Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61Notes de lectureMesguich, V. Les bibliothèques fa...

Notes de lecture

Mesguich, V. Les bibliothèques face au monde des données

Joachim Schöpfel
p. 267-270
Référence(s) :

Mesguich, V. (2023). Les bibliothèques face au monde des données. Collection « Papiers », Presses de l’Enssib.

Texte intégral

1Penser données… Les Presses de l’Enssib viennent de publier un livre qui, pour la première fois, propose de positionner l’institution bibliothèque dans le « monde des données » quelque part entre le big data, les données de recherche, les données d’usage et l’intelligence artificielle. Certes, les études sur les bibliothèques et les données ne manquent pas mais restent pour la plupart partielles, s’intéressent à une catégorie de données seulement, à un aspect ou à un type de bibliothèques. Voici une première tentative de voir l’ensemble de la question, de proposer un tour d’horizon, un « panorama synthétique aussi complet qu’accessible des enjeux de la donnée » dans les bibliothèques publiques, les médiathèques et les bibliothèques universitaires.

2Le livre contient huit chapitres très lisibles, chacun entre 15 et 20 pages, avec une structuration fine, des tableaux, des figures et des encadrés. Les lecteurs apprécieront l’approche didactique, une présentation claire et précise, accompagnée d’un glossaire exhaustif, d’un riche index et d’une bibliographie bien fournie de références essentiellement en français.

3Voici le contenu des huit chapitres en quelques mots.

4Le premier chapitre, « Qu'est-ce qu'une donnée ? », tente tout d’abord une définition (« un élément brut, objectif, qui peut donner matière à plusieurs interprétations » qui devient information « à partir d’interprétations et d’analyses effectuées par des humains ou des systèmes d’information » ; p. 22) ; puis ce chapitre aborde les concepts courants (big data, dark data, open data, données structurées et non structurées, métadonnées…) et décrit quelques formats et standards, pour finir par le cycle de vie des données. Quant aux bibliothèques, « force est de constater que le nombre de jeux de données ouvertes concernant les bibliothèques reste modeste » (p. 33).

5Le deuxième chapitre introduit le web de données (linked data) comme une application des technologies et des standards du web sémantique. Il explique l’enjeu pour les catalogues et décrit le projet de la transition bibliographique portée par la BNF et l’ABES qui va pouvoir, « grâce à de nouvelles normes de catalogage, donner plus de visibilité et d’interopérabilité aux contenus des catalogues » (p. 52). Véronique Mesguich se veut rassurante : les bibliothèques n’auront pas à transformer leurs notices de façon indépendante mais « il va s’agir de lier les notices locales à celles des grandes agences bibliographiques » (p. 57).

6« Données d'usage, donnée d’activités, données administratives, données issues des collections » : les bibliothèques produisent elles-mêmes beaucoup de données, et c’est le sujet du troisième chapitre qui parle de la norme COUNTER. Ce chapitre présente quelques exemples d’analyse, évoque les difficultés liées à la diversité de ces données, et met en garde contre le fait que « ces données d’usage ne sauraient représenter un reflet fidèle et exhaustif des pratiques et des goûts des utilisateurs » (p. 73). Aussi étonnant que pertinent, l’avertissement d’une « dangereuse superficialité » liée à une exploitation purement quantitative et statistique des données.

7Le chapitre 4 est consacré aux métadonnées, à leurs standards et formats, notamment dans l’environnement des bibliothèques et des archives. Il aborde également le cycle de vie et les critères de qualité des métadonnées, et il analyse trois enjeux pour les professionnels de l’information : enjeux documentaires (ouverture, interopérabilité), économiques (commercialisation des métadonnées), et éthiques (données personnelles, respect de la vie privée, neutralité).

8Les données de la recherche sont au cœur du chapitre suivant. Les lecteurs y trouveront une introduction synthétique aux principales questions, comme les principes FAIR, les entrepôts de données (dont le nouvel écosystème Recherche Data Gouv), les plans de gestion ou encore les identifiants et les data papers. Un encadré décrit quatre exemples en bibliothèques universitaires, à Aix-Marseille, Lille, Bordeaux et Bourgogne-Franche-Comté (p. 107-108).

9Le chapitre 6 évoque l’analyse et la réutilisation des données, dont les méthodes de préparation, de fouille et de visualisation, et pose la question du rôle de l’intelligence artificielle, notamment par rapport aux systèmes de recommandations algorithmiques, souvent critiqués, mais qui « pour autant, (…) peuvent avoir des effets positifs pour promouvoir des contenus et améliorer l’expérience utilisateur (y compris) dans le secteur des biens culturels ou de la recherche d’informations » (p. 119).

  • 1 Cf. Robin, A. (2023). Droit des données de la recherche. Études de communication, 60, 213-216. (...)

10Le chapitre suivant est consacré à la protection des données, en premier lieu des données à caractère personnel (RGPD) mais également des bases de données (propriété intellectuelle) et des données de recherche1. Véronique Mesguich souligne que « les données brutes telles que les faits, les chiffres, les noms et les adresses ne sont pas considérées comme une création originale et, de ce fait, ne sont pas soumises à droit d’auteur (sauf) si les données sont présentées de manière originale et créative, par exemple dans une base de données ou une infographie » (p. 135). Quelques paragraphes portent sur la perte des données, les cyberattaques et la gouvernance des données.

