteure qualifie un personnage noir d’Afro-Américain29. Des stéréotypes supplémentaires sont aussi introduits, comme la représentation des femmes noires en tant que figures d’une maternité désordonnée (documentée par Patricia Hill Collins (2004)). Ainsi, une fanfiction transforme le personnage d’Alya en Mama Mambo – une prêtresse vaudou confrontée à une grossesse non désirée qui change ses victimes en bébés30.

  • 31 Le pseudonyme a été changé.

29Au cours de l’entretien réalisé le 20 février 2022 avec Queen Mermaid31 (qui cumule plus de 95 000 abonné·es sur YouTube grâce à ses vidéos Miraculous), la jeune femme nous indique même être assez opposée aux séries qui font de la représentation des minorités un « argument commercial ». Peu convaincue par le personnage de Marc Anciel, elle se détourne de séries dans lesquelles elle estime que le procédé est trop appuyé, ce qu’elle résume en une phrase sarcastique : « Bonjour nous sommes un dessin animé de représentation ! » Elle juge la série Miraculous plutôt bien ajustée à cet égard et ne relève pas les stéréotypes qui avaient pu gêner certains membres de l’équipe ou du fandom.

Conclusion

30La reprise par la production et les fans de la série Miraculous des thèmes du féminisme intersectionnel semble avant tout marquée par l’ambiguïté. Une réelle volonté de représentation des groupes minorisés et d’inclusion d’une diversité d’expériences doit composer avec les contraintes de la production, poussant ainsi les créateur·rices à employer des stratégies comme l’« écriture quantique » (suggérer sans montrer). Ces tensions trouvent leur prolongement dans les productions des fans, qui peuvent aussi bien se saisir des éléments sous-entendus dans la série pour enrichir les représentations (François, 2013), qu’ignorer ces tentatives de diversification.

31Qu’il s’agisse des auteur·es de la série ou des fans, la lecture prédominante des thèmes intersectionnels reste cumulative. Le dialogue entre la production et les fans peut dans une certaine mesure élargir le champ des vécus et identités représentés, mais l’articulation entre différents rapports de pouvoir est peu explorée.

32Ainsi, l’étude du dialogue entre production et fandom de la série Miraculous révèle aussi bien le potentiel de tels échanges à questionner et faire évoluer les représentations dominantes, que la persistance de ces dernières dans le processus de fabrication d’un dessin animé et dans l’imaginaire collectif de ses publics.

Haut de page

Bibliographie

Ahmed, S. (2021). Orientations. Vers une phénoménologie queer. Multitudes, 82(1), 197-203.

Brake, E. (2012). Minimizing Marriage: Marriage, Morality, and the Law. Oxford University Press.

Burch, N. (2000). Double speak. De l'ambiguïté tendancielle du cinéma hollywoodien. Réseaux, 18(99), 99-130.

Butler, J. (2005). Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion. Éditions La découverte.

Cervulle, M., Quemener, N. et Vörös, F. (dir.) (2016). Matérialismes, culture & communication. Tome 2. Cultural Studies, théories féministes et décoloniales. Presses des Mines.

Chamak, B. (2015). Le concept de neurodiversité ou l’éloge de la différence. C. Déchamp-Le Roux et R. Florentina (dir.), Santé mentale : guérison et rétablissement. Regards croisés. John Libbey Eurotext, 41-49.

Collins, P. H. (2004). Black Sexual Politics. African Americans, Gender, and the New Racism. Routledge.

Crenshaw, K. W. (1994/2005). Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur. Cahiers du Genre, 39, 51-82.

de Lauretis, T. (2007). Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg. La Dispute.

Dorlin, E. (2009). Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination. Presses Universitaires de France.

Fiske, J. (1987). Television Culture. Routledge.

François, S. (2013). Les créations dérivées comme modalités de l’engagement des publics médiatiques : le cas des fanfictions sur Internet. Thèse de doctorat, Télécom Paris Tech. https://pastel.archives-ouvertes.fr/tel-01308687/.

