Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61Notes de lectureCouzinet, V. et Marteleto, R. (di...

Notes de lecture

Couzinet, V. et Marteleto, R. (dir.) Médiations info-communicationnelles : recherches récentes brésiliennes et françaises

Cristina Romanelli
p. 255-258
Référence(s) :

Couzinet, V. et Marteleto, R. (dir.) (2022). Médiations info-communicationnelles : recherches récentes brésiliennes et françaises. Coll. Information Documentation Communication. Cépaduès.

Texte intégral

1La France partage sa plus longue frontière avec le Brésil, un voisin outre-Atlantique parfois oublié, malgré une longue histoire de coopération, y compris en matière d’enseignement et recherche. Quelques exemples notoires ont été les missions de Claude Lévi-Strauss et Roger Bastide dans les années 1930, mais encore aujourd’hui, le pays est le premier partenaire de la France en Amérique latine pour la coopération scientifique, tandis que la France est son premier partenaire européen en matière universitaire. Dans notre discipline, depuis 2007, le réseau franco-brésilien MUSSI (Médiations, appropriations et usages sociaux des savoirs et de l’information) s’engage à encourager les collaborations. Son dernier projet est la publication Médiations info-communicationnelles : recherches récentes brésiliennes et françaises, dirigée par Viviane Couzinet et Regina Marteleto, coordinatrices scientifiques du réseau.

2L’ouvrage collectif propose un aperçu des travaux développés actuellement dans les deux pays, sans avoir pour ambition de présenter l’exhaustivité des thématiques et des approches de recherche. Il est ainsi une prolongation du dossier thématique n° 57 de la revue Études de communication (2021), « Médiations et usages sociaux des savoirs et de l’information. Regards croisés France-Brésil1 », aussi dirigé par les deux chercheuses. Ce nouveau projet, cependant, a privilégié une approche sociale du concept de médiation, de façon à s’interroger sur des processus, des contenus et leur circulation par des intermédiaires, ainsi que les rôles de ces derniers dans le lien informationnel entre les scientifiques et les personnalités de la société civile avec le public spécialisé ou général.

3Les onze chapitres ont été écrits par 22 auteurs, sans collaborations bilatérales. La majorité est d’origine luso-brésilienne, avec un parcours en sciences de l’information (SI) ou en sciences de l’information et de la communication (SIC), mais d’autres disciplines sont également présentes (sémiotique, histoire, sociologie, psychologie et sciences de l’éducation). Bien que ce ne soit pas la perspective de départ du projet, nous y trouvons quelques études avec une approche comparatiste, ainsi que d’autres concentrées sur un seul cadre géographique (France, Brésil ou Guinée). Ces très diverses contributions ont été partagées en quatre parties consacrées aux thématiques suivantes : I. Document et numérique ; II. Éducation et pratiques ; III. Santé et science ; et IV. Patrimoine et mémoire.

4La première partie, « Document et numérique », est composée de deux contributions par des auteurs brésiliens, à commencer par une approche socio-historique et dialectique d’une théorie du document. Bianca Rihan essaye d’éclaircir la perspective critique qui est apparue dans le courant anglophone (néo-documentation), en l’articulant à une réorientation matérialiste de la dialectique historique hégélienne initiée par Karl Marx. L’auteure présente également l’émergence d’une historiographie critique des SI en France et mentionne plus superficiellement les études sociales de l’information au Brésil. Le chapitre suivant, par Marcos Gonçalves Ramos, Priscila Ramos Carvalho et Rosali Fernandez de Souza, utilise une approche historique pour débattre l’épistémologie des recherches 2.0 fondées sur la transformation des concepts de médiation et de document face à l’événement du web sémantique. Il systématise les effets symboliques et pragmatiques des technologies de l’information et de la communication sur la circulation des messages, l’organisation des connaissances, la gestion de l’information et la communication scientifique.