11Qu’est-ce qu’un data librarian ? Quelle différence avec un data steward, un data scientist ou un data protection officer (DPO) ? Le chapitre 8 analyse ces nouveaux métiers de la donnée et leur rôle actuel et potentiel en bibliothèque. Le périmètre de la fonction d’un data librarian ne semble pas clairement défini, couvrant « une expertise technique en matière d’organisation, de gestion et de stockage des données au sein de l’établissement » mais pouvant inclure également « la gestion de bases de données, la numérisation de documents, la gestion de collections de données numériques (et) la définition de métadonnées » (p. 141). Intéressant est l’encadré sur les multiples facettes du profil du data librarian (détective, consultant…) (p. 143) et le schéma des correspondances entre les nouvelles compétences clés et la gestion des données (p. 147).

12Véronique Mesguich propose en guise de conclusion quelques pistes de réflexion, surtout concernant la gouvernance des données et l’intelligence artificielle, ainsi que ce message : « Ces nouveaux défis (…) supposent une démarche d’anticipation dans les formations initiales tout autant que dans les organisations des bibliothèques, permettant ainsi une montée en compétences » (p. 153-154).

13Sans négliger les dimensions technologiques, politiques, juridiques et éthiques du monde des données, ce nouveau livre met systématiquement, pour chaque thématique, l’accent sur les enjeux professionnels, sur le métier, les fonctions, les activités et les compétences. Certes, comme il s’agit d’une introduction, certains sujets ne sont pas abordés en profondeur, comme par exemple le droit de la donnée, mais ceci n’est pas non plus l’ambition de ce livre dont le challenge est le panorama plus que le détail, pour faire comprendre le contexte et la nature des défis à relever.

14Présenté comme un vademecum à destination des bibliothécaires, ce livre servira de référence également aux enseignants, formateurs, élèves et étudiants des filières de l’information-documentation et, plus largement, à tous ceux en charge des bibliothèques et services documentaires. Il trouvera ses lecteurs et aura, j’en suis convaincu, beaucoup de succès.

  • 2 ADBU, 2023. Livre blanc de la documentation dans l’enseignement supérieur et la recherche. ADBU. ht (...)

15Le livre « se propose de présenter de façon synthétique et opérationnelle ce que les données font aux bibliothèques, et ce que les bibliothèques peuvent faire avec les données » (p. 20). Cependant, « franchir la porte de ce monde vaste et passionnant », comme le dit Emmanuelle Bermès dans sa préface, aura un coût. L’enseignement et la formation, la montée en compétences, l’adaptation des structures, organisations et modes de fonctionnement, sans parler des nouvelles technologies, tout cela nécessite des ressources, matérielles, financières et humaines, une capacité d’investissement aussi bien qu’une volonté de financer cette « nouvelle frontière » dans la durée. Puisque le livre (et c’est peut-être son unique point faible) n’y fait pas clairement référence, rappelons pour l’occasion que l’ADBU a publié à la rentrée 2023 un livre blanc2 qui fait le constat d’un « décrochage alarmant » et d’une situation des BU devenue critique qui exige un investissement significatif d’ici 2030 aussi bien en termes de formation et de personnel qu’en termes de ressources et d’équipement, à la place de « discours et de mesures en trompe-l’œil ». Sans ce soutien, il sera difficile de faire face aux nouveaux enjeux des données.

16Quelques mots sur l’auteur du livre : après avoir dirigé l’Infothèque du Pôle universitaire Léonard de Vinci à Paris-La Défense pendant 18 ans, Véronique Mesguich est depuis 2012 consultante et formatrice indépendante, spécialisée en veille stratégique et management de l'information. Elle enseigne dans plusieurs établissements de l’enseignement supérieur et anime des séminaires de formation continue pour des organismes institutionnels ainsi que de nombreuses entreprises. Elle est auteur et co-auteur de nombreux articles et de quelques livres, dont Rechercher l'information stratégique sur le web. Sourcing, veille et analyse à l’heure de la révolution numérique, paru en 2021 aux éditions De Boeck Supérieur, et Bibliothèques : le Web est à vous, publié en 2017 par les Éditions du Cercle de la Librairie.

Haut de page

Notes

1 Cf. Robin, A. (2023). Droit des données de la recherche. Études de communication, 60, 213-216. https://www.cairn.info/revue-etudes-de-communication-2023-1-page-213.htm

2 ADBU, 2023. Livre blanc de la documentation dans l’enseignement supérieur et la recherche. ADBU. https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/71519-livre-blanc-de-la-documentation-dans-l-enseignement-superieur-et-la-recherche.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joachim Schöpfel, « Mesguich, V. Les bibliothèques face au monde des données »Études de communication, 61 | 2023, 267-270.

Référence électronique

Joachim Schöpfel, « Mesguich, V. Les bibliothèques face au monde des données »Études de communication [En ligne], 61 | 2023, mis en ligne le 18 décembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/edc/16563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.16563

Haut de page

Auteur

Joachim Schöpfel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search