Garland-Thomson, R. (2004). Integrating Disability, Transforming Feminist Theory. B. G. Smith et B. Hutchison (dir.). Gendering Disability. Rutgers University Press, 73-106.

Ginsberg, E. K. (1996) (dir.). Passing and the Fictions of Identity. Duke University Press.

Haraway, D. (2007). Manifeste cyborg et autres essais. Anthologie établie par L. Allard, D. Gardey et N. Magnan. Exils.

Elena sans h (2021, 16 mai). Le féminisme intersectionnel, c’est quoi ?. elenasansh.com. http://elenasansh.com/2021/05/16/le-feminisme-intersectionnel-cest-quoi/?fbclid=IwAR1KW5jcQxcWfjM5IYykvmxrAer6OwZph4m6QLiGiJ_QiE0bEAxMdpZ1Mo4.

hooks, bell. (1984). Feminist theory. From margin to center. South End Press.

Ingraham, C. (1994). The Heterosexual Imaginary: Feminist Sociology and Theories of Gender. Sociological Theory, 12(2), 203‑219.

Jenkins, H. (2006). Convergence Culture: Where Old and New Media Collide. NYU Press.

Kergoat, D. (2009). Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux. E. Dorlin (dir.). Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination. Presses Universitaires de France, 111-125.

Lallet, M. (2020). Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés. INA éditions.

Lallet, M. (2014). Il était une fois… le genre. Le féminin dans les séries animées françaises. INA éditions.

Lefranc, C. (2020). Représentations genrées et raciales dans la série animée française (2010-2020). Rapport. Association Les Intervalles. https://lesintervalles496084635.files.wordpress.com/2021/10/representations_genrees_et_raciales_series_animees_2010_2020.pdf.

Lécossais, S. et Quemener, N. (dir.) (2018). En quête d’archives. Bricolages méthodologiques en terrains médiatiques. INA éditions.

Maad, A. (2021, 23 septembre). Qu’est-ce que la pensée woke ? Quatre questions pour comprendre le terme et les débats qui l’entourent. Lemonde.fr. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/09/23/quatre-questions-pour-cerner-les-debats-autour-du-terme-woke_6095681_4355770.html.

Marolleau, É. (2015). Représentation des lesbiennes et autocensure au cinéma : quelle visibilité pour l’homosexualité féminine dans les films de l’ère du Code Hays aux États-Unis (1930-1968) ? Circé. Histoire, Savoirs, Sociétés, 6. http://www.revue-circe.uvsq.fr/representation-des-lesbiennes-et-autocensure-au-cinema-quelle-visibilite-pour-lhomosexualite-feminine-dans-les-films-de-lere-du-code-hays-aux-etats-unis-1930-1968/.

Marolleau, É. (2014). Réappropriation et intertextualité dans la websérie Girltrash. TV/Series, 6. https://journals.openedition.org/tvseries/329.

McRuer, R. (2006). Crip Theory: Cultural Signs of Queerness and Disability. New York University Press.

Mille, M. (2016). Le processus collectif de création d’un feuilleton télévisé. Une division du travail d’auteur. Société Contemporaine, 1(101), 91-114.

Sources primaires

Fanfiction en anglais 

Le-demon (2016). Juleka x rose . Wattpad. https://www.wattpad.com/story/69762579-juleka-x-rose.

Fanfictions en français

Les_petites_tchoins (2019). Parce qu’il n’y a pas assez de Marcaniel en français 😋 . Wattpad. https://www.wattpad.com/story/169228855-parce-qu%27il-n%27y-a-pas-assez-de-marcaniel-en.

Nathanciel (2019). J’ai oublié de te dire je t’aime. Wattpad. https://www.wattpad.com/story/163998931-j%27ai-oubli%C3%A9-de-te-dire-je-t%27aime.

