Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61Notes de lectureOSEC. Actes des journées de la sc...

Notes de lecture

OSEC. Actes des journées de la science ouverte, Open Science European Conference 2022

Joachim Schöpfel
p. 259-262
Référence(s) :

OSEC (2023). Actes des journées de la science ouverte, Open Science European Conference 2022. OpenEdition Press. https://books.openedition.org/oep/15822?lang=frhttps://books.openedition.org/oep/15822?lang=fr

Texte intégral

1La science ouverte est la diffusion sans entrave des résultats, des méthodes et des produits de la recherche scientifique – ainsi définit le Deuxième plan national pour la science ouverte cet ensemble d’initiatives, de projets et de politiques qui visent à rendre la recherche plus transparente et efficace, plus ouverte et accessible, et plus intègre1. La France est l’un des pays les plus engagés sur cette voie. Aussi, quand la France a exercé la présidence du Conseil de l’Union européenne du 1er janvier au 30 juin 2022, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a organisé les premières Journées européennes de la science ouverte (OSEC) à Paris, à l’Académie des Sciences, du 4 au 5 février 2022. Leur objectif : faire un bilan de la transformation de l’écosystème de la recherche et de l’innovation en Europe, en particulier par rapport à la transparence et à l’évaluation de la recherche suite à la publication récente des recommandations de l’UNESCO et de la Commission européenne.

2Coorganisées avec, entre autres, le CNRS et l’INSERM, le Haut-Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) et l’Agence nationale de la recherche (ANR), ces journées (en mode virtuel) ont réuni une trentaine d’intervenants sur la transparence des recherches en santé, l’édition scientifique et les logiciels et, surtout, sur l’évaluation de la recherche. Les actes ont été mis en ligne et sont désormais accessibles sous licence Creative Commons sur la plateforme OpenEdition Books.

3Dans son discours inaugural, Antoine Petit, PDG du CNRS, souligne l’intérêt que suscite cet événement : « Cette première journée pour la science ouverte s’illustre déjà par son nombre de participants, plus de 2 000, ce qui démontre l’importance de ce sujet ». Antoine Petit caractérise la science ouverte comme une « révolution nécessaire pour la recherche » et souligne l’action volontariste du CNRS en faveur d’une évaluation individuelle plus diversifiée et plus qualitative.

4Concrètement, cela signifie, selon les mots de Stephen Curry de l’Imperial College of London, de reconnaître « un éventail plus large de contributions à la connaissance scientifique dans le cadre des activités de recherche et à la société dans son ensemble » et d’ouvrir les yeux « sur les biais qui sous-tendent l’évaluation de la recherche et continuent à propager des inégalités et des stéréotypes historiques qui, encore aujourd’hui, excluent les femmes, les personnes issues de minorités ethniques et les chercheurs handicapés du monde académique ».

5Il invite notamment les agences nationales de financement à « s’interroger sur le rôle de levier qu’elles peuvent jouer pour promouvoir les bonnes pratiques », comme par exemple le CV narratif.

6Citant les résultats d’une étude internationale, Chérifa Boukacem de l’Université de Lyon 1 constate le rôle dynamique des jeunes chercheurs dans cette transformation, tandis que Fernanda Beigel, de CONICET National University of Cuyo-Mendoza (Argentine), évoque l’asymétrie et les inégalités entre les pays du Nord et du Sud sur le plan linguistique et financier (comment payer les article processing charges pour être publié ?) mais aussi au niveau des outils d’évaluation,

« dans la répartition mondiale actuelle des systèmes d’information recherche ou CRIS (qui) permettent de relier entrepôts et bases de données informationnelles, fournissant sur la science ouverte des données très interconnectées et interopérables (et) dont la plupart sont implantés en Europe et dans les pays du Nord ».

7Pastora Martínez Samper de l’Universitat Oberta de Catalunya (Espagne) dresse un bilan plutôt mitigé sur la transposition des principes de la science ouverte dans les pratiques de l’évaluation et évoque « le rôle limité que présente la science ouverte dans les évaluations académiques menées par les universités ».

