Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61Notes de lectureUrbas, B. et Novello-Paglianti, N...

Notes de lecture

Urbas, B. et Novello-Paglianti, N. (dir.). Corps en mouvements. Arts, médias, médiations

Élodie Sevin
p. 263-266
Référence(s) :

Urbas, B. et Novello-Paglianti, N. (dir.) (2021). Corps en mouvements. Arts, médias, médiations. Coll. Corps de l'esprit, Presses universitaires de Bordeaux.

Texte intégral

1Le terme « mouvement » renvoie à une grande diversité de phénomènes physiques et ses représentations sont omniprésentes dans les médias, les arts et la culture.

2À l’origine de cet ouvrage, un colloque pluridisciplinaire en ALLSHS (Arts, Lettres, Langues, Sciences humaines et sociales) intitulé « Représenter le mouvement : médias et médiations » organisé en 2016 par le laboratoire CIMEOS, de l’université de Bourgogne.

3Les dix contributions interdisciplinaires réunies ici à sa suite, avec néanmoins une prédominance pour les arts et les lettres, partagent une ambition commune, celle de travailler un ensemble de questions liées aux mouvements, et principalement aux mouvements des corps, que celles-ci relèvent des médiations culturelles dans lesquelles les corps en mouvement prennent place, de l’appropriation des mouvements par différent·es acteur·rices (artistes, publics, amateur·rices, concepteur·rices) ou encore des représentations visuelles des corps en mouvement sur différents supports (scène, documents scriptovisuels, audiovisuels, numériques).

4Dans la première partie, trois textes interrogent les enjeux de connaissance, transmission ou patrimonialisation du mouvement. Les deux premiers chapitres s’y consacrent à partir du mouvement dansé. Charlotte Lheureux nous emmène dans sa réflexion autour des notions de répétition et de différence dans le mouvement. Le travail consiste à écrire et à décrire la première partie de Fase, l’une des œuvres emblématiques d’Anne Teresa de Keersmaeker, chorégraphe contemporaine belge, mettant en scène deux danseuses sur une musique du compositeur américain Steve Reich et ayant la particularité d’être constituée d’une répétition de deux gestes : marcher et tourner. L’originalité de la démarche réside dans la mise en dialogue d’une « triple expérience » : de spectatrice d’abord – elle produit le récit de sa rencontre avec l’œuvre –, de chorégraphe ensuite – elle analyse les notes personnelles de la chorégraphe dans le moment de la création –, et de chercheuse enfin – elle propose une schématisation abstraite du mouvement performé par les deux danseuses dans lequel « tout mouvement de répétition est producteur de différence » (p. 42). La seconde contribution porte son attention sur la textualisation de la pratique du tango argentin en diachronie et synchronie à partir de manuels d’apprentissage du début du xxe siècle et de pages de deux sites web d’école de tango. L’analyse des médiatisations anciennes et récentes du mouvement dansé du tango permet entre autres à Valeria de Luca de discuter des multiples décalages entre le plan textuel et la pratique du tango, et donc de la difficulté de déléguer à des objets médiatiques l’intégralité de la représentation d’un mouvement. Une enquête socio-ethnographique menée par Audrey Taurillon Demésy au sein d’associations d’arts martiaux historiques européens (AMHE) permet dans une troisième contribution de discuter la place de l’esthétique dans l’organisation d’une pratique de mise en vie de gestes issus des pratiques martiales allant de l’antiquité à l’histoire contemporaine, oscillant nécessairement entre re-création et interprétation.