Fanfictions en polonais

CeChatBlanc (2021). Take me there. Wattpad. https://www.wattpad.com/story/263846092-take-me-there-miraculum-18%2B.

MARCBABI3 (2021). Homemarcaniel. Wattpad. Supprimée par l’auteur·e.

MARCBABI3 (2020). 𝑵𝑰𝑬 𝑷Ł𝑨𝑪𝒁❞━ᵐᵃʳᶜᵃᶰᶤᵉˡ‧̍̊. Wattpad. https://www.wattpad.com/story/236029824-%E2%9D%9D%F0%9D%91%B5%F0%9D%91%B0%F0%9D%91%AC-%F0%9D%91%B7%C5%82%F0%9D%91%A8%F0%9D%91%AA%F0%9D%92%81%E2%9D%9E%E2%94%81%E1%B5%90%E1%B5%83%CA%B3%E1%B6%9C%E1%B5%83%E1%B6%B0%E1%B6%A4%E1%B5%89%CB%A1%E2%80%A7%CC%8D%CC%8A.

Shyvvie (2019). theatrum mundi. Wattpad. https://www.wattpad.com/story/166677372-theatrum-mundi-chlo%C3%A9nette-chlo%C3%A9-x-marinette.

Sinxah (2021). Miraculum: Stay with me. Wattpad. https://www.wattpad.com/story/154402459-miraculum-stay-with-me.

MIGHTYCHA0S(2019). TRICK OR GAY. Wattpad. https://www.wattpad.com/story/204601882-%E2%9C%94%EF%B8%8Ftrick-or-gay-marigami-lukadrien.

tw0j4_st4r4 (2019). Lukadrien-„it's okay to be gay”. Wattpad. Supprimée par l’auteur·e.

Fanvids

Ilaria Channel (2020, 19 juin). Juleka x Rose | Rain On Me. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=dVmGctgW2jc.

Octo Lady (chaîne française) (2021, 25 septembre). MIRACULOUS| THEORIE : Adrien le sentimonstre, théorie romancée [PARTIE 3]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=jOE_AEZwDoc.

RyuBold (chaîne chilienne) (2018). AMV Yaoi Miraculous Nathaniel x Marc // I Kissed a Boy song. YouTube. Supprimée par l’auteur·e.

The Virtual Celebrity (2018, 24 octobre). Marc x Nathaniel || Taylor Swift - Red || A Miraculous AMV. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=lxMLTVTW62o.

Haut de page

Notes

1 Le projet Miraculous (2020-2023), plus précisément intitulé « Le travail des représentations dans un dessin animé : une analyse croisée de la production et des fans de Miraculous », est réalisé dans le cadre du Centre Humanités et Sociétés (UCO) et labellisé par le GdR Internet, IA et Société du CIS-CNRS.

2 Vidéos réalisées par les fans.

3 Lesbiennes, Gays, Bi, Trans, Queer, etc.

4 Voir par exemple la fanfiction Juleka x rose (en anglais sur le site Wattpad), écrite par Le-demon (2016), qui reprend le dessin de fanart réalisé par l’illustratrice SamKatDiz, représentant un baiser entre Rose et Juleka. Par souci de lisibilité des notes, les liens des fanfictions et des fanvids sont reportés à la fin de l’article.

5 Terme utilisé pour désigner les variations neurologiques de l’espèce humaine et différentes conditions comme l’autisme ou le TDAH, reconceptualisées en termes de différences et non de pathologies. Voir Chamak (2015).

6 Le terme woke (vigilant, éveillé), issu du militantisme anti-raciste états-unien, renvoie à la lutte contre les discriminations. Il est à relier à celui de Social Justice Warrior, également utilisé en privé par les féministes de l’animation audiovisuelle française (une petite centaine de personnes actives en ligne depuis 2016). Ces terminologies sont en lien avec le féminisme intersectionnel, comme l’explique dans son article Assma Maad (2021).