8D’autres interventions portaient sur des initiatives locales ou encore sur la situation particulière des SHS. Très riches et intéressants furent les échanges de la table ronde sur l’évaluation de la recherche, avec des représentants de la Commission européenne, du Conseil européen de la recherche (ERC), de l’Association des universités européennes (EUA), de la Ligue des universités de recherche européennes (LERU) et du Hcéres. Citons à titre d’exemple une remarque de Bert Overlaet (LERU) :

« Une piste que nous explorons déjà dans certaines de nos universités est de demander aux candidats à une promotion ou à un recrutement de nous parler d’un de leurs échecs, car ils ont peut-être déjà tenté des choses qui ont échoué. Quelles leçons en ont-ils tirées, comment cela a-t-il pu affecter leurs autres projets scientifiques ? Comment cela les a-t-il affectés en tant que scientifiques ? Les capacités d’innovation, dont j’ai parlé plus tôt, ne sont pas assez prises en compte. Nous examinons le passé et les résultats qui ont été obtenus dans le passé, pour lesquels il est possible d’élargir notre champ d’action et faire tout ce que vous voulez, mais il est surtout indispensable d’examiner le potentiel de la personne pour l’avenir. C’est sur cela que nous fondons nos décisions. »

9De son côté, le président du Hcéres, Thierry Coulhon, insiste sur deux points :

« D’une part, nous avons pour mission de nous pencher (…) sur la question de l’intégrité scientifique (…). D’autre part, (…) nous ne renonçons pas à l’analyse quantitative quand elle se fait à un niveau approprié, et ce niveau approprié est le niveau agrégé ».

10Deux séances étaient dédiées aux nouvelles formes de l’édition scientifique, dont le modèle « diamant » (pas de frais d’abonnement, pas de frais de publication), et au « pilier logiciel » de la science ouverte, c’est-à-dire, « l’accès sans entrave (au) code source des logiciels utilisés pour manipuler, créer et conserver ces données (de recherche) » (Roberto Di Cosmo, Software Heritage).

11Ces journées furent l’occasion de publier l’Appel de Paris sur l’évaluation de la recherche2 préparé par le Comité pour la science ouverte à cette occasion. Ce document résume la situation ainsi :

« (…) le système actuel d’évaluation de la recherche, des chercheurs et des institutions de recherche n’encourage et ne récompense pas assez la qualité de l’ensemble des productions de la recherche dans toute leur diversité »

12et appelle

« à la création d’une coalition d’agences de financement de la recherche, d’institutions de recherche et d’autorités d’évaluation, volontaires et engagés pour une réforme du système actuel d’évaluation de la recherche selon des objectifs et des principes communs, et portant des actions communes ».

  • 3 CoARA : https://coara.eu/
  • 4 Coulhon, T. et Larrouturou, B. (2023). La science ouverte et l’évaluation de la recherche. Culture (...)

13Cette coalition, sous le nom de Coalition for Advancing Research Assessment (CoARA3), a commencé son travail en 2022 et compte aujourd’hui une quinzaine de groupes de travail et de sections nationales. La transformation de l’évaluation de la recherche dans le contexte de la science ouverte, cette « belle utopie4 », est en cours. La lecture de ces actes est un excellent moyen pour prendre connaissance – et conscience ! – de l’intérêt, des enjeux et aussi des obstacles de cette transformation.

14Les actes ont été publiés sur OpenEdition Books en français et en anglais. L’éditeur informe que l’ensemble du matériel associé à ces journées (captations vidéo, supports utilisés par les intervenants et dont sont extraites les illustrations de cet ouvrage, données complémentaires, etc.) est disponible sur le site des journées OSEC5.

Haut de page

Notes

1 Deuxième plan national pour la science ouverte : https://www.ouvrirlascience.fr/deuxieme-plan-national-pour-la-science-ouverte/

2 Appel de Paris sur l’évaluation de la recherche : https://osec2022.eu/fr/appel-de-paris/

3 CoARA : https://coara.eu/

4 Coulhon, T. et Larrouturou, B. (2023). La science ouverte et l’évaluation de la recherche. Culture et Recherche, (144), 99-100.

5 OSEC : https://osec2022.eu/fr/accueil/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joachim Schöpfel, « OSEC. Actes des journées de la science ouverte, Open Science European Conference 2022 »Études de communication, 61 | 2023, 259-262.

Référence électronique

Joachim Schöpfel, « OSEC. Actes des journées de la science ouverte, Open Science European Conference 2022 »Études de communication [En ligne], 61 | 2023, mis en ligne le 18 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/edc/16518 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.16518

Haut de page

Auteur

Joachim Schöpfel

Université de Lille, Laboratoire GERiiCO, Lille, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search