5La deuxième partie, « Éducation et pratiques », réunit trois chapitres consacrés à l’éducation et aux pratiques de médiation. À la croisée des sciences de l'éducation et des SI, Mariana Zattar expose les relations entre les théories de l’apprentissage (constructivisme cognitif, socio-constructivisme et constructionnisme) et la maîtrise de l’information. De leur côté, Madjid Ihadjadene, Dijana Lekic et Ana Lezon-Riviere analysent les pratiques informationnelles des étudiants à l’université Paris 8 pendant la pandémie du Covid-19. Les auteurs examinent les besoins d’information, produisent une typologie des sources et indiquent celles préférées par les étudiants. Pour cela, ils emploient une méthode spatiale peu commune en SI et SIC, qui permet de visualiser l'environnement informationnel dans lequel un individu peut agir, c’est-à-dire la place qu’il accorde aux moyens d'information retenus. Enfin, Juliana Andrade Perdigão et Fabrício Silveira proposent de penser le genre et les questions de genre à partir du concept de représentations sociales. Ce croisement avec la psychologie produit une analyse très intéressante des récits médiatiques sur un groupe de femmes d’un village brésilien. Considérant que l'information est socialement produite, partagée et symbolisée, les auteurs investiguent comment ce processus imprègne les représentations de l’autre et génère des « récits déformés ».

6« Santé et science », la partie suivante, comporte trois chapitres sur la communication scientifique, avec un intérêt particulier pour la santé. Fabiana Felix Ribeiro et Regina Marteleto se concentrent sur la construction de savoirs par médecins et personnes malades du cancer du larynx, ainsi que sur la médiation de ces savoirs à l’interface avec d’autres acteurs sociaux. Ensuite, Sékou Kamano et Viviane Couzinet examinent la médiation de recherches en médecine conventionnelle et traditionnelle à travers l’analyse d’articles publiés par une revue d’une université en Guinée. Dans un contexte où les pratiques ancestrales sont promues par le gouvernement et privilégiées par une population majoritairement pauvre, l’étude a comme but de comprendre les manières dont la science s’empare de ces pratiques, ainsi que les manières dont les recherches sont exposées et énoncées. Dans le huitième chapitre, José Azevedo, Isaltina Mello Gomes, Ivone Neiva Santos et Daniel Andre examinent les caractéristiques et les orientations générales des thèses de doctorat dans le domaine de la communication de la science au Brésil et en France. Ils analysent les références employées sur une période donnée, ainsi que l’articulation des axes et des tendances de recherches, dans un effort d’identification de principes transversaux.

7Un chapitre sur deux maisons-musées en France et au Brésil ouvre la quatrième partie de l’ouvrage, « Patrimoine et mémoire ». À partir d’une enquête de terrain, Samuel Ayobami Akinruli et Maria Aparecida Moura discutent des contributions de l’ethnographie des musées comme pratique décoloniale et informationnelle. Quant à Laure Guillot Farneti, son chapitre se concentre sur le musée de l'Immigration de l'État de São Paulo, situé dans la plus grande métropole brésilienne, construite par des migrants venant d'horizons divers. À travers une enquête ethnographique et une analyse sémio-discursive de certains contenus produits par le musée, elle propose un débat sur la participation de l’institution dans la construction de discours sur la mégalopole, les manières de l’habiter et son rapport à la migration. Enfin, dans le tout dernier chapitre, Nolwenn Pianezza met en débat la fabrique conjointe du patrimoine par des relais scientifiques et des acteurs sociaux filmés pour une série documentaire de portraits-témoignage. Avec une approche sémio-ethnographique, elle analyse les processus culturels, politiques et symboliques à l'œuvre dans les dispositifs documentaires, et présente une réflexion épistémologique sur la construction et la manipulation par ces acteurs des concepts de savoir, de mémoire et de médiation.

8En guise de conclusion, nous pouvons saluer cette initiative qui contribue à la mise en visibilité de références françaises et brésiliennes et de travaux produits par des chercheurs de tous niveaux, du doctorant au professeur émérite. Si nous avons ressenti le manque d’un état de l’art plus approfondi, cela ne fait qu’ouvrir à l’opportunité pour une publication future. Cet ouvrage opère ainsi comme un avant-goût, qui ouvre l’appétit pour un travail plus systématisé, avec la collaboration d’auteurs d’institutions plus diverses, et dans l’espoir de collaborations transfrontalières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cristina Romanelli, « Couzinet, V. et Marteleto, R. (dir.) Médiations info-communicationnelles : recherches récentes brésiliennes et françaises »Études de communication, 61 | 2023, 255-258.

Référence électronique

Cristina Romanelli, « Couzinet, V. et Marteleto, R. (dir.) Médiations info-communicationnelles : recherches récentes brésiliennes et françaises »Études de communication [En ligne], 61 | 2023, mis en ligne le 18 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/edc/16499 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.16499

Haut de page

Auteur

Cristina Romanelli

Université de Lille, Laboratoire GERiiCO, Lille, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search