7 Cette page arrive en tête des résultats d’une recherche par mots-clés effectuée dans le moteur de recherche Google avec les termes « féminisme intersectionnel » (le 25 mai 2022 et le 20 juillet 2022).

8 Préjugés et discriminations visant les personnes en situation de handicap.

9 C’est Elena sans h. qui souligne.

10 « Le féminisme n’est pas le féminisme s’il n’est pas intersectionnel. » (notre traduction). C’est nous qui soulignons. https://picsart.com/i/image-195176521001202.

11 Une vidéo en français (chaîne française) et trois vidéos avec une chanson en anglais (chaîne russe ; chilienne et nigériane).

12 Chiffres réalisés par Sophie Bonadè le 6 novembre 2020.

13 Parmi les fanfictions en français centrées sur des couples analysées les 2 et 6 décembre 2020 sur AO3, Wattpad et Fanfiction.net, les textes consacrés à des relations non-hétérosexuelles représentaient respectivement 28 sur 220 ; 56 sur 3 100 et 9 sur 762. Par comparaison, on comptait sur les mêmes sites respectivement 109, 951 et 125 fictions consacrées au couple des principaux protagonistes. Chiffres réalisés par Sophie Bonadè.

14 Les prénoms ont été changés, sauf dans le cas de prises de position publiques.

15 Le nom du personnage a été masqué.

16 Voir la vidéo d’Octo Lady (2021).

17 Voir Ilaria Channel (2020). Nous avons également observé cela dans la vidéo de RyuBold (2018), supprimée par l’auteur·e.

18 The Virtual Celebrity (2018).

19 Les_petites_tchoins (2019).

20 Un très bon exemple en est fourni par la fanfiction TRICK OR GAY où deux couples de personnages fêtent Halloween ensemble. Voir MIGHTYCHA0S (2019).

21 Dans une fanfiction de tw0j4_st4r4 (2019), le père d’Adrien, peu sympathique dans la série, réagissait au coming out de son fils de manière relativement neutre. Supprimée par l’auteur·e.

22 Shyvvie (2019).

23 CeChatBlanc(2021).

24 Dans l’introduction d’un de ses chapitres, Sinxah fait explicitement référence au décalage entre les deux contextes nationaux. Voir Sinxah (2021).

25 Le terme white-passing désigne ici la capacité d’un personnage racisé à être perçu comme blanc. D’une façon générale, la notion de passing renvoie à la capacité d’une personne à être considérée comme membre d’un groupe social autre que le sien. Voir Ginsberg (1996).

26 Par exemple, la fanfiction Homemarcaniel par MARCBABI3 (2021) sur Wattpad, mettait en scène deux personnages masculins mariés et décrit leur vie quotidienne. Supprimée par l’auteur·e.

27 Une auteure préface sa fiction d’une mise en garde en précisant qu’elle abordera des sujets tabous, tandis que son texte ne contient qu’une brève mention d’une relation entre deux personnages féminins. Voir Sinxah (2021).

28 MARCBABI3 (2020).

29 CeChatBlanc(2021).

30 Sinxah (2021).

31 Le pseudonyme a été changé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Lallet, Émilie Marolleau et Kaja Skowrońska, « L’appropriation des thèmes du féminisme intersectionnel par la production et par les fans de la série animée Miraculous : Les Aventures de Ladybug et Chat Noir »Études de communication, 59 | 2022, 105-122.

Référence électronique

Mélanie Lallet, Émilie Marolleau et Kaja Skowrońska, « L’appropriation des thèmes du féminisme intersectionnel par la production et par les fans de la série animée Miraculous : Les Aventures de Ladybug et Chat Noir »Études de communication [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/edc/15213 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.15213

Haut de page

Auteurs

Mélanie Lallet

CHUS-Arènes, UCO Nantes

Émilie Marolleau

CHUS, UCO Angers

Kaja Skowrońska

Chercheuse indépendante

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search