5La deuxième partie se penche à partir de quatre contributions sur la capacité de certaines productions, figurations et captations du mouvement à contribuer au récit et à sa réception. Le défilé de prêt-à-porter automne-hiver 2015-2016 de la maison de mode Martin Margiela, considéré par Rym Kireche-Gerwig comme un dispositif médiatique, est l’occasion de décrire la mise en mouvement des mannequins pour travailler des formes de rupture avec des conventions de présentation des corps sériels dans les défilés, invitant notamment le·la spectateur·rice à déplacer le sens de l’événement marchand en œuvre culturelle. La contribution suivante interroge sur la mise en mouvement minimaliste du corps humain à partir d’un spectacle à la croisée du chorégraphique, du cinéma et du théâtre d’objet, Kiss & Cry, créé en 2011 par Michèle Anne de Mes et Jaco Van Dormael. Le corps du danseur y est marionnettisé par le geste chorégraphique à travers une exposition de la main qui devient l’élément central du spectacle, isolée par une captation vidéographique et corps à part entière, autonome, accréditant par là un nouveau réel cinématographique, celui du « nanomonde ». À partir de l’œuvre numérique Phallaina, disponible sous la forme d’application sur smartphone et tablette et prenant la forme d'une bande dessinée, dénuée de vignettes, que l’on fait défiler horizontalement avec le doigt, Hélène Crombet analyse la représentation du mouvement qui y est proposée comme tendant à emporter les lecteur·rices dans le récit onirique. Dans la continuité, Bounthavy Suvilay travaille sur la genèse, le développement et la resémantisation d’une convention de représentation du mouvement dans les mangas et les animés japonais : les traits parallèles ou convergents. Ceux-ci sont devenus synonymes de « style manga » et popularisés par le biais de circulation transnationale des œuvres japonaises. La réflexion porte ici sur les contextes de production des mangas et animés, cette pratique du trait qui s’est imposée parmi une palette de codes graphiques disponibles car peu coûteuse en temps, qui permet de signaler à la fois la vitesse, la surprise, l’émotion, et en devient vicaire.

6La dernière et troisième partie entend explorer le mouvement dans ses limites et frontières. Sophie Mariani-Rousset s’intéresse aux possibilités de mouvement lorsqu’il est limité par le handicap. Elle décrit un certain nombre de projets d’artistes handicapés qui essaient de recréer de nouvelles images du corps et des manières de l’utiliser, et des compagnies qui développent un travail autour du handicap, comme une possibilité artistique unique. Une seconde contribution se focalise sur le langage du mouvement Gaga. À partir d’une expérience empirique de la danse (cours ouverts à tous, stages intensifs pour danseur·ses) et de son incorporation réflexive, couplée à une expérience de spectatrice qui permet de saisir le mouvement dans le phrasé chorégraphique, Biliana Vassileva revient sur la performance de trois gestes : secouer, trembler et frissonner, et leur perception culturelle. Dans la dernière contribution de l’ouvrage, il est question de la transformation progressive de la conception et de la représentation du mouvement dans le cinéma expérimental, du début du xxe siècle à nos jours. Choisir ce type de cinéma a plusieurs avantages ; débarrassé des finalités narratives et contraintes formelles d’un cinéma institutionnel, il est plus facile d’y voir le mouvement comme concept. Frédéric Tadou, à partir d’un corpus de films couplé à une réflexion autour des possibilités et enjeux des techniques de la machinerie cinématographique, propose d’étudier cette mue à travers quatre grandes étapes. Il montre qu’une double relation d’analogie et d’adhérence entre le mouvement interne de la machinerie et les mouvements du monde saisis dans la réalité est présente dans les films expérimentaux jusqu’à ce que la technologie numérique s’impose dans le cinéma et encourage un mouvement caractérisé par une paradoxale dynamique de « sur-place ».

7Au terme de la lecture de l’ouvrage, qui peut au premier abord apparaître composite du point de vue des terrains investis et des méthodes déployées, nous sommes animé·es par les questions posées et pris·es dans des possibilités de recherches en SIC. Comment ne pas penser aux mouvements des corps présents dans les réseaux sociaux numériques comme TikTok ? L’apport de cet ouvrage est bien là, pour nous rappeler l’intérêt d’analyser le mouvement des corps et des corps en mouvement, comme un mode d’interrogation d’un ordre esthétique, social et politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Sevin, « Urbas, B. et Novello-Paglianti, N. (dir.). Corps en mouvements. Arts, médias, médiations »Études de communication, 61 | 2023, 263-266.

Référence électronique

Élodie Sevin, « Urbas, B. et Novello-Paglianti, N. (dir.). Corps en mouvements. Arts, médias, médiations »Études de communication [En ligne], 61 | 2023, mis en ligne le 18 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/edc/16526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.16526

Haut de page

Auteur

Élodie Sevin

Université de Lille, Laboratoire GERiiCO, Lille, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search